«Les Valises pour Beyrouth », l’entraide qui marche «comme sur des roulettes»

Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 25 décembre 2020

«Les Valises pour Beyrouth », l’entraide qui marche «comme sur des roulettes»

  • Cette initiative spontanée née d’un impératif humanitaire au lendemain de la troisième plus grande explosion de l’Histoire, a connu une évolution fulgurante
  • Des bagages composés de produits hygiéniques, de médicaments, de denrées alimentaires, de vêtements et de jouets pour enfants sont préparés, expédiés puis réceptionnés à l’aéroport de Beyrouth tous les jours

BEYROUTH : Valise rime avec voyage, déménagement, déplacement professionnel… Mais pas que !

Suite à la double explosion meurtrière qui a secoué le Liban, les valises ont endossé un nouveau rôle et symbolisent désormais l’entraide entre la diaspora et ceux restés au pays.

Avec la crise sans précédents qui sévit dans le très sinistré Pays des Cèdres, les pénuries font dorénavant partie du quotidien de tout un chacun. Pour répondre à cette urgence, Youmna Geday, Aya Mcheimché et Jessica Nassif, trois jeunes femmes franco-libanaises se démènent sans relâche depuis la date fatidique du 4 Août pour aider leur pays à se relever de cette série de coups durs.

Aidées par une quarantaine de volontaires, elles collectent, trient et empactent plusieurs tonnes de donations pour ensuite les envoyer au Liban dans des valises transportées par des bénévoles qui embarquent pour Beyrouth depuis Paris. Afin de contourner la douane libanaise réputée pour son manque de transparence, les co-fondatrices ont souhaité privilégier le «main en main», plus rapide, plus fiable et moins couteux !

Les jeunes libanaises ont baptisé cette structure caritative «Les Valises pour Beyrouth» (VPB).

Une organisation bien rodée

Cette initiative spontanée née d’un impératif humanitaire au lendemain de la troisième plus grande explosion de l’Histoire, a connu une évolution fulgurante. En l’espace de cinq mois, «Les Valises Pour Beyrouth» est devenue une association à part entière, reconnue par le gouvernement français et soutenue par la mairie de Paris, qui met à disposition des volontaires un local tous frais payés.

Des bagages composés de produits hygiéniques, de médicaments, de denrées alimentaires, de vêtements et de jouets pour enfants sont préparés, expédiés puis réceptionnés à l’aéroport de Beyrouth tous les jours.

Organisation des kits à envoyer au Liban. (Photo fournie)

Ces dons en nature correspondent à des listes minutieusement préparées et mises à jour par des associations partenaires telles que Base Camp, Arc-en-ciel, Offre-Joie, Smile in a Box et Spark, dépendamment des besoins sur place.

Pour les fêtes de fin d’année, afin de mettre du baume au cœur aux plus jeunes, quelques cadeaux se sont glissés entre les produits de première nécessité. Ainsi, des voitures téléguidées, des poupées, des petites figurines et autres jeux d’enfants ont voyagé aux côtés des couches pour bébé, des sirops pour la toux, des antiseptiques et autres produits essentiels.

 «La charité a une date limite»

Aujourd’hui, les ONG au Liban redoutent les mois à venir, « la charité a une date limite, et les associations craignent un manque d’intérêt de la part de la communauté internationale à l’égard du Liban», confie Aya Mcheimché, co-fondatrice des VDP à Arab News en Français. En effet, suite à la pandémie de Covid-19, la situation socio-économique dans le monde va de mal en pis.

« Il est donc impératif d’aider aujourd’hui afin de pouvoir affronter les défis de demain», puisque le Liban ne restera pas la primo-préoccupation humanitaire. «Tant que l’Etat libanais n’agira pas en conséquences, l’aide apportée par la diaspora est essentielle» ajoute Aya. Dans les faits, la majorité des foyers libanais dans le besoin sont aidés par des organisations non-étatique portées par la société civile.

« Les Valises du Monde »

Actuellement, les VPB c’est plus de 400 bénévoles et volontaires transporteurs, une moyenne de 5 valises expédiées tous les jours depuis Paris, plus de 7 tonnes de produits de première nécessité et autres denrées acheminées par voie maritime.

« Lorsque la situation au Liban s’améliorera, les VDP compte s’agrandir ! » déclare fièrement Aya.

Dans un futur que les fondatrices espèrent proche, l’association aimerait venir en aide à tous les pays en proie à des catastrophes.

Indépendamment de ce que le futur réservera, ces jeunes bénévoles peuvent d’ores et déjà être fiers d’avoir joué un rôle majeur dans la reconstruction de la capitale libanaise.

Pour que cette mission puisse continuer, vous pouvez vous aussi faire des dons, ou les transporter.

