Pourquoi l’Irak ne peut subvenir aux besoins de ses jeunes en matière d’emploi

Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 25 janvier 2022

Pourquoi l’Irak ne peut subvenir aux besoins de ses jeunes en matière d’emploi

Des Irakiens participent à des manifestations contre la corruption et le chômage. (Photo, AFP)
  • L’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole
  • La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs

DUBAÏ: Lorsque des dizaines de milliers de jeunes sont descendus dans les rues de Bagdad et des villes du sud et du centre de l’Irak fin 2019, une revendication fondamentale a résonné plus fort que toutes les autres: les possibilités d’emploi. 

Le pays, qui venait tout juste de sortir de décennies de tyrannie, de blocus, de guerres et d’insurrections, n’a que très peu apporté à la génération de jeunes Irakiens ayant atteint l’âge adulte dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein en 2003. 

Deux ans après ces manifestations, qui se sont essoufflées avec l’apparition de la pandémie de Covid-19 au début de l’année 2020, et face à la répression infligée par les puissantes milices irakiennes, les jeunes Irakiens affirment que rien n’a changé. 

«En réalité, c’est même pire qu’avant», déclare Rachid Mansour, un coiffeur de l’ouest de Bagdad, à Arab News. «Mes cousins et moi ne pouvons nous permettre de rester ici. Nous travaillons tous à temps partiel. Tout comme le reste du pays, nous avons du mal à joindre les deux bouts», poursuit-il. 

Avec peu d’indicateurs de performance qui suggèrent le contraire, l’économie vacillante de l’Irak ne semble pas près de se libérer de sa dépendance de longue date vis-à-vis de son seul atout: le pétrole. 

Même si le pays s’est ouvert à l'ensemble de la région et au monde, après avoir assoupli les restrictions de visas pour les visiteurs, il n’existe pas beaucoup de possibilités d’investissement au-delà du secteur pétrolier dans les nombreuses autres industries et entreprises longtemps défendues par ses dirigeants. 

Les appels à diversifier l’économie du pays sont restés sans réponse, tandis que les autorités continuent de faire la sourde oreille quant aux demandes de rationalisation du secteur public pléthorique. Les efforts d’efficacité sont ouvertement raillés par les citoyens, tout comme les obstacles que les investisseurs doivent franchir pour créer des entreprises privées. 

Près de deux décennies après que l’invasion menée par les États-Unis a renversé le régime baasiste, l’Irak continue d’avoir l’un des plus grands effectifs au sein du secteur public par habitant au monde. Sur le papier, le pays emploie quelque 7 millions de personnes sur une population estimée à 39,3 millions. 

La question de l’allégement du fardeau qui pèse sur les caisses de l’État et de l’orientation des travailleurs vers des entreprises privées créatrices de richesse est difficile à résoudre pour les gouvernements successifs. Aucun n’a osé agir contre un district d’électeurs qui pourrait faire basculer le résultat d’une élection, ou contre un système qui a longtemps été au cœur de la manière dont le pays est dirigé. 

1
Un Irakien fume la chicha sous une peinture murale féministe qui porte le slogan arabe: «Ainsi sont nos femmes.» (Photo, AFP) 

«L’Irak se retrouve dans un cercle vicieux», confie à Arab News Ahmed Tabaqchali, stratège du fonds AFC pour l’Irak et chercheur principal à l’Institut de recherche sur les politiques Iris Mideast. «D’autres pays, à l’image de l’Arabie saoudite, prennent des initiatives comme le projet Vision 2030. C’est une bonne façon de mettre fin à la dépendance au pétrole. Mais en Irak, c’est différent. Il n’existe pas de gouvernement central puissant, mais plutôt de multiples sources de pouvoir.» 

«Les revenus pétroliers jouent un rôle primordial. Ils permettent de payer les retraites et les salaires du secteur public et ils offrent une sécurité sociale. C’est un défi d’en sortir. Il existe un accord tacite entre le gouvernement et le peuple. Les gens s’attendent à recevoir des services en échange de leur acceptation du gouvernement au pouvoir et un emploi dans le secteur public constitue l’un de ces services.» 

«Aucun parti ne veut se lancer seul dans les réformes car cela affaiblirait son pouvoir. L’Irak a besoin d’une classe politique engagée dans des plans à long terme, parce que c’est la seule façon de s’en sortir. Le secteur privé a besoin de temps pour se développer.» 

L’Irak en chiffres:

  • L’Irak compte 39,3 millions d’habitants.  
  • Le taux de croissance du PIB est de 3,9 %. 
  • Le taux de chômage s’élève à 12,8 %. 

Source: The Heritage Foundation (2021) 

Selon un profil récent du pays, dressé par la Banque mondiale, les revenus pétroliers représentent environ 85 % du budget du gouvernement irakien. Une étude des Nations unies de novembre 2021, intitulée A Diagnostic of the Informal Economy in Iraq, montre que le secteur privé du pays est largement non structuré et représente 40 à 50 % des emplois. 

