Le Premier ministre thaïlandais: la Thaïlande est «ouverte aux affaires» et l’Arabie saoudite offre une énorme potentiel

Le Premier ministre Srettha Thavisin, au centre, salue des touristes dans le quartier chinois de Bangkok le jour du Nouvel An chinois, une fête importante. (Photo AN, Abdelrahman Fahad ben Shulhub)
Le Premier ministre Srettha Thavisin, au centre, salue des touristes dans le quartier chinois de Bangkok le jour du Nouvel An chinois, une fête importante. (Photo AN, Abdelrahman Fahad ben Shulhub)
Le Premier ministre Srettha Thavisin (G) s’est entretenu avec le rédacteur en chef d’Arab News, Faisal J. Abbas, dans un Starbucks du quartier chinois de Bangkok, samedi, à l’occasion du Nouvel An chinois. (Photo AN, Abdelrahman Fahad ben Shulhub)
Le Premier ministre Srettha Thavisin (G) s’est entretenu avec le rédacteur en chef d’Arab News, Faisal J. Abbas, dans un Starbucks du quartier chinois de Bangkok, samedi, à l’occasion du Nouvel An chinois. (Photo AN, Abdelrahman Fahad ben Shulhub)
Short Url
Publié le Lundi 12 février 2024

Le Premier ministre thaïlandais: la Thaïlande est «ouverte aux affaires» et l’Arabie saoudite offre une énorme potentiel

  • Srettha Thavisin affirme que c’est son travail de voyager et de «vendre» la Thaïlande au monde entier
  • Il salue les réformes saoudiennes et évoque les possibilités de renforcer les liens entre les deux pays et appelle les dirigeants du monde entier à mettre en œuvre un cessez-le-feu à Gaza

BANGKOK: Rien n’est probablement plus symbolique de l’équilibre délicat que la Thaïlande maintient entre l’Orient et l’Occident que le fait que le Premier ministre thaïlandais ait proposé à Arab News de l’interviewer au Starbucks local, dans le quartier chinois, le jour du Nouvel An chinois, une fête importante.

Mais Srettha Thavisin n’est pas un politicien comme les autres. Avant de devenir Premier ministre, il était un homme d’affaires prospère, connu pour gérer son emploi du temps avec la régularité d’une montre suisse. En fait, il lance immédiatement la conversation en déclarant que son travail consiste à «vendre la Thaïlande», ce qui, selon lui, n’était pas le cas dans le passé. Aujourd’hui, près de six mois après son entrée en fonction, le magnat de l’immobilier devenu homme politique affirme que sa priorité absolue est de voyager et de dire au monde entier que son pays est ouvert aux affaires.

«Les gens ne connaissent pas le monde des affaires en Thaïlande parce que, pendant les neuf ou dix dernières années, la Thaïlande n’est pas allée à l’extérieur pour vendre la Thaïlande. Cependant, depuis que j’ai pris mes fonctions (en août de l’année dernière), ma priorité absolue est de voyager et de dire au monde que la Thaïlande est ouverte aux affaires, que ce soit pour l’investissement et le commerce ou pour l’échange de personnes comme le tourisme, l’éducation et l’assistance technique», assure-t-il.

Sans exagération (ou plutôt parce que c’est à l’œuvre qu’on connaît l’artisan), Srettha est venu à la réunion avec un T-shirt rouge, la couleur traditionnelle du Nouvel An chinois. Lorsque nous sommes sortis du café américain pour entrer dans le quartier chinois animé, il a été assailli par les touristes et les habitants, certains Chinois, d’autres Européens et de nombreux Thaïlandais. Une famille danoise est repartie très heureuse d’avoir réussi à prendre un selfie inattendu avec le Premier ministre du royaume.

M. Srettha plaisante en se référant à une tradition locale qui veut que l’on ne travaille pas le jour du Nouvel An chinois : «Les gens disent que si l’on travaille le jour du Nouvel An chinois, on doit travailler dur toute l’année. Mais je travaille car chaque année, même lorsque je prends un congé pour le Nouvel An, je dois travailler dur tous les jours.»

