Violences au Liban: le ministre de la Défense écarte la thèse de l’embuscade

Les partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, qui veulent destituer le juge Tarek Bitar, ont mené la protestation. (Photo, AFP)
Les partisans du Hezbollah et du mouvement Amal, qui veulent destituer le juge Tarek Bitar, ont mené la protestation. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 19 octobre 2021

Violences au Liban: le ministre de la Défense écarte la thèse de l’embuscade

  • Les affrontements du jeudi passé ont tué 7 personnes et en ont blessé 32
  • L’incident s’est transformé en un débat à la fois politique et juridique

BEYROUTH: Les échanges de tirs sanglants qui ont eu lieu la semaine passée dans les rues de Beyrouth auraient été provoqués par «un incident malencontreux, et non par une embuscade», a dit le ministre libanais de la Défense, Maurice Selim, ce lundi.

Les affrontements du jeudi passé ont tué 7 personnes et en ont blessé 32, après qu’une manifestation contre le juge menant l’enquête sur l’explosion du port de Beyrouth a dégénéré. 

Les partisans du Hezbollah et du mouvement d’Amal, qui veulent que le juge Tarek Bitar soit retiré de l’affaire, ont mené la protestation.

Le Hezbollah a accusé le parti des Forces libanaises, qui soutient Bitar, d’avoir tiré sur les gens lors de la manifestation.

Selim a cependant déclaré à la chaîne télévisée LBC que «la manifestation a pris un mauvais tournant et des affrontements ont éclaté. Les raisons qui ont engendré la violence seront déterminées par l’investigation en cours qui se base sur des faits et des preuves et qui traduira les responsables en justice.»

Les affrontements armés se sont produits entre le quartier de Chiyah à prédominance chiite et le quartier chrétien d’Ain Al-Rummaneh. Des mitrailleuses et des lance-roquettes ont été utilisés.

Les images de surveillance de l’une des entrées qui mènent à Ain Al-Rummaneh se sont vite répandues. Elles montraient des manifestants soumis à des tirs délibérés lancés par des tireurs embusqués qui étaient sur les toits des immeubles résidentiels.

L’enregistrement a montré un membre de l’armée libanaise tirer sur une personne qui a insisté à contourner le point de contrôle militaire et à entrer à Ain Al-Rummaneh.

Le chaos a régné au moment où l’homme a été abattu. Les gens se sont mis à jeter des pierres et il y a eu un échange de tirs.

D’après le commandement militaire, «le soldat qui a ouvert le feu a été arrêté et est interrogé par le système judiciaire compétent.»

Jusqu’à présent, 20 personnes des deux camps ont été arrêtées.

Hussein Hajj Hassan, député du Hezbollah, a accusé les Forces libanaises d’avoir «massacré» les manifestants pacifiques, bien que la vidéo ait montré un soldat leur tirant dessus.

«Le Hezbollah pense que les partisans des Forces libanaises sont les tueurs et les criminels. Mais l’opposition, le Hezbollah et le mouvement d’Amal ne seront pas entraînés dans une guerre civile puisqu’ils sont conscients du complot malveillant mis en place par les Forces libanaises», a-t-il ajouté.

L’incident s’est transformé en un débat politique et juridique.

Des ministres du Hezbollah et du mouvement d’Amal s’abstiennent de participer aux réunions du cabinet jusqu’à ce que Bitar soit retiré de l’affaire et que «les agresseurs et tous ceux qui sont impliqués dans les affrontements de Tayouneh – tireurs, francs-tireurs, commandants, chefs, et toute autre personne concernée – soient tenus responsables et poursuivis en justice», a précisé Hajj Hassan.

Le gouvernement libanais est non opérationnel depuis vendredi passé, jour de deuil suivi du weekend.

Toutes les institutions vont reprendre leur travail mardi, y compris le parlement, qui prévoit une séance plénière pour rétablir l’immunité des députés, surtout ceux que Bitar avait convoqués.

Le député du bloc parlementaire "Développement et Libération", Kassem Hachem, a nié les nouvelles qui circulent à propos du projet de loi accéléré qui aurait pour but d’établir une autorité judiciaire exceptionnelle qui examine les décisions, les procédures et les arrestations menées par Bitar, hormis l’acte d’accusation qu’il a émis pour accéder aux procès publics devant le Conseil de la magistrature.

