L'enfer dans les vestiges du plus grand hôpital de Gaza

Les environs de l'hôpital al-Chifa, le 26 novembre à Gaza (Photo, AFP).
Les environs de l'hôpital al-Chifa, le 26 novembre à Gaza (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 11 décembre 2023

L'enfer dans les vestiges du plus grand hôpital de Gaza

  • Au moins 30.000 personnes sont venues se réfugier dans l'enceinte de l'hôpital, vidé de la quasi-totalité de ses patients
  • Le matériel médical d'al-Chifa a été lourdement endommagé, et il est pratiquement impossible d'y soigner des blessés

GAZA: Des centaines de tentes de fortune se dressent au milieu d'un paysage désolé, entre les tas de gravats et d'ordures, au pied de bâtiments en ruines de l'hôpital al-Chifa, le plus grand de Gaza qui avait été assiégé par l'armée israélienne en novembre.

Au moins 30.000 personnes sont venues se réfugier dans l'enceinte de l'établissement, vidé de la quasi-totalité de ses patients lors d'une incursion de l'armée israélienne débutée le 15 novembre et qui avait duré plusieurs jours.

Les hôpitaux, protégés par le droit international humanitaire, ont été touchés à plusieurs reprises dans la bande de Gaza par des frappes israéliennes depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, déclenchée après une attaque sans précédent du mouvement palestinien sur le sol israélien le 7 octobre.

Au total, 1.200 personnes, en majorité des civils, ont été tuées ce jour-là, selon les autorités israéliennes. En représailles, Israël, qui veut "anéantir" le Hamas, bombarde la bande de Gaza où des combats au sol ont également lieu.

Plus de 17.900 personnes ont été tuées dans le petit territoire palestinien assiégé, d'après le gouvernement du Hamas.

"Pour votre sécurité, Tsahal vous exhorte à évacuer (...) vers des abris", énonçait samedi le nouveau message envoyé par l'armée israélienne aux habitants du nord de la bande de Gaza, où les conditions humanitaires sont déplorables.

Dimanche, un journaliste de l'AFP s'est entretenu avec des personnes à al-Chifa disant manquer de tout, du lait infantile aux bâches pour se protéger de la pluie et du froid.

Souhail Abou Dhalfa est venu de Shuja'iyya, un quartier de l'est de la ville de Gaza, où les bombardements ne cessaient pas. Sa maison a fini par être touchée et son fils de 20 ans a été blessé. La famille a alors pris la route pour se réfugier dans l'hôpital.

«Bricolé»

"Nous avons bricolé une tente", raconte ce père de famille de 56 ans, "nous ne savons pas s'ils (Israël) prendront à nouveau d'assaut al-Chifa, et peu importe, partout où nous irons, la mort nous suivra".

Près de 1,9 million de personnes, soit près de 80% de la population, ont dû quitter leur logement depuis le début de la guerre, selon l'ONU. Des centaines de milliers de personnes déplacées seraient toujours dans le nord, où les combats font rage.

Mohammed Daloul est arrivé à al-Chifa "avec beaucoup de difficultés" et décrit "des bombardements et des tirs" aux abords de l'hôpital, où il espère néanmoins être "en sécurité".

Selon cet homme de 38 ans, qui a fui avec sa femme et ses trois enfants, les tirs d'artillerie n'ont pas cessé depuis "plusieurs jours".

"Notre vie est devenue un enfer, il n'y a pas d'électricité, pas d'eau, pas de farine, pas de pain, pas de médicaments pour les enfants, qui sont tous malades", explique-t-il à l'AFP en précisant ne trouver ni antalgique ni antipyrétique pour faire retomber la fièvre.

"Nous ne pensons qu'à survivre", lâche-t-il en précisant qu'il n'a rien pu emporter de sa maison d'al-Zaytoun, quartier de la vieille ville de Gaza, entièrement détruite.

«Personne ne nous pleurera»

Le matériel médical de l'hôpital a été lourdement endommagé, selon un journaliste de l'AFP, et il est pratiquement impossible d'y soigner des blessés.

Après la prise du bâtiment par l'armée israélienne mi-novembre, l'état-major a convié des journalistes à venir visiter un tunnel sous le complexe, mais le gain stratégique reste pour l'heure encore flou. Plusieurs personnes, dont le directeur de l'établissement, ont été arrêtées et interrogées.

Raed, qui n'a pas souhaité donner son nom, dort sur une vieille couverture posée sous des escaliers, près de l'ancien service des urgences. Sa famille, qui compte neuf personnes, n'a "pas d'argent" pour une tente.

