Frankly Speaking : Israël a-t-il le droit de se défendre ?

Francesca Albanese, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, avec Katie Jensen, animatrice de l'émission «Frankly Speaking» (Photo AN).
Francesca Albanese, rapporteuse spéciale des Nations Unies sur la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, avec Katie Jensen, animatrice de l'émission «Frankly Speaking» (Photo AN).
Short Url
Publié le Lundi 30 octobre 2023

Frankly Speaking : Israël a-t-il le droit de se défendre ?

  • Francesca Albanese déclare que l'assaut d'Israël sur Gaza est sans fondement juridique car «la légitime défense ne peut s'appliquer dans un contexte d'occupation militaire»
  • Elle souhaite que les alliés d'Israël demandent à Netanyahou ce qu'il entend par changer le Moyen-Orient, car cela «ferait émerger une autre forme de résistance»

DUBAÏ : Israël n'a pas le droit à l'autodéfense qu'il revendique dans la bande de Gaza en raison de son statut de puissance occupante, selon le rapporteur spécial de l'ONU sur les territoires palestiniens occupés.

Francesca Albanese, qui a été nommée à ce poste en mai 2022 pour un mandat de trois ans, estime également que la réponse militaire d'Israël à l'attaque protéiforme du Hamas le 7 octobre est allée au-delà de la simple défense de son propre territoire et de ses citoyens.

«Le droit à l'autodéfense invoqué par Israël au titre de l'article 51 de la Charte des Nations unies est très clair. Il autorise un État à repousser une attaque provenant d'un autre État. L'action nécessaire pour la repousser doit donc être basée sur son intensité et sa portée. Sans compter qu’elle doit être proportionnelle», a-t-elle dit lors de l'émission d'actualité d'Arab News « Frankly Speaking ».

Mme Albanese a ajouté : «la Cour internationale de justice a établi une jurisprudence selon laquelle la légitime défense ne peut s'appliquer dans un contexte d'occupation militaire comme, dans c’est le cas ici, où Israël occupe un autre État et un autre peuple».

En décrivant le concept de «proportionnalité» dans sa réponse, elle a indiqué qu'Israël avait repris le contrôle de son territoire en vingt-quatre ou trente heures. Par conséquent, le droit à l'autodéfense sur son propre territoire, s'il peut être qualifié d'autodéfense, était devenu non applicable».

«Est-ce à dire qu'Israël devait rester les bras croisés après ce que le Hamas lui avait infligé? Non, comme je l'ai précisé, la priorité était de protéger les citoyens israéliens et de contrer la présence militaire du Hamas, ce qui a été accompli», ajoute-t-elle.

Alors que le sort de 2,3 millions de Palestiniens reste incertain en raison de l'intensification des opérations militaires israéliennes et de l'augmentation rapide du nombre de victimes, Francesca Albanese, universitaire italienne et avocate internationale spécialisée dans les droits de l'Homme, s'est exprimée sur la dynamique sous-jacente du conflit, et sur la question de savoir si des poursuites allaient être engagées pour crimes de guerre des civils tout en se demandant si l'ONU avait une fois de plus failli à sa mission auprès du peuple palestinien.

''
Francesca Albanese, rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des droits de l'Homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, a expliqué que les représailles d'Israël avaient été aveugles, provoquant la destruction de plus de 42 % des habitations à Gaza, ciblant des zones civiles, y compris des hôpitaux, et causant la mort de milliers de Palestiniens. (Photo AN)

Les combats ont éclaté lorsque le Hamas a lancé des roquettes depuis Gaza sur le territoire israélien avant de s'infiltrer à la frontière et de tuer des civils et des militaires dans plusieurs villes frontalières, des kibboutzim et même dans un festival de musique le 7 octobre.

Des centaines de citoyens et de soldats israéliens, ainsi que de nombreuses personnes originaires d'autres pays, ont également été emmenés à Gaza et sont retenus en otage.

Après avoir débarrassé son territoire des militants du Hamas, Israël a mené des opérations de représailles à Gaza, déclarant officiellement la guerre au groupe armé.

Selon Albanese, le fait qu'Israël ait bombardé l'ensemble de la bande de Gaza sans objectif militaire précis soulève d'importantes questions. «Un objectif militaire clair pourrait être le démantèlement de la capacité militaire du Hamas. Mais ce n'est pas ce qui a été dit. Ce n'était pas l'intention exprimée», a-t-elle déclaré.

