Les bombardements israéliens menacent les trésors archéologiques de Gaza

Saint Hilarion, au centre de Gaza, est une ancienne nécropole romaine emblématique des trésors archéologiques inexploités de l'enclave côtière (Photo, AFP).
Saint Hilarion, au centre de Gaza, est une ancienne nécropole romaine emblématique des trésors archéologiques inexploités de l'enclave côtière (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 28 novembre 2023

Les bombardements israéliens menacent les trésors archéologiques de Gaza

  • Le conflit Israël-Hamas n'a pas seulement tué des civils innocents, il a aussi endommagé des sites historiques anciens et modernes
  • L'enclave est située à proximité des lieux saints du christianisme, de l'islam et du judaïsme et sur les anciennes routes commerciales entre l'Égypte et le Levant

DUBAÏ: Imprégnée de plus de 5 000 ans d'histoire, Gaza est depuis longtemps un trésor archéologique. Les ouvriers travaillant sur les chantiers de construction y trouvent régulièrement des joyaux antiques.

Des découvertes telles que le monastère de Saint-Hilarion et Tel Umm el-Amr, sans doute le plus grand site archéologique de Gaza, ne surprennent pas compte tenu de la proximité de Gaza avec les lieux saints du christianisme, de l'islam et du judaïsme, trois des principales religions du monde.

Gaza doit également son importance historique à son emplacement stratégique sur les anciennes routes commerciales entre l'Égypte et le Levant.

Mais les sept dernières semaines de bombardements israéliens suscitent des inquiétudes croissantes quant à l'avenir des sites découverts et de ceux qui restent à découvrir.

Les archéologues français Dominique M. Cabaret et Jean-Baptiste Humbert au dépôt archéologique franco-palestinien dans la ville de Gaza (Photo d'archives de Fadel al-Utol, 2021)

Selon le ministère des Dotations et des Affaires religieuses, basé à Gaza, plus de 31 mosquées ont été détruites et plus de trois églises ont été gravement endommagées depuis le début des combats, à la suite du raid meurtrier mené par le Hamas le 7 octobre dans le sud d'Israël.

«Les vies humaines sont plus importantes que les artefacts», confie à Arab News Jean-Michel de Tarragon, archiviste de l'École biblique de Jérusalem, ancien professeur d'histoire à la Sorbonne et archéologue ayant effectué des fouilles à Gaza de 1995 à 2005.

La pause observée depuis 2005 n'est pas le fruit du hasard. Alors que les accords de paix d'Oslo de 1993 avaient facilité le travail des archéologues, M. de Tarragon explique que la victoire du Hamas aux élections législatives palestiniennes de 2006 a conduit son équipe à quitter l'enclave.

Les combattants du Hamas ont pris le contrôle de la bande de Gaza en 2007 aux mains des responsables du Fatah de l'Autorité nationale palestinienne, ce qui a entraîné la division de facto des territoires palestiniens occupés en deux entités.

Selon M. de Tarragon, la guerre actuelle, qui a vu le bord de mer «lourdement bombardé, semble avoir complètement détruit l'Anthédon grecque».

Située sur la côte méditerranéenne au nord-ouest de Gaza, Anthédon a été le premier port maritime de la région et a été habitée de 800 avant J.-C. à 1100 après J.-C., abritant diverses cultures depuis la période babylonienne jusqu'au début de la période islamique.

«D'un point de vue historique, à la fin de l'Antiquité, Gaza était le port maritime du réseau commercial nabatéen. C'était le port de Petra, aujourd'hui en Jordanie, et aussi d'AlUla, en Arabie saoudite, pour les navires qui se dirigeaient vers Rome et l'Empire romain», explique-t-il.

Hazem Harb, artiste né à Gaza et basé à Dubaï, devant une œuvre d'art (Photo fournie).

«En tant que ville secondaire de Gaza, Anthédon était très importante. Un autre port, appelé Maioumas, existait au sud, mais nous n'y avons pas fait de fouilles. Nous avons découvert Anthédon, qui était alors un camp de plage, à l'extrémité nord.»

La richesse de l'histoire d'Anthédon est telle que l'Unesco l'a placée sur une liste indicative de sites palestiniens susceptibles d'être inscrits au patrimoine mondial de l'humanité.

Le site n'est cependant pas le seul à connaître un sort incertain après la guerre. M. de Tarragon signale qu'une église byzantine du Ve siècle, Mkheitim, a été détruite lors des combats, même si le sol en mosaïque semble avoir survécu.

