Gaza: premiers largages d'aide américaine sur le territoire menacé de famine

Une Palestinienne blessée lors d'un bombardement israélien nocturne réagit alors qu'elle est transportée à l'hôpital Al-Aqsa à Deir El-Balah, dans le centre de Gaza, le 2 mars 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo, AFP)
Une Palestinienne blessée lors d'un bombardement israélien nocturne réagit alors qu'elle est transportée à l'hôpital Al-Aqsa à Deir El-Balah, dans le centre de Gaza, le 2 mars 2024, au milieu des combats en cours entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 02 mars 2024

Gaza: premiers largages d'aide américaine sur le territoire menacé de famine

  • L'opération intervient deux jours après des tirs de soldats israéliens sur une foule affamée qui se ruait sur un convoi d'aide humanitaire dans la ville de Gaza
  • Face aux difficultés d'acheminer l'aide humanitaire par la route, notamment vers le nord du territoire assiégé, plusieurs pays y ont récemment parachuté des cargaisons

TERRITOIRES PALESTINIENS: Les Etats-Unis ont mené samedi une première opération de largage d'aide humanitaire sur la bande de Gaza, menacée de famine selon l'ONU après quasiment cinq mois de guerre entre Israël et le Hamas palestinien qui a fait plus de 30.300 morts.

L'opération intervient deux jours après des tirs de soldats israéliens sur une foule affamée qui se ruait sur un convoi d'aide humanitaire dans la ville de Gaza, un drame qui a fait 116 morts selon le mouvement islamiste palestinien.

Face aux difficultés d'acheminer l'aide humanitaire par la route, notamment vers le nord du territoire assiégé, plusieurs pays y ont récemment parachuté des cargaisons, notamment la Jordanie avec le soutien de la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ainsi que l'Egypte en coopération avec les Emirats arabes unis.

"Les largages aériens ne peuvent pas et ne doivent pas se substituer à l'accès humanitaire", a néanmoins averti l'ONG International Rescue Committee (IRC).

"Nous avons reçu deux sacs de farine de l'aide arrivée le jour du massacre à Gaza jeudi", a déclaré Hicham Abou Eïd, un habitant de 28 ans du quartier de Zeitoun: "Cela ne suffit pas. Tout le monde a faim. L’aide est rare et insuffisante".

38000 repas

Trois avions militaires américains ont largué 66 "colis" équivalant à plus de 38.000 repas, dans une opération conjointe avec la Jordanie, selon un responsable du Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom).

Vendredi, le président américain, Joe Biden, avait annoncé que son pays participerait "dans les prochains jours" aux largages d'aide humanitaire sur Gaza.

Les cargaisons par voie terrestre, soumises au feu vert d'Israël qui impose un blocus à Gaza depuis 2007, n'arrivent qu'en quantité très limitée via Rafah depuis l'Egypte.

Et leur acheminement notamment dans le nord du territoire est périlleux en raison des combats, des bombardements israéliens, des décombres bloquant des routes et parfois de pillages.

"Nous allons insister auprès d'Israël pour qu'il facilite l'entrée de davantage de camions (...) Il n'y a vraiment pas assez d'aide qui arrive à Gaza", avait dit Joe Biden.

Blessures par balles

Une distribution d'aide dans la ville de Gaza a tourné au drame jeudi quand plusieurs centaines de personnes se sont ruées sur des camions d'aide humanitaire.

Le Hamas affirme que l'armée israélienne a ouvert le feu sur la foule, tandis qu'Israël reconnaît des "tirs limités" de soldats qui se sentaient "menacés", assurant que la majorité des personnes tuées l'ont été dans une bousculade.

Une équipe de l'ONU a dit avoir constaté "un grand nombre" de blessures par balles dans un hôpital de la ville où avaient été admis de nombreuses victimes.

La communauté internationale a réclamé une enquête sur ce drame et un cessez-le-feu immédiat dans la guerre déclenchée par une attaque sans précédent menée le 7 octobre dans le sud d'Israël par des commandos du Hamas infiltrés depuis Gaza.

