Le Parlement tunisien vote le remaniement ministériel, la rue ne désemplit pas

La police tunisienne bloque l'accès du Parlement aux manifestants le 26 janvier (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 27 janvier 2021

Le Parlement tunisien vote le remaniement ministériel, la rue ne désemplit pas

  • Un millier de manifestants étaient rassemblés près du Parlement à l'appel d'une trentaine d'associations, afin de protester notamment contre la stratégie de répression policière adoptée face aux violentes protestations nocturnes
  • Plusieurs nuits durant, des jeunes s'en sont pris à la police déployée pour imposer un couvre-feu, peu après le dixième anniversaire de la révolution qui a fait chuter le 14 janvier 2011 le dictateur Ben Ali, après vingt-trois ans de pouvoir

TUNIS : Des centaines de personnes ont manifesté mardi contre la classe politique et la répression policière près du siège barricadé du Parlement à Tunis, où les députés ont validé un large remaniement du gouvernement dans un contexte de tensions politiques.

Les députés ont voté tard mardi la confiance aux onze nouveaux ministres, dont ceux de l'Intérieur, la Justice ou la Santé, en dépit des controverses sur plusieurs noms et des critiques acerbes du président de la République Kais Saied.

Le chef du gouvernement Hichem Mechichi a assuré mardi soir que son cabinet écouterait les jeunes qui protestent.

Plusieurs nuits durant, des jeunes s'en sont pris à la police déployée pour imposer un couvre-feu, peu après le dixième anniversaire de la révolution qui a fait chuter le 14 janvier 2011 le dictateur Ben Ali, après vingt-trois ans de pouvoir.

Ces nuits de heurts ont été suivies par des manifestations, pour réclamer notamment la libération des centaines de jeunes protestataires interpellés et une meilleure politique sociale.

Mardi matin, les manifestants ont tenté de déjouer un très important dispositif policier entourant l'Assemblée. Des députés ont protesté contre ce déploiement massif, appelant à davantage de dialogue.

Cette session parlementaire intervient au lendemain de troubles entre des protestataires et la police à Sbeitla, dans une région marginalisée du centre du pays, après le décès d'un jeune blessé la semaine dernière par une cartouche de gaz lacrymogène.

Mechichi a déclaré mardi devant l'Assemblée que le but du remaniement était d'obtenir une équipe «plus efficace» pour arriver à concrétiser des réformes.

Mais le président Kais Saied a vivement critiqué ce remaniement lundi soir, regrettant ne pas avoir été consulté.

Il a fustigé l'absence de femmes parmi les nouveaux ministres proposés, et accusé un des ministres choisis d'être «lié à une affaire de corruption» et trois autres d'être soupçonnés de «conflit d'intérêt», sans préciser de noms.

Alliances fragiles 

Cela augure de nouveaux tiraillements sur la composition du gouvernement, une tâche particulièrement laborieuse depuis les législatives de 2019, qui ont abouti à un Parlement divisé en une myriade de partis formant des alliances fragiles.

Après l'échec d'un premier gouvernement à obtenir l'aval des députés en janvier 2020, et la démission en juillet d'un second exécutif après quelques mois au pouvoir, l'actuel cabinet était l'objet de tractations depuis son arrivée en septembre.

Mechichi, un technocrate nommé par le président Kais Saied, avait composé une équipe comprenant de nombreux fonctionnaires ou universitaires, dont certains proches du président. 

Il avait obtenu la confiance des députés qui risquaient à défaut une dissolution de l'Assemblée, mais ceux-ci avaient réclamé des modifications a posteriori.

Mechichi a ainsi recomposé son équipe, avec l'appui du principal parti parlementaire, Ennahdha, allié au parti libéral Qalb Tounès et à la formation islamiste Karama.

Mais le président Saied, un universitaire farouchement indépendant, critique de la démocratie parlementaire et engagé dans un bras de fer avec Ennahdha, tente de se replacer au centre d'un jeu politique instable, au risque d'accentuer les animosités qui paralysent l'action politique, au moment où le pays est touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus et ses retombées sociales.

La Tunisie enregistre plus de 2 000 nouveaux cas confirmés et plus de 50 morts de la covid-19 chaque jour, et des médecins ont alerté sur les difficultés croissantes à trouver des places en réanimation.

Mais les restrictions adoptées pour lutter contre la contagion ont touché de plein fouet les plus précaires, détruisant des dizaines de milliers d'emplois et perturbant la scolarité.

 


Réouverture des cinémas, gymnases et restaurants en Arabie Saoudite

Des serveurs travaillent dans un restaurant fermé dans un centre commercial de Riyad. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Tous les événements et fêtes continueront d'être suspendus jusqu'à nouvel ordre
  • Les rassemblements sociaux restent limités à un maximum de 20 personnes

RIYAD: Les cinémas, gymnases et centres sportifs seront autorisés à rouvrir en Arabie saoudite à partir de dimanche.

Les repas à l'intérieur peuvent également reprendre dans les restaurants et les cafés ainsi que d'autres activités de loisirs, a déclaré vendredi le ministère de l'Intérieur.

Cependant, tous les événements et fêtes continueront d'être suspendus jusqu'à nouvel ordre. Cela comprend les mariages, les réunions d'entreprise, les banquets et les événements sociaux.

Les rassemblements sociaux restent limités à un maximum de 20 personnes.

