Libye: conférence à Tripoli pour consolider la transition avant les élections

Les participants se réunissent dans un hôtel de la capitale libyenne Tripoli pour une conférence internationale visant à soutenir la stabilité en Libye, le 21 octobre 2021. (Photo, AFP)
Les participants se réunissent dans un hôtel de la capitale libyenne Tripoli pour une conférence internationale visant à soutenir la stabilité en Libye, le 21 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 21 octobre 2021

Libye: conférence à Tripoli pour consolider la transition avant les élections

  • « Tripoli s'est rétablie. Elle est la capitale de tous les Libyens », a déclaré le chef du gouvernement intérimaire Abdelhamid Dbeibah dans son discours d'ouverture de la « Conférence de soutien à la stabilité de la Libye »
  • « Votre présence est la preuve que nous sommes engagés sur le chemin de la paix » a-t-il lancé, promettant que les élections auraient lieu « à la date prévue » en décembre

TRIPOLI: Une conférence ministérielle internationale s'est tenue jeudi à Tripoli en présence de représentants d'une trentaine d'Etats pour consolider le processus de transition en Libye, à deux mois d'une élection présidentielle cruciale pour l'avenir du pays.

"Tripoli s'est rétablie. Elle est la capitale de tous les Libyens", a déclaré le chef du gouvernement intérimaire Abdelhamid Dbeibah dans son  discours d'ouverture de la "Conférence de soutien à la stabilité de la Libye", la première du genre à se tenir dans le pays depuis dix ans.

"Votre présence est la preuve que nous sommes engagés sur le chemin de la paix", a-t-il lancé, promettant que les élections auraient lieu "à la date prévue" en décembre et appelant au "respect des résultats".

"Il n'y a pas de stabilité sans une souveraineté nationale pleine", a affirmé la ministre libyenne des Affaires étrangères, Najla al-Mangoush.

La réunion, à laquelle participent des délégations représentant une trentaine de pays et organisations internationales, se tient au moment où le pays d'Afrique du Nord tente de tourner la page d'une décennie de chaos depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi.

Après des années de conflits armés et de divisions entre l'Est et l'Ouest, un nouveau gouvernement intérimaire a été désigné en début d'année, sous l'égide de l'ONU, pour sortir le pays d'un conflit internationalisé en le menant jusqu'à une élection présidentielle cruciale fixée au 24 décembre et suivie par un scrutin législatif.

La secrétaire générale adjointe de l'ONU pour les Affaires politiques, Rosemary DiCarlo, a insisté dans un discours sur l'importance du scrutin de décembre pour "achever la phase transitoire", en appelant les organisations internationales à dépêcher sur place "des envoyés spéciaux pour observer cette opération" et garantir sa transparence.

Alors que la Libye fait face à de multiples accusations de mauvais traitements à l'encontre des migrants en situation irrégulière, Mme DiCarlo a exhorté les autorités libyennes à accélérer le rapatriement des réfugiés bloqués dans le pays et à libérer les migrants en détention.

Plusieurs chefs de diplomatie, dont le Français Jean-Yves Le Drian et l'Italien Luigi Di Maio, ont assisté à la conférence aux côtés d'homologues de pays arabes. Les Etats-Unis sont représentés par Yael Lempert, une haute responsable du département d'Etat.

« Dynamique »

Pour la communauté internationale, la priorité est la tenue des scrutins décisifs mais entourés d'incertitudes, du fait des fortes dissensions internes.

L'un des enjeux sera de "capitaliser sur la dynamique actuelle pour voir la Libye se stabiliser, parce que plusieurs pays veulent en fait voir une Libye stable, même si c'est à leurs propres conditions", décrypte pour l'AFP Emadeddin Badi, expert à la Global Initiative basée à Genève.

Alors que le conflit libyen a été largement alimenté par des puissances extérieures, Tripoli souhaite par ailleurs "mettre l'accent sur la nécessité de respecter la souveraineté, l'indépendance et l'intégrité territoriale de la Libye", selon Mme al-Mangoush. 

« Commandement unique »

La rencontre doit aborder l'épineuse question des mercenaires. En décembre dernier, l'ONU faisait état de quelque 20.000 mercenaires et combattants étrangers présents en Libye mais aussi plusieurs centaines de militaires turcs présents en vertu d'un accord bilatéral conclu avec l'ancien Gouvernement d'union nationale.

Quelques départs "très modestes" ont depuis été constatés, d'après Tripoli. Début octobre, des délégations militaires des deux camps ont convenu d'un "plan d'action global" pour leur retrait, sans avancer de calendrier. 

Autre point de discussion, l'unification de l'armée sous un commandement unique. Car si en théorie, le pays dispose désormais d'un pouvoir unifié, la région orientale de Cyrénaïque est contrôlée de facto par le maréchal Khalifa Haftar, lui-même candidat probable à la présidentielle.

Mais le timing de cet évènement interpelle. 

"Si le gouvernement (de transition) actuel s'en va en décembre, quel peut être l'intérêt de confectionner des plans avec lui en octobre?", s'interroge ainsi Jalel Harchaoui, un autre spécialiste de la Libye à la Global Initiative.

"Il est certain qu'on y parlera aussi des élections, parce qu'il existe en effet une incertitude sur le scrutin, sa date, et sa base juridique", note-t-il sans exclure un éventuel report du scrutin.


