Grâce à sa contribution aux programmes du HCR, l'Arabie saoudite apporte une aide aux réfugiés

Certains réfugiés sont déplacés depuis plus de quarante ans: ce sont les réfugiés afghans qui vivent au Pakistan et en Iran; les réfugiés palestiniens en Syrie, en Jordanie, au Liban et dans les territoires occupés; les réfugiés somaliens au Kenya. (AP)
Certains réfugiés sont déplacés depuis plus de quarante ans: ce sont les réfugiés afghans qui vivent au Pakistan et en Iran; les réfugiés palestiniens en Syrie, en Jordanie, au Liban et dans les territoires occupés; les réfugiés somaliens au Kenya. (AP)
Short Url
Publié le Lundi 31 mai 2021

Grâce à sa contribution aux programmes du HCR, l'Arabie saoudite apporte une aide aux réfugiés

  • L'Arabie saoudite joue un rôle historique dans l'aide aux personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays
  • «Les dons et les contributions apportent un véritable changement dans la vie des gens, et des histoires de réussite, de temps en temps»

DJEDDAH: La dernière décennie a vu le nombre de personnes déplacées presque doubler, passant de 41 millions à 80 millions de personnes. Face à cette situation en perpétuelle expansion, un soutien s'avère indispensable.

En milieu d'année, la pandémie de Covid-19 a plongé les personnes les plus vulnérables du monde dans un contexte encore plus défavorable, elle a rendu plus difficile leurs déplacements déjà éprouvants, la recherche d'un emploi mais aussi leur protection, et celle de leur famille, contre le coronavirus et d'autres dangers.

Les appels à une plus grande solidarité au niveau mondial pour affronter cette crise grandissante ont été entendus. Guidée par les enseignements et la culture de l'islam, l'Arabie saoudite a joué un rôle historique dans le soutien aux personnes démunies, tant dans le Royaume qu'ailleurs: elle a ainsi conclu des partenariats avec des initiatives mondiales et des organismes compétents pour fournir de l'aide.

Le représentant régional du Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR) auprès du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Khaled Khalifa, explique à Arab News qu'il est possible d'améliorer la situation grâce à des solutions innovantes et aux efforts concertés et unifiés avec nos partenaires internationaux et régionaux, mais «nous ne pouvons pas le faire seuls».

«Le gouvernement saoudien est un partenaire stratégique du HCR. Notre siège se situe en Arabie saoudite où notre bureau régional opère depuis trente ans et couvre les six pays du CCG», déclare M. Khalifa. «Au cours des dix dernières années, les contributions versées par le gouvernement saoudien ont dépassé les 300 millions de dollars [1 dollar = 0,82 euro].»

Le soutien de l'Arabie saoudite aux réfugiés remonte à plusieurs décennies. Le Royaume est l'un des principaux donateurs des programmes d'aide aux réfugiés, il soutient les programmes du HCR, répond aux urgences et aide les programmes et initiatives de développement sur le long terme. Plus de 300 millions de dollars ont été accordés sur une période de dix ans et les agences ont pu fournir aide et provisions grâce au King Salman Humanitarian Aid and Relief Center (KSrelief).

Parmi les autres contributeurs importants figurent le Fonds saoudien pour le développement (FSD), qui a fait don de plus de 65 millions de dollars depuis sa création en 2010, ainsi que le ministère des Affaires étrangères et le ministère de l'Intérieur.

Selon le HCR, à la fin de 2020, le nombre de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur de leur pays (PDI) s'élevait à plus de 80 millions dans le monde: 45,7 millions de PDI; 26,3 millions de réfugiés; 4,2 millions de chercheurs d'asile, auxquels s'ajoutent 3,6 millions de Vénézuéliens déplacés à l'étranger. Les conflits internes accentuent ces chiffres.

 

Le gouvernement saoudien a versé plus de 300 millions de dollars au cours des dix dernières années.

Khaled Khalifa, le représentant régional du Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés auprès des pays du CCG

«Il nous est impossible de répondre seuls aux défis que pose le nombre grandissant de personnes déplacées dans le monde, un nombre qui équivaut à 1 % de la population mondiale. Je sollicite le soutien de nos partenaires des secteurs public et privé», explique M. Khalifa. «Nous avons besoin de tout le soutien possible afin de gérer les dossiers colossaux que nous devons prendre en charge et répondre aux besoins des personnes déplacées. Les solutions innovantes sont plus que jamais nécessaires.»

