A Cannes, l'éducation sentimentale d'un jeune de banlieue parisienne

La réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid (C) reçoit le prix Muhr de la meilleure fiction des mains du cheikh Mansoor bin Mohammed bin Rashid al-Maktoum lors de la cérémonie de clôture du Festival international du film de Dubaï le 16 décembre 2015 pour son film intitulé "Comme j'ouvre les yeux". (AFP/ STR)
La réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid (C) reçoit le prix Muhr de la meilleure fiction des mains du cheikh Mansoor bin Mohammed bin Rashid al-Maktoum lors de la cérémonie de clôture du Festival international du film de Dubaï le 16 décembre 2015 pour son film intitulé "Comme j'ouvre les yeux". (AFP/ STR)
Short Url
Publié le Vendredi 16 juillet 2021

A Cannes, l'éducation sentimentale d'un jeune de banlieue parisienne

La réalisatrice tunisienne Leyla Bouzid (C) reçoit le prix Muhr de la meilleure fiction des mains du cheikh Mansoor bin Mohammed bin Rashid al-Maktoum lors de la cérémonie de clôture du Festival international du film de Dubaï le 16 décembre 2015 pour son film intitulé "Comme j'ouvre les yeux". (AFP/ STR)
  • Avec "Une histoire d'amour et de désir", présenté à Cannes, Leyla Bouzid redistribue les liens amoureux à travers l'histoire d'Ahmed, un jeune de banlieue parisienne
  • Le film décrit, avec beaucoup de sensibilité, la mécanique implacable qui empêche Ahmed de s'émanciper et d'assumer ses désirs, conduisant inéluctablement à une forme de souffrance

CANNES : Sortir des représentations stéréotypées en montrant des hommes fragiles, submergés par leurs émotions: avec "Une histoire d'amour et de désir", présenté à Cannes, Leyla Bouzid redistribue les liens amoureux à travers l'histoire d'Ahmed, un jeune de banlieue parisienne.

Projeté mercredi soir lors de la clôture de la Semaine de la critique, une des principales sections du Festival de Cannes, ce film est le second long métrage de la réalisatrice franco-tunisienne Leyla Bouzid, après "A peine j'ouvre les yeux" (2015) qui avait reçu le Prix du jury à la Mostra de Venise.

Le film traite de la rencontre d'Ahmed (Sami Outalbali), 18 ans, Français d'origine algérienne qui a grandi en banlieue parisienne, et Farah (Zbeida Belhajamor), une Tunisienne qui emménage à Paris pour poursuivre ses études de lettres. 

A rebours de ce que pourrait attendre le spectateur, c'est Farah qui va libérer Ahmed des tabous dans lesquels il est enfermé. 

Poids des traditions et de la religion, peur du qu'en-dira-t-on dans sa cité ... le film décrit, avec beaucoup de sensibilité, la mécanique implacable qui empêche Ahmed de s'émanciper et d'assumer ses désirs, conduisant inéluctablement à une forme de souffrance.

"Je voulais montrer quelque chose qu'on ne voit jamais à l'écran: ces jeunes Maghrébins, ces Français, qui grandissent en banlieue et qui subissent une forme de misère parce qu'il y a un entourage qui fait qu'ils sont très prudes", déclare à l'AFP la réalisatrice.

Comme son titre l'indique, le film convoque largement autant le désir que l'amour éprouvés par les deux jeunes, grâce notamment à l'utilisation, tout au long du film, de textes (poésies, nouvelles...) érotiques arabes datant du XIIe siècle.

Le film défend aussi une autre représentation des hommes: "Ils ne sont presque jamais représentés comme étant fragiles, timides, submergés par leurs émotions alors qu'il me semble que c'est quelque chose qui existe dans la vie en dehors de toute origine et toute identité", souligne-t-elle.

Ancré en partie en banlieue parisienne, le film, qui décrit un monde qui "enferme", avec des habitants assignés à leurs origines, bien loin de l'idéal émancipateur républicain, fait, sans outrance, écho aux débats sur l’intégration et la banlieue, omniprésents dans le débat politique français.

