John Kerry se rend aux EAU pour une conférence de dialogue régional sur le climat

Le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, rencontre l'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry. (Photo, WAM)
Le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, rencontre l'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry. (Photo, WAM)
Le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, rencontre l'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry. (Photo, WAM)
Le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, rencontre l'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
L'envoyé américain pour le changement climatique John Kerry participe à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique. (Photo, WAM)
Short Url
Publié le Lundi 05 avril 2021

John Kerry se rend aux EAU pour une conférence de dialogue régional sur le climat

  • Kerry a discuté avec le prince héritier d'Abu Dhabi des possibilités de développer la coopération entre les Émirats arabes unis et les États-Unis
  • Kerry a salué le grand rôle joué par les EAU dans le soutien des projets d'énergie renouvelable

LONDRES: Le prince héritier d'Abu Dhabi, Sheikh Mohammed ben Zayed, a rencontré l'envoyé américain pour le changement climatique, John Kerry, qui se rend aux Émirats arabes unis pour participer à la conférence de dialogue régional sur le changement climatique.

Au cours de la réunion, Cheikh Mohammed et Kerry ont discuté des possibilités de développer la coopération entre les Émirats arabes unis et les États-Unis dans divers domaines liés à la préservation de l'environnement, à la lutte contre le changement climatique et à la limitation de son impact négatif sur les systèmes environnementaux et économiques, a rapporté l'agence de presse Emirates.

Les deux parties «ont souligné l'importance d'efforts concertés et d'un travail international conjoint avec les organisations internationales pour accélérer la création de solutions intelligentes et durables pour réduire les impacts du changement climatique sur les sociétés, aider les pays à atteindre leurs objectifs climatiques et assurer un avenir plus durable pour l'humanité. »

Les deux parties ont discuté d'un certain nombre de projets stratégiques majeurs aux EAU qui renforcent les efforts d'énergie propre, contribuent à limiter les répercussions du changement climatique et favorisent le développement durable.

Le prince héritier et l'envoyé ont également discuté de l'importance pour les Émirats arabes unis d'accueillir la première conférence de dialogue régional sur le changement climatique, qui est une plate-forme d'échange d'idées sur les problèmes et défis climatiques les plus importants.

Kerry a salué le grand rôle joué par les EAU dans le soutien des projets d'énergie renouvelable pour lutter contre les répercussions du changement climatique, soulignant l'importance de ces initiatives en raison de leur grand impact sur l'avenir de l'humanité et la durabilité des ressources naturelles.

La conférence s'est concentrée sur les préparatifs de la 26e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), qui se tiendra début novembre à Glasgow, en Écosse, afin d'accélérer les efforts visant à atteindre les objectifs de l'Accord de Paris et de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Elle visait également à donner plus d'élan en vue d'un sommet convoqué par le président américain Joe Biden pour les dirigeants du climat, qui se tiendra à Washington plus tard ce mois-ci.

Par ailleurs, le ministre du Changement climatique et de l’Environnement, Abdullah Al-Nuaimi, a déclaré que la participation de Kerry à la conférence renforçait les capacités d’identifier les futures orientations de l’action climatique mondiale et de se préparer plus efficacement à la COP26.

«Les défis posés par le changement climatique et les impacts négatifs qu'il engendre sont clairs pour la communauté internationale dans son ensemble, et le problème est que la gravité de ces impacts augmente à un rythme accéléré ; ce qui nécessite une accélération des efforts mondiaux pour réduire la gravité de ce changement et renforcer les capacités d'adaptation à ses répercussions pour assurer un avenir durable », a-t-il déclaré lors de la conférence.

Il a déclaré que les EAU avaient adopté le Programme national d'adaptation, qui vise à renforcer les capacités de tous les secteurs à s'adapter aux répercussions du changement climatique, et que des études d'évaluation complètes ont été lancées sur les impacts actuels et futurs de ces répercussions sur les secteurs vitaux du pays, notamment la santé, l'énergie, les infrastructures, l'environnement et les assurances.