 «Cette affaire contredit les principes constitutionnels que nous respectons particulièrement. Le projet de loi a besoin d’un amendement constitutionnel et cela ne sera pas possible», a dit Hachem.

Le président Michel Aoun et le premier ministre Najib Mikati tiennent à l’indépendance du système judiciaire et ont appelé à la non-ingérence dans les affaires judiciaires.

Le Conseil supérieur de la magistrature n’a pas le pouvoir d’écarter Bitar ni de l’obliger à mener son enquête d’une façon ou d’une autre.

Toutefois, le déroulement de l’enquête de Bitar fait toujours l’objet de pressions.

Lundi, le Grand Mufti de la République, Cheikh Abdul Latif Derian, a exprimé ses inquiétudes quant à la coexistence, le document d’entente nationale et la Constitution.

 «Nous devons nous conformer à la justice, mais la voie de la justice doit être claire pour que les gens ne soient pas divisés au sujet de la justice, comme ils le sont au sujet de la politique», a-t-il affirmé, tout en mettant en garde contre le «chemin suicidaire» que tout le monde se hâte d’emprunter «avec enthousiasme».

Il a dit que l’ambiance qui régnait nous a rappelé le début de la guerre civile.

 «Tout Libanais raisonnable doit s’abstenir de s’engager dans des actions suicidaires et doit œuvrer pour la Constitution, la coexistence et la paix civile. Se battre dans la rue est interdit, quelle qu’en soit la raison. Les solutions sont trouvées par des moyens pacifiques et non par le recours aux armes non contrôlées dans le rues, notamment dans la capitale.»

Dimanche, le patriarche maronite, le cardinal Béchara Boutros Rahi, a dit que nuire à la paix nationale et au bon voisinage était inadmissible, quelle qu’en soit l’origine.

 «Nous ne retournerons pas aux accusations arbitraires, aux mobilisations sectaires, aux tentatives d’isolement et à la fabrication de dossiers contre tel ou tel autre groupe. Nous ne désignerons pas de boucs-émissaires et nous ne remplacerons par la justice par la vengeance.»

Rahi a insisté sur l’importance de se conformer à la loi et d’éviter les ingérences politiques, sectaires et partisanes. «Nous devons respecter l’indépendance des autorités judiciaires et les laisser corriger ce qui doit l’être par des moyens légaux.»

Il a également appelé le cabinet à se réunir, étant donné que chaque ministre se doit de respecter l’autorité judiciaire et d’assumer ses responsabilité au nom du peuple libanais et non de celui de «personnalités influentes».

 «La force ne fait pas peur à ceux qui croient en le Liban. Il n’y a pas de parties faibles au Liban. Nous sommes tous forts grâce à notre droit d’exister librement et à notre loyauté envers la patrie, sans ingérence aucune.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les responsables d'attaques chimiques doivent rendre des comptes, déclare le chef de l'ONU

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que les auteurs d'attaques à l'arme chimique devaient être identifiés et tenus pour responsables. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Au début de la conférence consacrée à un Moyen-Orient dénucléarisé, le Secrétaire général Antonio Guterres a également appelé toutes les parties à œuvrer pour sauver l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien
  • L'expansion des zones dénucléarisées existantes dans le monde conduirait à des normes de désarmement et de non-prolifération plus solides, a-t-il ajouté

NEW YORK : Les auteurs d'attaques à l'arme chimique doivent être identifiés et tenus responsables de leurs actes, a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Ses commentaires interviennent lors de l'ouverture de la deuxième session de la Conférence sur la création au Moyen-Orient d'une zone exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive.

Actuellement, 60% des États membres des Nations unies sont couverts par cinq zones exemptes d'armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le Pacifique Sud, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Asie centrale. M. Guterres a déclaré que l'élargissement de ces zones conduirait à des normes plus solides en matière de désarmement et de non-prolifération.

