A Mayotte, les barrages ont mis l'économie au bord du gouffre

Des femmes attendent à un point de distribution d'eau potable en bouteille dans le quartier de Majicavo à Mamoudzou, sur l'île française de Mayotte, dans l'océan Indien, le 19 février 2024. (AFP)
Des femmes attendent à un point de distribution d'eau potable en bouteille dans le quartier de Majicavo à Mamoudzou, sur l'île française de Mayotte, dans l'océan Indien, le 19 février 2024. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 08 mars 2024

A Mayotte, les barrages ont mis l'économie au bord du gouffre

  • Mayotte, où la délinquance et le sentiment d'insécurité sont particulièrement élevés, est le département le plus pauvre de France
  • En 2022, seuls 30% des 15-64 ans y avaient un emploi, et selon l'Insee, 42% de la population y vit avec moins de 160 euros par mois

MAMOUDZOU: Déjà mise à mal par de nombreuses crises, l'économie de Mayotte, département le plus pauvre de France, a subi un choc avec les barrages qui l'ont paralysé pendant plus d'un mois, laissant de nombreuses entreprises en grande difficulté.

"Le bilan est catastrophique. Nous avons près de 50 entreprises de un à trois salariés qui sont amenées à disparaître, et ce n'est qu'un premier jet."

A la tête d'une entreprise de sécurité, Bourahima Ali Ousseni, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises de Mayotte (CPMEM), dresse un tableau cataclysmique des conséquences des barrages mis en place par des collectifs citoyens protestant contre l'insécurité et l'immigration irrégulière.

Administrations fermées, chantiers arrêtés, approvisionnements des supermarchés au ralenti... Entre le 22 janvier et le 1e mars, date de la fin du mouvement, l'économie a été totalement à l'arrêt.

"C'est très simple: en temps normal, nous faisons 70 à 80 repas par jour (...) Durant les blocages, en plus des ruptures d'approvisionnement, nous avons sorti au maximum 18 plats sur une +bonne+ journée", témoigne Nadia, une restauratrice de Mamoudzou  qui n'a pas souhaité donner son nom de famille. Elle a même dû fermer une semaine pour ne pas perdre trop d'argent.

L'économie sociale et solidaire (EES), qui représente près du quart des emplois privés du département, a fait ses comptes.

Selon une enquête mandatée par sa Chambre régionale, 62% de ses structures ont subi un impact fort et 25% un impact modéré. Et près de la moitié des entreprises de l'ESS peinent à payer leurs créances.

Une difficulté de plus pour l'économie mahoraise. Entre les violences, qui rendent chaque déplacement hasardeux, et la sécheresse, qui a obligé les Mahorais à vivre sans eau courante jusqu'à deux jours sur trois, entreprises et administrations disent toutes la difficulté qu'elles ont à recruter et garder des employés partis en masse ces derniers mois.

«Aide dérisoire»

Mayotte, où la délinquance et le sentiment d'insécurité sont particulièrement élevés, est le département le plus pauvre de France.

En 2022, seuls 30% des 15-64 ans y avaient un emploi, et selon l'Insee (Institut national de la statistique), 42% de la population y vit avec moins de 160 euros par mois.

Le département, dont environ la moitié de la population est étrangère, fait toutefois figure de territoire riche face à ses voisins, les Comores et Madagascar.

Lors d'un déplacement le 27 février, la ministre déléguée aux Outre-mer, Marie Guévenoux, a annoncé le prolongement et l'élargissement des mesures de soutien prises en octobre dans le cadre de la crise de l'eau, soit une aide mensuelle pouvant atteindre 20.000 euros ou 20% du chiffre d'affaires des entreprises.

Jusqu'à présent, seules celles sans dette fiscale pouvaient y prétendre. Cette condition a été levée pour les entreprises ne dépassant pas 1.500 euros de dette, de quoi "permettre à 75% des dossiers rejetés de pouvoir être à nouveau réexaminés et pouvoir en bénéficier", a déclaré la ministre.

S'y ajoute une aide forfaitaire "dans la limite de 4.000 euros", a-t-elle annoncé.

Mais pour les 80% de petites et moyennes entreprises qui composent le tissu économique mahorais, l'aide est jugée "décevante", selon Bourahima Ali Ousseni.

"4.000 euros alors qu'un loyer sur Mamoudzou s'élève déjà à près de 2.500 euros, c'est complètement dérisoire", déplore-t-il.

"Cette aide est insignifiante", déplore également la présidente de l'organisation patronale Medef à Mayotte, Carla Baltus.

"La vraie solution, au-delà de cette aide qui se doit d'être revue à la hausse, est très facile à mettre en place: une exonération des charges patronales pour cette année", précise-t-elle.

Une demande similaire à celle réclamée par les entreprises de l'ESS, "essoufflées par une +permacrise+" touchant Mayotte depuis dix ans, selon sa Chambre régionale, qui estime que "la reprise sera difficile sans un soutien fort de la puissance publique".