Le ministre de l'Industrie et des Technologies de pointe, Sultan bin Ahmed Al-Jaber, a déclaré que les EAU avaient un record de réalisations en matière de technologies propres et de développement durable au cours des 15 dernières années. Il a déclaré que les EAU avaient réalisé très tôt que ces investissements avaient une grande faisabilité économique et étaient soutenus par les tendances du marché.

«Notre région dispose de capacités importantes et distinctes qui lui permettent de contribuer à faire face au défi mondial commun du changement climatique… et grâce à une coopération intense et à un travail acharné et efficace, nous pourrons augmenter notre contribution au maximum, tout en tirant parti de la dernière des technologies et en se concentrant sur des investissements intelligents pour assurer un développement durable qui stimule la croissance économique », a-t-il déclaré.

Une déclaration conjointe signée par les Émirats arabes unis, Oman, le Koweït, Bahreïn, le Qatar, l'Égypte, la Jordanie, le Maroc, l'Irak, le Soudan et les États-Unis a exhorté la communauté internationale à prendre des mesures pour veiller à ce que les températures moyennes mondiales soient maintenues dans les limites convenues sous l'Accord de Paris, notamment en renforçant les contributions déterminées au niveau national.

«Alors que nous traversons une décennie cruciale pour le changement climatique, nous pensons que les investissements dans les énergies renouvelables, l'adoption de méthodologies basées sur la protection des écosystèmes, l'application de solutions basées sur la nature, une agriculture climato-intelligente, des techniques de captage du carbone et d'autres solutions pour réduire les émissions de carbone contribueront en soutenant une croissance économique durable et en créant plus d'emplois », a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


En Arabie saoudite, une nouvelle loi destinée à la famille et au renforcement des liens familiaux

Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Le ministère de la Justice d'Arabie saoudite s'apprête à divulguer une loi relative au statut personnel qui accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux. (SPA)
Short Url
  • Plusieurs articles de la Vision 2030 du Royaume préconisent la consolidation de la famille et la lutte contre les obstacles qui se dressent sur son chemin
  • L’objectif de la transformation numérique menée actuellement au sein du ministère de la Justice consiste non seulement à faciliter les services, mais à améliorer les procédures

RIYAD: Le ministère saoudien de la Justice s'apprête à introduire un projet de loi relatif au statut personnel, dans lequel il accordera une attention particulière à la famille et au renforcement des liens familiaux.

Lors du Saudi Family Forum 2021 (Forum des familles saoudiennes 2021), le ministre de la Justice de l’Arabie saoudite, Walid al-Samaani, a mis en lumière les objectifs qui sous-tendent le projet de loi sur le statut personnel annoncé par le prince héritier, Mohammed ben Salmane. Le plus important de ces objectifs porte sur la situation familiale, la consolidation des liens familiaux – dans la mesure du possible – et la lutte contre les répercussions d’une séparation.

D'après M. Al-Samaani, ce projet se concentre avant tout sur la volonté la femme de se marier, sur la protection de son droit et de celui de ses enfants à une pension alimentaire, et sur d'autres aspects en lien avec le divorce.

Lors de son intervention dans ce forum, le ministre a rappelé qu’un grand nombre de mesures publiques, parmi lesquelles la loi sur la gouvernance, ont pour objectif de conférer une autonomie financière aux familles afin de leur permettre de se développer durablement sur le plan social et de surmonter les difficultés auxquelles elles sont confrontées.

Il a également rappelé que plusieurs articles de la Vision 2030 du Royaume préconisent la consolidation de la famille et la lutte contre les obstacles qui se dressent sur son chemin.

Selon le ministre de la Justice, parmi les décisions qui ont permis de consolider la stabilité et la continuité des familles figure la réforme des codes exécutifs qui régissent les procédures judiciaires. Il est notamment prévu que soit ajouté un texte de loi qui renvoie tous les litiges en matière de statut personnel au bureau de réconciliation chargé de rapprocher les conjoints.

Selon M. Al-Samaani, cet amendement a permis de faire baisser de plus de 20% le nombre de litiges relatifs au divorce, à la pension alimentaire et à d’autres questions; on s’attend à ce que ce chiffre continue à baisser. Au sujet de l’amélioration des procédures liées aux litiges portant sur le statut personnel, le ministre estime que la mise en place du centre chargé de réviser les plaintes a permis de réduire de plus de 30% la durée des procédures judiciaires.

