«Harraga»: Une fuite collective qui séduit des Algériens prêts à risquer leur vie

Désormais, ces jeunes migrants visent l’Espagne grâce à des embarcations motorisées et extrêmement rapides. (Photo fournie).
Désormais, ces jeunes migrants visent l’Espagne grâce à des embarcations motorisées et extrêmement rapides. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 07 octobre 2021

«Harraga»: Une fuite collective qui séduit des Algériens prêts à risquer leur vie

  • On les appelle «harraga», un mot qui signifie littéralement en arabe nord-africain «ceux qui brûlent»
  • Des milliers d’Algériens risquent chaque jour leur vie pour quitter clandestinement le territoire national à destination de l’eldorado européen

ALGER: Jeunes et moins jeunes, femmes ou enfants, des milliers d’Algériens risquent chaque jour leur vie pour quitter clandestinement le territoire national à destination de l’eldorado européen. Les plus chanceux arriveront à bon port sains et saufs, mais certains périront noyés et d’autres seront portés disparus, sans qu’il soit possible pour leurs proches de faire le deuil. C’est un véritable drame. 

Les chiffres sont alarmants. Têtus, surtout: rien que pour le mois de septembre dernier, plus de 1 700 harraga ont débarqué sur les côtes espagnoles. À bord de ces «embarcations de la mort» se trouvent aussi des enfants, voire des bébés, puisque nombreux sont qui ceux se déplacent en famille. 

Le terme «harraga» désigne principalement un phénomène migratoire qui se développe de manière exponentielle ces dernières années.

On les appelle «harraga», un mot qui signifie littéralement en arabe nord-africain «ceux qui brûlent». En effet, on peut entendre dire dans la rue, dans les cafés ou dans les foyers: quelqu’un «a brulé les frontières» pour arriver en Europe sans passeport ni visa. S’ils parviennent à destination, ils détruisent en brûlant (cette fois, au sens propre du verbe) leurs papiers d’identité pour échapper à l’expulsion.

Ainsi, le terme «harraga» désigne principalement un phénomène migratoire qui se développe de manière exponentielle ces dernières années. Beaucoup d’observateurs y voient un signe de la crise profonde que vit la société algérienne et du ras-le-bol harassant qu’éprouve une jeunesse frustrée et déçue.

Désormais, ces jeunes visent l’Espagne grâce à des embarcations motorisées et extrêmement rapides, comme nous l’a confirmé la présidente fondatrice du Centre international pour l'identification de migrants disparus (CIPIMD). Cette dernière tire la sonnette d’alarme au sujet de cette marée humaine qui essaie coûte que coûte d’atteindre les côtes européennes.  

«Depuis l’année passée, nous alertons de la venue de migrants d’origine algérienne. Les médias espagnols se sont fait l’écho de la situation des Canaries, alors que nous avons toujours réclamé l’attention sur les couloirs maritimes Algérie-Espagne, extrêmement dangereux. Actuellement, il semblerait qu’un certain intérêt à ce sujet se développe», affirme Mme Marie-Ange Colsa à Arab News en français.

Citant les chiffres officiels du ministère espagnol de l’Intérieur, la présidente de l’ONG a révélé que, au 30 décembre, plus de 40 100 personnes étaient entrées en Espagne à bord de 2 124 embarcations, contre 26 103 harraga de 1 217 embarcations en 2019, soit une augmentation respective de 53% et 74%. «La nationalité algérienne occupe le premier rang. La majorité est issue de l’Algérie, donc, tandis que les autres qui arrivent aux Canaries sont multinationaux», ajoute-t-elle.

 

Des familles complètes

Toujours grâce aux statistiques du CIPIMD, on apprend que, jusqu’au 14 septembre dernier, plus de 10 700 personnes et 942 embarcations ont gagné les eaux espagnoles via les Baléares et la péninsule, contre 9 021 et 697 embarcations l’année passée, soit des hausses respectives de 18,6% et 35,2%. C’est dire l’ampleur que prend progressivement ce phénomène. «Sachant que les Algériens arrivent soit par Almeria et la région du Levant espagnol (Murcie, Valence, Alicante), soit par les Baléares, il est facile de conclure qu’ils sont majoritaires», assure-t-elle.

Cette organisation humanitaire fait un autre constat alarmant: il s’agit du phénomène de «harraga en famille». En effet, de plus en plus, la présence de femmes et d’enfants, et souvent de familles complètes, est signalée dans ces barques de la mort. Ces personnes ont entre 2 et 29 ans.

