«Nous savons où la violence aboutit et quelles en sont les conséquences», avertit le président somalien

Hassan Cheikh Mohamoud est président de la Somalie depuis mai 2022, après avoir occupé le même poste de 2012 à 2017 (Photo, AN/Abdulrahman Bin Shalhoub)
Hassan Cheikh Mohamoud est président de la Somalie depuis mai 2022, après avoir occupé le même poste de 2012 à 2017 (Photo, AN/Abdulrahman Bin Shalhoub)
Short Url
Publié le Mardi 14 novembre 2023

«Nous savons où la violence aboutit et quelles en sont les conséquences», avertit le président somalien

  • Pour Hassan Cheikh Mohamoud, seule une solution à deux États permettra de résoudre le conflit israélo-palestinien
  • Le président somalien a salué le resserrement des liens avec le Royaume à la suite du sommet saoudo-africain tenu à Riyad

RIYAD: La Somalie sait d'expérience que la violence ne permet pas d'atteindre un objectif politique, a déclaré le président somalien, Hassan Cheikh Mohamoud, évoquant la violence qui se poursuit entre Israël et les Palestiniens.

Après des décennies d'instabilité politique, de violence terroriste et d'intervention étrangère, ce pays de la Corne de l'Afrique s'est progressivement stabilisé, comme en témoigne sa récente ouverture aux voisins africains et au monde arabe.

M. Mohamoud a déclaré à Arab News que la violence entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas ne s'attaque pas aux causes profondes du conflit, ce qui ne peut être réalisé que par un accord politique sous la forme d'une solution à deux États.

«En tant que Somaliens, nous vivons depuis longtemps dans un environnement de violence. Nous savons où la violence aboutit, quelles en sont les conséquences et quel est le résultat de cette violence. Personne ne peut parvenir à une fin politique par la violence. Ce n'est pas possible», a-t-il ajouté.

«Il existe une solution acceptée dans le monde entier. Deux États, la Palestine et Israël, vivant côte à côte, pacifiquement. Cela peut arriver. C'est possible. Pourquoi ne pas aller de l'avant dans ce sens?» 

Depuis plus d'un mois, la bande de Gaza est soumise à d'intenses bombardements israéliens en représailles à l'attaque transfrontalière sans précédent lancée le 7 octobre par le Hamas contre le sud d'Israël, qui a fait 1400 morts, pour la plupart des civils, et 240 otages.

Les bombardements israéliens et les opérations terrestres qui ont suivi ont fait plus de 11 000 morts, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, et provoqué le déplacement de plus de la moitié de la population de Gaza.

Le président somalien, Hassan Cheikh Mohamoud, s'est entretenu avec la rédactrice en chef adjointe d'Arab News, Noor Nugali, après le premier sommet saoudo-africain et le cinquième sommet arabo-africain (Photo, AN/Abdulrahman bin Shalhoub).

«Ce qui se passe en Palestine, en particulier aujourd'hui à Gaza, est un cas particulier, quelque chose qui contrevient à toutes les valeurs humaines au sens moral du terme.»

«Il ne s'agit pas seulement de religion, ni du caractère arabe, ni de régionalisme. Il s'agit d'humanité. Des enfants meurent. Des mères souffrent. Des civils innocents souffrent», a ajouté M. Mohamoud.

Le président s'est entretenu avec Arab News à la suite du premier sommet saoudo-africain et du cinquième sommet arabo-africain, qui ont eu lieu à Riyad les 11 et 12 novembre et qui ont rassemblé des représentants des deux régions pour discuter de commerce et de coopération.

Il s'est félicité du resserrement des liens entre la Somalie et l'Arabie saoudite, soulignant leur histoire commune, leurs liens religieux et leurs intérêts communs en matière de sécurité.

«La Somalie et l'Arabie saoudite entretiennent des relations historiques très anciennes en raison de la proximité géographique et des valeurs communes que nous partageons: la religion islamique, le mode de vie, les valeurs et la culture arabes, bien sûr. De nombreuses questions nous lient donc à l'Arabie saoudite», a indiqué M. Mohamoud.

«Le XXIe siècle et le mondialisme constituent un autre défi qui nous incite à nous réunir. Nous avons un ennemi commun, les extrémistes, les terroristes, le fondamentalisme qui va dans la mauvaise direction.»

«Puisque nous avons tous l'Islam en commun, notre héritage a toujours été lié. C'est donc dans ce contexte que nous nous inscrivons», a-t-il ajouté.

M. Mohamoud a souligné qu'il était particulièrement reconnaissant envers le Royaume pour son aide humanitaire, son expertise en matière de lutte contre le terrorisme et son soutien diplomatique, alors que la Somalie a connu l'insurrection, l'instabilité et la crise économique.