« Cela est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où les préoccupations concernant les programmes nucléaires persistent et où les conflits et les guerres civiles font de nombreuses victimes civiles et causent de grandes souffrances, sapant la stabilité et perturbant le développement social et économique », a déclaré le chef des Nations unies, appelant une nouvelle fois tous les acteurs de la région à faire preuve de retenue et à éviter l'escalade des conflits.

La deuxième session de la conférence annuelle, qui a été retardée d'un an en raison de la pandémie de COVID-19, a été présidée par Mansour al-Otaibi, le représentant permanent du Koweït à l’ONU, qui a été choisi pour hériter de la présidence de la Jordanie après la première session de 2019.

Conformément à une décision de l'Assemblée générale, l'objectif de la conférence est « d'élaborer un traité juridiquement contraignant » pour établir une zone au Moyen-Orient exempte d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive, sur la base « d'arrangements librement conclus par les États de la région ».

António Guterres a félicité le Koweït pour avoir « engagé activement les participants pendant la période intersessionnelle afin de tirer les leçons des autres zones exemptes d'armes nucléaires et de continuer à faire avancer le processus ».

Il a déclaré que la conférence représentait une chance de produire des résultats tangibles pour le Moyen-Orient et de rétablir le dialogue sur la mise en œuvre « complète et efficace » du Plan d'action global conjoint, également connu sous le nom d'accord sur le nucléaire iranien.

Il a exhorté « toutes les parties » à œuvrer pour sauver l'accord, signé en 2015 par les puissances mondiales et l'Iran, en vertu duquel Téhéran s'est engagé à mettre fin à ses efforts pour développer une arme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales.

L'ancien président Donald Trump a retiré les États-Unis de l'accord en 2018. Un sixième cycle de négociations visant à relancer le Plan d'action global conjoint a débuté lundi à Vienne.

« Votre forte volonté politique, ainsi que le soutien de la communauté internationale, peuvent transformer la vision d'un Moyen-Orient exempt d'armes nucléaires et d'autres armes de destruction massive en une réalité », a déclaré Antonio Guterres aux participants.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arabnews.com


La coalition arabe cible des experts iraniens des Gardiens de la révolution à Sanaa

Short Url
  • La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés
  • La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran

RIYAD : La coalition arabe a frappé des experts iraniens appartenant aux Gardiens de la révolution dans la capitale du Yémen, a rapporté l'agence de presse saoudienne (SPA).

La coalition a appelé les civils de Sanaa à ne pas se rassembler près des sites visés.

L'opération est conforme au droit humanitaire international et à ses règles coutumières, a-t-elle déclaré.

La coalition a frappé un certain nombre de sites dans la capitale au cours des dernières semaines dans le but de détériorer les capacités de la milice houthie soutenue par l'Iran.

Les attaques précédentes ont visé des entrepôts de drones et des experts appartenant au Hezbollah libanais et aux Gardiens de la révolution iraniens.

Les Houthis ciblent à plusieurs reprises le Royaume avec des drones chargés de bombes, généralement sans causer beaucoup de dégâts en raison des défenses aériennes saoudiennes.

Les tentatives des Houthis de cibler des civils ont été qualifiées de crimes de guerre par le Royaume.

La coalition arabe a soutenu le gouvernement yéménite internationalement reconnu qui a repris le contrôle total du pays après que les Houthis se soient emparés de la capitale, Sanaa, en 2014.

L'Arabie saoudite a précédemment déclaré qu'une solution politique était le seul moyen d'instaurer une paix permanente au Yémen. Lancée en mars, l’« Initiative de Riyad » a justement cet objectif. Le plan prévoit un cessez-le-feu à l'échelle nationale ainsi que des négociations de paix. Toutefois, les dirigeants houthis ont rejeté ce plan.

La guerre, qui dure maintenant depuis sept ans, a coûté la vie à des milliers de Yéménites et en a contraint beaucoup d'autres à dépendre de l'aide humanitaire.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un haut responsable iranien révèle les «objectifs militaires» du programme nucléaire

Légende : L'ancien chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Fereydoun Abbasi-Davani. (Photo, Reuters)
Légende : L'ancien chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Fereydoun Abbasi-Davani. (Photo, Reuters)
Short Url
  • L'ancien directeur de l'agence nucléaire a déclaré que le plus grand scientifique nucléaire de Téhéran a été tué parce que ses recherches « devenaient une menace »
  • La recherche d'armes pourrait déclencher une « course aux armements nucléaires », déclare un expert à Arab News

LONDRES : L'ancien chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a révélé que le programme nucléaire de Téhéran avait des objectifs militaires, ce qui constitue l'aveu le plus clair à ce jour des ambitions iraniennes en matière de bombe nucléaire.