Marie-Ange Colsa explique que le CIPIMD a été fondé dans le but d’aider les familles à se renseigner sur le sort de leurs proches et, plus concrètement, à identifier les éventuels cadavres récupérés en mer ou qui échouent sur les plages. «L’exode d’Algériens est une réalité douloureuse. Ils partent car ils sont désespérés, ils ne voient leur avenir qu’en Europe, où ils espèrent pouvoir aider les familles qui restent au pays. Malheureusement, on ne répond pas à leur attente, et nous vivons chaque semaine des drames», confie-t-elle avec tristesse.

 

«Il faut agir»

Contacté par nos soins, Me Zakaria Benlahrech appelle les autorités algériennes à «agir rapidement» pour contrôler ce phénomène; non pas, selon lui, en réprimant à nouveau ou en sensibilisant à travers des fatwas religieuses, mais «en améliorant» la vie des Algériens et en offrant «plus d'opportunités» de réussite. «On doit tout faire pour combattre la pauvreté et aider les populations démunies. Il faut reconstruire la confiance entre le peuple et le pouvoir; c’est primordial si on veut mettre fin à ce cauchemar», plaide l’avocat, qui estime que les conditions des harraga doivent être considérées d’un point de vue humain.

Tous ces facteurs mènent au désespoir chez les Algériens et font naître un sentiment de frustration, au point que certains d’entre eux partent à l'aventure et risquent leur vie, en quête d’un avenir «meilleur», puisque les opportunités en Europe sont «nombreuses».

À ses yeux, on ne gagnera rien si l’on se concentre sur l'aspect juridique, car la législation internationale s'est révélée «incapable» de contrôler ce phénomène. Il poursuit: «Prenons l’exemple de l'Algérie. Notre législation a inclus en 2009 des articles juridiques sévères dans le Code pénal. Il s’agit des articles de 303 bis 30 à 303 bis 41, relatifs au trafic de migrants. Mais cela n’a pas réglé le phénomène, bien au contraire.» 

Il soutient à ce propos que les causes du phénomène des harraga en Algérie sont nombreuses. Elles sont d’ordre social, en raison du taux élevé du chômage et la cherté de la vie, et politique, si l’on considère le nombre inquiétant d’arrestations de personnes opposées au régime et le fait que le système politique échoue à assurer la stabilité: il ne propose «aucune solution efficace, ni orientation sécuritaire étroite», regrette le juriste, qui évoque également la crise économique que connaît le pays.

Selon lui, tous ces facteurs mènent au désespoir chez les Algériens et font naître un sentiment de frustration, au point que certains d’entre eux partent à l'aventure et risquent leur vie, en quête d’un avenir «meilleur», puisque les opportunités en Europe sont «nombreuses».

En 2019, et juste après le déclenchement du Hirak du 22 février, les statistiques ont démontré à grande échelle la réduction du phénomène des harraga. La raison? Le retour de l'espoir chez les Algériens et leur envie de participer à la construction d'un État de droit et d’une vraie démocratie qui garantira la justice sociale et une vie digne pour tous. Mais, rapidement, tout le monde a déchanté et, peu à peu, les barques de la mort ont repris de plus belle.

 

«Mieux vaut être mangé par un poisson que rester ici»

Cette situation, très inquiétante, remet en tout cas au goût du jour la question récurrente du mal-être d’une jeunesse algérienne qui ne croit plus au discours officiel et pour laquelle la confiance avec les gouvernants semble définitivement rompue

Pour mieux comprendre l’état d’esprit de ces jeunes, Arab News en français a pris contact avec Hamza, un trentenaire rencontré dans les ruelles de la Casbah d’Alger. Échantillon représentatif de ces jeunes bien décidés à traverser la Méditerranée, il nous explique ses motivations. «Nous n'avons rien à perdre et tout à gagner. Je suis chômeur depuis plus de dix ans. Pas un sou en poche. Je ne trouve même pas de petits boulots alors que je suis titulaire d'un master 2», commence-t-il. Il nous révèle qu’il compte partir en famille. «J’ai économisé de l’argent. Je prendrai ma famille et je partirai», promet-il, avant d’ajouter sur un ton glacial: «Si je meurs, je préfère ne pas laisser ma petite famille derrière moi. Soit on vit ensemble dans un meilleur monde, soit on crève ensemble». Hallucinant! 

Hamza doit débourser 1 million de dinars algériens, soit à peu près 5 000 euros, pour embarquer sur un «glisseur», un grand zodiac ultrarapide qui assure la «croisière» vers la région d’Almeria en cinq heures seulement. Un business très lucratif pour les réseaux mafieux et autres passeurs qui gèrent ces passages clandestins avec la complicité de certaines autorités.

Prêt à se confronter aux vagues, n’ayant nullement peur de périr, le jeune homme est bien déterminé à partir. Il persiste et signe: «Je préfère être mangé par les poissons que de rester en Algérie. À certains moments de la vie, il faut forcer le destin. Soit on avance et on progresse, soit on meurt. De toute façon, je meurs tous les jours un peu plus. Sans boulot ni aucune perspective, je meurs à petit feu.»

