Liban 2021: tous les défis du monde

Des subventions aujourd’hui menacées, alors que les réserves en devises étrangères de la Banque centrale du pays s’amenuisent. La seule issue serait une aide du FMI en 2021, le Liban étant incapable de s’endetter davantage après avoir annoncé le premier défaut de paiement de son histoire; mais cette aide ne serait accordée qu’après la réalisation de réformes (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 11 janvier 2021

Liban 2021: tous les défis du monde

  • «Nous pouvons comparer le Liban à une personne atteinte d’un cancer, et nous connaissons les remèdes disponibles et nécessaires pour éviter toute détérioration. Pourquoi attendre?», s’interroge Dan Azzi
  • Les meurtres, les vols et les départs d’expatriés devraient augmenter en 2021, affirme Al-Douwaliya Lel Maaloumat

Encore marqué par les images atroces de la double explosion du port de Beyrouth, le Liban tourne difficilement la page de l’année 2020, sur fond de crise politique et économique sans précédent et de crise sanitaire aiguë. Si cette dernière devrait s’alléger dans le courant de la nouvelle année, avec la promesse du ministre libanais sortant de la Santé de commencer la campagne de vaccination contre le coronavirus au mois de février, rien ne présage une amélioration de la situation politique et économique dans les mois à venir.

Après une dizaine de réunions entre le président libanais, Michel Aoun, et le Premier ministre désigné, Saad Hariri, la formation du nouveau gouvernement se fait toujours attendre et le statu quo promet de s’éterniser tant que la relation personnelle entre les deux hommes reste aussi tendue. Pourrait-on, alors, espérer une éclaircie sur le plan économique et social? Les experts s’accordent à dire qu’une solution politique est indispensable pour entrevoir un progrès.

Pour Dan Azzi, expert économique et ex-PDG de la Standard Chartered Bank, l’année 2021 verra «plus de ce qu’on a vu en 2020». «Les données sont inchangées», explique-t-il à Arab News en français. «La question est: Allons-nous faire quelque chose ou continuer à procrastiner? Nous pouvons comparer le Liban à une personne atteinte d’un cancer. Nous connaissons les remèdes disponibles et nécessaires pour éviter toute détérioration. Pourquoi attendre?»

Une société d’inégalités

«La solution est de procéder à une répartition juste des pertes, ce qui serait le cas si le FMI [Fonds monétaire international] intervenait. Sinon, les pertes seront réparties en 2021 sur l’ensemble de la population libanaise, au lieu de faire supporter aux plus nantis le prix de ce déficit», confie Dan Azzi. «C’est ce qui se passe actuellement: on autorise les retraits des dépôts en dollars au taux de 3 900 libres libanaises [soit 2,11 euros] pour 1 dollar, en imprimant continuellement de l’argent en livres libanaises. Les Libanais s’imposent ainsi un haircut (ponction sur les dépôts), alors que le taux de la livre libanaise sur le marché parallèle a dépassé les 8 000 livres [soit 4,33 euros] pour 1 dollar», indique Dan Azzi. Tandis que le pays du Cèdre fait face à une grave crise de liquidités qui provoque une dépréciation de la monnaie nationale, les banques ont dû, en effet, interdire le retrait des billets verts; cela alors que l’écart se creuse entre les dépôts en dollars et les avoirs extérieurs des banques libanaises en devises étrangères.

«Il est possible que ce soit planifié pour protéger les plus riches, proches de l’élite politique, mais cela va causer une augmentation de l’hyperinflation quand tout cet argent sera utilisé pour la consommation», affirme Dan Azzi. S’il estime peu probable de ramener le taux de retrait dans les banques au taux officiel de 1 515 livres (0,81 euro) pour 1 dollar, les mois prochains pourraient toutefois voir apparaître «un plafond pour les retraits en livres», afin de freiner l’inflation galopante dans une économie largement basée sur les importations.

