À Beyrouth, Macron maintient la pression sur la politique libanaise

Le président français Emmanuel Macron embrasse une victime de l'explosion lors d'une cérémonie pour marquer le centenaire du Grand Liban dans la réserve forestière de Jaj Cedars, au nord-est de la capitale Beyrouth, le 1er septembre 2020. (Gonzalo FUENTES / PISCINE / AFP)
Le président français Emmanuel Macron embrasse une victime de l'explosion lors d'une cérémonie pour marquer le centenaire du Grand Liban dans la réserve forestière de Jaj Cedars, au nord-est de la capitale Beyrouth, le 1er septembre 2020. (Gonzalo FUENTES / PISCINE / AFP)
Short Url
Publié le Mardi 01 septembre 2020

À Beyrouth, Macron maintient la pression sur la politique libanaise

  • « C'est un pari risqué que je fais. J'en suis conscient. Je mets sur la table la seule chose que j'ai: mon capital politique »
  • Avec eux, « ma position est toujours la même: celle de l'exigence sans ingérence », a-t-il martelé à son arrivée

BEYROUTH : Emmanuel Macron joue gros mardi au Liban, où il va continuer à faire pression sur la classe politique pour qu'elle lance de véritables réformes susceptibles de répondre à la colère des Libanais, un mois après la terrible explosion du port de Beyrouth.

Etre efficace en allant vite, sans pour autant faire preuve d'ingérence: le président français s'est fixé un objectif ambitieux pour ce deuxième déplacement en moins d'un mois.

"C'est un pari risqué que je fais. J'en suis conscient. Je mets sur la table la seule chose que j'ai: mon capital politique", a-t-il au déclaré site d'information américain Politico.

Cette visite au pas de course aura d'abord une dimension symbolique pour démontrer que les Libanais sont "comme des frères pour les Français", comme l'a proclamé Emmanuel Macron à son arrivée.

Après avoir rendu visite lundi soir à la diva Fairouz qui, à 85 ans, est considérée comme la plus grande chanteuse arabe vivante, il a planté mardi un cèdre - l'emblème du pays - dans la réserve naturelle de Jaj, au nord-est de Beyrouth.

Une façon de marquer le centenaire de la création de l'Etat du Grand-Liban le 1er septembre 1920 par le général français Henri Gouraud. La Patrouille de France était mobilisée pour l’occasion et a survolé Beyrouth et la montagne libanaise aux couleurs du drapeau libanais, rouge, blanc et vert.

Emmanuel Macron s'est ensuite rendu au port de Beyrouth, comme il l'avait fait le 6 août, deux jours après l'explosion ayant fait au moins 188 morts et plus de 6.500 blessés en dévastant une partie de la capitale.

 "Au plus vite"

Il s'est rendu sur le porte-hélicoptères Tonnerre, arrivé le 14 août avec 750 hommes et 150 véhicules, et devait rejoindre un navire de la CGM GMA, venu de Marseille (sud-est de la France) avec à bord plus de 2.500 tonnes d'aide humanitaire envoyées par l'Etat, des ONG, des entreprises et des collectivités.

Emmanuel Macron débutera ensuite la partie la plus sensible et la plus attendue de sa visite: les difficiles discussions avec les responsables politiques.

Avec eux, "ma position est toujours la même: celle de l'exigence sans ingérence", a-t-il  martelé à son arrivée.

Pour que cette délicate position soit jugée crédible par la population comme par le reste de la communauté internationale, le président français doit obtenir des résultats sans tarder. 

C'est notamment pour cela que, dès lundi soir, il a appelé à la mise en place d'un "gouvernement de mission" au "plus vite" quelques heures après la nomination d'un nouveau Premier ministre, Moustapha Adib.

"Il ne m'appartient ni de l'approuver ni de l'adouber", a-t-il tenu à préciser à propos du choix de cet universitaire de 48 ans, jusqu'alors ambassadeur en Allemagne, qui est inconnu du grand public.

Il a rappelé que, en contrepartie du lancement de "véritables réformes" contre la corruption endémique, notamment dans les secteurs énergétique et financier, la communauté internationale promettait de débloquer des fonds dont a désespérément besoin le Liban.

Mais M. Adib part avec le handicap d'avoir été choisi, comme ses prédécesseurs, par les forces politiques traditionnelles. Ce qui le décrédibilise d'entrée aux yeux d'un grand nombre de Libanais qui jugent cette classe politique responsable de leurs malheurs, et notamment du drame du 4 août.

"Parler à tout le monde"

Le président français s'est entretenu lundi soir avec l'ex-Premier ministre Saad Hariri, l'un des poids lourds de la communauté sunnite, dont le chef du gouvernement doit être issu selon la Constitution.

Après un déjeuner au palais de Baabda à l'invitation du président Michel Aoun, il réunira mardi en fin de journée les représentants des neuf forces politiques à la résidence des pins, celle de l'ambassadeur de France, comme il l'avait fait le 6 août.

