Guerre au Soudan: l'arrêt d'un oléoduc menace d'ébranler le fragile Soudan du Sud

Des combattants du Mouvement de libération du Soudan, un groupe rebelle soudanais actif dans l'État du Darfour, qui soutient le chef de l'armée Abdel Fattah al-Burhan, assistent à une cérémonie de remise de diplômes dans l'État de Gedaref, dans le sud-est du pays, le 28 mars 2024. (AFP).
Des combattants du Mouvement de libération du Soudan, un groupe rebelle soudanais actif dans l'État du Darfour, qui soutient le chef de l'armée Abdel Fattah al-Burhan, assistent à une cérémonie de remise de diplômes dans l'État de Gedaref, dans le sud-est du pays, le 28 mars 2024. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 29 mars 2024

Guerre au Soudan: l'arrêt d'un oléoduc menace d'ébranler le fragile Soudan du Sud

  • L'arrêt d'un oléoduc stratégique dans le Soudan en guerre menace de déstabiliser son voisin sud-soudanais, privé de revenus pétroliers cruciaux pour la gestion du pays
  • La nouvelle a filtré avec la révélation d'un courrier daté du 16 mars adressé par le ministre soudanais de l'Energie et du Pétrole à ses partenaires chinois et malaisien

JUBA: L'arrêt d'un oléoduc stratégique dans le Soudan en guerre menace de déstabiliser son voisin sud-soudanais, privé de revenus pétroliers cruciaux pour la gestion du pays, l'un des plus pauvres au monde en proie à l'instabilité et aux violences politico-ethniques chroniques, estiment des experts.

La nouvelle a filtré avec la révélation d'un courrier daté du 16 mars adressé par le ministre soudanais de l'Energie et du Pétrole à ses partenaires chinois et malaisien, annonçant qu'"une rupture majeure" avait été constatée dans l'oléoduc transportant du pétrole brut depuis le Soudan du Sud jusqu'à la ville soudanaise de Port-Soudan.

Cette "rupture", qui remonte à février, a eu lieu dans une "zone d'opérations militaires" du conflit qui oppose depuis le 15 avril 2023 l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane aux Forces de soutien rapide (FSR, paramilitaires) du général Mohammed Hamdane Daglo, précise la lettre consultée par l'AFP.

"La résolution de ces problèmes est compliquée par les conditions de guerre actuelles" et "en tant que tel, le gouvernement du Soudan déclare un cas de force majeure qui nous empêche de remplir notre obligation de livrer du pétrole brut dans et via" l'oléoduc, concluait le ministre.

La "force majeure" consiste en une circonstance exceptionnelle, étrangère à la personne touchée, qui l'empêche d'honorer un contrat.

Le gouvernement sud-soudanais est jusqu'à présent resté silencieux sur cet épisode, qui vient pourtant ébranler le fragile équilibre du pays.

Le secteur pétrolier contribue à 90% de ses revenus et représente quasiment l'intégralité de ses exportations, selon la Banque mondiale.

« Crise économique imminente »

Mardi, le député Boutros Magaya, chef de la sous-commission parlementaire sur le pétrole, a sonné l'alarme.

"Nous sommes confrontés à une crise économique imminente à la suite de la récente déclaration de force majeure et l'arrêt de l'oléoduc par le gouvernement soudanais", a-t-il alerté dans un communiqué, faisant état d'informations indiquant que "cette fermeture pourrait s'étendre sur une période d'un an".

"Avec la perte de la majorité de notre revenu national, nous sommes confrontés à la sombre perspective d'un désastre humanitaire, d'une instabilité politique et de troubles de la sécurité dans notre État déjà fragile", ajoute-t-il.

Selon M. Magaya, la perte pourrait s'élever à au moins 100 millions de dollars par mois (92 millions d'euros).

"Cela entraînera d'importantes pertes de revenus, une augmentation des prix du marché, des pénuries de carburant, des pannes d'électricité prolongées, des perturbations dans les transports et d'autres services essentiels vitaux pour le bien-être de nos citoyens", insiste-t-il.

