Frankly Speaking : Le programme climatique est-il devenu étranger aux réalités humaines ?

Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, représentant spécial de la COP28 pour les entreprises et la philanthropie, s'entretient avec Katie Jensen, animatrice de Frankly Speaking (Photo, AN).
Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, représentant spécial de la COP28 pour les entreprises et la philanthropie, s'entretient avec Katie Jensen, animatrice de Frankly Speaking (Photo, AN).
Short Url
Publié le Lundi 23 octobre 2023

Frankly Speaking : Le programme climatique est-il devenu étranger aux réalités humaines ?

  • Le directeur général du Crescent Group déclare que le bilan humanitaire du conflit de Gaza, et non son impact sur les marchés pétroliers, est sa principale préoccupation à l'heure actuelle
  • Jafar, également PDG de Crescent Enterprises, exhorte les pays développés à cesser de mener des politiques intéressées qui affectent la confiance

DUBAÏ : Les gouvernements occidentaux devraient cesser de prêcher la politique climatique aux pays en développement et s'efforcer plutôt d'améliorer la coopération intergouvernementale, de reconnaître les réalités économiques et de donner la priorité au développement durable, a déclaré Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, dont le siège se trouve à Sharjah.

Il a ajouté que les nations développées devraient « moins se pointer du doigt » et « davantage tendre la main à la coopération ».

Dans l'émission « Frankly Speaking » d'Arab News, Jafar, qui est également représentant spécial pour les entreprises et la philanthropie à la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28), qui se tiendra à Dubaï le mois prochain, a ajouté que l'agenda du développement humain et climatique ne devaient pas être dissociés.

Le sommet COP28 se déroulera du 30 novembre au 12 décembre à Expo City, Dubaï, marquant un rassemblement important pour orienter le monde vers un avenir plus vert. (Shutterstock)
Le sommet COP28 se déroulera du 30 novembre au 12 décembre à Expo City, Dubaï, marquant un rassemblement important pour orienter le monde vers un avenir plus vert. (Shutterstock)

Il a déclaré : « Une grande partie de l'agenda politique vert préconisé aujourd'hui pose problème, car de nombreuses personnes luttent pour joindre les deux bouts ou même survivre, et peuvent considérer ce discours comme de la bigoterie élitiste occidentale, ignorant les réalités humaines sur le terrain ».

« Nous ne pouvons donc plus séparer les objectifs de développement humain, qui constituent 12 des 17 ODD (objectifs de développement durable de l'ONU), des objectifs climatiques, ou même de ceux relatifs à la nature ».

« Ce sont les deux faces d'une même pièce. Et le côté de cette pièce est une politique climatique propice à une évolution plus verte de tous nos systèmes, tout en garantissant des opportunités équitables pour les milliards de personnes qui n'en ont pas encore bénéficié, notamment les 800 millions de personnes qui n'ont pas accès à l'électricité aujourd'hui, ou les 2,3 milliards de personnes qui n'ont pas accès à des combustibles de cuisson propres ».

Dans un échange avec Katie Jensen, animatrice de l'émission « Frankly Speaking », Jafar s'est interrogé, entre autres, sur le bien-fondé des critiques formulées à l'encontre des Émirats arabes unis qui accueillent le sommet, sur son rôle dans la création d'un héritage durable et sur les répercussions possibles de l'escalade rapide du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas.

Dans la région troublée du Moyen-Orient, la réponse au changement climatique pourrait sembler reléguée à l’arrière-plan. Néanmoins, dans une partie du monde si liée à la sécurité énergétique mondiale, ce qui s'est passé dans la région ne pouvait pas être négligé. En ce qui concerne les conséquences de la guerre entre Israël et le Hamas sur les marchés pétroliers de la région, Jafar a déclaré qu'il était plus préoccupé par la situation humanitaire.

