Sissi: Déplacer les Gazaouis vers l'Egypte risque de mener «au déplacement des Palestiniens de Cisjordanie en Jordanie»

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi au Caire, le 15 octobre 2023. (AFP)
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi au Caire, le 15 octobre 2023. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 18 octobre 2023

Sissi: Déplacer les Gazaouis vers l'Egypte risque de mener «au déplacement des Palestiniens de Cisjordanie en Jordanie»

  • Pousser les Palestiniens à quitter leur terre est «une façon d'en finir avec la cause palestinienne aux dépens des pays voisins», a-lancé le chef d'Etat égyptien
  • Alors que le monde réclame l'ouverture du terminal de Rafah entre l'Egypte et Gaza, Sissi a redit que son pays n'avait «pas fermé le terminal de Rafah» n'entrait pas dans le territoire palestinien du fait «des bombardements israéliens»

LE CAIRE: Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a mis en garde mercredi contre un exode massif de Palestiniens de Gaza vers l'Egypte, y voyant le risque d'"un déplacement similaire de la Cisjordanie vers la Jordanie" et "la fin de la cause palestinienne".

En recevant le chancelier allemand Olaf Scholz au Caire, le chef d'Etat égyptien a tenu son discours le plus complet et le plus virulent depuis le début le 7 octobre de la guerre entre Israël et le Hamas, au pouvoir à Gaza, qui a fait des milliers de morts des deux côtés et un million de déplacés dans le petit territoire palestinien frontalier de l'Egypte.

Pousser les Palestiniens à quitter leur terre est "une façon d'en finir avec la cause palestinienne aux dépens des pays voisins", a-t-il lancé.

"L'idée de forcer les Gazaouis à se déplacer vers l'Egypte mènera à un déplacement similaire des Palestiniens de Cisjordanie", territoire occupé par Israël, "et cela rendra impossible l'établissement d'un Etat de Palestine", a-t-il poursuivi.

Et "si je demande au peuple égyptien de sortir dans les rues, ils seront des millions pour soutenir la position de l'Egypte", a-t-il encore prévenu, évoquant également "l'opinion arabe" et "l'opinion musulmane" sensibles à "la cause palestinienne qui est la plus grande des causes".

Alors que le monde réclame l'ouverture du terminal de Rafah entre l'Egypte et Gaza, M. Sissi a redit que son pays n'avait "pas fermé le terminal de Rafah" n'entrait pas dans le territoire palestinien du fait "des bombardements israéliens".

Depuis des jours, des centaines de camions sont bloqués dans le désert égyptien du Sinaï, faute d'un passage pour les quelque 2,4 millions de Gazaouis alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme désormais qu'à "chaque seconde où nous attendons l'aide médicale, nous perdons des vies".

M. Scholz a dit être venu en Egypte pour "travailler ensemble à avoir un accès humanitaire à Gaza au plus vite".

La question de l'ouverture de la frontière est cruciale en Egypte qui se retrouve devant un dilemme: laisser sortir les Palestiniens, avec le risque qu'Israël leur interdise tout retour, ou fermer leur unique ouverture sur le monde qui n'est pas aux mains d'Israël et les laisser sous les raids aériens et les tirs d'artillerie ininterrompus.

Question sécuritaire 

A la question de créer de nouveaux réfugiés palestiniens, déjà près de six millions dans le monde depuis la création en 1948 d'Israël, s'ajoute pour l'Egypte la question sécuritaire.

"En déplaçant les Palestiniens dans le Sinaï, on déplace la résistance et le combat en Egypte", a-t-il dit. Et si des attaques sont lancées depuis son sol, "Israël aura alors le droit de se défendre (...) et frappera le sol égyptien", a-t-il prévenu.

Alors, a-t-il affirmé, la paix signée entre Israël et l'Egypte en 1979 --faisant du Caire le premier pays arabe à reconnaître Israël et donc l'un des plus grands bénéficiaires de l'aide militaire américaine-- "va fondre entre nos mains".

Récemment, l'ancien vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Daniel Ayalon, avait appelé l'Egypte à "jouer le jeu" et à installer des camps de tentes pour accueillir "temporairement" les Palestiniens dans le Sinaï, affirmant qu'il y avait "un espace presque infini". "Si l'idée, c'est le déplacement forcé, il y a le Negev", un désert du sud d'Israël, a répondu mercredi M. Sissi. "Et Israël pourra les renvoyer ensuite (à Gaza) s'il le veut".

La guerre entre l'Etat israélien et le Hamas a été déclenchée après une attaque surprise du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre en Israël, qui mène depuis des frappes sur la bande de Gaza. Le conflit a fait plus de 1.400 morts côté israélien et plus de 3.000 côté palestinien.


Le ministre saoudien des AE met en garde contre les «conséquences catastrophiques» d’une attaque israélienne contre Rafah

Le ministre saoudien des affaires étrangères Faisal ben Farhane s'adresse au Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, en Suisse. (SPA)
Le ministre saoudien des affaires étrangères Faisal ben Farhane s'adresse au Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, en Suisse. (SPA)
Short Url
  • «Nous mettons en garde contre les répercussions désastreuses d’une attaque sur Rafah, dernier refuge pour les civils qui s’y trouvent en raison des déplacements causés par l’armée israélienne»
  • Le prince Faisal a dénoncé la politique de deux poids deux mesures adoptée par certains pays face à la crise dans la bande de Gaza ravagée par la guerre

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a mis en garde aujourd’hui contre les «conséquences catastrophiques» de toute attaque israélienne sur Rafah, au sud de Gaza, lors de son discours à la 55e session du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

«Dans ce contexte, nous mettons en garde contre les répercussions désastreuses d’une attaque sur Rafah, dernier refuge pour les civils qui s’y trouvent en raison des déplacements causés par l’armée israélienne.»