Agents sportifs employés sans licence: Saïd Chabane, propriétaire du SCO d’Angers, relaxé

Le président du club de football d'Angers SCO, Saïd Chabane (Photo, AFP).
Le président du club de football d'Angers SCO, Saïd Chabane (Photo, AFP).
Short Url
  • Un seul des quatre autres prévenus dans cette affaire a été reconnu coupable de l'exercice illégal de la profession d'agent sportif
  • Fin mars, le procureur avait requis 18 mois de prison avec sursis contre la figure emblématique du football angevin

 

BOBIGNY: Saïd Chabane, propriétaire du club de football du SCO Angers, a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Bobigny des faits de complicité d'exercice illégal de la profession d’agent sportif et de blanchiment.

"Vous étiez entouré de professionnels pour la rédaction de contrats, ce qui est une démarche visant à être en conformité avec la profession", a indiqué, à l'attention de M. Chabane, la présidente du tribunal pour expliquer cette décision.

Fin mars, le procureur avait requis 18 mois de prison avec sursis contre la figure emblématique du football angevin.

Toujours propriétaire du SCO, Saïd Chabane en a laissé la présidence à son fils peu de temps avant sa garde à vue en avril 2023.

Mardi, son avocat Bernard Benaiem a salué cette relaxe qu'il considère comme "la conséquence logique d'un dossier dans lequel M. Chabane n'avait strictement rien à faire".

Durant l'audience fin mars, le tribunal s'est penché toute une semaine sur l'écosystème opaque et la nébuleuse de transactions financières autour des clubs et jeunes joueurs de football.

Une personne reconnue coupable 

Un seul des quatre autres prévenus dans cette affaire a été reconnu coupable de l'exercice illégal de la profession d'agent sportif et condamné à 18 mois de prison avec sursis.

Le tribunal a estimé que certains transferts d'argent reçus par Jalal Benalla, ex-sportif de haut niveau, quelques jours seulement après des transferts de joueurs entre clubs, constituaient des "opérations d'autant plus suspectes que tous les documents de contrats" signés par un agent non poursuivi dans le dossier "sont retrouvés à (son) domicile."

C'est "un faisceau d’indices" qui a amené le tribunal à reconnaître coupable d'exercice illégal d'agent sportif l'ancien judoka qui n'était officiellement employé qu'en qualité de préparateur physique et psychologique. L'homme de 41 ans a également été condamné à une interdiction d'exercer la profession d'agent sportif pendant un an.

Relégué en Ligue 2 l'année dernière, le SCO d'Angers est parvenu à remonter en Ligue 1 en prenant cette saison la deuxième place au classement derrière Auxerre.

 


Environ 10.000 personnes à Paris pour dénoncer les derniers bombardements à Rafah

Une foule compacte s'est rassemblée en fin d'après-midi à quelques centaines de mètres de l'ambassade d'Israël aux cris de "Nous sommes tous des enfants de Gaza", "vive la lutte du peuple palestinien", "free Gaza", ou encore "Gaza, Paris est avec toi". (AFP).
Une foule compacte s'est rassemblée en fin d'après-midi à quelques centaines de mètres de l'ambassade d'Israël aux cris de "Nous sommes tous des enfants de Gaza", "vive la lutte du peuple palestinien", "free Gaza", ou encore "Gaza, Paris est avec toi". (AFP).
Short Url
  • Une foule compacte s'est rassemblée en fin d'après-midi à quelques centaines de mètres de l'ambassade d'Israël aux cris de "Nous sommes tous des enfants de Gaza"
  • Des drapeaux palestiniens étaient brandis par la foule, au sein de laquelle des participants arboraient des keffieh et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "On ne tue pas un enfant, qu'il soit juif ou palestinien"

PARIS: Quelque 10.000 personnes ont manifesté lundi à Paris contre les bombardements à Rafah qui ont fait, selon le ministère de la Santé de Gaza, au moins 45 morts dans la nuit de dimanche à lundi, a constaté l'AFP.

Une foule compacte s'est rassemblée en fin d'après-midi à quelques centaines de mètres de l'ambassade d'Israël aux cris de "Nous sommes tous des enfants de Gaza", "vive la lutte du peuple palestinien", "free Gaza", ou encore "Gaza, Paris est avec toi".

Des drapeaux palestiniens étaient brandis par la foule, au sein de laquelle des participants arboraient des keffieh et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : "On ne tue pas un enfant, qu'il soit juif ou palestinien: Stop aux bombardements, free Palestine", "Rafah, Gaza on est avec toi".

"Hier, des Palestiniens ont été brûlés vifs par des bombardements israéliens sur un camp de réfugiés. On a vu des vidéos de familles qui tirent leurs proches de tentes enflammées. C'est le massacre de trop", a dénoncé François Rippe, vice-président de l'Association France Palestine solidarité (AFPS), un organisateur du rassemblement.