«L'objectif a été d'éradiquer le Hamas dans son ensemble. Mais le Hamas est aussi une entité politique. Alors, qu'est-ce que cela signifie en pratique?»

«Des déclarations de politiciens et de dirigeants israéliens ont affirmé que tous les Palestiniens de Gaza étaient responsables des actions du Hamas et qu'il fallait donc leur briser l’échine. Le langage utilisé est extrêmement dangereux. Un langage génocidaire a été employé et des centaines d'universitaires ont tiré la sonnette d'alarme.»

Albanese a déclaré que la campagne militaire israélienne avait été extrêmement destructrice et aveugle, provoquant la destruction de plus de 42% des habitations à Gaza, ciblant des zones civiles, y compris des hôpitaux, des lieux de culte et des marchés publics.

Les autorités sanitaires palestiniennes ont déclaré que plus de 8 000 personnes avaient été tuées par les frappes aériennes de représailles d'Israël jusqu’à ce jour.

En réponse à la question de savoir si le dernier conflit à Gaza avait changé son point de vue, Mme Albanese a déclaré que «la seule manière de faire valoir une voix juridique et morale forte, claire et indiscutable en ce moment est de condamner sans équivoque les attaques contre des civils, quels qu’ils soient».

''
Des Palestiniens récupèrent des sacs de léguminueuses séchées dans un centre d'aide géré par l'ONU, distribuant de la nourriture aux Palestiniens locaux et aux personnes déplacées suite à l'appel d'Israël demandant à plus d'un million d'habitants du nord de Gaza de se déplacer vers le sud pour leur sécurité, à Deir al-Balah, dans le cadre des batailles en cours entre Israël et le groupe palestinien Hamas. (AFP)

«Ce que le Hamas a fait le 7 octobre dépasse le champ d’une résistance légitime, car le massacre de civils ne saurait en aucun cas être justifié», a-t-elle déclaré à Katie Jensen, animatrice de l'émission «Frankly Speaking».

Mme Albanese a poursuivi: «Le Hamas est à blâmer pour le meurtre brutal de civils, car dans un contexte d'hostilités, alors que les cibles militaires sont légitimes et que tuer un soldat est une tragédie, tuer un civil est un crime de guerre. Il est absolument interdit d’éliminer des civils.»

D'autre part, elle a affirmé que le conflit israélo-palestinien n'a pas commencé le 7 octobre.  «L'occupation qu'Israël maintient en Cisjordanie, y compris à Jérusalem et dans la bande de Gaza, est illégale pour de nombreuses raisons. Cette occupation s'est transformée en un apartheid de facto, servant à coloniser les terres palestiniennes, à déplacer des populations manu militari, à procéder à des arrestations arbitraires d’adultes et d’enfants, à imposer la loi martiale à des millions de Palestiniens, y compris dans la bande de Gaza déjà soumise à un blocus», a-t-elle déclaré.

«Gaza subit un blocus illégal depuis seize ans au cours desquels cinq guerres ont déjà eu lieu à Gaza – en 2008, en 2012, en 2014, en 2021, en 2022 – ayant causé la mort de 4 200 personnes, dont 1 100 enfants.»

Les opinions de Mme Albanese sur le droit d'Israël à l'autodéfense et sur les actions menées à Gaza ont suscité la controverse; des médias, des organismes de surveillance d'ONG et des responsables israéliens l'ont accusée d'antisémitisme.

En avril de cette année, un ministre israélien a adressé une demande d'exclusion de Mme Albanese au Secrétaire général des Nations unies et au Haut-Commissaire aux droits de l'Homme des Nations unies pour exprimer ses préoccupations quant à son maintien en fonction, l'accusant de continuer à propager la haine, l'antisémitisme et à inciter à la violence.

Mme Albanese estime que les efforts déployés pour la démettre de ses fonctions actuelles visent à détourner l'attention des événements qui se déroulent à Gaza et en Palestine en général. «Ce n'est pas nouveau. Ce type d'attaques personnelles a été utilisé contre tous ceux qui ont osé critiquer les politiques et les pratiques israéliennes à l'égard des Palestiniens», a-t-elle déclaré.