Sur ce même plan, l’expert économique se désole que cette répartition des pertes se fasse de manière «injuste», alors que les inégalités creusent la société libanaise. «Même avant la crise, 6 000 personnes, soit 0,2% de la population, détenaient 52% des dépôts, et 60% des Libanais touchaient moins de 1 000 dollars par mois», déplore M. Azzi, qui confie également que «certains Libanais fortunés et pistonnés arrivent à obtenir clandestinement de leurs banques le transfert de leurs dépôts vers des comptes à l’extérieur du Liban. C’est un moyen pour la classe au pouvoir de garder sa mainmise sur la population, maintenant qu’elle ne peut plus utiliser la fonction publique, déjà saturée.»

En 2021, Dan Azzi estime qu’il est peu probable que le Liban suscite des investissements étrangers, ou que le secteur bancaire attire de nouveaux dépôts en dollars. «Qui est ce Libanais intelligent qui a déposé son argent en dehors du pays, qui l’a échappé belle une première fois, et qui changerait d’avis aujourd’hui?» Ne voulant cependant pas être trop pessimiste pour la nouvelle année, l’expert estime que la répartition injuste des pertes «pourrait aboutir à ce que le problème des dépôts se règle seul».

«Tant que les Libanais continuent de retirer leurs dépôts en livres, l’écart entre les avoirs de banques et les dépôts disparaîtra. En 2020, les dépôts en dollars sont passés de 180 milliards à 140 milliards de dollars [de 147 à 114 milliards d’euros]. Avec la dévaluation de la livre, même la dette publique pourrait être drastiquement réduite et restructurée. Si nos responsables se réveillent, nous pouvons sortir de la crise en quelques mois. Sinon, c’est une décennie perdue», prévient Dan Azzi.

Meurtres, dépression et émigration

Des affirmations reprises par Mohammed Chamseddine, chercheur au centre Al-Douwaliya Lel Maaloumat, qui assure que le Liban connaîtra de beaux jours en 2021 car, explique-t-il, «c’est un petit pays qui peut dégringoler vite mais se relever tout aussi rapidement». Le problème, de son point de vue également, est d’abord politique. «Tous les indicateurs de 2020 étaient négatifs. En l’absence d’une solution politique avec la formation d’un gouvernement, une nouvelle loi électorale et des réconciliations, rien ne changera. En cas de consensus politique, les indicateurs deviendront positifs.»

Selon ses chiffres, en 2020, les meurtres commis au Liban ont augmenté de 95% par rapport à 2019, les vols de 58% et les vols de voitures de 117%, ce qui reflète la situation économique détériorée, et cette tendance devrait se poursuivre en 2021. Mohammed Chamseddine s’attend aussi à voir grimper les chiffres de l’émigration, pourtant inferieurs en 2020 à ceux de 2019. «66 000 Libanais ont quitté le pays en 2019, mais moins de 25 000 l’ont fait en 2020. Non pas parce que les Libanais voulaient rester chez eux, mais à cause de la fermeture de l’Europe, de la détérioration de la livre et du gel des dépôts bancaires», confie-t-il.

Selon le rapport Gallup Global Emotions 2020, le peuple libanais faisait partie en 2020 des vingt populations les plus stressées et les plus tristes du monde, alors que la consommation d’antidépresseurs a augmenté de 20% en 2020, selon le syndicat des pharmaciens.

Une pauvreté rampante?

«Tant que la cherté de la vie et le chômage augmentent, la pauvreté continuera de ramper», prédit Chamseddine. Mais, si les organismes onusiens notent une augmentation de la pauvreté de 30% au Liban en 2020, le chercheur estime que ce chiffre n’est pas exact. «La pauvreté a effectivement atteint 55%, mais cette tendance à la paupérisation avec une réduction de la classe moyenne avait commencé en 2010, affirme-t-il. À l’époque, la classe moyenne constituait 70% de la population libanaise, la classe privilégiée 5% et la classe défavorisée 25%, dont 10% vivant sous le seuil de la pauvreté. Aujourd’hui, seuls 40% des Libanais font partie de la classe moyenne contre 55 % qui appartiennent à la classe défavorisée, dont 25% vivent en-dessous du seuil de pauvreté. Ces Libanais vivent généralement loin des grandes villes. On ne les aperçoit donc pas tous les jours dans les supermarchés et ils vivent dans des conditions précaires.»

