Le Hamas affirme que l’accord de trêve est «proche», nouvel espoir de retrouver les otages

Ci-dessus, une famille est assise à côté d’une installation représentant un ours en peluche géant aux yeux bandés avec une photo d’otages détenus par le Hamas à Gaza, à Tel Aviv, Israël, le 20 novembre 2023 (Photo, AP).
Ci-dessus, une famille est assise à côté d’une installation représentant un ours en peluche géant aux yeux bandés avec une photo d’otages détenus par le Hamas à Gaza, à Tel Aviv, Israël, le 20 novembre 2023 (Photo, AP).
Short Url
Publié le Mardi 21 novembre 2023

Le Hamas affirme que l’accord de trêve est «proche», nouvel espoir de retrouver les otages

  • Selon des sources au sein du Hamas et du Djihad Islamique, les deux mouvements ont bien accepté un accord dont les détails doivent être annoncés par le Qatar et les médiateurs
  • «Nous n'avons jamais été aussi proches, nous sommes confiants. Mais il reste du travail. Rien n'est fait tant que tout n'est pas fait», a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche

GAZA: Les pourparlers s'accélèrent mardi pour la libération d'otages entre les mains du Hamas en échange d'une trêve dans la bande de Gaza où le mouvement islamiste palestinien accuse Israël d'une frappe meurtrière sur un hôpital assiégé.

"Le mouvement (Hamas, ndlr) a livré sa réponse aux frères du Qatar et aux médiateurs. Nous nous approchons de la conclusion d'un accord de trêve", a déclaré mardi le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh, dans un bref message en arabe envoyé par son bureau à l'AFP.

Selon des sources au sein du Hamas et du Djihad Islamique, second groupe islamiste armé palestinien, les deux mouvements ont bien accepté un accord dont les détails doivent être annoncés par le Qatar et les médiateurs. Le gouvernement israélien n'a pas réagi dans l'immédiat à ces déclarations.

La présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Mirjana Spoljaric, avait rencontré lundi soir des dirigeants du Qatar ainsi que M. Haniyeh, basé dans l'émirat du Golfe, afin d'"avancer sur les questions humanitaires liées au conflit armé en Israël et à Gaza".

Le Qatar, l'Egypte et les Etats-Unis oeuvrent à un accord pour tenter de libérer des otages enlevés en Israël par le Hamas en échange notamment d'une trêve dans la bande de Gaza.

Si le CICR a assuré ne pas participer à ces pourparlers, il a insisté pour que ses "équipes soient autorisées à rendre visite aux otages afin de s'assurer de leur bien-être et pour leur administrer des médicaments, et afin que les otages soient en mesure de communiquer avec leurs familles", selon un communiqué.

"Nous n'avons jamais été aussi proches, nous sommes confiants. Mais il reste du travail. Rien n'est fait tant que tout n'est pas fait", a déclaré le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby.

A un journaliste qui lui a lancé la question suivante: "Est-ce qu'un accord de libération des otages est proche?", le président américain Joe Biden a répondu à Washington: "Je crois".

Des derniers détails ?

Deux sources proches du dossier ont indiqué mardi à l'AFP que les pourparlers portaient sur un accord portant sur la libération de "50 à 100" otages en échange de la libération de 300 prisonniers palestiniens en Israël, dont des enfants et des femmes.

Le transfert se ferait par étape à raison de "dix" otages israéliens contre "trente" prisonniers palestiniens par jour et comprendrait l'entrée de nourriture, d'aide médicale et de carburant et surtout une "trêve humanitaire de cinq jours renouvelable".

Mais Israël insiste sur le "regroupement familial" -- ce qui signifie que si un civil était libéré, son partenaire le serait également, même s'il était soldat -- ce que le Hamas, opposé à la libération de militaires, refuse pour le moment, selon ces deux sources.

Des proches des otages ont rencontré lundi soir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et son "cabinet de guerre", sous pression pour ramener les quelque 240 otages en Israël.

"Récupérer nos otages est une tâche sacrée et suprême et je m'y engage", a déclaré Benjamin Netanyahou sur le réseau social X, après cette rencontre, sans lever le voile sur les pourparlers et disant avoir échangé "à coeur ouvert" avec les familles.

"Nous n'arrêterons pas les combats tant que nous n'aurons pas ramené nos otages chez eux, détruit le Hamas et veillé à ce qu'il n'y ait plus de menaces venant de Gaza", a-t-il ajouté.

Récupérer les otages est l'un des objectifs de l'opération israélienne en cours dans la bande de Gaza et lancée dans la foulée de l'attaque sanglante du 7 octobre par le mouvement islamiste palestinien.