«Je n'ai donc pas été particulièrement surprise. Oui, ils sont très véhéments, mais encore une fois, plus le message est fort, plus la dénonciation est forte, et plus la réponse est violente».

Soutenant que les données sur lesquelles ses détracteurs tentent de détourner l'attention sont bien plus importantes que leurs accusations, elle a affirmé : «Rien de ce que j'ai dit dans mes trois rapports sur l'autodétermination et les violations commises par Israël la privation arbitraire, généralisée et systématique de liberté dans les territoires palestiniens occupés, les violations commises à l'encontre des enfants palestiniens n'a jamais été contesté. La substance de mon analyse factuelle et juridique reste valable, et c'est pourquoi je demande instamment à la communauté internationale d'en tenir compte avant tout».

''
Francesca Albanese, rapporteuse spéciale des Nations unies sur les territoires palestiniens occupés, a déclaré dans l'émission Frankly Speaking que la réponse militaire d'Israël à l'attaque meurtrière du 7 octobre menée par le Hamas allait bien au-delà de la simple défense de son territoire et de ses citoyens. (Photo AN)

Alors que les statistiques de l'ONU indiquent que plus de 1,6 million de Palestiniens ont été contraints de fuir leur domicile à la date de samedi, Albanese a déclaré qu’il semble que Gaza ait atteint le point de non-retour.

De nombreux organes de presse ont rapporté qu'à la suite de l'ordre d'évacuation, des frappes aériennes ont tué des dizaines de Palestiniens qui tentaient de fuir la ville de Gaza. Les Palestiniens ne peuvent pas se réfugier sur leur propre territoire ou dans un autre pays; l'Égypte, qui borde Gaza, n'a pas ouvert de corridors qui permettraient aux Palestiniens de s'y réfugier.

«Israël a ordonné l'évacuation de 1,1 million de personnes, soit la moitié de la population du nord de la bande de Gaza», a précisé Albanese.

«Comment cela peut-il être considéré comme légal alors que des personnes se trouvent hospitalisées, sans compter le femmes, les enfants et les personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer? Parce que le sud, où les gens ont reçu l'ordre de se rendre, est bombardé. Il a été bombardé et est détruit. Il n’offre aucune capacité d'accueil pour ces gens.»

Mme Albanese a par ailleurs condamné les tentatives des médias visant, selon elle, à désinformer ou à propager de fausses informations, ce qui a été très courant tout au long du conflit en cours.

«Chaque journaliste doit vérifier les informations avant de les diffuser, mais aussi rapporter tous les faits, toutes les circonstances afin de fournir une information complète. J'ai constaté qu'il y avait beaucoup de parti pris», a-t-elle affirmé.

L'un des événements les plus controversés en termes de couverture médiatique a été l'explosion de l'hôpital Al-Ahli Arab dans la ville de Gaza le 17 octobre. Les circonstances entourant l'explosion varient considérablement et l'entité à l'origine de l'attaque fait l'objet d'un débat acharné.

Plusieurs agences de renseignement affirment que l'explosion a été provoquée par une roquette mal tirée du groupe palestinien Jihad islamique, tandis que le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a affirmé qu'une frappe aérienne israélienne en était responsable.

''
Des chars israéliens manœuvrent à l'intérieur de la bande de Gaza, vus d'Israël, le 29 octobre 2023. (Reuters)

«J'ai été témoin de récits contradictoires, car au début, l'armée israélienne a lancé de nombreux avertissements à l'hôpital pour qu'il soit évacué. Le personnel médical responsable de l'hôpital a fait savoir qu'il n'était pas en mesure de procéder à l'évacuation parce qu'il y avait des blessés graves entre autres patients», a poursuivi Albanese.

Immédiatement après l'attentat, des messages rapidement effacés sur les réseaux sociaux ont suggéré que l'armée israélienne avait frappé l'hôpital parce que des agents du Hamas s’y trouvaient à l'intérieur.

Lorsqu'on lui a demandé si ces suppressions avaient éveillé des soupçons dans son esprit, Mme Albanese a répondu: «Une commission d'enquête examine actuellement tous les actes de violences et tous les crimes qui ont été commis depuis le 7 octobre. Il s'agit de la commission d'enquête nommée par le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies en mai 2021. J'attendrai les conclusions de leur enquête.»