« Pour l'instant, je ne m'intéresse pas aux inquiétudes du marché lorsqu'il s'agit de la souffrance humaine. » La souffrance humaine est au centre, et devrait être au centre, pour tout le monde, de tout ce que nous faisons et de tout ce à quoi nous pensons en ce moment. En ce qui me concerne, le marché n'est donc ni au beau fixe ni au ralenti », a-t-il ajouté.

Dr Sultan Al-Jaber, président de la COP28 ; championne du climat de haut niveau pour la présidence de la COP 28 ; et Badr Jafar se sont entretenus avec les dirigeants mondiaux Williams Ruto, Bill Gates et Mike Bloomberg lors d'un événement axé sur la santé et le climat pour discuter du programme d'action de la COP28 (Photo, fournie).
Dr Sultan Al-Jaber, président de la COP28 ; championne du climat de haut niveau pour la présidence de la COP 28 ; et Badr Jafar se sont entretenus avec les dirigeants mondiaux Williams Ruto, Bill Gates et Mike Bloomberg lors d'un événement axé sur la santé et le climat pour discuter du programme d'action de la COP28 (Photo, fournie).

Les Émirats arabes unis étant l'un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz au monde, les critiques ont suggéré qu'ils n'étaient pas un bon candidat pour accueillir la COP28. D'autres ont défendu le choix du lieu, soulignant l'absence de critiques lorsque l'Écosse, elle-même productrice de pétrole, a accueilli la COP26 en 2021.

 Jafar, qui est également directeur général du Crescent Group, qui gère un portefeuille de plus de 25 entreprises diversifiées par l'intermédiaire de Crescent Enterprises et de Crescent Petroleum, a estimé que ces critiques n'avaient rien à voir avec l'objectif du sommet.

Il a souligné que les participants et les observateurs de la COP28 devraient se concentrer sur l'aide aux communautés dans les nations les plus vulnérables au climat du monde en développement plutôt que sur leurs intérêts personnels.

Il a ajouté : « Je me sens obligé de dire que nous ne devons pas oublier le véritable objectif de tout ce qui est discuté, dont le changement climatique ».

« Il s'agit certainement de sauvegarder et d'assurer le bien-être de l'humanité et de notre habitat, en se concentrant sur les plus vulnérables. Et ceci est particulièrement vrai avec les souffrances incroyables dont nous avons été témoins cette semaine (à Gaza), notamment en raison de la guerre menée contre certains des civils les plus sans défense et sans voix de la planète ».

« Pensez-y, et je parle ici au sens figuré. Lorsque votre maison brûle, il est absurde de vous demander d'envisager d'ajouter des panneaux solaires à votre toit ou de vous préoccuper de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré d'ici à 2030.Vous essayez simplement de survivre un jour, une heure de plus ».

Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, représentant spécial de la COP28 pour les entreprises et la philanthropie, s'entretient avec Katie Jensen, animatrice de Frankly Speaking (Photo, AN).
Badr Jafar, PDG de Crescent Enterprises, représentant spécial de la COP28 pour les entreprises et la philanthropie, s'entretient avec Katie Jensen, animatrice de Frankly Speaking (Photo, AN).

Il a souligné que certains pays développés avaient revu à la baisse leurs engagements en matière d'émissions et délivré de nouvelles licences pour le forage pétrolier et gazier, et a suggéré que le « l’écart de confiance » entre les pays industrialisés et les pays en développement devait être comblé si l'on voulait atteindre les objectifs en matière de climat.

« Toutes les nations doivent se regarder dans le miroir avec honnêteté intellectuelle et se demander si ce qu'elles font elles-mêmes contribue réellement à améliorer la situation, au lieu de faire de la politique intéressée et d'aggraver la situation en créant un fossé dans la confiance encore plus grand à travers le monde, ce qui garantira que nous n'atteindrons jamais nos objectifs en matière de climat et de nature », a-t-il ajouté.

 Défendant le choix de Dubaï comme lieu d'accueil de la COP28, Jafar a précisé que les Émirats arabes unis devraient être jugés sur la base de leurs politiques climatiques et de leurs investissements dans les sources d'énergie propres et renouvelables.