Lorsqu’on lui demande comment la Thaïlande parvient à maintenir un équilibre dans ses liens avec l’Orient et l’Occident, notamment parce que la Chine (son deuxième partenaire commercial, avec une composante ethnique et une influence culturelle) ne s’entend pas avec les États-Unis (le premier partenaire commercial de Bangkok, qui coopère également en matière de sécurité), il répond : «Nous sommes un pays neutre. Nous ne sommes en conflit avec personne ici. Vous voyez des Européens de l’Est, des Russes, des Chinois, des Indiens, des Japonais, des Coréens, des Européens et des Américains.»

«En raison de notre position diplomatique, nous ne faisons pas partie du conflit. Nous croyons en une paix durable et en une prospérité commune.» 

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a rencontré le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin en marge du sommet CCG-ASEAN à Riyad, le 20 octobre 2023. (SPA/Photo d'archives)
Le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin faisait partie de la délégation de l'ANASE lors de la réunion des dirigeants du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est qui s'est tenue à Riyad en octobre dernier. Pour le Premier ministre Srettha, la priorité absolue est de voyager et de dire au monde que son pays est ouvert aux affaires. (Photo SPA)

Évoquant les avantages de l’investissement dans son pays, M. Srettha a expliqué que pour attirer des travailleurs expatriés qualifiés, il fallait leur fournir des services de qualité.

«C’est très important pour les hommes et femmes d’affaires», affirme-t-il. «Par exemple, il faut de bonnes écoles internationales. Les expatriés, comme vous, viennent avec leur famille. Où leurs enfants vont-ils à l’école ? Nous devons faire en sorte d’avoir d’excellentes écoles internationales.»

En tant qu’ancien homme d'affaires, il sait clairement où se trouvent les principales opportunités, et le pays qui figure en tête de liste est l’Arabie saoudite. En fait, cette interview avec Arab News a été demandée, à l’origine, pour marquer le deuxième anniversaire du rétablissement des relations entre l’Arabie saoudite et la Thaïlande, suspendues du début des années 1990 jusqu’en janvier 2022 en raison d’un incident diplomatique.

Depuis la réconciliation, les relations se sont considérablement améliorées, favorisant les échanges commerciaux, les investissements et les relations interpersonnelles. Toutefois, M. Srettha estime qu’il existe un grand potentiel d’approfondissement des liens, ayant été très impressionné par ce qu’il a vu lors d’une visite dans le Royaume en octobre dernier.

Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a rencontré le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin en marge du sommet CCG-ASEAN à Riyad, le 20 octobre 2023. (SPA/Photo d'archives)
Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a rencontré le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin en marge du sommet CCG-ASEAN à Riyad, le 20 octobre 2023. (SPA/Photo d'archives)

«Je me suis entretenu avec la Saudi Basic Industries Corporation (Sabic)», dit-il. «Ils veulent faire tout ce qui concerne l’agriculture. Je me suis entretenu avec Aramco, la plus grande compagnie pétrolière du monde, avec le PIF, le fonds souverain, et avec le prince héritier Mohammed ben Salmane.»

«J’ai été stupéfait par l’ampleur de ce que vous essayez de faire et par le potentiel du pays. Encore une fois, les investissements transfrontaliers que vous avez réalisés dans le monde entier sont une source d’admiration et d’inspiration pour le reste du monde.»

«Vous n’avez pas seulement la puissance financière. Vous avez la capacité de déterminer ce que vous n’avez pas et d’essayer de l’obtenir pour votre pays. Par exemple, la sécurité alimentaire est très importante.»

«La logistique, The Line (le projet phare de Neom), l’aéroport de Riyad — votre aéroport sera deux fois plus grand que celui de Dubaï dans les dix prochaines années. C’est admirable. C’est vraiment admirable.» 

Rappelant les politiques environnementales de l’Arabie saoudite, notamment l’Initiative verte saoudienne (SGI), qui vise à planter 10 milliards d’arbres dans le Royaume au cours des prochaines années, M. Srettha a indiqué qu’il s’agissait d’un domaine dans lequel la Thaïlande pouvait apporter son soutien, notamment en exportant de jeunes arbres destinés à être replantés.

Le projet de verdissement de l’Arabie saoudite vise à planter 10 milliards d’arbres dans le cadre de l’initiative verte saoudienne. (Photo fournie)
Le projet de verdissement de l’Arabie saoudite vise à planter 10 milliards d’arbres dans le cadre de l’initiative verte saoudienne. (Photo fournie)

La Thaïlande exporte beaucoup de main-d’œuvre. Les travailleurs thaïlandais sont présents dans le monde entier, dans de nombreux secteurs, et sont réputés pour leur éthique de travail et leur amabilité. Environ 8000 travailleurs thaïlandais se trouvent actuellement en Arabie saoudite. Le réchauffement des relations entre les deux pays signifie que ce nombre pourrait rapidement augmenter.

