Le Liban promet de sévir contre les trafiquants de drogue

Un douanier saoudien ouvre des grenades importées, pendant que les douanes ont déjoué une tentative de contrebande de millions de pilules de Captagon, qui venaient du Liban, au port islamique de Jeddah le 23 avril 2021. (Photo, SPA)
Un douanier saoudien ouvre des grenades importées, pendant que les douanes ont déjoué une tentative de contrebande de millions de pilules de Captagon, qui venaient du Liban, au port islamique de Jeddah le 23 avril 2021. (Photo, SPA)
Short Url
Publié le Dimanche 25 avril 2021

Le Liban promet de sévir contre les trafiquants de drogue

  • La contrebande nuit à l'économie et à la réputation, affirme le ministère des Affaires étrangères
  • Les autorités grecques ont annoncé la saisie de cannabis caché dans des machines au Pirée en route du Liban vers la Slovaquie

BEYROUTH: Le Liban s'est engagé à punir les trafiquants de drogue après que des quantités massives de stupéfiants ont été interceptées et saisies par l'Arabie saoudite et la Grèce.

Vendredi, les autorités saoudiennes ont annoncé avoir déjoué une tentative de contrebande de millions de pilules d’amphétamine cachées dans une cargaison de grenades en provenance du Liban au port roi Abdelaziz de Dammam. Elles ont indiqué que cinq personnes impliquées dans l'affaire avaient été arrêtées, quatre Saoudiens et un expatrié.

Il y a eu une autre interception d'une cargaison de grenades, également en provenance du Liban et contenant aussi de la drogue, à Djeddah.

Peu de temps après la déclaration saoudienne, les autorités grecques ont annoncé la saisie de quatre tonnes de cannabis cachées dans des machines de fabrication de desserts au Pirée, en route du Liban vers la Slovaquie. La valeur de la drogue a été estimée à environ 33 millions d'euros (39 millions de dollars).

Les autorités grecques ont révélé qu’ils avaient reçu de l’aide sur cette affaire de la part de l’agence de lutte antidrogue saoudienne.

Le Ministère libanais des affaires étrangères a déclaré que la contrebande de drogues dans des conteneurs ou des camions transportant des fruits et légumes du Liban vers des pays étrangers était punie par la loi. «La contrebande de drogue nuit à l'économie libanaise, aux agriculteurs et à la réputation», ajoute le communiqué.

Il a exhorté les autorités à déployer «tous les efforts» pour contrôler toutes les opérations de contrebande aux points de passage des frontières à la lumière des lois qui criminalisent l'usage, le trafic et la contrebande de drogues.

L'Arabie saoudite a affirmé que les importations libanaises de fruits et légumes seraient interdites à partir de dimanche parce que les autorités avaient remarqué une augmentation des opérations de contrebande visant le Royaume à l'aide de produits libanais.

L’ambassadeur du Royaume au Liban, Walid Al-Bukhari, a souligné que la sûreté et la sécurité du pays et de son peuple étaient les motifs de l’interdiction.

«La contrebande de drogue dans le Royaume révèle l'étendue des défis des réseaux criminels locaux et internationaux auxquels l'Arabie saoudite est confrontée», a-t-il déclaré aux médias locaux.

Une source sécuritaire a déclaré à Arab News que la cargaison saisie n'était pas libanaise mais possédait un certificat d'origine syrienne, transitant par le Liban depuis la Syrie entre le 10 et le 15 avril.

Ibrahim, le président de l’Association des agriculteurs de la Bekaa, a déclaré que les producteurs agricoles libanais étaient innocents de la contrebande de drogue en Arabie saoudite, qui importait plus de 50 000 tonnes de produits agricoles libanais chaque année.

Il a exprimé ses craintes quant à l’impact de l’interdiction.

«Les autorités libanaises doivent contacter leurs homologues saoudiens dès que possible pour confirmer que le Liban n'a aucune intention de nuire au Royaume», a  déclaré Tarshishi, à Arab News. «L'Arabie saoudite est le plus grand pays importateur de nos produits agricoles. Les exportations devaient démarrer en mai. La décision saoudienne signifie que nos exportations n'iront pas plus loin que la Jordanie et ne seront pas transitées par le Royaume vers le reste des États du Golfe. C'est une catastrophe qui menace l'ensemble du secteur agricole au Liban».

Le Liban n’exportait pas de grenades, bien au contraire, il les importait de Syrie, d'Égypte et de Tunisie depuis 20 ans, a-t-il confié.

«Nous exportons nos légumes, agrumes, pêches, poires, abricots et cerises vers l'Arabie saoudite. Cette relation d'exportation avec l'Arabie saoudite a été établie il y a 50 ans et les exportations sont effectuées par voie terrestre, maritime et aérienne, et notre travail est tout à fait légal».

