Riyad se prépare pour accueillir l'Expo 2030

Riyad est une ville candidate à l'Exposition universelle de 2030. (Twitter/@Riyadh_Expo2030)
Riyad est une ville candidate à l'Exposition universelle de 2030. (Twitter/@Riyadh_Expo2030)
Short Url
Publié le Jeudi 02 novembre 2023

Riyad se prépare pour accueillir l'Expo 2030

  • Malgré la participation de la ville sud-coréenne de Busan à la course de candidatures, le choix va se porter sur l'Italie ou l'Arabie Saoudite
  • Indépendamment des autres villes qui ont candidaté pour accueillir l'Expo 2030, Riyad a déjà élaboré sa Vision 2030 qui comprend en son sein le plan d’organisation de l’Expo 2030

La capitale italienne Rome et la terre des lieux saints, la capitale saoudienne, Riyad, sont en concurrence pour obtenir l'honneur d'accueillir et d'organiser l'Exposition 2030. Malgré la participation de la ville sud-coréenne de Busan à la course de candidatures, le choix va se porter sur l'Italie ou l'Arabie Saoudite. L'hébergement du Japon pour l'Exposition de 2025 rend peu probable l’organisation d'un tel événement par une autre ville asiatique à 5 ans d’intervalle.

Bien que le gouvernement de la Première ministre italienne, Giorgia Meloni, souhaite ardemment l’organisation d’un événement de telle envergure, la faible capacité financière du pays et l’absence d’une vision claire et concrète sur le financement détaillé de cet événement rend sa réalisation incertaine et difficile.

Indépendamment des autres villes qui ont candidaté pour accueillir l'Expo 2030, Riyad a déjà élaboré sa Vision 2030 qui comprend en son sein le plan d’organisation de l’Expo 2030. Ainsi, le Royaume de l’Arabie saoudite cherche à mettre en œuvre cette vision globale qui englobe des plans d’action environnemental, sociétal, économique, énergétique, culturel, et bien d’autres. En revanche, l'Italie, qui est une destination touristique a peut-être proposé d'accueillir l'événement pour obtenir des fonds supplémentaires des touristes.

Malgré les défis climatiques, Riyad présente une vision intégrée pour construire l'avenir, en tant que ville en croissance rapide, dynamique et en pleine transformation. Les organisateurs de la candidature de Riyad Expo 2030 ont fait du changement climatique un sujet central de discussion lors de l'exposition internationale.

La question de la lutte contre le changement climatique occupe une place importante dans le dossier d'accueil de «Riyad Expo 2030». Inspiré de cette thématique, le site de l'Expo Riyad 2030 est conçu sous forme de parc ou de labyrinthe vert, avec des grandes pétales superposées de manière à fournir un refroidissement naturel, un design et une technique adoptés par les habitants du Moyen-Orient depuis des siècles pour rafraichir l’espace.

Le gouvernement saoudien a également lancé plusieurs initiatives pour diversifier les sources de son économie et créer un avenir plus durable. Cette exposition internationale est un enjeu majeur pour l’histoire de la ville de Riyad. L’expo représente une opportunité significative pour Riyad de montrer, au monde entier, ses progrès récents et ses aspirations.

Concrètement, Riyad prévoit accueillir 246 pavillons participants : tous les Etats du monde, les organisations internationales et les organisations non gouvernementales.

Sous le slogan «Ensemble pour un avenir radieux», Riyad se prépare activement pour relever ce défi. D’un point de vue financier, Riyad compte dépenser environ 7,8 milliards de dollars pour établir le site de l'exposition, qui sera à quelques minutes de l'aéroport du Roi Khalid de Riyad, et qui devrait attirer des dizaines de millions de visiteurs. Il est nécessaire de mentionner que ce site est conçu selon les règles et les politiques de durabilité environnementale, gestion des déchets et respect des ressources naturelles.

Très attrayants, les pavillons de l'Expo Riyad 2030 ressemblent à un jardin verdoyant au cœur du désert, un design fascinant et durable... Autre atout environnemental, d'ici 2030, un tiers des voitures de Riyad rouleront à l'énergie électrique propre. Ainsi, le gouvernement saoudien investit massivement dans le développement de nouvelles technologies et infrastructures et s’engage à atteindre des émissions de carbone nettes nulles d'ici 2060.

