«Les Valises pour Beyrouth », l’entraide qui marche «comme sur des roulettes»

Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Préparation des valises à envoyer depuis Paris jusqu'à Beyrouth. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 25 décembre 2020

«Les Valises pour Beyrouth », l’entraide qui marche «comme sur des roulettes»

  • Cette initiative spontanée née d’un impératif humanitaire au lendemain de la troisième plus grande explosion de l’Histoire, a connu une évolution fulgurante
  • Des bagages composés de produits hygiéniques, de médicaments, de denrées alimentaires, de vêtements et de jouets pour enfants sont préparés, expédiés puis réceptionnés à l’aéroport de Beyrouth tous les jours

BEYROUTH : Valise rime avec voyage, déménagement, déplacement professionnel… Mais pas que !

Suite à la double explosion meurtrière qui a secoué le Liban, les valises ont endossé un nouveau rôle et symbolisent désormais l’entraide entre la diaspora et ceux restés au pays.

Avec la crise sans précédents qui sévit dans le très sinistré Pays des Cèdres, les pénuries font dorénavant partie du quotidien de tout un chacun. Pour répondre à cette urgence, Youmna Geday, Aya Mcheimché et Jessica Nassif, trois jeunes femmes franco-libanaises se démènent sans relâche depuis la date fatidique du 4 Août pour aider leur pays à se relever de cette série de coups durs.

Aidées par une quarantaine de volontaires, elles collectent, trient et empactent plusieurs tonnes de donations pour ensuite les envoyer au Liban dans des valises transportées par des bénévoles qui embarquent pour Beyrouth depuis Paris. Afin de contourner la douane libanaise réputée pour son manque de transparence, les co-fondatrices ont souhaité privilégier le «main en main», plus rapide, plus fiable et moins couteux !

Les jeunes libanaises ont baptisé cette structure caritative «Les Valises pour Beyrouth» (VPB).

Une organisation bien rodée

Cette initiative spontanée née d’un impératif humanitaire au lendemain de la troisième plus grande explosion de l’Histoire, a connu une évolution fulgurante. En l’espace de cinq mois, «Les Valises Pour Beyrouth» est devenue une association à part entière, reconnue par le gouvernement français et soutenue par la mairie de Paris, qui met à disposition des volontaires un local tous frais payés.

Des bagages composés de produits hygiéniques, de médicaments, de denrées alimentaires, de vêtements et de jouets pour enfants sont préparés, expédiés puis réceptionnés à l’aéroport de Beyrouth tous les jours.

Organisation des kits à envoyer au Liban. (Photo fournie)

Ces dons en nature correspondent à des listes minutieusement préparées et mises à jour par des associations partenaires telles que Base Camp, Arc-en-ciel, Offre-Joie, Smile in a Box et Spark, dépendamment des besoins sur place.

Pour les fêtes de fin d’année, afin de mettre du baume au cœur aux plus jeunes, quelques cadeaux se sont glissés entre les produits de première nécessité. Ainsi, des voitures téléguidées, des poupées, des petites figurines et autres jeux d’enfants ont voyagé aux côtés des couches pour bébé, des sirops pour la toux, des antiseptiques et autres produits essentiels.

 «La charité a une date limite»

Aujourd’hui, les ONG au Liban redoutent les mois à venir, « la charité a une date limite, et les associations craignent un manque d’intérêt de la part de la communauté internationale à l’égard du Liban», confie Aya Mcheimché, co-fondatrice des VDP à Arab News en Français. En effet, suite à la pandémie de Covid-19, la situation socio-économique dans le monde va de mal en pis.

« Il est donc impératif d’aider aujourd’hui afin de pouvoir affronter les défis de demain», puisque le Liban ne restera pas la primo-préoccupation humanitaire. «Tant que l’Etat libanais n’agira pas en conséquences, l’aide apportée par la diaspora est essentielle» ajoute Aya. Dans les faits, la majorité des foyers libanais dans le besoin sont aidés par des organisations non-étatique portées par la société civile.

« Les Valises du Monde »

Actuellement, les VPB c’est plus de 400 bénévoles et volontaires transporteurs, une moyenne de 5 valises expédiées tous les jours depuis Paris, plus de 7 tonnes de produits de première nécessité et autres denrées acheminées par voie maritime.

« Lorsque la situation au Liban s’améliorera, les VDP compte s’agrandir ! » déclare fièrement Aya.

Dans un futur que les fondatrices espèrent proche, l’association aimerait venir en aide à tous les pays en proie à des catastrophes.

Indépendamment de ce que le futur réservera, ces jeunes bénévoles peuvent d’ores et déjà être fiers d’avoir joué un rôle majeur dans la reconstruction de la capitale libanaise.