«Désormais, aucun travail archéologique n'est envisagé à Gaza, seulement des travaux de restauration», révèle-t-il.

La fragilité de la vie à Gaza, région en proie à la guerre, et l'intensité du dernier conflit empêchent de déterminer le nombre de sites archéologiques détruits et l'étendue des dégâts subis par ceux qui tiennent encore debout.

Quant à savoir ce qu'il faudra faire pour les ramener à la vie, l’avenir le dira. Pour l'heure, les sites ont une autre fonction: celle de servir de refuge en temps de guerre.

Parmi eux se trouve l'une des plus anciennes églises en activité de l'enclave palestinienne: l'église Saint-Porphyre.

Frappée dans la nuit du 20 octobre, elle abritait au moins 500 chrétiens et musulmans, dont 16 ont été tués, selon les autorités palestiniennes.

La maison familiale du gardien de dépôt francophone, et archéologue à Gaza, Fadel al-Utol (Photo fournie).

Dans un communiqué, le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem a exprimé «sa plus ferme condamnation de la frappe aérienne israélienne qui a touché l'enceinte de son église dans la ville de Gaza».

Des témoins ont déclaré à l'agence de presse AFP que la frappe avait endommagé la façade de l'église et provoqué l'effondrement d'un bâtiment adjacent.

«Cibler les églises et leurs institutions, ainsi que l'abri qu'elles offrent pour protéger les citoyens innocents, en particulier les enfants et les femmes qui ont perdu leur maison à cause des frappes aériennes israéliennes sur les zones résidentielles au cours des treize derniers jours, constitue un crime de guerre qui ne peut pas être ignoré», a déclaré le Patriarcat orthodoxe de Jérusalem.

«Les artefacts sont tout aussi importants que les humains parce qu'ils ont été fabriqués par nous», confie, pour sa part, l'artiste Hazem Harb, né à Gaza et basé à Dubaï, à Arab News.

Son travail se concentre, en effet, sur la représentation et l'intégration des principaux sites de son pays d'origine, la Palestine.

Faisant écho à une phrase qu’il a publiée sur le réseau Instagram au sujet de la guerre, Hazem Harb poursuit: «Comme je travaille avec des photographies d'archives, tout mon travail est censé poser l'histoire d'un point de vue différent.»

«Une grande partie de cette photographie a été exclue de l'histoire et il en va de même aujourd'hui avec la destruction et l'héritage de ces sites archéologiques.»

EN BREF

- En janvier dernier, des archéologues français ont découvert 60 tombes anciennes dans un cimetière de l'époque romaine au nord de Gaza. 

- Ces découvertes, dont deux sarcophages en plomb découverts en septembre, sont survenues lors de la construction d'un projet immobilier à Jabaliya.

- Compte tenu de la rareté des tombes en plomb, les archéologues palestiniens estiment que les élites sociales sont enterrées dans ce cimetière.

Le 25 octobre, le Conseil international des musées (Icom) a déclaré dans un communiqué:  «Le Conseil international des musées exprime sa profonde inquiétude face à la violence qui touche actuellement les civils israéliens et palestiniens et déplore les conséquences humanitaires importantes engendrées par le conflit au cours des dernières semaines. L’Icom présente ses plus sincères condoléances et exprime sa solidarité à toutes celles et ceux qui ont perdu des membres de leur famille, des amis ou de leur communauté à cause de la violence.»

«L’Icom affirme son engagement à préserver le patrimoine culturel et rappelle l’impératif pour toutes les parties de respecter le droit international et les conventions, y compris la Convention de La Haye de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et ses deux protocoles.»

En effet, les musées deviennent souvent des lieux de contrebande et de pillage dans un contexte de destruction et de violence en temps de guerre.

En octobre, l'Icom a mis en garde contre l'augmentation potentielle des pillages et de la destruction de monuments et d'objets culturels, en soulignant les obligations juridiques internationales qui visent à empêcher l'importation, l'exportation et le transfert illicites de biens culturels, telles que la Convention de l'Unesco de 1970 et la Convention d'Unidroit de 1995.

Face à la violence et à l'effondrement de l'administration à Gaza, ces obligations ne semblent pas respectées.

Gaza abrite une douzaine de musées qui contiennent environ 12 000 artefacts. Nombre de ces musées ont subi des bombardements et des tirs d'artillerie pendant la guerre.

Parmi les musées qui auraient été détruits figure le musée culturel Al-Qarara, près de Khan Younis.

