Twitch se politise à toute allure, au grand dam de sa communauté

Twitch, plateforme pour fans de jeux vidéos (Photo, AFP)
Twitch, plateforme pour fans de jeux vidéos (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 12 mars 2021

Twitch se politise à toute allure, au grand dam de sa communauté

  • «On est dans un choc des cultures où les politiques ont manqué à mon avis une étape, qui est de comprendre la culture» de Twitch
  • « Les gamers sont devenus un public politique à cibler, mais ils sont allergiques à toute forme de promotion et de communication politique, et ils ont l'impression d'être utilisés politiquement »

PARIS: Twitch se politise à toute vitesse, à l'approche de la présidentielle de 2022, au grand dam des utilisateurs de cette plateforme pour fans de jeux vidéos, inquiets de cette appropriation d'un espace jusqu'ici non partisan. 

Après le premier « tchat » de BFMTV sur Twitch, la semaine dernière, qui avait été submergé de commentaires négatifs, voire sexistes ou violents, une nouvelle polémique a éclaté cette semaine. 

En cause cette fois, Samuel Etienne. Le journaliste et animateur, qui présente notamment « Questions pour un champion » sur France 3, s'est installé depuis quelques mois sur la plateforme de streaming de jeux vidéos, où sa revue de presse quotidienne, « La matinée est tienne », rencontre un succès grandissant. 

Après une discussion à bâtons rompus avec François Hollande lundi, qui a fait chauffer les compteurs du site avec un pic de 84 000 spectateurs en direct, il a mis le feu aux poudres en annonçant qu'il organiserait un échange informel avec Jean Castex dimanche à 18H00. 

Aussitôt, des membres de la communauté de Twitch se sont répandus sur les réseaux sociaux pour critiquer l'initiative, lui reprochant de « pourrir » l'ambiance sur la plateforme en la politisant, voire de la transformer en réceptacle de la propagande gouvernementale. 

Certains s'en sont même pris au streameur Etoiles, accusé d'avoir introduit le loup dans la bergerie. C'est en effet ce grand fan de « Questions pour un champion », qui a initié l'an dernier Samuel Etienne aux joies de Twitch. « Ce n'est pas du tout le genre de live qui me plaît », mais « je ne peux rien y faire », s'est-il défendu. 

Une agitation qui a contraint Samuel Etienne à s'expliquer. « J'entends la colère d'une partie de la communauté Twitch, pour qui cet espace devrait être préservé de la politique et plus encore de la parole gouvernementale », mais « Twitch est un espace de liberté », et «mon pari, c'est que (la plateforme) peut être un outil de dialogue, d'échanges, de débats », a-t-il plaidé. 

Choc des cultures 

Mais il déclenché un deuxième « bad buzz » en assurant qu'il était hors de question qu'il donne la parole à des membres du RN... Avant de faire machine arrière et de lancer une invitation à Marine Le Pen, au nom du pluralisme, tout en disant vouloir lever le pied sur les interviews politiques. 

Pour Fabien Gaëtan, chargé du gaming et du divertissement à l'agence de conseil en communication We Are Social, cette polémique illustre le clash des cultures entre le monde de la politique et celui du numérique, aux codes très éloignés. 

« On est dans un choc des cultures où les politiques ont manqué à mon avis une étape, qui est de comprendre la culture » de Twitch, dont les membres « ont peur que ces personnalités politiques, avec tout le pouvoir médiatique dont elles disposent, modifient leur plateforme ». La crainte ultime étant selon lui que cela n'entraîne une réglementation plus étroite de Twitch, comme celle exercée par le CSA dans l'audiovisuel. 

« Les internautes en ont déjà marre alors que la campagne de 2022 vient à peine de commencer », abonde l'expert en communication politique Philippe Moreau-Chevrolet. 

« Les gamers sont devenus un public politique à cibler, mais ils sont allergiques à toute forme de promotion et de communication politique, et ils ont l'impression d'être utilisés politiquement », dit-il. 

Pour lui, « les politiques français détournent la raison d'être des réseaux sociaux », en en faisant un outil de communication, au lieu « d'en respecter la culture » faite d'échanges horizontaux. Une offensive qui passe mal, surtout « après avoir passé plusieurs années à parler des réseaux sociaux comme d'une menace ». 

Au contraire, l'entourage de Jean Castex assure qu'en s'exprimant sur Twich, il désire « créer un espace de discussion privilégié avec une communauté avec laquelle on n’a pas l'opportunité de dialoguer ». 

« Le Premier ministre est heureux de pouvoir faire de la pédagogie sur son action mais aussi de répondre très concrètement, et individuellement aux questions, mais aussi aux craintes, aux interpellations également, de ses concitoyens », fait-on valoir à Matignon. 


Eolien: Paris veut un développement progressif

 Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter". (AFP)
Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter". (AFP)
Short Url
  • L'installation d'éoliennes terrestres suscite de plus en plus d'opposition, freinant la mise en place de ces projets
  • L'objectif du gouvernement est désormais de multiplier par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu'en 10 ans comme prévu jusqu'alors

BERLIN: Le déploiement de l'énergie éolienne en France, source de controverses récurrentes dans l'opinion, se fera à un rythme que la "société est prête à accepter", a assuré la nouvelle ministre de la Transition énergétique dans une interview à l'AFP.