Des marchandises agricoles non libanaises avaient transité par le Liban et les drogues saisies se sont avérées être passées en contrebande dans des camions syriens, a-t-il assuré.

«Les agriculteurs libanais n'ont rien à voir avec cette affaire. La cargaison est contrôlée par les douanes libanaises. Ils passent par un scanner au poste frontalier de Masnaa avec la Syrie. Cependant, les scanners de l'aéroport de Beyrouth ont été endommagés depuis l'explosion de Beyrouth le 4 août. De nouveaux scanners ont été fournis mais n'ont pas encore été installés. Par conséquent, la cargaison est vidée dans la zone franche où un membre des douanes manipule la cargaison avant qu’elle ne soit expédiée».

Le comité fondateur de l'Association d'amitié libano-saoudienne a publié un communiqué dans lequel il regrette les actions qui ont conduit le Royaume à interdire l’importation des produits libanais. C'est «la preuve du niveau de régression» que le Liban avait atteint en raison du fait que certaines personnes essayaient «de prendre le contrôle du pays et de ses actifs en cherchant à mettre en péril ses institutions publiques», a ajouté le communiqué.

Les services de sécurité libanais se sont précipités sur de nombreuses usines de drogue, en particulier celles qui fabriquent des pilules de Captagon dans la vallée de la Bekaa, ainsi que des drogues destinées à être introduites en contrebande à l’étranger.

Le 10 avril, Hassan Daqou a été arrêté pour des soupçons de trafic de drogue, de production et de contrebande. Il est originaire de la ville de Tufail, à 57 kilomètres de Damas.

L'ancien mufti de Baalbek, Cheikh Ayman Al-Rifai, a alerté que la région d'Hermel endure la consommation, le trafic et la production de drogue.

«Cela a provoqué plusieurs problèmes sociaux et familiaux que nous essayons de résoudre», a-t-il déclaré à Arab News, affirmant qu'il souhaitait que les autorités procèdent à davantage de raids et d'arrestations.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


De hauts responsables limogés au sein d’une entreprise qui propose ses services aux pèlerins du Hajj

Le ministère du Hajj et de l’Omra affirme que cette décision est due à l’inaptitude de cette société à fournir des services adéquats aux pèlerins. (AFP)
Le ministère du Hajj et de l’Omra affirme que cette décision est due à l’inaptitude de cette société à fournir des services adéquats aux pèlerins. (AFP)
Short Url
  • Selon le ministère, la décision aurait été prise en coordination avec le conseil d’administration de l’entreprise et se baserait sur les observations de ses équipes sur le terrain
  • Le ministère réitère qu’il surveille de près tous les services fournis par toutes les agences et entreprises opérant pendant la saison du Hajj pour garantir leur qualité

RIYAD: Le directeur général et un haut responsable au sein de l’une des sociétés qui proposent ses services aux pèlerins du Hajj cette année ont été limogés, annonce le ministère saoudien en charge du Hajj.

Le ministère du Hajj et de l’Omra affirme que cette décision est liée à l’incapacité de la société à fournir des services adéquats aux pèlerins, rapporte jeudi l’agence de presse saoudienne.

Selon le ministère, cette mesure aurait été prise en coordination avec le conseil d’administration de l’entreprise et se baserait sur les observations de ses équipes sur le terrain.

Le communiqué indique également que les deux responsables devraient «faire l’objet d’une enquête».

Le Hajj, un pilier clé de l’islam, commence ce jeudi. Un million de pèlerins en provenance du monde entier devraient y participer.

Le ministère réitère qu’il surveille de près tous les services fournis par l’ensemble des agences et des entreprises qui opèrent pendant la saison du Hajj afin de garantir leur qualité.

Il ajoute qu’il «recense également toutes les violations et y remédie immédiatement» dans le cadre de ses efforts pour garantir la sécurité et le confort des pèlerins.

Le ministère souligne par ailleurs qu’il ne tolérera aucune lacune affectant le service aux pèlerins.

Les équipes sur le terrain et le service d’inspection du ministère effectuent des tournées permanentes pour évaluer la qualité des prestations fournies aux pèlerins. Ils traitent toutes les violations sans exception dans le but de renforcer la qualité des services proposés aux pèlerins et de maintenir la sécurité de ces derniers», souligne-t-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Pétrole: Le Kurdistan d'Irak dénonce les «pressions injustes» de Bagdad

Une plate-forme de forage sur un site de creusement de puits de pétrole près du village de Taq Taq en Irak (Photo, AFP).
Une plate-forme de forage sur un site de creusement de puits de pétrole près du village de Taq Taq en Irak (Photo, AFP).
Short Url
  • Un tribunal de commerce a invalidé ces contrats conclus entre le Kurdistan et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne
  • En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central

ERBIL: Le Kurdistan d'Irak a dénoncé mercredi les "pressions injustes" exercées par le gouvernement central de Bagdad, quelques jours après une décision de justice invalidant des contrats pétroliers passés par la région autonome avec des compagnies étrangères.

