En Tunisie, les commerçants espèrent profiter de l'apaisement en Libye

Couvertures bariolées ou rideaux chatoyants fabriqués en Turquie, électroménager et pneus chinois ou coréens: les souks de Ben Guerdane, à 200 km de la capitale libyenne Tripoli, sont connus pour leurs marchandises arrivant via l'ouest de la Libye. (Photo, AFP)
Couvertures bariolées ou rideaux chatoyants fabriqués en Turquie, électroménager et pneus chinois ou coréens: les souks de Ben Guerdane, à 200 km de la capitale libyenne Tripoli, sont connus pour leurs marchandises arrivant via l'ouest de la Libye. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 04 juillet 2021

En Tunisie, les commerçants espèrent profiter de l'apaisement en Libye

  • «Maintenant que la guerre (en Libye) est finie et que les frontières ont rouvert, c'est beaucoup plus simple, je fais l'aller-retour sur la journée»
  • Ce commerce irrigue les marchés tunisiens et fait vivre de nombreuses familles du sud du pays marginalisé et où les opportunités sont rares

BEN GUERDANE: Entre combats et pandémie, Jaafar Ben Ali, vendeur tunisien de couvertures, est resté un an sans s'approvisionner en Libye voisine. Mais avec l'apaisement du conflit et la réouverture des frontières, il espère une reprise des échanges qui font vivre le sud de la Tunisie.

"Maintenant que la guerre (en Libye) est finie et que les frontières ont rouvert, c'est beaucoup plus simple, je fais l'aller-retour sur la journée", souligne ce commerçant de Ben Guerdane, ville tunisienne frontalière et commerçante.

Couvertures bariolées ou rideaux chatoyants fabriqués en Turquie, électroménager et pneus chinois ou coréens: les souks de Ben Guerdane, à 200 km de la capitale libyenne Tripoli, sont connus pour leurs marchandises arrivant via l'ouest de la Libye.

Ce commerce irrigue les marchés tunisiens et fait vivre de nombreuses familles du sud du pays marginalisé et où les opportunités sont rares. S'il fonctionne en marge du cadre fiscal et douanier, il a longtemps été toléré par les autorités y voyant un substitut au développement local.

Mais depuis une spectaculaire attaque jihadiste lancée en 2016 contre la ville par des membres de la branche libyenne du groupe Etat islamique, les contrôles ont nettement augmenté, réduisant les échanges informels.

Côté libyen, l'offensive meurtrière du maréchal Khalifa Haftar sur Tripoli en avril 2019 et la reprise des combats jusqu'à mi-2020, y compris près de la frontière tunisienne, y ont mis un nouveau coup de frein.

A l'insécurité se sont ajoutées la pandémie et les conséquences "catastrophiques" de la fermeture des frontières pendant huit mois, souligne le maire de Ben Guerdane, Faathi Aaboud.

Soulagement

"Les recettes de la ville ont été divisées par deux en 2020", selon lui.

Et toute l'économie tunisienne est touchée: d'après la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale, une agence onusienne, la crise libyenne a coûté à la Tunisie 24% de sa croissance économique entre 2011 et 2015.

De fait, la reprise du dialogue politique en Libye, avec la désignation en mars d'un exécutif de transition qui doit conduire le pays vers des élections en décembre après une décennie de chaos, est accueillie avec soulagement chez les voisins tunisiens.

Les milieux d'affaires comptent bien reconquérir des parts de marché en Libye, où les produits turcs ou égyptiens ont largement remplacé les marchandises tunisiennes ces dernières années, parallèlement à l'influence locale grandissante de ces pays.

Fin mai, plusieurs centaines d'hommes d'affaires tunisiens se sont ainsi rendus à Tripoli avec leur Premier ministre, Hichem Mechichi.

Tunis a obtenu que Tripoli rouvre des lettres de crédit pour les produits arrivant par voie terrestre, via la Tunisie, alors qu'elles avaient été limitées ces deux dernières années aux importations maritimes, jouant en faveur de la Turquie.

