L’opposition tunisienne grogne face à la mainmise du président

Des manifestants brandissent des drapeaux et des copies de la constitution tunisienne lors d'une manifestation contre la mainmise du président tunisien Kais Saied le 26 septembre 2021(Reuters)
Des manifestants brandissent des drapeaux et des copies de la constitution tunisienne lors d'une manifestation contre la mainmise du président tunisien Kais Saied le 26 septembre 2021(Reuters)
Short Url
Publié le Dimanche 26 septembre 2021

L’opposition tunisienne grogne face à la mainmise du président

Des manifestants brandissent des drapeaux et des copies de la constitution tunisienne lors d'une manifestation contre la mainmise du président tunisien Kais Saied le 26 septembre 2021(Reuters)
  • Deux mois après avoir limogé le Premier ministre, le président Kais Saied s’octroie par décret le pouvoir de gouverner.
  • « Le peuple veut la chute du coup d'État », scandaient les manifestants dans le centre de Tunis le long de l'avenue Habib Bourguiba

TUNIS : Environ 3.000 manifestants se sont rassemblés dimanche à Tunis sous une forte présence policière pour protester contre la mainmise du président tunisien Kais Saied qui a pris le pouvoir en juillet et l'ont appelé à démissionner. 

Saied a violé cette semaine une partie de la constitution de 2014, s’octroyant le pouvoir de gouverner par décret deux mois après avoir limogé le Premier ministre, suspendu le Parlement et pris le pouvoir exécutif. 

« Le peuple veut la chute du coup d'État », scandaient les manifestants dans le centre de Tunis le long de l'avenue Habib Bourguiba, point focal des manifestations qui ont mis fin au régime de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011. « Démissionnez ». 

La crise a mis en péril les acquis démocratiques que les Tunisiens ont obtenu lors de la révolution de 2011 qui a déclenché les manifestations du « printemps arabe » et a également ralenti les efforts pour faire face à une menace urgente pour les finances publiques, ce qui inquiète les investisseurs. 

Saied déclare que ses actions, qualifiées de coup d'État par ses opposants, sont nécessaires pour faire face à une paralysie politique, une stagnation économique et une mauvaise réponse à la pandémie de coronavirus. Il promet de défendre les droits et de ne pas devenir un dictateur. 

Nadia Ben Salem déclare avoir parcouru 500 kilomètres depuis le sud pour exprimer sa colère lors de la manifestation. 

« Nous protégerons la démocratie… la constitution est une ligne rouge », dit-elle en brandissant une copie de la constitution. 

Saied bénéficie toujours d'un large soutien parmi les Tunisiens, qui en ont assez de la corruption et de la médiocrité des services publics et disent qu'il a les mains propres. 

Il n'a fixé aucune limite de temps à son mandat, mais a déclaré qu'il nommerait un comité pour aider à rédiger des amendements à la constitution de 2014 et établir « une véritable démocratie dans laquelle le peuple est vraiment souverain ». Le plus grand parti politique tunisien, l'islamiste modéré Ennahda, a qualifié les mesures de Saied de « coup flagrant contre la légitimité démocratique » et a appelé le peuple à s'unir et à défendre la démocratie de manière « continue et pacifique ». 

Ennahda est le parti le plus puissant de Tunisie depuis la révolution de 2011 qui a conduit au renversement de son président au pouvoir depuis longtemps, et qui a joué un rôle dans le soutien des gouvernements de coalition successifs. 

Mais le coup d'État de Saied l'a confronté à une grave scission : plus de 100 hauts responsables d'Ennahda, dont des législateurs et d'anciens ministres, ont démissionné samedi pour protester contre la performance des dirigeants. 

L'influent syndicat tunisien a rejeté vendredi des éléments clés de l'action de Saied et a mis en garde contre une menace pour la démocratie alors que l'opposition s’est renforcée contre une décision que ses ennemis qualifient de coup d'État. 

