Malgré les défis, Beyrouth s'anime pendant le ramadan alors que les Libanais prient pour la paix

Pendant le ramadan, se procurer des provisions alimentaires essentielles pour l'iftar représente un défi supplémentaire pour de nombreuses familles musulmanes déjà éprouvées par la crise économique prolongée dans un pays dont la monnaie a perdu environ 95% de sa valeur. (AFP/Dossier)
Pendant le ramadan, se procurer des provisions alimentaires essentielles pour l'iftar représente un défi supplémentaire pour de nombreuses familles musulmanes déjà éprouvées par la crise économique prolongée dans un pays dont la monnaie a perdu environ 95% de sa valeur. (AFP/Dossier)
Short Url
Publié le Vendredi 15 mars 2024

Malgré les défis, Beyrouth s'anime pendant le ramadan alors que les Libanais prient pour la paix

  • Les commerçants font état d’une demande élevée, mais d'une offre limitée, notamment en raison des difficultés rencontrées par les agriculteurs pour travailler leurs champs dans le sud du pays
  • La crise économique a contraint de nombreux Libanais à modifier leurs habitudes alimentaires au cours du jeûne du ramadan ces dernières années

BEYROUTH: Avec le ramadan, le mois saint musulman de jeûne diurne, qui coïncide cette année avec la seconde moitié du carême, la période chrétienne de sacrifice menant à Pâques, les Libanais se trouvent confrontés à de nouveaux défis, mais ils gardent l’espoir que des jours meilleurs vont arriver. 

Pour les musulmans, se procurer des provisions alimentaires essentielles pour l'iftar, le repas quotidien de rupture du jeûne pendant le ramadan, représente un défi supplémentaire. De nombreuses familles sont déjà éprouvées par la crise économique prolongée dans le pays, qui a vu sa monnaie perdre environ 95% de sa valeur. 

Plus récemment, les craintes d'une escalade du conflit entre le Hezbollah et Israël dans le sud du Liban, ainsi que ses répercussions sur l'agriculture locale, contribuent à durcir la crise. 

Le fattouch, une salade incontournable de l'iftar, coûte désormais l'équivalent quelque 10 dollars (1 dollar = 0,92 euro), tout comme les plats de viande de base, en raison d'un manque de régulation officielle des prix. Le prix d'une laitue dépasse les 130 000 livres libanaises (1 000 livres libanaises = 0,01 euro), les paquets d'autres légumes verts sont à 80 000 livres, et un kilo d'oignons vaut 160 000 livres. 

Les commerçants font état d’une demande élevée, mais d'une offre limitée, notamment en raison des difficultés rencontrées par les agriculteurs pour travailler leurs champs dans le sud du pays en raison des combats transfrontaliers. 

«Tout est maintenant tarifé en dollars américains», déplore Fatima al-Masri alors qu'elle fait ses achats de produits frais sur un marché aux légumes à Tarik al-Jdidé, un quartier de Beyrouth. 

«Et que dire de ceux qui sont payés en livres libanaises? En temps normal, nos salaires sont entièrement dépensés dans la première semaine du mois. Alors, pour préparer le ramadan...» 

«Sans les colis alimentaires qui contiennent des produits de première nécessité tels que le riz, le sucre, l'huile et les céréales, offerts par des âmes généreuses, nous aurions eu du mal à varier nos repas de rupture de jeûne en ces temps austères», fait observer Ibrahim Tarchichi, le président de l'Association des agriculteurs de la Bekaa. Ce dernier note que les températures froides et le gel ont affecté les rendements des cultures dans la vallée, entraînant une augmentation du coût des produits agricoles. Selon lui, les prix devraient baisser avec l'arrivée de températures plus douces. 

«Il y a également une forte demande pour les légumes tant de la part des chrétiens, qui en dépendent pour leur carême, que des musulmans, qui les considèrent comme des ingrédients clés pour leurs repas de rupture de jeûne», explique M. Tarchichi. 

La crise économique a contraint de nombreux Libanais à modifier leurs habitudes alimentaires au cours du jeûne du ramadan ces dernières années, notamment ceux qui avaient l'habitude d’agrémenter leurs iftars par des douceurs, des jus et des pâtisseries. 

