PDG de Business France: «France 2030 est un projet global qui va au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet de serre»

Selon Saint-Martin, la zone bleue de la COP28 est essentielle – c’est là que se tiennent les négociations politiques pour conclure un accord contre le réchauffement climatique (Photo, X, @businessfrance).
Selon Saint-Martin, la zone bleue de la COP28 est essentielle – c’est là que se tiennent les négociations politiques pour conclure un accord contre le réchauffement climatique (Photo, X, @businessfrance).
Short Url
Publié le Mercredi 06 décembre 2023

PDG de Business France: «France 2030 est un projet global qui va au-delà de la réduction des émissions de gaz à effet de serre»

  • La présence de 20 start-up reflète les actions entreprises par la France dans le cadre de sa participation à la COP28
  • «Business France veut permettre aux entreprises françaises de montrer que la France est à la pointe de la lutte contre le changement climatique», explique son directeur général, Laurent Saint-Martin

DUBAÏ: La COP28 réunit aujourd'hui 20 entreprises françaises à Dubaï, mettant en lumière des solutions innovantes apportées par des start-up et des entreprises en croissance engagées dans la lutte contre le changement climatique.

Depuis le début de la COP28, l'événement a été marqué par la visite du président français, Emmanuel Macron, une délégation française significative et des entreprises hexagonales réitérant le même objectif: contribuer à trouver des solutions aux défis mondiaux liés au changement climatique.

Face aux enjeux politiques et géopolitiques au cœur des discussions de la COP28, «ce qui intéresse Business France est de permettre aux entreprises françaises de démontrer que la France est à la pointe de la lutte contre le changement climatique grâce à la technologie, à l'innovation, à l'investissement public et privé. C'est finalement ce que la France fait depuis deux ans grâce au plan France 2030», explique Laurent Saint-Martin, directeur général de Business France, dans une interview  à Arab News en français.

La présence de 20 start-up en plus du pavillon France reflète les actions concrètes entreprises par la France dans le cadre de sa participation à la COP28.

Selon Saint-Martin, la zone bleue de la COP28 est essentielle – c’est là que se tiennent les négociations politiques pour conclure un accord contre le réchauffement climatique –, mais la zone verte, où des entreprises proposent des solutions se basant sur l’innovation, l’est tout autant. Les entreprises, en particulier les start-up, sont un acteur majeur dans la réussite des objectifs de développement durable (ODD), et c'est ce que démontre le pavillon France.

 

EN BREF

Le French start-up village, situé dans la zone verte d'Expo City, est soutenu par Business France, l'agence nationale française chargée de l'expansion internationale et du développement des entreprises françaises, ainsi que de la promotion des investissements directs étrangers (IDE) en France, également engagée à façonner un avenir plus vert et plus durable pour tous.

 

Les initiatives de Business France dans le cadre de la COP28 et au-delà

Pour atteindre les objectifs de l'accord de Paris, la France agit au niveau international en mobilisant également ses efforts au niveau national, en commençant par des initiatives de planification écologique.

Durant la COP28, le pays s'engage à collaborer avec la communauté internationale pour éliminer progressivement les combustibles fossiles, décarboner le secteur du transport maritime, accélérer la réduction des émissions de méthane et améliorer les financements climatiques, entre autres.

«Nos initiatives ne se limitent pas à intégrer davantage d'entreprises dans le secteur de la technologie verte. Le secteur de la santé et de l'alimentation est également impliqué.  France 2030 est un projet global, holistique, qui va au-delà de la simple réduction des émissions de gaz à effet de serre, qui reste un enjeu central », affirme Saint-Martin.

«La France réussira et atteindra son objectif de réduction de gaz à effet de serre d'ici à 2050. Le net zéro sera atteint, avec le soutien des acteurs privés», ajoute-t-il.

L'investissement dans l'énergie nucléaire est un élément essentiel, en plus de l'investissement dans les énergies renouvelables et du passage progressif à une économie non dépendante des énergies fossiles, dans le cadre de l'agenda de la France et de l'Europe.

«Nous sommes à la COP28 aujourd'hui pour nous assurer que cette question puisse aussi être à l'agenda du plus grand nombre de pays possible», déclare Laurent Saint-Martin.

Les entreprises françaises présentes dans le French start-up village englobent une variété de secteurs, témoignant d'un engagement envers une logique de développement durable ne se limitant pas à la question du carbone. Il s'agit plutôt d'améliorer la nutrition, les soins de santé, le logement, notamment les défis posés par le changement climatique.