Cette situation, très inquiétante, remet en tout cas au goût du jour la question récurrente du mal-être d’une jeunesse algérienne qui ne croit plus au discours officiel et pour laquelle la confiance avec les gouvernants semble définitivement rompue. Et ce ne sont sans doute pas les images de ces embarcations pleines à craquer qui vont contredire cette vérité, si amère soit-elle!


Le roi Salmane nomme le prince héritier Premier ministre d'Arabie saoudite

Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite (Photo, AN).
Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier Mohammed ben Salmane comme Premier ministre d'Arabie saoudite (Photo, AN).
Short Url
  • En vertu de décrets royaux émis par le roi, le prince Khalid ben Salmane deviendra ministre de la défense, dans le cadre d'un remaniement ministériel
  • Le prince Abdallah ben Bandar reste ministre de la Garde nationale

RIYAD: Le roi Salmane a nommé mardi le prince héritier, Mohammed ben Salmane, Premier ministre d'Arabie saoudite dans le cadre d'un remaniement ministériel, a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne. 

En vertu de décrets royaux émis par le roi, le prince Khalid ben Salmane deviendra ministre de la défense, dans le cadre d'un remaniement ministériel, a ajouté l’agence de presse.

Dans le cadre de ce remaniement, Yousef ben Abdallah ben Mohammed al-Bunyan a été nommé ministre de l'Éducation.

Les ministres qui conservent leurs postes sont le ministre de l'Énergie, le prince Abelaziz ben Salmane; le ministre des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane; le ministre de l'Investissement, Khalid ben Abdalaziz al-Falih; le ministre de l'Intérieur, le prince Abdelaziz ben Saoud; et le ministre des Finances, Mohammed ben Abdallah al-Jadaan.

Le prince Abdallah ben Bandar reste également ministre de la Garde nationale, Walid al-Samaani reste ministre de la Justice, tandis qu'Abdellatif ben Abdelaziz al-Sheikh reste également ministre des Affaires islamiques.

Le prince Badr ben Abdallah ben Farhane restera ministre de la Culture et le prince Abdelaziz ben Turki al-Faisal conservera le ministère des Sports.

Tawfiq ben Fawzan al-Rabiah restera également ministre du Hajj et de l’Omra, tandis que Majid ben Abdallah al-Qasabi restera ministre du Commerce.

Par ailleurs, Bandar ben Ibrahim al-Khorayef reste ministre de l'Industrie et des Ressources minérales, Ahmed al-Khateeb ministre du Tourisme, Faisal ben Fadhil Alibrahim ministre de l'Économie et de la Planification et Fahd ben Abdelrahman al-Jalajel ministre de la Santé.

Le rapport de l'agence de presse saoudienne a également mentionné le fait que toute réunion du cabinet saoudien en présence du roi Salmane resterait présidée par le roi.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les forces yéménites chassent Al-Qaïda de sa place forte après d'âpres combats

Le STC s'est associé à plusieurs groupes rivaux pour combattre Al-Qaïda. (Reuters)
Le STC s'est associé à plusieurs groupes rivaux pour combattre Al-Qaïda. (Reuters)
Short Url
  • Les forces du Conseil de transition du Sud ont conquis la vallée d'Omaran dans la province d'Abyan
  • Elles se préparent désormais à attaquer les dernières caches d'Al-Qaïda autour de la ville d'Al-Mahfad

AL-MOUKALLA: Les forces yéménites affirment avoir chassé Al-Qaïda d'une importante place forte dans le sud du pays, après de violents combats au cours desquels 32 soldats et au moins 24 combattants ennemis ont été tués.

Mohammed al-Naqib, porte-parole du Conseil de transition du Sud (STC), mouvement pro-indépendance qui commande les opérations militaires, a déclaré à Arab News que la troisième phase d'une offensive appelée «Eastern Arrows» s'était terminée après que ses forces ont conquis la vallée d'Omaran dans la province d'Abyan.

Il a précisé que 32 soldats avaient été tués et 42 avaient été blessés lors de contre-attaques d'Al-Qaïda, ainsi qu’en raison des pièges et des bombes posées en bordure de route.

Les combattants adverses ont perdu 24 membres, morts au combat ou dans le bombardement des hauts plateaux rocheux d'Abyan.

Al-Naqib a affirmé que les forces du STC avaient récupéré des mines terrestres et des engins explosifs artisanaux dans les places fortes prises à Al-Qaïda, et qu’elles se préparaient maintenant à attaquer les dernières caches du groupe autour de la ville d'Al-Mahfad.