"Plusieurs milliers" de personnes étaient présentes selon lui. La préfecture de police de Paris a fait état d'environ 10.000 personnes.

"Ils mettent le feu dans un camp de réfugiés, ils brûlent des gens et on ne convoque pas l'ambassadrice d'Israël pour lui demander des comptes. C'est juste insupportable", a poursuivi M. Rippe.

Une large banderole montrait des dessins des visages des présidents français Emmanuel Macron et américain Joe Biden, ainsi que du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, surmontant un slogan "c'est l'humanité qu'ils assassinent".

Le député de gauche radicale Eric Coquerel a déclaré espérer "que la mobilisation va finir par faire réfléchir le gouvernement. Dans les paroles, la position de la France est un peu plus juste qu'elle ne l'a été. Mais tant qu'il n'y a pas des actes, ça veut dire qu'en réalité vous ne faites rien".

Mehdi Bekkour, dont un ami est selon lui actuellement coincé à Gaza, a indiqué pour sa part être venu "en tant que papa qui s'identifie beaucoup à ce qui se passe là-bas".

"Mon ami m'a envoyé un message il y a deux jours de Gaza, que je n'ai même pas le courage d'écouter ni de lui répondre. Je ne sais pas quoi lui dire".

L'ONU et nombre de pays ont condamné cette frappe israélienne sur un camp de déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza et les Etats-Unis ont de nouveau demandé à Israël de "protéger les civils".

L'armée israélienne a de son côté indiqué enquêter sur ce que le Premier ministre a qualifié d'"accident tragique".


Les frappes israéliennes à Rafah relancent le débat sur la reconnaissance d'un Etat palestinien

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège avaient annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine (Photo, AFP).
La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège avaient annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine (Photo, AFP).
Short Url
  • L'émotion est aussi vive qu'unanime à gauche, après cette frappe nocturne qui a tué au moins 40 personnes
  • Plusieurs voix jusque dans le camp macroniste, à l'image du numéro deux de la liste conduite par Valérie Hayer pour les européennes, Bernard Guetta

PARIS: Le bombardement meurtrier d'un centre de déplacés près de Rafah a suscité lundi une vague d'indignations à gauche et relancé dans la classe politique française le débat sur la reconnaissance d'un Etat palestinien.

L'émotion est aussi vive qu'unanime à gauche, après cette frappe nocturne qui a tué au moins 40 personnes. Israël affirme avoir frappé "un complexe du Hamas" dans lequel opéraient "d'importants terroristes".

"Les images de Rafah sont littéralement insoutenables. Rien ne peut justifier de tels crimes", a réagi sur X la tête de liste PS-Place publique pour les européennes, Raphaël Glucksamnn, appelant à "faire réellement pression sur Netanyahu. Maintenant".

Cet "abominable massacre (...) résume ce que sont les assassins de cette armée de criminels de guerre et leurs chefs", a relevé de son côté le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, réclamant la "rupture de la coopération avec le gouvernement Netanyahu et son économie", ainsi qu'un "embargo sur les armes" et la "reconnaissance de l'Etat de Palestine".

Position partagée,  sur le même réseau social, par la patronne des écologistes Marine Tondelier qui appelle la France et l'Union européenne à "opérer une rupture en urgence dans leur action diplomatique pour stopper ce massacre".

Geste de diplomatie 

Le numéro un socialiste, Olivier Faure, a lui aussi souhaité sur TF1 "un geste politique et diplomatique puissant" avec la reconnaissance d'un Etat palestinien pour que la France "puisse être du bon côté de l'Histoire".

Plusieurs voix jusque dans le camp macroniste, à l'image du numéro deux de la liste conduite par Valérie Hayer pour les européennes, Bernard Guetta, appellent à une telle reconnaissance.

"Il ne s'agit pas d'être pro-palestinien ou pro-israélien, il s'agit d'être pro-paix, d'obliger les dirigeants de ces deux peuples à se rasseoir à une table de négociation", a estimé M. Guetta sur Sud Radio, observant que la frappe israélienne faisait suite à un tir de roquettes du Hamas.

La semaine dernière, l'Espagne, l'Irlande et la Norvège avaient annoncé leur décision de reconnaître l'Etat de Palestine, à partir du 28 mai, s'attirant les foudres d'Israël.

Mais, à droite, les réticences restent fortes.

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour le scrutin du 9 juin, met en garde contre le "grand danger de reconnaître aujourd'hui un Etat palestinien", au risque de "donner le sentiment que l'on donne raison à ceux qui ont déclenché l'attentat terroriste du 7 octobre", même s'il "faudra mettre un jour en oeuvre une solution à deux Etats".

"Israël a le droit de se défendre dans le respect du droit international", a-t-il ajouté sur France Inter, jugeant nécessaire de "faire toute la lumière sur les conditions de la frappe (sur le centre de déplacés près de Rafah, NDLR) et ses conséquences réelles".