A Monaco, luxe et verdure émergent de l'immense chantier Mareterra

Des mesures strictes ont été prises pour limiter l'impact sur l'environnement, avec par exemple le déplacement de 500 m2 d'herbiers de posidonie, cette plante qui sert de nurserie aux poissons, le traitement au fur et à mesure des sédiments pollués ou les aménagements des caissons pour que la vie marine puisse se les approprier. (AFP).
Des mesures strictes ont été prises pour limiter l'impact sur l'environnement, avec par exemple le déplacement de 500 m2 d'herbiers de posidonie, cette plante qui sert de nurserie aux poissons, le traitement au fur et à mesure des sédiments pollués ou les aménagements des caissons pour que la vie marine puisse se les approprier. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 24 mai 2024

A Monaco, luxe et verdure émergent de l'immense chantier Mareterra

  • L'inauguration de ce projet de plus de deux milliards d'euros est prévue en fin d'année, avec plusieurs mois d'avance sur le programme, et si quelque 2.800 personnes s'activent encore chaque jour sur le chantier
  • Monaco, richissime principauté sur la Côte d'Azur, avait déjà gagné 40 hectares sur la mer depuis les années 1950 mais ce projet lancé en 2015 n'a pas d'équivalent, même au Moyen-Orient

MONACO: C'est d'abord une énorme opération immobilière à destination d'une poignée d'ultra-riches, doublée d'une prouesse technique considérable, mais le chantier Mareterra, qui a permis à Monaco de grignoter six hectares sur la mer Méditerranée, va aussi faire émerger un quartier singulièrement vert et élégant.

L'inauguration de ce projet de plus de deux milliards d'euros est prévue en fin d'année, avec plusieurs mois d'avance sur le programme, et si quelque 2.800 personnes s'activent encore chaque jour sur le chantier, l'heure est désormais aux finitions.

Monaco, richissime principauté sur la Côte d'Azur, avait déjà gagné 40 hectares sur la mer depuis les années 1950 mais ce projet lancé en 2015 n'a pas d'équivalent, même au Moyen-Orient, compte tenu de la profondeur de la structure, qui descend jusqu'à 50 mètres et des contraintes sismiques ou environnementales.

L'ouvrage s'appuie sur 18 énormes caissons de béton délimitant une nouvelle ligne de côte. L'espace mis au sec à l'intérieur a été comblé avec du sable et consolidé par plus d'un millier de larges pieux de 45 mètres de haut, décrit la société Anse du Portier, promotrice du projet.

Des mesures strictes ont été prises pour limiter l'impact sur l'environnement, avec par exemple le déplacement de 500 m2 d'herbiers de posidonie, cette plante qui sert de nurserie aux poissons, le traitement au fur et à mesure des sédiments pollués ou les aménagements des caissons pour que la vie marine puisse se les approprier.

Le gouvernement monégasque assure avoir mené "un suivi particulièrement exigent", avec des plongeurs et des analyses régulières, pendant le chantier. L'Aspona, une association écologiste française voisine qui s'était inquiétée au début des travaux, dit aujourd'hui n'avoir constaté "aucune dégradation majeure" mais regrette "manquer d'informations fiables".

"Alors que la montée du niveau des mers va soulever la question ailleurs, on a été un vrai laboratoire", se réjouit Guy-Thomas Levy-Soussan, administrateur délégué de l'Anse du Portier. "On a montré que c'était possible de bien faire. Oui ça coûte, oui on a pris le temps, mais on a fait des efforts".

La société, qui réunit essentiellement une dizaine de familles avec des noms puissants à Monaco comme Pastor, Brianti ou Casiraghi, a pu mettre les moyens en misant sur le luxe et l'espace alors que les 39.000 habitants de la principauté sont à l'étroit sur 2 km2 escarpés entre mer et montagne.

« Gros succès commercial »

Dans un ensemble confié au cabinet Valode et Pistre Architectes, en partenariat avec, entre autres, l'architecte italien Renzo Piano, le nouveau quartier comprend cinq immeubles - pour un total de 120 appartements spacieux voire immenses - et dix villas d'exception.