Étant donné que la communauté internationale n'a pas réussi à forcer Israël à accepter un cessez-le-feu, nombreux sont ceux qui affirment que l'ONU a une fois de plus failli à ses obligations envers le peuple palestinien.

Toutefois, Mme Albanese estime que l'ONU manque à ses obligations envers le peuple palestinien et le peuple israélien «car tous deux méritent la paix et la stabilité, ce qui relève de la responsabilité du Conseil de sécurité de l'ONU».

«Ce qui se produit est une catastrophe politique et humanitaire aux proportions incommensurables», a-t-elle déclaré.

Enfin, Albanese a souligné que les alliés d'Israël devraient demander au Premier ministre Benjamin Netanyahou de s’expliquer sur ses propos tenus dans une allocution télévisée après l'assaut du Hamas du 7 octobre, lorsqu’il a déclaré que «ce que nous ferons à nos ennemis se répercutera sur plusieurs générations».

Albanese a ajouté: «Je suis préoccupée par ce que cela sous-entend,  car, certes, vous pouvez éliminer tous les partisans et militants du Hamas, mais en maintenant la population sous oppression, comme Israël l'a fait avec les Palestiniens pendant des décennies, une autre forme de résistance réapparaîtra forcément», a expliqué Albanese.

«Je crains vraiment que la situation ne s'étende à toute la région, qui est déjà gravement touchée. Les rues et les places des villes arabes sont remplies de gens qui protestent. Ils manifestent parce qu'ils pensent que les Palestiniens méritent justice».

En ce qui la concerne, Mme Albanese a déclaré qu'elle adoptait une «approche claire et centrée sur l'être humain» dans son travail.

«Il n'y a pas de vie plus importante qu'une autre», a-t-elle affirmé. «Dans l'intérêt des Palestiniens et des Israéliens, les hostilités actuelles doivent cesser. Une solution réaliste, axée sur le droit international, doit être trouvée dès à présent, car demain, il sera peut-être trop tard.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le projet saoudien Masam a déminé 857 mines Houthi au Yémen

Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Short Url

RIYAD : Le projet Masam de l’Arabie saoudite a déminé 857 mines au Yémen — qui avaient été plantées par les milices Houthis — entre le 13 et le 19 avril, selon un rapport récent.

Supervisées par l’agence d’aide KSrelief du Royaume, les équipes spéciales du projet ont détruit 782 munitions non explosées et 75 mines antichars.

Les explosifs, qui ont été placés sans discrimination par les Houthis à travers le Yémen, représentaient une menace pour les civils, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Le projet Masam est l’une des nombreuses initiatives entreprises par l’Arabie saoudite à la demande du roi Salmane, qui a dégagé des routes pour l’aide humanitaire afin d’atteindre les citoyens du pays.

Les opérations de déminage ont eu lieu à Marib, Aden, Jouf, Shabwa, Taiz, Hodeidah, Lahij, Sanaa, Al-Bayda, Al-Dhale et Saada.

Au total, 437616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018, selon Ousama Al-Gosaibi, directeur général du projet.

Il s’agit notamment de 279002 articles de munitions non explosées, de 144 101 mines antichars, de 8 018 engins explosifs improvisés et de 6 495 mines antipersonnel.

L’initiative forme des ingénieurs démineurs locaux et leur fournit des équipements modernes. Elle offre également un soutien aux Yéménites blessés par les dispositifs.

Environ 5 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit au Yémen, dont beaucoup ont été déplacées par la présence de mines terrestres.

Les équipes de Masam sont chargées de nettoyer les villages, les routes et les écoles pour faciliter la circulation sécuritaire des civils et la livraison de l’aide humanitaire.

Le contrat du projet a été prolongé d’un an en juin 2023 pour un coût de 33,29 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les attaques israéliennes à Rafah et en Cisjordanie, tuent 23 Palestiniens, dont 6 enfants

Des médecins palestiniens soignent un enfant blessé lors d'un bombardement israélien à Rafah, vendredi 19 avril 2024. (AP)
Des médecins palestiniens soignent un enfant blessé lors d'un bombardement israélien à Rafah, vendredi 19 avril 2024. (AP)
Short Url
  • La frappe a touché un immeuble résidentiel dans le quartier de Tel Sultan, à l'ouest de la ville de Rafah
  • Par ailleurs, les forces israéliennes ont tué 14 Palestiniens lors d'un raid en Cisjordanie occupée samedi

DJEDDAH : Une frappe aérienne israélienne sur une maison à Rafah, la ville la plus méridionale de Gaza, a fait au moins neuf morts, dont six enfants, et l'armée a tué 14 Palestiniens lors d'un raid sur le camp de réfugiés de Nur Shams, dans le nord de la Cisjordanie occupée.