Alors que les valises représentent souvent la nouvelle page d’une vie qui se tourne, le début de nouvelles aventures, les « valises pour Beyrouth » ont quant à elles été remplies avec soins afin de permettre à la vie de continuer… et aux libanais de reprendre leur souffle.

 


La Syrie a reçu des céréales ukrainiennes volées, selon l'ambassade d'Ukraine

Le Razoni, navire transportant la première cargaison de céréales exportée d'Ukraine (Photo, AFP).
Le Razoni, navire transportant la première cargaison de céréales exportée d'Ukraine (Photo, AFP).
Short Url
  • Un navire syrien, le Laodicée, a été brièvement immobilisé au Liban après des allégations selon lesquelles il transportait des céréales ukrainiennes
  • L'Ukraine accuse régulièrement la Russie de saccager et piller des entrepôts de céréales après l'invasion de son territoire par l'armée russe

BEYROUTH: Un navire russe transportant des céréales ukrainiennes volées est arrivé en Syrie, a affirmé jeudi l'ambassade d'Ukraine au Liban, après que plusieurs céréaliers ont fait polémique en accostant dans le pays en guerre.

L'Ukraine accuse régulièrement la Russie de saccager et piller des entrepôts de céréales après l'invasion de son territoire par l'armée russe.

Le régime de Bachar al-Assad en Syrie est un grand allié de Moscou.

"Selon nos informations, le SV KONSTANTIN a accosté en Syrie", a rapporté l'ambassade d'Ukraine à l'AFP à Beyrouth, "avec à bord des céréales volées et transportées illégalement par les forces d'occupation russes".

Cette cargaison était initialement destinée au port libanais de Tripoli, a ajouté l'ambassade, sans préciser le port syrien où le SV KONSTANTIN a accosté.

Un autre navire a déchargé jeudi sa cargaison au port syrien de Tartous géré par une compagnie russe, selon Samir Madani, co-fondateur du site TankerTrackers.com.

Le Razoni, sous pavillon sierra-léonais, transporte la première cargaison de céréales autorisée à quitter l'Ukraine grâce à un accord avec les Nations unies et la Turquie qui a permis de lever le blocus de la Russie.

Il devait lui aussi aller au Liban avant de se dérouter vers Tartous cette semaine avec ses 26.000 tonnes de maïs, a précisé sur Twitter M. Madani. Les images satellitaires l'on montré en train de décharger.

Début août, un navire syrien, le Laodicée, a été brièvement immobilisé au Liban après des allégations selon lesquelles il transportait des céréales ukrainiennes volées.

Il avait finalement pu repartir vers la Syrie au grand dam de l'Ukraine qui s'était dite "déçue" par cette décision.

La Syrie et la Russie sont alliées depuis des décennies mais les liens se sont sensiblement renforcés à la faveur du conflit syrien et de l'intervention militaire de Moscou à partir de 2015 au côté du régime de Bachar al-Assad.

Moscou n'a apporté qu'une aide économique modeste à son allié syrien mais le fournit régulièrement en céréales.


En Syrie, la solitude du gardien de la citadelle Al-Marqab

L'iconographie chrétienne à l'intérieur du château d'al-Marqab (Photo, AFP).
L'iconographie chrétienne à l'intérieur du château d'al-Marqab (Photo, AFP).
Short Url
  • La citadelle Al-Marqab surplombant la côte méditerranéenne accueillait des milliers de touristes
  • Connue en particulier pour son imposant donjon, la citadelle comprend un musée et les vestiges d'une église

BANIYAS: Avant le début de la guerre en Syrie, la citadelle Al-Marqab surplombant la côte méditerranéenne accueillait des milliers de touristes. Aujourdhui, seul son gardien déambule dans cette place forte millénaire.

"Des jours et des semaines passent sans que je ne vende un seul billet (...) C'est comme ça depuis le déclenchement de la guerre" en 2011, déplore Younes Dayoub, le gardien de cette citadelle médiévale, située dans la région de Tartous (nord-ouest).

Dans une cahute en bois, cet homme de 49 ans explique à l'AFP qu'il lui arrive de vendre des tickets à des touristes mais ils se font très rares.

Désormais, il passe son temps à siroter du thé et à contempler la côte, se rappelant de l'époque d'avant-guerre, lorsque l'édifice, construit avec de la roche volcanique noire, était plein de visiteurs venus de Syrie et de l'étranger.

Située à cinq kilomètres de la ville de Banias sur une petite montagne entourée d'un immense fossé, la forteresse a été érigée en 1062. Elle a été notamment sous le contrôle de l'Empire byzantin, de l'Ordre des Hospitaliers et des Mamelouks.