Selon M. Srettha, la récente escalade du conflit entre Israël et le Hamas a fortement ébranlé l’un des marchés les plus lucratifs pour la main-d’œuvre thaïlandaise qualifiée, à savoir Israël. Lors de l’attaque menée par le Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre dernier, environ 1200 personnes ont été tuées, dont au moins 39 ressortissants thaïlandais. Les combattants ont pris en otage quelque 240 personnes, dont 32 travailleurs thaïlandais.

Jusqu’à présent, 23 d’entre eux ont été libérés dans le cadre d’un accord distinct entre la Thaïlande et le Hamas, négocié par des tiers. Le Premier ministre thaïlandais souhaite que les otages restants soient libérés.

«Sommes-nous impliqués dans le conflit ? Nous ne sommes pas impliqués dans le conflit. Tout ce que nous voulons, c’est la paix et la prospérité communes. Tout ce que nous voulons, c’est la sécurité pour notre peuple. Tout ce que nous voulons, c’est la libération des huit otages restants. À ce jour, nous ne savons toujours pas s’ils sont en vie», ajoute-t-il.

«Faut-il nous blâmer ? Non. Nous sommes allés là-bas pour contribuer au développement de l’économie. Ce ne sont pas des espions. Ils étaient sur le terrain.»

Le Premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, est vu sur un écran d’affichage alors qu’il s’adresse aux ressortissants thaïlandais libérés par leurs ravisseurs du Hamas à leur arrivée à l’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, le 30 novembre 2023. (Photo, AFP)
Le Premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, est vu sur un écran d’affichage alors qu’il s’adresse aux ressortissants thaïlandais libérés par leurs ravisseurs du Hamas à leur arrivée à l’aéroport Suvarnabhumi de Bangkok, le 30 novembre 2023. (Photo, AFP)

Malgré les torts causés aux ressortissants thaïlandais lors de l’attaque du 7 octobre, la Thaïlande s’est jointe à d’autres pays pour demander à Israël de cesser sa campagne de représailles dans la bande de Gaza, s’en tenant fermement à sa politique de neutralité.

«Nous voulons un cessez-le-feu», insiste M. Srettha. «(Lorsque je m’adresse aux dirigeants du monde, je leur demande) : “Comment mettre fin au conflit ?”»

«Comment pouvons-nous parler d’énergie verte ? Comment pouvons-nous parler de développement économique ? Comment peut-on parler d’échanges et de commerce alors que des gens meurent ? Ce n’est pas juste. Ce n’est tout simplement pas juste.»

Le conflit entre Israël et le Hamas n’est pas le seul conflit régional où les travailleurs thaïlandais ont eu besoin d’être rapatriés. Lorsque la crise a éclaté au Soudan le 15 avril dernier, l’Arabie saoudite a ouvert son espace aérien pour permettre à l’armée de l’air thaïlandaise d'évacuer ses ressortissants de ce pays d’Afrique de l’Est ravagé par la guerre.

«Nous sommes reconnaissants à l’Arabie saoudite pour cela», déclare M. Srettha. 

Sur cette photo prise le 3 mars 2022, des responsables saoudiens accueillent des pèlerins thaïlandais arrivant à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah à bord du premier avion de la compagnie Saudia à relier directement la Thaïlande à l’Arabie saoudite après une interruption de trois décennies. (X : @HajMinistry)
Sur cette photo prise le 3 mars 2022, des responsables saoudiens accueillent des pèlerins thaïlandais arrivant à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah à bord du premier avion de la compagnie Saudia à relier directement la Thaïlande à l’Arabie saoudite après une interruption de trois décennies. (X : @HajMinistry)

Quelque 5% de la population thaïlandaise est musulmane. Chaque année, des milliers de Thaïlandais se rendent en Arabie saoudite pour accomplir le pèlerinage du Hajj. Ce phénomène s’est poursuivi même pendant les longues années où les liens entre les deux pays ont été rompus.

«Des millions et des millions de personnes se rendaient à La Mecque», raconte M. Srettha.