L'attaque de Gaza a touché vendredi en fin de journée le quartier de Tel Sultan, à l'ouest de Rafah. À l'hôpital Al-Najjar, des parents sanglotaient et serraient dans leurs bras les corps enveloppés des enfants. « Hamza, mon bien-aimé. Tes cheveux sont si beaux », s’est lamentée une grand-mère en deuil.

Abdel-Fattah Sobhi Radwan, sa femme Najlaa Ahmed Aweidah et leurs trois enfants ont été tués, a indiqué son beau-frère Ahmed Barhoum. Barhoum a perdu sa femme, Rawan Radwan, et leur fille de cinq ans, Alaa.

« C'est un monde dépourvu de toute valeur humaine et de toute morale », a déclaré Barhoum, qui pleurait en berçant le corps d'Alaa. « Les seuls martyrs sont les femmes et les enfants ».

Par ailleurs, une frappe aérienne israélienne a visé une maison du camp de réfugiés urbains de Bureji, dans le centre de Gaza, faisant au moins un mort et deux blessés.

La guerre a été déclenchée par un raid sans précédent mené le 7 octobre dans le sud d'Israël par le Hamas et d'autres groupes militants, qui a fait environ 1 200 morts, en grande majorité des civils, et qui a entraîné l'enlèvement d'environ 250 personnes qui ont été emmenées à Gaza.

Israël affirme qu'il reste environ 130 otages à Gaza, mais que plus de 30 d'entre eux sont morts. Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré que le nombre de morts dans la bande assiégée s'élevait à 34 049.

Le ministère de la Santé de Gaza a déclaré samedi que les corps de 37 personnes tuées par les frappes israéliennes avaient été transportés aux hôpitaux de Gaza au cours des dernières 24 heures. Les hôpitaux ont également accueilli 68 blessés.

Ces derniers chiffres portent le nombre total de morts palestiniens de la guerre entre Israël et le Hamas à au moins 34 049, et le nombre de blessés à 76 901, selon le ministère. Bien que les autorités sanitaires dirigées par le Hamas ne fassent pas de distinction entre les combattants et les civils dans leur décompte, elles affirment qu'au moins deux tiers d'entre eux sont des enfants et des femmes.

La guerre a fait monter en flèche les tensions régionales, entraînant une flambée de violence entre Israël et son ennemi juré, l'Iran, qui a menacé de dégénérer en une véritable guerre.

Par ailleurs, les forces israéliennes ont tué 14 Palestiniens lors d'un raid en Cisjordanie occupée samedi, tandis qu'un ambulancier a été tué alors qu'il allait chercher des blessés lors d'une autre attaque menée par des colons juifs violents, ont déclaré les autorités palestiniennes.

Des Palestiniens inspectent les dégâts après un raid israélien dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (AFP).
Des Palestiniens inspectent les dégâts après un raid israélien dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie occupée, le 20 avril 2024. (AFP).

Les forces israéliennes ont entamé un raid prolongé aux premières heures de vendredi dans la région de Nur Shams, près de la ville palestinienne de Tulkarm, qui constitue un point chaud, et continuaient d'échanger des coups de feu avec des combattants armés jusque tard dans la journée de samedi.

Des véhicules militaires israéliens se sont massés et des rafales de tirs ont été entendues, tandis qu'au moins trois drones ont été aperçus en train de planer au-dessus de Nur Shams, une zone où vivent des réfugiés et leurs descendants de la guerre de 1948i ayant suivi la création de l'État d'Israël.

Les Brigades de Tulkarm, qui regroupent les forces de nombreuses factions palestiniennes, ont déclaré que leurs combattants avaient échangé des tirs avec les forces israéliennes samedi.

Des journalistes ont vu des corps dans la rue et des maisons touchées par des explosions, tandis que des drones israéliens survolaient le camp et que des véhicules blindés s'y déplaçaient.