« C'est ce que représentent les Émirats arabes unis et leur participation à la COP28. En seulement deux générations, les Émirats arabes unis ont rapidement diversifié leur économie, avec plus de 70 % du PIB (produit intérieur brut) généré aujourd'hui en dehors du pétrole. »

d

Il a mis en exergue l'Agenda vert des Émirats arabes unis, lancé en 2015, sa stratégie « zéro émission nette d'ici 2050 » et son engagement à investir plus de 160 milliards de dollars dans les énergies propres au cours des prochaines années, ajoutant que Masdar d'Abou Dhabi était déjà le plus grand investisseur au monde dans le domaine des énergies renouvelables.

 Jafar a également souligné les efforts déployés par les Émirats arabes unis pour protéger les puits de carbone naturels en inversant la déforestation et en lançant des initiatives telles que le projet Mangrove Breakthrough, qui vise à restaurer 15 millions d'hectares de mangrove dans le monde. Saluant l'initiative verte saoudienne et d'autres projets au Moyen-Orient visant à lutter contre le changement climatique, il a affirmé qu'ils étaient « tous vraiment en phase avec la transition énergétique en cours ».

 Jafar a dit à Mme Jensen qu'un sommet sur le climat réussi impliquerait l'inclusion de chefs d'entreprise et de philanthropes dans la recherche et la mise en œuvre de solutions climatiques.

 Il a dit : « Le secteur privé, y compris la philanthropie à mon avis, est le plus prometteur pour accélérer la réalisation de nos objectifs mondiaux en matière de climat et de nature »

« Je crois honnêtement que l'une des principales raisons pour lesquelles le processus de la COP n'a pas été aussi fructueux en termes de mise en œuvre et d'action qu'il ne l'a peut-être été en termes de déclarations et d'engagements, c'est que les entreprises n'ont pas été correctement impliquées dans le processus. Cela doit changer et changera avec la COP28 ».

 Jafar estime que l'on ne peut pas compter uniquement sur les gouvernements pour tenir leurs promesses ambitieuses de réduction des émissions et de mise en œuvre de politiques vertes.

« Une autre raison essentielle pour laquelle l'inclusion authentique des entreprises n'est plus facultative est qu’elles peuvent fournir le tissu de connexion essentiel entre les présidences de la COP.

 Nous avons tous été témoins, au fil des ans, des volte-face de divers gouvernements, principalement en Europe, et peut-être même aux États-Unis, les partis politiques en concurrence jouant au ping-pong avec les politiques climatiques et certains allant même jusqu'à repousser l'objectif « zéro net » pour servir leurs propres intérêts.

 « L'incapacité constante de nombreux pays à respecter leurs engagements en matière de financement de la lutte contre le changement climatique est une autre raison pour laquelle nous ne pouvons pas nous contenter de nous fier à ces engagements. Cette déconnexion et cette discontinuité sont donc fatales à un processus tel que la COP », a-t-il ajouté.

 Jafar a indiqué qu'un forum sur le climat consacré aux entreprises et à la philanthropie se tiendrait en décembre, après la COP28 des Émirats arabes unis, afin d'examiner des solutions ciblées pour accélérer le transfert de technologies, réduire les risques liés aux investissements verts, permettre des investissements efficaces pour la conservation de la nature, favoriser les petites et moyennes entreprises et les startups dans le domaine du climat, et investir dans la résilience pour les plus vulnérables, entre autres résultats essentiels du secteur privé.

Ce faisant, les organisateurs espèrent élaborer « une feuille de route axée sur les résultats et non sur les noms », a déclaré Jafar.

« C'est exactement ce que nous faisons avec le forum et, je crois, plus largement avec la COP28.  C'est vraiment l'objectif que nous nous sommes fixé au cours des deux derniers mois, afin de nous assurer que l'ordre du jour n'est pas seulement adapté à la COP28 et principalement, bien sûr, à l'agenda d'action de la COP28 ou du président, mais qu'il est également approprié pour les communautés que l'ensemble de l'ordre du jour et les résultats doivent servir ».

