Selon Nawaf Salam, «le Liban peut être sauvé»

Nawaf Salam, ancien ambassadeur du Liban à l’ONU et juge à la Cour internationale de justice. (Photo d'archives AFP)
Nawaf Salam, ancien ambassadeur du Liban à l’ONU et juge à la Cour internationale de justice. (Photo d'archives AFP)
Short Url
Publié le Mardi 06 juillet 2021

Selon Nawaf Salam, «le Liban peut être sauvé»

  • C’est un diagnostic sans appel que livre Salam à Arab News en français: le Liban est aujourd’hui sous une emprise communautaire
  • Conscient des défauts et des dégâts engendré par le communautarisme, Salam affirme à Arab News en français qu’il faudra commencer par «sortir de ce carcan»

PARIS: Alors que la course vers l’abîme du Liban semble se précipiter, le titre du livre publié par Nawaf Salam, ancien ambassadeur du Liban à l’ONU et actuel juge à la Cour internationale de justice de La Haye, est de nature à nous interpeller.

C’est pour évoquer cet ouvrage, Le Liban d’hier à demain, paru chez Actes Sud, ainsi que la situation dans son pays, qu’Arab News en français a décidé de rencontrer son auteur.  

salam
La couverture du livre de Nawaf Salam. (Photo fournie).

L’ouvrage de Salam laisse d’emblée entrevoir une lueur d’espoir: oui, le Liban est un pays qui peut être sauvé, une nation qui peut survivre et dépasser ses crises actuelles.

Les Libanais sont aujourd’hui «des citoyens empêchés dans un pays inachevé».

Nawaf Salam

Fruit d’un travail longuement mûri, ce livre réunit huit articles sur le système politique libanais qui entrent en résonance avec les crises profondes que traverse actuellement le pays.

C’est un diagnostic sans appel que livre Salam à Arab News en français: le Liban est aujourd’hui sous une emprise communautaire qui fait de ses habitants «des citoyens empêchés dans un pays inachevé».

L’écrivain décrit la guerre du Liban comme l’expression «de la fragilité du consensus entre les diverses factions libanaises [et de] l’échec de la formule de partage des pouvoirs à s’adapter aux changements sociaux et démographiques».

Il analyse les fondements du confessionnalisme, système gouvernemental qui se trouve selon lui à l’origine de tous les maux actuels du pays, et s’attache en particulier à la période de la guerre du Liban, qui court de 1975 à 1990. 

Il décrit cette guerre comme l’expression de «la fragilité du consensus entre les diverses factions libanaises [et de] l’échec de la formule de partage des pouvoirs à s’adapter aux changement sociaux et démographiques» qui ont eu lieu entre les années 1960 et 1970.

Il est également nécessaire, pour comprendre cette période, de ne pas négliger les facteurs externes recherchés par les protagonistes libanais pour renforcer leur position face à leurs adversaires locaux.

Le grand défi d’aujourd’hui, assure-t-il, consiste à mettre le Liban sur les rails.

Nawaf Salam

Les accords de Taëf, qui ont mis fin à cette guerre, ont entériné un système multiconfessionnel. Ils ont mis au jour, dans le même temps, des solutions pour en sortir: le bicaméralisme, la réforme de la loi électorale, la neutralité confessionnelle de l’administration. Toutefois, ces solutions n’ont jamais été mises en œuvre.

La reconstruction de l’État, qui devait avoir lieu à l’issue de la guerre, n’a jamais vu le jour. Les différentes communautés se sont contentées des éléments qui les arrangeaient, écartant ceux qui pouvaient réduire leur influence.

Conscient des défauts et des dégâts engendré par le communautarisme, Salam affirme à Arab News en français qu’il faudra commencer par «sortir de ce carcan» et s’atteler à la construction de ce qu’il appelle «une troisième République».

Cependant, cette transition devra se faire dans la modération et à travers ce qu’il appelle «la raison des institutions». 

«Qui va porter les réformes au Liban?»

Il ne s’agit pas, pour Salam, de «construire un État contre les communautés», ni «un État toléré par elles», mais d’élaborer «un État capable de les contenir et de les transcender».

Le grand défi d’aujourd’hui, assure-t-il, consiste à mettre le Liban sur les rails. En effet, ce à quoi nous assistons «est plus qu’une crise économique et financière», estime-t-il, ajoutant: «Il y a une crise de gouvernance dans le pays.»

Ce n’est pas seulement le modèle économique du Liban «qui a vécu, c’est aussi le système politique qui a dégénéré», indique-t-il encore.

Reste à savoir qui va porter ces réformes. Sur ce point, Salam estime qu’il faut «de nouvelles forces politiques modernes», car «le projet de déconfessionnalisation, même progressive, ne peut pas être porté par des forces confessionnelles», or, «si l’on parle d’un nouveau Liban, d’un Liban moderne, il faudrait des forces modernes».

De telles forces finiront tôt ou tard par émerger. Entre-temps, on ne peut toutefois éviter de s’interroger sur la capacité du peuple libanais à survivre à la souffrance insoutenable qu’il endure.

