Réfugiés syriens en Turquie: intégrer sans en avoir l'air

Des élèves assistent à un cours à l'école PIKTES (école primaire Yavuz Selim) à Sanliurfa, dans le sud-est de la Turquie, le 17 octobre 2023. (Photo Yasin Akgul AFP)
Des élèves assistent à un cours à l'école PIKTES (école primaire Yavuz Selim) à Sanliurfa, dans le sud-est de la Turquie, le 17 octobre 2023. (Photo Yasin Akgul AFP)
Short Url
Publié le Samedi 04 novembre 2023

Réfugiés syriens en Turquie: intégrer sans en avoir l'air

  • Selon un sondage réalisé par l'institut Metropoll en 2021, 81% des Turcs souhaiteraient le retour des réfugiés syriens chez eux
  • «Les responsables turcs admettent que les conditions en Syrie ne permettent pas aujourd'hui un retour et qu'il faut faire tout pour permettre une vie en +harmonie+, pour reprendre leur terminologie», indique l'ambassadeur de l'UE en Turquie

SANLIURFA, Turquie : Comme des millions de Syriens, Mahmoud Abdi est arrivé en Turquie en 2014 en espérant rentrer un jour chez lui, quand la guerre serait finie.

Mais près d'une décennie plus tard, le menuisier d'une trentaine d'années rêve d'ouvrir son atelier à Sanliurfa, dans le sud-est de la Turquie, dont un quart des deux millions d'habitants sont comme lui, Syriens.

«J'ai appris à utiliser de nouvelles machines. Après mes cours, je vais travailler chez un fabricant de meubles», raconte-t-il.

Ses aspirations cependant posent problème à la Turquie qui accueille sur son sol près de 3,5 millions de Syriens, officiellement considérés comme des «invités» sous «protection temporaire» qui rentreront chez eux le moment venu.

Avec la crise économique qui frappe la Turquie, les réfugiés se sont retrouvés, malgré eux, au coeur des débats de la campagne électorale au printemps dernier.

«Les Syriens vont partir» affirmait les affiches de l'opposition, tandis que le président, réélu, Recep Tayyip Erdogan, annonçait des logements neufs dans le nord de la Syrie pour garantir «le retour volontaire» d'un million d'entre eux.

Selon un sondage réalisé par l'institut Metropoll en 2021, 81% des Turcs souhaiteraient le retour des réfugiés syriens chez eux.

Alors la Turquie met, avec l'aide de l'Union européenne, discrètement en place des programmes d'intégration par le travail qui ne disent pas leur nom.

«L'emploi joue un rôle-clé pour assurer une vie en harmonie» entre réfugiés et population locale, insiste le maire de Karakopru, principal district de Sanliurfa, Metin Baydilli.

- Attaques et tensions -

Un euphémisme pour éviter d'évoquer les tensions et même des incidents violents, comme des attaques xénophobes qui ont visé des commerces et des logements des Syriens à Ankara en août 2021.

Des écoles, des centres de santé et de formation ont vu le jour, financés par l'UE qui a débloqué près de 10 milliards d'euros depuis 2011 pour aider la Turquie à accueillir et à retenir des réfugiés.

«Le mot intégration n'est pas utilisé par les responsables turcs. Mais ils admettent que les conditions en Syrie ne permettent pas aujourd'hui un retour et qu'il faut faire tout pour permettre une vie en +harmonie+, pour reprendre leur terminologie», indique l'ambassadeur de l'UE en Turquie, Nikolaus Meyer-Landrut en visite à Sanliurfa.

«En réalité, beaucoup est fait pour l'intégration, même si la perspective d'un retour est entretenue pour des raisons politiques», relève le diplomate.

En 2016, l'UE a conclu avec Ankara un «pacte migratoire» au nom duquel la Turquie retient les migrants, principalement syriens, en échange d'une contribution de 6 milliards d'euros, partiellement versée.

«Ca se passe mieux qu'on peut le penser», affirme  l'ambassadeur, faisant valoir qu'intégrer «un aussi grand nombre de personnes dans une économie qui peine est forcément plus difficile».

Essentiellement basée sur l'agriculture, l'économie de Sanliurfa encaisse mal cet afflux de population, avec un chômage de 15%, bien au dessus de la moyenne nationale officielle de 9,2%.

La situation est différente à Gaziantep, ville voisine industrielle, où les réfugiés syriens sont devenus le moteur du secteur textile en manque de main d'oeuvre.