Une première manifestation contre Saied depuis son intervention du 25 juillet a eu lieu la semaine dernière. Elle était composée de plusieurs centaines de personnes. 

« Le dialogue a été rompu avec Saied... Il n'aime pas le dialogue », déclare le législateur indépendant Iyadh Loumi. 

« Il voulait isoler tout le monde et il prend tout le pouvoir... Saied doit être limogé et jugé ». 

Quatre autres partis politiques ont publié mercredi une déclaration commune condamnant Saied ; un autre grand parti, Cœur de Tunisie, leur a emboité le pas. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


HRW dénonce l’arrestation «sans fondements» de plusieurs militants en Iran

Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système d'échelle des salaires. (Photo, AFP)
Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système d'échelle des salaires. (Photo, AFP)
Short Url
  • Il s'agit d'une « nouvelle tentative désespérée de faire taire le soutien aux mouvements sociaux populaires en plein essor »
  • Le pays est secoué par des grèves du travail et des protestations contre la hausse des prix des produits de base

LONDRES : L'Iran a arrêté plusieurs militants de premier plan sur la base de ce que Human Rights Watch a qualifié vendredi d' « accusations sans fondement », dans un contexte de grèves du travail et de protestations contre la hausse des prix.

Citant des organes de presse proches de l'appareil de renseignement iranien, HRW a déclaré que les personnes arrêtées sont accusées d'être « en contact avec des acteurs étrangers suspects », bien qu'aucune preuve n'ait été fournie pour étayer cette affirmation hormis les autorités qui ont confirmé avoir arrêté deux Européens au début du mois.

« L'arrestation de membres de premier plan de la société civile iranienne sur la base d'accusations sans fondement d'ingérence étrangère malveillante est une nouvelle tentative désespérée de faire taire le soutien aux mouvements sociaux populaires en plein essor dans le pays », a déclaré Tara Sepehri Far, chercheuse senior sur l'Iran à HRW.

« Au lieu de chercher l'aide de la société civile pour comprendre et répondre aux problèmes sociaux, le gouvernement iranien les traite comme une menace inhérente. »

Depuis le 6 mai, les gens se sont rassemblés dans au moins 19 villes et villages pour protester contre la nouvelle selon laquelle l'Iran connaîtra des augmentations de prix des produits essentiels dans les mois à venir ; des députés ont assuré qu'au moins deux personnes ont été tuées dans les protestations jusqu'à présent.

Au cours de la dernière semaine d'avril, des dizaines de militants du syndicat des enseignants ont été arrêtés après avoir appelé à des manifestations dans tout le pays pour demander des réformes du système de rémunération.

HRW indique qu'au cours des quatre dernières années, l'Iran a connu un pic dans les manifestations de grande ampleur, organisées par les principaux syndicats, en raison des inégalités économiques découlant de la baisse du niveau de vie.

L'organisation ajoute que les forces de sécurité ont répondu aux manifestations par une force excessive et meurtrière et ont arrêté des milliers de personnes, utilisant les poursuites et l'emprisonnement sur la base d'accusations illégitimes comme principal outil pour réduire au silence les dissidents éminents et les défenseurs des droits de l'homme.

Depuis que ces dernières manifestations ont commencé début mai, les autorités ont fortement perturbé l'accès à Internet dans plusieurs provinces.

« Les autorités iraniennes cherchent depuis longtemps à criminaliser la solidarité entre les membres des groupes de la société civile à l'intérieur et à l'extérieur du pays », a déclaré Sepehri Far.

