«N'affamez pas Gaza!»: Les voix inaudibles de jeunes activistes israéliens

Quelques dizaines de jeunes activistes israéliens ont malgré tout organisé jeudi un très symbolique convoi d'aide alimentaire vers la bande de Gaza, vite refoulé par la police (Photo, AFP).
Quelques dizaines de jeunes activistes israéliens ont malgré tout organisé jeudi un très symbolique convoi d'aide alimentaire vers la bande de Gaza, vite refoulé par la police (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 08 mars 2024

«N'affamez pas Gaza!»: Les voix inaudibles de jeunes activistes israéliens

  • Les jeunes militants, qui se retrouvent tôt le matin sur un parking d'une gare de Tel-Aviv, se disent révoltés par la situation humanitaire «insupportable» à Gaza
  • «Des gens ont été tués ici! Honte à vous qui voulez nourrir les terroristes!» hurle un homme, tandis qu'au loin, on entend les bombardements israéliens

KEREM SHALOM: Ils sont une "toute petite minorité", leur voix est quasiment inaudible, et ils le savent. Mais quelques dizaines de jeunes activistes israéliens ont malgré tout organisé jeudi un très symbolique convoi d'aide alimentaire vers la bande de Gaza, vite refoulé par la police.

Une trentaine de véhicules, un peu plus de militants, un camion de 7 tonnes à peine rempli: le convoi organisé par le mouvement Standing Together (Ensemble), qui revendique 5.000 membres, était éminemment symbolique.

Mais le but est de faire entendre "une autre voix" et de démontrer "qu'il y a des gens dans notre société estimant que ce qui se passe à Gaza est inacceptable", martèle Nadav Shofet, un des organisateurs de l'opération, la première du genre depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas palestinien il y a cinq mois.

Comme lui, les jeunes militants, qui se retrouvent tôt le matin sur un parking d'une gare de Tel-Aviv, se disent révoltés par la situation humanitaire "insupportable" dans le territoire palestinien où, selon l'ONU, 2,2 millions de personnes, soit l'immense majorité de la population, sont menacées de famine.

S'ils arborent pour la plupart des T-shirts violet avec l'inscription "N'affamez pas la population de Gaza!", tous prennent aussi soin d'attacher au rétroviseur de leur voiture le ruban jaune symbolisant la nécessité du retour des otages israéliens retenus encore à Gaza, qui sont encore 130 selon Israël, dont 31 seraient morts.

Ces activistes sont conscients de marcher sur une ligne de crête. "Notre combat contre le Hamas est justifié", répète, en préambule et à plusieurs reprises, Orly Shay Keslassy, une orthophoniste de 39 ans.

"Mais nous ne pouvons ignorer qu'il y a des millions d'innocents à Gaza. Je ne peux pas, en tant qu'Israélienne, vivre en sachant que mon gouvernement leur refuse de la nourriture et des médicaments", ajoute-t-elle.

«C'est une honte!»

Dans le camion, ont été chargés des couches et du lait pour bébé, des paquets de sucre, de farine, des aliments prêts à cuisiner, des "dattes pour le ramadan"... Le contenu apparaît dérisoire, mais l'opération de collecte n'a été lancée que mardi, insistent les organisateurs.

Le convoi s'ébranle, sous l'oeil noir d'Ilan Enia, un chauffeur routier. "Qu'ils aillent se faire foutre. C'est une honte, une honte, d'envoyer des camions à Gaza alors que nos soldats se font tuer", s'énerve-t-il.

Le convoi rejoint Ashkelon, à une cinquantaine de kilomètres plus au sud, où de nouvelles voitures et de nouveaux chargements grossissent le cortège.

Direction: Kerem Shalom, point de passage entre Israël et la bande de Gaza, par où transitent au compte-gouttes des camions d'aide humanitaire.

La route empruntée par le convoi passe devant les kibboutz de Kfar Aza et Beeri, où ont été tuées près de 200 personnes lors de l'attaque menée par le Hamas le 7 octobre dans le sud du pays. Et par Réïm, théâtre de la plus grande tuerie, où les commandos du Hamas ont massacré 364 jeunes lors du festival Nova.

"Des gens ont été tués ici! Honte à vous qui voulez nourrir les terroristes!" hurle un homme, tandis qu'au loin, on entend les bombardements israéliens sur Gaza. Comme si toutes les douleurs s'entrechoquaient en un seul lieu.