"Personne ne nous pleurera", dit avec fatalité le jeune homme de 24 ans après un récit détaillé du dangereux périple vers al-Chifa.

Sa soeur Manal, huit ans, est endormie la tête sur une boule de vêtements. Assise à côté d'elle, leur mère garde précieusement une bouteille d'eau entamée, un peu de pain et de fromage fondu.


Un Syrien arrêté en Turquie, accusé d'espionner pour la France

Des policiers turcs bloquent la rue dans le district de Gebze à Kocaeli, près d'Istanbul, le 1er février 2024 (Photo, AFP).
Des policiers turcs bloquent la rue dans le district de Gebze à Kocaeli, près d'Istanbul, le 1er février 2024 (Photo, AFP).
Short Url
  • Ahmed Katie a disparu le 27 novembre 2023, selon ses proches
  • Son épouse avait signalé sa disparition le 30 novembre

ISTANBUL: Un opposant syrien en Turquie, investi dans la défense des réfugiés, a été arrêté et accusé d'espionnage au profit de la France, a indiqué mercredi une source proche du dossier, confirmant une information de la presse locale.

Selon le quotidien pro-gouvernemental Sabah, Ahmed Katie a été arrêté en compagnie de deux autres ressortissants syriens à Bursa (130 km au sud d'Istanbul) et accusé "d'espionnage au profit de la DGSE", les services de renseignement extérieur français.

Sabah précise que Katie, qui réside légalement en Turquie depuis 2013, avait été gardé sous étroite surveillance avant d'être interpellé et placé en détention.

Selon un proche du dossier refusant d'être cité, Ahmed Katie "a été coincé" alors qu'il s'apprêtait à quitter la Turquie avec sa famille pour gagner la France afin d'y déposer une demande d'asile quand il a été interpellé.

L'avocat d'Ahmed Katie, Halim Yilmaz, n'avait pu être joint mercredi par l'AFP.

Militant des droits de l'homme et opposant au régime syrien de Bachar al-Assad, plusieurs fois emprisonné et torturé en Syrie, Ahmed Katie a disparu le 27 novembre 2023, selon ses proches.

Son épouse avait signalé sa disparition le 30 novembre.

Quelques jours plus tard, plusieurs organisations turques et syriennes de défense des droits humains avaient donné une conférence de presse, s'inquiétant de sa disparition.

Fin octobre, Ahmed Katie avait posté un message sur sa page Facebook, annonçant qu'il suspendait ses activités au côté des réfugiés syriens en raison de "circonstances" particulières et de "pressions".

Les autorités turques ont conduit récemment de nombreuses arrestations de personnes accusées d'espionnage au profit d'Israël ou de l'Iran.

La Turquie accueille officiellement plus de 3 millions de réfugiés syriens qui ont fui la guerre dans leur pays.


La situation à Gaza est «inhumaine», dénonce le directeur de l'OMS

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononce un discours lors d'une conférence de presse avec des correspondants de presse des Nations Unies (ACANU) à l'OMS (Photo, AFP).
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, prononce un discours lors d'une conférence de presse avec des correspondants de presse des Nations Unies (ACANU) à l'OMS (Photo, AFP).
Short Url
  • L'OMS a relevé que les niveaux de malnutrition sévère dans la bande de Gaza ont augmenté de façon spectaculaire depuis le début de la guerre
  • Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza

GENEVE: Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé a affirmé mercredi que la situation "sanitaire et humanitaire" dans la bande de Gaza est "inhumaine" après plus de quatre mois de guerre, déclenchée par l'attaque du Hamas.

"Dans quel monde vivons-nous lorsque les gens ne peuvent pas se procurer de la nourriture et de l'eau, ou lorsque des personnes qui ne peuvent même pas marcher ne peuvent pas recevoir de soins ?" a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse régulière à Genève.

"Dans quel monde vivons-nous lorsque le personnel de santé risque d'être bombardé lorsqu'il effectue son travail ? Dans quel monde vivons-nous lorsque les hôpitaux doivent fermer parce qu'il n'y a plus d'électricité ou de médicament pour sauver les patients, et qu'ils sont la cible des militaires ?" a-t-il poursuivi.

A ses yeux, "la situation sanitaire et humanitaire à Gaza est inhumaine et continue de se détériorer".