Cette souffrance, qui s’intensifie sans cesse, peut-elle aider à la constitution apaisée d’une troisième République sans que l’on recoure à la violence, ni aux excès?

Depuis bientôt trois ans, le quotidien des Libanais se résume à une série de problèmes qui concernent tous les aspects de leur vie quotidienne.

Pendant ce temps, les dirigeants libanais de toutes confessions et de toutes tendances campent sur des acquis qu’ils sont prêts à défendre avec une âpre férocité, au détriment de tout un peuple. De fait, il semble bien que leur priorité soit d’assurer tout simplement leur propre pérennité, quitte à ne laisser derrière eux qu’un pays exsangue. Seule une nouvelle élite politique moderne et attachée à la bonne gouvernance du pays telle que le prône Salam sera à même d’inverser le destin d’une nation qui semble bel et bien, au fil des crises, être maudite.


L’Association des journalistes saoudiens assiste aux réunions de la Fédération internationale des journalistes à Londres

Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse pour un développement accru. (Photo, SPA)
Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse pour un développement accru. (Photo, SPA)
Short Url
  • L’événement a abordé l’impact de l’intelligence artificielle sur le journalisme et la sécurité des professionnels des médias dans les zones de conflit
  • Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse et de l’échange de connaissances

LONDRES: L’Association des journalistes saoudiens a participé mercredi en tant qu’observateur aux réunions de la Fédération internationale des journalistes (FIJ) à Londres.

L’événement, organisé par le Syndicat national des journalistes du Royaume-Uni, a abordé l’impact de l’intelligence artificielle (IA) sur le journalisme et la sécurité des professionnels des médias dans les zones de conflit.

La FIJ, la plus grande fédération de journalistes au monde, s’est engagée à contribuer au développement des compétences des journalistes pour s’adapter à l’évolution rapide des outils journalistiques, notamment à l’influence croissante de l’IA.

Adhwan al-Ahmari, président de l’Association des journalistes saoudiens, a insisté sur l’importance de la collaboration avec les fédérations internationales de presse et de l’échange de connaissances pour développer davantage l’association saoudienne.

«C’est la première fois que l’association participe en tant qu’observateur après avoir rejoint la FIJ à la fin de l’année dernière», souligne M. Al-Ahmari.

«Nous avons pour objectif de jouer un rôle plus important au sein de la fédération dans la période à venir.»

L’Association des journalistes saoudiens a été fondée en 2003 en tant qu’organe de la société civile qui regroupe les journalistes professionnels du pays. Elle leur permet de jouer un rôle plus important et leur inculque un sens des responsabilités à l’égard de leur pays et de leur peuple.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le Liban ne doit pas devenir «un autre Gaza», plaide le chef de l'ONU

De jeunes libanais sautent dans une piscine surplombée par un avant-poste militaire israélien, dans le village de Rmaysh, au sud du Liban, près de la frontière nord avec Israël, le 21 juin 2024, alors que les affrontements transfrontaliers entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah se poursuivent. (Photo par AFP)
De jeunes libanais sautent dans une piscine surplombée par un avant-poste militaire israélien, dans le village de Rmaysh, au sud du Liban, près de la frontière nord avec Israël, le 21 juin 2024, alors que les affrontements transfrontaliers entre les troupes israéliennes et les combattants du Hezbollah se poursuivent. (Photo par AFP)
Short Url
  • «Soyons clairs: la population de la région et la population du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza», a lancé Antonio Guterres à la presse
  • «Le risque d'extension du conflit au Moyen-Orient est réel et doit être évité. Un geste irréfléchi, une erreur de calcul, pourraient provoquer une catastrophe largement au delà de la frontière, et franchement inimaginable», a-t-il mis en garde

NATIONS UNIES : Le Liban ne peut pas devenir «un autre Gaza», a insisté vendredi le secrétaire général de l'ONU, dénonçant la «rhétorique belliqueuse» d'Israël et du Hezbollah qui fait craindre une catastrophe «inimaginable».

«Soyons clairs: la population de la région et la population du monde ne peuvent pas se permettre que le Liban devienne un autre Gaza», a lancé Antonio Guterres à la presse.

«Je me sens obligé aujourd'hui d'exprimer ma profonde inquiétude concernant l'escalade entre Israël et le Hezbollah le long de la Ligne bleue», la ligne de démarcation fixée par l'ONU entre le Liban et Israël, a-t-il déclaré.

«Escalade dans l'échange continu de tirs. Escalade de la rhétorique belliqueuse des deux parties comme si une guerre totale était imminente.»

«Le risque d'extension du conflit au Moyen-Orient est réel et doit être évité. Un geste irréfléchi, une erreur de calcul, pourraient provoquer une catastrophe largement au delà de la frontière, et franchement inimaginable», a-t-il mis en garde.

Le conflit entre Israël et le Hamas à Gaza a provoqué une flambée de violence à la frontière nord d'Israël avec le Liban, où les échanges de tirs entre l'armée et le Hezbollah, un allié du Hamas, se sont intensifiés ces dernières semaines.