"Je ne crois pas que les gens sont méchants, je pense juste qu'ils souffrent terriblement et n'ont aucun espace pour avoir de l'empathie pour les autres", pense Roy Hoschem, étudiant chef d'orchestre et membre du convoi.

«Douleur contre douleur»

Visiblement ébranlée, Orly Shay Keslassy tente d'expliquer "la grande confusion" qui domine, selon elle, la société israélienne.

"On est dans un schéma douleur contre douleur. Le Hamas a tué des gens innocents mais ce n'est pas une raison pour le faire à notre tour", confie cette mère de deux enfants. "Je veux penser que je vis dans un pays démocratique et moral."

A trois kilomètres du check-point de Kerem Shalom, la police bloque les activistes et leur intime de faire demi-tour. Ils repartent rapidement, presque sans discuter, résignés.

Rula Daoud, une des organisatrices, a les larmes aux yeux, mais assure: "nous recommencerons. Nous réessayerons".


Le chien de garde des armes chimiques se réunit au milieu des tensions mondiales

L’ambassadeur Ziyad bin Maashi Al-Attiyah, représentant permanent du Royaume auprès de l’OIAC, a conduit la délégation saoudienne au conclave de quatre jours. (SPA)
L’ambassadeur Ziyad bin Maashi Al-Attiyah, représentant permanent du Royaume auprès de l’OIAC, a conduit la délégation saoudienne au conclave de quatre jours. (SPA)
Short Url
  • Dans son discours au Conseil, Al-Attiyah a réaffirmé l’engagement indéfectible de l’Arabie saoudite à renforcer la coopération internationale dans l’interdiction et la non-prolifération de toutes les armes de destruction massive.
  • « Cette coopération ouvrira de nouveaux horizons et de nouvelles voies pour résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré Al-Attiyah, exhortant toutes les parties concernées à travailler ensemble de manière constructive.

RIYAD : La 106ème session du conseil exécutif de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques a commencé à La Haye.

L’ambassadeur Ziyad bin Maashi Al-Attiyah, représentant permanent du Royaume auprès de l’OIAC, dirigera la délégation saoudienne au conclave de quatre jours, qui se déroulera du 9 au 12 juillet.

Dans son discours au Conseil, Al-Attiyah a réaffirmé l’engagement indéfectible de l’Arabie saoudite à renforcer la coopération internationale dans l’interdiction et la non-prolifération de toutes les armes de destruction massive, soulignant le rôle central de l’OIAC dans la sauvegarde de la paix et de la sécurité internationales.

« L’utilisation d’armes chimiques ou de produits chimiques toxiques comme armes, n’importe où, par n’importe qui, en toutes circonstances, est odieuse et constitue une violation flagrante de la Convention sur les armes chimiques et des principes établis du droit international », a déclaré Al-Attiyah, faisant écho à la position inébranlable du Royaume sur la question.

Al-Attiyah a réaffirmé la condamnation de ces crimes et a souligné l’importance de la mise en œuvre des récentes résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU concernant la proposition d’un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

L’ambassadeur saoudien a réitéré l’appui du Royaume à la demande de la Palestine au secrétariat technique de l’OIAC pour un suivi étroit de la situation dans les territoires occupés. Il a exprimé la satisfaction de la délégation saoudienne pour la réponse du directeur général à l’appel, soulignant la confiance du Royaume dans la capacité du secrétariat à remplir ses obligations en vertu de la Convention sur les armes chimiques, en particulier pour répondre à toute évolution dans les territoires palestiniens.

Al-Attiyah a également salué les décisions récentes de la Norvège, de l’Espagne, de l’Irlande, de la Slovénie et de l’Arménie de reconnaître la Palestine en tant qu’État, exhortant la communauté internationale à faire de même et à reconnaître la Palestine à l’intérieur de ses frontières de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale, afin que le peuple palestinien puisse garantir ses droits légitimes et réaliser une paix globale, juste et durable.

Sur la question du programme d’armes chimiques de la Syrie, l’envoyé saoudien a salué le 27e cycle de consultations entre l’OIAC et Damas. Il a souligné l’importance de maintenir un esprit renouvelé de coopération dans un cadre technique pour résoudre toutes les questions en suspens.