Les emplois du secteur privé paient des salaires moyens inférieurs, ils offrent moins d’avantages sociaux et moins de sécurité d’emploi que les emplois du secteur public, qui sont considérés comme plus sûrs et plus confortables par rapport à l’incertitude de faire cavalier seul ou d’essayer de gérer une start-up dans un cadre réglementaire encombrant. 

«Nous avons un gros problème de chômage dans le pays», précise à Arab News Tarek Abu Abdallah, 50 ans, habitant de Bagdad. 

«De nombreux jeunes sont sans emploi et inquiets. La situation s’est encore plus détériorée avec la dévaluation du dinar irakien par rapport au dollar. Les prix ont doublé. Beaucoup de produits sont hors de prix. La situation économique épuise tout le monde.» 

Les obstacles à la mise en place d’un secteur privé fonctionnel ont été bien compris par les hauts fonctionnaires. En 2020, Ali Allawi, alors ministre des Finances, a présenté un livre blanc sur les réformes économiques visant à simplifier le processus d’investissement et de création d’entreprise. Un an plus tard, il a averti que les revenus pétroliers à eux seuls ne peuvent pas soutenir indéfiniment les salaires et les avantages dont bénéficient les employés de l’État. 

Au fil des années, la fastidieuse mais nécessaire tâche de la refonte de l’économie figée et de la bureaucratie sclérosée s’est révélée peu attrayante pour les dirigeants irakiens. Le processus laborieux de formation du gouvernement après chaque élection générale montre à quel point il est difficile de mettre d’accord les nombreuses factions politiques du pays sur presque tous les sujets. 

«La bureaucratie irakienne s’est développée en raison du système socialiste établi par le général Abdel Karim Kassem en 1958, et encore plus en 1968 lorsque le parti Baas est arrivé au pouvoir», explique à Arab News Entifadh Qanbar, président de la Future Foundation à Washington et ancien assistant du politicien irakien, Ahmad Chalabi. 

«Les vestiges de l’État socialiste irakien contrôlent toujours les lois et les règlements. Je qualifierais cela de “réglementations défavorables au milieu des affaires”. La bureaucratie était déjà massive mais, après 2003, elle a encore explosé. Les Irakiens ont développé la vision problématique suivante: «Si vous voulez trouver un emploi, il faudrait en trouver dans le secteur public.» 

«Tout Premier ministre promet de nouveaux emplois publics alors que l’État est en réalité incapable de payer plus de salaires.» 

1
L’Irak continue d’avoir l’un des plus grands effectifs au sein du secteur public par habitant au monde et un secteur privé très faible. Les dirigeants savent que toute tentative de réforme poussera leurs propres partisans à manifester. (Photo, AFP) 

Dans la région kurde semi-autonome d’Irak, certains signes montrent que les choses se passent différemment. Masrour Barzani, Premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan, a initié un programme de réforme qui a bousculé le statu quo et que les factions au pouvoir ont tout intérêt à préserver. 

«Au cours des deux dernières années, le gouvernement régional du Kurdistan a entrepris la plus grande initiative pour réformer nos finances publiques et autonomiser les entreprises privées», déclare à Arab News un haut responsable kurde proche du bureau du Premier ministre, qui a préféré garder l’anonymat. 

«Les changements que nous avons mis en place génèrent des gains d’efficacité et ils permettent de récupérer des sommes importantes qui peuvent être utilisées pour se procurer les biens et services qui comptent vraiment, comme la production d’électricité, les médicaments et les travailleurs de première ligne. Nous reconnaissons que les anciennes habitudes de finances publiques médiocres ne sont pas le moteur du progrès ou de l’amélioration du niveau de vie.» 

«La numérisation de nos dépenses publiques est au cœur de ces changements. Cette décision a permis, à elle seule, d’économiser des centaines de millions de dollars par an en éliminant le gaspillage. De meilleurs exercices de passation des marchés ont permis de réaliser des économies supplémentaires.» 

«Nous veillons également à ce que les petites entreprises aient une véritable chance d’obtenir des fonds publics. Nous avons simplifié le processus d’enregistrement d’une entreprise, qui était auparavant si compliqué qu’il avait un effet dissuasif.» 

1
Les manifestations de 2019 en Irak ont montré que les dirigeants du pays, qui venaient tout juste de sortir de décennies de tyrannie, de blocus, de guerres et d’insurrections, n’avaient apporté que très peu pour la génération de jeunes Irakiens ayant atteint l’âge adulte dans les années qui ont suivi la chute de Saddam Hussein en 2003. (Photo, AFP) 

Se tournant vers l’avenir, Entifadh Qanbar affirme que la clé pour résoudre les problèmes de l’Irak réside dans une amélioration radicale de l'environnement commercial et dans l'abandon de la dépendance de l'économie politique à l'égard du pétrole. 