Israël, qui a juré d'anéantir le Hamas qu'il considère comme une organisation terroriste, de même que les Etats-Unis et l'Union européenne, a poursuivi ses bombardements, surtout à Khan Younès et Rafah dans le sud, selon des correspondants de l'AFP.

Les frappes ont fait au moins 92 morts ces dernières 24 heures, d'après le ministère de la Santé du Hamas, qui a pris le pouvoir à Gaza en 2007.

Une délégation du Hamas au Caire pour poursuivre les négociations sur une trêve

Une délégation du Hamas doit se rendre samedi au Caire où reprendront dimanche les négociations pour une trêve à Gaza, indiquent une source proche du mouvement islamiste palestinien, et une télévision proche du renseignement égyptien.

Des représentants de ces pays "reprendront dimanche les négociations pour une trêve à Gaza au Caire", rapporte la chaîne égyptienne AlQahera News. "Toutes les parties participeront" à ces discussions, précise-t-elle, citant des "hauts responsables".

La source proche du Hamas, qui a requis l'anonymat, a indiqué que la délégation du mouvement palestinien allait "rencontrer les Egyptiens supervisant les négociations autour d'un cessez-le-feu afin de suivre le développement des discussions visant à interrompre l'offensive (israélienne) et la guerre et à parvenir à un accord sur un échange d'otages".

Frappe à Rafah

Au moins 11 personnes ont été tuées "et près de 50 autres blessées, dont des enfants" dans une frappe sur un camp de tentes abritant des déplacés près d'un hôpital à Rafah, a indiqué le ministère.

Il fait état aussi de 13 enfants morts de "malnutrition et de déshydratation" ces derniers jours.

Le bilan de la guerre dans la bande de Gaza ne cesse de s'alourdir avec un total de 30.320 morts, en majorité des civils, selon la même source.

Depuis le 7 octobre, l'armée israélienne pilonne sans répit cette bande de terre d'environ 40 km de long et 10 de large. Le 27 octobre, ses soldats y ont lancé une opération terrestre dans le nord, qui s'est progressivement étendue jusque dans le sud.

L'attaque menée par le Hamas le 7 octobre en Israël a entraîné la mort d'au moins 1.160 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP à partir de données officielles israéliennes.

Environ 250 personnes ont été enlevées. Selon Israël, 130 otages sont encore retenus à Gaza dont 31 seraient morts, après la libération de 105 otages en échange de 240 détenus palestiniens lors d'une trêve fin novembre.

Cette guerre a provoqué une catastrophe humanitaire dans le territoire palestinien où 2,2 millions des 2,4 millions d'habitants sont menacés de famine, d'après l'ONU.

Près de 1,5 million de Palestiniens s'entassent à Rafah, en grande majorité des déplacés piégés contre la frontière fermée avec l'Egypte, et craignent une offensive terrestre israélienne.

Biden prudent

"Les responsabilités sur le blocage de l'aide sont clairement israéliennes", a affirmé le chef de la diplomatie française, Stéphane Séjourné, en parlant "de situations indéfendables et injustifiables dont les Israéliens sont comptables".

"La famine ajoute à l'horreur", a-t-il dit dans un entretien publié samedi.

Le chef de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a accusé Israël d'un "massacre massif de Palestiniens" lors du drame de jeudi et appelé à une enquête internationale.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a qualifié d'"inacceptables" les "tirs de soldats israéliens sur des civils tentant d'obtenir de la nourriture", et réclamé "une enquête internationale impartiale" sur ce drame.

La tragédie de Gaza a aussi porté un coup aux efforts des médiateurs  -- Qatar, Etats-Unis, Egypte -- qui tentent d'arracher un compromis sur une trêve associée à de nouvelles libérations d'otages.

M. Biden s'est voulu prudent en répétant vendredi "espérer" une trêve d'ici au ramadan, mois sacré du jeûne pour les musulmans qui commence cette année le soir du 10 mars ou le 11.