Le Royaume a suspendu les activités relatives aux loisirs le 3 février pour freiner la propagation du COVID-19. La suspension a été prolongée le 14 février de 20 jours.

Le ministère a exhorté les gens à adhérer aux mesures visant à empêcher la propagation du coronavirus et a prévenu qu'il y aurait une augmentation des contrôles ponctuels pour s'assurer que tout le monde se conforme aux règles.


Barrage sur le Nil: Sissi rejette la politique de «fait accompli» de l'Ethiopie

Une photo publiée par la page Facebook officielle de la présidence égyptienne le 6 mars 2021 montre le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi (à gauche) reçu par le chef du Conseil souverain du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan, à Khartoum, la capitale du Soudan (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie mènent depuis près d'une décennie des négociations concernant la gestion et le remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil bleu
  • L'Egypte et le Soudan ont «convenu de relancer les négociations par une médiation quadripartite», a précisé M. Sissi samedi

KHARTOUM: Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a critiqué samedi l'intention de l'Ethiopie de procéder à la seconde phase de remplissage de son mégabarrage sur le Nil, lors de sa première visite au Soudan depuis l'éviction de l'ancien président Omar el-Béchir en 2019.  

« Nous rejetons la politique qui consiste à imposer un fait accompli et à étendre le contrôle sur le Nil bleu via des mesures unilatérales sans tenir compte des intérêts du Soudan et de l'Egypte », a-t-il affirmé dans une déclaration diffusée par la télévision soudanaise.  

Le président égyptien s'exprimait à l'issue d'entretiens avec le chef du Conseil souverain de transition soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhane, et avec le Premier ministre Abdallah Hamdok.  

Le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie mènent depuis près d'une décennie des négociations concernant la gestion et le remplissage du réservoir du Grand barrage de la Renaissance sur le Nil bleu.  

Le projet lancé en 2011 est destiné à devenir la plus grande installation hydroélectrique d'Afrique.  

L'Egypte, qui dépend du Nil pour environ 97% de son irrigation et de son eau potable, considère le barrage comme une menace pour son approvisionnement en eau.  

Le Soudan espère que le barrage régulera les inondations annuelles mais craint que ses propres barrages ne soient endommagés si la seconde phase du remplissage est enclenchée avant de parvenir à un accord.  

Addis Abeba, qui avait annoncé en juillet avoir atteint son objectif de remplissage du barrage pour la première année, dit vouloir poursuivre le processus de remplissage, qu'un accord soit conclu ou non. 

L'Egypte et le Soudan ont « convenu de relancer les négociations par une médiation quadripartite incluant l'Union africaine, les Nations unies, l'Union européenne et les Etats-Unis... afin de parvenir à un accord avant la saison des inondations », a précisé M. Sissi samedi.  

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi, actuellement à la tête de l'Union africaine, s'était engagé le 7 février à chercher une solution au contentieux.  

Le Nil, qui coule sur quelque 6.000 kilomètres, est une source d'approvisionnement en eau et en électricité essentielle pour une dizaine de pays d'Afrique de l'Est. 


Turquie: le ministre de la Défense à des manœuvres navales en mer Egée

Le ministre turc de la Défense nationale, Hulusi Akar, lors d'une conférence de presse au ministère à Ankara le 13 janvier 2021 (Photo, AFP)
Short Url
  • Ces manœuvres se déroulent dans un contexte de tensions gréco-turques autour de l'exploration gazière dans des zones maritimes disputées
  • La Turquie a déployé en 2020 l'Oruc Reis et une escorte de navires de guerre dans les eaux disputées

ISTANBUL: Le ministre Turc de la Défense Hulusi Akar, accompagné de hauts gradés de l'armée, a rejoint samedi en hélicoptère un navire d'exploration turc en mer Egée pour assister à des manœuvres navales, a annoncé le ministère de la Défense. 

Ces manœuvres se déroulent dans un contexte de tensions gréco-turques autour de l'exploration gazière dans des zones maritimes disputées. 

M. Akar et les officiers supérieurs sont arrivés à bord du navire Oruc Reis en hélicoptère, a précisé le ministère de la Défense. 

La Turquie a déployé en 2020 l'Oruc Reis et une escorte de navires de guerre dans les eaux disputées. En dépit des mises en garde de l'Union européenne et de la Grèce, Ankara a organisé ces derniers mois plusieurs missions d'exploration gazière dans des eaux grecques, provoquant une crise diplomatique. 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré samedi que la Turquie ne renoncerait pas à ses droits en Méditerranée orientale, dans une vidéo adressée aux participants de ces exercices militaires baptisés Patrie Bleue, qui se déroulent depuis 25 février et jusqu'à dimanche. 

La Turquie avait commencé à organiser ces exercices de grande ampleur en 2019 afin des tester ses capacités de combat en mer Egée et en Méditerranée orientale. Mais elle avait dû les reporter en 2020 en raison de la crise sanitaire. 

Les manoeuvres Patrie Bleue 2021 sont conduites d'une manière « plus puissante et mieux organisée », s'est félicité M. Erdogan. « Nous avons la possibilité de constater les compétences et les capacités de notre armée », a-t-il poursuivi. 

Le président turc a affirmé que la Turquie ne convoitait « le territoire, les eaux ou la souveraineté d'aucun pays ». « Nous tentons seulement de protéger notre patrie et nos droits », a-t-il assuré.