Depuis l'attaque du Hamas sur le sud d'Israël le 7 octobre, plus de 460 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens en Cisjordanie, selon les autorités sanitaires palestiniennes. Israël mène des raids fréquents dans les villes de ce territoire instable. Parmi les morts figurent des militants, mais aussi des lanceurs de pierres et des passants. Certains ont également été tués lors d'attaques menées par des colons israéliens.

Par ailleurs, trois combattants du Hezbollah ont été tués lors d'une frappe israélienne sur une maison dans le sud du Liban. Les responsables du Hezbollah ont déclaré qu'ils « répondront de manière proportionnée à toute violation par Israël des limites établies dans la confrontation ».

Le député du groupe, Naim Qassem, a déclaré : « Si l'escalade atteint un certain niveau, nous y ferons face comme il se doit. Il n'y a pas de recul dans la confrontation, ni dans le soutien et la protection de Gaza ».

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a discuté des efforts visant à acheminer l'aide à Gaza et à parvenir à une paix juste et durable dans la région lors d'une réunion avec le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, à Istanbul.

Pour Wolfango Piccoli, coprésident de Teneo Intelligence à Londres, cette rencontre s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par Erdogan pour se repositionner en tant que défenseur crédible de la cause palestinienne après sa récente défaite électorale.

Depuis le début de la guerre de Gaza, des milliers de Palestiniens ont été arrêtés et des centaines d'entre eux ont été tués lors d'opérations régulières menées par l'armée et la police israéliennes, la plupart étant des membres de groupes armés, mais aussi des jeunes qui lançaient des pierres et des civils non impliqués.

Dans un autre incident, le ministère palestinien de la Santé a déclaré qu'un ambulancier de 50 ans avait été tué par des tirs israéliens près du village d'Al-Sawiya, au sud de la ville de Naplouse, alors qu'il s'apprêtait à transporter des personnes blessées lors de l'attaque du village.

Il n'a pas été possible de déterminer dans un premier temps s'il avait été abattu par des colons. L'armée n'a fait aucun commentaire dans l'immédiat.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les commémorations du patrimoine à Diriyah et à Baha attirent les foules

Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Des experts en patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.(SPA)
Short Url
  • La journée a été marquée par diverses activités organisées pendant trois jours sur plusieurs sites, notamment le quartier historique d'At-Turaif à Diriyah, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2010
  • Un séminaire en plusieurs sessions a également été organisé pour aider à comprendre les défis posés par les précipitations et les inondations à Diriyah

RIYAD : La Diriyah Gate Development Authority, en collaboration avec le Comité national saoudien du Conseil international des monuments et des sites et la Heritage Foundation, a célébré la Journée du patrimoine mondial le 18 avril.

La journée a été marquée par diverses activités organisées pendant trois jours sur plusieurs sites, notamment le quartier historique d'At-Turaif à Diriyah, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 2010.

Des experts du patrimoine ont effectué une visite de terrain sur les sites de Diriyah en cours de réhabilitation, notamment Wadi Hanifa, la ferme Al-Bahli, Ghassiba et le quartier historique d'At-Turaif.

Un séminaire en plusieurs sessions a également été organisé pour aider à comprendre les défis posés par les précipitations et les inondations à Diriyah. Les experts ont également discuté de l'intégration des connaissances traditionnelles et de l'ingénierie moderne dans les travaux de préservation, dans le but de contrer l'impact des catastrophes naturelles.

L'événement a mis en lumière le travail continu de la DGDA en matière de réhabilitation, de préservation et de sensibilisation à la valeur historique et culturelle des sites patrimoniaux du Royaume.

À Baha, la Commission saoudienne du patrimoine et la Chambre de commerce et d'industrie du gouvernorat d'Al-Makhwah, dans la région de Baha, ont organisé une Journée du patrimoine mondial au village historique de Thee Ain.

Des spectacles « son et lumière » captivants projetés sur les façades de 58 maisons patrimoniales du village, du folklore, un conseil du patrimoine et la préparation traditionnelle du café saoudien faisaient partie des festivités.

Le village de Thee Ain est réputé pour son patrimoine authentique, sa riche histoire et sa beauté à couper le souffle, qui laissent une impression durable aux visiteurs. Selon le site web de l'UNESCO, le village date de la fin du XVIe siècle, ce qui signifie qu'il a plus de 400 ans.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com