Et une escalade de la rhétorique belliqueuse entre les deux protagonistes fait craindre une guerre à grande échelle.


Gaza : la «pause» israélienne n'a eu «aucun impact» sur l'aide humanitaire selon l’OMS

Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Des Palestiniens pillent un camion d'aide humanitaire alors qu'il traverse la bande de Gaza à Rafah, le dimanche 17 décembre 2023. (AP)
Short Url
  • «Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn
  • L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA)

GENÈVE  : La «pause» quotidienne annoncée par l'armée israélienne dans ses opérations dans le sud de la bande Gaza n'a eu «aucun impact» sur l'arrivée de l'aide humanitaire qui est restée «minime», a affirmé vendredi un responsable de l'OMS pour les territoires palestiniens occupés.

«Nous, les Nations unies, pouvons dire que nous n'avons constaté aucun impact sur l'arrivée de l'aide humanitaire depuis cette annonce, je dirai unilatérale, de cette pause technique», a déclaré le docteur Richard Peeperkorn, lors du briefing régulier de l'ONU à Genève.

De son côté Médecins sans frontières prévient que «sans un réapprovisionnement significatif en fournitures médicales dans les prochains jours», l'ONG pourrait devoir «arrêter ou réduire considérablement» ses activités médicales à Gaza, selon un communiqué.

L'armée israélienne a annoncé dimanche une pause «de 08H00 à 19H00 (05H00 à 16H00 GMT) tous les jours et jusqu'à nouvel ordre», sur un tronçon routier d'une dizaine de kilomètres allant du point de passage israélien de Kerem Shalom, à l'extrémité sud de la bande de Gaza, jusqu'à l'Hôpital européen de Rafah, plus au nord.

L'entrée de l'aide humanitaire «a été minime», a renchéri Jens Laerke, le porte-parole de l'Office de coordination des situations d'urgence (OCHA).

La situation humanitaire et sanitaire est catastrophique dans l'ensemble de l'étroit territoire palestinien.

«Les Nations unies tentent d'opérer dans un environnement où il est impossible de travailler», a déclaré le Dr Thanos Gargavanis, chirurgien traumatologue et responsable des urgences à l'OMS.

Récupérer l'aide humanitaire à Kerem Shalom est dangereux.

Toutefois du carburant a pu rentrer en quantité limitée, a expliqué M. Laerke. Il est indispensable pour produire de l'électricité.

- Evacuations médicales -

La guerre à Gaza a éclaté le 7 octobre, quand des commandos du Hamas ont mené une attaque dans le sud d'Israël qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

En riposte, Israël a promis de détruire le Hamas, au pouvoir à Gaza depuis 2007, et ses bombardements incessants ainsi que les combats au sol ont fait jusqu'à présent 37.431 morts, majoritairement des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas.

Selon l'OMS, il ne restait plus en date du 17 mai que 750 personnes dans la ville de Rafah et entre 60.000 et 75.000 personnes dans la zone d'Al-Mawasi, zone dans le sud de la bande de Gaza, où nombre de Palestiniens s'étaient réfugiés depuis le début de l'offensive israélienne sur Rafah.

«Nous avons des patients souffrant de brûlures graves, de fractures ouvertes, et nous n’avons même pas assez d’analgésiques pour soulager leurs souffrances», explique Guillemette Thomas, coordinatrice médicale de MSF dans les territoires palestiniens.

«Dans les hôpitaux Nasser et Al Aqsa, nos équipes ont dû réduire la fréquence des changements de pansements pour les patients gravement brûlés en raison du manque de compresses stériles, ce qui pourrait entraîner davantage d'infections des plaies», a-t-elle ajouté, décrivant aussi la multiplication des cas de gale, faute d'hygiène.

MSF opère avec 400 employés palestiniens locaux et entre 20 et 30 employés internationaux dans la bande de Gaza.

L'ONG et l'ONU réclament la réouverture du point de passage de Rafah pour l'aide humanitaire.

«Nous avons six camions, remplis de 37 tonnes de fournitures» médicales qui attendent depuis le 14 juin du côté égyptien du point de passage de Kerem Shalom, s'indigne Mme Thomas.

L'OMS réclame aussi des évacuations médicales. Une autre «alternative» pour les évacuations médicales serait le point de passage de Kerem Shalom, vers l'international ou bien, et ce serait «le plus logique», vers Jérusalem ou la Cisjordanie occupée, a expliqué le Dr Peeperkorn.

Selon l'OMS, seulement 17 des 36 hôpitaux à Gaza sont opérationnels, mais partiellement.

Environ 4.900 patients ont été évacués de Gaza pour des raisons médicales, liées à la guerre ou pour des maladies chroniques, depuis le 7 octobre, et l'OMS estime actuellement qu'il faut en sortir au moins 10.000 autres.

Mais aucun patient n'a pu être évacué depuis la fermeture du point de passage de Rafah le 7 mai, indique l'OMS.