Dans quelle mesure le territoire autonome des Kurdes dans le nord-est de la Syrie est-il stable?

Des membres des services de sécurité intérieure kurdes syriens connus sous le nom d'«Asayesh» défilent en procession devant le corps de leur camarade mort, Khalid Hajji. (Photo, AFP/Archives)
Des membres des services de sécurité intérieure kurdes syriens connus sous le nom d'«Asayesh» défilent en procession devant le corps de leur camarade mort, Khalid Hajji. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
Publié le Dimanche 17 octobre 2021

Dans quelle mesure le territoire autonome des Kurdes dans le nord-est de la Syrie est-il stable?

  • Bashar Assad ne semble pas intéressé par un État plus décentralisé dans lequel les Kurdes ont une plus grande autonomie
  • Le retrait raté des États-Unis d’Afghanistan pourrait jouer en faveur des Kurdes si Biden veut éviter des scènes similaires en Syrie

MISSOURI, États-Unis : Ilham Ahmed, chef de l'aile politique des Forces démocratiques syriennes(FDS), a fait pression sur Moscou et Washington pour soutenir la représentation kurde dans le processus de paix syrien soutenu par l'ONU.

Ahmed, qui s'est rendu dans les deux capitales ces dernières semaines, souhaite également que la région dirigée par les Kurdes soit exemptée des sanctions imposées en vertu de la Caesar Syria Civilian Protection Act 2019 (la loi César), la législation américaine qui a sanctionné le régime du président Bashar Assad pour crimes de guerre contre le peuple syrien.

Mais qu'espèrent précisément les Kurdes syriens et dans quelle mesure leurs propositions sont-elles viables ?

Des avions à réaction russes, des combattants soutenus par Téhéran, des insurgés soutenus par Ankara, des islamistes radicaux, des troupes américaines et des forces gouvernementales syriennes, ainsi que les Unités de protection du peuple kurde (YPG), opèrent à travers la mosaïque de territoires qui constituent le nord de la Syrie.

Les États-Unis considèrent les YPG comme un allié clé dans la lutte contre Daech dans le nord-est de la Syrie, tandis que la Russie possède des forces dans la région pour soutenir le président Assad.

Alors que certains médias ont rapporté qu'Ahmed, en tant que président du comité exécutif du Conseil démocratique syrien (SDC), faisait pression pour avoir le soutien américain ou russe à la création d'un État séparatiste, les Kurdes syriens ne poussent pas réellement pour un objectif aussi maximaliste.

Les partis kurdes syriens sont favorables à l'idéologie du chef emprisonné du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) Abdellah Ocalan. Ils affirment rejeter le nationalisme, la sécession et l'étatisme en général, conformément aux écrits d'Ocalan post-2001.

Dans le même temps, les organisations kurdes syriennes semblent établir tous les pièges de leur propre État séparé sur le territoire qu'elles contrôlent.

Leurs forces militaires, notamment les FDS, les YPG et les YPJ, la milice entièrement féminine des YPG, travaillent assidûment pour mettre en vigueur et maintenir leur monopole sur l'usage de la force dans le nord-est.

Ils se sont affrontés non seulement avec les forces turques et divers groupes extrémistes islamistes de la région, mais aussi à l'occasion avec des groupes armés kurdes, les forces militaires du régime Assad, les rebelles de l'Armée syrienne libre et d'autres.

img
Une membre des services de sécurité intérieure kurde connu sous le nom d'Asayesh monte la garde lors d'une manifestation de Kurdes syriens contre l'assaut turc dans le nord-est de la Syrie et en soutien aux Forces démocratiques syriennes (SDF), dans la ville de Qamishli. (Photo, AFP/Archives)

Les partis politiques concurrents dans les territoires sous leur contrôle ont également fait l'objet de pressions, voire d'interdictions pures et simples, alors que le Conseil démocratique syrien (SDC) et son allié, le Parti de l'union démocratique (PYD), cherchent à rassembler tout le monde sous les mêmes structures institutionnelles et gouvernementales qu'ils ont créées et dominées.

À certains égards, les Kurdes du Conseil démocratique syrien (SDC) et du PYD se sont avérés très libéraux, accueillant joyeusement les tribus arabes, les chrétiens, les yézidis, les Arméniens, les Turkmènes et d'autres groupes et ethnies dans leurs rangs et leurs structures gouvernantes.