«Le FMI et d’autres organismes exagèrent», estime lui aussi Dan Azzi. «Ils ont leurs critères pour mesurer la pauvreté avec le chômage et l’inflation. Mais le chômage était bien de 30% avant 2020. Sans oublier les expatriés qui soutiennent leurs familles. Avant la crise, un million de Libanais émigrés injectaient 8 milliards de dollars [6,54 milliards d’euros] par an dans l’économie libanaise. À chaque famille son ange gardien. Aujourd’hui, le nombre de ces anges a augmenté, car même ceux qui ont des salaires modestes peuvent aider leurs familles en envoyant de petites sommes en dollars, qui peuvent faire la différence dans la vie quotidienne d’un Libanais. Cela explique que le Liban ne soit pas devenu un Venezuela, et je doute que ce soit le cas en 2021.»

Selon le FMI, le PIB du Liban devrait se contracter de 25% en 2021. «Le niveau de vie de la classe moyenne ou des riches s’est dégradé, relève encore M. Azzi. Par exemple, ceux qui voyageaient plusieurs fois par an ne voyagent plus, et dépensent cet argent pour se procurer des biens qui ont connu une flambée des prix, dans les supermarchés par exemple, alors que beaucoup de biens et de services sont toujours subventionnés par l’État, comme le service téléphonique, le mazout, le carburant, l’électricité et l’eau.»

Des subventions aujourd’hui menacées, alors que les réserves en devises étrangères de la Banque centrale du pays s’amenuisent. La seule issue serait une aide du FMI en 2021, le Liban étant incapable de s’endetter davantage après avoir annoncé le premier défaut de paiement de son histoire; mais cette aide ne serait accordée qu’après la réalisation de réformes. Voici trois chantiers auxquels les politiques doivent s’atteler d’urgence: le contrôle des capitaux dont la loi n’a toujours pas été promulguée, les réformes du secteur de l’électricité – second poste de la dette publique –, et la lutte anticorruption. Selon l’Institut de la finance internationale, si les réformes ne sont pas menées, le taux de change pourrait grimper à 30 000 livres (soit 16,16 euros) à la fin de l’année 2024.


Le Gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé va poursuivre Bloomberg en justice

La semaine dernière, Bloomberg a publié des informations selon lesquelles l'administration Biden envisageait des sanctions contre le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé. Le département d'État américain le nie. (Fichier / AFP)
Short Url
  • Bloomberg a publié un article affirmant que les États-Unis envisageaient de sanctionner Riad Salamé, une décision que le département d'État américain nie
  • «Nous avons vu des rapports sur d'éventuelles sanctions contre Riad Salameh. Ils sont faux», a déclaré un porte-parole du département d'État à Arab News

LONDRES: Le gouverneur de la Banque centrale libanaise, Riad Salamé, a annoncé vendredi qu'il allait intenter une action en justice contre le média économique Bloomberg après la publication par ce dernier d’un article affirmant que les États-Unis envisageaient de le sanctionner, une décision que le département d'État américain nie.

«Nous avons vu des rapports sur d'éventuelles sanctions contre Riad Salameh. Ils sont faux», a déclaré un porte-parole du département d'État à Arab News.

La semaine dernière, Bloomberg a publié des informations selon lesquelles l'administration Biden envisageait des sanctions contre le gouverneur de la banque centrale, une affirmation que Salemeh et le département d'État américain nient.

Une enquête sur un éventuel blanchiment d'argent et détournement de fonds a été ouverte par les autorités suisses.