"L'émancipation d'un jeune garçon qui est français d’origine algérienne, forcément il y a quelque chose de politique là-dedans même s'il est avant tout question d'un homme qui s'ouvre progressivement à la vie", insiste la réalisatrice.


En Tunisie, des femmes DJ cherchent à s'imposer dans un milieu d'hommes

Nada, qui souhaite ouvrir un jour son propre studio de production, est consciente qu' «être une femme DJ en Tunisie, ça fait peur à la plupart des familles. Car tu vas rentrer la nuit et c'est plutôt un truc masculin ». (Photo, AFP)
Nada, qui souhaite ouvrir un jour son propre studio de production, est consciente qu' «être une femme DJ en Tunisie, ça fait peur à la plupart des familles. Car tu vas rentrer la nuit et c'est plutôt un truc masculin ». (Photo, AFP)
Short Url
  • Cette assistante caméra dans le cinéma a bénéficié il y a cinq ans d'un stage de trois jours et, pour le reste, s'est formée sur le tas
  • Issue du milieu artistique avec une mère maquilleuse, Fouchika a une famille qui accepte sa passion

TUNIS : Fouchika Junior fait glisser une commande et monte une fréquence. Elle initie aux bases du mixage une poignée de futures DJ en Tunisie, où ont émergé des formations inédites pour que les femmes s'imposent dans le milieu très masculin de l'animation musicale.

Ce jour-là, à l'Institut français de Tunis, Nada Benmadi, 25 ans, touche pour la première fois des platines. Cette aspirante ingénieure du son veut ajouter le métier de DJ à sa palette, à la fois car elle "aime le son et la musique" et aussi pour "réunir les fans de musique électronique, de danse et diffuser de l'énergie positive".

Nada, qui souhaite ouvrir un jour son propre studio de production, est consciente qu'"être une femme DJ en Tunisie, ça fait peur à la plupart des familles. Car tu vas rentrer la nuit et c'est plutôt un truc masculin".

Pour elle, aucun problème toutefois, sa famille est composée de "gens ouverts qui m'encouragent à faire ce que j'aime".

"Un, deux, trois, quatre". Sa prof du jour, Yasmina Gaida, alias Fouchika Junior, 29 ans, est spécialisée en "deep house" et en "afrohouse". Elle bat la mesure et montre comment synchroniser manuellement les morceaux.

Cette assistante caméra dans le cinéma a bénéficié il y a cinq ans d'un stage de trois jours et, pour le reste, s'est formée sur le tas. Elle enseigne le DJing "pour donner une chance aux femmes" qui n'ont "pas la possibilité, ni les moyens" de l'apprendre et pour transmettre l'idée que "c'est possible qu'une femme soit DJ en Tunisie".

«Pas pour les filles»

Fouchika a vu "quelques évolutions" ces dernières années, mais elles ne sont "pas flagrantes". "Les proprios de boîtes de nuit, c'est comme s'ils avaient peur d'embaucher une DJ pour une soirée, au cas où ça ne marcherait pas, parce que ça reste un truc technique" et ils pensent que "ce n'est pas fait pour les filles".

Compliqué aussi pour les femmes de percer, selon elle. "Quand c'est un homme qui se présente, on lui dit: vas-y, envoie-moi ton SoundCloud et il peut venir mixer. Quand c'est une fille, on lui demande: tu as déjà mixé avant? Jamais entendu parler de toi!"

Issue du milieu artistique avec une mère maquilleuse, Fouchika a une famille qui accepte sa passion. Mais elle doit parfois aller "parler aux familles pour leur dire: +tout va bien, on ne fait rien de mal, juste de la musique+".

"Le DJing n'est pas considéré comme +safe+ pour une Tunisienne. C'est vu comme un métier dominé par les hommes, très difficile, qui se passe la nuit dans un environnement qui peut être toxique, violent pour les femmes", confirme à l'AFP Olfa Arfaoui, fondatrice en 2018 de ce qu'elle présente comme la première "DJ Academy for Girls" dans le monde arabe.