Aïda, une mère de famille de 50 ans avec quatre jeunes hommes, indique que le coût moyen d'un repas de ramadan pour sa famille de six personnes dépasse 30 dollars, soit environ 2,7 millions de livres libanaises. 

Les défis financiers ont non seulement affecté les tables de repas pendant le ramadan, mais aussi les décorations festives traditionnelles qui illuminent en principe les rues des quartiers pendant ce mois sacré. Elles ont été remplacées par des affiches qui exhortent les gens à remplir leurs obligations charitables pendant le ramadan en faisant des dons pour aider les orphelins, les malades et d'autres personnes dans le besoin. 

Par exemple, l'association Beirut Bkheir verse de l’argent à certaines mosquées de Beyrouth pour faciliter les prières de Tarawi, une prière spéciale qui se déroule soir pendant le ramadan, en coopération avec Dar al-Fatwa, la plus haute autorité religieuse sunnite du Liban, et ses institutions affiliées. 

Beyrouth, comme de nombreuses villes côtières du Liban, fourmille de clients pendant la journée et les cafés restent ouverts jusqu'à l'aube pendant le ramadan. Cette effervescence contraste nettement avec la situation dans les régions frontalières du sud touchées par le conflit actuel, où les centres urbains sont devenus des villes fantômes. 

En plus des conséquences de la crise politique et financière, Beyrouth doit faire face aux effets dévastateurs de l'explosion massive survenue au port de la ville le 4 août 2020. Dans une tentative de redynamisation de la ville, des efforts sont déployés pour attirer et divertir les gens, de la rupture du jeûne avec l'iftar jusqu'au bout de la nuit. 

Les rues illuminées de la capitale regorgent de chariots chargés de dattes, de noix et de douceurs, tandis que les passants déambulent, discutent dans les cafés ou écoutent la musique traditionnelle du ramadan. Encore une fois, un aspect important de ces festivités est d'encourager les gens à apporter leur aide aux autres. 

Zeina Seif, de l'organisation caritative Ajialouna, considère ces efforts pendant le ramadan comme autant d’occasions quotidiennes d'apporter de l’aide aux personnes qui ont besoin de soins, de soutenir les personnes âgées ou d'autonomiser les femmes. 

«Notre principal souci est d’apporter de l’aide aux personnes et de redynamiser le centre-ville de Beyrouth, qui traverse des difficultés», affirme-t-elle. «La situation dans le sud est difficile et préoccupante, mais nous avons placé notre confiance en Dieu et avons décidé de franchir le pas, en agissant selon les principes éthiques de l’islam.» 

Un village de ramadan a été aménagé au centre-ville de Beyrouth pour insuffler une atmosphère de sérénité dans les rues. À quelques centaines de mètres de là, une place de ramadan a été installée au forum de Beyrouth, face au port détruit par l'explosion de 2020. Cet espace est désormais devenu un lieu de rassemblement pour les artistes et les artisans, qui exposent leurs œuvres, ainsi qu’un lieu de célébrations du ramadan et un marché alimentaire. 

Cependant, pour de nombreuses personnes qui peinent à joindre les deux bouts, le ramadan reste une période difficile. 

Au début du mois sacré, les commentateurs des médias traditionnels et sociaux ont exhorté les personnes qui peuvent se permettre des iftars et des célébrations plus fastueuses à s'abstenir de les poster en ligne par respect pour ceux qui souffrent de la faim, en particulier les Palestiniens de la bande de Gaza. 

Parallèlement, les experts du tourisme ont déclaré que l'escalade des opérations militaires israéliennes au début du ramadan, ciblant des zones profondes à l'intérieur du territoire libanais, a incité de nombreux touristes à annuler leurs voyages prévus au Liban pendant le mois sacré et les vacances de l'Aïd. 