Par ailleurs, les principales restrictions sanitaires à la frontière ont été levées en mai et les liaisons aériennes ont été relancées le même mois par Tunis Air, première compagnie étrangère à atterrir en Libye depuis sept ans.

Une desserte maritime commerciale entre les deux pays est également en cours de discussions.

Pas de «stratégie Libye»

"On avance sur la bonne voie mais on espère que la situation reste stable en Libye", souligne Anis Jaziri, PDG du groupe tunisien Loukil et dirigeant du Conseil d'affaires tunisien pour l'Afrique qui a organisé une série de forums économiques avec la Libye.

Mais la profonde crise politique que traverse la Tunisie affaiblit ces efforts, le pouvoir n'ayant pas "défini une stratégie Libye", souligne l'économiste Ezzedine Saïdane.

A Ben Guardane, on s'inquiète notamment de la place réservée aux commerçants transfrontaliers.

"Si ces accords facilitent le travail de petites gens comme nous, c'est bien, mais on a peur qu'il s'agisse surtout de gros contrats signés avec les grands groupes", souligne un commerçant, Abdelkadder Massaoudi.

Selon les marchands, la pandémie a renforcé les échanges informels via la mer, une concurrence contrôlée par des réseaux d'affaires implantés dans le Sahel, la région côtière où se concentre historiquement le pouvoir économique tunisien.

Quand les petits importateurs du Sud ne pouvaient plus passer la frontière terrestre en camionnettes pour se fournir en Libye, des conteneurs complets ont continué à arriver de façon dissimulée via des ports comme celui de Msaken, plus au nord, selon eux.


HRW: Les autorités iraniennes usent de la violence et tirent sur les manifestants

Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Une vidéo filmée par un utilisateur de Twitter et publiée le 6 octobre 2022 montre un monument en flammes sur la place Imam Khomeini, dans la ville iranienne de Nourabad. (CGU, AFP)
Short Url
  • Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants
  • Le HRW exige une pression internationale pour mettre fin à la violence exercée par le régime

LONDRES: De nouvelles preuves suggèrent que les forces de sécurité iraniennes continuent d’avoir recours à une force meurtrière contre des manifestants pacifiques à travers le pays, a averti l’Observatoire des droits de l’homme (HRW).

Grâce à des vidéos filmées par des manifestants et des reporters, ainsi qu’à des entretiens avec des témoins et des responsables de la sécurité, le HRW a découvert des preuves de l’utilisation d’une force excessive et meurtrière dans plus d’une douzaine de villes en Iran.

Des armes, dont des fusils de chasse et d’autres d’assaut, ont été déployées contre les manifestants lors de la réponse sécuritaire aux manifestations qui ont débuté le mois dernier à la suite de la mort de Mahsa Amini, 22 ans, tuée après avoir été arrêtée par la police des mœurs pour avoir porté le voile «de façon indécente», au lendemain du renforcement par le président Ebrahim Raïssi des lois relatives au hijab.

Selon Tara Sepehri Far, chercheuse sur l’Iran au HRW, «la réponse brutale des autorités iraniennes aux manifestations dans de nombreuses villes témoigne d’une action concertée du gouvernement pour écraser la dissidence avec un mépris cruel de la vie. Les tirs des forces de sécurité sur les manifestants ne font qu’alimenter la colère contre un gouvernement corrompu et autocratique.»

«Les Iraniens protestent parce qu’ils ne considèrent pas la mort de Mahsa Amini et la répression des autorités comme un événement isolé, mais plutôt comme le dernier exemple de la répression systématique du gouvernement contre son propre peuple.» 

«Nous nous étions rassemblés pour scander des slogans lorsque les forces de sécurité se sont approchées de nous, sur leurs motos», raconte au HRW une femme de 35 ans, originaire de la ville de Sanandaj.