Dans une interview accordée aux médias publics, Fereydoun Abbasi-Davani, ancien directeur de l'OIEA, a admis l'existence d'un « système » doté de capacités militaires.

L'existence d'une branche de recherche militaire au sein du programme nucléaire iranien constituerait une violation directe de la ligne de l’État sur les armes nucléaires.

Les responsables iraniens citent souvent une fatwa − un édit religieux − émise par le guide suprême Ali Khamenei contre le développement et l'utilisation des armes nucléaires comme preuve qu'ils ne cherchent pas à se doter d'arme nucléaire.

Cependant, en discutant de l'assassinat en 2020 par des agents israéliens de Mohsen Fakhrizadeh, le plus grand scientifique nucléaire iranien, Abbasi-Davani a suggéré que ses recherches faisaient partie d'un « système » qui était devenu une menace militaire pour Israël.

« Lorsque la croissance globale du pays a commencé à inclure des satellites, des missiles et des armes nucléaires, et a franchi de nouvelles frontières de la connaissance, la question est devenue plus sérieuse pour eux », a déclaré Abbasi-Davani.

Si les éléments individuels du programme nucléaire iranien n'avaient pas d'utilisation militaire manifeste, l'existence de ce « système » d'activités de recherche, comme l'enrichissement de l'uranium, combinée au programme national de missiles relativement avancé de l'Iran, serait à l'origine du meurtre de Fakhrizadeh.

Mais l'interview d'Abbasi-Davani, publiée alors que Washington et Téhéran s'apprêtent à reprendre les discussions de longue haleine sur l'avenir du programme nucléaire iranien a également révélé de nouvelles informations sur les objectifs stratégiques qui sous-tendent la quête d'armes nucléaires : un parapluie nucléaire pour ses mandataires régionaux.

« Bien que notre position sur les armes nucléaires, fondée sur la fatwa explicite du guide suprême selon laquelle les armes nucléaires sont haram (interdites par la religion), soit très claire, Fakhrizadeh a créé ce système et sa préoccupation n'était pas seulement la défense de notre propre pays », a déclaré Abbasi-Davani.

Et d'avertir : « Notre pays soutient l'axe de la résistance (contre Israël), et lorsque vous entrez dans ce domaine, les sionistes deviennent sensibles. »

L' « axe de la résistance » désigne le réseau iranien d'organisations terroristes et de groupes mandataires, notamment les Houthis au Yémen, le Hezbollah au Liban et les milices des Unités de mobilisation populaire en Irak.

Idéologiquement, ces groupes sont opposés à Israël, mais ils sont utilisés dans la pratique pour poursuivre les objectifs de la politique étrangère iranienne.

Meir Javedanfar, maître de conférences sur l'Iran à l'Université Reichman, a déclaré à Arab News que l'aveu d'Abbasi-Davani était « extrêmement inquiétant », notamment en raison de la référence à un « système ».

« C'est sans précédent, a-t-il déclaré. Jusqu'à présent, l'hypothèse était que même si l'Iran se dotait d'un programme nucléaire, celui-ci ne serait utilisé que pour défendre l'Iran et dissuader les autres. »

« Maintenant, sur la base des commentaires d'Abbasi-Davani, nous savons que si l'Iran obtient une arme nucléaire, elle sera utilisée pour défendre ses mandataires dans la région. Il est donc encore plus impératif que l'Iran ne se dote pas d'armes nucléaires. »

Et d’ajouter : « Utiliser des armes nucléaires pour soutenir les mandataires de l'Iran signifierait à tout le moins fournir un parapluie de protection à divers groupes dans la région. Cela mettrait en danger de nombreux pays de la région, et pas seulement l'État d'Israël. »

« Cela pourrait conduire, en soi, à une course aux armements nucléaires », a averti Javedanfar.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru dans Arabnews.com