Pour que cette mission puisse continuer, vous pouvez vous aussi faire des dons, ou les transporter.

Alors que les valises représentent souvent la nouvelle page d’une vie qui se tourne, le début de nouvelles aventures, les « valises pour Beyrouth » ont quant à elles été remplies avec soins afin de permettre à la vie de continuer… et aux libanais de reprendre leur souffle.

 


La Force aérienne saoudienne participe à un exercice militaire aux EAU

Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis. (SPA)
Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires. (SPA)
Short Url
  • Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis
  • La participation des forces aériennes de plusieurs pays à l’exercice a permis de préparer des scénarios simulant ce qui pourrait se passer sur le terrain

ABU DHABI: La Force aérienne royale saoudienne a participé dimanche à l’exercice Missile Air War Center 2021 dans la base aérienne d’Al-Dhafra aux Émirats arabes unis (EAU). Cet exercice comprenait également des forces aériennes d’autres pays amis.

Le commandant de l’exercice, le colonel pilote Ayedh ben Saïd al-Qahtani, a déclaré que les exercices ont démarré avec les plus hauts niveaux de professionnalisme et de mesures de sécurité.

Les forces armées saoudiennes ont bénéficié de leurs expériences antérieures dans des exercices similaires, a-t-il indiqué, ajoutant que l’exercice se déroulait en plusieurs étapes et avait était précédé par la formation de groupes de travail et de réunions préparatoires.

Le colonel Al-Qahtani a expliqué que cet exercice avait pour but d’augmenter le niveau de préparation au combat de la Force aérienne royale saoudienne, et de renforcer les liens opérationnels entre elle et ses homologues participants.

Il a précisé que l’exercice consistait en des activités allant du ciblage des défenses aériennes ennemies aux opérations aériennes tactiques, en passant par la frappe de cibles hostiles, la détection et la destruction de stations radar ennemies, l’interception d’avions ennemis et l’exécution d’opérations d’attaque stratégique et d’opérations d’appui aérien pour les forces terrestres.

Il a noté que la participation des forces aériennes de plusieurs pays à l’exercice a permis de préparer des scénarios simulant ce qui pourrait se passer sur le terrain, car cela donne aux participants la possibilité de communiquer et d’améliorer leurs expériences pratiques.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«A bas Hamdok» scandent des Soudanais devant le siège du gouvernement

Le Premier ministre du Soudan Abdallah Hamdok (Photo, AFP).
Le Premier ministre du Soudan Abdallah Hamdok (Photo, AFP).
Short Url
  • Abdallah Hamdok a réuni son cabinet «en urgence» face à qu'il a décrit comme la «pire crise» du Soudan post-dictature
  • Actuellement, un Conseil de souveraineté composé de militaires et de civils supervise la transition avec le gouvernement emmené par le technocrate Abdallah Hamdok

KHARTOUM: Les manifestants pro-armée défilent lundi aux cris de "A bas Hamdok!" devant le bureau du Premier ministre Abdallah Hamdok qui a réuni son cabinet "en urgence" face à qu'il a décrit comme la "pire crise" du Soudan post-dictature, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Devant le bâtiment du gouvernement, des dizaines de Soudanais scandaient "A bas Hamdok!" au troisième jour d'une démonstration de force des pro-armée dans un pays qui tente depuis deux ans de mener une difficile transition.

Peu avant, sous une tente du sit-in pro-armée installé aux portes du palais présidentiel, un manifestant, Tahar Fadl al-Mawla, avait affirmé à l'AFP que "le gouvernement civil a échoué".

"Nous voulons un gouvernement de militaires pour assurer la transition", a déclaré ce dignitaire tribal de 52 ans, avant qu'un défilé de manifestants ne quitte les lieux pour se rendre au bâtiment où siège le gouvernement, également dans le centre de Khartoum.

Actuellement, un Conseil de souveraineté composé de militaires et de civils supervise la transition avec le gouvernement emmené par le technocrate Abdallah Hamdok, un ancien économiste de l'ONU.

Ces autorités intérimaires ont promis des élections libres fin 2023, une échéance mise en péril par les mobilisations actuelles.

Face aux pro-armée qui réclament un "gouvernement militaire" pour sortir le Soudan, l'un des pays les plus pauvres au monde, du marasme politique et économique, les militants de la "révolution" de 2019 qui a mis fin à 30 années de règne sans partage d'Omar el-Béchir appellent à une "manifestation d'un million de personnes" jeudi, faisant redouter des tensions.