Grâce au soutien des Organisations non gouvernementales (ONG) et des secteurs public et privé, plus de 17 000 travailleurs humanitaires du HCR sont en mesure d’agir rapidement, en fournissant une assistance aux bénéficiaires, en collectant des données plus précises et en gérant des informations relatives aux bénéficiaires de l'aide. Toutefois, aux contraintes découlant de la hausse incessante du nombre de réfugiés et de personnes déplacées, est venue s'ajouter la pandémie de Covid-19.

Le sort des réfugiés et des personnes déplacées ne tient qu’à un fil. Leur santé continue en effet de faire l'objet de discussions et d'une observation attentive, un an après la survenue de la pandémie de Covid-19, qui a infecté plus de 170 millions de personnes dans le monde et fait plus de 3,5 millions de morts.

En raison du caractère prolongé des déplacements, les gens passent en moyenne de dix-sept à vingt-cinq ans en situation de déplacement. Certains réfugiés le sont depuis plus de quarante ans: ce sont les réfugiés afghans qui vivent au Pakistan et en Iran; les réfugiés palestiniens en Syrie, en Jordanie, au Liban et dans les territoires occupés; les réfugiés somaliens au Kenya. La plupart des réfugiés vivent dans des pays en développement.

Au total, les pays en développement hébergent 86 % des réfugiés et des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays, dont 67 % proviennent de cinq pays; les Syriens occupent la première place avec 6,6 millions de personnes.

hcr
Dans plusieurs pays du monde, les enfants n'ont pas accès à l'éducation «s'ils résident illégalement dans le pays». (Reuters)

 

Le conflit syrien entame sa 11e année. En 2015, l'Arabie saoudite a accueilli plus de 2,5 millions de Syriens. Le Royaume, qui figure parmi les plus grands prestataires d'aide au profit du peuple syrien, ne les reconnaît pas comme des réfugiés, par souci de garantir leur dignité et leur sécurité. Les Syriens vivant dans le Royaume ont bénéficié du statut de résidents légaux, de soins de santé gratuits, ils fréquentent les écoles et les universités saoudiennes et participent au marché du travail.

Plus de 100 000 étudiants syriens ont en effet été acceptés dans les écoles publiques. Cette décision découle d'un décret royal datant de 2012 qui a ordonné aux écoles publiques de les admettre.

«En dépit de l'importance de l'éducation, les enfants en sont privés dans de nombreux pays du monde s'ils y résident illégalement. Un grand nombre d’enfants que nous prenons en charge sont des mineurs non accompagnés. Certes, nous nous efforçons de répondre à leurs besoins, notamment en leur fournissant un soutien psychosocial, mais cela reste insuffisant. Ils ont besoin d’accéder à une scolarité et à un réel soutien psychosocial, et à bien d'autres services. L'éducation est un droit, mais aussi une mesure qui permet parfois de sauver des vies», précise M. Khalifa.

L'une des plus belles réussites du HCR est le Fonds de la zakat en faveur des réfugiés (Refugee Zakat Fund). Fort d'une expérience de plus de vingt ans dans l'aide humanitaire et le développement, M. Khalifa pilote également les activités de philanthropie islamique menées par cette agence au niveau mondial.

La zakat est un acte de charité ou un impôt collecté auprès des musulmans dont la richesse est égale ou supérieure à un certain seuil. Ils sont appelés à faire don d'une partie de leur fortune, puisée dans des sources spécifiques telles que l'épargne, les actions et autres actifs. Le Fonds de la zakat en faveur des réfugiés permet de financer le programme d'assistance en espèces du HCR: la totalité des fonds récoltés est versée aux familles de réfugiés afin de couvrir les besoins de base que sont la nourriture, le logement, l'eau et les médicaments.

«À titre d’exemple, si vous faites un don de 1 000 dollars, nous verserons 100 dollars pour garantir que la somme sera entièrement perçue. C’est une occasion pour les donateurs de zakat de maximiser la portée de leurs contributions. À ma connaissance, c'est le seul programme au monde pour lequel les Nations unies s'associent à des donateurs individuels et prennent en charge les éventuels charges et frais généraux afin de garantir un impact maximal du programme», souligne M. Khalifa.

Selon lui, ce sont plus d’un million de bénéficiaires dans huit pays qui ont bénéficié des dons du Fonds de la zakat en 2019.

En 2020, les dons du Fonds ont augmenté de 12,5 %, au profit de 2,1 millions de réfugiés et de PDI ayant besoin d'aide dans 13 pays.

«L'assistance financière par “distribution d'argent” est le meilleur moyen de préserver la dignité des réfugiés et des déplacés, elle leur permet de déterminer quels sont leurs besoins car ils sont les mieux placés pour en décider. Certains ont besoin de nourriture, d'autres d'une intervention chirurgicale d'urgence ou de frais de scolarisation à régler. Donner de l'argent aux gens préserve leur dignité et génère en même temps du mouvement sur les marchés locaux; c'est un moyen concret de faire une différence», affirme M. Khalifa.

«Les dons et les contributions apportent un véritable changement dans la vie des gens, et des histoires de réussite, de temps en temps. Cependant, tant que certains pays, dont la Syrie, le Yémen et l'Afghanistan, ne retrouveront pas la paix et que les causes profondes ne seront pas résolues, les réfugiés continueront à se battre. L'espoir est là, mais cela prendra du temps», conclut-il.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Un groupe de miliciens houthis arrêté pour complot contre des responsables militaires du gouvernement

Un combattant houthi brandit un fusil d’assaut Kalachnikov. (Photo, AFP)
Un combattant houthi brandit un fusil d’assaut Kalachnikov. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les premières enquêtes révèlent que les personnes arrêtées auraient été «dirigées par la milice houthie soutenue par l’Iran»
  • Une cache d’explosifs et des cartes de sites de bombes en possession des membres des Houthis ont été saisies

LONDRES : La police de la province yéménite de Marib a arrêté un groupe de miliciens houthis qui prévoyaient de bombarder des lieux publics dans le but d’assassiner des responsables militaires du gouvernement, a rapporté jeudi l’agence de presse officielle Saba.

Le commandant des Forces spéciales à Marib, le brigadier général Saleem al-Sayyaghi, a déclaré qu’une cache d’explosifs et des cartes de sites de bombes en possession des membres des Houthis ont été saisies.

Selon lui, les premières enquêtes révèlent que les personnes arrêtées auraient été «dirigées par la milice houthie soutenue par l’Iran» et avaient pour mission de bombarder les foules civiles et les chefs militaires.

Le brigadier général a également affirmé que cette tentative intervient après que la milice a échoué à s’emparer de Marib sur le champ de bataille bien qu’elle ait envoyé des combattants vers les positions de l’armée au cours des derniers mois.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Des élections municipales prévues en Cisjordanie et à Gaza en décembre

Le Hamas et le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'affrontements sanglants. (Photo, AFP)
Le Hamas et le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'affrontements sanglants. (Photo, AFP)
Short Url
  • Conformément au calendrier électoral qui prévoit des élections locales tous les quatre ans, le dernier scrutin municipal a eu lieu en 2017 en Cisjordanie
  • «Nous avons fixé le calendrier électoral, mais nous ne savons pas si le Hamas permettra l'organisation de municipales à Gaza», a indiqué Farid Taamallah, porte-parole de la commission électorale

 RAMALLAH: La commission électorale palestinienne a annoncé la tenue de municipales en décembre en Cisjordanie occupée et dans la bande de Gaza, sous réserve que le Hamas au pouvoir dans cette enclave y permette la tenue du scrutin.

Conformément au calendrier électoral qui prévoit des élections locales tous les quatre ans, le dernier scrutin municipal a eu lieu en 2017 en Cisjordanie. Le Hamas islamiste en avait alors empêché la tenue à Gaza, micro-territoire de deux millions d'habitants sous blocus israélien depuis plus de 15 ans.

"Nous avons fixé le calendrier électoral, mais nous ne savons pas si le Hamas permettra l'organisation de municipales à Gaza", a indiqué vendredi Farid Taamallah, porte-parole de la commission électorale, un organe indépendant basé à Ramallah, en Cisjordanie. "Nous attendons que le gouvernement palestinien coordonne avec (les autorités de) Gaza et nous informe de ce qui sera décidé", a-t-il ajouté. 

Le Hamas et le Fatah laïc du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, sont à couteaux tirés depuis 2007, lorsque les islamistes ont pris le contrôle de Gaza au terme d'affrontements sanglants.

Les municipales, scrutin à un tour, se tiendront d'abord dans 387 localités de Cisjordanie et de Gaza, le 11 décembre, puis dans 90 autres localités à une date ultérieure qui n'a pas encore été fixée, selon M. Taamallah.

Onze des localités se trouvent dans la bande de Gaza, a précisé le porte-parole de la commission.

Les camps de réfugiés palestiniens en Cisjordanie et à Gaza ne sont pas concernés par les municipales car gérés par l'Unrwa, agence onusienne.

En avril, le mouvement islamiste armé avait dénoncé la décision du président Abbas d'annuler les législatives et la présidentielle prévues en mai et en juillet, et qui devaient être les premières du genre depuis 15 ans.

Le président Abbas, dont le mandat devait s'achever en 2009, avait argué que la tenue du scrutin n'était pas "garantie" à Jérusalem-Est, portion palestinienne de la Ville sainte annexée par Israël. 


Jawaher al-Mheiri aux jeunes arabes : «Soyez courageux, poursuivez vos rêves, saisissez toutes les opportunités»

Jawaher al-Mehairi parle six langues, possède une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est douée pour l'optimisation statistique. (Photo fourni)
Jawaher al-Mehairi parle six langues, possède une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est douée pour l'optimisation statistique. (Photo fourni)
Des Saoudiennes participent à une course cycliste pour célébrer la Journée mondiale de l'obésité à l'université Princesse Noura de Riyad. (AFP/Fichier Photo)
Des Saoudiennes participent à une course cycliste pour célébrer la Journée mondiale de l'obésité à l'université Princesse Noura de Riyad. (AFP/Fichier Photo)
La Koweïtienne Rawah Al-Saeid participe au saut en hauteur lors du premier tournoi d'athlétisme féminin du Koweït en 2020. (AFP/Fichier Photo)
La Koweïtienne Rawah Al-Saeid participe au saut en hauteur lors du premier tournoi d'athlétisme féminin du Koweït en 2020. (AFP/Fichier Photo)
Short Url
  • Jawaher al-Mheiri incarne l'esprit d'une génération du Moyen-Orient qui semble prête à façonner son propre destin
  • Elle a gagné une place dans la catégorie «impact» de la liste «30 Under 30» de Forbes Middle East de cette année

DUBAΪ: L'exemple donné par la jeune femme émiratie Jawaher al-Mheiri est une véritable inspiration, même s'il est peut-être un peu intimidant. Elle parle six langues, a une licence en gestion de l'aviation, un diplôme d'études supérieures en diplomatie et est experte en optimisation statistique, le tout à l'âge de 28 ans.

Ce mois-ci, elle a écarté la concurrence de 300 autres candidats pour obtenir une place dans la catégorie «impact» de la liste des «30 Under 30» de cette année publiée par Forbes Middle East, qui reconnaît les réalisations des jeunes de la région et leur potentiel pour contribuer à façonner l'avenir.

Son inclusion met en évidence le fait qu'elle est un exemple exceptionnel des jeunes Arabes talentueux, dont beaucoup sont des femmes, qui changent le visage de leur région et innovent en prenant de plus en plus en main leur propre destin.

Elle suit les traces d'autres femmes arabes pionnières telles que Razan Khalifa al-Mubarak, 42 ans, directrice générale de l'Agence pour l'environnement d'Abu Dhabi et du Fonds pour la conservation des espèces Mohammed ben Zayed.

Plus tôt ce mois-ci, Mme Al-Mubarak a été élue présidente de l'Union internationale pour la conservation de la nature, l'un des organismes de conservation les plus importants et les plus connus au monde. Elle n'est que la deuxième femme à diriger l'institution en soixante-treize ans d'histoire, et la première femme arabe.

Le conseil de Jawaher al-Mheiri aux jeunes Arabes est de croire en eux-mêmes et en leurs capacités, d'avoir le courage de poursuivre leurs rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à eux. (AFP/Fichier Photo)
Le conseil de Jawaher al-Mheiri aux jeunes Arabes est de croire en eux-mêmes et en leurs capacités, d'avoir le courage de poursuivre leurs rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à eux. (AFP/Fichier Photo)

Mme Al-Mheiri a des ambitions similaires pour changer les choses dans le monde, et un message pour toutes les jeunes femmes de la région: ayez le courage de poursuivre vos rêves et de saisir les opportunités qui se présentent à vous.

Son parcours a commencé à l'âge de 18 ans alors qu'elle consacre ses journées à l'obtention d'une licence en gestion de l'aviation à l'Emirates Aviation University de Dubaï, et ses soirées à un emploi à temps partiel dans la finance à Al Ansari Exchange.

«Mon travail était différent de ma spécialité mais c'était la seule option disponible», déclare Jawaher al-Mheiri à Arab News. «C'était toutefois un bon domaine et je voulais continuer à être indépendante étant donné que mes études étaient coûteuses.»

«Je savais que mes parents feraient de leur mieux et couvriraient mes dépenses, mais je ne voulais pas devenir un fardeau supplémentaire pour eux – j'ai huit frères et sœurs et ils devaient s'occuper de leur éducation.»

Elle ne gagnait que 4 000 dirhams (1 100 dollars: 1 dollar = 0,85 euro) par mois, mais était heureuse d’avoir un salaire à l'âge de 18 ans. Son ambition et sa motivation la distinguaient de beaucoup de ses pairs, façonnant sa personnalité, sa réflexion et son comportement.

«Je suis devenue plus mature», souligne-t-elle. «Je voulais continuer à apprendre et je savais que si je commençais ma carrière à un jeune âge, cela porterait certainement ses fruits plus tard.»

Salwa de Shorouq Basha (R) en compétition avec Shorouq Salem d'al-Qadeseyya, lors de la 3e ligue féminine de futsal, au Koweït Sports Club à Koweït. (AFP/Fichier Photo)
Salwa de Shorouq Basha (R) en compétition avec Shorouq Salem d'al-Qadeseyya, lors de la 3e ligue féminine de futsal, au Koweït Sports Club à Koweït. (AFP/Fichier Photo)

Après avoir décroché son diplôme à l'âge de 21 ans, elle rejoint le centre d'ingénierie d'Emirates Airline en tant que spécialiste du développement commercial, où elle acquiert une précieuse expérience. Ses tâches quotidiennes comprennent le développement et l'interprétation de scénarios pour soutenir les installations de maintenance, appuyer la direction et aider à façonner les politiques stratégiques.

«J'étais très attachée aux méthodes statistiques appliquées, très différentes de la théorie apprise à l'université», dit-elle. «J'ai travaillé avec des méthodes d'optimisation pour interpréter des scénarios et j'ai vraiment aimé ça.»

Mme Al-Mheiri continue d’acquérir de l'expérience et d’apprendre et, trois ans plus tard, son intérêt professionnel se tourne vers les affaires internationales et la diplomatie. Un an plus tôt, alors qu'elle travaillait toujours à temps plein pour Emirates, elle avait été nommée au Conseil de la jeunesse de Dubaï et, dans le cadre de ses fonctions, elle représentait les jeunes du pays devant ses dirigeants et lors d'événements internationaux.

«J'ai senti que c'était quelque chose qui me plaisait et que je voulais en faire une carrière», déclare-t-elle.

Dans les mois qui suivent, elle représente les Émirats arabes unis (EAU) lors d'événements à l'étranger à plusieurs reprises, notamment à l'Assemblée de la jeunesse des nations unies à New York et à l'Assemblée de la jeunesse asiatique du Forum urbain de Malaisie.

L'expérience qu'elle gagne lors de tels rassemblements lui donne la confiance nécessaire pour poursuivre une carrière dans la diplomatie.

En 2017, Jawaher al-Mheiri postule avec succès pour un poste de diplomate junior au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des EAU, et s’inscrit à un diplôme d'études supérieures à l'Académie diplomatique des Émirats à Abu Dhabi.