«Al-Qaïda a subi d’importantes pertes, et notamment l'un de ses principaux bastions à Omaran», a indiqué Al-Naqib. «Nos effectifs et notre préparation nous permettent de nettoyer toutes les provinces du sud. Cela fait huit ans que nous avons commencé à lutter contre le terrorisme. Nos forces ont acquis de l’expérience dans la lutte contre Al-Qaïda.»

L'armée et les services de sécurité yéménites ont lancé leur offensive au début du mois pour chasser Al-Qaïda d'Abyan et de la province voisine de Shabwa, d'où les combattants se sont entraînés et ont planifié des attaques contre des villes yéménites.

Al-Qaïda a également gardé des armes et des otages dans des cavernes à Omaran et dans les vallées adjacentes qui relient ces provinces à une troisième, Al-Bayda, selon des sources militaires yéménites.

Le groupe a déjà été chassé d'Al-Moussinah à Shabwa et d'Al-Wadhae, de la région rocheuse de Khaber al-Marakesha, de Lawder et de Moudia.

Al-Naqib a affirmé que certains combattants d'Al-Qaïda avaient fui vers Wadi Hadramout tandis que d'autres avaient trouvé refuge à Al-Bayda, contrôlée par les Houthis, et à Markha dans la province de Shabwa.

Les luttes intestines entre diverses factions militaires faisant face aux Houthis ont permis au groupe Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (Aqpa), la branche la plus meurtrière de ce groupe, de se déployer dans tout le sud du Yémen depuis sept ans.

Le STC s'est associé à plusieurs groupes rivaux pour lutter contre cette menace après avoir convenu d'un cessez-le-feu il y a deux ans.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La Ligue arabe et l’Égypte condamnent les violations israéliennes répétées du caractère sacré d’Al-Aqsa

La police israélienne détient un Palestinien alors qu’elle escorte un groupe de colons juifs à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 27 septembre 2022. (Photo AP)
La police israélienne détient un Palestinien alors qu’elle escorte un groupe de colons juifs à l’intérieur de la mosquée Al-Aqsa dans la vieille ville de Jérusalem, mardi 27 septembre 2022. (Photo AP)
Short Url
  • La tension est montée lundi à Jérusalem avec les incursions de centaines de colons juifs dans la mosquée
  • Selon un communiqué de la Ligue arabe, les forces israéliennes et les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa et arrêté plusieurs Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur

LE CAIRE: La Ligue arabe et l’Égypte ont condamné la prise d’assaut de la mosquée Al-Aqsa par les forces israéliennes et plusieurs colons, tenant le gouvernement israélien pour responsable  de la situation.

La tension est montée lundi avec les incursions de centaines de colons juifs dans la mosquée, sous la protection de la police israélienne, pour marquer le début de Roch Hachana.

Les groupes juifs extrémistes ont poursuivi leurs appels pour obtenir l’autorisation d’entrer dans l’enceinte lundi et mardi pour célébrer le nouvel an juif. Selon un communiqué de la Ligue arabe, les forces israéliennes et les colons ont pris d’assaut Al-Aqsa et arrêté plusieurs Palestiniens qui se trouvaient à l’intérieur, afin d’imposer une partition temporelle et spatiale de la mosquée, «ce qui implique de modifier la situation historique et juridique existante». 

Le communiqué indique que la poursuite de cette politique de la part du gouvernement israélien constitue une «violation flagrante du droit international» et une provocation pour les Palestiniens et les musulmans en général. Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a souligné que ce qui s’est passé est un «crime inacceptable» et a exhorté la communauté internationale à assumer ses responsabilités et à faire face à la «dangereuse escalade israélienne».

«Jérusalem-Est est une terre occupée conformément au droit international et aux résolutions de l’ONU et du Conseil de sécurité, et elle ne doit pas être traitée autrement», a-t-il tweeté.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères précise dans un communiqué que la poursuite des pratiques provocatrices à proximité des lieux saints islamiques dans la zone du mont du Temple aggraverait les tensions et alimenterait la violence. L’Égypte condamne les violations répétées et croissantes du caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa, «perpétrées par des éléments extrémistes juifs sous les yeux des forces d’occupation israéliennes». 

Elle a fait remarquer que les restrictions imposées à la circulation des fidèles palestiniens et à l’accomplissement de leurs rites religieux, ainsi que les tentatives incessantes de modifier le statut juridique et historique de Jérusalem, demeurent une violation du droit international et une escalade dangereuse qui compromet les chances de parvenir à un règlement global de la cause palestinienne et à la solution à deux États.

Adnan al-Hussayni, chef du département de Jérusalem de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a imputé au gouvernement israélien la responsabilité de toute répercussion causée par l’escalade. M. Al-Hussayni a appelé le monde arabe et islamique à prendre une position sérieuse pour soutenir le peuple palestinien face à l’agression de l’occupation israélienne.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.co