«Libérer la parole»

En trois ans, l'Academy, soutenue par des fondations internationales, a formé une centaine de femmes DJ. "Les femmes commencent à intégrer l'espace du clubbing, plus sensibilisé à leur présence. Même s'il y a aussi parfois un peu d'opportunisme à utiliser leur image", note-t-elle.

La DJ Academy for Girls, qui dispense ses ateliers les weekends pour une somme accessible (80 à 90 euros le module de 36H sur trois mois), se veut aussi "école de la deuxième chance pour fournir un deuxième métier, un complément de salaire ou une possibilité de reconversion", selon Mme Arfaoui.

Son école propose des formations complémentaires d'ingénieures du son, de "sound designer", de "live coding" --pour créer des sons via le codage informatique-- ainsi que d'arrangement musical ou encore de production de musique.

L'académie entend aussi jouer un rôle social, en intervenant dans des universités ou écoles afin d'utiliser le DJing, qui "libère la parole et met à l'aise", "pour donner confiance aux jeunes filles et discuter de sujets sensibles comme la menstruation ou les rapports sexuels".

Roua Bida, formée à la DJ Academy il y a environ un an, partage cet état d'esprit militant "contre ces gens qui ont peur pour leur masculinité, qu'on leur arrache des lieux et de l'espace". Quand elle mixe, cette rappeuse de 33 ans "essaye d'introduire des morceaux de musique +féministes+".

Avec Fouchika et d'autres, elles vont monter "très prochainement" un collectif de femmes DJ. "Si on lutte chacune dans notre coin, on aura toujours les mêmes problématiques. Alors que si on est unies, on ira s'imposer et revendiquer nos droits, et les gens vont nous donner notre chance".


Découverte d'un nouveau dinosaure à la queue inédite au Chili

Les ostéodermes, des structure de plaques osseuses situées dans les couches dermiques de la peau, du Stegouros elengassen sont alignés de part et d'autre de la queue et la font ressembler à une grande fougère. (Photo, AFP)
Les ostéodermes, des structure de plaques osseuses situées dans les couches dermiques de la peau, du Stegouros elengassen sont alignés de part et d'autre de la queue et la font ressembler à une grande fougère. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Stegouros elengassen, dont un squelette a été découvert il y a trois ans en Patagonie, déconcerte les scientifiques par sa queue
  • «La queue est recouverte de sept paires d'ostéodermes produisant une arme absolument différente de tout ce que l'on connaît pour aucun dinosaure»

Des paléontologues chiliens ont présenté mercredi les résultats de leurs recherches sur le Stegouros elengassen, dinosaure dont un squelette a été découvert presque intact il y a trois ans en Patagonie et qui déconcerte les scientifiques par sa queue.

Le dinosaure avait été découvert lors de fouilles en 2018 à Cerro Guido, un site connu pour abriter de nombreux fossiles, par une équipe pensant avoir à faire à un type d'animal déjà connu jusqu'à ce qu'apparaissent les restes de sa queue surprenante.  

"C'était la principale surprise (...) Cette structure est absolument étonnante", a déclaré Alexander Vargas, l'un des paléontologues, durant la présentation de la découverte à l'Université du Chili. 

"Car la queue était recouverte de sept paires d'ostéodermes (...) produisant une arme absolument différente de tout ce que l'on connaît pour aucun dinosaure", a ajouté le chercheur. 

Les ostéodermes -- des structure de plaques osseuses situées dans les couches dermiques de la peau - sont alignés de part et d'autre de la queue et la font ressembler à une grande fougère.

Les paléontologues ont découvert 80 % du squelette du dinosaure et estiment que l'animal avait vécu dans la région il y a 71 à 74,9 millions d'années. Il mesurait environ deux mètres de long, pesait 150 kilos et était herbivore. 

Selon les scientifiques, qui ont publié leurs recherches dans la revue spécialisée Nature, il pourrait représenter une lignée jusqu'alors inconnue d'un dinosaure cuirassé jamais vu dans l'hémisphère sud mais déjà identifié dans le nord du continent. 

"Nous ne savons pas pourquoi (la queue) a évolué. Nous savons qu'au sein des groupes de dinosaures cuirassés, il semble y avoir une tendance à développer de manière indépendante différents mécanismes de défense basés sur les ostéodermes", a expliqué Sergio Soto, autre membre de l'équipe.