Dans un entretien accordé à Arab News lors du Forum économique mondial de Davos cette année, Jafar avait déclaré que le monde n'était pas confronté à une crise énergétique, mais plutôt à une crise de gestion, soulignant l'incapacité de l'Occident à conduire les nations vers des solutions réalistes pour lutter contre le changement climatique.

Il a de nouveau souligné ce qu'il considère comme une incapacité à accepter une réalité économique qui a entraîné une plus grande division.

 Il a déclaré : « La plupart des discours prononcés aujourd'hui dans les cercles occidentaux de politique énergétique, ou plutôt dans la sphère politique, semblent être centrés sur un point de départ - un monde dépendant des combustibles fossiles - et un point d'arrivée, un monde net-zéro pour remplacer l'ancien par le nouveau, d'un simple coup de baguette magique et en divisant le problème en camps à somme nulle ».

 « Lorsque nous abordons les problèmes de cette manière réductrice, nous sommes victimes de nos instincts d'écart : nous et eux, l'Occident et le reste ».

« Nous créons des groupes qui se confrontent avec un fossé imaginaire entre eux, ce qui engendre un choix impossible, en particulier pour de nombreuses (économies) émergentes qui se sentent obligées de choisir entre les enjeux climatiques et la croissance et éloigne le monde des objectifs climatiques », a ajouté Jafar.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L'Ukraine a les mains liées par les restrictions sur l'usage d'armes occidentales en Russie

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (Photo, AFP).
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg (Photo, AFP).
Short Url
  • Le secrétaire général de l'Otan a déjà plaidé dans le passé pour la levée des restrictions occidentales
  • Les Etats-Unis, principal fournisseur d'aide militaire à l'Ukraine, et d'autres pays européens comme l'Allemagne se sont montrés très réticents à fournir des armes

SOFIA: L'Ukraine a les mains liées en raison des restrictions sur l'usage des armes fournies par ses alliés occidentaux sur le territoire russe, a déploré lundi à Sofia le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

"Cela lie les mains dans le dos des Ukrainiens et rend très difficile pour eux d'assurer leur défense", a déclaré M. Stoltenberg, à l'ouverture d'une réunion de l'Otan dans la capitale bulgare.

Plusieurs pays ont restreint l'usage des armes qu'ils fournissent à l'Ukraine à son seul territoire, Crimée et Donbass compris, interdisant des frappes sur le sol russe.

"Je pense qu'il est temps de reconsidérer certaines de ces restrictions", a souligné plus tard devant la presse M. Stoltenberg, en marge d'une réunion de l'assemblée parlementaire de l'Alliance atlantique.

Levée 

Kiev "a le droit de se défendre" et a donc "le droit de frapper des objectifs militaires légitimes en dehors de l'Ukraine", a-t-il insisté.

Le secrétaire général de l'Otan a déjà plaidé dans le passé pour la levée des restrictions occidentales.

Mais, a-t-il souligné lundi, cette décision appartient aux Alliés. Certains d'entre eux n'ont pas imposé de restrictions, mais d'autres l'ont fait, a-t-il ajouté, sans plus de détails.

Les Etats-Unis, principal fournisseur d'aide militaire à l'Ukraine, et d'autres pays européens comme l'Allemagne se sont montrés très réticents à fournir des armes sans aucune restrictions.

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken a toutefois estimé récemment, lors d'un déplacement à Kiev le 15 mai, que cette décision revenait à l'Ukraine.

"Nous n'avons pas encouragé ou favorisé les frappes hors d'Ukraine, mais au final c'est à l'Ukraine de prendre ses décisions sur la manière dont elle mène cette guerre", a-t-il dit, alors que la Russie met régulièrement en garde les Occidentaux contre toute attaque sur son territoire à l'aide d'armes occidentales.