Cela pourrait également mener à une dépréciation de la monnaie, la livre sud-soudanaise, souligne le directeur du département d'économie de l'Université de Juba, Akol Maduok: "La situation va s'aggraver dans les deux ou trois prochains mois parce que la banque centrale pourrait manquer de réserves de change et ne pas être en mesure d'approvisionner le marché en devises fortes".

Cet épisode est une nouvelle conséquence du conflit chez le voisin soudanais, qui a fait des milliers de morts et contraint huit millions de personnes à fuir depuis un an.

Plus de 500.000 d'entre eux ont trouvé refuge au Soudan du Sud, venant aggraver une situation humanitaire déjà dramatique.

Environ 9 millions de personnes ont besoin d'assistance dans le pays, selon l'agence humanitaire de l'ONU.

Elections menacées 

Plus largement, c'est la stabilité du pays qui est menacée, prévient Boboya James Edimond, directeur exécutif de l'Institut pour la politique et la recherche sociale (ISPR), centre de réflexion basé à Juba, la capitale sud-soudanaise.

"Le gouvernement n'a pas été en mesure de payer les salaires des fonctionnaires depuis près de neuf mois quand le pétrole circulait", souligne-t-il, évoquant un scénario alarmiste: "Si le pétrole ne circule pas, il y aura un effondrement du gouvernement qui pourrait amener les citoyens à manifester et les militaires (qui n'ont pas non plus été payés depuis des mois, ndlr) sont susceptibles de les rejoindre".

La manne pétrolière est aussi très largement détournée à des fins politiques et d'enrichissement dans ce pays classé parmi les plus touchés par la corruption par l'ONG Transparency International (177e sur 180).

Alors que le pays doit tenir en décembre des élections déjà repoussées à plusieurs reprises, l'absence de ressources pour les organiser rend "très probable" l'hypothèse d'un nouveau report, estime Andrew Smith, analyste pour l'Afrique au cabinet de conseil en évaluation des risques Verisk Maplecroft.

"Tous les fonds qu'il (le gouvernement) recevra pour combler le déficit des revenus pétroliers seront désormais probablement destinés à apaiser l'élite politique, et non aux préparatifs électoraux qui manquaient déjà de ressources", estime-t-il.


L'Arabie saoudite et le Brésil envisagent de renforcer leurs liens économiques grâce à des projets communs

Bandar Alkhorayef, ministre saoudien de l'industrie et des ressources minérales, s'est entretenu avec de hauts responsables brésiliens à São Paulo, au Brésil. SPA
Bandar Alkhorayef, ministre saoudien de l'industrie et des ressources minérales, s'est entretenu avec de hauts responsables brésiliens à São Paulo, au Brésil. SPA
Short Url
  • l'Arabie saoudite était prête pour une croissance transformatrice, en tirant parti de ses riches ressources, de sa main-d'œuvre qualifiée et de ses opportunités d'investissement attrayantes a déclaré le ministre.
  • Les exportations non pétrolières de l'Arabie saoudite vers le Brésil ont connu une croissance robuste, augmentant de 5,65 % par an de 2018 à 2023.

RIYADH : À la Suite de réunions de haut niveau, les relations commerciales entre l'Arabie saoudite et le Brésil ont été saluées pour leur « développement remarquable ».

Les efforts de l'Arabie saoudite pour renforcer les liens économiques ont été soulignés à Sao Paulo, au Brésil, où le ministre saoudien de l'industrie et des ressources minérales, Bandar Alkhorayef, s'est entretenu avec le vice-président et ministre brésilien du développement, de l'industrie, du commerce et des services, Geraldo Alckmin.

Selon un communiqué du ministère, les discussions ont porté sur les opportunités qualitatives dans le secteur minier et sur les incitations offertes par l'Arabie saoudite pour faciliter les opérations commerciales dans l'environnement d'investissement industriel. Les deux parties ont salué l'évolution positive des relations économiques et commerciales, qui ont donné lieu à d'importants projets conjoints dans les secteurs industriel et minier.