Jean Abboud, président de l'Association des agents de voyage et des tour-opérateurs au Liban, signale que le secteur «attend un cessez-le-feu à la frontière sud». Il ajoute: «Si la situation sécuritaire se stabilise, l’activité touristique s’améliorera». 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Frankly Speaking : Le chef de la Commission saoudienne des droits de l'homme présente son mandat et ses ambitions

L'Arabie saoudite connaît une « énorme transformation » en ce qui concerne l'émancipation des femmes grâce à des réformes globales des droits juridiques, civils et sociaux, a déclaré Hala Al-Tuwaijri, la première femme à diriger la Commission saoudienne des droits de l'homme. (Photo: Arab News)
L'Arabie saoudite connaît une « énorme transformation » en ce qui concerne l'émancipation des femmes grâce à des réformes globales des droits juridiques, civils et sociaux, a déclaré Hala Al-Tuwaijri, la première femme à diriger la Commission saoudienne des droits de l'homme. (Photo: Arab News)
L'Arabie saoudite connaît une « énorme transformation » en ce qui concerne l'émancipation des femmes grâce à des réformes globales des droits juridiques, civils et sociaux, a déclaré Hala Al-Tuwaijri, la première femme à diriger la Commission saoudienne des droits de l'homme. (Photo: Arab News)
L'Arabie saoudite connaît une « énorme transformation » en ce qui concerne l'émancipation des femmes grâce à des réformes globales des droits juridiques, civils et sociaux, a déclaré Hala Al-Tuwaijri, la première femme à diriger la Commission saoudienne des droits de l'homme. (Photo: Arab News)
Short Url
  • Hala Al-Tuwaijri cite « des progrès rapides, une énorme transformation » dans l'autonomisation des femmes, en particulier sur le marché du travail
  • Elle décrit la « responsabilité humiliante » que représente le traitement du dossier des droits de l'homme, soulignant la nécessité d'une réforme judiciaire

DUBAÏL'Arabie saoudite connaît une « énorme transformation » en ce qui concerne l'émancipation des femmes grâce à des réformes globales des droits juridiques, civils et sociaux, a déclaré Hala Al-Tuwaijri, la première femme à diriger la Commission saoudienne des droits de l'homme.

Le Royaume a connu des progrès rapides dans la représentation des femmes à des postes de direction, de la princesse Reema Bent Bandar Al-Saoud, première femme ambassadrice saoudienne aux États-Unis, à Sara Al-Suhaimi, première femme présidente de Tadawul, la bourse saoudienne.

En effet, la nomination de Mme Al-Tuwaijri à la présidence de la Commission saoudienne des droits de l'homme, avec rang de ministre, en septembre 2022, est une preuve en soi des changements tectoniques en cours en Arabie saoudite.

« Ce sont des exemples de femmes qui sont arrivées au sommet, mais ce n'est que la partie émergée de l'iceberg », a déclaré Mme Al-Tuwaijri à Katie Jensen, présentatrice de l'émission d'actualité d'Arab News « Frankly Speaking ».

« Ce qui s'est réellement passé en Arabie saoudite est une énorme transformation, en particulier en ce qui concerne la question de l'émancipation des femmes.

Lors d'une interview à bâtons rompus, Mme Al-Tuwaijri a évoqué les progrès dont elle a été témoin depuis son entrée en fonction et a fait face aux critiques émises par les pays occidentaux qui examinent l'authenticité des avancées de l'Arabie saoudite en matière de droits de l'homme.

La transformation des droits des femmes saoudiennes n'est nulle part plus évidente que sur le lieu de travail. Grâce à une série de réformes et de nouvelles protections juridiques, les femmes représentent aujourd'hui une part importante de la main-d'œuvre à tous les niveaux.

« L'approche a été globale », a déclaré M. Al-Tuwaijri. « Nous avons essentiellement élargi tous les droits juridiques, civils et sociaux et examiné la législation, les procédures et tout ce qui faisait obstacle à la progression des femmes a été éliminé.

« La plus grande réussite, je pense, est la façon dont l'émancipation des femmes a changé le visage du pays. Aujourd'hui, on voit des femmes partout, dans tous les domaines. Les voies d'accès à la main-d'œuvre féminine ont toutes été débloquées et, par conséquent, les femmes rejoignent la main-d'œuvre.

« Et cela s'est traduit dans les données relatives à l'autonomisation des femmes et en particulier à la participation des femmes à la main-d'œuvre.

Les meilleurs exemples de cette transformation sont peut-être les Saoudiennes qui progressent dans les domaines de la science, de la technologie, de l'ingénierie, des mathématiques et de la médecine, des carrières traditionnellement dominées par les hommes.