«La Somalie se trouve dans une situation difficile depuis trois décennies. L'Arabie saoudite a toujours été aux côtés de la Somalie au cours de ces trois décennies en termes d'aide humanitaire, de sécurité, de politique internationale et de soutien diplomatique à la Somalie. Tel est le niveau de nos relations.»

«Aujourd'hui, sous la direction du roi Salmane et du prince héritier, Mohammed ben Salmane, nous nous améliorons. Chaque jour, il y a un nouveau progrès dans nos relations, une nouvelle confiance, de nouvelles relations, de nouveaux domaines à ce sujet», a-t-il déclaré.

M. Mohamoud a noté que la sécurité et la lutte contre le terrorisme constituaient un domaine de coopération particulièrement solide.

«La Somalie est un pays qui sort d'un conflit de longue durée. Nous sommes entrés en guerre contre les terroristes, comme l'a fait l'Arabie saoudite dans le passé, et nous avons réussi. Il n'y a pas mieux que l'Arabie saoudite pour obtenir des conseils et profiter de son expérience dans la guerre contre le terrorisme», a-t-il ajouté.

Le sommet saoudo-africain a été organisé pour reconnaître l'importance croissante de l'Afrique en tant qu'acteur émergent dans la diplomatie et le commerce mondial.

«Au XXIe siècle, l'Afrique est la destination. Destination en termes de développement économique. Destination en termes de capital humain. Destination en termes de ressources. Destination en termes de stratégie, et j'en passe. Le monde entier est donc à l'affût», a déclaré M. Mohamoud.

«Si hier c'était le colonialisme, si c'était l'exploitation, au XXe siècle (un nouveau changement) est possible. Il s'agit d'un partenariat d'intérêts partagés.»

Il a fait remarquer que la Somalie, qui possède le plus long littoral du continent africain, une population jeune et dynamique, d'abondantes ressources naturelles inexploitées et le potentiel nécessaire pour devenir un centre logistique régional majeur, était prête à recevoir des investissements.

«Pendant longtemps, nous avons lutté pour stabiliser la Somalie. Faire de ce pays un endroit sûr et sécurisé. Ce n'est qu'alors que nous pouvons espérer que les investissements viendront. Nous y parvenons aujourd'hui. Nous en sommes aux dernières étapes», poursuit-il.

«Nous sommes en train de vaincre les groupes terroristes qui ont refusé ce droit au peuple somalien. Une fois que nous l'aurons fait, ce sera le bon moment – un environnement propice sera créé, permettant un environnement favorable à l'investissement.»

«La Somalie est un livre blanc. Chaque région est une opportunité. L'économie bleue est une opportunité. La sécurité alimentaire est une opportunité. La Somalie est riche en minéraux: or, uranium, cuivre, cobalt. Tous les types d'éléments naturels rares sont disponibles en Somalie.»

«La Somalie possède près de 9 millions d'hectares de terres arables, avec deux rivières permanentes tout au long de l'année et plusieurs saisons des pluies.  La Somalie possède l'un des cheptels les plus importants au monde», a rappelé M. Mohamoud.

«Donc, en Somalie, les domaines d'investissement sont illimités, inexploités et inoccupés», a-t-il ajouté.

Le faible développement du pays est dû en grande partie à ses décennies de guerre civile, qui ont été prolongées par l'implication de réseaux terroristes internationaux, dont Al-Shabaab.

Ce groupe terroriste, basé en Somalie mais actif ailleurs en Afrique de l'Est, est affilié à Al-Qaïda depuis 2012 et soupçonné d'entretenir des liens avec Al-Qaïda au Maghreb islamique et Al-Qaïda dans la péninsule arabique.

Avec le soutien de la communauté internationale, la Somalie lutte contre Al-Shabaab avec des moyens militaires conventionnels et des campagnes de lutte contre la radicalisation, et en bloquant les moyens de financement des activités du groupe.

«Le gouvernement somalien et le monde qui soutient la Somalie, les partenaires internationaux, la communauté internationale, les organisations internationales, tous ceux qui ont soutenu la Somalie dans la lutte contre le terrorisme, nous leur en sommes très reconnaissants», a affirmé M. Mohamoud.

Le président s'est entretenu avec Arab News à l'issue du premier sommet saoudo-africain et du cinquième sommet arabo-africain, qui se sont tenus à Riyad les 11 et 12 novembre (Photo, SPA).

«Al-Shabaab n'est pas une organisation locale.  C'est une organisation mondiale et régionale. Elle s'est retrouvée par hasard en Somalie, parce qu'il y avait en Somalie un grand espace qui n'a pas été gouverné pendant longtemps. C'est ce qui les incite à y rester.»