Israël interdit à l'Espagne tous services consulaires aux Palestiniens à partir du 1er juin

Ci-dessus, les drapeaux espagnol et européen flottent sur le bâtiment du consulat espagnol dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 22 mai 2024 (Photo, AFP).
Ci-dessus, les drapeaux espagnol et européen flottent sur le bâtiment du consulat espagnol dans le quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est, le 22 mai 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • L'Espagne est l'un des pays européens qui a le plus critiqué Israël à propos de la guerre à Gaza
  • «Quiconque décerne un prix au Hamas et tente d'établir un Etat terroriste palestinien ne sera pas en contact avec les Palestiniens»

JÉRUSALEM:Le ministère israélien des Affaires étrangères a ordonné lundi au consulat d'Espagne à Jérusalem de cesser ses services aux Palestiniens à partir du 1er juin, en riposte à la reconnaissance par Madrid de l'Etat de Palestine, selon un communiqué de la diplomatie israélienne.

A compter de cette date, le consulat d'Espagne à Jérusalem sera "autorisé à délivrer des services consulaires aux résidents de la circonscription consulaire de Jérusalem uniquement, et (ne sera) pas autorisé à (...) exercer une activité consulaire à l'égard des résidents de l'Autorité palestinienne", précise le communiqué.

Le ministre des Affaires étrangères, Israël Katz, a déclaré dans un communiqué distinct: "aujourd'hui, j'ai mis en oeuvre des mesures punitives préliminaires à l'encontre du consulat d'Espagne à Jérusalem, suite à la reconnaissance par le gouvernement espagnol d'un Etat palestinien".

"Nous ne tolérons pas que l'on porte atteinte à la souveraineté et à la sécurité d'Israël".

"Quiconque décerne un prix au Hamas et tente d'établir un Etat terroriste palestinien ne sera pas en contact avec les Palestiniens", a-t-il ajouté.

L'Espagne est l'un des pays européens qui a le plus critiqué Israël à propos de la guerre à Gaza.

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège ont annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine, à partir du 28 mai, s'attirant ainsi les foudres d'Israël.

Justice 

Dimanche, le ministre espagnol des Affaires étrangères, José Manuel Albares, a justifié la décision de son gouvernement de reconnaître l'Etat de Palestine en expliquant qu'il s'agissait de rendre "justice" au peuple palestinien, mais également de "la meilleure garantie de sécurité pour Israël".

Josep Borrell, le chef de file de la diplomatie européenne, a accueilli à Bruxelles ce même dimanche le Premier ministre palestinien, Mohammed Mustafa, pour des discussions internationales sur le renforcement de l'Autorité palestinienne du président palestinien, Mahmoud Abbas.

Les discussions avaient pour horizon l'avenir de la bande de Gaza, après plus de sept mois de guerre entre l'armée israélienne et les mouvements armés palestiniens.

Une Autorité palestinienne "forte" est nécessaire pour instaurer la paix au Moyen-Orient, a déclaré M. Borrell juste avant d'entamer la réunion avec M. Mustafa.

Samedi, l'Espagne avait demandé de son côté à Israël de se conformer à l'ordre de la plus haute juridiction de l'ONU de cesser immédiatement ses bombardements et ses attaques terrestres sur la ville gazaouie de Rafah.

Saisie par l'Afrique du Sud, qui estime que l'assaut israélien contre la bande de Gaza constitue un "génocide", la Cour internationale de Justice (CIJ) a ordonné vendredi à Israël de "mettre immédiatement fin" à l'offensive terrestre et aérienne à Rafah.


Genève: ouverture du procès en appel de Tariq Ramadan, jugé pour viol

L'éminent spécialiste suisse de l'islam, Tariq Ramadan, arrive au palais de justice de Genève, le 27 mai 2024 (Photo, AFP).
L'éminent spécialiste suisse de l'islam, Tariq Ramadan, arrive au palais de justice de Genève, le 27 mai 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Son procès devant la chambre pénale d'appel et de révision du canton de Genève a démarré peu après 9H00.
  • Aucun paravent ne sépare les deux protagonistes, contrairement aux premiers jours du procès en première instance, l'an dernier

GENEVE: Le procès en appel de l'islamologue suisse Tariq Ramadan s'est ouvert lundi à Genève en sa présence, un an après son acquittement dans cette affaire d'accusations de viol et de contrainte sexuelle.

