ONU: Macron soutient l'idée d'un «envoyé spécial pour la sécurité climatique»

«Le lien entre climat et sécurité, s'il est complexe, est indéniable», dit Emmanuel Macron lors d'une visioconférence des dirigeants du Conseil de sécurité de l'ONU (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 février 2021

ONU: Macron soutient l'idée d'un «envoyé spécial pour la sécurité climatique»

  • Le président français a insisté sur «le lien entre climat et sécurité», plaidant pour «un multilatéralisme efficace» de l'ensemble des membres du Conseil de sécurité
  • Le président français a jugé que la nomination «d'un ou d’une envoyée spéciale pour la sécurité climatique pourrait être opportune pour coordonner les efforts»

PARIS: Le président français Emmanuel Macron a appuyé mardi l'idée allemande de nommer « un ou une envoyée spéciale pour la sécurité climatique », lors d'une visioconférence des dirigeants du Conseil de sécurité de l'ONU. 

Il a souligné qu'un « échec sur le front du climat saperait les efforts de prévention des conflits ». 

Plaidant durant son allocution pour une « unité retrouvée du Conseil de sécurité », le président français a adressé un clin d'oeil à l'ex-secrétaire d'Etat démocrate John Kerry, nouvel envoyé spécial américain pour le climat, qu'il a qualifié de « résistant durant les quatre années » de la présidence américaine républicaine de Donald Trump. 

Le président français a insisté sur « le lien entre climat et sécurité », plaidant pour « un multilatéralisme efficace » de l'ensemble des membres du Conseil de sécurité. 

« Sur les 20 pays les plus touchés par les conflits dans le monde, 12 font également partie des pays les plus vulnérables aux impacts des changements climatiques », a souligné M. Macron, au cours de cette session dédiée au climat qui se tient quelques jours après le retour formel des Etats-Unis dans l'accord de Paris pour limiter le réchauffement de la planète. 

Le président français a jugé que la nomination « d'un ou d’une envoyée spéciale pour la sécurité climatique pourrait être opportune pour coordonner les efforts » par exemple en cas de catastrophe climatique, ou pour doter « les petits producteurs de mécanismes d’assurance qui leur permettront de redémarrer une activité économique rapidement après un désastre ». 

Il s'est également dit favorable à ce que « le Secrétaire général (de l'ONU) fasse rapport chaque année au Conseil de sécurité sur l’impact du climat sur la sécurité internationale, pour anticiper, nous alerter, nous faire des recommandations, et nous permettre de jouer notre rôle ». 

L'an dernier, l'Allemagne avait élaboré un projet de résolution prévoyant de créer un poste d'émissaire de l'ONU mais sous la menace d'un veto des Etats-Unis, de la Russie, voire de la Chine, Berlin n'avait pas mis ce texte au vote. 


Un jeune homme tué par arme à feu en banlieue de Toulouse

La police judiciaire de Toulouse, en charge de plusieurs affaires de règlements de comptes, a été saisie du dossier (Photo, AFP).
Short Url
  • Les faits se sont produits vers 01h45, les pompiers, rapidement sur place, n'ont pas pu réanimer la victime, ont-ils précisé
  • Ce responsable syndical réclame une nouvelle fois la «fin de l'impunité, peines sévères et dissuasives, respect de l'autorité»

TOULOUSE: Un homme âgé 26 ans a été tué par arme à feu dans la nuit de samedi à dimanche à Blagnac dans la banlieue de Toulouse, a-t-on appris auprès du SDIS 31.

Les faits se sont produits vers 01h45 sur une place de Blagnac, non loin de l'aéroport de Toulouse. Les pompiers, rapidement sur place, n'ont pas pu réanimer la victime, ont-ils précisé.

La police judiciaire de Toulouse, en charge de plusieurs affaires de règlements de comptes, a été saisie du dossier.