Le prince Faisal a dénoncé la politique de deux poids deux mesures adoptée par certains pays face à la crise dans la bande de Gaza ravagée par la guerre. Il a également réitéré les appels à un cessez-le-feu immédiat.

«Nous appelons la communauté internationale à assumer sa responsabilité en mettant fin à l’escalade et à la guerre, en protégeant les civils, afin d’ouvrir la voie à un processus de paix clair et légitime incluant toutes les parties.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


La Turquie, l’OCI et la Ligue arabe présentent leurs arguments contre l’occupation israélienne devant la CIJ

La Cour internationale de justice a tenu toute la semaine des audiences sur les implications juridiques de l’occupation israélienne depuis 1967, avec un nombre sans précédent de cinquante-deux pays – dont les États-Unis et la Russie – venus témoigner. (AFP)
La Cour internationale de justice a tenu toute la semaine des audiences sur les implications juridiques de l’occupation israélienne depuis 1967, avec un nombre sans précédent de cinquante-deux pays – dont les États-Unis et la Russie – venus témoigner. (AFP)
Short Url
  • Les représentants palestiniens ont demandé aux juges de déclarer illégale l’occupation de leur territoire par Israël
  • Ils soutiennent que sa décision pourrait contribuer à créer les conditions d’un accord en faveur d’une solution à deux États

LA HAYE: Des représentants de la Turquie, de la Ligue arabe, de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) et de l’Union africaine présentent aujourd’hui, lors du dernier jour de procédure devant la plus haute cour de l’ONU, leurs arguments sur la légalité de l’occupation des territoires palestiniens par Israël.

Les juges de la Cour internationale de justice (CIJ) ont entendu les arguments de plus de cinquante États, après une requête de l’Assemblée générale des nations unies, qui a demandé, en 2022, à la cour d’émettre un avis non contraignant sur les conséquences juridiques de l’occupation israélienne.

Lors de la première journée d’audience, le lundi 19 février, les représentants palestiniens ont demandé aux juges de déclarer illégale l’occupation de leur territoire par Israël, soutenant que sa décision pourrait contribuer à créer les conditions d’un accord en faveur d’une solution à deux États.

La plupart des pays ont critiqué la conduite d’Israël dans les territoires occupés. Nombre d’entre eux ont exhorté le tribunal à déclarer l’occupation illégale.

Cependant, les États-Unis se sont tenus aux côtés de leur allié, s’opposant à un retrait immédiat et inconditionnel du territoire occupé.

Israël, qui ne participe pas aux audiences, a indiqué, dans des commentaires écrits, que l’implication de la cour pourrait nuire à la mise en place d’un règlement négocié.

Ces audiences font partie d’une campagne palestinienne visant à inciter les institutions juridiques internationales à examiner la conduite d’Israël. Cette initiative a pris un caractère urgent depuis que les attaques du Hamas en Israël le 7 octobre ont déclenché une réponse militaire qui a provoqué la mort de quelque vingt-neuf mille six cents Palestiniens.

Les quinze juges de la CIJ ont été chargés d’étudier «l’occupation, la colonisation et l’annexion par Israël… notamment les mesures visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut de la Ville sainte de Jérusalem, en plus de l’adoption de lois et mesures discriminatoires connexes».

Le verdict des juges devrait être rendu dans six mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Franck Riester à Abu Dhabi pour la conférence ministérielle de l'OMC

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU (Photo, AFP).
Short Url
  • L'événement réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial
  • Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU

RABAT: Dans le cadre de la 13ᵉ conférence ministérielle (CM13) de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), le ministre délégué Franck Riester, en charge du commerce extérieur et de l'attractivité, de la francophonie et des Français de l’étranger, s’est rendu à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis (EAU). 

L'événement, qui se déroule du dimanche 25 au mardi 27 février 2024, réunit des représentants de nombreux pays pour évoquer les défis et les opportunités du commerce mondial.

Ce déplacement revêt une importance significative dans le contexte où la France et l’Union européenne œuvrent pour que «l’OMC retrouve toute sa place au centre du système commercial multilatéral et soit en mesure de répondre aux enjeux actuels du commerce mondial», a annoncé le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Parmi les priorités figure le «rétablissement du mécanisme de règlement des différends de l’organisation», précise le communiqué.

Au cours de cette conférence, l’homme politique mettra en avant «l’importance de la montée en puissance des enjeux de politique industrielle et de concurrence équitable». Il défendra également la conclusion d'accords prioritaires pour la France, notamment celui qui porte sur les subventions contribuant à la surpêche et aux surcapacités, ajoute le communiqué.

Le programme de Franck Riester prévoit une série de rencontres de haut niveau avec ses homologues, ainsi qu'avec des représentants des EAU. Des échanges sont également prévus avec des membres de la communauté française établie dans le pays hôte.

La journée du lundi 26 février sera marquée par la cérémonie d’ouverture de la CM13, suivie de sessions dédiées à des sujets cruciaux tels que l’accession des Comores et du Timor oriental à l'OMC ainsi que la ratification de l’accord sur les subventions à la pêche.

Par ailleurs, Franck Riester profitera de son séjour pour visiter la Sorbonne Abu Dhabi ; il y discutera avec des professeurs de français et des étudiants.