« Cette coopération ouvrira de nouveaux horizons et de nouvelles voies pour résoudre toutes les questions en suspens », a déclaré Al-Attiyah, exhortant toutes les parties concernées à travailler ensemble de manière constructive.

L’Arabie saoudite a également félicité l’Algérie pour la désignation de son Institut national des preuves médico-légales et de criminologie comme nouveau laboratoire de l’OIAC, marquant une étape importante pour le continent africain dans le domaine de l’analyse chimique.

Alors que la communauté mondiale est aux prises avec de nouvelles menaces, y compris les implications de l’intelligence artificielle dans la guerre chimique, Al-Attiyah a souligné la nécessité de tirer parti de tous les mécanismes existants au sein de l’OIAC pour relever efficacement ces défis. Il a salué la prochaine conférence qui sera organisée conjointement par le Maroc et le secrétariat technique de l’OIAC à Rabat. La conférence portera sur le rôle de l’IA dans l’amélioration de la mise en œuvre de la Convention sur les armes chimiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Ryad se prépare à accueillir la conférence des Nations unies sur la désertification en décembre

La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
La conférence se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention. (X/@Cop16Riyadh)
Short Url
  • "La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un co
  • Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

RIYADH : La capitale de l'Arabie saoudite accueillera en décembre la 16e session de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification, ou COP16.

L'événement se tiendra du 2 au 13 décembre à Riyad, coïncidant avec le 30e anniversaire de la convention.

"La COP16 sera un événement marquant pour l'accélération de l'action en faveur de la résilience des terres et de la sécheresse, et elle changera la donne pour la transition verte en Arabie saoudite, dans la région et au-delà", a déclaré l'UNCCD dans un communiqué publié sur son site web.

En préparation de ce qui est considéré comme le plus grand événement environnemental des Nations unies axé sur la désertification, l'Arabie saoudite a exposé sa vision des solutions environnementales durables, en se concentrant sur la lutte contre le problème lors du forum politique de haut niveau des Nations unies sur le développement durable.

Lors d'un événement organisé du 8 au 18 juillet à New York, la délégation saoudienne a participé à des sessions clés portant sur des questions économiques, sociales, politiques et environnementales qui ont un impact direct sur le développement durable.

La délégation a souligné les initiatives et les efforts législatifs de l'Arabie saoudite en matière de protection de l'environnement, qui ont eu une influence considérable sur les villes et les villages du Royaume.

Une exposition au siège des Nations unies a présenté les préparatifs de l'Arabie saoudite en vue d'accueillir les 11 jours de la CdP16 de la CCD.

La délégation comprenait des représentants de 18 entités gouvernementales saoudiennes et a participé à des réunions bilatérales, des discussions publiques et des sessions clés avec des ministres de différents pays. Elle a également fourni des informations détaillées sur la gestion durable des terres et discuté des effets négatifs de la dégradation des terres sur l'économie mondiale, la sécurité alimentaire, le changement climatique et la pénurie d'eau.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Les armes incendiaires israéliennes laissent des traces de destruction dans le sud du Liban

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne. (Fourni)
Short Url
  • Le Hezbollah acceptera toute décision de trêve du Hamas et respectera le cessez-le-feu : Nasrallah

BEYROUTH : L'armée israélienne a allumé jeudi des incendies dans des vergers et des forêts à la frontière libanaise en utilisant des armes incendiaires interdites au niveau international.

Le Hezbollah a mené une attaque aérienne en réponse, utilisant des drones pour cibler le nouveau quartier général du bataillon d'artillerie de la 146e division israélienne.

La frappe, au sud de Kabri, "a eu un impact direct" et a fait des morts et des blessés du côté israélien, a déclaré le Hezbollah.

Le groupe a également pris pour cible des soldats israéliens près de Hanita, affirmant dans un communiqué que l'attaque avait fait "un mort et deux blessés".

Les frappes de drones du Hezbollah ont eu des "conséquences très dures" pour les cibles visées, a déclaré la chaîne israélienne Channel 13.

Dans un communiqué, l'armée israélienne a déclaré "Suite aux sirènes d'alerte qui ont été activées dans la région de la Haute Galilée dans la matinée, des drones ont été observés en train de traverser le territoire libanais et d'atterrir dans la région de la Haute Galilée".