 


L'Algérie justifie le refoulement d'un journaliste par l'hostilité de Jeune Afrique

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc. (AFP).
Short Url
  • Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc
  • Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France

ALGER: L’Algérie met en cause les "positions hostiles" de l'hebdomadaire Jeune Afrique afin de justifier le refoulement d'un de ses journalistes à son arrivée à l'aéroport d'Alger, selon les déclarations du ministre algérien de la Communication Mohamed Laagab.

"Farid Alilat est un citoyen algérien, mais en même temps il est journaliste dans un magazine indésirable, et lorsque ce média profite de sa nationalité algérienne et s'immisce de manière sournoise dans l'exercice du travail journalistique, cela est inacceptable", a déclaré jeudi le ministre algérien.

M. Laagab a assuré que "séparer les deux est difficile, mais en tant qu'algérien, il est le bienvenu. Il exerce un travail journalistique pour son média, qui a choisit de prendre des positions hostiles à l'Algérie et ceci est intolérable".

Jeune Afrique est régulièrement critiqué par les médias officiels algériens qui accusent l'hebdomadaire, dont de nombreuses éditions ont été censurées ces dernières années dans le pays, d'être biaisé en faveur du Maroc, le rival régional de l'Algérie.

"La question ne le concerne pas en tant que citoyen algérien, mais plutôt le magazine Jeune Afrique où il exerce, qui a adopté des positions éditoriales hostiles à l'égard de l'Algérie. Ce média publie tantôt des informations incorrectes tantôt des informations exagérées", a affirmé le ministre.

Farid Alilat a expliqué dans une publication postée dimanche soir sur sa page Facebook qu'il avait été retenu pendant onze heures dans les locaux de la police à l'aéroport d'Alger avant d'être expulsé vers la France.

Farid Alilat, établi depuis 2004 en France où il dispose d'une carte de séjour, se rendait pourtant régulièrement en Algérie.

Selon lui, les policiers l'ont interrogé notamment sur ses écrits, sur la ligne éditoriale de son journal, sur l'objet de son voyage, et sur les opposants algériens à l'étranger et ont fouillé ses deux téléphones et son ordinateur.

L'ONG Reporters sans frontières (RSF) a condamné, dans un message sur X, une "expulsion sans justification" et dénoncé "une entrave inacceptable à la liberté de la presse".


Syrie: 20 combattants pro-gouvernement tués dans deux attaques de l'EI

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs". Photo d'illustration. (AFP).
Short Url
  • Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas
  • "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal"

BEYROUTH: Le groupe Etat islamique a tué 20 soldats et combattants des forces pro-gouvernementales syriens au cours de deux attaques dans des zones contrôlées par Damas, a annoncé jeudi l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Seize soldats de l'armée régulière et combattants des forces pro-gouvernementales sont morts dans l'attaque par l'EI d'un autocar militaire dans l'est de la province de Homs", selon cette ONG basée en Grande-Bretagne et disposant d'un vaste réseau de sources en Syrie. "Quatre soldats syriens sont morts dans une autre attaque de l'EI contre une base près d'Albukamal", a ajouté l'OSDH.


L'Autorité palestinienne fustige le veto américain à l'ONU

L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre". (AFP).
Short Url
  • Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU
  • Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions

RAMALLAH: L'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigé jeudi le veto américain à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies, y voyant une "agression flagrante" qui pousse le Moyen-Orient "au bord du gouffre".

"Cette politique américaine agressive envers la Palestine, son peuple et ses droits légitimes représente une agression flagrante contre le droit international et un encouragement à la poursuite de la guerre génocidaire contre notre peuple (...) qui poussent encore davantage la région au bord du gouffre", a déclaré le bureau de M. Abbas dans un communiqué.

Ce veto "révèle les contradictions de la politique américaine, qui prétend, d'une part, soutenir la solution à deux États (une Palestine indépendante aux côtés d'Israël, ndlr), mais de l'autre empêche la mise en oeuvre de cette solution" à l'ONU, ont ajouté les services de M. Abbas en remerciant les Etats ayant voté en faveur de l'adhésion pleine et entière des Palestiniens à l'ONU.

"Le monde est uni derrière les valeurs de vérité, de justice, de liberté et de paix que représente la cause palestinienne", a fait valoir l'Autorité palestinienne, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Le projet de résolution présenté par l'Algérie, qui "recommande à l'Assemblée générale que l'Etat de Palestine soit admis comme membre des Nations unies", a recueilli jeudi 12 votes pour, 1 contre et 2 abstentions.