Un «code de conduite» va baliser les élections palestiniennes

 Khalil Al-Hayya et Ruwhi Mushtaha sont les représentants du Hamas dans les pourparlers avec le Fatah sur les élections palestiniennes. (Photo, AFP/SAID KHATIB)
Khalil Al-Hayya et Ruwhi Mushtaha sont les représentants du Hamas dans les pourparlers avec le Fatah sur les élections palestiniennes. (Photo, AFP/SAID KHATIB)
Short Url
Publié le Vendredi 19 mars 2021

Un «code de conduite» va baliser les élections palestiniennes

  • La charte comprend plusieurs clauses, notamment le respect des règlements, des instructions et des décisions émises par la Commission électorale centrale
  • Les dernières élections ont eu lieu en 2006, quand le Hamas a remporté la majorité des sièges

LE CAIRE: Les factions palestiniennes rivales ont clôturé les pourparlers au Caire avec un accord sur un code de conduite pour les élections, décrit comme une étape importante sur la «voie démocratique nationale» de la Palestine.

Dans leur déclaration de clôture, les délégués du Hamas et du Fatah ont salué les efforts égyptiens pour mettre fin aux divisions au sein des factions palestiniennes de longue date, affirmant que le processus électoral «reflète réellement les aspirations du peuple palestinien».

Les Palestiniens se rendent aux urnes le 22 mai pour élire un nouveau Conseil législatif, puis le 31 juillet pour choisir un nouveau président. Un dernier scrutin aura lieu le 31 août afin de voter pour les membres du Conseil national.

Les membres du Jihad islamique Daoud Shehab, Khaled Al-Batsh et Muhammad Al-Hindi composent la délégation du mouvement dans les pourparlers avec le Fatah avant les élections palestiniennes. (Photo, AFP/SAID KHATIB)
Les membres du Jihad islamique Daoud Shehab, Khaled Al-Batsh et Muhammad Al-Hindi composent la délégation du mouvement dans les pourparlers avec le Fatah avant les élections palestiniennes. (Photo, AFP/SAID KHATIB)

Les dernières élections ont eu lieu en 2006, quand le Hamas a remporté la majorité des sièges. Le dernier scrutin présidentiel a eu lieu en 2005.

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a annoncé les dates des élections dans un décret présidentiel du 15 janvier.

«La réunion a débattu de toutes les questions d’ordre nationale, des dangers auxquels est confrontée la question palestinienne, ainsi que des moyens de renforcer le partenariat au sein de la nation», ont affirmé les factions dans leur déclaration.

EN BREF

Les factions palestiniennes ont signé un code de conduite dans lequel elles affirment leur volonté d’établir un processus électoral qui s’appuie sur la transparence et l’intégrité dans toutes ses étapes.

Les factions palestiniennes ont signé un code de conduite dans lequel elles affirment leur volonté d’établir un processus électoral qui s’appuie sur la transparence et l’intégrité dans toutes ses étapes, et qui reflète les aspirations du peuple palestinien. Elles s’engagent aussi de respecter aussi la concurrence loyale entre les listes électorales de manière à renforcer l'unité nationale et maintenir l’intérêt général des Palestiniens.

«La présidence du Conseil national palestinien a présenté un rapport détaillé sur sa vision du statut du conseil, et les personnes présentes ont discuté des mécanismes de formation du nouveau Conseil national et du nombre de ses membres dans le cadre du renforcement et de l'activation le rôle de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) en tant que seul représentant légitime du peuple palestinien», ajoute-t-il.

Maryam Abu Daqqa (à gauche) et Mahmoud Al-Zaq forment la délégation du Fatah dans les pourparlers avec le Hamas sur les élections palestiniennes. (Photo, AFP/SAID KHATIB)
Maryam Abu Daqqa (à gauche) et Mahmoud Al-Zaq forment la délégation du Fatah dans les pourparlers avec le Hamas sur les élections palestiniennes. (Photo, AFP/SAID KHATIB)

Les participants ont de plus affirmé l'unité juridique et politique des territoires palestiniens.

Ils ont aussi souligné la nécessité de tenir les élections en Cisjordanie et dans la bande de Gaza et de faire face à tous les obstacles, mais surtout à Jérusalem.

La déclaration finale indique que les factions palestiniennes ont mis l’accent sur la nécessité de compléter la formation de la direction unifiée de la résistance populaire globale, et de l'activer conformément à la déclaration de la récente réunion des secrétaires généraux.

La charte comprend plusieurs clauses, notamment le respect des règlements, des instructions et des décisions émises par la Commission électorale centrale au sujet de la conduite du processus électoral dans ses différentes étapes d'une manière qui assure l'intégrité, la transparence et le modèle qui incarne le peuple palestinien et ses sacrifices.

