Prisons: comment la France gère les détenus radicalisés depuis les attentats de 2015

Sur les quelque 68 000 détenus en France, on compte 461 personnes incarcérées pour des faits de «terrorisme islamiste» (TIS) et environ 660 détenus de «droit commun suspectés de radicalisation» (DCSR). (AFP)
Sur les quelque 68 000 détenus en France, on compte 461 personnes incarcérées pour des faits de «terrorisme islamiste» (TIS) et environ 660 détenus de «droit commun suspectés de radicalisation» (DCSR). (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 06 septembre 2021

Prisons: comment la France gère les détenus radicalisés depuis les attentats de 2015

  • Hors les murs des prisons, les services de probation de la pénitentiaire suivent par ailleurs environ 300 personnes impliquées dans des dossiers terroristes
  • Après 2015, l'administration pénitentiaire commence par regrouper les détenus radicalisés dans des unités dédiées, pour éviter la «contagion»

PARIS: Détection, évaluation, isolement, quartiers spécifiques. En prison aussi, la lutte contre la radicalisation est devenue depuis les attentats de 2015 une priorité, passant d'une simple gestion carcérale à un système de prise en charge serrée.


"On a tâtonné au départ, comme tous les pays européens, mais on a maintenant un dispositif relativement spécialisé, équilibré, respectueux des droits, et qui pour l'instant, est contenant", estime Laurent Ridel, directeur de l'administration pénitentiaire.

L'évaluation de la radicalisation

Sur les quelque 68 000 détenus en France, on compte, selon les derniers chiffres de l'administration pénitentiaire, 461 personnes incarcérées pour des faits de "terrorisme islamiste" (TIS) et environ 660 détenus de "droit commun suspectés de radicalisation" (DCSR).


Trois "risques" sont à prendre à compte: celui de passage à l'acte violent en détention, le risque de prosélytisme (une question qui ne se posait avec les précédents profils "terroristes" qu'a connu la pénitentiaire, comme les détenus corses ou basques), et enfin la délicate question des "sortants" de prison - 120  en 2020, au moins 59 en 2021 - pensée "dès l'entrée en détention", assure l'administration pénitentiaire.


"On a fait énormément de progrès", grâce au renseignement pénitentiaire (créé en 2017), en formant le personnel et en adaptant les grilles d'évaluation à une radicalisation devenue plus complexe, explique Laurent Ridel. "Autrefois, la détection, ça pouvait être quelqu'un qui porte une barbe, mettait sa djellaba dans sa cellule, priait, maintenant c'est terminé".


Après 2015, l'administration pénitentiaire commence par regrouper les détenus radicalisés dans des unités dédiées, pour éviter la "contagion". Mais en 2016, le "premier attentat jihadiste fomenté en prison" - à Osny (région parisienne), Bilal Taghi, détenu condamné pour terrorisme, tente de tuer un surveillant avec un couteau artisanal aux cris d'"Allah Akbar" - change la donne.


Fini alors les unités dédiées, place aux "quartiers d'évaluation de la radicalisation" (QER), des sessions de 15 semaines, 12 détenus à la fois.


Il existe six QER en France, et la "quasi-totalité" des détenus TIS ("terrorisme islamiste") y sont désormais passés, explique Naoufel Gaied, chef de la mission de lutte contre la radicalisation violente à l'administration pénitentiaire.


Pour une poignée d'entre eux, "on n'a pas besoin de QER pour savoir qu'ils présentent un haut risque de violence ou d'influence", précise-t-il.


C'est le cas de Salah Abdeslam, unique survivant des commandos du 13-Novembre et principal accusé du procès des attentats qui s'ouvre mercredi à Paris, détenu à l'isolement à Fleury-Mérogis, sous surveillance vidéo 24H/24.


Différents types de détention

Une fois les détenus évalués en QER, ceux pour qui le "pronostic" de passage à l'acte est assez faible retournent en détention ordinaire (environ 80%). Ceux présentant un fort potentiel de dangerosité ou d'attaque sur le personnel (environ 10%) sont placés en quartier d'isolement. 