Maroc: un ex-ministre des Droits de l'Homme poursuivi en justice

L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane (Photo, AFP).
L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Ziane, 78 ans, qui a été laissé en liberté, est poursuivi pour onze chefs d'accusation
  • La diffusion de la vidéo le montrant dans une chambre d’hôtel en compagnie d’une femme mariée avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux

RABAT: L'avocat marocain et ex-ministre des Droits de l'Homme, Mohamed Ziane, a indiqué mercredi qu'il serait jugé à partir du 9 décembre notamment pour "outrage à la justice" et "adultère" à la suite d'une plainte déposée contre lui en début d'année par le ministère de l'Intérieur. 

Cet ancien grand commis d'Etat, devenu critique à l'égard des autorités, avait accusé en novembre 2020 les services de sécurité marocains d'avoir "truqué" une vidéo pour présenter de façon compromettante une entrevue entre lui et une cliente mariée dans une chambre d'hôtel.

M. Ziane, 78 ans, qui a été laissé en liberté, est poursuivi pour onze chefs d'accusation, dont ceux d'"outrage à des fonctionnaires publics et à la justice", "injure contre un corps constitué", "diffamation", "adultère" ou encore "harcèlement sexuel", a précisé à l'AFP l'ex-bâtonnier de Rabat. 

La diffusion de la vidéo par une web-tv marocaine avait fait grand bruit sur les réseaux sociaux. A l'époque, l'avocat avait accusé le patron de la police et des renseignements intérieurs, Abdelatif Hammouchi, d'être responsable du "trucage" des images.

En réponse à ces accusations, le ministère de l'Intérieur avait déposé en janvier 2021 une plainte "basée sur des faits matériels concrets, à travers lesquels des institutions de l'Etat ont été offensées via la diffusion d'accusations et d'allégations fallacieuses, sanctionnées par le Code pénal", selon un communiqué officiel. 

Mohamed Ziane fut ministre des Droits de l'Homme entre 1995 et 1996.

Proche des cercles du pouvoir, il fut également l'avocat du gouvernement dans les années 1990. Ces dernières années, ce personnage tonitruant est devenu célèbre pour ses positions critiques notamment envers les services sécuritaires. 


Le Liban applique à nouveau certaines mesures de prévention contre la Covid-19

Un infirmier aide une patiente pendant que d'autres attendent dans un couloir du Rafic Hariri University Hospital, au Liban, qui imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. (STR/AFP via Getty Images)
Un infirmier aide une patiente pendant que d'autres attendent dans un couloir du Rafic Hariri University Hospital, au Liban, qui imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. (STR/AFP via Getty Images)
Short Url
  • La vaccination sera obligatoire pour tous les fonctionnaires et travailleurs des secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et des transports publics
  • Une décision prise dans le cadre d’un regain de la pandémie et de l’apparition du variant Omicron

BEYROUTH: Le Liban imposera un couvre-feu nocturne à partir du 17 décembre et pendant trois semaines aux personnes non vaccinées. 
La vaccination sera obligatoire pour tous les fonctionnaires et travailleurs des secteurs de la santé, de l'éducation, du tourisme et des transports publics, à compter du 10 janvier, a indiqué mercredi le comité de lutte contre la Covid-19. Des nouvelles mesures décidées dans un contexte d’inquiétudes liées à la propagation du coronavirus. 
Le nouveau variant Omicron découvert la semaine dernière en Afrique du Sud et détecté dans plusieurs pays a en effet été considéré comme un variant préoccupant par l'Organisation mondiale de la santé, et a conduit à renforcer les restrictions liées à la Covid-19 dans le monde. 
Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Reprise d'une liaison maritime entre la Libye et la Turquie

Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi (AFP)
Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi (AFP)
Short Url
  • Il s'agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l'interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans
  • La Libye tente de s'extraire d'une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d'un processus politique parrainé par l'ONU

MISRATA: Une ligne maritime reliant la ville libyenne de Misrata (ouest) à celle d'Izmir sur la mer Égée en Turquie, a été inaugurée mercredi, marquant la reprise d'une liaison entre ces deux pays après 40 ans d'interruption.

Cette première traversée, opérée par la compagnie Kevalay, doit durer 48 heures, pour un retour programmé le 7 décembre.

Il s'agit de la première ligne maritime pour passagers au départ de la Libye depuis l'interruption de ce moyen de transport pour les voyageurs il y a 25 ans dans ce pays d'Afrique du Nord qui dispose d'un littoral de 1 770 km sur la Méditerranée. 

"Nous avons des accords pour lancer de nouvelles liaisons, notamment avec l'Egypte et la Tunisie" voisines, a déclaré à l'AFP Taha Hadid, un responsable du port de Misrata, troisième ville de Libye située à quelque 200 kilomètres de la capitale Tripoli et qui abrite de nombreuses entreprises turques. 

La Libye tente de s'extraire d'une décennie de chaos depuis la révolte de 2011, à la faveur d'un processus politique parrainé par l'ONU et dont l'aboutissement doit être l'élection présidentielle prévue le 24 décembre.

Pendant des années du temps du dirigeant Mouammar Kadhafi, au pouvoir entre 1969 et 2011, le pays a fait l'objet de sanctions, et était largement fermé aux touristes.

Les violences ayant éclaté après la révolte ont par ailleurs grandement entravé les déplacements des Libyens à l'étranger. Les liaisons aériennes ont pour la plupart été suspendues ces dernières années du fait de l'instabilité, mais commencent à reprendre progressivement avec la fin des combats entre camps rivaux à l'été 2020.