Connue en particulier pour son imposant donjon, la citadelle comprend un musée et les vestiges d'une église.

Pour tuer l'ennui, M. Dayoub erre entre ses murailles.

"Des années de guerre, la pandémie de Covid-19, les pénuries de carburant (...) Tout cela a eu un impact sur le tourisme", explique-t-il.

Le conflit en Syrie, qui a fait environ 500.000 morts et dévasté le pays, a porté un coup dur au tourisme, auparavant un des principaux secteurs de l'économie.

Une grande partie des Syriens vit désormais sous le seuil de pauvreté de l'ONU, faisant du tourisme une activité de luxe.

La citadelle d'Al-Marqab, quasi millénaire, a été relativement épargnée par le conflit puisqu'elle n'a été touchée que par quelques obus et balles en 2011.

"Je me sens seul ici, et je n'ai pas d'amis à part ces hauts murs silencieux", regrette M. Dayoub en fermant la porte du château derrière lui à la fin de sa journée.

"Lorsque l'activité reviendra à la normale, je me suis promis de laisser entrer les visiteurs (...) à mes frais pendant une semaine (...) J'espère que ce jour viendra bientôt".

Tourisme: Préserver la relance
Par Abdelkrim Dermech -
Dix-sept morts après des frappes turques dans le nord de la Syrie
Par AFP -

Une équipe de secours sauve la vie d’un homme perdu dans les montagnes

Un Soudanais perdu dans les montagnes, près d’Al-Khasra, a été secouru par l’équipe de bénévoles Wassem. (Photo, AN)
Un Soudanais perdu dans les montagnes, près d’Al-Khasra, a été secouru par l’équipe de bénévoles Wassem. (Photo, AN)
Un Soudanais perdu dans les montagnes, près d’Al-Khasra, a été secouru par l’équipe de bénévoles Wassem. (Photo, AN)
Un Soudanais perdu dans les montagnes, près d’Al-Khasra, a été secouru par l’équipe de bénévoles Wassem. (Photo, AN)
Short Url
  • La famille a alerté la police et les bénévoles sur la situation de l’homme soudanais disparu, qui a été retrouvé juste à temps
  • L’homme a été localisé par l’équipe de bénévoles Wassem, qui dispose de voitures et de parapentes spécialement équipés pour être utilisés dans la région de Wadi al-Dawasir

RIYAD: Un Soudanais perdu dans les montagnes près de la ville d’Al-Khasra, à 320 kilomètres au sud-ouest de Riyad, a été secouru par l’équipe de bénévoles Wassem.

L’équipe, qui dispose de voitures et de parapentes spécialement équipés pour être utilisés dans la région de Wadi al-Dawasir, a lancé une vaste opération de recherche pour retrouver le Soudanais disparu. Elle est parvenue à le retrouver et à le secourir avant qu’il ne succombe à la chaleur ou à la déshydratation.

«Après avoir été contactés par la famille de l’homme disparu, qui nous a fourni une lettre officielle de la police, nous nous sommes rendus sur place. Dieu merci, en moins d’une heure, nous avons retrouvé l’homme, qui était en mauvais état, et nous l’avons secouru et mis en sécurité», a raconté à Arab News Abou Abbas, un membre de l’équipe. 

«Nous pouvons considérer que nous avons réussi car dans certains cas, des gens sont retrouvés morts. Nous avons eu un tel cas hier.» 

image 4
L’homme soudanais a été secouru par l’équipe de bénévoles Wassem. (Photo, AN)

L’histoire et les vidéos de l’opération de recherche et de sauvetage ont été partagées par des utilisateurs de réseaux sociaux et par les grands médias, ce qui a suscité des éloges à l’égard des bénévoles.

M. Abbas a conseillé aux personnes qui veulent se rendre dans les montagnes ou dans le désert de télécharger des applications de navigation sur les appareils intelligents qui fonctionnent en dehors de la couverture des réseaux mobiles, via des satellites, avant de voyager.

image 4
L’équipe de bénévoles Wassem utilise des parapentes. (Photo, AN)

«Avant toute sortie, surtout si elle a lieu en dehors de la couverture des réseaux (mobiles), la personne doit faire savoir à sa famille où elle va et combien de temps elle va rester dans le désert. Ensuite, elle vérifie son véhicule et tout ce dont elle a besoin. Par précaution, si elle souhaite prolonger le nombre de jours, elle doit également prévoir de la nourriture et de l’eau pour une durée supérieure à celle de son séjour.»

L’équipe de bénévoles a été créée il y a deux ans et, à ce jour, plus de 120 personnes portées disparues ou en détresse ont été secourues grâce à leur aide et à celle d’autres bénévoles de la région.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com