Néanmoins, ils semblent beaucoup moins ouverts et tolérants envers ceux qui cherchent à opérer en dehors du cadre politique d'«autonomie démocratique» qu'ils ont conçu.

Avec leurs propres forces de sécurité, leurs institutions politiques, leurs écoles et diverses organisations de la société civile fondées par le parti, il semble parfois que les Kurdes syriens aient l'intention de bâtir leur propre État séparé. Mais quel choix avaient-ils après le déclenchement de la guerre civile en Syrie en 2011 ?

Le régime d'Assad avait brutalement réprimé les Kurdes pendant des décennies avant la récente guerre. Après qu'Assad ait retiré ses forces et une grande partie du personnel du gouvernement syrien du nord-est de la Syrie au début du conflit, pour se concentrer sur les parties ouest et sud du pays où la menace rebelle semblait la plus grande, quelqu'un a dû combler le vide résultant. 

img 2
Des femmes kurdes syriennes portent des drapeaux du parti, pendant qu'elles participent à un rassemblement de soutien aux Forces démocratiques syriennes (FDS) et aux Forces de protection du peuple. (Photo, AFP/Archives)

Des groupes kurdes syriens alignés sur le PKK se sont déplacés pour défendre la région contre Daech et d'autres groupes extrémistes qui tentaient de prendre le contrôle de cette région. Ils se sont battus extrêmement fort contre les islamistes radicaux, infligeant à Daech sa première défaite, à Kobani en 2014.

Libérés de l'emprise de fer du régime pour la première fois de leur vie, les Kurdes ont saisi l'opportunité d'établir des programmes, des centres culturels, des écoles et des institutions en kurde et dans d'autres langues minoritaires.

Craignant les tactiques malveillantes de «diviser pour régner» des puissances voisines, les nouvelles autorités kurdes syriennes ont rejeté les tentatives d'autres partis kurdes, en particulier ceux sous l'influence du gouvernement régional du Kurdistan irakien, et des groupes rebelles arabes visant à créer des partis et des milices concurrents sur leur territoire durement gagné.

Les autorités turques, quant à elles, étaient préoccupées par ce qu'elles considéraient comme l'émergence d'un proto-État contrôlé par le PKK à leur frontière sud. Au cours de trois incursions militaires durant les cinq dernières années qui ont déplacé des centaines de milliers de Kurdes de souche, Ankara s'est emparée de centaines de kilomètres de la bande frontalière et s’est introduit environ 30 km dans le nord de la Syrie.

En 2018, Moscou a semblé donner son feu vert à l'invasion turque d'Afrin, qui à l'époque était sous contrôle des SDF/YPG/PYD, retirant ses troupes et permettant aux avions de chasse turcs d'opérer dans l'espace aérien précédemment contrôlé par la Russie.

img 3
Une femme regarde depuis un toit les troupes américaines patrouiller en 2020 dans les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah et rencontre les habitants, dans la province nord-est de  Hasakeh, près de la frontière avec la Turquie. (Photo, AFP/Archives)

L'année suivante, Washington a semblé faire de même, en retirant les troupes américaines de la région de Tal Abyad à la frontière avec la Turquie juste avant l'invasion turque. 

Ces incursions ont laissé l'administration kurde syrienne dans une sérieuse impasse. Sans le soutien américain et la présence d'une force de déclenchement américaine symbolique, la Turquie pourrait bien étendre sa zone de contrôle dans le nord de la Syrie.

Cette semaine encore, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie était déterminée à éliminer les menaces présumées provenant du nord de la Syrie et qu'une attaque présumée des YPG qui a tué deux policiers turcs à Azaz était «la goutte qui fait déborder le vase».

Pendant ce temps-là, le régime d'Assad ne semble pas intéressé par toute proposition d'un «État syrien plus décentralisé» dans lequel des parties du nord-est resteraient nominalement une partie de l'État mais tomberont en réalité sous contrôle kurde syrien.