Et enfin ceux qui sont "fortement imprégnés idéologiquement" mais qui ne présentent pas un risque "grave et imminent" d'agression sont redirigés vers des quartiers de prise en charge de la radicalisation (QPR), où interviennent notamment éducateurs, psychologues et médiateurs du fait religieux. Il existe 6 QPR en France, pour une capacité totale de 189 places.  


Hors les murs des prisons, les services de probation de la pénitentiaire suivent par ailleurs environ 300 personnes impliquées dans des dossiers terroristes. Les profils les plus à risque sont pris en charge par un programme d'accueil individualisé (Pairs). Aucune récidive n'a été signalée depuis son lancement il y a près de cinq ans.

La question des femmes 

"C'était peut-être quelque chose qui n'était pas suffisamment pris en compte", reconnaît Laurent Ridel. "Au départ, tout le monde a considéré que c'était des victimes, qu'elles étaient là par amour, sous emprise. Certaines, sans doute, mais pour d'autres ça n'est absolument pas le cas, et elles peuvent être extrêmement dangereuses".


"Aujourd'hui on n'est plus dans cette idée de +femmes de djihadistes+, traînées de force en Syrie,", complète Naoufel Gaied. "On en est à la phase où on commence à les évaluer comme on évalue les hommes".


Impliquées dans des dossiers de terrorisme ou "revenantes" de Syrie, elles sont environ 70 classées TIS ("terrorisme islamiste") et ont longtemps été évaluées et prises en charges "localement". 


Un premier QER dédié doit ouvrir ses portes à la prison de Fresnes fin 2021. Et un premier QPR pour femmes, présenté comme une première en Europe, s'apprête à ouvrir au centre pénitentiaire pour femmes de Rennes. Il accueillera 6 femmes dès septembre, une quinzaine d'ici la fin de l'année.


Présidentielle: des candidats se plaignent d'un «déséquilibre» du temps de parole

Le président du CSA, Roch-Olivier Maistre, lors d'une séance photo au festival Cannes International Series 2019 au Palais des festival de Cannes, le 8 avril 2019. (Valerie Hache/AFP)
Le président du CSA, Roch-Olivier Maistre, lors d'une séance photo au festival Cannes International Series 2019 au Palais des festival de Cannes, le 8 avril 2019. (Valerie Hache/AFP)
Short Url
  • Après le 1er janvier 2022, des règles plus strictes s'appliqueront dans la perspective du scrutin présidentiel
  • Chaque candidat et ses soutiens devront avoir accès aux quatre tranches horaires (matin, journée, soirée, nuit) de manière équitable

PARIS :Des discours rediffusés à trois heures du matin et des interviews qui tournent en boucle dans la nuit noire: plusieurs candidats à la présidentielle se plaignent des pratiques des chaînes d'info qu'ils accusent de «jouer» avec les règles pour respecter les temps de parole.

«Cnews profite de la nuit pour rattraper son retard d'insoumission à l'antenne ! Le meeting de Jean-Luc Melenchon y est passé deux fois dans la nuit de dimanche à lundi» dernier, s'est exclamé cette semaine le député LFI Adrien Quatennens, joignant le CSA à «mettre de l'ordre».

La France Insoumise n'est pas la seule formation à s'inquiéter d'interventions de leur candidat en «diffusion nocturne» pour «contourner la règle du pluralisme» politique

Rappelant que le phénomène n'est pas nouveau, François Asselineau, candidat du parti pro-Frexit UPR, se souvient, lui, qu'en 2017, il passait «quelques fois en boucle sur BFMTV, à une heure où personne ne regardait la télévision».

Fin 2020, LCI s'était vue reprocher de diffuser des interventions de l'écologiste Yannick Jadot à des heures tardives. Contacté par l'AFP, LCI assure: «On a pu se faire taper sur les doigts dans le passé pour des rediffusions nocturnes, mais maintenant c'est complètement marginal, vraiment».

- «Marginal» -

Au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui veille au temps de parole dans les médias, on précise qu'il n'est «pas interdit d'effectuer des diffusions nocturnes».