«Nous avons couru en direction d’une ruelle, et les forces de sécurité nous suivaient. Elles se sont mises à lancer des gaz lacrymogènes et à tirer des balles. Un homme derrière nous a été touché à la jambe et est tombé. Les gens l’ont emmené dans une autre ruelle, puis à l’intérieur d’une maison. Il saignait sans cesse et sa blessure était très profonde.»

Au moins quatre vidéos visionnées par le HRW montrent les forces de sécurité utilisant des fusils de chasse contre des foules de manifestants.

«Les forces de sécurité se sont ruées sur un garçon de 13 ans qui se tenait au milieu de la foule», raconte un autre témoin.

«Il était si fragile et si petit qu’il n’a même pas résisté. Il était sur l’herbe, se protégeant la tête pendant qu’ils le battaient. J’ai crié «Laissez-le tranquille !» et j’ai marché dans leur direction. Elles ont ensuite tiré en l’air alors qu’elles traînaient le garçon dans la rue, et les gens se sont enfuis.»

«Pendant que je courais, je n’arrêtais pas de crier «C’est mon frère !», pensant que cela finirait par susciter leur pitié. J’ai vu un officier se retourner, s’asseoir, et pointer son arme sur moi. J’ai vu le feu de son arme. J’ai eu peur et je me suis enfui. En courant, j’éprouvais comme une sensation de brûlure. Quand je suis arrivé chez moi, je me suis rendu compte que j’avais été touché à la poitrine.»

Le HRW a dressé une liste de 47 personnes décédées lors des violences en raison du recours à la force meurtrière. Beaucoup d’entre elles ont été abattues.

Cependant, l’Observatoire a précisé que le nombre réel de morts était probablement beaucoup plus élevé que celui communiqué par les médias d’État iraniens. Fin septembre, la télévision d’État a indiqué que le nombre de morts s’élevait à environ 60.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Iran: la mère d'une adolescente accuse les autorités de l'avoir tuée lors d'une manifestation

Une femme regarde la photo de profil de l'adolescente iranienne Nika Shakrami, qui aurait été tuée récemment lors des manifestations en Iran suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini, 22 ans, jeudi. (AFP).
Une femme regarde la photo de profil de l'adolescente iranienne Nika Shakrami, qui aurait été tuée récemment lors des manifestations en Iran suite à la mort en garde à vue de Mahsa Amini, 22 ans, jeudi. (AFP).
Short Url
  • Nasrin Shahkarami a également accusé les autorités de l'avoir menacée via ses proches pour l'obliger à faire de faux aveux sur la mort de Nika, 16 ans, disparue le 20 septembre après s'être rendue à une manifestation à Téhéran
  • La répression des manifestations a causé la mort de dizaines de personnes, selon des groupes de défense des droits humains

PARIS : La mère d'une adolescente iranienne décédée après avoir participé aux manifestations contre la mort de Mahsa Amini a accusé les autorités de l'avoir tuée, dans une vidéo diffusée jeudi par des médias en persan basés à l'étranger.

Nasrin Shahkarami a également accusé les autorités de l'avoir menacée via ses proches pour l'obliger à faire de faux aveux sur la mort de Nika, 16 ans, disparue le 20 septembre après s'être rendue à une manifestation à Téhéran.

L'Iran est le théâtre de manifestations depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, une jeune Kurde iranienne de 22 ans, après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le strict code vestimentaire en vigueur.

La répression des manifestations a causé la mort de dizaines de personnes, selon des groupes de défense des droits humains.

Après avoir récupéré son corps, la famille de Nika avait prévu de l'enterrer dans sa ville de Korramabad (ouest) lundi au lendemain de son 17e anniversaire, a indiqué sa tante Atash Shahkarami sur les réseaux sociaux.

Mais selon des médias en langue persane basés à l'étranger, la famille n'a pas été autorisée à l'enterrer dans sa ville, et son oncle et sa tante ont été arrêtés.

Aveux forcés

Plus tard, dans une apparition télévisée, Atash Shahkarami a déclaré que sa nièce avait été "jetée" du haut d'un bâtiment de plusieurs étages.