Les récentes incursions diplomatiques d'Ahmed se sont donc concentrées sur Moscou et Washington. Dans le premier cas, les Kurdes syriens espèrent convaincre les Russes de persuader le régime d'Assad dans une sorte de compromis qui préservera autant d'autonomie que possible dans le nord-est de la Syrie. Dans ce dernier, ils visent à obtenir un engagement des États-Unis à ne plus les abandonner.

img 4
Des voitures passent devant les panneaux d'affichage de la campagne électorale représentant le président syrien Bashar Al-Assad, candidat au scrutin présidentiel, dans la capitale Damas, le 24 mai 2021. (Photo, AFP/Archives)

Ahmed a exposé ses espoirs lors d'une conférence organisée par le Washington Institute le 29 septembre.

«Le Conseil démocratique syrien (SDC) cherche une solution politique durable au conflit, en prônant un dialogue interne et, en fin de compte, une décentralisation politique et culturelle qui respecte la diversité du pays et renforce le développement économique», a-t-elle souligné.

«Le soutien continu de notre partenaire, les États-Unis, est crucial pour cette mission. L'administration autonome du nord et de l'est de la Syrie est confrontée à de nombreux obstacles, notamment l'insécurité, la pauvreté, l'intervention étrangère et le terrorisme.

«De plus, le processus de paix de Genève et le processus constitutionnel sont au point mort. Les États-Unis pourraient aider à atténuer ces problèmes dans la recherche d'une Syrie plus stable, exempte de tyrannie, de conflits par procuration et de terreur».

Le retrait chaotique des États-Unis d'Afghanistan en août aura sans aucun doute perturbé les Kurdes syriens déjà inquiets quant à leur propre avenir. Assad, la Turquie et Daech seraient tous favorables à un retrait américain similaire du nord-est de la Syrie.

Il est peu probable que «l'Administration autonome du nord et de l'est de la Syrie», dont l'organe directeur est Le Conseil démocratique syrien (SDC), puisse résister à de telles pressions combinées. 

img 5
Les troupes américaines patrouillent dans les rues de la ville syrienne d'Al-Jawadiyah. (Photo, AFP/Archives)

Cependant, le retrait raté des États-Unis d'Afghanistan pourrait en fait jouer en faveur des Kurdes syriens, car l'administration Biden essaiera probablement d'éviter un embarras similaire en Syrie de si tôt.

Suite à des rencontres à Washington le mois dernier avec des représentants de la Maison Blanche, du Département d'État et du Pentagone, Ahmed semble avoir reçu une réponse rassurante.

«Les Américains ont promis de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour détruire l'État islamique (Daech) et de travailler à la construction d'infrastructures dans le nord-est de la Syrie», a déclaré Ahmed à l'agence de presse Reuters. « Ils ont affirmé qu'ils allaient rester en Syrie et ne se retireront pas. Ils continueront à combattre l'État islamique».

Elle a ajouté : «Avant, les choses n'étaient pas clairs sous Trump et même pendant le retrait afghan, mais cette fois-ci, les Américains ont tout clarifié».

Sans changement d'attitude à Damas ou à Ankara, les Kurdes syriens n'ont guère d'autre choix que de continuer à compter sur la présence, la coopération et le soutien américains. Au mieux, ils peuvent prolonger le statu quo et la longévité de leur autonomie précaire.

S'ils parviennent à convaincre Washington et Moscou de les aider à rouvrir les points de passage à la frontière avec l'Irak, à les exempter des sanctions visant le régime d'Assad et à autoriser l'acheminement de l'aide internationale directement dans leur enclave, plutôt que de passer par Damas avec le résultat qu'il atteint rarement le nord-est, alors la situation politique et économique s'améliorera.

Sans solution politique plus durable à l'horizon, cela reste probablement le mieux que les Kurdes syriens puissent espérer.

 

David Romano est Thomas G. Strong, professeur de politique au Moyen-Orient à la Missouri State University

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Maroc: un ex-ministre des Droits de l'Homme poursuivi en justice

L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane (Photo, AFP).
L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Ziane, 78 ans, qui a été laissé en liberté, est poursuivi pour onze chefs d'accusation
  • La diffusion de la vidéo le montrant dans une chambre d’hôtel en compagnie d’une femme mariée avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux

RABAT: L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane, a indiqué mercredi qu'il serait jugé à partir du 9 décembre notamment pour "outrage à la justice" et "adultère" à la suite d'une plainte déposée contre lui en début d'année par le ministère de l'Intérieur. 