Les exportations non pétrolières de l'Arabie saoudite vers le Brésil ont connu une croissance robuste, augmentant de 5,65 % par an de 2018 à 2023. Pour la seule année 2023, les importations du Royaume en provenance du Brésil s'élèvent à 13 milliards de SR (3,47 milliards de dollars), tandis que les exportations vers le Brésil dépassent les 3 milliards de SR.

La visite de M. Alkhorayef s'inscrit dans le cadre d'une tournée officielle plus large qui comprend des étapes au Brésil et au Chili du 22 au 30 juillet. Au cours de ce voyage, il a participé à une table ronde organisée par la Fédération des industries de Sao Paulo, où il a invité les entreprises brésiliennes à investir dans le secteur minier en plein essor de l'Arabie saoudite, en soulignant son important potentiel de croissance.

Conformément à la Vision 2030 de l'Arabie saoudite, qui vise à transformer son secteur minier en améliorant la transparence des licences, en promouvant les industries nationales et en développant le contenu local et les possibilités d'emploi, M. Alkhorayef a souligné l'importance mondiale de la production minérale, qui nécessite un leadership et une coopération au niveau international.

« Le Royaume a reconnu que les défis de la production minérale mondiale nécessitaient un leadership collectif. Notre stratégie de progrès réel est fondée sur la collaboration et, tout en maintenant nos objectifs ambitieux, nous nous concentrons sur la création de partenariats solides dans le monde entier », a déclaré le ministre.

Il a en outre souligné que l'Arabie saoudite était prête pour une croissance transformatrice, en tirant parti de ses riches ressources, de sa main-d'œuvre qualifiée et de ses opportunités d'investissement attrayantes.

« La production minière transcende la valeur économique ; elle incarne le potentiel de notre pays et de notre peuple. Avec ses riches ressources, sa main-d'œuvre qualifiée et ses opportunités d'investissement exceptionnelles, le Royaume est prêt pour une croissance transformatrice », a-t-il ajouté.

Parallèlement aux efforts déployés pour renforcer ses capacités pharmaceutiques, l'Arabie saoudite a étudié les possibilités de localiser les vaccins et les produits pharmaceutiques, en tirant parti de l'expertise du Brésil. Les discussions avec les investisseurs brésiliens ont mis en évidence le potentiel de collaboration dans le cadre de la stratégie industrielle nationale de l'Arabie saoudite, en particulier dans les domaines des produits pharmaceutiques, de la sécurité sanitaire et de la création de capacités industrielles spécialisées pour répondre aux besoins médicaux de manière indépendante.

Au cours de sa visite, M. Alkhorayef s'est rendu à l'Institut Butantan, un centre de recherche biotechnologique de premier plan, pour discuter de la coopération dans la localisation de la production de vaccins et de produits pharmaceutiques. Les réunions avec les investisseurs brésiliens ont souligné la volonté du Brésil de collaborer dans divers secteurs industriels, notamment les produits pharmaceutiques et les vaccins, afin de renforcer les chaînes d'approvisionnement, d'échanger des technologies et de favoriser l'innovation au service du développement durable.

L'engagement de l'Arabie saoudite à attirer l'intérêt mondial pour les soins de santé a été réaffirmé par l'annonce faite par M. Alkhorayef en juin 2022 d'opportunités d'investissement d'une valeur de plus de 11 milliards de SR, visant à localiser 80 à 90 % de la production d'insuline. Cette initiative souligne l'ambition de l'Arabie saoudite de devenir une plaque tournante régionale pour la fabrication de produits pharmaceutiques.