Tout a été vendu: une source gouvernementale évoquait l'an dernier des prix allant jusqu'à 120.000 euros le m2, un montant que M. Levy-Soussan qualifie d'"optimiste" tout en reconnaissant "un gros succès commercial".

Au passage, le gouvernement monégasque a récupéré 576 millions d'euros de TVA entre 2020 et 2023, ainsi que des ouvrages publics fournis par les promoteurs comme une extension de 6.000 m2 de surface d'exposition pour le Grimaldi Forum, le palais des congrès voisin, ou un nouveau parking sous-terrain.

Et le nouveau quartier essentiellement piéton pourrait devenir une vraie attraction pour le public alors que la pression immobilière avait poussé ces dernières décennies à l'érection désordonnée de hautes tours pas toujours gracieuses.

Riverains et touristes pourront déambuler entre une petite colline arborée -- un millier d'arbres issus d'une pépinière toscane sont en cours de transplantation -- aux murs de pierre sèche et une large promenade en bord de mer, sur la crête des caissons de béton.

L'intérieur de l'un d'eux reste accessible: passée l'impression d'entrer dans un sarcophage, le visiteur pourra profiter d'une vue plongeante sur l'eau, où le soleil propose des jeux de lumière saisissants et où la vie marine commence à s'installer.

En guise de touches finales, les promoteurs ont ajouté une salle de méditation décorée par des artisans vietnamiens et exposeront à l'entrée du quartier un mobile d'Alexandre Calder, acheté par la Princesse Grace et récemment restauré.

"Elle illustre la recherche d'équilibre entre l'homme, l'urbanisme et la mer", explique M. Levy-Soussan.


Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972

Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Adidas présente ses excuses à Bella Hadid après les Jeux olympiques de 1972 (Fournie)
Short Url
  • Brand a abandonné le top model de la campagne de chaussures au milieu de l’indignation des groupes de pression liés à Israël.
  • Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

LONDRES : Adidas a présenté ses excuses à la top-modèle Bella Hadid après l’avoir retirée d’une campagne publicitaire qui faisait référence aux Jeux olympiques de Munich en 1972, a rapporté mercredi le Sky News.

Les groupes de pression liés à Israël ont accusé la campagne d’offenser en raison du contexte partiellement palestinien de Hadid.

Lors des jeux de 1972, 11 athlètes israéliens et un policier allemand ont été tués par le groupe Septembre noir.

Hadid envisage d’intenter une action en justice contre la décision d’Adidas de la retirer de la campagne, qui promeut le redémarrage d’une chaussure des Jeux olympiques de 1972.

La marque a déclaré sur Instagram : « Des liens continuent d’être faits avec la terrible tragédie qui s’est produite aux Jeux olympiques de Munich en raison de notre récente campagne SL72.

« Ces liens ne sont pas voulus, et nous nous excusons pour tout bouleversement ou détresse causé aux communautés du monde entier. Nous avons commis une erreur involontaire.

« Nous présentons également nos excuses à nos partenaires, Bella Hadid, ASAP Nast, Jules Kounde et d’autres, pour tout impact négatif sur eux et nous sommes en train de réviser la campagne. »

Un certain nombre de groupes de pression israéliens et juifs ont ciblé l’implication d’Hadid dans la campagne publicitaire.

Le top model a longtemps été un ardent défenseur de la cause palestinienne et a critiqué la guerre d’Israël à Gaza.

Le Comité juif américain a affirmé qu’Adidas utilisait « un modèle anti-Israël véhément » pour une campagne qui « est soit une omission massive, soit intentionnellement incendiaire ».

Le PDG du mouvement de lutte contre l’antisémitisme a déclaré : « Il est tout simplement dégoûtant qu’elle lance une chaussure commémorant les Jeux olympiques alors que tant de sang juif a été versé. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


L’exposition « Hope in an Age of Dystopia » représente comment « le monde semble s’effondrer »

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Short Url
  • Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août
  • Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

DUBAÏ : La dernière exposition de la Fondation Dalloul, intitulée « Hope in an Age of Dystopia », présente 66 œuvres de créateurs du monde arabe et d’ailleurs.