« L'intention est d'empêcher la responsabilisation et l'examen des actions de l'État que la société civile fournit. »

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Ankara et Téhéran s'efforcent de combler le «vide» laissé par Moscou en Syrie

Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Short Url
  • La crise ukrainienne risque d'accroître la dépendance du régime de Damas vis-à-vis de Téhéran, déclare un analyste à Arab News
  • Ankara et Téhéran soutiennent des camps rivaux dans le conflit syrien, l'Iran soutenant le régime d'Assad, tandis que la Turquie soutient l'opposition syrienne

ANKARA: Le retrait de dizaines de milliers de soldats russes de Syrie pour renforcer les troupes russes en Ukraine pourrait marquer un tournant dans le conflit syrien et conduire à une course entre Téhéran et Ankara pour combler le vide laissé par Moscou dans le pays, selon d’éminents analystes. 

La Russie, l'Iran et la Turquie sont les pays garants des pourparlers d'Astana sur la Syrie, qui visent à négocier un accord de paix permanent en réunissant les parties en conflit.

Cependant, la Russie a été la force d'équilibre dans ce trio, empêchant l’enracinement incontrôlé des milices soutenues par l'Iran.

Mais aujourd'hui, les bases russes abandonnées auraient été transférées au corps paramilitaire iranien des gardiens de la révolution (CGRI) et au Hezbollah, tandis que Téhéran devrait envoyer davantage de troupes en Syrie pour combler le vide laissé par le personnel militaire russe à destination de l'Ukraine.


Liban: Le gouvernement adopte un plan de redressement économique

Il s’agit une mesure indispensable pour obtenir l'aide internationale nécessaire en vue de relancer l’économie du Liban (Photo, Reuters).
Il s’agit une mesure indispensable pour obtenir l'aide internationale nécessaire en vue de relancer l’économie du Liban (Photo, Reuters).
Short Url
  • Cette réunion intervient cinq jours après des législatives marquées par une percée de candidats indépendants
  • Il reviendra au prochain gouvernement et au nouveau Parlement de mettre en oeuvre ce plan, qui comprend la restructuration et la recapitalisation des banques

BEYROUTH: Le gouvernement libanais a approuvé vendredi un plan de redressement économique, une mesure indispensable pour obtenir l'aide internationale nécessaire en vue de relancer son économie, qui s'effondre depuis plus de deux ans.

Cette réunion, la dernière du gouvernement de Najib Mikati, intervient cinq jours après des législatives marquées par une percée de candidats indépendants issus de la contestation populaire contre la classe politique.

Depuis 2019, le Liban est miné par la pire crise socio-économique de son histoire imputée par une grande partie de la population, des organisations internationales et pays étrangers à la corruption et l'inertie de la classe dirigeante, inchangée depuis des décennies.

"Tout retard dans la mise en oeuvre du plan de redressement économique coûtera très cher aux Libanais", a déclaré le Premier ministre Najib Mikati lors d'un point presse à l'issue de la réunion.

L'adoption de réformes ambitieuses, y compris la mise en oeuvre d'un plan de redressement économique, est l'une des nombreuses conditions exigées par le Fonds monétaire international (FMI) pour que le Liban puisse obtenir une aide financière cruciale.

Il reviendra au prochain gouvernement et au nouveau Parlement de mettre en oeuvre ce plan, qui comprend la restructuration et la recapitalisation des banques, et la protection des petits épargnants "dans la mesure du possible", selon le document officiel de cinq pages consulté par l'AFP.

Le plan évoque également la dissolution des banques en difficulté, tout en "protégeant les petits déposants".

Le gouvernement a par ailleurs augmenté les prix des télécommunications, une décision controversée dans un pays où la monnaie nationale a perdu plus de 90% de sa valeur.

A partir de juillet la facture d'Internet et des téléphones mobiles des Libanais va ainsi plus que doubler.

Jeudi, le ministre des Télécommunications Johnny Corm avait mis en garde contre l'effondrement de ce secteur en raison de la dévaluation de la monnaie.

En octobre 2019, un soulèvement populaire inédit avait été déclenché au Liban à la suite d'une décision du gouvernement d'imposer une taxe sur les appels effectués via l'application mobile WhatsApp.