Les défis mondiaux comme la Covid-19 et la guerre en Ukraine ont souligné l'interdépendance entre les secteurs, et l'impact des crises sur les chaînes d'approvisionnement, les économies mondiales et l'environnement, soulevant à nouveau la question de la convergence vers des solutions durables.

Les émissions de gaz à effet de serre de la France ont diminué de 12 % entre 2017 et 2022, représentant une réduction de 2 % par an.

«Je crois que nous n'avons pas encore assez investi dans les Greentech françaises. Nous avons des produits et services en énergies renouvelables en France qui sont parmi les meilleurs au monde. L’un des défis majeurs de la France c'est d’accroître son influence internationale, c'est-à-dire l’export», assure Saint-Martin.

La France investit dans des réacteurs nucléaires avancés (SMR) et dans les Greentech, qui représentent des opportunités à l'export. «Peu de Français savent que la RATP a une présence internationale, à travers RATPdev. Notre travail est de projeter toute cette expertise française à l'international. (...) En termes d'exportations, c'est un défi majeur que nous devons relever en même temps que les défis technologiques qui sont actuellement abordés en France», précise Saint-Martin.

Accélérer les engagements climatiques 

La présence de la France lors d'événements internationaux majeurs tels que la COP28 établit le pays comme un acteur clé, impulsant des solutions permettant d'atteindre les objectifs de l'Accord de Paris et réaffirmant ses engagements climatiques.

«Peu de pays sont capables, comme la France, d'avoir autant d'entreprises rassemblées sous le même drapeau. Il y a un réel besoin de reconnaître que l'avenir de la technologie verte ne se limite pas à la France ou à l'Europe. Nous devons chercher des marchés internationaux. La clé est de réaliser que ce n'est pas simplement une question de commerce. Il s'agit également de prendre conscience de faire partie de la solution globale», assure Saint-Martin.

Les objectifs économiques et environnementaux exigent l'implication des secteurs public et privé. «Business France doit accélérer sa capacité à aider les entreprises à se développer à l'étranger. Nous construisons des programmes pour que les parties prenantes se rencontrent sur le terrain, avec des parties prenantes émiriennes, du CCG et d’autres pays», confirme le directeur de Business France. 

France 2030, la Vision 2030 de l'Arabie saoudite et la stratégie net zéro 2050 des Émirats arabes unis (EAU) sont des stratégies similaires axées sur la réduction des émissions de CO2, la transition énergétique et le développement durable.

À cette fin, Vision Golfe, dont la première édition a eu lieu en juin 2023, est une opportunité pour les investisseurs du Conseil de coopération du Golfe (CCG) de découvrir les entreprises françaises et l'écosystème d'investissement français.

«Finalement, la clé du succès c'est de mettre l'argent public avec l'argent privé au service de cet objectif ultranécessaire, qui est la neutralité carbone d'ici à 2050. Nous devons continuer à fixer l'objectif de +1,5°. Il n'est pas perdu, mais il est de plus en plus difficile. Nous avons besoin de stratégie, de recherche, d'innovation et d'acteurs privés capables d'apporter des solutions d'accélération», conclut Laurent Saint-Martin.


Algérie: accord entre Sonatrach et ExxonMobil en vue de développer deux gisements

Une photo montre le logo du géant énergétique algérien Sonatrach (Photo, AFP).
Une photo montre le logo du géant énergétique algérien Sonatrach (Photo, AFP).
Short Url
  • L'accord a été signé à Alger par le PDG de Sonatrach Rachid Hachichi et le vice-président Exploration et Nouvelles Opportunités d'ExxonMobil, John Ardill
  • Aucun montant n'a été évoqué pour les investissements prévus, pas plus que les réserves potentielles des deux champs d'hydrocarbures

ALGER: Le groupe pétro-gazier étatique algérien Sonatrach a annoncé jeudi avoir signé un "protocole d'accord" avec le géant américain ExxonMobil en vue du développement des ressources en hydrocarbures dans deux gisements gaziers du sud de l'Algérie.

Les deux compagnies prévoient "d'étudier les opportunités existantes en vue de développer les ressources en hydrocarbures dans le bassin de l'Ahnet (sud) et le bassin de Gourara", a indiqué Sonatrach dans un communiqué.

L'accord a été signé à Alger par le PDG de Sonatrach Rachid Hachichi et le vice-président Exploration et Nouvelles Opportunités d'ExxonMobil, John Ardill.