-Main d'oeuvre pas chère-

«Pour offrir un emploi aux réfugiés syriens, il faut augmenter les investissements à Sanliurfa sinon, on verra apparaitre des tensions», s'inquiète Yunus Colak, directeur de l'Agence de développement de la région.

L'autre risque est le travail au noir d'une main d'oeuvre pas chère alors que seuls 17.557 Syriens ont un emploi déclaré à Sanliurfa, affirment les autorités.

Selon un rapport publié en 2021 par la Fondation de recherche sur les politiques économiques, 48% des réfugiés syriens travaillent au noir et 41% sont sous-payés.

En revanche, l'intégration poursuit son cours dans les écoles publiques turques qui accueillent près de 800.000 enfants syriens.

Bunyamin Abdullah, 11 ans, apprend ainsi le turc dans une classe spécialisée, grâce à un programme européen.

«Ma mère ne parle pas turc. Je l'aide quand elle fait ses courses», raconte-t-il.

L'ouverture de classes supplémentaires avec le soutien de l'UE permet d'apaiser les parents qui se plaignaient de classes surchargées «à cause des enfants syriens», confient les autorités.

Pourtant, dans les rues de Sanliurfa, demeurent d'invisibles lignes de démarcation entre les réfugiés syriens et les habitants turcs, kurdes ou arabes de la ville.

«Il y a des quartiers surnommés Rakka ou Damas. Dans l'école de mon petit-fils, sur 27 élèves seuls trois sont Turcs, le reste ce sont des Syriens», lance Mustafa Aslan, vendeur de voitures.

«Leur culture est très différente de la nôtre. On ne veut pas d'eux ici», ajoute-t-il.


Ukraine: Zelensky, l'Otan et l'UE saluent l'aide américaine, que le Kremlin fustige

Cette photographie prise le 20 avril 2024 montre un bâtiment détruit à Marioupol, en Ukraine sous contrôle russe, au milieu du conflit russo-ukrainien (Photo, AFP).
Cette photographie prise le 20 avril 2024 montre un bâtiment détruit à Marioupol, en Ukraine sous contrôle russe, au milieu du conflit russo-ukrainien (Photo, AFP).
Des roquettes russes sont lancées contre l'Ukraine depuis la région russe de Belgorod, vue depuis Kharkiv, en Ukraine, le 18 avril 2024 (Photo, AP).
Des roquettes russes sont lancées contre l'Ukraine depuis la région russe de Belgorod, vue depuis Kharkiv, en Ukraine, le 18 avril 2024 (Photo, AP).
Short Url
  • Du côté des Européens, ce sont les capacités de production limitées qui empêchent à ce stade de livrer notamment les obus promis à Kiev
  • Plus proche allié de Kiev, le président américain Joe Biden s'est rapidement félicité de l'adoption d'une aide «cruciale» à Kiev

KIEV: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et ses alliés de l'Union européenne et de l'Otan ont salué d'une même voix le vote samedi du Congrès américain en faveur d'un paquet de 61 milliards de dollars à Kiev, le Kremlin déplorant une aide qui conduira à la mort d'"encore plus d'Ukrainiens".

Il aura fallu des mois et des mois, au grand désespoir souvent des dirigeants ukrainiens, mais le vote de samedi fut le bon à la Chambre américaine des représentants, validant un paquet d'aide militaire et financière à Kiev.

Il devrait permettre à l'armée ukrainienne de reprendre son souffle face à l'armée russe, dans ce conflit à haute intensité qui a épuisé nombre de ses combattants et entamé le moral des troupes face à la poussée des forces de Moscou ces derniers mois.

Le texte adopté "sauvera des milliers et des milliers de vies", s'est félicité sur X Volodymyr Zelensky, estimant que le texte voté "maintient l'histoire sur le bon chemin".

"Il s'agit d'une aide très importante qui sera ressentie par nos soldats sur la ligne de front, ainsi que par nos villes et nos villages qui souffrent de la terreur russe", a-t-il appuyé plus tard lors de son allocution quotidienne.

Son Premier ministre, Denys Chmygal, a lui salué "la solidarité" des élus américains, alors que le texte doit encore être voté par le Sénat.

Plus proche allié de Kiev, le président américain Joe Biden s'est rapidement félicité de l'adoption d'une aide "cruciale" à Kiev, au "rendez-vous de l'Histoire".

Le Kremlin, dont l'armée est en guerre contre l'Ukraine depuis le déclenchement d'un assaut d'ampleur sur le sol ukrainien le 24 février 2022, a rapidement dénoncé le vote du Congrès américain, une décision "attendue et prévisible" à ses yeux.