Les systèmes de défense aérienne ont intercepté plusieurs cibles se dirigeant vers Israël, a ajouté l'armée.

Pendant ce temps, l'artillerie israélienne au phosphore a ciblé Mays Al-Jabal, et les restes d'un missile intercepteur sont tombés sur le toit d'une maison habitée à Shaqra.

Le bombardement de Naqoura et d'Alma Al-Shaab a provoqué des incendies dans les forêts et les oliveraies. Les équipes de la défense civile libanaise se sont efforcées d'éteindre les incendies.

L'artillerie lourde israélienne a pilonné plusieurs zones frontalières - Houla, Wadi Al-Saluki, Aitaroun, Naqoura, Alma Al-Shaab et Dhayra - dont certaines ont été des cibles fréquentes depuis le début des affrontements il y a neuf mois.

Les avions israéliens ont violé l'espace aérien du Sud-Liban en volant à très basse altitude.

Le parti socialiste progressiste a appelé jeudi à une action urgente en réponse à l'interception par Israël d'appels téléphoniques au Liban.

Le journal libanais An-Nahar a fait état de cette violation, qui a permis à Israël d'accéder à des données, telles que des appels téléphoniques, par le biais du câble sous-marin qui relie le Liban à Chypre.

Le parti a remis en question l'approbation par le Liban, en 2022, du câble CADMOS-2, qui est relié au câble israélien Ariel reliant Haïfa et Tel-Aviv à Chypre.

Le Liban "n'a pas pris de mesures de précaution pour empêcher une violation aussi importante", a averti le parti.

Le Hezbollah a réagi en demandant à ses membres d'éviter les appels téléphoniques et l'utilisation d'Internet, et de déconnecter les caméras de surveillance dans le sud du pays.

Cette directive fait suite à l'assassinat de membres importants du Hezbollah.

"Nous ne sommes pas au bord d'une guerre ouverte ou de grande envergure. Ni les Israéliens ni les Libanais ne le souhaitent. Même les puissances régionales et internationales ne le souhaitent pas", a déclaré Ibrahim Moussaoui, député du Hezbollah.

Moussaoui a déclaré à CNN : "Depuis le début des hostilités, nous avons établi un modus operandi selon lequel toute escalade provoquée par l'ennemi israélien sera confrontée à une escalade de même intensité, voire plus.

"C'est ainsi que les choses se passent jusqu'à présent. Cependant, je ne crois pas qu'une guerre totale favorise l'une ou l'autre des parties".

Dans son discours de mercredi soir, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait référence aux négociations de cessez-le-feu menées à Doha entre le Hamas et Israël, en présence de l'Égypte, du Qatar et des États-Unis.

M. Nasrallah a déclaré que son mouvement accepterait toute décision du Hamas concernant les négociations sur la trêve à Gaza, ajoutant que le Hezbollah mettrait fin à ses attaques transfrontalières contre Israël si un cessez-le-feu était conclu.

"Tout ce que le Hamas acceptera, tout le monde l'acceptera et en sera satisfait", a-t-il déclaré.

"C'est notre engagement en tant que front de soutien. Nous avons été clairs à ce sujet depuis le début, et cela devrait aller de soi.

"Nos frères du Hamas le savent mieux que nous. Nous ne demandons à personne d'écouter notre avis. Nous nous tenons à leurs côtés et les soutenons dans toute position ou décision qu'ils prendront jusqu'à la fin".

Un observateur politique a décrit l'annonce de Nasrallah comme "une position qui tend vers la désescalade et répond aux négociations en cours à Doha".

Et d'ajouter : "L'Iran n'est pas loin d'adopter la même position".

Pendant ce temps, les responsables israéliens ont intensifié leurs menaces à l'encontre du Hezbollah, mettant en garde contre la possibilité d'une guerre sur deux fronts.

Lors de sa tournée en Galilée, le chef d'état-major israélien Herzi Halevi a déclaré : "Nous devons être en mesure d'affronter deux fronts : "Nous devons être capables d'affronter deux fronts simultanément, et nous devons nous rendre compte que ces guerres vont durer longtemps".

Il a ajouté : "L'Iran est plus proche que jamais d'obtenir des armes nucléaires. Nous pourrions être confrontés à des confrontations répétées avec l'Iran".