Salamé, son frère et son assistante étaient également questionnés sur des transferts de plusieurs millions de dollars hors du pays à un moment où les citoyens libanais subissaient des restrictions drastiques sur leurs retraits de leurs propres comptes bancaires.

La monnaie du pays a atteint 10 000 livres libanaises pour un dollar américain mercredi, une chute sans précédent qui a déclenché une recrudescence des manifestations jusque-là entravées par la pandémie de coronavirus.

Le Liban a été témoin de manifestations à l'échelle nationale en octobre 2019 appelant à la fin de la corruption généralisée et décriant la détérioration des conditions économiques qui ont depuis réduit plus de la moitié de la population à vivre en dessous du seuil de pauvreté.

La crise économique et financière actuelle du pays a été largement imputée à Salamé en raison de son long mandat à la gouvernance de la banque centrale à laquelle il a accédé en 1993.


La principale application de covoiturage du Moyen-Orient envisage une expansion en Arabie Saoudite

L'entrepreneur vénézuélien Vilhelm Hedberg entend augmenter la flotte de Ekar à 10 000 véhicules vers la fin de cette année (Photo, fournie).
Short Url
  • Fondée en 2016 par l'entrepreneur vénézuélien Vilhelm Hedberg, Ekar était au départ un projet pilote composé de 15 véhicules opérant pour la compagnie aérienne Etihad Airways
  • En 2020, Ekar a enregistré une croissance de 16,3 % en glissement annuel, en dépit des restrictions sur les voyages imposées par la pandémie du coronavirus

DUBAÏ: Ekar, la première et la plus importante plateforme de covoiturage du Moyen-Orient, prévoit de doubler ses effectifs en Arabie saoudite cette année, dans la mesure où la demande pour ses services dans le Royaume continue de croître.

Fondée en 2016 par l'entrepreneur vénézuélien Vilhelm Hedberg, Ekar était au départ un projet pilote composé de 15 véhicules opérant pour la compagnie aérienne Etihad Airways. Aujourd'hui, Ekar compte environ 2 000 voitures dans les EAU et en Arabie saoudite, et prévoit d'augmenter sa flotte à 10 000 véhicules vers la fin de cette année.

Par un simple clic, les clients peuvent localiser la voiture la plus proche de leur domicile et, une fois le véhicule réservé, l'application déverrouille la porte et la clé attend le client à l'intérieur. Il est possible de louer les voitures à la minute, ou sous forme d'abonnement.

« Ekar a une forte présence dans la région et dispose de bureaux à Abou Dhabi, Dubaï et Riyad. Son personnel compte 104 personnes, dont 32 à Riyad », précise Hedberg dans un entretien avec Arab News.

 « Comme notre entreprise envisage de se développer et de s'agrandir davantage au cours des prochaines années, nous prévoyons de compter plus de 200 employés d'ici décembre 2021, dont plus de 70 seront établis en Arabie Saoudite ».

Étant une société privée, Ekar ne divulgue pas ses détails financiers. Toutefois, elle affirme que son activité a enregistré une croissance de 16,3 % en glissement annuel, et ce en dépit des restrictions sur les voyages imposées par la pandémie du coronavirus.

L'année dernière, la société a lancé en novembre l'application Ekar Fleet, sur laquelle les sociétés de location de voitures peuvent télécharger leurs véhicules supplémentaires.

Selon Hedberg, le service de flotte a enregistré des résultats initiaux positifs. Il prévoit ainsi que cette activité connaitra une croissance considérable.

« Ekar se trouve à un point d'inflexion et ses revenus sont censés être multipliés par 400 en 2021 en comparaison avec l'année précédente (2020). Notre objectif principal est d'atteindre un niveau de rentabilité vers la fin de l'année 2022 », ajoute-t-il.

« Nous espérons poursuivre notre expansion, tant au niveau régional qu'international, en Asie, en Turquie et en Égypte en 2021 ».