Parmi ces forces, figure le puissant mouvement chiite du Hezbollah, avec lequel de nombreux pays occidentaux, parmi lesquels les Etats-Unis, refusent tout contact en raison notamment de ses liens avec l'Iran. 

Mais Emmanuel Macron défend sa stratégie de "parler à tout le monde", dont le Hezbollah, "une force politique qui est représentée au parlement", tout en disant "désapprouver" une partie du "projet" politique de ce mouvement.


Le croissant de Dhou al-Hijjah ayant été aperçu, l’Aïd al-Adha débutera le 9 juillet

Eid Al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils, Ismail. (Photo, AN)
Eid Al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils, Ismail. (Photo, AN)
Short Url
  • L’Aïd al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils
  • Le 4 juin, l'Arabie saoudite a accueilli des pèlerins étrangers pour le Hajj pour la première fois depuis que la pandémie de Covid-19 a frappé le pays

RIYAD: Le croissant de lune du mois de Dhou al-Hijjah ayant été aperçu mercredi soir, la célébration de l’Aïd al-Adha commencera le 9 juillet. Cette célébration, qui durera cinq jours , commence le 10 de Dhou al-Hijjah.

L’Aïd al-Adha est célébré pour commémorer la dévotion du prophète Ibrahim à Allah, qui était prêt à sacrifier son fils, Ismaïl. Au moment du sacrifice, Allah a remplacé Ismaïl par un bélier, pour être sacrifié à la place de son fils.

L’ordre initial d'Allah avait pour objectif de tester l'engagement du prophète Ibrahim à obéir à son commandement, sans aucun remise en question. En conséquence, l’Aïd al-Adha  signifie la fête du sacrifice.

Dhou al-Hijjah, qui commence cette année le 30 juin, est le mois au cours duquel a lieu le pèlerinage du Hajj. C’est le dernier mois du calendrier islamique.

Le Hajj commencera le 7 de Dhou al-Hijjah (6 juillet) et se terminera le 11 de Dhou al-Hijjah (10 juillet). Le jour d'Arafat tombera le 9 de Dhou al-Hijjah, (8 juillet).

Les tentes des pèlerins à Arafat, ainsi que les installations à Mina et dans d'autres zones où les pèlerins séjourneront à Mouzdalifah ont toutes été inspectées et entièrement préparées pour recevoir les invités de Dieu pour le Hajj de cette année.

Le 4 juin, l'Arabie saoudite a accueilli des pèlerins étrangers pour le Hajj dans la deuxième ville sainte de l'islam pour la première fois depuis que la pandémie de Covid-19 a frappé le pays.

Les pèlerins, qui sont arrivés à l'aéroport international du prince Mohammed ben Abdalaziz de Médine en provenance d'Indonésie, ont reçu à leur arrivée des fleurs, des dattes et des bouteilles d'eau de Zamzam.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Abdallah II de Jordanie s'engage à déterminer les responsabilités dans l'explosion d’Aqaba

Le roi «a souligné la nécessité de donner au peuple des explications claires, une fois l’enquête terminée et de déterminer les failles et les responsabilités, en application de la loi». (Petra/RHCJO)
Le roi «a souligné la nécessité de donner au peuple des explications claires, une fois l’enquête terminée et de déterminer les failles et les responsabilités, en application de la loi». (Petra/RHCJO)
Short Url
  • Au moins 13 personnes ont été tuées, et 250 ont eu des problèmes de santé, à la suite de l’explosion d’un conteneur dans le port d'Aqaba
  • Le Premier ministre jordanien a indiqué que la concentration de gaz dans la région était revenue à la normale et que la plupart des activités portuaires avaient repris

AMMAN: Le roi Abdallah II de Jordanie a demandé que les responsabilités soient définies dans l’incident de la fuite mortelle de gaz qui s’est produit lundi.

Au moins 13 personnes ont été tuées et 250 ont eu des problèmes de santé à la suite de l’explosion d’un conteneur de chlore dans le port d'Aqaba, sur la mer Rouge, lorsqu'il est tombé d’une grue, dégageant un large nuage de fumée jaune toxique.

Le roi «a souligné la nécessité de donner au peuple des explications claires une fois l’enquête terminée et de déterminer les failles et les responsabilités en application de la loi», a annoncé le palais dans un communiqué. Il a également présenté ses condoléances aux familles des victimes.

Mardi, le roi Abdallah a présidé une réunion au Centre national de sécurité et de gestion des crises pour suivre les derniers développements liés à l’explosion. 

Lors de la réunion, à laquelle assistait à distance le prince héritier Al-Hussein ben Abdallah II depuis Aqaba, le roi Abdallah a présenté ses condoléances aux familles des personnes mortes dans l'exercice de leurs fonctions, tout en souhaitant aux blessés un prompt rétablissement.