M. Ramadan, 61 ans, est arrivé peu après 08H30 (06H30 GMT) au tribunal suisse, entouré de ses avocats. Il n'a pas répondu aux questions des journalistes.

Son procès devant la chambre pénale d'appel et de révision du canton de Genève a démarré peu après 9H00. Il doit durer trois jours mais le jugement n'est pas attendu dans l'immédiat.

Sa victime, présente à l'audience, "est déterminée, même si c'est évidemment une épreuve de se retrouver devant ce tribunal, ça fait revivre finalement le drame qu'elle a vécu en 2008", a déclaré aux médias l'un des avocats de la plaignante, Robert Assaël.

Aucun paravent ne sépare les deux protagonistes, contrairement aux premiers jours du procès en première instance, l'an dernier.

Ce procès très attendu intervient à un mois d'une autre décision en appel devant la justice française.

Le 27 juin, la cour d'appel de Paris doit se prononcer sur l'appel de M. Ramadan contre son renvoi devant la cour criminelle départementale pour le viol de quatre femmes entre 2009 et 2016, le procureur général ayant requis l'abandon des poursuites pour trois d'entre elles et écarté toute notion d'emprise.

Tariq Ramadan avait été acquitté le 24 mai 2023 de l'accusation de viol et contrainte sexuelle par le tribunal correctionnel de Genève, qui a jugé qu'il n'y avait pas de preuve contre lui dans cette affaire remontant à 2008.

Le procureur genevois avait requis trois ans de prison dont la moitié ferme.

«Le doute profite à l'accusé»

"Le doute devant profiter à l'accusé, Tariq Ramadan devra donc être acquitté", avait conclu le président du tribunal, faisant valoir l'absence de preuves, les témoignages contradictoires, y compris des psychiatres, et les "messages d'amour" envoyés par la plaignante après les faits.

Le tribunal avait décidé de l'indemniser pour ses frais d'avocats, à hauteur de 151.000 francs suisses (environ 152.500 euros), mais avait rejeté sa demande d'indemnité pour tort moral.

Il avait quitté le tribunal entouré de ses proches, souriant, mais sans faire de commentaire. "Ce verdict n'est ni un coup de tête, ni un coup de cœur, c'est un verdict inspiré de raison", avait déclaré son avocate suisse, Yaël Hayat.

Tant le ministère public genevois (parquet) que la partie plaignante ont fait appel, à l'issue d'un procès qui s'était déroulé dans une atmosphère électrique, avec des cris et des pleurs.

La plaignante, qui se fait appeler "Brigitte" pour se protéger des menaces, avait porté plainte 10 ans après les faits.

Pendant le procès, les deux protagonistes ont affirmé avoir passé la nuit ensemble dans cette chambre d'hôtel, qu'elle a quittée tôt le matin pour rentrer à son domicile.

Mais Tariq Ramadan a nié tout acte sexuel, expliquant s'être laissé embrasser avant de mettre rapidement fin à l'échange.

Dans ses conclusions, le tribunal a retenu que le récit de la plaignante était "globalement constant et détaillé", mais a estimé qu'il n'était toutefois corroboré "par aucun élément matériel, tel que des traces de sperme ou de sang, des images de vidéosurveillance de l'hôtel ou des constats de lésions traumatiques ou de violences gynécologiques".

Docteur de l'université de Genève, où il a écrit une thèse sur le fondateur de la confrérie égyptienne islamiste des Frères musulmans qui était son grand-père, Tariq Ramadan a été professeur d'études islamiques contemporaines à l'université d'Oxford, au Royaume-Uni.