Fondé en 2016, il présente l'archéologie et l'histoire de la région, recueillies et préservées par ses fondateurs et les membres de la communauté locale.

Le musée, qui a obtenu une licence privée du ministère palestinien du Tourisme et des Antiquités, a été conçu pour sensibiliser le public au patrimoine culturel palestinien. Il abritait 3 500 objets archéologiques et historiques provenant de Gaza et remontant jusqu'à 4 000 ans avant J.-C.

Une autre institution gravement endommagée est le musée d'Akkad, qui présentait des archives permanentes de pièces archéologiques découvertes en Palestine. Il a été fondé en 1975 et a travaillé pendant de nombreuses années, selon son site web, en secret «en raison de la présence de l'occupation israélienne».

Le musée d'Akkad comprend environ 2 800 objets datant de la préhistoire à l'époque moderne.

Un autre site important a été endommagé: le musée du palais du Pacha, construit à l'époque des Mamelouks et devenu un musée en 2010.

Parmi les autres monuments importants situés à Gaza figure le monastère Saint-Hilarion, qui n'a pas été détruit selon M. de Tarragon, citant ses sources. Il s'agit du plus grand monument chrétien connu de l'enclave, situé dans une zone appelée Tel Umm el-Amer, au centre de Gaza.

Il porte le nom d'Hilarion, fondateur du monachisme palestinien vers l'an 300. Il y a aussi le Hammam al-Sammara, ou bain samaritain, situé dans l'ancien quartier Zaytoun de la ville de Gaza. Il s'agit d'un bain de style turc nommé en référence à la communauté samaritaine, une ancienne ramification du judaïsme. Hammam al-Sammara date de 1320 après J.-C.

L'église orthodoxe grecque Saint-Porphyre dans la vieille ville de Gaza en 1920 (Photo du père Savignac, École biblique, Jérusalem).

Selon M. de Tarragon, la communauté archéologique ignore ce qu’il est advenu de bon nombre de ces structures. Seul le temps le dira.

Les guerres du passé ont déjà détruit une grande partie du patrimoine autrefois étincelant de Gaza. Les photographies, les articles et les œuvres d'art qui en perpétuent le souvenir en témoignent aujourd'hui.

Même si la violence continue de faire de plus en plus de victimes civiles et de détruire les structures restantes, la contribution de Gaza à l'histoire mondiale, tout comme les milliers de vies qui ont été perdues, ne doit pas être oubliée.

Comme l’affirme M. Harb, «je pense qu'il n'y a aucune différence entre l'être humain et nos maisons, parce que nos maisons ne sont pas de simples pierres».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le ministère de la Culture lance le concours «1727» pour commémorer le jour de la fondation de l'Arabie saoudite

La compétition commence jeudi et se termine samedi. Elle est ouverte au grand public. (Twitter @SAFoundingDay)
La compétition commence jeudi et se termine samedi. Elle est ouverte au grand public. (Twitter @SAFoundingDay)
Short Url
  • Cette compétition fait partie des nombreux événements et activités présentés par le ministère de la Culture pour commémorer le Jour de la Fondation, source d’une immense fierté pour tous les Saoudiens
  • Les participants, qui répondent correctement à toutes les questions et avancent dans toutes les étapes, seront qualifiés pour un tirage au sort

RIYAD: Le ministère de la Culture a annoncé le lancement du concours «1727», doté de prix de 100 000 SR, en l'honneur du Jour de la fondation de l’Arabie saoudite.  

Ce concours, ouvert au grand public, débute jeudi et se poursuivra jusqu'à samedi. Il comprend une série de questions liées à la création de l’État saoudien par l’imam Mouhammad ben Saoud en 1727 après J-C.

Les participants devront répondre à huit questions diverses divisées en quatre étapes, avec deux questions par étape, axées sur les aspects culturels et historiques du Jour de la Fondation.

Les participants, qui répondent correctement à toutes les questions et avancent dans toutes les étapes, seront qualifiés pour un tirage au sort. 100 gagnants seront retenus au hasard, chacun recevant 1 000 SR.