La réunion de Riyad se concentre sur les questions de la charia moderne

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la séance, qui se déroule du 20 au 22 avril. (SPA)
Short Url
  • Les dirigeants des pays islamiques se réunissent pour discuter de la jurisprudence et des défis auxquels le monde islamique est confronté
  • M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia,

Riyad : Le grand mufti d’Arabie saoudite, le cheikh Abdulaziz Al-Asheikh, et des érudits du monde islamique sont à Riyad pour la 23e session du Conseil islamique Fiqh pour discuter des défis de la jurisprudence contemporaine.

Des universitaires et des chercheurs de pays islamiques et de minorités musulmanes participent à la session, qui se déroule du 20 au 22 avril.

Le Conseil islamique Fiqh a pour objectif de clarifier les décisions de la charia pour les musulmans sur un éventail de questions, de montrer l’adaptabilité de la jurisprudence islamique et de promouvoir son patrimoine. Le conseil cherche également à expliquer sa terminologie dans un langage contemporain.

Al-Asheikh a souligné que la jurisprudence islamique, avec ses principes généraux, ses règles complètes, son éventail de branches jurisprudentielles, ses fatwas et ses recherches diverses sur divers sujets, offre une flexibilité et des perspectives larges aux chercheurs contemporains.

Il a également remercié le roi Salman et le prince héritier Mohammed ben Salmane pour leurs efforts au service des deux mosquées saintes et de leurs visiteurs, ainsi que pour le soutien apporté aux érudits.

M. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue mondiale musulmane, a déclaré dans son discours que la session passerait en revue les questions de la charia, sur la base d’enquêtes approfondies menées par des chercheurs éminents.

Hissein Brahim Taha, secrétaire général de l’Organisation de la coopération islamique, a déclaré que la session se déroulait pendant une période critique pour le monde islamique, remplie de défis intellectuels et politiques importants.

Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)
Dr. Mohammed bin Abdulkarim Al-Issa (C), secretary-general of the Muslim World League, said in his speech that the session would review Shariah issues, based on in-depth academic research surveys conducted by distinguished scholars. (SPA)

Le président de l’Académie islamique internationale Fiqh, le Dr. Saleh bin Abdullah bin Humaid, a mentionné que les sujets discutés par les comités et les conseils de l’académie englobent la charia, la famille, les politiques médicales, économiques, financières et intellectuelles, tout ce qui intéresse la nation islamique.

Le secrétaire général de l’académie, M. Koutoub Moustapha Sano, a déclaré : « Nous sommes tous tenus de travailler pour unifier les décisions dans les pays islamiques dans toutes les questions de la vie, conformément aux dispositions de la charia islamique. C’est la seule façon d’accomplir l’unité islamique parmi les peuples islamiques. »

La session comprendra plusieurs sessions scientifiques consacrées aux questions et défis jurisprudentiels contemporains.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


Des experts discuteront des avancées du Web3, de l’IA et de la croissance de l’écosystème des jeux en Arabie saoudite

Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Le sommet vise à présenter les progrès réalisés dans le Web3 et le développement de l’écosystème du jeu en Arabie saoudite. (@NFTLAlive)
Short Url
  • Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.
  • Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité

RIYADH : Outer Edge Riyadh, le forum d’innovation Web3, réunira mardi au Garage de la capitale saoudienne certains des plus grands noms de la blockchain, de l’intelligence artificielle et des écosystèmes de jeux du monde entier.

Le sommet, en partenariat avec Animoca Brands et King Abdulaziz City for Science and Technology, vise à présenter les progrès du Web3 et du développement de l’écosystème de jeu en Arabie saoudite.

La société Outer Edge, basée à Los Angeles, est réputée pour organiser des événements qui offrent des opportunités de réseautage inestimables pour les fondateurs, les constructeurs et les investisseurs en capital-risque dans les technologies émergentes.

Mohammed Hadhrawi, directeur général du Gaming and Immersive Technologies Institute de KACST, a déclaré : « Nous nous engageons à faire progresser les frontières de la recherche et développement dans les jeux et les technologies immersives.