J'utiliserais le cliché « le ciel est la limite », mais après que Rayyanah Barnawi (première astronaute saoudienne) soit allée dans l'espace, je pense que cette métaphore ne décrit pas l'ambition des femmes saoudiennes", a déclaré Mme Al-Tuwaijri.

« Je pense que les Saoudiennes ont prouvé qu'elles étaient efficaces et à la hauteur des postes qu'elles ont occupés.

Depuis 2016, le Royaume a mis en œuvre un ensemble de réformes visant à autonomiser les femmes, de la levée de l'interdiction de conduire et de l'assouplissement de la loi sur la tutelle masculine aux mesures de lutte contre la violence à l'égard des femmes et des filles.

Bien qu'il s'agisse d'un rôle difficile, Mme Al-Tuwaijri affirme que sa nomination à la tête de la Commission des droits de l'homme reflète le sérieux avec lequel le Royaume prend ses obligations et son engagement à l'égard des valeurs partagées par la communauté internationale.

« Cette tâche, qui consiste à s'occuper du dossier des droits de l'homme partout dans le monde, est une énorme responsabilité, une leçon d'humilité », a-t-elle déclaré. « Elle s'accompagne également de la certitude de faire du bien aux gens et à l'humanité en général. Elle s'accompagne également de valeurs et de principes nobles.

« En Arabie saoudite, ce n'est pas différent. Je viens travailler tous les jours en sachant que, d'une part, je fais mon travail. Mais je sais aussi que ce travail comprend la promotion et la protection des droits des personnes vivant en Arabie saoudite, ainsi qu'une contribution à la communauté internationale et aux nouvelles tendances et approches en matière de droits de l'homme.

« La tâche n'est donc pas simple. Elle n'est pas simple. Il ne s'agit pas d'avoir un objectif et de l'atteindre à un moment donné. Non, il s'agit d'un processus continu. Il est dynamique. Et c'est en constante évolution, ce qui nécessite beaucoup d'exposition et de communication avec les autres.

Dans une interview accordée en septembre 2023 au diffuseur américain Fox News, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane a admis avoir « honte » des lois du Royaume après qu'un enseignant à la retraite a été condamné à mort pour un message critique sur les médias sociaux.

« Honteusement, c'est vrai. C'est quelque chose que je n'aime pas", a déclaré le prince héritier à Fox News, soulignant les efforts de son gouvernement pour réformer et moderniser le système judiciaire.

« Nous faisons de notre mieux... nous avons déjà changé des dizaines de lois en Arabie saoudite, et la liste compte plus de 1 000 articles. Au sein du cabinet, il n'y a que 150 juristes, alors j'essaie de donner la priorité au changement jour après jour.

Il a ajouté : « Mais nous ne sommes pas satisfaits de cela. Nous en avons honte. Mais (dans) le système de jury, vous devez suivre les lois et je ne peux pas dire à un juge (de) faire cela et d'ignorer la loi, parce que ... c'est contraire à l'État de droit. Mais avons-nous de mauvaises lois ? Oui. Nous sommes en train de les changer, oui.

Interrogé sur ces commentaires, Al-Tuwaijri a déclaré que le prince héritier respecte l'autorité du système judiciaire du Royaume, mais que des réformes sont nécessaires - des mesures avec lesquelles la Commission des droits de l'homme est d'accord.

« Oui, Son Altesse Royale le prince héritier l'a déclaré. Et je pense qu'il s'agit d'une affirmation verbale des grandes initiatives qui ont lieu en termes de transformation du système judiciaire", a déclaré Al-Tuwaijri.

« Trois lois ont été publiées récemment, toutes contrôlant la vie des gens de manière positive - par contrôle, nous entendons une plus grande clarté en termes de système judiciaire et de prévisibilité, bien sûr.

« Le fait que tout cela se produise alors que nous progressons, que nous proposons des initiatives, c'est un peu comme réparer un avion pendant qu'il vole. Et c'est précisément ce qu'a indiqué Son Altesse Royale le Prince héritier.