Il affirme que l'Arabie Saoudite restera un marché incontournable. Par ailleurs, il entrevoit « un potentiel immense », avec le nouveau modèle d'abonnement qui sera lancé à Riyad au mois d'avril.

« Nous envisageons également d'étendre nos services à travers l'Arabie saoudite au cours de l'année 2021. Chaque nouvelle ville dans laquelle nous lancerons nos services bénéficiera à la fois de services de covoiturage et d'abonnement », a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Faille chez Microsoft: 30 000 organisations américaines victimes de hackers chinois

Des dizaines de milliers d'entreprises, villes et institutions locales aux Etats-Unis ont subi des attaques d'un groupe de hackers (Photo, AFP).
Short Url
  • Microsoft a averti que les hackers du groupe «Hafnium» exploitaient des failles de sécurité dans ses services de messagerie pour voler les données de ses utilisateurs professionnels
  • «Le groupe d'espionnage exploite quatre nouvelles failles dans le logiciel Exchange et a semé des outils chez des centaines de milliers d'organisations dans le monde»

SAN FRANCISCO: Des dizaines de milliers d'entreprises, villes et institutions locales aux États-Unis ont subi des attaques d'un groupe de hackers soutenus par l'Etat chinois, selon un spécialiste de la cybersécurité qui a donné des détails vendredi sur un piratage de la messagerie de Microsoft.

« Au moins 30 000 organisations (...) ont été piratées ces derniers jours par une unité chinoise de cyber espionnage inhabituellement agressive, qui se concentre sur le vol d'emails, d'après des sources multiples », a indiqué Brian Krebs sur son blog KrebsonSecurity.

Microsoft a averti mardi que les hackers du groupe baptisé « Hafnium » exploitaient des failles de sécurité dans ses services de messagerie Exchange pour voler les données de ses utilisateurs professionnels.

Cet « acteur hautement qualifié et sophistiqué », selon le géant de l'informatique, a par le passé déjà ciblé des entreprises aux Etats-Unis, notamment dans le domaine de la recherche sur les maladies infectieuses, des cabinets d'avocats, des universités, des entreprises de défense, des groupes de réflexion et des ONG.

« Le groupe d'espionnage exploite quatre nouvelles failles dans le logiciel Exchange et a semé des outils chez des centaines de milliers d'organisations dans le monde, qui donne aux attaquants un contrôle à distance total sur les systèmes infectés », a détaillé Brian Krebs.

« La menace est active », a souligné Jen Psaki, la porte-parole de la Maison Blanche, lors d'un point presse vendredi.

L'attaque « pourrait avoir un impact très étendu », a-t-elle ajouté, avant d'appeler les collectivités « qui utilisent ces serveurs à agir maintenant pour se protéger ».

Mardi le directeur de Microsoft, Tom Burt, avait déclaré que sa société avait publié des mises à jour pour corriger les failles, et exhorté les clients à les appliquer.

« Nous savons que de nombreux acteurs étatiques et des groupes criminels agiront rapidement pour tirer profit de tout système non corrigé », avait-il averti. « Appliquer rapidement les correctifs est la meilleure protection contre cette attaque. »

Selon Microsoft, Hafnium est basé en Chine mais opère par le biais de serveurs privés virtuels loués aux Etats-Unis.

L'année dernière, Pékin avait accusé Washington de diffamation à la suite d'allégations selon lesquelles des pirates informatiques chinois tentaient de voler des recherches sur le coronavirus.

En janvier, les autorités américaines avaient désigné la Russie comme le principal suspect du piratage informatique massif contre l'entreprise SolarWinds, contredisant ainsi l'ex-président Donald Trump qui avait accusé la Chine d'être à l'origine de cette intrusion dans les logiciels du gouvernement américain et de milliers d'entreprises privées.

Microsoft a déclaré mardi que les attaques Hafnium « n'étaient en aucun cas liées aux attaques distinctes liées à SolarWinds ».