L'aide "enrichira davantage les États-Unis d'Amérique et ruinera encore plus l'Ukraine, en tuant encore plus d'Ukrainiens à cause du régime de Kiev", a assuré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, cité par l'agence de presse d'Etat TASS.

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a elle fustigé une enveloppe militaire, qui comprend aussi de l'aide à Israël et Taïwan, qui "va exacerber les crises mondiales".

Jeudi, M. Peskov avait affirmé que l'aide américaine ne pourra "en aucun cas influer" sur la situation sur le front, où la Russie est à l'offensive.

«Message clair au Kremlin»

A l'issue du vote à Washington, les réactions ont rapidement afflué du côté des alliés occidentaux de Kiev, notamment au sein de l'Union européenne.

"Un jour d'optimisme" pour l'Europe, a estimé Berlin par la voix de la cheffe de la diplomatie allemande, Annalena Baerbock, après que le président du Conseil européen, Charles Michel, a lui assuré que l'Occident "envoie un message clair au Kremlin".

Le chef de l'Otan Jens Stoltenberg a pour sa part salué une aide qui "renforce notre sécurité à tous, en Europe et en Amérique du Nord".

Ce paquet d'aide devenait "vital" pour l'armée ukrainienne, de l'aveu même de Volodymyr Zelensky, tant sur le terrain, l'Ukraine fait face à des pénuries de munitions et est dans l'incapacité de protéger l'ensemble de ses villes et de ses infrastructures énergétiques, régulièrement ciblées par les forces russes.

Kiev n'a ainsi de cesse de réclamer à ses partenaires munitions et systèmes antiaériens pour contrer ces frappes, mais les divisions politiques à Washington ont ralenti les prises de décision ces derniers mois.

Du côté des Européens, ce sont les capacités de production limitées qui empêchent à ce stade de livrer notamment les obus promis à Kiev.

Combats incessants 

Samedi, les attaques se sont poursuivies sur le terrain, comme depuis près de 800 jours.

L'Ukraine a déclaré que la Russie avait frappé des immeubles résidentiels à Vovchansk (nord-est), une ville située à environ cinq kilomètres de la frontière russe, faisant deux morts et deux blessés.

Parallèlement, une source de la Défense ukrainienne a déclaré à l'AFP que Kiev avait visé dans la nuit huit régions russes lors d'une attaque de drones "à grande échelle", mettant en feu un dépôt de carburant.

Le ministère russe de la Défense n'a lui pas évoqué ce dépôt touché selon Kiev, indiquant toutefois avoir intercepté 50 drones ukrainiens durant la nuit, dont certains près de Moscou.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient un énorme incendie faisant rage dans un dépôt de carburant de la région russe de Smolensk (ouest).

L'Ukraine multiplie ses attaques contre la Russie ces dernières semaines, en visant notamment des raffineries, dans le but de perturber la chaîne logistique d'approvisionnement des troupes russes engagées sur le front.

Dans la région russe de Belgorod, le gouverneur Viatcheslav Gladkov a lui fait état dans la journée de deux morts dans des attaques de drones ukrainiens puis du décès d'une femme enceinte lors de bombardements ultérieurs.


Centrafrique: au moins 58 morts dans un naufrage à Bangui

Une photo d'archive montre une vue de la baleinière qui a chaviré le 19 avril sur la rivière M'poko Bac à Bangui, en République centrafricaine, tuant au moins 58 personnes (Photo, X : @RadioGuira).
Une photo d'archive montre une vue de la baleinière qui a chaviré le 19 avril sur la rivière M'poko Bac à Bangui, en République centrafricaine, tuant au moins 58 personnes (Photo, X : @RadioGuira).
Short Url
  • L'embarcation en bois, appelée baleinière, transportait plus de 300 personnes, bien au-delà de sa capacité
  • La Centrafrique est le deuxième pays le moins développé au monde, indiquait l'an dernier l'ONU

BANGUI: Au moins 58 personnes sont mortes et d'autres portées disparues vendredi dans le naufrage d'une péniche surchargée sur la rivière Mpoko à Bangui alors qu'elles se rendaient à des funérailles, selon un dernier bilan samedi.

"On a pu extraire 58 corps, sans vie. On ne connaît pas le nombre total de personnes qui sont sous l'eau", a déclaré le directeur général de la protection civile, Thomas Djimasse, dont les équipes sont arrivées sur place 40 minutes après le drame, à Radio Guira.