Les membres palestiniens de la Commission électorale centrale enregistrent les électeurs pour les prochaines élections dans la ville de Gaza au milieu des appels à un processus démocratique transparent. (Photo, AFP/Archives)
Les membres palestiniens de la Commission électorale centrale enregistrent les électeurs pour les prochaines élections dans la ville de Gaza au milieu des appels à un processus démocratique transparent. (Photo, AFP/Archives)

Les factions ont réitéré leur respect des dispositions de la loi n ° 1 de 2007 relative aux élections générales et de ses amendements par le décret-loi n ° 1 de 2021 et les décrets présidentiels pertinents n ° 3 de 2021 concernant la convocation des élections législatives, et présidentielles ainsi que du Conseil national.

La charte illustre l'importance de respecter les décisions de la Commission électorale centrale qui veut organiser des élections indépendantes et équitables, en plus de l’importance de respecter le rôle de la police palestinienne dans la sécurisation du processus électoral dans toutes ses étapes.

La charte insiste sur l’importance de respecter le rôle des observateurs locaux, arabes et internationaux, et de coopérer avec eux dans l’exercice de leurs fonctions.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les drones du Hezbollah, risques superflus pour le Liban selon Najib Mikati et le ministre des AE

Sur cette photo prise le 3 juillet 2022, on voit la frontière entre Israël et le Liban à proximité du kibboutz de Shtula, en Israël. (AFP)
Sur cette photo prise le 3 juillet 2022, on voit la frontière entre Israël et le Liban à proximité du kibboutz de Shtula, en Israël. (AFP)
Short Url
  • «Le Liban s'oppose à toute action entreprise hors de la responsabilité de l'État et du cadre diplomatique des négociations»
  • Le Liban a été incapable de confirmer que la ligne 29 – qui comprend le champ gazier de Karish – constitue la frontière maritime du pays

BEYROUTH: Le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères du Liban ont reproché le lancement par le Hezbollah la semaine dernière de trois drones en direction d'un champ gazier israélien. Ils ont qualifié d'«inacceptable» toute ingérence dans les pourparlers menés sous l'égide des États-Unis en vue de démarquer la frontière maritime du Liban avec Israël.

Ces déclarations ont été faites après le lancement par le Hezbollah samedi dernier de drones non armés pour des missions de reconnaissance au-dessus du champ gazier contesté de Karish.

Le Liban a officiellement exprimé son «rejet de cette action entreprise hors de la responsabilité de l'État et du cadre diplomatique des négociations, à un moment où les négociations indirectes pour la démarcation des frontières maritimes sont engagées et où les efforts du médiateur américain Amos Hochstein parviennent à un stade avancé».


Grand Symposium du Hajj: Les fatwas légitimes confirment la flexibilité de l’islam

Les fatwas jouent un rôle important dans le soutien aux questions religieuses et la sensibilisation au Hajj. (Photo fournie)
Les fatwas jouent un rôle important dans le soutien aux questions religieuses et la sensibilisation au Hajj. (Photo fournie)
Short Url
  • Les participants mettent en lumière le rôle de la fatwa religieuse dans la réalisation des objectifs islamiques du Hajj en matière de problèmes contemporains
  • Le secrétaire général de l’Académie internationale du Fiqh islamique, le Dr Koutoub Sano, a évoqué le caractère factuel de la charia islamique et sa capacité à traiter de nouveaux problèmes pour aider les gens à la comprendre

DJEDDAH: Les fatwas basées sur de véritables principes islamiques confirment la flexibilité de la religion, déclarent des érudits aux représentants lors de la 2e journée du 46e Grand Symposium du Hajj.

L’événement, inauguré dimanche dernier par le ministre du Hajj et de l’Omra, le Dr Tawfiq al-Rabiah, rassemble des ministres et d’éminents érudits musulmans en provenance de différents pays.

hajj
Les fatwas jouent un rôle important dans le soutien aux questions religieuses et la sensibilisation au Hajj. (Photo fournie)

Les participants mettent en lumière le rôle de la fatwa religieuse dans la réalisation des objectifs islamiques du Hajj en matière de problèmes contemporains. Ils saluent par ailleurs les efforts déployés par le Royaume pour faciliter la mise en place des rituels du Hajj.

Lors d’une session intitulée «Système de jurisprudence islamique et calamités contemporaines», les orateurs ont déclaré que les fatwas jouent un rôle important dans le soutien aux questions religieuses et la sensibilisation au Hajj.