Aucun montant n'a été évoqué pour les investissements prévus, pas plus que les réserves potentielles des deux champs d'hydrocarbures.

Selon l'expert en énergie américain Geoff Porter, cet accord marque "une importante étape pour Sonatrach qui n'a pas attiré de nouvelles compagnies étrangères depuis des années".

 

L'accord de principe "devrait déboucher sur un contrat d'exploration et production" qui réclamera toutefois des négociations susceptibles de "prendre entre 12 et 36 mois", analyse le spécialiste pour l'AFP.

Cet accord "ouvre de nouvelles perspectives de développement du domaine minier algérien et témoigne de la volonté des deux compagnies de parvenir à mettre en place une exploitation responsable et durable des ressources naturelles", s'est réjoui M. Hachichi, cité dans le communiqué.

M. Ardill a insisté sur l'apport par ExxonMobil de "capacités de pointe", estimant que l'accord est une "première étape importante dans la création d'un partenariat qui contribuera à libérer davantage le potentiel de développement des ressources de l'Algérie".

En juin 2023, le quotidien économique américain Wall Street Journal avait évoqué des "négociations avancées" entre Sonatrach d'un côté et les géants américain Exxon et Chevron pour venir "exploiter pour la première fois" les vastes réserves gazières du pays.

Le journal avait fait état de pourparlers concernant des droits d'exploitation de gisements gaziers conventionnels et de gaz de schiste, un gaz naturel contenu dans des roches argileuses dont l'exploitation par fracturation hydraulique est controversée en raison de son impact sur l'environnement. Le WSJ avait évoqué les bassins de Ahnet, Gourara et Berkine.

Le protocole signé jeudi souligne que les études à venir mettront "l'accent sur l'excellence opérationnelle, l'innovation technologique et le respect de l'environnement".

Selon M. Porter, cet accord est "un signe très positif pour l'Algérie", synonyme de succès pour sa stratégie de diversification des investissements dans l'exploration. En outre, "cela montre que les compagnies énergétiques (étrangères) prennent au sérieux le potentiel de l'Algérie pour garantir la sécurité énergétique de l'Europe".

"L'Algérie est importante pour l'Europe, elle a des réserves de gaz et est stable. Le fait qu'Exxon considère que c'est une bonne destination pour ses investissements va être un signal pour d'autres compagnies", a-t-il ajouté.


Luciano Benetton lâche la présidence de l'empire familial

Le président de l'entreprise italienne de vêtements Benetton, Alessandro Benetton, pose le 24 avril 2012 (Photo, AFP).
Le président de l'entreprise italienne de vêtements Benetton, Alessandro Benetton, pose le 24 avril 2012 (Photo, AFP).
Short Url
  • Alessandro Benetton, 60 ans, fils de Luciano Benetton, avait pris en janvier 2022 les rênes de la holding familiale Edizione
  • L'image de la richissime famille avait été ternie après la chute du pont de Gênes

MILAN: Luciano Benetton, cofondateur de l'empire textile éponyme âgé de 89 ans, a annoncé samedi son intention de lâcher la présidence du groupe familial italien, après avoir accusé son directeur général Massimo Renon d'avoir plombé les comptes du groupe.

"J'ai fait confiance et j'ai eu tort. J'ai été trahi au sens propre du terme. Il y a quelques mois, j'ai compris que quelque chose n'allait pas et que l'image du groupe que la direction nous présentait lors des réunions du conseil d'administration n'était pas réelle", a-t-il confié au journal Corriere della Sera.

"Avant de quitter le groupe, j'ai l'intention d'expliquer avec la transparence qui me caractérise ce qui s'est passé sans fuir ma responsabilité", a-t-il assuré.

Selon Luciano Benetton, M. Renon a laissé "un trou de 100 millions d'euros" après quatre années passées à la tête de la célèbre marque de vêtements.

Lors d'un conseil d'administration, "la bombe a éclaté" quand est apparu "soudainement un trou budgétaire dramatique, un choc qui nous laisse sans voix", commente M. Benetton.

"Nous avons perdu quatre ans et cela rend les choses plus difficiles car nous n'avons pas de baguette magique", relève-t-il. "Malheureusement, il y aura des sacrifices à faire", prévient-il.

Redonner vie 

"Le maximum d'efforts sera fait pour retrouver l'énergie des temps meilleurs et redonner vie à cette marque qui représente tant pour notre famille et qui porte notre nom", assure-t-il.