En Israël, 1.200 personnes, en grande majorité des civils, ont été tuées, selon les autorités, dans cette attaque d'une ampleur et d'une violence inédites dans l'histoire du pays.

En représailles, Israël a juré d'"anéantir" le Hamas, classé organisation terroriste par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël, et pilonne sans relâche le territoire palestinien, où son armée mène également depuis le 27 octobre une offensive terrestre.

Dans la bande de Gaza, plus de 13.300 personnes ont été tuées dans les bombardements israéliens, dont plus de 5.600 enfants, selon le gouvernement du Hamas.

D'après l'ONU, près de 1,7 million des 2,4 millions d'habitants ont été déplacés par la guerre dans la bande de Gaza, soumise depuis le 9 octobre à un "siège complet" par Israël, qui bloque les livraisons de nourriture, d'eau, d'électricité et de médicaments.

Hôpital indonésien

L'armée a indiqué dans la nuit que ses soldats "continuaient de combattre" dans le nord de la bande de Gaza alors que des sources palestiniennes faisaient état de tensions à l'hôpital indonésien, cible la veille de frappes israéliennes ayant tué 12 patients et leurs proches" et fait "des dizaines de blessés" selon le Hamas.

Lundi, 28 bébés prématurés évacués au cours du week-end de l'hôpital al-Chifa, le plus grand de Gaza et pris d'assaut le 15 novembre par l'armée israélienne, ont été transférés en "toute sécurité" en Egypte, a annoncé l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le président russe Vladimir Poutine doit participer mardi à une réunion virtuelle des pays émergents des Brics consacrée à la guerre à Gaza, pendant que son chef de la diplomatie Sergueï Lavrov doit recevoir à Moscou ses homologues de la Ligue arabe et de l'Organisation de la coopération islamique.

Gaza: 200 patients évacués de l'hôpital indonésien après une frappe meurtrière (ministère de la Santé du Hamas)

Environ 200 patients ont été évacués lundi de l'hôpital indonésien, au nord de la ville de Gaza, où "12 patients et leurs proches" ont été tués et "des dizaines blessés" dans une frappe israélienne, a déclaré lundi le porte-parole du ministère de la Santé du Hamas, Ashraf al-Qidreh.

"L'armée israélienne assiège l'hôpital indonésien et nous redoutons qu'il s'y passe la même chose qu'à al-Chifa", le plus grand hôpital de la bande de Gaza, récemment évacué et désormais aux mains de l'armée israélienne, a ajouté le docteur Qidreh.

En soirée, environ 200 patients ont été évacués de cet établissement situé en bordure du camp de réfugiés de Jabaliya et dont la capacité d'accueil théorique est de 140 lits, a-t-il expliqué.

Cette évacuation s'est faite en coordination avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a-t-il précisé, une condition posée par les médecins gazaouis pour obtenir la garantie qu'aucune ambulance ne sera bombardée après qu'Israël a visé une ambulance dans le nord de la bande de Gaza.

Le mouvement islamiste ne cesse de répéter qu'Israël mène "une guerre contre les hôpitaux" de Gaza, dont la quasi-totalité dans le nord du territoire ne fonctionne plus.

Israël accuse de son côté le Hamas de se servir des hôpitaux à des fins militaires et d'utiliser les civils qui s'y trouvent comme des "boucliers humains", ce que le mouvement palestinien dément.

La cheffe de la diplomatie indonésienne Retno Marsudi a condamné cette "attaque israélienne (...) qui a tué de nombreux civils et est une violation claire du droit humanitaire international".

D'après des sources hospitalières locales, plus d'une centaine de blessés ont été transférés dans la soirée et la nuit de cet hôpital vers le complexe Nasser de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

"Nous nous en sommes sortis miraculeusement. Une frappe a touché l'école (où les déplacés se sont réfugiés, ndlr)", a témoigné à l'AFP un jeune homme transféré. "Nous étions à l'école Zeitoune dans la ville de Gaza, et de l'école nous sommes allés à l'hôpital indonésien. Je n'arrive tout simplement pas (à parler)".

Dans la nuit, l'agence de presse palestinienne Wafa a fait état d'une frappe israélienne ayant fait des morts et des blessés sur une résidence du camp de Nuseirat, situé dans le centre de la bande de Gaza.