« Mais dans la même interview que vous avez mentionnée, il a également fait preuve d'un grand respect pour le système judiciaire. Et je pense que tout pays qui se respecte et qui respecte son statut doit également respecter le pouvoir judiciaire.

La Commission saoudienne des droits de l'homme participe à ce processus de réforme « afin que le prisme des droits de l'homme soit toujours appliqué lorsqu'il s'agit de publier une nouvelle loi, d'en réviser une ou de donner des conseils sur une certaine procédure », a déclaré M. Al-Tuwaijri.

« Nous devons également nous assurer que tout ce qui se passe dans le cadre de ce processus de transformation juridique est conforme aux engagements pris en matière de droits de l'homme.

Bien que son programme de réforme soit motivé par un plan de transformation national plus large dans le cadre de Vision 2030, le Royaume s'engage avec des agences internationales et des groupes de défense des droits de l'homme pour déterminer où des améliorations peuvent être apportées - à condition qu'elles soient basées sur des faits plutôt que sur des ouï-dire.

« Dans le cadre de notre mandat, nous travaillons avec toutes sortes de parties, qu'il s'agisse de l'État, d'organisations gouvernementales ou d'organisations non gouvernementales », a déclaré M. Al-Tuwaijri. « Mais la base de ce type d'engagement est la coopération, le dialogue et les efforts constructifs.

« Nous nous engageons avec toutes ces entités tant que l'objectif est d'avoir un dialogue constructif sur un pied d'égalité et, en même temps, de comprendre les différences entre nous. C'est essentiellement ainsi que nous fonctionnons.

Elle a ajouté : « Et bien sûr, nous surveillons ce que les médias traitent en termes de droits de l'homme, ce qui inclut tout. Cela dépend donc de notre relation avec ces entités. Nous nous engageons directement dans la coopération et le dialogue.

« Si nous constatons que les rapports ne sont pas fondés sur des faits, mais qu'ils sont sans fondement, qu'il s'agit de ouï-dire, alors nous nous concentrons sur notre travail sur le terrain, nous essayons de poursuivre notre stratégie et d'atteindre nos objectifs, et nous considérons ce rapport comme l'un des nombreux rapports qui politisent les droits de l'homme et ne s'engagent pas vraiment dans une démarche de coopération.

En janvier, l'ONU a organisé l'examen périodique universel à Genève, au cours duquel M. Al-Tuwaijri a souligné la détermination de l'Arabie saoudite à atteindre les normes mondiales les plus élevées en matière de promotion et de protection des droits de l'homme.

Malgré les progrès significatifs réalisés par l'Arabie saoudite, plusieurs commentateurs occidentaux ont qualifié cet engagement d'opération de relations publiques. M. Al-Tuwaijri a balayé ces critiques en soulignant le bilan positif du Royaume.

L'examen périodique universel « couvre une période où il y a eu, sur le terrain, plus de 100 réformes, et ces réformes (ont été) publiées », a-t-elle déclaré. « Elles sont étayées par des preuves, des données, et il s'agit d'une manifestation réelle des réformes.

« Oui, certaines personnes critiqueront toujours et d'autres seront cyniques par rapport à ce qui se passe. Mais nous restons ouverts en termes de coopération avec les États, les organisations gouvernementales, les organisations non gouvernementales pour aborder ces questions et discuter des domaines d'amélioration.

« Et pour ceux qui doutent, (qui disent) que c'est un coup monté ou que nous ne disons pas la vérité, je les invite à venir visiter le Royaume d'Arabie saoudite et à rencontrer des hommes et des femmes de la communauté saoudienne et à écouter à quel point ils ont bénéficié de toutes ces améliorations et de tous ces changements et développements qui se sont produits sur le terrain ».

À la question de savoir si la perception négative de l'Arabie saoudite par les organisations internationales de défense des droits est influencée par un parti pris politique ou par des attentes irréalistes, M. Al-Tuwaijri souligne les commentaires positifs que le Royaume a également reçus.

« Plus de 135 commentaires ont été adressés à la délégation saoudienne à Genève en janvier dernier. Et ce qui est étonnant, c'est que ces 135 commentaires ont tous été introduits par une reconnaissance de l'amélioration", a-t-elle déclaré.