« Nos efforts sont alignés sur la vision et les stratégies nationales, visant à favoriser un écosystème novateur qui favorise la créativité, l’avancement technologique et la diversification économique.

« En menant des projets qui tirent parti du Web3, de l’IA et des expériences immersives, nous visons à avoir un impact sur le paysage technologique mondial et à doter notre pays des compétences et des opportunités nécessaires pour exceller dans ces domaines.

« Notre engagement est d’obtenir des résultats tangibles qui contribuent à la position du Royaume en tant que leader dans les économies futures - un domaine prioritaire pour le Royaume - assurant un avenir durable et prospère pour tous. »

Joshua Kriger, cofondateur de Outer Edge et co-animateur des podcasts « Edge of NFT » et « Edge of AI », a déclaré que lors du lancement de Outer Edge à Los Angeles, l’intention était toujours de catalyser l’innovation à l’échelle mondiale.

« Nous sommes ravis d’apporter le concept de co-création, de connexion et de communauté en Arabie saoudite et d’unir les leaders régionaux et mondiaux du Web3, de l’IA et du gaming. Notre format unique favorise les possibilités de collaboration à long terme à l’intersection de la culture, du divertissement et de la technologie. »

Yat Siu, cofondateur et président exécutif d’Animoca Brands, a déclaré : « Grâce à notre partenariat avec Outer Edge Riyadh, nous sommes honorés de soutenir les progrès de la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) vers l’exploitation complète de la puissance de Web3 et de la blockchain.

« Les dirigeants mondiaux d’Outer Edge Riyadh se réuniront pour participer à des discussions animées, forger des partenariats précieux, créer de nouvelles opportunités et se mobiliser sur divers sujets allant de la révolution des villes intelligentes à la redéfinition de la finance et du divertissement. »

Les sujets abordés au sommet comprendront les villes intelligentes, les jeux, l’e-sport, l’art, la culture et plus encore. Pour plus d’informations sur le Sommet de l’innovation Outer Edge à Riyad, visitez https://www.outeredge.live/en-us/riyadh

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Le projet saoudien Masam a déminé 857 mines Houthi au Yémen

Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Au total, 437 616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018. (Fournie)
Short Url

RIYAD : Le projet Masam de l’Arabie saoudite a déminé 857 mines au Yémen — qui avaient été plantées par les milices Houthis — entre le 13 et le 19 avril, selon un rapport récent.

Supervisées par l’agence d’aide KSrelief du Royaume, les équipes spéciales du projet ont détruit 782 munitions non explosées et 75 mines antichars.

Les explosifs, qui ont été placés sans discrimination par les Houthis à travers le Yémen, représentaient une menace pour les civils, y compris les enfants, les femmes et les personnes âgées.

Le projet Masam est l’une des nombreuses initiatives entreprises par l’Arabie saoudite à la demande du roi Salmane, qui a dégagé des routes pour l’aide humanitaire afin d’atteindre les citoyens du pays.

Les opérations de déminage ont eu lieu à Marib, Aden, Jouf, Shabwa, Taiz, Hodeidah, Lahij, Sanaa, Al-Bayda, Al-Dhale et Saada.

Au total, 437616 mines ont été déminées depuis le début de l’initiative en 2018, selon Ousama Al-Gosaibi, directeur général du projet.

Il s’agit notamment de 279002 articles de munitions non explosées, de 144 101 mines antichars, de 8 018 engins explosifs improvisés et de 6 495 mines antipersonnel.

L’initiative forme des ingénieurs démineurs locaux et leur fournit des équipements modernes. Elle offre également un soutien aux Yéménites blessés par les dispositifs.

Environ 5 millions de personnes ont été forcées de fuir leur foyer depuis le début du conflit au Yémen, dont beaucoup ont été déplacées par la présence de mines terrestres.

Les équipes de Masam sont chargées de nettoyer les villages, les routes et les écoles pour faciliter la circulation sécuritaire des civils et la livraison de l’aide humanitaire.

Le contrat du projet a été prolongé d’un an en juin 2023 pour un coût de 33,29 millions de dollars.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com