Les Thaïlandais musulmans qui se sont adressés à Arab News souhaitent que le gouvernement augmente le quota de pèlerins autorisés à se rendre en Arabie saoudite pour le pèlerinage et ainsi que le nombre de vols proposés.

«Je ne suis pas au courant qu’ils n’ont pas assez de quotas. Évidemment, leurs vols sont déjà prêts à être assurés. En tant que gouvernement issu du peuple, nous devons être à l’écoute des besoins de la population», souligne-t-il.

Le Premier ministre Srettha a reçu des dattes de la part du rédacteur en chef d’Arab News, Faiçal J. Abbas, après une interview dans un Starbucks du quartier chinois de Bangkok, samedi, à l’occasion du Nouvel An chinois. (Photo AN, Abdelrahman Fahad ben Shulhub)
Le Premier ministre Srettha a reçu des dattes de la part du rédacteur en chef d’Arab News, Faiçal J. Abbas, après une interview dans un Starbucks du quartier chinois de Bangkok, samedi, à l’occasion du Nouvel An chinois. (Photo AN, Abdelrahman Fahad ben Shulhub)

Les provinces du sud de la Thaïlande, à majorité musulmane, ont connu des décennies de troubles. C’est pourquoi M. Srettha explique que son gouvernement s’efforce de soutenir l’économie locale du sud afin d’encourager la stabilité.

«Si vous suivez la Thaïlande depuis longtemps, vous constaterez qu’il y a un problème dans l’extrême sud, dans les trois ou quatre provinces de l’extrême sud, et qu’il y a eu des troubles récemment», précise-t-il.

«J’aimerais que davantage de personnes vivant dans les zones rurales tirent des revenus plus importants des produits agricoles.»

M. Srettha souhaite que les citoyens jouissent de plus de libertés individuelles et d’une plus grande prospérité.

«Je souhaite le bien-être de la population en général et plus d’argent dans les poches», dit-il. «Libérez votre cœur pour faire ce que vous voulez, être ce que vous voulez être.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


A la frontière du Niger, les Nigérians étouffés par la crise économique et l'insécurité

Vue générale de la frontière fermée entre le Niger et le Nigeria à Jibia le 17 février 2024. (AFP)
Vue générale de la frontière fermée entre le Niger et le Nigeria à Jibia le 17 février 2024. (AFP)
Short Url
  • Le Nigeria, qui partage 1 600 km de frontière avec son voisin, était jusque-là l'un des principaux partenaires commerciaux du Niger avec 193 millions de dollars d'exportations
  • En janvier, l'inflation frôlait les 30% et les Nigérians sont écrasés par le coût de la vie

JIBIA: Trois sœurs, bébés amarrés dans le dos, avancent sous le vif soleil de midi pour traverser la frontière entre l'Etat rural de Katsina, dans le nord-ouest musulman conservateur du Nigeria où elles vivent, et le Niger, où réside leur père, afin de se rendre à un mariage.

Ce trajet banal leur est pourtant officiellement interdit depuis août 2023 et les sanctions imposées à Niamey par la Communauté des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) après la prise du pouvoir au Niger par une junte militaire.

La route où défilaient continuellement camions et voitures est silencieuse depuis presque sept mois.

"Les conducteurs de moto évitent de passer par le poste frontière et font un détour, ils prennent trop cher, c'est pour cela qu'on marche", explique Sa'adatu Sani, 30 ans, qui n'a pas pu dépenser les 800 nairas (0.50 dollars) réclamés par le moto-taxi pour se rendre de Jibia au village nigérien de Dan Issa, à 18 kilomètres.

Comme tant d'autres Nigérians frontaliers, les trois soeurs continuent de se rendre de l'autre côté, soit par le poste frontière de Jibia, où les autorités ferment les yeux sur les voyageurs à pied, soit par les chemins parallèles où s'aventurent automobilistes et mêmes certains commerçants, au risque de se faire saisir leurs biens par les douaniers.

Double peine

A quelques centaines de mètres de là, le réputé marché dominical de Jibia bourdonne mollement. L'affluence est bien inférieure à celle d'avant la fermeture de la frontière.

"Les Nigériens venaient ici vendre des haricots, des dattes, et achetaient notre maïs, notre sorgho... Maintenant nous devons trouver d'autres clients alors que tout ce que nous avons connu jusqu'ici était le commerce transfrontalier", déplore Ibrahim Lawal Makiyayi, 53 ans, qui cultive fruits et légumes à la limite de la ville, chef-lieu d'une circonscription de près de 300.000 habitants.