Tunisie: l'ex-président Marzouki, critique en chef du coup de force de Saied

Short Url

TUNISIE: Après avoir obtenu un score dérisoire au premier tour de la présidentielle de 2019, l'ex-président Moncef Marzouki s'était rangé derrière le futur élu, un certain Kais Saied. Mais depuis que le chef de l'Etat s'est arrogé les pleins pouvoirs, il en est devenu le principal détracteur.


Depuis le coup de force du président Saied le 25 juillet, M. Marzouki, qui vit à Paris, est sorti de sa réserve, multipliant les intervention sur les chaînes de télévision, notamment Al-Jazeera, et sur les réseaux sociaux pour appeler à la destitution d'un homme qu'il qualifie de "putschiste" et "dictateur" et l'accuse d'avoir trahi la constitution.


Opposant historique à la dictature de Ben Ali puis premier président de l'après-révolution (2011-2014), Moncef Marzouki, 76 ans, a longtemps symbolisé le combat pour la démocratie en Tunisie, même si son image s'est brouillée du fait notamment de son alliance controversée avec le parti d'inspiration islamiste d'Ennahdha.


Son aisance oratoire n'est pas sans rappeler celle du chef de l'Etat, même s'il s’illustre dans un registre intellectuel alors que M. Saied, élu avec plus de 70% des voix, tient un discours aux accents populistes.


Si M. Marzouki adresse ses virulentes critiques directement au chef de l'Etat, ce dernier ne cite jamais le nom de son adversaire, comme lorsqu'il l'a accusé, jeudi, de "comploter" contre la Tunisie pour avoir appelé la France ne pas soutenir son "régime dictatorial".

« L'Egypte de Sissi »

M. Saied a appelé la ministre de la Justice à ouvrir une enquête sur "cette affaire", et ordonné le retrait du passeport diplomatique de celui qui figure à ses yeux "parmi les ennemis de la Tunisie".


La riposte de M. Marzouki n'a pas tardé. 


Il a dénoncé sur Facebook "une dictature naissante dans laquelle la personnalité du dictateur se confond avec la patrie, rappelant le régime de Ben Ali sous lequel s'opposer au dictateur était considéré comme une trahison". 


Il a aussi accusé M. Saied de chercher à importer en Tunisie le modèle de "l'Egypte de Sissi".


Abdel Fattah al-Sissi, ex chef de l'armée, est arrivé au pouvoir en 2014 en Egypte après avoir renversé le premier président démocratiquement élu du pays, l'islamiste Mohamed Morsi, et mène depuis une répression implacable contre l'opposition, particulièrement les Frères musulmans. 


Pour l'analyste politique Slaheddine Jourchi, M. Marzouki, par ses prises de position "ambitionne de devenir la voix la plus audible au sein de l'opposition et jouer un rôle de premier plan dans le processus politique".


"Il n'a rien à perdre" comparé au reste de l'opposition, notamment Ennahdha, qui s'est gardée d'entrer dans une confrontation frontale avec M. Saied après sa décision de suspendre le Parlement et limoger le gouvernement, note M. Jourchi.


"La situation actuelle lui permet de faire un retour en force à la vie politique après s'en être retiré", ajoute-il.

« Important réseau »

En dépit de son activisme, M. Marzouki continue de pâtir d'un déficit de popularité dans l'opinion publique, peu encline à lui pardonner ses compromissions passées avec Ennahdha pendant ses années au pouvoir.


Mais il rejette cette proximité et dirige ses flèches à la fois contre M. Saied et le chef d'Ennahdha et du Parlement, Rached Ghannouchi, imputant aux deux hommes la responsabilité de la crise politique qui risque de saborder la démocratie née du Printemps arabe dont la Tunisie fut le berceau en 2011.


Les deux dirigeants doivent selon lui "quitter les pouvoir, sinon ils vont conduire la Tunisie à sa perte". 


Mais le politologue et professeur en histoire contemporaine Abdellatif Hannachi, estime que M. Marzouki, en devenant le fer de lance visible de l'opposition à M. Saied, assume un rôle qui doit être celui d'Ennahdha en tant que première force parlementaire du pays.


"Il essaye de revenir à la vie politique et Ennahdha tire profit de sa présence sur le devant de la scène. Il joue à présent le rôle qu'Ennahdha est censé jouer", décrypte-il.


Selon lui, M. Marzouki a plusieurs leviers d'influence. "D'abord c'est un ancien président qui dispose d'un important réseau de relations à l’international, et deuxièmement c'est quelqu'un avec une histoire dans la lutte pour les droits humains et les libertés".


"Mais je ne pense pas qu'il puisse devenir un symbole de l'opposition", affirme M. Hannachi en invoquant l'impopularité de l'ex-président.