Mais «si on est amené à constater, notamment pour des chaines d’info permanentes, qu’il y a beaucoup de diffusions nocturnes, le CSA sera amené à intervenir», a promis son président Roch-Olivier Maistre lors d'une conférence de presse jeudi.

Hors période électorale, la règle est de donner la parole un tiers du temps à l'exécutif, les deux tiers restants étant affectés aux partis politiques (y compris ceux issus de la majorité présidentielle), selon leur représentativité (résultats électoraux, sondages...).

Et ni l'horaire de diffusion, ni le temps de commentaires des éditorialistes ne sont pris en compte.

Pour Florian Philippot, candidat des Patriotes en 2022, les chaînes d'info ne sont donc pas dans l'illégalité, mais «elles jouent clairement avec les règles actuelles».

Egalement contactées, BFMTV et Cnews n'ont pas souhaité faire de commentaire.

- «Les règles actuelles ne vont pas» -

Après le 1er janvier 2022, des règles plus strictes s'appliqueront dans la perspective du scrutin présidentiel avec notamment, dans la dernière ligne droite, une obligation de «conditions de programmation comparable», où chaque candidat et ses soutiens devront avoir accès aux quatre tranches horaires (matin, journée, soirée, nuit) de manière équitable.

Mais à gauche comme à droite, certains candidats se plaignent déjà d'un temps de parole «ridicule, presque égal à zéro».

«Ce sont les règles actuelles qui ne vont pas», pointe M. Philippot, évoquant un «déséquilibre criant, inacceptable», en faveur, selon lui, «du clan macroniste, du RN et de M. Zemmour».

«Certains candidats, comme moi, sont invisibles sur les chaînes d'info», s'indigne M. Asselineau auprès de l'AFP.

Le régulateur de l'audiovisuel a «déjà eu l'occasion de faire des rappels auprès de médias», se défend M. Maistre. Un bilan du trimestre en cours doit être effectué d'ici à fin novembre.

Du côté de LCI, on estime «respecter scrupuleusement les temps de parole» et être «au global, dans un bon équilibre», la chaîne d'info mettant en avant sa «couverture en direct du discours de M. Mélenchon à Reims (dimanche dernier) et de la primaire écologiste, par exemple».

Pas satisfait de ces explications, M. Asselineau plaide, lui, pour la mise en place d'un temps minimum et maximum, par candidat, «en pondérant les passages médias par l'audience».

Et ce, «en avançant la remise des parrainages, en novembre ou décembre, pour avoir au moins quatre mois pendant lesquels les médias seraient contraints d'inviter tous les candidats».

Pour M. Philippot, «on devrait ajouter d'autres critères, tels que le dynamisme sur les réseaux sociaux, la capacité à organiser des événements +réels+ ou encore les résultats aux dernières élections, pour s'assurer d'une plus grande diversité de points de vue».


A Lille, le PS investit Hidalgo et relance sa campagne

Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate du Parti socialiste (PS) à l'élection présidentielle française de 2022, prend la parole lors du sommet de la construction organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB) à Paris, le 21 octobre 2021.(Stéphane de Sakutin / AFP)
Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate du Parti socialiste (PS) à l'élection présidentielle française de 2022, prend la parole lors du sommet de la construction organisé par la Fédération française du bâtiment (FFB) à Paris, le 21 octobre 2021.(Stéphane de Sakutin / AFP)
Short Url
  • Un mois et demi après s'être déclarée candidate à Rouen, la maire de Paris végète dans les intentions de vote, autour de 4 à 7%
  • A Lille, la maire de Paris sera investie officiellement par le Parti socialiste, dont les 22.000 militants l'ont préférée au maire du Mans Stéphane Le Foll

LILLE, France : «Une nouvelle étape qui s'ouvre»: Anne Hidalgo rassemble samedi à Lille la famille socialiste pour un premier meeting destiné à rassurer son camp et donner un nouvel élan à sa campagne présidentielle qui n'arrive pas à décoller.

Un mois et demi après s'être déclarée candidate à Rouen, la maire de Paris végète dans les intentions de vote, autour de 4 à 7%, rétrogradée derrière l'écologiste Yannick Jadot et l'insoumis Jean-Luc Mélenchon.