Ce concours s'inscrit dans le cadre des nombreux événements et activités présentés par le ministère de la Culture pour commémorer le Jour de la Fondation, source d'immense fierté pour tous les Saoudiens. Ces événements visent à intéresser toutes les composantes de la société à travers le Royaume.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Nouveaux raids israéliens sanglants à Gaza, discussions sur une trêve à Paris

Une femme palestinienne blessée par une frappe israélienne pleure la mort de son frère dans la frappe, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à l'hôpital Abu Yousef Al-Najjar à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 février 2024. (Photo, Reuters)
Une femme palestinienne blessée par une frappe israélienne pleure la mort de son frère dans la frappe, dans le cadre du conflit actuel entre Israël et le groupe islamiste palestinien Hamas, à l'hôpital Abu Yousef Al-Najjar à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 23 février 2024. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Les opérations militaires israéliennes ont fait au moins 103 morts dans la nuit, a annoncé samedi le ministère de la Santé du Hamas
  • «Regardez, nous nous battons pour du riz», a témoigné Ahmad Atef Safi, faisant la queue pour obtenir de la nourriture à Jabaliya dans le nord

TERRITOIRES PALESTINIENS : Plus de 100 Palestiniens ont été tués dans de nouvelles frappes nocturnes israéliennes dans la bande de Gaza assiégée et dévastée, a indiqué samedi le Hamas, avant des discussions prévues à Paris sur une trêve en présence d'une délégation israélienne.

Plus de quatre mois après le début de la guerre entre Israël et le mouvement islamiste Hamas, la situation humanitaire ne cesse d'empirer dans le territoire palestinien où l'ONU a mis en garde contre "une menace de famine de masse" faute d'approvisionnements suffisants en eau et nourriture.

"Regardez, nous nous battons pour du riz", a dit à l'AFP Ahmad Atef Safi, faisant la queue pour obtenir de la nourriture à Jabaliya, dans le nord de la bande de Gaza: "C'est une guerre de famine."

L'inquiétude grandit chaque jour à Rafah, à la pointe sud du territoire palestinien où se massent au moins 1,4 million de personnes, pour la plupart des déplacés, menacée d'une opération de grande envergure de l'armée israélienne.

Avant l'aube, les bombardements israéliens ont coûté la vie à au moins 103 Palestiniens dans la bande de Gaza, a indiqué le ministère de la Santé du Hamas qui fait état quotidiennement état d'une centaine de morts dans ce petit territoire où Israël mène l'offensive la plus vaste de son histoire.

Au moins 29.606 Palestiniens y ont péri, en grande majorité des civils, depuis le début de la guerre le 7 octobre, selon le dernier bilan du même ministère.

Ce jour-là, des commandos du Hamas infiltrés de Gaza ont mené une attaque d'une violence sans précédent dans le sud d'Israël durant laquelle au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, ont été tuées, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de données officielles israéliennes.

Non à une «réoccupation de Gaza»

Durant l'attaque, quelque 250 personnes ont été en outre enlevées et emmenées à Gaza. Selon Israël, 130 otages, dont 30 seraient morts, y sont encore retenus après la libération d'une centaine à la faveur d'une trêve d'une semaine fin novembre, en échange de prisonniers palestiniens.

Après l'attaque, Israël a juré d'anéantir le mouvement islamiste palestinien, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007 et qu'il considère, à l'instar des Etats-Unis et de l'Union européenne, comme une organisation terroriste.

Après avoir mené une campagne de bombardements par terre, mer et air contre le territoire exigu, l'armée israélienne a lancé le 27 octobre une offensive terrestre dans le nord de la bande de Gaza et ses soldats ont progressé jusqu'à Khan Younès dans le sud, où se concentrent les combats.

Déterminé à poursuivre la guerre jusqu'à l'élimination du Hamas, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a présenté jeudi à son cabinet un plan d'"après-guerre", qui prévoit le maintien du "contrôle sécuritaire" d'Israël sur le territoire qu'il avait occupé de 1967 à 2005.

Ce plan a été immédiatement rejeté par le Hamas et l'Autorité palestinienne basée en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël depuis 1967.

Et critiqué par les Etats-Unis, principal allié d'Israël, dont le chef de la diplomatie, Antony Blinken, a réaffirmé l'opposition de son pays à toute "réoccupation israélienne" de Gaza.

Face au blocage diplomatique, de nouvelles discussions sont prévues à Paris pour tenter d'obtenir une trêve assortie d'une libération des otages.

Une délégation menée par le chef du Mossad, les services secrets israéliens, David Barnea, est arrivée dans la capitale française.

«La faim»

M. Barnea avait rencontré fin janvier à Paris ses homologues américain et égyptien et le Premier ministre du Qatar, les principaux médiateurs dans le conflit.