"Il ne faut pas se raconter des histoires en disant la société française est prête à déployer (l'éolien) deux fois, trois fois plus vite", a jugé Agnès Pannier-Runacher dans cet entretien réalisé jeudi à Berlin à l’occasion de son premier déplacement à l’étranger à Berlin pour une réunion des ministres de l'Energie et du Climat du G7.

"Nous devons continuer le déploiement au même rythme qu'aujourd'hui, c'est à dire un rythme qui correspond manifestement à ce que la société française est prête à accepter", a-t-elle ajouté.

L'installation d'éoliennes terrestres suscite de plus en plus d'opposition, freinant la mise en place de ces projets.

Pour cette raison, le président de la République Emmanuel Macron a revu à la baisse en février les ambitions de la France en matière de développement des éoliennes.

L'objectif du gouvernement est désormais de multiplier par deux la capacité actuelle en 30 ans, plutôt qu'en 10 ans comme prévu jusqu'alors.

L'écart avec l'Allemagne dans ce domaine devrait donc croître car Berlin a placé le développement des éoliennes parmi ses priorités. Le gouvernement s'est ainsi fixé objectif de consacrer jusqu'à 2% de son territoire à cette source d'énergie.

"Il n'y a pas un seul sentier de décarbonation", s'est défendue la ministre, soulignant par ailleurs la volonté du gouvernement de "développer l'éolien en mer et le solaire".

Mme Pannier-Runacher a toutefois défendu la nécessité d'une "simplification administrative" pour accélérer les projets d'éoliennes, qu'ils soient en mer ou sur terre.

"Le retard qu'on a sur le déploiement des énergies renouvelables est lié à des problèmes de procédures et des problèmes de contentieux", a-t-elle justifié.

En 2020, la France a accru ses capacités de production éoliennes de 8%, avec 1,3 gigawatt (GW) et 477 éoliennes supplémentaires, portant la totalité du parc à 18 GW, selon France énergie éolienne (FEE).

L'éolien a ainsi assuré 7,9% de la production électrique nationale (6,3% en 2019), ce qui en fait la 3e source derrière le nucléaire (environ 70%) et l'hydroélectricité.


Bientôt la Lune? Pour Thomas Pesquet, «  il est temps d'aller plus loin » dans l'exploration spatiale

Bientôt la Lune? Pour Thomas Pesquet, «  il est temps d'aller plus loin » dans l'exploration spatiale
Short Url
  • Revenu en novembre de sa deuxième mission dans l'espace, lors de laquelle il est devenu le premier Français aux commandes de l'ISS, Thomas Pesquet pourrait participer aux missions lunaires dans le cadre de l'ambitieux programme de la Nasa baptisé Artemis
  • "Dans l'orbite basse, autour de la Terre - aux alentours de 500 km - cela fait 20 ans qu'on a une présence humaine continue avec la station spatiale internationale" (ISS), rappelle à l'AFP l'astronaute de 44 ans à Rome

ROME: "Il est temps d'aller plus loin": six mois après son retour sur Terre, l'astronaute français Thomas Pesquet a le regard tourné vers l'avenir de l'exploration spatiale européenne, qui sera marqué par les missions sur la Lune à l'horizon 2025-2030.

"Dans l'orbite basse, autour de la Terre - aux alentours de 500 km - cela fait 20 ans qu'on a une présence humaine continue avec la station spatiale internationale" (ISS), rappelle à l'AFP l'astronaute de 44 ans à Rome, en marge d'une conférence à l'ambassade de France en Italie.

"Aujourd'hui il est temps pour nous, les astronautes institutionnels de l'Europe, nos partenaires internationaux, d'aller plus loin", ajoute-t-il, disant espérer "que s'engouffre derrière nous le secteur privé". "On défriche ce territoire pour qu'il soit utile à la société européenne", dit-il.

Revenu en novembre de sa deuxième mission dans l'espace, lors de laquelle il est devenu le premier Français aux commandes de l'ISS, Thomas Pesquet pourrait participer aux missions lunaires dans le cadre de l'ambitieux programme de la Nasa baptisé Artemis - soeur jumelle d'Apollon en référence à la mission historique de 1969 - associant le Canada, le Japon et l'Europe.

"On a l'air d'être en bonne configuration : on a un lanceur, une capsule, une destination, tout se met en place", relève-t-il. Le premier vol d'essai sans équipage est prévu dès l'été 2022, avant un premier vol habité mi-2024, sans alunissage, afin de "préparer les trajectoires".

"A partir de là, un vol tous les ans, pour l'instant sur le calendrier 2025-2026-2027, avec des vols sur la Lune. Là, les Européens pourraient avoir voix au chapitre", avance l'astronaute qui rappelle la difficulté technique d'aller dans l'espace, "une série de petits miracles".