Néanmoins, selon la mère de Nika qui s'est exprimée jeudi dans une vidéo publiée par Radio Farda, média en persan financé par les Etats-Unis et basé à Prague, "ils l'ont forcée à faire ces aveux et les ont diffusés".

"Nous nous attendions à ce qu'ils disent n'importe quoi pour se dédouaner... et ils se sont en fait incriminés", a déclaré Nasrin Shahkarami.

"Je n'ai pas besoin de me donner du mal pour prouver qu'ils mentent... ma fille a été tuée dans les manifestations le jour où elle a disparu."

"Le rapport de médecine légale indique la même chose, elle a été tuée ce jour-là, à cause d'un traumatisme crânien dû à des impacts contondants répétés", a encore dit la mère de Nika.

"J'ai vu le corps de ma fille moi-même... L'arrière de sa tête montrait qu'elle avait subi un coup très violent, son crâne était enfoncé. C'est comme ça qu'elle a été tuée."

L'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a tenu pour responsables les autorités iraniennes, appelant à une enquête indépendante sous l'égide des Nations unies.

"Les éléments convergent vers l'implication du gouvernement dans la mort de Nika Shahkarami, à moins que le contraire ne soit prouvé par une mission d'enquête indépendante", a affirmé le directeur de l'ONG Mahmood Amiry-Moghaddam.


Washington sanctionne sept hauts responsables iraniens après la répression des manifestations

Des ressortissants iraniens vivant en Équateur protestent contre la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans décédée en Iran alors qu'elle était détenue par la police, devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Quito, en Équateur, mercredi 5 octobre 2022. (AP)
Des ressortissants iraniens vivant en Équateur protestent contre la mort de Mahsa Amini, une jeune femme de 22 ans décédée en Iran alors qu'elle était détenue par la police, devant le bâtiment du ministère des Affaires étrangères à Quito, en Équateur, mercredi 5 octobre 2022. (AP)
Short Url
  • De hauts reponsables des services de sécurité sont visés par ces sanctions qui gèlent leurs avoirs aux Etats-Unis et compliquent leur accès au système financier international
  • Washington avait déjà annoncé le 22 septembre une salve de sanctions visant la police des mœurs iranienne et plusieurs responsables de la sécurité

WASHINGTON : Les Etats-Unis ont annoncé jeudi des sanctions économiques contre sept hauts responsables iraniens pour leur rôle dans la répression meurtrière des manifestations déclenchées par la mort de Mahsa Amini.

Le ministre de l'Intérieur Ahmad Vahidi, "instrument clé du régime dans la répression", et celui des Communications Issa Zarépour, "responsable de la tentative honteuse de bloquer l'internet" figurent parmi les personnes sanctionnées, selon un communiqué du département du Trésor.

De hauts reponsables des services de sécurité sont également visés par ces sanctions qui gèlent leurs avoirs aux Etats-Unis et compliquent leur accès au système financier international.

"Les Etats-Unis condamnent le blocage d'internet par le gouvernement iranien et sa répression violente des manifestations pacifiques et n'hésiteront pas à cibler ceux qui dirigent et soutiennent ces actions", a commenté le sous-secrétaire au Trésor, Brian Nelson, cité dans le communiqué.

Washington avait déjà annoncé le 22 septembre une salve de sanctions visant la police des mœurs iranienne et plusieurs responsables de la sécurité.

Lundi, le président américain Joe Biden avait fait savoir que de nouvelles sanctions seraient prises dans la semaine. Téhéran avait fustigé son "hypocrisie".

Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée le 16 septembre trois jours après son arrestation pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile.

Sa mort a déclenché une vague de manifestations en Iran et des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Au moins 92 personnes ont été tuées en Iran depuis le début des manifestations, selon l'ONG Iran Human Rights, basée à Oslo, tandis que les autorités avancent un bilan d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

Plus d'un millier de personnes ont été arrêtées et plus de 620 relâchées dans la seule province de Téhéran, selon les autorités.