Dans cet Etat considéré comme le grenier à céréales du pays, "nous avons du mal à faire trois repas par jour", se plaint Hamza Lawal, chauffeur routier dont les activités sont à l'arrêt depuis la fermeture de la frontière.

Le Nigeria, qui partage 1.600 km de frontière avec son voisin, était jusque-là l'un des principaux partenaires commerciaux du Niger avec 193 millions de dollars d'exportations en 2022 selon les Nations Unies (électricité, tabac, ciment...).

Depuis la fermeture de la frontière, c'est même la double peine pour la population locale, qui a vu les prix de l'alimentation exploser sous l'effet combiné des nouvelles restrictions de circulation et de l'inflation galopante après que le président nigérian, Bola Ahmed Tinubu, en fonction depuis mai, a mis en place des réformes économiques qui ont plongé le pays dans la crise.

En janvier, l'inflation frôlait les 30% et les Nigérians sont écrasés par le coût de la vie.

A Jibia, le sac de 100 kilos de millet ou de maïs a doublé en un an et se vend actuellement 60.000 nairas (40 dollars).

La crise actuelle pousse au pessimisme Hassan Issa, coordinateur régional de Médecins sans frontières (MSF), qui craint que la malnutrition, déjà récurrente ici, atteigne des sommets cette année, d'autant que le ramadan doit démarrer en mars, incitant les familles "à épuiser rapidement leurs réserves pendant cette période de fêtes".

Pillages, rançons et forces de l'ordre

En plus des difficultés commerciales, les habitants de cette région rurale sont confrontés à une insécurité endémique qui a empiré depuis la fermeture de la frontière.

Depuis des années, des groupes armés appelés "bandits" sévissent dans la région, pillant, confisquant les terres et tuant sur leur passage.

"Nous achetions aux Nigériens notre bétail, nous l'élevions et le revendions pour vivre, maintenant nous n'avons presque plus rien car les bandits nous volent nos bêtes", se lamente l'éleveur Musa Abdullahu, 67 ans.

Avec la fermeture de la frontière et l'évanouissement de leurs perspectives d'emplois et de revenus, certains jeunes nigérians se laissent tenter par le banditisme.

"Les gens n'ont rien à faire, ils tuent le temps, se mettent à consommer des drogues. La pauvreté vous pousse au pire, au vol, au meurtre, à tout, pour survivre", se désole Sade Rabi'u, 57 ans, chef traditionnel de Jibia.

Mais l'insécurité liée aux bandits n'est pas le seul ennemi des habitants.

"La fermeture de la frontière a créé des opportunités pour les bandits mais aussi pour les agences de sécurité qui n'hésitent pas à confisquer les biens et à exiger des pots-de-vin", insiste Philip Ikita, directeur de projet pour l'ONG Mercy Corps à Katsina.

Sur la route de 50 kilomètres qui mène de Katsina, la capitale de l'Etat éponyme, à Jibia, les postes de contrôle se succèdent. Policiers, militaires ou contrôleurs autoproclamés ponctionnent sans vergogne les voyageurs.

"Les bandits doivent se cacher, opérer dans l'ombre, alors que ceux qui sont censés faire respecter la loi et protéger les citoyens constituent en réalité le pire fardeau pour le commerce et la libre circulation", assène amèrement Philip Ikita.


Une jeune femme qui a rejoint l'EI fixée sur la déchéance de sa nationalité britannique

Shamima Begum, sur la photo, fait partie des centaines d’Européens dont le sort a mis les gouvernements au défi après l’effondrement en 2019 du soi-disant califat des extrémistes islamistes. (AFP)
Shamima Begum, sur la photo, fait partie des centaines d’Européens dont le sort a mis les gouvernements au défi après l’effondrement en 2019 du soi-disant califat des extrémistes islamistes. (AFP)
Short Url
  • Shamima Begum a quitté Londres début 2015 avec deux amies. En Syrie, elle a épousé un djihadiste de l'EI
  • En 2020, la jeune femme a suscité l'indignation au Royaume-Uni dans une interview où elle n'avait exprimé aucun regret

LONDRES: La justice britannique rend vendredi sa décision en appel sur la déchéance de nationalité de Shamima Begum, qui a rejoint le groupe djihadiste Etat islamique (EI) quand elle avait quinze ans.