Sanctions américano-britanniques après les dernières attaques houthies

Le vraquier battant pavillon grec Sea Champion est amarré au port d'Aden, au Yémen, où il est arrivé après avoir été attaqué dans la mer Rouge dans ce qui semble avoir été une frappe de missile erronée par la milice Houthi, le 21 février 2024 (Photo, Reuters).
Le vraquier battant pavillon grec Sea Champion est amarré au port d'Aden, au Yémen, où il est arrivé après avoir été attaqué dans la mer Rouge dans ce qui semble avoir été une frappe de missile erronée par la milice Houthi, le 21 février 2024 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Le Trésor américain accuse les Houthis de vendre des matières premières iraniennes à des acteurs étrangers pour financer les opérations militaires
  • Un responsable houthi, Ibrahim al-Nashiri, est aussi visé par les sanctions

WASHINGTON: Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont annoncé mardi sanctionner un commandant du Corps des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, ainsi qu'un responsable houthi, après les récentes attaques aériennes contre le commerce maritime international.

Etant donné que les Houthis "menacent constamment la sécurité d'un commerce maritime international pacifique, les Etats-Unis et le Royaume-Uni continueront à agir contre les voies de financement qui permettent ces actions déstabilisatrices", a justifié le sous-secrétaire américain au Trésor chargé du terrorisme et du renseignement financier, Brian Nelson, cité dans le communiqué.

Est notamment ciblé par ces sanctions Mohammad Reza Falahzadeh, l'actuel commandant-adjoint de la Force Qods, la branche des opérations extérieures des Gardiens de la Révolution iraniens.

Sanctions 

Le Trésor américain accuse les Houthis et la Force Qods, une unité d'élite, de vendre des matières premières iraniennes à des acteurs étrangers pour financer les opérations militaires des Houthis.

Un responsable houthi, Ibrahim al-Nashiri, est aussi visé par les sanctions.

Les Houthis, qui contrôlent de vastes régions du Yémen, mènent depuis novembre des attaques contre des navires dans la région de la mer Rouge et du Golfe d'Aden. Ils affirment agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre sanglante contre le Hamas en représailles à l'attaque sans précédent du 7 octobre sur le sol israélien.

Londres et Washington ont en réponse mené plusieurs raids aériens conjoints contre des cibles houthies au Yémen, depuis le 11 janvier.


Campus France organise le deuxième salon universitaire Choose France à Riyad et Djeddah

Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah (Photo fournie).
Short Url
  • Le salon Choose France permet aux futurs étudiants de rencontrer des représentants de Campus France et de poser des questions sur les programmes universitaires
  • Le salon réunit une douzaine d’établissements français d’excellence, et est organisé à Djeddah et à Riyad du 25 au 27 février

RIYAD: Pour la deuxième année consécutive, l’ambassade de France en Arabie saoudite et Campus France ont organisé le salon universitaire Choose France, du 25 au 27 février 2024, à l’Académie saoudienne du divertissement à Riyad et au consulat général de France à Djeddah.

Cet événement est l’unique occasion pour les jeunes Saoudiens et Saoudiennes, ainsi que les partenaires saoudiens, de rencontrer des représentants de 12 prestigieux établissements d'enseignement supérieur français, notamment trois universités publiques, deux écoles d’ingénieurs, quatre établissements d’enseignement supérieur spécialisés, Media School International, ainsi que deux centres de langue française. 

 


Le prince héritier saoudien reçoit le président ukrainien à Riyad

 le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad. (SPA)
le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad. (SPA)
M. Zelensky a été reçu au Royal Lounge de l’aéroport international du roi Khaled par le prince Mohammed ben Abdelaziz, vice-gouverneur de la région de Riyad. (SPA)
M. Zelensky a été reçu au Royal Lounge de l’aéroport international du roi Khaled par le prince Mohammed ben Abdelaziz, vice-gouverneur de la région de Riyad. (SPA)
Short Url
  • Le président a déclaré qu’il se trouvait au Royaume pour poursuivre son «dialogue régulier avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.»
  • M. Zelensky a annoncé sur la plate-forme X qu’il discuterait des prisonniers de guerre et des déportés avec le prince héritier

RIYAD: Mardi, le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a reçu le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Riyad.

Le président a déclaré qu’il se trouvait dans le Royaume pour poursuivre son «dialogue régulier avec le prince héritier Mohammed ben Salmane».

M. Zelensky a annoncé sur la plate-forme X qu’il discuterait des prisonniers de guerre et des déportés avec le prince héritier.

«Les dirigeants du Royaume ont déjà contribué à la libération de notre peuple. Je suis convaincu que cette réunion portera également ses fruits», écrit-il.

Le président a ajouté qu’il discuterait «des domaines prometteurs de la coopération économique et de la participation de l’Arabie saoudite à la reconstruction de l’Ukraine».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com