« Il est évident que par rapport au rapport précédent, il y a une grande amélioration qui a été reconnue par la communauté internationale.

Elle a ajouté : « Oui, malheureusement, il y a des préjugés, non seulement contre le Royaume d'Arabie saoudite, mais en général contre les personnes de cette région. Mais nous essayons d'ignorer les implications négatives de ces préjugés et de voir ce qu'il y a de bon dans ces approches, ces rapports ou ces critiques, et de voir ce que nous pouvons en tirer.

M. Al-Tuwaijri a reconnu que le changement de ces attitudes serait un processus graduel, mais qu'il serait possible d'y parvenir grâce à un engagement continu avec les amis et les détracteurs.

« L'objectif est d'amener les gens à voir par eux-mêmes ce qui se passe en Arabie saoudite », a-t-elle déclaré. « Parce que le récit n'est jamais complet, en fait, si les gens n'en sont pas témoins de leurs propres yeux. 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un Américain retrouve sa famille saoudienne après 40 ans – larmes de joie

Eid Alsoumani et sa famille ont finalement été réunis le 9 mai. Plusieurs d’entre eux rencontraient pour la première fois leur proche de 42 ans. (Photo fournie)
Eid Alsoumani et sa famille ont finalement été réunis le 9 mai. Plusieurs d’entre eux rencontraient pour la première fois leur proche de 42 ans. (Photo fournie)
Short Url
  • Eid Alsoumani, aujourd’hui âgé de 42 ans, avait deux ans au moment des faits
  • La mère américaine de son frère aîné a rompu les liens avec la famille pour des raisons qui n’ont pas été révélées au public

DJEDDAH: Quatre décennies de recherches ont finalement conduit à d’émouvantes retrouvailles entre un citoyen américain et sa famille saoudienne, mettant fin à une période douloureuse d’attente qui semblait vouée à l’échec.

Eid Alsoumani, aujourd’hui âgé de 42 ans, avait deux ans au moment des faits. La mère américaine de son frère aîné a rompu les liens avec la famille pour des raisons qui n’ont pas été révélées au public.

Elle avait rencontré Saoud Alsoumani alors qu’il était étudiant aux États-Unis. Ils se sont mariés et ont eu deux fils.

Eid Alsoumani et sa famille ont finalement été réunis le 9 mai. Plusieurs d’entre eux rencontraient pour la première fois leur proche de 42 ans. (Photo fournie)
Eid Alsoumani et sa famille ont finalement été réunis le 9 mai. Plusieurs d’entre eux rencontraient pour la première fois leur proche de 42 ans. (Photo fournie)

Après son retour en Alabama avec les garçons, la mère de Eid a coupé toute communication entre leur père – qui est retourné en Arabie saoudite – et eux.

«Pendant cette période, qui a duré 40 ans, les membres de la famille cherchaient leurs proches par l’intermédiaire de l’ambassade américaine. Ils ont essayé de rechercher la famille à plusieurs reprises, mais aucune piste ne leur a été a bénéfique», déclare Bander Alsoumani, le cousin de Eid.


Le prince héritier d’Arabie saoudite rencontre Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane (à gauche), a rencontré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan. (Agence de presse saoudienne/AFP)
Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane (à gauche), a rencontré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan. (Agence de presse saoudienne/AFP)
Short Url
  • Au cours de la réunion, les deux dirigeants ont passé en revue les relations stratégiques entre les deux pays et les moyens de les renforcer dans divers domaines
  • La SPA soutient que les efforts visant à trouver une solution crédible à la question palestinienne ont également été abordés

DHAHRAN: Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, a rencontré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison-Blanche, Jake Sullivan, dans la ville orientale de Dhahran, rapporte dimanche l’Agence de presse saoudienne (SPA).

Au cours de la réunion, les deux dirigeants ont passé en revue les relations stratégiques entre les deux pays et les moyens de les renforcer dans divers domaines, indique la SPA.

L’agence soutient que les efforts visant à trouver une solution crédible à la question palestinienne, y compris un cessez-le-feu durable et l’entrée sans entrave de l’aide humanitaire à Gaza, en vue d’une «solution à deux États qui réponde aux aspirations et aux droits légitimes du peuple palestinien», ont également été abordés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com