Alors que les deux-tiers des sympathisants de gauche disent souhaiter une union de leur camp au premier tour, selon un sondage Ipsos pour Le Parisien et franceinfo, Anne Hidalgo doit désormais convaincre qu'elle peut créer une dynamique, à moins de six mois de la présidentielle, après un début de campagne «à bas bruit».

«On est autour de 5%, c'est une alerte. Je vois que la gauche est en confettis (...) Avec six ou sept candidats, il n'y a pas de gauche possible au second tour. Anne Hidalgo est la seule capable de rassembler», assure le sénateur Patrick Kanner.

A Lille, la maire de Paris sera investie officiellement par le Parti socialiste, dont les 22.000 militants l'ont préférée au maire du Mans Stéphane Le Foll.

Un millier de personnes est attendu dans le fief de sa mentor Martine Aubry, qui sera présente, tout comme de nombreux élus socialistes - dont son «équipe de France des maires», une nouvelle génération d'élus PS quadra ou quinquagénaires qui constituent sa garde rapprochée-, ainsi que des personnalités de la société civile.

Des poids lourds du PS sont annoncés, mais pas François Hollande. L'ex-chef de l'Etat, très critique sur l'émiettement de la gauche et ses candidatures «lilliputiennes», assure cependant qu'il votera pour elle.

Anne Hidalgo fera son premier véritable discours de campagne, qui lui permettra de donner sa vision de la France et ses priorités, qu'elle a pour certaines déjà exposées: pouvoir d'achat, revalorisation des salaires, défense des classes moyennes et populaires, transition écologique, santé, promesse républicaine et éducation.

- «Confrontation» -

La candidate avait été très critiquée sur sa première proposition de doubler les salaires des enseignants, jugée irréaliste par ses concurrents. «Ce n'est pas une mesure catégorielle, c'est une mesure pour remettre l'école au milieu du village, une mesure de justice sociale et de service public», insiste le sénateur socialiste Rémi Feraud.

Elle l'a maintenue jeudi sur franceinfo, la jugeant «tout à fait» réalisable sur un quinquennat, et a promis de dévoiler «prochainement» des «propositions fortes» pour «les premiers de corvée», dont les soignants.

«C'est le moment d'engager la confrontation face aux dérives de l'extrême droite et face au bilan d'Emmanuel Macron. Il faut parler du pouvoir d'achat, des questions de la vie quotidienne des Français», estime Mathieu Klein, maire socialiste de Nancy, proche de la candidate.

Dans les semaines qui viennent, la mobilisation va s'intensifier, assure-t-il, avec «de nouvelles rencontres avec les Français» et «une série d'initiatives autour des question d'éducation, la colonne vertébrale de son projet présidentiel».

«Anne Hidalgo n'est pas fragile du côté de l'écologie, elle est connue pour être écologiste. Mais elle doit imposer dans la durée la conviction qu'elle est la candidate de la justice sociale», insiste un parlementaire de son cercle proche.

Pierre Jouvet, porte-parole du PS dit n'avoir «aucun doute» sur le fait qu'Anne Hidalgo «sera la première présidente de la République française».

Mais «la campagne sera difficile», a souligné le premier secrétaire du PS Olivier Faure, lors de la désignation d'Anne Hidalgo par les militants.

Après le retentissant échec de la dernière présidentielle (Benoit Hamon avait fait 6,3%), «personne ne souhaite notre victoire», mais «nous allons t'accompagner», a-t-il assuré à Anne Hidalgo. Le parti s'est déjà mis en ordre de marche, avec une opération d'affichage et de tractage dès le week-end dernier.

Anne Hidalgo ne pourra pas compter pour l'instant sur le soutien du Parti radical de gauche, qui, rassemblé en convention samedi, devrait décider de son indépendance à la présidentielle, invitant toute la gauche à se rassembler «dans un accord de gouvernement».