Le grand mufti d’Égypte, Shawki Allam, a évoqué quant à lui l’importance du système de jurisprudence islamique dans l’adaptation des fatwas juridiques en vue de faciliter les rituels du Hajj pour les musulmans. Il a affirmé que la flexibilité dans de telles situations confirme que l’islam est valable en tout lieu et à toute heure.

hajj
Les fatwas jouent un rôle important dans le soutien aux questions religieuses et la sensibilisation au Hajj. (Photo fournie)


Le Dr Saad ben Nasser al-Shithri, membre du Conseil saoudien des oulémas, occupe le poste de conseiller à la Cour royale. Il a fait savoir que le système de jurisprudence islamique est capable de faire face aux défis émergents.

Le secrétaire général de l’Académie internationale du Fiqh islamique, le Dr Koutoub Sano, a évoqué le caractère factuel de la charia islamique et sa capacité à traiter de nouveaux problèmes pour aider les gens à la comprendre.

Il a insisté sur le rôle des académies et des instituts consacrés aux fatwas dans la formation des spécialistes et l’investissement dans les études de la charia pour formuler les décisions à partir des textes appropriés. Il a également salué l’ensemble des efforts fournis par l’Arabie saoudite pour faire de la sécurité des pèlerins une priorité.

hajj
Les fatwas jouent un rôle important dans le soutien aux questions religieuses et la sensibilisation au Hajj. (Photo fournie)

Lors de la deuxième session de lundi, intitulée «Prendre soin du voyage du pèlerin», le ministre malaisien des Affaires religieuses, le Dr Datuk Idris Ahmed, a passé en revue les efforts déployés par son pays pour fournir des services et sensibiliser les pèlerins, y compris au niveau des médicaments, des vaccins et des programmes de suivi de santé personnels.

Il a précisé que les services fournis en coopération avec le ministère de la Santé ont pour but de garantir que les pèlerins ne souffrent pas de maladies infectieuses. Il a également loué les soins et l’attention accordés par le gouvernement saoudien aux pèlerins au fil des décennies et le développement remarquable réalisé par le système du Hajj et de l’Omra.

Le vice-ministre du Hajj et de l’Omra, le Dr Abdelfattah Mashat, a mis l’accent sur les initiatives numériques des ministères saoudiens qui ont contribué à la délivrance de plus de deux millions de visas électroniques par l’intermédiaire d’un portail qui comprend toutes les autorités compétentes.

Il a également souligné l’existence d’un service de transport de bagages qui permet aux pèlerins de se concentrer sur leurs rituels, indiquant qu’ils ont reçu des consignes multilingues de sensibilisation au Hajj avant et après leur arrivée dans le Royaume.

Le Dr Mashat a ajouté que le succès du système du Hajj et de l’Omra était lié à une stratégie claire dérivée du programme «Invités de Dieu» dans le cadre de l’initiative Vision 2030. Son objectif est d’enrichir l’expérience du Hajj et de faciliter le voyage spirituel des pèlerins.

«Un pèlerin peut réserver en ligne tous les rendez-vous et services, ce qui limite les pratiques négatives comme les bousculades. Le programme assure également la fluidité des déplacements et de la circulation et facilite le regroupement des pèlerins pour passer d’un lieu à un autre.»

Le Dr Ali Arbash, responsable des affaires religieuses turques, a remercié le gouvernement saoudien pour ses efforts visant à fournir un environnement de pèlerinage approprié en matière d’hygiène et de santé pour protéger les pèlerins.

Le Dr Arbash s’est par ailleurs attardé sur la participation de son pays à l’initiative «Hajj vert» pour sensibiliser les pèlerins à la réduction des déchets dans les Lieux saints.

Le vice-ministre saoudien de la Santé, le Dr Mohammed al-Abd al-Aly, a mis en valeur les efforts déployés pour fournir les meilleurs services de santé aux pèlerins.

Il a déclaré que ces services, fournis grâce aux dernières technologies et suivis de près par les dirigeants saoudiens, comprennent vingt-trois hôpitaux, cent quarante-sept centres de santé et seize centres d’urgence sur le pont Djamarat. Il a précisé que plus de vingt-cinq mille membres du personnel médical étaient prêts à fournir tous les services de santé.

La Dr Hanan Balkhi, directrice générale adjointe de l’Organisation mondiale de la santé, a décrit l’Arabie saoudite comme un partenaire stratégique important pour l’organisation.

Elle a salué les «décisions audacieuses» prises par le Royaume lors de la pandémie de Covid-19 pour protéger les pèlerins et limiter la propagation du virus.