«Deuxièmement, nous avons combattu Al-Shabaab, les terroristes, avec une seule méthode, qui est la méthode militaire. Nous avons toujours lutté avec eux sur le plan militaire. Nous avons renforcé et élargi le front militaire, mais nous sommes sur un autre front. Nous sommes en guerre idéologique.»

«L'idéologie qu'ils utilisent est l'islam. Et ils ne l'utilisent pas de la bonne manière. Personne n'est donc mieux placé que nous pour exprimer et expliquer à notre peuple le droit chemin de l'islam. Et c'est ce que nous faisons.»

«La troisième question est celle de l'économie. Al-Shabaab collecte d'énormes sommes d'argent auprès de notre peuple. Ils l'appellent zakat (taxe) ou tabaro'at (charité). Ils lui donnent tant de noms. Mais en fin de compte, il s'agit de nos ressources locales.»

«Nous avons restreint ces ressources, en fermant les robinets qui les alimentaient. C'est donc ce qui fait le succès que nous recherchons et que nous obtenons actuellement», a-t-il ajouté.

Malgré les exigences de sa fonction, M. Mohamoud est déterminé à continuer à servir les intérêts du peuple somalien, à mesure que la nation se dirige vers un avenir plus stable et plus prospère.

«Bien sûr, je ne suis pas jeune, mais grâce à Dieu, je suis en bonne santé. Je ne fume pas, je ne bois pas. Je ne me couche pas tard. Je travaille suffisamment, pas seulement mentalement, je fais aussi de l'exercice. Je suis le père d'une bonne famille et j'ai servi la Somalie toute ma vie», a-t-il confié.

M. Mohamoud est président depuis mai 2022, après avoir occupé le même poste de 2012 à 2017. Avant d'entrer en politique, il était militant des droits civiques et professeur et doyen de l'université Simad à Mogadiscio.

En 2013, il a été nommé dans le Time 100, la liste annuelle des 100 personnes les plus influentes du monde établie par le magazine Time, pour ses efforts visant à faire progresser la réconciliation nationale, les mesures de lutte contre la corruption et les réformes socio-économiques et sécuritaires en Somalie.

«Je suis quelqu'un qui a été formé par l'éducation et l'humanité et qui a servi la vie et les intérêts des gens. Et je crois que je suis toujours au service du peuple. Ce qui me rend heureux, ce qui me rend satisfait de moi-même, c'est de savoir à quel point j'aide un être humain», a ajouté M. Mohamoud.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Maroc: critiquée pour sa gestion, la maire de Rabat démissionne

Short Url
  • Depuis des mois, Asmaa Rhlalou, 54 ans, était critiquée par des élus et des conseillers municipaux pour sa gestion jugée "catastrophique" et "autocratique" de la ville, d'après des médias locaux
  • Certaines voix critiques avaient également dénoncé l'attribution, sans respect de la procédure, d'une somme tirée du budget communal au Fonds spécial pour la gestion des effets du séisme qui a frappé la région de Marrakech en septembre

RABAT: La maire de Rabat, première femme élue à ce poste en 2021, a démissionné mercredi après de multiples critiques sur sa gestion de la capitale marocaine, a-t-elle indiqué à l'AFP.

Depuis des mois, Asmaa Rhlalou, 54 ans, était critiquée par des élus et des conseillers municipaux pour sa gestion jugée "catastrophique" et "autocratique" de la ville, d'après des médias locaux.

Elle a adressé sa lettre de démission au gouverneur régional.

"J'ai préféré privilégier l'intérêt de la ville et du citoyen face au blocage du conseil municipal que connaît Rabat", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Certaines voix critiques avaient également dénoncé l'attribution, sans respect de la procédure, d'une somme tirée du budget communal au Fonds spécial pour la gestion des effets du séisme qui a frappé la région de Marrakech en septembre.

Journaliste de profession et membre du Rassemblement national des indépendants (RNI, coalition gouvernementale), Mme Rhlalou avait été élue maire de Rabat en septembre 2021 pour un mandat de six ans.

Deux autres femmes, Nabila Rmili et Fatima Ezzahra El Mansouri, avaient respectivement été élues maires de Casablanca et de Marrakech, une première dans le royaume.


Deux enfants morts de malnutrition dans un hôpital de Gaza

Deux enfants sont morts de malnutrition dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, menacée par la famine après près de cinq mois de guerre (Photo, AFP).
Deux enfants sont morts de malnutrition dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, menacée par la famine après près de cinq mois de guerre (Photo, AFP).
Short Url
  • Le bureau de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU (Ocha) a fait état mercredi de deux enfants morts de soif et de malnutrition à l'hôpital Kamal Adwan
  • L'ONU estime que 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population de Gaza, sont menacées de famine

GAZA: Deux enfants sont morts de malnutrition dans un hôpital du nord de la bande de Gaza, menacée par la famine après près de cinq mois de guerre entre le Hamas et Israël, a annoncé mercredi soir le ministère de la Santé du mouvement islamiste palestinien.