Les discussions menées au cours de la visite ont également permis d'explorer les possibilités d'accroître les exportations non pétrolières et de favoriser les opportunités d'investissement conjoint, ce qui témoigne de l'approfondissement des relations économiques et commerciales entre l'Arabie saoudite et le Brésil.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères participe à une réunion sur les efforts de paix au Soudan

Au cours de la réunion tenue à Djibouti, Al-Khuraiji a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise. (SPA)
Au cours de la réunion tenue à Djibouti, Al-Khuraiji a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise. (SPA)
Short Url
  • Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, a participé mercredi à la deuxième réunion consultative des initiatives et efforts de paix au Soudan, a indiqué l'Agence de presse saoudienne
  • Al-Khuraiji a indiqué que les États-Unis et le Royaume ont facilité les pourparlers entre les parties soudanaises à Djeddah, qui ont abouti à la signature de la déclaration de Djeddah visant à protéger les civils au Soudan

RIYAD : Le vice-ministre saoudien des Affaires étrangères, Waleed Al-Khuraiji, a participé mercredi à la deuxième réunion consultative des initiatives et efforts de paix au Soudan, a indiqué l'Agence de presse saoudienne.

Au cours de la réunion qui s'est tenue à Djibouti, il a réitéré les efforts continus du Royaume pour résoudre la crise soudanaise, ainsi que son accueil et son ouverture aux efforts et initiatives internationaux visant à instaurer la paix au Soudan.

Al-Khuraiji a indiqué que les États-Unis et le Royaume ont facilité les pourparlers entre les parties soudanaises à Djeddah, qui ont abouti à la signature de la déclaration de Djeddah visant à protéger les civils au Soudan.

Il a exprimé la volonté de l'Arabie saoudite de rétablir la sécurité et la stabilité au Soudan et a incité les parties soudanaises à donner la priorité à la sagesse et à la retenue, à faire preuve de flexibilité et à répondre aux initiatives positives et humanitaires.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Des diplomates au Liban évaluent l'ampleur des dégâts dans le sud du pays

De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
De la fumée s'échappe d'un site visé par des tirs israéliens dans le village frontalier de Tayr Harfa, au sud du Liban, le 24 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Une roquette tirée depuis le sud du Liban est interceptée par le système de défense aérienne israélien Iron Dome au-dessus de la région de la Haute Galilée, dans le nord d'Israël, le 23 juillet 2024. (AFP)
Short Url
  • La commission des affaires étrangères a rencontré les ambassadeurs de l'UE, de la Suisse, de la Norvège, de la Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours sur le Sud-Liban.
  • Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David.

BEYROUTH : Le chef de la commission des affaires étrangères du Parlement libanais, le député Fadi Alama, a révélé que "le nombre d'attaques contre le Sud-Liban a dépassé 5 736 jusqu'au 15 juillet, faisant 538 martyrs et 1 850 blessés".

La commission des affaires étrangères a rencontré mercredi plusieurs ambassadeurs de l'Union européenne, de Suisse, de Norvège, de Grande-Bretagne et du Canada pour leur présenter les résultats des attaques israéliennes en cours contre le Sud-Liban, dans le cadre des préparatifs pour "le travail du gouvernement dans la phase postérieure au cessez-le-feu".

Le député Alama a déclaré que "les représentants des missions diplomatiques et des organisations internationales ont été surpris lorsque nous avons parlé de 1 800 hectares brûlés intentionnellement par l'ennemi israélien. Ils ont également été surpris par le nombre d'écoles qui ont été ciblées et le nombre d'étudiants qui n'ont pas pu terminer leurs études et qui ont déménagé dans d'autres endroits. En outre, elles ont été informées des 28 000 nouvelles familles qui ont été déplacées des zones ciblées chaque jour".

Le parlementaire a déclaré qu'il était urgent que le gouvernement élabore un plan et une feuille de route dans les plus brefs délais.

Le député Wael Abu Faour, membre de la commission parlementaire des affaires étrangères, a déclaré que "les pertes humaines, sanitaires, urbaines, agricoles et environnementales résultant des attaques israéliennes sont devenues énormes. Les premières estimations des institutions libanaises font état d'un coût d'environ deux milliards de dollars à ce jour, en plus d'autres dommages et pertes".