Avec des œuvres d’artistes comme Hady Sy et Selim Mawad du Liban, et le Palestinien Amer Shomali, l’événement se déroule à Beyrouth jusqu’au 15 août. Il met également en valeur le travail deLa créatrice canadienne Johanne Allard.

La directrice de la Dalloul Art Foundation, Wafa Roz, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer ».

Elle a dit : «Les dernières années ont été particulièrement difficiles. Cependant, malgré tout cela, il reste un sentiment d’espoir déconcertant — que même avec tous ces événements terribles et les différences de pouvoir qui semblent inévitables, nous sommes capables de résister et de trouver différentes façons d’aller de l’avant. »

Roz a ajouté que les œuvres artistiques ont partagé un aperçu de la façon dont les structures du pouvoir mondial affectaient les réalités quotidiennes des gens et façonnait leurs besoins, leurs désirs et leurs sentiments.

« Les questions sociales présentées dans l’exposition sont à la fois globales et locales ... Chaque œuvre représente une partie du récit en cours des systèmes de contrôle globaux », a-t-elle déclaré.

Le travail d’Allard de la série « A Feast In The Ruins » s’inscrit parfaitement dans le thème.

Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)
Wafa Roz, directrice de la Dalloul Art Foundation, a déclaré à Arab News que l’émission avait capturé comment « le monde semble s’effondrer » (fournie)

« Chaque pièce de cette série utilise des broderies sur des sculptures métalliques de papillons de nuit pour symboliser la destruction et l’érosion des tissus culturels et sociétaux causés par la guerre et l’impérialisme au Levant et dans la région MENA régions,» explique l’artiste.

Allard a déclaré que son travail servait à la fois de mémoire du passé et de critique des problèmes systémiques en cours, tout en incluant également des éléments d’espoir et de résilience.

« En fin de compte, l’espoir à l’ère de la dystopie consiste à reconnaître les défis de notre époque sans céder au désespoir. Elle nous inspire à affronter des vérités difficiles, à repenser les possibilités et à contribuer activement au changement, là où l’espoir prévaut sur les incertitudes », a-t-elle ajouté.

Roz a également parlé de la façon dont les tendances dans le monde de l’art ont constamment évolué.

« Nous voyons de plus en plus d’œuvres conceptuelles qui s’éloignent des représentations directes, probablement parce qu’elles reflètent la complexité des thèmes et des concepts que les artistes explorent », a-t-elle déclaré.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 

 


La culture des chameaux prend vie à Jeddah

Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Le ministère de la Culture donne vie à l’Année du Chameau à Djedda, en 2024, avec un pavillon dédié. (SPA)
Short Url
  • Le pavillon spécial met en lumière l’importance économique et culturelle des chameaux dans la société saoudienne.
  • Des murales lumineuses et des écrans tactiles interactifs invitent les visiteurs à plonger dans l’histoire.

DJEDDAH : Le ministère de la Culture fait vivre l’année du chameau à Djeddah, en 2024, avec un pavillon dédié qui offre aux visiteurs une expérience immersive de ces animaux emblématiques.

Des sculptures grandeur nature de chameaux aux expositions interactives, le pavillon de la promenade urbaine, l’une des zones saisonnières de Jeddah, met en valeur l’importance durable du chameau dans la société, l’Agence de presse saoudienne a rapporté.

Grâce à des murales lumineuses et à des écrans tactiles interactifs, les visiteurs sont invités à plonger dans l’histoire et à comprendre pourquoi 2024 a été désignée « L’année du chameau ».

Ces écrans offrent des informations sur les objectifs qui sous-tendent l’hommage aux chameaux et sont fournis en arabe et en anglais pour permettre à un public mondial d’y accéder.

Le pavillon présente des inscriptions historiques dédiées à l’animal, et le vaste vocabulaire lié aux chameaux en langue arabe, a déclaré la SPA.

L’un des points forts du pavillon est l’audio de sons de chameaux, chacun avec son propre nom. Ces animaux ont une signification particulière dans la vie quotidienne de ceux qui ont longtemps chéri la compagnie de ces animaux remarquables.

Les expositions mettent en valeur l’importance économique des chameaux, leur rôle dans la sécurité alimentaire et les capacités uniques qui ont cimenté leur place dans la culture saoudienne.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com