Alessandro Benetton, 60 ans, fils de Luciano Benetton, avait pris en janvier 2022 les rênes de la holding familiale Edizione.

L'image de la richissime famille avait été ternie après la chute du pont de Gênes, géré par l'une de ses filiales, qui a fait 43 morts et braqué les projecteurs sur le mauvais état des infrastructures de transport en Italie.

Pour faire table rase, la famille Benetton a décidé en mars 2023 de changer le nom de son groupe autoroutier et aéroportuaire italien Atlantia, qui s'appelle désormais Mundys.

Créé en 1965 dans le nord-est de l'Italie par quatre frères et soeur, Benetton était connu initialement pour ses petits pulls doux en laine déclinés en de multiples couleurs.

Le succès des "United Colors of Benetton" était ensuite allé grandissant, jusqu'à devenir planétaire entre 1982 et 2000 avec les campagnes publicitaires choc du photographe Oliviero Toscani. Mais la marque a ensuite traversé des périodes plus difficiles.

Luciano Benetton avait repris en 2018 la tête de l'enseigne pour tenter de redresser l'entreprise, mais le recours à Massimo Renon comme directeur général n'a pas donné les résultats escomptés.

"J'avais quitté l'entreprise en 2012 alors qu'elle était en bonne santé, avec un chiffre d'affaires de 2 milliards d'euros et des bénéfices", rappelle M. Benetton.


Le G7 appelle Israël à «garantir» les services aux banques palestiniennes

Le gouverneur de la Banque d'Italie Fabio Panetta (à gauche), le ministre italien de l'Économie et des Finances Giancarlo Giorgetti (à droite) et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen posent en marge de la réunion des ministres des Finances du G7 à Stresa, le 24 mai 2024. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Le gouverneur de la Banque d'Italie Fabio Panetta (à gauche), le ministre italien de l'Économie et des Finances Giancarlo Giorgetti (à droite) et la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen posent en marge de la réunion des ministres des Finances du G7 à Stresa, le 24 mai 2024. (Photo Gabriel Bouys AFP)
Short Url
  • Cet appel survient après la menace brandie cette semaine par Israël de priver les banques palestiniennes d'accès à son propre système bancaire
  • «Couper les banques palestiniennes de leurs homologues israéliennes créerait une crise humanitaire», avait estimé jeudi la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, présente à Stresa

STRESA, Italie : Le G7 Finances réuni en Italie appelle samedi Israël à «garantir» les services bancaires aux banques palestiniennes, de manière à éviter que des transactions vitales en Cisjordanie occupée soient bloquées, selon un projet de communiqué final obtenu par l'AFP.

«Nous appelons Israël à prendre les mesures nécessaires pour garantir que les services bancaires entre les banques israéliennes et palestiniennes restent en place», exhortent les grands argentiers des pays les plus riches du monde dans ce texte.

Cet appel survient après la menace brandie cette semaine par Israël de priver les banques palestiniennes d'accès à son propre système bancaire.

Une menace qui avait suscité de fortes inquiétudes à Washington. «Couper les banques palestiniennes de leurs homologues israéliennes créerait une crise humanitaire», avait estimé jeudi la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, présente à Stresa.

Elle avait précisé avoir écrit au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à ce sujet.

«Ces canaux bancaires sont essentiels pour effectuer des transactions permettant près de huit milliards de dollars d'importations en provenance d'Israël, y compris l'électricité, l'eau, le carburant et l'alimentaire, et facilitent près de deux milliards d'exportations par an dont dépendent les moyens de subsistance des Palestiniens», avait-elle souligné.

Dans son projet de déclaration finale, le G7 Finances demande donc que «les transactions financières vitales et les échanges et services essentiels se poursuivent».

Il demande aussi à Israël de «verser à l'Autorité palestinienne les recettes douanières retenues, compte tenu de ses besoins budgétaires urgents».

Israël collecte en effet des taxes douanières au nom de l'Autorité palestinienne, qu'il est censé lui reverser en vertu des accords d'Oslo signés en 1994.

Or après le 7 octobre, Israël a cessé de reverser l'intégralité de ces recettes douanières, arguant refuser de financer le mouvement islamiste palestinien Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007 et qu'elle considère comme une «organisation terroriste».

Les ministres du G7 appellent enfin Israël «à supprimer ou à assouplir les autres mesures qui ont eu un impact négatif sur le commerce, afin d'éviter d'aggraver encore la situation économique en Cisjordanie».