M. Abu Faour a ajouté : "Il s'agit d'un nouveau défi pour le Liban : "Il s'agit d'un nouveau défi pour l'État libanais qui doit être relevé dans le cadre des relations arabes et internationales du Liban. L'État est en faillite et incapable d'assumer de telles responsabilités, mais en même temps, il ne peut pas abandonner ses responsabilités envers ses citoyens, quelles que soient les considérations politiques locales controversées concernant la faisabilité de la guerre ou ses justifications parmi certaines parties."

Les hostilités entre le Hezbollah et l'armée israélienne se sont poursuivies mercredi. Selon les médias israéliens, "43 colonies ont été évacuées dans le nord, (et) plus de 1 500 bâtiments, voitures et infrastructures ont été endommagés dans le nord. En outre, six zones industrielles ont été touchées et des centaines d'entreprises ont été contraintes de fermer leurs portes en raison des frappes du Hezbollah".

Israël a pris pour cible les villes de Kafr Shuba, Tayr Harfa et Hula mercredi avec des frappes aériennes et des tirs d'artillerie. Un raid a également visé une maison dans la ville de Kfar Hammam, entraînant sa destruction. Ce petit village est situé dans le district de Hasbaya, à l'est du gouvernorat de Nabatieh.

Le Hezbollah a publié une nouvelle vidéo enregistrée par le drone Hudhud en Israël, montrant des images de l'intérieur de la base aérienne de Ramat David, située à environ 50 km de la frontière libanaise.

Selon le Hezbollah, "les images ont été filmées mardi à l'aide d'un drone".

La nouvelle vidéo de huit minutes publiée par le Hezbollah montre plusieurs zones sensibles de la base, notamment des réservoirs de carburant pour avions, le quartier général de l'escadron 109, une plateforme de défense antimissile Iron Dome et des dépôts de munitions. Il révèle également l'emplacement des quartiers généraux de l'escadron 157 et de l'escadron 105. Le Hezbollah a inclus une image du bureau du commandant de la base, révélant des détails complexes de l'installation.

Ce n'est pas la première fois que le Hezbollah utilise de telles tactiques. Auparavant, le groupe avait diffusé des images aériennes d'installations critiques capturées par des drones similaires à Haïfa et sur le plateau du Golan.

Les médias israéliens ont réagi vivement, l'un d'entre eux déclarant : "Plus de huit minutes de vidéo du Hezbollah exposant notre vulnérabilité, c'est une honte".

L'armée israélienne a toutefois minimisé l'incident, affirmant que les images avaient été capturées par un drone conçu uniquement pour la photographie et qu'elles n'avaient pas affecté les opérations de la base.

Une source du Hezbollah a établi un lien entre la diffusion de la vidéo et la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Washington.

Dans ce contexte, l'armée israélienne a annoncé mercredi que sa "brigade de réserve a terminé un exercice simulant des scénarios de guerre au Liban".

Le ministre israélien de la sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a exprimé son soutien à une guerre globale contre le Hezbollah, déclarant : "Le plus tôt sera le mieux : "Le plus tôt sera le mieux".

Toutefois, l'ambassadrice d'Israël en Russie, Simona Halperin, a maintenu que si Tel-Aviv était prêt à une confrontation militaire avec le Liban, il préférait toujours une solution diplomatique.

Elle a souligné qu'Israël n'était pas intéressé par une guerre à grande échelle. "Nous ne pouvons pas écarter un scénario dans lequel Israël pourrait être contraint de s'engager dans une guerre de grande envergure sur le front nord", a-t-elle ajouté.

Parallèlement à la rhétorique guerrière d'Israël, l'ambassade du Canada au Liban a émis un nouvel avis à l'intention de ses citoyens.

Elle a appelé "les Canadiens, les résidents permanents, leurs conjoints et les enfants à leur charge à tenir compte des conseils aux voyageurs et à quitter le pays tant que des vols commerciaux sont disponibles".

L'ambassade a souligné qu'elle s'efforçait d'aider les personnes à obtenir les documents de voyage nécessaires et à garder les familles unies pendant ce processus.

Cette escalade survient alors que des milliers d'expatriés libanais ayant la double nationalité canadienne, américaine et européenne sont arrivés au Liban pour les vacances d'été.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com