« Grande solidarité »

Conséquence directe de la guerre en Ukraine, la mission russo-européenne ExoMars a, elle, été suspendue en mars par l'agence spatiale européenne (ESA). Elle prévoyait le lancement d'un rover à destination de la planète rouge à l'aide du lanceur russe Soyouz.

Interrogé pendant sa conférence sur les conséquences du conflit, Thomas Pesquet insiste sur "l'intelligence collective" et "la grande solidarité" des astronautes à bord de l'ISS. "Ca n'a pas changé beaucoup de choses au sein des équipages (...) "On a des amis au delà des frontières, on se connaît, on est à bord du même bateau".

Toutefois, "au niveau politique, entre les agences, c'est plus difficile", nuance-t-il. "Aujourd'hui, on voit qu'on honore les accords pris il y a quelques années mais on ne prend pas de décisions pour le futur."

Signe d'une volonté de plus grande indépendance, les astronautes européens ont appelé en février à la mise en place d'un programme européen de vols habités, "un sujet qui a aujourd'hui beaucoup d'importance", reconnaît Pesquet. "On s'est rendu compte que compter sur les autres pour accéder à l'espace n'était pas toujours facile (...) Aujourd'hui on y réfléchit beaucoup".

Parmi ses nombreuses activités, le spationaute est associé à la sélection de la prochaine promotion d'astronautes européens. Plus de 22.000 candidats ont postulé pour seulement quatre à six places de titulaires dans la prochaine promotion, qui sera dévoilée en novembre.

"Se retrouver de l'autre coté me fait réfléchir à la chance que j'ai eue; quand on voit tout ce qui peut être éliminatoire dans une sélection comme ça, c'est quand même incroyable d'arriver jusqu'à la ligne d'arrivée", fait-il valoir, précisant que les critères "n'ont pas vraiment changé" depuis sa sélection en 2009.

"C'est très enthousiasmant de voir tout ce que l'Europe a de talent, tous ces gens qui arrivent d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, de France, des pays nordiques, de partout avec des parcours très riches", se réjouit-il.

"Ils ont tous cette chose en commun qui est la passion pour l'espace et l'identité européenne, ils parlent tous plusieurs langues de l'Europe, c'est la génération Erasmus, ils ont ça chevillé au corps donc ça me donne confiance pour le futur."


A Poissy, le sport sur le temps de travail pour le bien-être des agents

L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
L'activité physique a un bénéfice reconnu sur la prévention des maladies chroniques (diabète, maladies cardio-vasculaires...) et des pathologies liées au travail, de la lombalgie au burn-out. (AFP).
Short Url
  • Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail
  • Dans des recommandations publiées en mars, l'Académie nationale de médecine juge "important de prendre en considération le niveau d'activité physique et de sédentarité au travail comme déterminants de la santé"

PARIS: Depuis 2017, la mairie de Poissy (Yvelines) propose à ses agents de pratiquer une fois par semaine de l'activité physique sur leur temps de travail. Ce programme "Poissy Bien-être" a permis de "réduire l'absentéisme et de renforcer la convivialité", selon Boris Gros, directeur du service jeunesse et sports.

Q Pourquoi avez-vous proposé de l'activité physique à vos agents ?

R Fin 2016, nous étions à la fin d'un cycle de réorganisation interne difficile avec des diminutions d'effectifs dues à la baisse des dotations de l'Etat. Il y avait un sujet récurrent et important d’absentéisme de courte durée. Le maire (ndlr, l'ancien journaliste sportif Karl Olive) était convaincu que le sport pouvait être un levier important pour améliorer le bien-être des agents.

L'enjeu, c'était d'être sur le temps de travail.

Une fois par semaine, les agents disposent de deux heures (temps de trajet inclus, soit une heure réelle de sport) pour des activités douces et non traumatisantes: natation, aquagym, aqua-jogging, marche, marche nordique, gymnastique d'entretien... Pour éviter le risque d'accidents de travail, on ne pouvait pas proposer du foot ou du self-defense. Ces activités ont lieu dans nos équipements et sont encadrées par nos éducateurs sportifs, eux aussi sur leur temps de travail.

L'agent s'engage sur un cycle de 10 semaines qui se conclut par la venue d'un spécialiste santé, nutrition, sommeil...

Q Les agents ont-ils adhéré ?

R On s'était organisé pour accueillir 200 agents par trimestre. Environ 70% de nos effectifs (850 agents) participent à ce programme "Poissy Bien être".

On a eu des gens complètement novices qui se sont mis au sport, des aquaphobes qui ont appris à nager, des non sportifs qui étaient un peu en surpoids... Des agents, notamment des femmes, n'avaient pas forcément le temps de faire du sport hors travail.

Cela a été aussi très bénéfique en terme de cohésion sociale et de connaissance des collègues: des agents de catégorie A, B et C font des activités ensemble, un directeur de service peut aller marcher avec un jardinier. La communication au travail est plus fluide quand on marche une heure ensemble en forêt que lorsqu'on échange des mails.