Le roi a suivi avec le prince héritier les détails et les efforts de sauvetage et d'évacuation depuis le tout début de l’incident. Il a exigé que toutes les précautions nécessaires soient prises pour éviter que de tels incidents ne se reproduisent à l'avenir.

Par ailleurs, il a salué les efforts des membres des Forces armées jordaniennes et des forces de sécurité, en particulier le Département de la défense civile et le personnel médical civil et militaire, pour leur immédiate disponibilité et leur grand professionnalisme dans la gestion de l'incident et l'évacuation des blessés.

Il a déclaré que leurs actions avaient contribué à sauver des vies et à limiter les pertes. Le prince héritier a évoqué son inspection sur le site de l'incident mardi et sa visite aux blessés  hospitalisés. Il a réitéré la nécessité de maintenir la coopération et la coordination entre toutes les entités concernées, qui attendent les résultats de l’enquête. 

Mardi, le Premier ministre jordanien, Bisher al-Khasawneh s’est rendu sur le site et, se référant aux autorités de la défense civile et de l'environnement, a indiqué que la concentration de gaz dans la région était revenue à la normale. Il a précisé que la plupart des activités portuaires avaient repris, à l'exception du site exact de l'incident, en cours de nettoyage et d'inspection.

Al-Khasawneh a affirmé qu’un grand nombre de personnes ayant été hospitalisées retournaient chez elles.

Un porte-parole du gouvernement, Faisal al-Shboul, a déclaré aux médias officiels que 8 des personnes décédées étaient des Jordaniens et 5 des étrangers. Parmi les blessés figuraient des ressortissants chinois et vietnamiens, ont indiqué des responsables de l'hôpital.

Une vidéo diffusée à la télévision d’État a montré le moment où le conteneur a explosé, amenant les employés du port à se précipiter pour échapper au nuage toxique. Environ 200 personnes ont été hospitalisées.

La Direction de la sécurité publique, qui avait initialement décrit l’incident comme une fuite de gaz, a déclaré que les autorités avaient bouclé la zone après avoir évacué les blessés et envoyé des spécialistes sur place. 

La télévision publique Jordan TV a déclaré que 13 personnes avaient été tuées. Al-Mamlaka TV, un autre média officiel, a assuré que 199 personnes étaient toujours soignées dans les hôpitaux. La Direction de la sécurité publique a déclaré qu'au total, 251 personnes avaient été blessées.

Aqaba se trouve à la pointe nord de la mer Rouge, à côté de la ville israélienne d'Eilat, située juste de l'autre côté de la frontière. Les deux villes sont des destinations prisées pour la plage et la plongée. Les services d'urgence d'Eilat ont déclaré dans un communiqué que la ville n’avait pas été impactée, mais qu'ils suivaient la situation de près.

(Avec AP)

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Libye: 20 personnes mortes de soif en plein désert

Des membres de la branche locale du service libyen «de secours et d'urgences» de la ville de Koufra récupèrent les dépouilles de personnes retrouvées mortes de soif en plein désert libyen, près de la frontière avec le Tchad. (Photo, AFP)
Des membres de la branche locale du service libyen «de secours et d'urgences» de la ville de Koufra récupèrent les dépouilles de personnes retrouvées mortes de soif en plein désert libyen, près de la frontière avec le Tchad. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Le véhicule, en provenance du Tchad, a été retrouvé à 310 km au sud de Koufra et à 120 km de la frontière tchado-libyenne», selon le communiqué
  • Le service de secours a publié sur sa page Facebook une vidéo montrant les dépouilles en état de décomposition gisant sur le sable ocre, près de leur pick-up

TRIPOLI: Vingt personnes ont été retrouvées mortes de soif en plein désert libyen, près de la frontière avec le Tchad, après une panne de leur véhicule sous une chaleur aride, ont indiqué mercredi les services de secours. 

La branche locale du service libyen « de secours et d'urgences » de la ville de Koufra, dans l'extrême sud-est du pays, a indiqué dans un communiqué que l'une de ses équipes avait « récupéré 20 corps retrouvés dans le désert après que leur voiture est tombée en panne. Ils sont tous morts de soif ». 

« Le véhicule, en provenance du Tchad, a été retrouvé à 310 km au sud de Koufra et à 120 km de la frontière tchado-libyenne », selon le communiqué. 

Le service de secours a publié sur sa page Facebook une vidéo montrant les dépouilles en état de décomposition gisant sur le sable ocre, près de leur pick-up. 

Dans cette zone aride du désert libyen à très faible population les températures peuvent dépasser les 40 degrés en été. 

Le sud désertique de la Libye, pays plongé dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, est devenu ces dernières années un haut-lieu de la contrebande de marchandises et de l'immigration clandestine. 

Des milliers de migrants traversent chaque année les frontières poreuses de la Libye depuis le Soudan, le Niger et le Tchad, pour venir travailler dans ce pays ou pour tenter la traversée de la Méditerranée vers l'Europe. 

Les cas de migrants disparus ou retrouvés morts en plein désert y sont fréquents.