En 2020, plusieurs hommes ont été blessés par arme à feu à Toulouse dans des règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants et cinq hommes sont morts, notamment dans le quartier des Izards, une cité du nord de Toulouse.

Une situation qui s'apparente de plus en plus aux pratiques marseillaises, selon les syndicats de police.

Pour Didier Martinez, le secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police Occitanie il faut que «les responsables politiques et gouvernementaux prennent toute la mesure de la dérive de notre société». 

Ce responsable syndical réclame une nouvelle fois la «fin de l'impunité, peines sévères et dissuasives, respect de l'autorité».


Nouvelle-Calédonie: Lecornu pour un nouveau statut en cas de non au référendum sur l'indépendance

Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 3e référendum sur l'indépendance de l’île devrait se tenir d'ici septembre 2022
  • «Si, par trois fois, la Nouvelle-Calédonie confirmait son souhait de rester française, il conviendrait alors de lui donner un nouveau statut dans la République», a affirmé le ministre

PARIS: Le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu se dit favorable à un « nouveau statut » pour la Nouvelle-Calédonie en cas de non au 3e référendum sur l'indépendance qui devrait se tenir d'ici septembre 2022, dans une tribune publiée dans le JDD.

« Le statu quo n'est pas possible, ni politiquement, ni juridiquement, ni même économiquement », assure le ministre qui prévient que les conséquences d'une « indépendance sèche, sans préparation », seraient « désastreuses ».

« Si, par trois fois, la Nouvelle-Calédonie confirmait son souhait de rester française, il conviendrait alors de lui donner un nouveau statut dans la République », a affirmé le ministre alors que les deux branches de la coalition indépendantiste du FLNKS sont en conflit pour désigner le président du gouvernement collégial.

Ces dissensions interviennent alors que les indépendantistes sont majoritaires au gouvernement pour la première fois depuis le début de l'accord de Nouméa (1998) et que la Nouvelle-Calédonie est confrontée à une crise économique et budgétaire, en partie due aux déboires de la filière nickel.

« L'État a engagé, en janvier, une grande consultation de la société civile » pour répondre aux « aspirations profondes des Calédoniennes et des Calédoniens », rappelle Lecornu pour lequel « l'horloge continue de tourner et les prochains jours seront décisifs ». 

L'indépendance, « personne ne la réclame », estime le ministre selon lequel « les indépendantistes s'accordent à souhaiter un partenariat avec la France. Encore faudrait-il pouvoir en discuter. Ceux qui appellent à voter oui doivent expliquer leur vision de l'avenir à ceux qui appellent à voter non et, pour cela, revenir à la table des discussions », réclame le ministre.

Les deux premiers référendum, le 4 novembre 2018 et le 4 octobre 2020, ont été gagnés par les partisans de la France, mais leur score s'est tassé en deux ans de 56,7% à 53,3%.

L'explosif dossier de la reprise de l'usine métallurgique du groupe Brésilien Vale est à l'origine de la chute du gouvernement le 2 février, provoquée par la démission en bloc des cinq « ministres » indépendantistes.

Le FLNKS et les chefferies kanak s'opposent au rachat par un consortium comprenant le négociant en matières premières suisse, Trafigura.


Covid-19: hospitalisations stables, toujours sur un plateau élevé

Une soignante traite un patient atteint du virus dans un hôpital de Nice (Photo, AFP).
Short Url
  • Les hôpitaux français accueillaient 24 995 patients atteints par le coronavirus samedi, contre 25 130 la veille. Une semaine auparavant, ils étaient 25 269
  • La barre des 3 millions de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin sera bientôt franchie

PARIS: Le nombre de patients à l'hôpital pour cause de Covid-19 se maintenait autour des 25 000, dont quelque 3 400 en service de réanimation, selon les données hospitalières publiées samedi par Santé publique France, des chiffres stables par rapport à la veille.

Les hôpitaux français accueillaient 24 995 patients atteints par le coronavirus, contre 25 130 vendredi. Une semaine auparavant, ils étaient 25 269.