Plus généralement, "Gaza est devenue une zone de mort", a assuré le chef de l'OMS, reprenant une expression qu'il a déjà utilisée. "Une grande partie du territoire a été détruite, plus de 29 000 personnes sont mortes, beaucoup d'autres sont portées disparues, présumées mortes, et beaucoup, beaucoup d'autres sont blessées", a-t-il ajouté.

Il a également relevé que les niveaux de malnutrition sévère dans la bande de Gaza ont augmenté de façon spectaculaire depuis le début de la guerre, passant de moins de 1% à plus de 15% à certains endroits.

"Nous avons besoin d'un cessez-le-feu maintenant ! Les otages doivent être libérés, les bombes doivent cesser de tomber et l'accès à l'aide humanitaire doit être libre. L'humanité doit prévaloir", a lancé le Dr Tedros.

Selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine dans la bande de Gaza, assiégée par Israël depuis le début de la guerre.

La situation est particulièrement alarmante dans le nord, en proie "au chaos et à la violence", selon le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies qui a suspendu mardi la distribution de son aide dans ce secteur.

L'aide humanitaire, soumise au feu vert d'Israël, entre à Gaza essentiellement par Rafah via l'Egypte, mais son acheminement vers le nord est rendu presque impossible par les destructions et les combats qui isolent cette région du reste du territoire.

L'attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas le 7 octobre a fait environ 1 160 morts en Israël, pour la plupart des civils, selon un bilan de l'AFP reposant sur des chiffres officiels israéliens.

L'offensive déclenchée en réponse par Israël a depuis fait au moins 29 313  morts, selon le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas.


Irak: La justice somme le gouvernement fédéral de payer les fonctionnaires du Kurdistan

Les locaux d'un aérodrome utilisé par les forces kurdes irakiennes sont photographiés à Arbat, près de Sulaymaniyah, dans le Kurdistan irakien (Photo, AFP).
Les locaux d'un aérodrome utilisé par les forces kurdes irakiennes sont photographiés à Arbat, près de Sulaymaniyah, dans le Kurdistan irakien (Photo, AFP).
Short Url
  • Le budget des salaires sera déduit des financements versés par Bagdad au gouvernement régional du Kurdistan
  • Le Kurdistan continue néanmoins de bénéficier des revenus tirés de plusieurs points de passage à ses frontières avec la Turquie, la Syrie et l'Iran voisins

BAGDAD: La justice irakienne a sommé mercredi le gouvernement fédéral de verser directement les salaires aux fonctionnaires dans le Kurdistan, et non plus en passant par les autorités locales de cette région autonome du nord de l'Irak, après plusieurs mois d'impayés.

Le verdict de la Cour suprême fédérale, plus haute instance judiciaire d'Irak, vient en réponse à une plainte déposée par des avocats et des fonctionnaires de Souleimaniyeh, deuxième ville du Kurdistan, où des enseignants ont fait grève et manifesté plusieurs semaines en raison de trois mois de salaires impayés fin 2023.

Le gouvernement fédéral avait annoncé en septembre le versement annuel aux autorités du Kurdistan de trois tranches de 700 milliards de dinars (plus de 490 millions d'euros), pour payer les salaires publics.

Mais dans son verdict diffusé à la télévision publique, le juge Jassem al-Amiri a ordonné mercredi à Bagdad de verser les salaires, les pensions de retraite et les prestations sociales par virement sur les comptes bancaires des bénéficiaires.

Toutes les instances étatiques concernées doivent adopter ce mécanisme "sans en référer" aux autorités locales du Kurdistan, a souligné le juge.

Le budget des salaires sera déduit des financements versés par Bagdad au gouvernement régional du Kurdistan.

Litige entre l'Irak et la Turquie

Le verdict somme également Erbil, capitale régionale du Kurdistan, de "remettre au gouvernement fédéral tous ses revenus pétroliers et non-pétroliers", et réclame un audit des comptes.

Des années durant, le Kurdistan autonome disposait de financements indépendants grâce à ses exportations pétrolières.

Mais désormais, ces ventes de pétrole, actuellement suspendues en raison d'un litige entre l'Irak et la Turquie, devront passer par Bagdad, en échange de quoi un pourcentage du budget fédéral est alloué à la région autonome.

Le Kurdistan continue néanmoins de bénéficier des revenus tirés de plusieurs points de passage à ses frontières avec la Turquie, la Syrie et l'Iran voisins.

Les relations entre Bagdad et le Kurdistan, autonome depuis 1991, sont depuis toujours en dents de scie et la question du versement des salaires des fonctionnaires vient régulièrement empoisonner leurs rapports.