La zone de Cerro Guido, dans la vallée de Las Chinas à 3.000 km au sud de Santiago, s'étend sur 15 km. Diverses formations rocheuses y affleurent, qui contiennent de nombreux fossiles. 

C'est "une espèce de livre qui nous permet de comprendre les successions de faune et flore à cet endroit", expliquent les paléontologues.

Elle leur a également permis de découvrir que l'Amérique et l'Antarctique actuels étaient proches il y a des millions d'années. 

"Il y a des preuves solides qu'il existe un lien biogéographique avec d'autres régions de la planète, dans ce cas l'Antarctique et l'Australie, car nous y avons deux dinosaures cuirassés étroitement apparentés" au Stegouros, a précisé Sergio Soto.


Un robot oiseau capable de se poser et d'agripper des objets

Le nouveau genre de volatile créé par une équipe d'ingénieurs de la prestigieuse université américaine de Stanford. (Photo, AFP)
Le nouveau genre de volatile créé par une équipe d'ingénieurs de la prestigieuse université américaine de Stanford. (Photo, AFP)
Short Url
  • Des pinces robotiques pouvant être fixées à des drones, transformant ces derniers en oiseaux robots capables de saisir des objets ou de se percher sur diverses surfaces
  • Ces nouvelles capacités pourraient permettre aux robots volants d'économiser leurs batteries au lieu de devoir faire du surplace

Une équipe d'ingénieurs de la prestigieuse université américaine de Stanford a créé des pinces robotiques pouvant être fixées à des drones, transformant ces derniers en oiseaux robots capables de saisir des objets ou de se percher sur diverses surfaces.

Ces nouvelles capacités pourraient permettre aux robots volants d'économiser leurs batteries au lieu de devoir faire du surplace -- par exemple lors d'opérations de recherches de survivants -- ou aider les biologistes à prélever plus aisément des échantillons en forêt.

"Nous voulons être capables d'atterrir n'importe où, c'est la raison pour laquelle c'est enthousiasmant d'un point de vue de l'ingénierie et de la robotique", a expliqué à l'AFP David Lentink, co-auteur d'un article à propos de cette innovation publié mercredi dans la revue Science Robotics.

Comme souvent en robotique, ce projet s'est inspiré de comportements animaliers -- en l'occurrence de la façon dont les oiseaux se posent et s'accrochent à des branches -- pour s'affranchir de difficultés techniques .

Mais imiter ces volatiles, à qui des millions d'années d'évolution permettent de s'agripper à des branches de différentes tailles ou formes, parfois couvertes de lichen ou rendues glissantes par la pluie, n'est pas tâche aisée.

A cette fin, l'équipe de Stanford a étudié grâce à des caméras haute vitesse la façon dont de petits perroquets atterrissaient sur des perches variant en taille et en matériau: bois, mousse, papier de verre et téflon.

Les perches étaient aussi équipées de capteurs enregistrant la force avec laquelle les oiseaux se posaient et redécollaient.

Les scientifiques ont constaté que si le mouvement d'atterrissage était le même dans chaque situation, les perroquets se servaient de leurs pattes pour s'adapter aux variations rencontrées.

Plus spécifiquement, les oiseaux enroulent leurs serres autour de leur perchoir et utilisent par ailleurs des coussinets à la fois doux et plissés pour s'assurer une bonne adhésion.

Pour pouvoir soutenir un petit drone à quatre hélices, les scientifiques ont conçu leurs pinces à partir du modèle des pattes du faucon pèlerin.

La structure, fabriquée grâce à une imprimante 3D, comprend des moteurs et du fil de pêche en guise de muscles et tendons.

Il faut 20 millisecondes au mécanisme pour s'accrocher, et un accéléromètre indique ensuite au robot que le processus d'atterrissage est achevé.

Un algorithme permet enfin à l'oiseau mécanique de garder son équilibre sur la branche.

L'oiseau robot est parvenu à attraper des objets qu'on lui lançait, comme des balles de tennis, et de se poser en conditions réelles dans des forêts du nord-ouest des Etats-Unis.