Saisi par le ministère du Pétrole de Bagdad, un tribunal de commerce a invalidé lundi ces contrats conclus entre la région autonome du Kurdistan (nord) et des entités canadienne, américaine, britannique et norvégienne.

Cette décision illustre le bras de fer opposant le Kurdistan d'Irak à Bagdad sur la gestion des hydrocarbures.

En février, la Cour suprême fédérale avait sommé le Kurdistan de livrer le pétrole produit dans ses territoires au gouvernement central, donnant à ce dernier le droit de revoir tous les contrats pétroliers, voire de les annuler.

Depuis, Bagdad bataille pour faire appliquer cet arrêt, au grand dam du Kurdistan qui veut préserver l'autonomie de son secteur énergétique.

Selon un communiqué publié mercredi, le gouvernement kurde "a passé en revue toutes les procédures constitutionnelles et juridiques (dont dispose) le Kurdistan face aux pressions injustes et inconstitutionnelles exercées par le ministère du Pétrole" à Bagdad.

"Le tribunal du commerce a invalidé les contrats qui n'étaient pas conformes à la décision de la Cour suprême fédérale", a indiqué à l'AFP un haut responsable du secteur des hydrocarbures dans la capitale irakienne sous le couvert de l'anonymat.

Selon lui, le gouvernement a intenté des actions en justice contre sept entreprises opérant au Kurdistan, mais aussi contre l'actuel ministre des Ressources naturelles de la région autonome et de son prédécesseur.

Dans ce contexte tendu, les géants Schlumberger, Baker Hughes et Halliburton se sont engagés à ne pas s'impliquer dans de nouveaux projets au Kurdistan, a annoncé le ministère du Pétrole à Bagdad.

D'après le ministère, ces entreprises oeuvrent aussi à "liquider et clôturer" les appels d'offres et contrats en cours.

De son côté, tout en réclamant une solution négociée, le Kurdistan a intenté deux actions en justice, dont une visant le ministre du Pétrole.

L'Irak dispose d'immenses réserves d'hydrocarbures et l'or noir représente plus de 90% de ses revenus. Les relations entre Bagdad et le Kurdistan sont en dents de scie, l'épineux dossier des hydrocarbures refaisant épisodiquement surface.

En juin, l'Irak a exporté plus de 101 millions de barils, soit plus de 11,5 milliards de dollars de revenus, selon des chiffres préliminaires du gouvernement.

Le Kurdistan irakien produit plus de 400.000 barils par jour.


Hajj 2022: Un million de musulmans entament les premiers rituels

Des pèlerins musulmans prient autour de la Kaaba à la Grande Mosquée lors du pèlerinage annuel du Hajj (Photo, AFP).
Des pèlerins musulmans prient autour de la Kaaba à la Grande Mosquée lors du pèlerinage annuel du Hajj (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Royaume a lancé une opération massive pour protéger la santé et assurer la sureté des pèlerins
  • Un million de musulmans entièrement vaccinés, dont 850 000 de l’étranger, sont autorisés à participer au Hajj de cette année

LA MECQUE: Un million de pèlerins ont entamé le voyage spirituel de leur vie avec le début des premiers rituels du Hajj annuel.

Des centaines de milliers de fidèles ont circulé autour du site le plus sacré de l’Islam, la Kaaba, à la Grande Mosquée de La Mecque. Beaucoup utilisaient des parapluies pour se protéger du soleil, la température atteignant 42 degrés Celsius.

Jeudi, les pèlerins se rendront dans un vaste village de tentes à Mina, à près de 5 kilomètres de la Grande Mosquée, avant le rite principal au mont Arafat, où le prophète Mohammed a prononcé son dernier sermon.

Les autorités saoudiennes ont mis en place une opération massive pour garantir la santé et la sécurité des pèlerins. Le ministère saoudien de la Santé a préparé 23 hôpitaux et 147 centres de santé à La Mecque et à Médine, la seconde ville sainte de l’Islam, pour accueillir les pèlerins.

Quatre hôpitaux et 26 centres de santé sont également prêts à traiter les arrivants à Mina. Plus de 1 000 lits sont disponibles pour les patients nécessitant des soins intensifs et plus de 200 lits spécialement destinés aux patients victimes d’insolation. En outre, 25 000 soignants ont été déployés.

«Tout se passe bien jusqu’à présent. Je me suis beaucoup déplacée et j’ai vu que les règles étaient respectées», a déclaré Faten Abdel Moneim, 65 ans, mère de quatre enfants, originaire d’Égypte.

Naim Mohsen, 42 ans, également originaire d’Égypte, a indiqué qu’«être ici est la meilleure chose qui me soit jamais arrivée. J’ai hâte de continuer le voyage. Mon seul problème est le température. Il fait tout simplement trop chaud.»