"Deux enfants sont morts au complexe médical d'Al-Chifa des suites de déshydratation et de malnutrition", a déclaré dans un bref communiqué le porte-parole du ministère, Ashraf al-Qudra, précisant qu'an total, six enfants étaient décédés ces derniers jours des mêmes causes.

Le bureau de coordination de l'aide humanitaire de l'ONU (Ocha) a fait état mercredi de deux enfants morts de soif et de malnutrition à l'hôpital Kamal Adwan (nord), deux décès annoncés plus tôt cette semaine par M. al-Qudra.

L'ONU estime que 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population de Gaza, sont menacées de famine, en particulier dans le nord où les destructions, les combats et les pillages rendent presque impossible l'acheminement de l'aide humanitaire.

Selon l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), un peu plus de 2.300 camions d'aide sont entrés dans la bande de Gaza au mois de février, une baisse d'environ 50% par rapport à janvier, et une moyenne quotidienne de quelque 82 camions par jour.

D'après l'ONU, environ 500 camions entraient en moyenne quotidiennement dans la bande de Gaza avant la guerre, alors que les besoins de la population locale était alors moindres.

Des Palestiniens de Gaza ont confié ces derniers jours à l'AFP être forcés de manger des feuilles ou du fourrage pour le bétail, voire d'abattre des animaux de trait pour se nourrir.

Au cours des trois derniers jours, "près de 50 camions" remplis de denrées alimentaires se sont rendus dans le nord de la bande de Gaza, a indiqué mercredi l'organe du ministère israélien de la Défense qui coordonne les activités civiles de l'armée dans les territoires palestiniens (Cogat).

Depuis le début de la guerre le 7 octobre, 29.954 Palestiniens ont été tués, en majorité des civils, selon un dernier bilan fourni mercredi par le ministère de la Santé du Hamas.

Ce jour-là des commandos du Hamas infiltrés depuis la bande de Gaza voisine ont mené une attaque sans précédent dans le sud d'Israël, qui a causé la mort d'au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.


Washington demande à Israël d'assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa pendant le ramadan

Les Etats-Unis ont appelé mercredi Israël à assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est aux fidèles musulmans pendant le ramadan (Photo, AFP).
Les Etats-Unis ont appelé mercredi Israël à assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est aux fidèles musulmans pendant le ramadan (Photo, AFP).
Short Url
  • «Il n'est pas dans l'intérêt d'Israël d'attiser les tensions en Cisjordanie ou dans l'ensemble de la région»
  • En pleine guerre à Gaza, Israël s'inquiète à l'approche du ramadan, mois saint des musulmans qui doit débuter le 10 ou 11 mars

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont appelé mercredi Israël à assurer l'accès à la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est aux fidèles musulmans pendant le ramadan, après qu'un ministre d'extrême droite a récemment proposé d'interdire l'accès aux Palestiniens venant de la Cisjordanie occupée.

"En ce qui concerne Al-Aqsa, nous continuons à demander à Israël de faciliter l'accès au mont du Temple pour les fidèles pacifiques pendant le ramadan, conformément aux pratiques passées", a déclaré à la presse le porte-parole du département d'Etat, Matthew Miller.

"Ce n'est pas seulement la bonne chose à faire, ce n'est pas seulement une question d'accorder aux gens la liberté religieuse qu'ils méritent et à laquelle ils ont droit, mais c'est aussi une question qui est directement importante pour la sécurité d'Israël", a-t-il ajouté.

"Il n'est pas dans l'intérêt d'Israël d'attiser les tensions en Cisjordanie ou dans l'ensemble de la région", selon lui.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a appelé mercredi dans une adresse télévisée "nos concitoyens de Jérusalem, de Cisjordanie et de l'intérieur occupé à se rendre à Al-Aqsa dès le premier jour du mois béni de ramadan, en groupe ou seuls, pour y prier afin de briser le siège qui lui est imposé".

En pleine guerre à Gaza, Israël s'inquiète à l'approche du ramadan, mois saint des musulmans qui doit débuter le 10 ou 11 mars.

Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Itamar Ben Gvir, chef d'une formation d'extrême-droite favorable à un contrôle juif de l'esplanade des Mosquées, a récemment appelé à limiter l'accès des Palestiniens, faisant craindre une aggravation des tensions.

"Nous ne pouvons pas prendre de risque", avait-il dit.

L'esplanade des Mosquées (ou mont du Temple pour les juifs) est le troisième lieu saint de l'islam et lieu le plus sacré du judaïsme. Si ce lieu saint musulman est administré par la Jordanie, Israël y impose des restrictions, notamment sur le nombre de fidèles ou leur âge.