Elle a indiqué que l’Arabie saoudite était en tête du classement grâce à son expérience dans la gestion des foules.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A La Mecque, les commerçants misent sur le hajj pour se refaire une santé

Short Url
  • «Nous avons eu peu de clients» pendant les deux dernières saisons, mais aujourd'hui, «c'est comme avant, et même mieux», dit M. Mekhlafi
  • Un million de fidèles, dont 850 000 venus de l'étranger, sont attendus cette année pour le grand pèlerinage musulman, alors que les autorités saoudiennes n'en avaient admis que 60 000 en 2021

LA MECQUE : "Les affaires reprennent, grâce à Dieu", se félicite Abdallah Mekhlafi dans son magasin de tapis de prière à La Mecque, ville sainte de l'ouest de l'Arabie saoudite qui accueille son plus grand nombre de pèlerins depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Deux ans de restrictions drastiques ont vidé les magasins et les hôtels de la région, mais en voyant les pèlerins affluer cette semaine pour le hajj, les commerçants espèrent bien se rattraper.

"Nous avons eu peu de clients" pendant les deux dernières saisons, mais aujourd'hui, "c'est comme avant, et même mieux", dit M. Mekhlafi.

Un million de fidèles, dont 850 000 venus de l'étranger, sont attendus cette année pour le grand pèlerinage musulman, alors que les autorités saoudiennes n'en avaient admis que 60 000 en 2021, tous résidant en Arabie saoudite, et à peine un millier l'année précédente.

On reste toutefois loin des 2,5 millions de pèlerins venus en 2019 pour accomplir le hajj qui se déroule pendant cinq jours à La Mecque et dans la région avoisinante.

''
Des fidèles musulmans se rassemblent devant la Kaaba de la Grande Mosquée de La Mecque, la ville sainte d'Arabie saoudite, le 2 juillet 2022. (AFP).

Le pèlerinage annuel à La Mecque est l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s'il en a les moyens.

Une «différence énorme»

Le hajj, qui coûte au moins 4 800 euros, et la "omra" (petit pèlerinage, qui peut être effectué tout au long de l'année), sont une manne pour les compagnies aériennes et les agences de voyage.

Avec des revenus annuels estimés à 10,3 milliards d'euros en temps normal, ils soutiennent les objectifs de diversification du royaume, qui cherche à réduire sa dépendance au pétrole, et font tourner l'économie de La Mecque.

Après un boom de la construction, avec une multiplication des centres commerciaux, appartements et hôtels de luxe, la Mecque a connu un ralentissement depuis le début de la pandémie.

Mais aujourd'hui, le quartier proche de la Grande Mosquée où se situe le principal centre commercial de la ville et de nombreux hôtels, grouille à nouveau de pèlerins passant d'un magasin de souvenirs à l'autre ou partageant leurs repas sous des palmiers.

"Il y a une énorme différence entre cette année et les précédentes. Cette année, nous voyons beaucoup de pèlerins qui redonnent sa gloire à la Grande Mosquée", souligne Amine, un parfumeur de 32 ans.

"Les pertes étaient importantes, mais les choses vont mieux".

40% des niveaux de 2019

Durant la pandémie, la baisse des prix du pétrole a poussé l'Arabie saoudite à adopter des mesures d'austérité, augmentant la taxe sur la valeur ajoutée et réduisant les allocations aux fonctionnaires.

Mais avec la reprise des cours, notamment depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février dernier, la situation a totalement changé.

L'économie saoudienne a connu au premier trimestre son taux de croissance le plus important en dix ans, frôlant les 10%, tirée par l'essor du secteur pétrolier.

"Les pertes au cours des deux dernières années ont été importantes, mais nous commençons à voir une reprise, et le (hajj) cette année est une bonne nouvelle", affirme Salem Ali Shahran, directeur des opérations de la plus grande chaîne d'hôtels de La Mecque.

"Nous sommes à 40% des niveaux de 2019. Nous espérons des chiffres plus importants dans les années à venir.", indique-t-il.

Le Fonds monétaire international prévoit une croissance de 7,6% dans le royaume en 2022.

Le prince héritier Mohamed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume, cherche depuis 2017 à accélérer la diversification de l'économie saoudienne, en misant notamment sur le tourisme.

L'Arabie saoudite veut accueillir cette année trois fois plus de visiteurs étrangers qu'en 2021, soit 12 millions, a indiqué le ministre du Tourisme Ahmed al-Khatib à l'AFP en juin.

Le royaume vise 100 millions de touristes, étrangers et locaux, à l'horizon 2030, dont 30 millions à La Mecque et à Médine, les deux sites les plus sacrés de l'islam.