L’objectif de la transformation numérique menée actuellement au sein du ministère de la Justice consiste non seulement à faciliter les services, mais à améliorer les procédures, notamment en matière de qualité et de diversité des litiges, tels que les différends relatifs au statut personnel. Le fait de déposer des plaintes à distance, du domicile ou d’ailleurs, permet également aux instances judiciaires et aux autorités compétentes – telles que la Commission des droits de l’homme – de remplir leur rôle et d’évaluer la situation sociétale.

M. Al-Samaani a indiqué que le ministère de la Justice avait lancé cent vingt services électroniques. Il a rappelé que la pandémie de Covid-19 n’avait pas interrompu les procès. Ainsi, plus d’un million et demi de séances ont été tenues, plus d’un million de décisions ont été rendues au moyen de procédures électroniques et plus de trois millions de plaintes ont pu être déposées par voie électronique.

M. Al-Samaani précise que le ministère de la Justice avait adopté des techniques qui relèvent de l’intelligence artificielle. Cette technologie a été employée pour la première fois dans des affaires relatives au statut personnel, ce qui a permis aux instances judiciaires de déterminer à l’avance 80% des verdicts rendus.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Israël: huit milliards d'euros pour réduire les inégalités au sein de la minorité arabe

Manifestation de Palestiniens devant la Cour suprême israélienne pour protester contre les expulsions de logements à Jérusalem-est (Photo, AFP).
Manifestation de Palestiniens devant la Cour suprême israélienne pour protester contre les expulsions de logements à Jérusalem-est (Photo, AFP).
Short Url
  • Pour la première fois de l'histoire d'Israël, un parti arabe -- les islamistes modérés Raam de Mansour Abbas -- soutient une coalition au pouvoir
  • La minorité arabe est frappée par un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et se dit victime de discriminations en tous genres

JERUSALEM: Le gouvernement israélien a approuvé lundi l'octroi d'environ huit milliards d'euros sur cinq ans dans le but d'améliorer les conditions socio-économiques de la minorité arabe du pays, qui se plaint de discriminations et fait face à une vague de criminalité sans précédent.

Ce plan, approuvé dimanche soir par le gouvernement, intervient alors que la coalition menée par le Premier ministre, Naftali Bennett, qui a succédé en juin au gouvernement de Benjamin Netanyahu, a jusqu'au 14 novembre pour faire adopter le budget d'Etat et éviter ainsi la tenue de nouvelles élections.

Pour la première fois de l'histoire d'Israël, un parti arabe -- les islamistes modérés Raam de Mansour Abbas -- soutient une coalition au pouvoir. 

Le plan quinquennal du gouvernement israélien prévoit des investissements de 30 milliards de shekels (8,02 milliards d'euros) sur cinq ans pour financer différentes initiatives dans le but de "réduire l'écart" entre la minorité arabe et la majorité juive du pays.

Représentant environ un cinquième de la population, les citoyens arabes d'Israël sont les descendants des Palestiniens qui sont restés sur leurs terres après la création de l'Etat hébreu en 1948.

Ils détiennent des passeports israéliens et ont le droit de vote, mais la minorité arabe est frappée par un taux de chômage supérieur à la moyenne nationale et se dit victime de discriminations en tous genres, notamment en matière de logement et d'application de la loi.

Le gouvernement israélien a aussi donné son feu vert dans la nuit de dimanche à lundi, à un investissement supplémentaire de 2,5 milliards de shekels (670 millions d'euros) sur cinq ans, afin de lutter contre les crimes et la violence dans les villes arabes israéliennes, où le taux d'homicide et les cas d'extorsion ont atteint un niveau sans précédent. 

Vendredi, des milliers de citoyens arabes ont manifesté à Umm al-Fahm pour demander l'intervention de l'Etat pour juguler ces violences.

Depuis le début de l'année, 102 homicides volontaires ont été commis dans la communauté arabe israélienne, suscitant une inquiétude croissante quant à la spirale de la violence au sein de cette minorité.