D'après une source du Hamas, le plan prévoyait alors une pause de six semaines et la libération de 200 à 300 prisonniers palestiniens en échange de 35 à 40 otages.

Des pourparlers ont aussi eu lieu cette semaine en Egypte et un émissaire américain vient d'achever une mission en Israël.

En Israël, des familles d'otages ont appelé à une vaste mobilisation samedi pour réclamer leur libération.

"Ramenez-les à la maison, c'est tout. On ne peut pas rester là plus longtemps, on finira par s'écrouler", a affirmé Avivit Yablonka, la soeur d'un otage qui vient chaque semaine sur une place de Tel-Aviv devenue point de ralliement des familles.

En quatre mois et demi, la guerre a déplacé des centaines de milliers de Palestiniens et poussé environ 2,2 millions d'habitants, soit l'immense majorité de la population de la bande de Gaza, au bord de la famine, selon l'ONU.

L'aide, dont l'entrée est soumise au feu vert d'Israël, est toujours insuffisante et son acheminement vers le nord est difficile en raison des destructions et des combats.

"Nous ne pouvons pas nous tenir debout à cause de la faim", a lancé Oum Wajdi Salha, une habitante de Jabaliya dans le nord de Gaza.


Washington détruit trois drones houthis en mer Rouge et sept missiles anti-navire

Un extrait d'une vidéo diffusée par le centre des médias du Huthi Ansarullah du Yémen, le 19 novembre 2023, montre des membres du groupe militant lors de la capture d'un navire de charge lié à Israël, dans un lieu non défini de la mer Rouge. (Photo Ansarullah Media Centre AFP)
Un extrait d'une vidéo diffusée par le centre des médias du Huthi Ansarullah du Yémen, le 19 novembre 2023, montre des membres du groupe militant lors de la capture d'un navire de charge lié à Israël, dans un lieu non défini de la mer Rouge. (Photo Ansarullah Media Centre AFP)
Short Url
  • Les militants yéménites, soutenus par l'Iran, continuent de viser depuis novembre le trafic maritime dans ce couloir essentiel du commerce mondial, malgré la réponse militaire américaine
  • Tôt vendredi, les Américains «ont abattu trois drones d'attaque explosifs près de plusieurs navires marchands naviguant en mer Rouge. Il n'y a eu aucun dégât sur les navires», a écrit le Centcom dans un communiqué

WASHINGTON : Les forces armées américaines ont annoncé avoir abattu vendredi en mer Rouge trois drones d'attaques venant des militants Houthis du Yémen et détruit sept missiles anti-navire positionnés à terre.

Les militants yéménites, soutenus par l'Iran, continuent de viser depuis novembre le trafic maritime dans ce couloir essentiel du commerce mondial, malgré la réponse militaire américaine.

Tôt vendredi, les Américains «ont abattu trois drones d'attaque explosifs près de plusieurs navires marchands naviguant en mer Rouge. Il n'y a eu aucun dégât sur les navires», a écrit le Commandement militaire des Etats-Unis pour le Moyen-Orient (Centcom), dans un communiqué.

Le Centcom a ensuite rapporté que les forces américaines avaient détruit «sept missiles de croisière anti-navire mobiles des Houthis, soutenus par l'Iran, qui étaient prêts à être lancés en direction de la mer Rouge».

Ces frappes, menées entre 12H30 et 19H15 locales (entre 09H30 et 16H15 GMT), ont été effectuées, selon lui, en état de légitime défense.

«Les forces du Centcom ont identifié ces missiles dans les zones du Yémen contrôlées par les Houthis et ont déterminé qu'ils représentaient une menace imminente pour les navires marchands et les navires de la Marine américaine dans la région», a déclaré l'armée dans un second communiqué publié tard vendredi.

La veille, les troupes américaines avaient frappé au sol quatre drones et deux missiles anti-navire qui s’apprêtaient à être tirés «vers la mer Rouge depuis des zones du Yémen contrôlées par les Houthis», selon le Centcom.

Les Houthis mènent depuis novembre des attaques de navires qu'ils estiment liés à Israël. Ils affirment agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza, où Israël mène une guerre sanglante contre le Hamas en représailles à l'attaque sans précédent de ce mouvement islamiste palestinien sur le sol israélien le 7 octobre.

Face aux attaques houthies, les Etats-Unis, soutien d'Israël, ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge et lancé, avec l'aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les Houthis. Ces derniers ont depuis élargi leurs attaques à des navires liés aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni.