L'alliance entre le parti islamiste arabe et les juifs nationalistes montre le vrai visage des Frères musulmans

Le chef de l'opposition israélienne Yair Lapid (en haut à gauche) a réussi à rassembler suffisamment de soutien à travers un large spectre politique afin de former un gouvernement de «changement». (Photo, AFP/Archives)
Le chef de l'opposition israélienne Yair Lapid (en haut à gauche) a réussi à rassembler suffisamment de soutien à travers un large spectre politique afin de former un gouvernement de «changement». (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Samedi 05 juin 2021

L'alliance entre le parti islamiste arabe et les juifs nationalistes montre le vrai visage des Frères musulmans

  • La décision de la Liste arabe unie dirigée par Mansour Abbas marque la première participation d’un parti arabe dans un gouvernement israélien
  • Les analystes voient dans cette décision une preuve supplémentaire qu’un parti inspiré des Frères musulmans fait passer le pouvoir avant les principes

DUBAI : Gouverner, c'est choisir, disent-ils. Mansour Abbas, leader du parti israélien de la Liste arabe unie, devrait être confronté à quelques décisions difficiles au cours des semaines et des mois à venir si, comme cela semble probable, lui et son parti feront partie d'une nouvelle coalition gouvernementale en Israël.

Tard mercredi, on a annoncé qu'Abbas avait accepté de rejoindre une coalition dirigée conjointement par Yair Lapid, du parti centriste Yesh Atid, et Naftali Bennett de la droite Yemina. L'ironie qu'un parti politique islamiste se rapprochant avec empressement de Yemina, une alliance de partis nationalistes juifs, n'a pas échappé aux Palestiniens ou au monde arabe au sens large.

Les analystes voient ce développement comme un autre exemple d'un parti inspiré des Frères musulmans plaçant le pouvoir et l'intérêt personnel au-dessus des principes lorsqu'il s'agit d’une situation critique.

r
Le chef du parti conservateur islamique arabo-israélien Raam Mansour Abbas (à droite) signe l’accord de coalition avec le chef de l'opposition israélienne Yair Lapid (à gauche) et le millionnaire nationaliste de droite Naftali Bennett à Ramat Gan, près de la ville côtière de Tel Aviv. (Photo, AFP/Archives)

«La nouvelle n'est pas du tout surprenante. Les groupes affiliés aux Frères musulmans ont toujours utilisé tous les moyens pour atteindre leurs objectifs politiques», a déclaré à Arab News le Dr Hamdan Al-Shehri, analyste politique et spécialiste des relations internationales.

«Cette coopération n'est qu'un autre épisode d'un drame de longue date qui continuera à démontrer l'étendue et la volonté des Frères musulmans de coopérer avec quiconque, à l'exception des gouvernements de leurs propres pays».

Que le mariage de raison dure assez longtemps est une autre question. Si elle est approuvée par la Knesset, la coalition mettra fin aux 12 ans de règne de Benjamin Netanyahou comme Premier ministre. Ce sera également la première fois qu'un parti arabe siège dans un gouvernement israélien depuis la formation de l'État d'Israël en 1948.

Si Abbas devient ministre, il sera le premier homme politique arabe à siéger dans un conseil de ministre israélien. Les politiciens et les électeurs juifs israéliens considéraient auparavant une telle participation comme un pas de trop pour compromettre la nature juive de l'État.

Il y a peut-être aussi eu une inquiétude de la part des politiciens arabes eux-mêmes à l'idée de participer activement au gouvernement d'un État dont la légitimité, et même le droit         d'exister, sont encore si fortement contestés dans une grande partie du monde arabe et musulman.

Ces politiciens vont des membres druzes du parti Likoud de Netanyahou aux communistes laïcs du Hadash, en passant par les représentants de la minorité bédouine marginalisée du sud d'Israël, dont certains éléments sont volontaires dans l’armée israélienne.

Ensuite, il y a la Liste arabe unie de Abbas, qui est souvent connue sous son acronyme hébreu Raam. La Liste arabe unie est le groupe du Mouvement islamique d'Israël et, en tant que telle, elle est censée être alliée des Frères musulmans.

Tandis que le Hamas, le groupe militant qui dirige la bande de Gaza et qui est très populaire en Cisjordanie, fait peu pour cacher ses origines et ses amitiés avec les Frères musulmans, la Liste arabe unie n'est toutefois affiliée qu'à lui. Les Frères musulmans sont classés comme groupe terroriste par l'Égypte, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Arabie saoudite, entre autres.

g
De gauche à droite : Rached Ghannouchi, chef du parti tunisien islamiste Ennahdha ; Talaat Fahmy, porte-parole des Frères musulmans égyptiens ; et Zaki Bani Irsheid des Frères musulmans en Jordanie. Les résultats de la participation islamiste aux élections et aux gouvernements démocratiques ont été au mieux problématiques. (Photo, AFP)

En 2015, le gouvernement israélien a interdit le Mouvement islamique. Raed Salah, de la ville d'Oumm Al-Fahm, chef de l'Aile nord, a purgé à plusieurs reprises des peines de prison pour incitation à la violence.

Abbas, dentiste originaire du village de Maghar, élu à la Knesset en 2019, présente une figure plus modérée. On pense même qu'il appartient à l'Aile sud plus modérée du parti. Cependant, c'est un homme politique expérimenté.

«La décision de Mansour Abbas de travailler avec Naftali Bennett n'est pas surprenante si l'on considère qu'il coopère avec Netanyahou depuis plusieurs années maintenant», a déclaré à Arab News,  Mairav Zonszein, analyste principal des affaires Israélo-palestiniennes à l'International Crisis Group (ICG).

Bennett, qui occupera le poste de Premier ministre pendant les deux premières années d'un mandat de quatre ans, a servi dans les unités des forces spéciales Sayeret Matkal et Maglan de l’armée israélienne, participant à de nombreuses opérations de combat avant de devenir un entrepreneur de logiciels millionnaire.

«Abbas a beaucoup plus en commun avec certains partis juifs religieux de droite qu'avec les partis palestiniens de gauche», a expliqué Zonszein, faisant référence à l'alliance de partis arabes de la Liste arabe unifiée (à ne pas confondre avec la Liste arabe unie de Abbas).

p

Des femmes passant devant les panneaux d'affichage de la campagne électorale du Likoud, parti de droite israélien (à gauche), montrant une photo de son chef, le Premier ministre Benjamin Netanyahou, l'alliance électorale israélienne à majorité arabe de la Liste arabe unie (2e à droite), et le mouvement islamique (à droite) dans la ville bédouine de Rahat, près de la ville de Beersheba, dans le sud d'Israël, le 10 mars 2021, avant les élections législatives. (Photo, AFP/Archives)

«Il reste à voir ce qu'il adviendra de cette coalition. Sa formation même est révélatrice de l’impasse dont souffre la politique israélienne, causée à la fois par la domination de Netanyahou ainsi que par la disparition d’un réel parti juif de gauche».

Pour être juste envers la Liste arabe unie, ce n'est pas le premier parti d'origine islamique à saisir l'occasion de partager le pouvoir politique. De nombreux islamistes soutiennent que la démocratie est une invention occidentale qui est complètement incompatible avec la primauté des lois prescrites par Dieu. Mais, souvent, le point de vue de l'aile militante ou participationniste prévaut.

Sans surprise, les résultats de la participation islamiste aux élections et aux gouvernements démocratiques ont été au mieux problématiques.

En Égypte, fief des Frères musulmans, certains membres de haut rang ont refusé de participer aux élections de 2011 à la suite de la, soi-disant, révolte du Printemps arabe qui a mis fin au règne d'Hosni Moubarak en tant que président.

Élu par l'intermédiaire du Parti de la liberté et de la justice (PL J), sa période tumultueuse au gouvernement sous Muhammad Morsi a aliéné les jeunes militants instruits qui ont déclenché les manifestations anti-Moubarak et, au fil du temps, les femmes et les membres de la minorité chrétienne du pays.

Les critiques ont constaté que l'engagement des groupes envers la démocratie était au mieux discutable et considéraient la décision de Morsi de se présenter comme un peu plus qu'une tentative cynique pour s’emparer du pouvoir.

ma

Mansour Abbas (à droite), chef du parti conservateur islamique israélien Raam, est félicité pour sa victoire électorale dans le village de Maghar, dans le nord d'Israël, le 26 mars 2021. (Photo, AFP/Archives)

En Tunisie, Rached Ghannouchi, actuellement président de l'Assemblée nationale, a eu du mal à concilier une vision du monde islamiste, fortement anti-israélienne, anti-nationaliste, panislamique, avec les compromis nécessaires à un gouvernement efficace après le renversement du régime de Ben Ali en 2011.

En Grande-Bretagne, où certains leaders des Frères musulmans sont désormais installés, un examen effectué par des hauts fonctionnaires et des diplomates du réseau islamiste international a révélé que certaines parties de celui-ci avaient une «relation ambiguë avec les groupes extrémistes violents».

L'examen a également identifié une structure de cellules secrètes, «avec un programme d'initiation et d'éducation bien élaboré pour les nouveaux membres. Elle reposait fortement sur la solidarité de groupe et la pression des pairs pour maintenir la discipline. Cette structure clandestine, centralisée et hiérarchisée persiste à ce jour».

En Turquie, où sont aussi installés d'autres éléments de la direction des Frères musulmans, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, chef de ce qui est généralement décrit comme un parti néo-ottoman AKP, a noué une relation politique avec les ultra-nationalistes de la ligne dure.

On ne sait pas quelles conditions Abbas a pu obtenir en échange de sa participation au gouvernement. Ses calculs sont rendus plus sensibles à la lumière des combats du mois dernier entre Israël et les Palestiniens vivant dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, territoires occupés par Israël en 1967.

Pendant 12 jours à partir du 10 mai, des combattants fidèles au Hamas ont échangé des missiles et des tirs d'artillerie avec l’armée israélienne. Près de 250 Palestiniens, dont au moins la moitié étaient des femmes et des enfants, sont morts dans les récentes violences. En Israël, au moins 12 personnes ont été tuées par des roquettes du Hamas.

s

Un garçon passe devant un slogan en arabe où l'on peut lire : «Bienvenue dans le quartier résistant de Cheikh Jarrah», le 25 mai 2021, à Jérusalem-Est annexé par Israël. Ce quartier est le site de manifestations fréquentes contre l'expulsion des Palestiniens de leurs maisons par des colons juifs. (Photo, AFP)

Au cours des combats, des villes majoritairement arabes et mixtes à l'intérieur d'Israël, telles que Jaffa, Lod, Haïfa, Acre et Nazareth, ont été en proie à des troubles. Les bataillons de la police des frontières israélienne ont été envoyés rapidement en Israël pour faire face aux émeutes, aux incendies de voitures et aux attaques contre des bâtiments.

Les Palestiniens vivant à l'intérieur d'Israël souffrent de taux de chômage plus élevés et de ce qu'ils perçoivent comme des préjugés et de la discrimination.

Représentant 21 % de la population, ils sont généralement plus pauvres et moins éduqués que les Israéliens juifs, bien qu'ils aient un meilleur niveau de vie que celui dont bénéficient les Palestiniens de Cisjordanie, de la bande de Gaza et de la diaspora ailleurs dans le monde arabe.

Dans ce contexte difficile, que signifiera, concrètement et symboliquement, la participation d'Abbas au gouvernement pour les Israéliens, les Palestiniens vivant en Israël et les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza?

«D'un côté, l'intégration d'un parti palestinien dans la coalition est importante car elle brise un tabou et crée un précédent pour l'avenir», a déclaré Zonszein , l'analyste chez ICG, à Arab News.

«D'un autre côté, il n'y a encore aucune raison de croire que cela conduira à des changements fondamentaux dans les politiques discriminatoires et destructrices de l’Etat hébreu contre les citoyens palestiniens».

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre saoudien des Affaires étrangères: le pouvoir du Hezbollah est la principale cause de la crise au Liban

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participant à une conférence internationale sur le Liban, le 4 août 2021. (Photo, SPA)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, participant à une conférence internationale sur le Liban, le 4 août 2021. (Photo, SPA)
Short Url
  • Le prince Faisal a réaffirmé la solidarité continue du Royaume avec le peuple libanais en temps de crise
  • Le ministre a déclaré que toute aide fournie au Liban par le Royaume dépendait de la mise en œuvre de réformes sérieuses

RIYAD: L'insistance du Hezbollah à imposer son hégémonie à l'État libanais est la principale cause des problèmes du Liban, a déclaré mercredi le ministre saoudien des Affaires étrangères.

S'exprimant lors d'une conférence internationale sur le Liban, marquant le premier anniversaire de l'explosion au port de Beyrouth, le prince Faisal ben Farhane a exhorté les politiciens libanais à faire face au comportement du Hezbollah en vue de concrétiser la volonté du peuple libanais de lutter contre la corruption et de mettre en œuvre les réformes nécessaires dans ce pays frappé par la crise.       

Le prince Faisal a ajouté que toute aide fournie au Liban par le Royaume dépendait de la mise en œuvre de réformes sérieuses, tout en garantissant que l'argent parvienne à ses bénéficiaires et qu'il ne soit pas détourné par des responsables corrompus.

«Nous sommes préoccupés par le fait que les enquêtes sur l'explosion du port de Beyrouth n'ont pas encore donné de résultats tangibles», a déclaré le ministre des Affaires étrangères.

Il a salué les efforts de la France et de la communauté internationale pour soutenir le Liban et son peuple, soulignant la nécessité que ces efforts soient accompagnés de véritables réformes pour surmonter les crises économiques et politiques qui ravagent le pays.

Le prince Faisal a réaffirmé la solidarité continue du Royaume avec le peuple libanais en temps de crises et de défis, et a souligné l'engagement de l'Arabie saoudite à contribuer à la reconstruction et au développement du Liban.

«Le Royaume a été l'un des premiers pays à répondre à la demande d'aide humanitaire pour le Liban après l'horrible explosion qui s'est produite il y a exactement un an au port de Beyrouth, à travers le Centre d'aide humanitaire et de secours du roi Salman (KSRelief).»


KSRelief continue aujourd’hui encore à mettre en œuvre ses programmes à Beyrouth», a affirmé le prince Faisal.

La conférence des donateurs pour lever une aide d'urgence à l'économie paralysée du Liban a permis de recueillir mercredi 370 millions de dollars (1 dollars = 0,84 euro), a annoncé le bureau du président français, Emmanuel Macron.

 

Ce texte est la traduction d’un article pari sur Arabnews.com


Oman confirme que le pétrolier Asphalt Princess a été détourné en mer d'Oman

Le pétrolier Asphalt Princess pour le transport d’asphalte et de bitume, et battant pavillon panaméen, naviguant sous un ancien nom. (pxfuel/HaloJim)
Le pétrolier Asphalt Princess pour le transport d’asphalte et de bitume, et battant pavillon panaméen, naviguant sous un ancien nom. (pxfuel/HaloJim)
Short Url
  • Des sources de sécurité britanniques ont déclaré qu'elles «opéraient sur la base de l'hypothèse que l'armée iranienne ou des groupes la représentant étaient montés à bord du navire»
  • Le prince Faisal ben Farhane: «L'Iran continue de s'enhardir partout dans la région»

DJEDDAH/FUJAÏRAH: Oman a fourni mercredi la première confirmation officielle sur le fait que le pétrolier Asphalt Princess a été sujet à un détournement dans la mer d'Oman, après que l'agence britannique du commerce maritime a annoncé que l'incident était clos.

Le Centre de sécurité maritime d'Oman a déclaré sur Twitter qu'il avait reçu des informations sur le fait que l'Asphalt Princess, battant pavillon panaméen, faisait l'objet d’un «détournement dans les eaux internationales du golfe d'Oman» et que la marine du sultanat avait déployé plusieurs navires pour aider à sécuriser les eaux internationales.

La marine britannique a déclaré que les attaquants qui étaient montés à bord d'un navire au large des côtes des Émirats arabes unis (EAU) dans le golfe d'Oman ont quitté le navire en question, sans plus de précisions.

La note de mercredi est intervenue après que le groupe de sécurité maritime United Kingdom Maritime Trade Operations (UKMTO) de l'armée britannique a mis en garde contre un «détournement potentiel» en cours, dans des circonstances peu claires la nuit précédente.

L’agence a signalé que «l'incident (était) clos», sans fournir plus de détails.

Le pétrolier Asphalt Princess, pour le transport de l’asphalte et du bitume, et battant pavillon panaméen, aurait été saisi à 60 000 marins au large de Fujaïrah, sur la côte est des EAU, dans une zone maritime menant au détroit d'Ormuz.

Des sources de sécurité britanniques ont déclaré qu'elles «opéraient sur la base de l'hypothèse que l'armée iranienne ou des groupes la représentant étaient montés à bord du navire».

Le groupe UKMTO de l'armée britannique avait initialement averti mardi les navires qu'«un incident était actuellement en cours» au large des côtes de FujaÏrah. Quelques heures plus tard, elle déclarait que l'incident était un «détournement potentiel».

Mardi après-midi, au moins cinq navires se trouvant entre les Émirats arabes unis et l'Iran ont modifié leur statut de suivi automatique pour se déclarer «Pas sous commandement», un statut qui indique généralement qu'un navire est incapable de manœuvrer en raison de circonstances exceptionnelles.

Le ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les informations qui font état d'incidents de sécurité concernant plusieurs navires près de la côte des EAU étaient «suspectes», et a mis en garde contre toute tentative visant à créer une «atmosphère mensongère» contre l'Iran.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a affirmé mardi que l'Iran agissait de manière négative au Moyen-Orient, mettant en danger la navigation, armant la milice houthie au Yémen et contribuant à l'impasse politique au Liban.

«L'Iran continue de s'enhardir partout dans la région», a-t-il poursuivi. Il est extrêmement actif dans la région et de manière négative.»

Les tensions se sont accrues dans le Golfe depuis une attaque la semaine dernière par des drones iraniens chargés d'explosifs contre le MT Mercer Street au large d'Oman, au cours de laquelle le capitaine roumain du pétrolier et un agent de sécurité britannique ont été tués.

Le navire est géré par une société israélienne. Israël, le Royaume-Uni et les États-Unis, ont déclaré qu'il y aurait une «réponse commune» à l'attaque.

Au cours des deux dernières années, les eaux au large de Fujairah ont été le théâtre d’une série d’explosions et de détournements. La marine américaine a accusé l’Iran d’avoir mené une série d’attaques de mines magnétiques qui ont endommagé des pétroliers.

Toujours en 2019, l'Iran a saisi le 19 juillet le Stena Impero battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz, alors qu'il se dirigeait vers Dubaï depuis le port iranien de Bandar Abbas. L’attaque a eu lieu après que les autorités de Gibraltar, territoire britannique d'outre-mer, ont saisi un superpétrolier iranien transportant 130 millions de dollars (1 dollar = 0,84 euro) de pétrole brut, soupçonné d'enfreindre les sanctions de l'Union européenne en transportant du pétrole vers la Syrie. Les deux navires ont ensuite été libérés.

En juillet de l'année dernière, un pétrolier recherché par les États-Unis pour avoir contourné les sanctions contre l'Iran a été détourné au large des côtes des Émirats arabes unis. Le navire et son équipage se sont retrouvés en Iran.

 

– avec Reuters

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Turquie: le feu aux portes d'une centrale thermique

L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. (Photo, AFP)
L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le feu avait d'abord pu être maîtrisé mercredi grâce à deux avions bombardiers d'eau envoyés par l'Espagne et à des hélicoptères
  • Les réservoirs d'hydrogène utilisés pour refroidir la centrale, qui fonctionne au fuel et au charbon, avaient été vidés et emplis d'eau par précaution

MILAS: Le feu a atteint mercredi une centrale thermique qui a dû être évacuée dans le sud de la Turquie, alors que les incendies sans précédent auxquels fait face le pays depuis plus d'une semaine mettent à l'épreuve le pouvoir du président Erdogan.

Une équipe de l'AFP a pu voir des pompiers, la police et des habitants fuir la centrale thermique située près de la ville de Milas, tandis que les flammes s'approchaient.

Les autorités locales avaient auparavant indiqué que les réservoirs d'hydrogène utilisés pour refroidir la centrale, qui fonctionne au fuel et au charbon, avaient été vidés et emplis d'eau par précaution.

Des images mises en ligne par le maire de Milas, Muhammet Tokat, montraient un feu violent aux portes de la centrale.

"La centrale est en cours d'évacuation totale", a tweeté M. Tokat.

Le feu avait d'abord pu être maîtrisé mercredi grâce à deux avions bombardiers d'eau envoyés par l'Espagne et à des hélicoptères, qui avaient déversé de l'eau sur les sommets boisés et zones résidentielles proches. Mais les flammes sont reparties dans l'après-midi.

"On vous supplie et vous avertit depuis des jours. L'incendie a encerclé la centrale", avait tweeté dans la journée le maire de Milas, demandant "qu'un avion bombardier d'eau soit envoyé ici de manière urgente".

Erdogan

Critiqué sur sa gestion de ces incendies, qui ont déjà fait huit morts, le président Recep Tayyip Erdogan, qui donnait une interview à la télévision dans la soirée, a admis que la centrale "risquait d'être détruite par le feu".

Plus de 180 feux ont ravagé des forêts et des terres agricoles, ainsi que des zones habitées sur les côtes méditerranéennes de la Turquie depuis mercredi dernier.

Les incendies ont aussi gravement touché les sites touristiques qui avaient récemment pu reprendre leurs activités après des mois de restrictions liées à la pandémie de la Covid-19.

Selon le service de surveillance par satellite de l'Union européenne, la "puissance radiative" des incendies en Turquie a atteint une intensité "sans précédent" depuis 2003.

L'opposition a reproché au président Erdogan d'avoir échoué à maintenir sa flotte de bombardiers d'eau et d'avoir mis du temps à accepter l'aide internationale. 

Le Haut Conseil turc de l'audiovisuel (RTUK en turc) a de son côté mis en garde les chaînes de télévision contre la diffusion d'informations sur les incendies qui pourraient "provoquer la peur et l'inquiétude" au sein de la population.

M. Erdogan, dans son interview à la télévision, a accusé l'opposition de tenter de tirer un bénéfice politique de la situation, alors que des pays voisins comme la Grèce sont aussi touchés par les incendies.

"Les feux de forêt sont une menace internationale tout comme la pandémie de Covid-19", s'est-il défendu.

"Comme partout dans le monde, il y a eu une forte augmentation des feux de forêt dans notre pays. Il ne devrait pas y avoir de place pour la politique dans cette question", a-t-il ajouté.

Une guerre

Lors des premiers jours des incendies, des chroniqueurs sur les médias pro-gouvernementaux avaient accusé le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation considérée comme terroriste par la Turquie et ses alliés occidentaux, d'en être responsable.

Mais les autorités citent désormais la vague de chaleur extrême qui continue de frapper le sud de la Turquie.

Selon des experts, le changement climatique dans des pays comme la Turquie augmente la fréquence et l'intensité des incendies de forêt. 

Le ministre turc de l'Agriculture, Bekir Pakdemirli, a déclaré que les températures dans la ville égéenne de Marmaris avaient atteint un record historique de 45,5 degrés cette semaine.

"Nous menons une guerre", a déclaré le ministre aux journalistes. "Nous devons garder notre moral et notre motivation. J'exhorte tout le monde à être patient", a-t-il ajouté.