Initiative pour un Moyen-Orient vert: élaborer une feuille de route régionale pour un mode de vie durable

L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie». (SPA)
L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie». (SPA)
Le prince saoudien Mohammed ben Abdelrahman ben Abdelaziz, gouverneur par intérim de la province de Riyad, reçoit la Première ministre tunisienne, Najla Bouden, lors du sommet de l’Initiative pour un Moyen-Orient vert à Riyad, le 24 octobre 2021. (SPA)
Le prince saoudien Mohammed ben Abdelrahman ben Abdelaziz, gouverneur par intérim de la province de Riyad, reçoit la Première ministre tunisienne, Najla Bouden, lors du sommet de l’Initiative pour un Moyen-Orient vert à Riyad, le 24 octobre 2021. (SPA)
Short Url
  • La neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie»
  • Le Royaume s’engage à doubler la quantité de carbone qu’il réduira dans son économie nationale en éliminant 278 millions de tonnes de polluants par an d’ici à 2030

DJEDDAH: L’Initiative pour un Moyen-Orient vert – dernier événement de l’Initiative verte saoudienne – commence aujourd’hui. Elle vise à établir une feuille de route durable pour la région et à mettre l’accent sur la transition verte, les solutions politiques vertes et la contribution du secteur financier aux objectifs de l’Initiative verte saoudienne, en plus de proposer un éclairage au niveau international.

Plusieurs chefs d’État participeront à cet événement, avec des intervenants clés comme le prince héritier Mohammed ben Salmane, l’envoyé spécial du président américain pour le climat, John Kerry, la vice-secrétaire générale de l’ONU, Amina Mohammed, le PDG de BlackRock, Larry Fink, le directeur général du groupe HSBC, Noel Quinn; et André Esteves, associé principal de la banque BTG Pactual, au Brésil.

Plus tôt cette année, le prince héritier a déclaré que l’Initiative verte saoudienne et l’Initiative pour un Moyen-Orient vert s’inscrivaient dans le cadre des efforts environnementaux déployés par le Royaume au cours des dernières années, conformément au projet Vision 2030.

Ces deux initiatives témoignent de la volonté ferme du Royaume de relever les défis environnementaux auxquels il fait face, de la hausse des températures et des vagues de poussière aux faibles niveaux de précipitations et à la désertification.

Elles ont également pour objectif commun de planter cinquante milliards d’arbres et de faire en sorte que la région du Moyen-Orient contribue à 10% de la réduction des émissions de carbone prévue à l’échelle mondiale.

L’Initiative verte saoudienne a pour ambition d’atteindre l’objectif de zéro émission nette de gaz à effet de serre, principalement produits par la combustion des carburants fossiles d’ici à 2060.

L’Arabie saoudite affirme que la transition vers la neutralité carbone «se fera de manière à préserver le rôle de premier plan du Royaume dans le renforcement de la sécurité et de la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie».

En annonçant ce projet qui vise à atteindre l’objectif «zéro émission nette» d’ici à 2060, le prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré samedi dernier que cette décision était conforme aux plans de développement du Royaume, «tout en préservant et en renforçant son rôle de premier plan dans la sécurité et la stabilité des marchés mondiaux de l’énergie».

Le Royaume s’engage à doubler la quantité de carbone qu’il réduira dans son économie nationale en éliminant 278 millions de tonnes de polluants par an d’ici à 2030.

«En tant que région, nous avons toujours dû vivre dans des conditions climatiques difficiles et nous devrons continuer à innover en matière d’atténuation et d’adaptation», a déclaré le Dr Sultan ben Ahmed al-Jaber lors d’un forum sur la COP26 qui se déroulait à Riyad.

«Les Émirats arabes unis félicitent vivement les dirigeants et le peuple d’Arabie saoudite, en particulier les jeunes, d’avoir pris cette initiative stratégique historique, audacieuse et à long terme. Cela représente un changement radical dans les aspirations de cette région», ajoute le ministre.

L’Initiative verte saoudienne a pour but de renforcer le couvert végétal, de réduire les émissions de carbone, de lutter contre la pollution et la dégradation des terres ainsi que de préserver les écosystèmes marins.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com