Cet ancien grand commis d'Etat, devenu critique à l'égard des autorités, avait accusé en novembre 2020 les services de sécurité marocains d'avoir "truqué" une vidéo pour présenter de façon compromettante une entrevue entre lui et une cliente mariée dans une chambre d'hôtel.

M. Ziane, 78 ans, qui a été laissé en liberté, est poursuivi pour onze chefs d'accusation, dont ceux d'"outrage à des fonctionnaires publics et à la justice", "injure contre un corps constitué", "diffamation", "adultère" ou encore "harcèlement sexuel", a précisé à l'AFP l'ex-bâtonnier de Rabat. 

La diffusion de la vidéo par une web-tv marocaine avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux. A l'époque, l'avocat avait accusé le patron de la police et des renseignements intérieurs, Abdelatif Hammouchi, d'être responsable du "trucage" des images.

En réponse à ces accusations, le ministère de l'Intérieur avait déposé en janvier 2021 une plainte "basée sur des faits matériels concrets, à travers lesquels des institutions de l'Etat ont été offensées via la diffusion d'accusations et d'allégations fallacieuses, sanctionnées par le Code pénal", selon un communiqué officiel. 

Mohamed Ziane fut ministre des Droits de l'Homme entre 1995 et 1996.

Proche des cercles du pouvoir, il fut également l'avocat du gouvernement dans les années 1990. Ces dernières années, ce personnage tonitruant est devenu célèbre pour ses positions critiques notamment envers les services sécuritaires. 


Le Liban applique à nouveau certaines mesures de prévention contre la Covid-19

Un infirmier aide une patiente pendant que d'autres attendent dans un couloir du Rafic Hariri University Hospital, au Liban, qui imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. (STR/AFP via Getty Images)
Un infirmier aide une patiente pendant que d'autres attendent dans un couloir du Rafic Hariri University Hospital, au Liban, qui imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. (STR/AFP via Getty Images)
Short Url
  • La vaccination sera obligatoire pour tous les fonctionnaires et travailleurs des secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et des transports publics
  • Une décision prise dans le cadre d’un regain de la pandémie et de l’apparition du variant Omicron

BEYROUTH: Le Liban imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. 
La vaccination sera obligatoire pour tous les fonctionnaires et travailleurs des secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et des transports publics, à compter du 10 janvier, a indiqué mercredi le comité de lutte contre la Covid-19. Des nouvelles mesures décidées dans un contexte d’inquiétudes liées à la propagation du coronavirus. 
Le nouveau variant Omicron découvert la semaine dernière en Afrique du Sud et détecté dans plusieurs pays a en effet été considéré comme un variant préoccupant par l'Organisation mondiale de la santé, et a conduit à renforcer les restrictions liées à la Covid-19 dans le monde. 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Reprise d'une liaison maritime entre la Libye et la Turquie

Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi (AFP)
Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi (AFP)
Short Url
  • Il s'agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l'interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans
  • La Libye tente de s'extraire d'une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d'un processus politique parrainé par l'ONU

MISRATA: Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi, marquant la reprise d'une liaison entre ces deux pays après 40 ans d'interruption.

Cette première traversée, opérée par la compagnie Kevalay, doit durer 48 heures, pour un retour programmé le 7 décembre.

Il s'agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l'interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans dans ce pays d'Afrique du Nord qui dispose d'un littoral de 1 770 km sur la Méditerranée. 

"Nous avons des accords pour lancer de nouvelles liaisons, notamment avec l'Egypte et la Tunisie" voisines, a déclaré à l'AFP Taha Hadid, un responsable du port de Misrata, troisième ville de Libye située à quelque 200 kilomètres de la capitale Tripoli et qui abrite de nombreuses entreprises turques. 

La Libye tente de s'extraire d'une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d'un processus politique parrainé par l'ONU et dont l'aboutissement doit être l'élection présidentielle prévue le 24 décembre.

Pendant des années du temps du dirigeant Mouammar Kadhafi, au pouvoir entre 1969 et 2011, le pays a fait l'objet de sanctions, et était largement fermé aux touristes.

Les violences ayant éclaté après la révolte ont par ailleurs grandement entravé les déplacements des Libyens à l'étranger. Les liaisons aériennes ont pour la plupart été suspendues ces dernières années du fait de l'instabilité, mais commencent à reprendre progressivement avec la fin des combats entre camps rivaux à l'été 2020.