Au Royaume-Uni, le cas de la jeune femme désormais âgée de 24 ans fait figure d'affaire emblématique de la question délicate du retour des familles de djihadistes capturés ou tués en Syrie et en Irak depuis la chute en 2019 du "califat" de l'EI.

Vivant actuellement dans un camp en Syrie, Shamima Begum conteste sa déchéance de nationalité, prononcée en 2019 par le ministère de l'Intérieur britannique pour raisons de sécurité nationale.

Une déchéance "illégale" selon son avocate Samantha Knights, qui a dénoncé lors de l'audience en octobre les "failles étatiques" et l'échec des autorités à empêcher son départ.

De son côté, l'avocat du ministère de l'Intérieur James Eadie a fait valoir que "le fait que quelqu'un soit radicalisé, et ait pu être manipulé, n'est pas en contradiction avec l'appréciation qu'il pose un risque pour la sécurité nationale".

Mariée à un djihadiste

Shamima Begum a quitté Londres début 2015 avec deux amies. En Syrie, elle a épousé un djihadiste de l'EI de huit ans son aîné et a eu deux enfants morts en bas âge.

Après avoir fui les combats, elle s'est retrouvée en février 2019 dans un camp syrien. Alors enceinte d'un enfant mort peu après sa naissance, ce qui a suscité des critiques contre le gouvernement britannique, elle a exprimé le souhait de rentrer au Royaume-Uni mais Londres l'a déchue de sa nationalité.

Début 2020, la Commission spéciale chargée des appels en matière d'immigration a jugé que la décision de lui retirer sa nationalité ne faisait pas de Shamima Begum une apatride, car elle était bangladaise par ses parents. Mais Dacca a refusé de l'accueillir.

La dernière décision rendue début 2023 dans ce dossier a reconnu qu'il existait une "suspicion crédible" que Shamima Begum ait fait l'objet d'un trafic vers la Syrie à des fins d'"exploitation sexuelle" et aussi que des services de l'État aient commis des "manquements" en la laissant se rendre dans ce pays.

Mais le juge a estimé que cette "suspicion" était "insuffisante" pour que les arguments de la défense ne l'emportent.

En 2020, la jeune femme a suscité l'indignation au Royaume-Uni dans une interview où elle n'avait exprimé aucun regret et arborait alors un voile noir intégral. Elle avait supplié l'année suivante le gouvernement britannique de la laisser rentrer.


Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre

Peur, épuisement et pénurie de munitions dans l'Est ukrainien après deux ans de guerre
Short Url
  • Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions
  • Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements…

KOSTIANTYNIVKA: Lioudmyla Polokova erre parmi les décombres de son école, frappée en janvier par deux missiles russes. L'enseignante sait qu'il est loin le jour où, peut-être, y résonneront de nouveau des rires d'enfants.

Marchant sur le sol jonché de bris de verre et de pages arrachées, elle raconte son épuisement, après deux années à vivre avec les bombes russes qui s'abattent sur sa ville de Kostiantynivka et sur le reste du Donbass ukrainien.

A 18 kilomètres de là, sur le front, les forces russes sont à l'offensive. Les défenses ukrainiennes tremblent, affaiblies par le manque d'hommes et de munitions.

"Nous sommes fatigués d'entendre que nos hommes meurent. Nous sommes fatigués de voir tout ça de nos propres yeux, de ne pas dormir la nuit à cause du bruit, à cause des missiles", confie à l'AFP cette prof de 62 ans depuis la cour d'école, qui surplombe un cimetière et des cheminées d'usines soviétiques.

Elle veut encore croire en "des jours meilleurs", alors que l'Ukraine marquera le 24 février le deuxième anniversaire de l'invasion russe. Mais dans toute la région, un sentiment croissant d'abattement est palpable.

Depuis des mois, les mauvaises nouvelles s'accumulent: l'échec de la contre-offensive estivale de Kiev, le tarissement de l'aide occidentale, les pénuries d'armements, la consolidation de la machine de guerre russe, et désormais aussi la chute d'Avdiïvka, ville forteresse ukrainienne abandonnée aux Russes le 17 février.

Et chez les soldats ukrainiens, le sentiment de vaciller au bord d'un abîme grandit.