Logiciel espion Pegasus: rencontre franco-israélienne de haut niveau à Paris

Le logiciel Pegasus permet, une fois installé dans un téléphone mobile, d'espionner l'utilisateur de l'appareil, accédant à ses messageries, ses données, ou activant l'appareil à distance à des fins de captation de son ou d'image. (Photo, AFP)
Le logiciel Pegasus permet, une fois installé dans un téléphone mobile, d'espionner l'utilisateur de l'appareil, accédant à ses messageries, ses données, ou activant l'appareil à distance à des fins de captation de son ou d'image. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Nous demandons des garanties dans l'affaire NSO et y travaillons avec les Israéliens», a précisé l'Elysée
  • Les téléphones mobiles d'au moins cinq ministres français et un diplomate rattaché à l'Elysée ont été infectés par le logiciel espion israélien

PARIS : Une rencontre de haut niveau entre responsables israélien et français a eu lieu récemment à Paris pour tenter d'apaiser les tensions nées des révélations sur le logiciel espion Pegasus, a annoncé vendredi l'Elysée, confirmant des informations de presse.


Il y a eu "une session utile du dialogue stratégique entre Emmanuel Bonne et le NSC, le conseiller national à la sécurité" israélien Eyal Hulata, a déclaré l'Elysée à l'AFP, confirmant des informations du média en ligne Axios.


Emmanuel Bonne est le conseiller diplomatique de l'Elysée, et proche collaborateur d'Emmanuel Macron.


"Nous demandons des garanties dans l'affaire NSO et y travaillons avec les Israéliens", a précisé l'Elysée.


Selon Axios, Eyal Hulata, est venu à Paris pour faire des propositions pour tenter d'apaiser les tensions entre les deux pays après les révélations du volet français de l'affaire Pegasus.


Les téléphones mobiles d'au moins cinq ministres français et un diplomate rattaché à l'Elysée ont été infectés par le logiciel espion, avaient expliqué à l'AFP plusieurs sources proches du dossier fin septembre.


Les téléphones ont été compromis en 2019 et 2020 et ont présenté des marqueurs d'infection par le logiciel espion commercialisé par la société israélienne NSO lors de leur examen par les services de sécurité français. NSO commercialise le logiciel mais explique ne pas l'exploiter, ce qui est fait par ses clients. 


Selon Axios, M. Hulata a proposé que les téléphones français soient à l'avenir déclarés intouchables par NSO dans ses négociations avec des clients potentiels, une interdiction dont bénéficient déjà les téléphones américains et britanniques.


Une source proche du dossier a confirmé à l'AFP que cette option était sur la table entre les deux parties.


Une source proche de NSO avait affirmé début octobre que le groupe suit des règles très strictes avant d'octroyer à ses clients le droit d'utiliser son logiciel, prévoyant diverses exclusions. Une autre source proche de NSO avait assuré que le groupe avait déjà écarté de nombreux clients, estimant ne pas disposer de garanties suffisantes sur une utilisation légitime de son produit.


Ni le bureau du Premier ministre israélien, ni NSO, n'ont fait de commentaires sur la rencontre entre M. Hulata et M. Bonne.


Axios ne dit pas si la proposition israélienne a été acceptée, mais affirme que des officiels israéliens espèrent que la sortie de la crise provoquée par cette affaire est proche. Aucune des sources interrogées par l'AFP n'a commenté l'évolution des échanges.


Une enquête publiée à partir du 18 juillet par un consortium de 17 médias internationaux avait révélé que le logiciel Pegasus aurait permis d'espionner les numéros d'au moins 180 journalistes, 600 hommes et femmes politiques, 85 militants des droits humains ou encore 65 chefs d'entreprise de différents pays.


Plusieurs plaintes ont été déposées en France par des personnes se disant victimes du logiciel.


Le Maroc a notamment été accusé d'avoir eu recours au logiciel, ce que Rabat a démenti, parlant d'"allégations mensongères et infondées" et enclenchant plusieurs procédures judiciaires en France, en Espagne et en Allemagne. 


Le logiciel Pegasus permet, une fois installé dans un téléphone mobile, d'espionner l'utilisateur de l'appareil, accédant à ses messageries, ses données, ou activant l'appareil à distance à des fins de captation de son ou d'image.