Le gouvernement n'avait pas réagi samedi au bilan de la protection civile. Dans une allocution enregistrée vendredi, diffusée samedi à la radio publique, le porte-parole du gouvernement, Maxime Balalou a fait état "d'un bilan provisoire d'au moins 30 personnes décédées, des disparus et plusieurs blessés".

"Le gouvernement adresse ses condoléances les plus attristées aux familles endeuillées" poursuit-il avant d'annoncer l'ouverture d'une enquête "pour déterminer les causes de ce drame ainsi que les responsabilités" et la mise en place d'un "dispositif exceptionnel de soutien aux familles des victimes", sans plus de détails.

Blessés évacués en taxi-moto 

L'embarcation en bois, appelée baleinière, transportait plus de 300 personnes, bien au-delà de sa capacité, et se dirigeait vers Makolo, un village situé à 45 kilomètres de Bangui, pour assister aux funérailles d'un chef de village, ont indiqué des témoins.

Le bateau a chaviré peu de temps après son départ de l'embarcadère d'après Maurice Kapenya, un témoin qui le suivait "dans une petite pirogue", faute de place à bord et a sorti les premières victimes, dont sa propre soeur, avec l'aide de pêcheurs et de riverains, avant l'arrivée des secours.

Certains blessés ont été évacués à l'aide de taxi-moto, comme celui de Francis Maka qui affirme à l'AFP avoir "emmené plus de dix personnes à l'hôpital communautaire".

Aucun bilan définitif n'est pour l'heure disponible. Samedi, alors que les équipes de la protection civile ne sont plus sur les lieux, des familles se trouvaient toujours près de la rivière, monnayant les services des piroguiers pour la recherche de leurs proches toujours portés disparus, a pu constater sur place une journaliste de l'AFP.

Plusieurs parti de l'opposition, comme le Mouvement pour la libération du peuple centrafricain, ont également adressé leur "solidarité avec les familles" et le Parti unité républicaine (UNIR), a appelé à proclamer "un deuil national".

La Centrafrique est le deuxième pays le moins développé au monde, indiquait l'an dernier l'ONU, et le théâtre depuis 2013 d'une guerre civile meurtrière qui a baissé en intensité depuis 2018.

Fin 2020, les plus puissants des nombreux groupes armés qui se partageaient alors les deux tiers du territoire s'étaient alliés au sein de la CPC et avaient lancé une offensive sur Bangui pour tenter de renverser le chef de l'Etat, Faustin Archange Touadéra, lequel avait appelé Moscou à la rescousse de son armée démunie.


Etats-Unis: deux morts et six blessés dans une fusillade à Memphis

La police enquête sur les lieux d'un vol de voiture qui serait lié à une série de fusillades, le 7 septembre 2022 à Memphis, dans le Tennessee. (Photo Brad Vest Getty Images via AFP)
La police enquête sur les lieux d'un vol de voiture qui serait lié à une série de fusillades, le 7 septembre 2022 à Memphis, dans le Tennessee. (Photo Brad Vest Getty Images via AFP)
Short Url
  • Deux individus ont été retrouvés morts sur les lieux et un des six blessés est hospitalisé «dans un état critique», a écrit sur le réseau social X la police de la ville de Memphis
  • La fusillade a eu lieu lors d'une fête de quartier non autorisée qui a rassemblé quelque 200 à 300 personnes près du parc Orange Mound de Memphis

WASHINGTON : Deux personnes ont été tuées et six autres blessées dans une fusillade survenue lors d'une fête de quartier samedi à Memphis aux Etats-Unis, a rapporté la police locale.

Deux individus ont été retrouvés morts sur les lieux et un des six blessés est hospitalisé «dans un état critique», a écrit sur le réseau social X la police de la ville de Memphis, située dans l'Etat du Tennessee (sud-est).

La fusillade a eu lieu lors d'une fête de quartier non autorisée qui a rassemblé quelque 200 à 300 personnes près du parc Orange Mound de Memphis, ont ajouté les forces de l'ordre.

Avec plus d'armes à feu que d'habitants, les Etats-Unis affichent le taux de mortalité par arme à feu le plus élevé de tous les pays développés.

Les fusillades y sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu'à présent été impuissants à endiguer, de nombreux Américains restant très attachés à leurs armes.

L'ONG Gun Violence Archive, qui qualifie de fusillades de masse celles qui ont fait au moins quatre morts ou blessés, en a décompté 120 depuis le 1er janvier aux Etats-Unis.

En 2023, 656 fusillades de masse  ont été recensées.