«La dépendance aux revenus pétroliers a pris un tournant dangereux au fil du temps», souligne-t-il à Arab News

«Le budget irakien fluctue en fonction des prix du marché pétrolier. L’instabilité du pays n’est pas attrayante pour les investissements étrangers. Il existe un risque énorme pour les investisseurs étrangers car ils auraient besoin de protection et de sécurité – des services que les compagnies d’assurance ne peuvent pas fournir.» 

La nécessité de faire les choses différemment est depuis longtemps vantée par les fonctionnaires et les organisations non gouvernementales en visite en Irak. L’utilisation de l’énergie verte est l’une de ces idées qui n’a jusqu’à présent pas réussi à s’imposer. 

«Compte tenu du manque de capacités pour investir et améliorer les services les plus élémentaires, je pense qu’il est hors de question que l’Irak puisse investir dans l’énergie verte à ce stade», ajoute M. Qanbar. 

«Le pays est inapte à fournir des services de base à ses citoyens, tels que l’eau, l’électricité, l’éducation et les infrastructures», conclut-il. 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Soudan: un mort dans de nouvelles manifestations contre le pouvoir militaire

Des manifestants soudanais lancent des cartouches de gaz lacrymogène sur les forces de sécurité dans la capitale Khartoum le 19 mai 2022, lors d'une manifestation appelant à un régime civil et dénonçant l'administration militaire. (AFP)
Des manifestants soudanais lancent des cartouches de gaz lacrymogène sur les forces de sécurité dans la capitale Khartoum le 19 mai 2022, lors d'une manifestation appelant à un régime civil et dénonçant l'administration militaire. (AFP)
Short Url
  • Le manifestant a été «tué par balle lors d'un rassemblement» dans un quartier du sud de la capitale soudanaise, a indiqué le Comité central des médecins du Soudan
  • Ce décès porte à 97 le nombre de personnes tuées dans la répression des manifestations contre le pouvoir militaire en place depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021 du général Abdel Fattah al-Burhane

KHARTOUM: Un manifestant a été tué samedi par les forces de sécurité soudanaises lors d'une nouvelle journée de mobilisation contre le pouvoir militaire dans différents quartiers de la capitale Khartoum, selon des médecins.


Le manifestant a été "tué par balle lors d'un rassemblement" dans un quartier du sud de la capitale soudanaise, a indiqué le Comité central des médecins du Soudan, un groupe indépendant prodémocratie.


Ce décès porte à 97 le nombre de personnes tuées dans la répression des manifestations contre le pouvoir militaire en place depuis le coup d'Etat du 25 octobre 2021 du général Abdel Fattah al-Burhane, d'après la même source. Des centaines d'autres ont été blessées.


Le putsch avait mis fin à un fragile accord de partage du pouvoir entre les civils et les militaires après la destitution par l'armée en 2019 du président Omar el-Béchir, qui avait dirigé le Soudan d'une main de fer pendant trois décennies. 


Les Nations unies et l'Union africaine --qui a suspendu le Soudan-- plaident pour un dialogue entre toutes les forces politiques du Soudan, sous peine de voir le pays sombrer définitivement "sur les plans économique et sécuritaire".


Mais dans le pays, l'un des plus pauvres au monde où un Soudanais sur deux souffrira de la faim d'ici la fin de l'année selon l'ONU, les civils refusent de dialoguer avec les militaires. Ces derniers ne cessent d'appeler à l'expulsion de l'émissaire permanent de l'ONU à Khartoum, Volker Perthes.


Les parties yéménites concluent un premier cycle de discussions pour la réouverture de routes clés

Short Url
  • Les discussions ont commencé mercredi et font partie de la trêve négociée par l'ONU qui est entrée en vigueur le 2 avril
  • Le gouverneur de Taïz a affirmé qu'une opération militaire briserait le siège de Taïz si les discussions n'aboutissaient pas à la réouverture des routes

AL-MUKALLA, Yémen : Des représentants du gouvernement yéménite et des Houthis se sont réunis samedi à Amman pour discuter de la version finale d'un accord sur l'ouverture des routes à Taïz et ailleurs.

Les discussions sur l'ouverture des routes de la région ont commencé mercredi et font partie de la trêve négociée par l'ONU qui est entrée en vigueur le 2 avril.

Vendredi, les pourparlers étaient sur le point de faire chou blanc, le gouvernement yéménite menaçant de se retirer après le refus des Houthis d'ouvrir les routes principales qui relient la ville de Taïz à Hodeidah, Aden et Sanaa, pour ne se limiter qu’à une étroite route de montagne.

Le major Mohammed Abdullah Al-Mahmoudi, chef adjoint de la délégation du gouvernement yéménite à Taïz, a déclaré à Arab News qu'il avait insisté pour que le siège de la ville par les Houthis soit levé en ouvrant les routes principales.

« Les Houthis veulent imposer leurs conditions », a précisé Al-Mahmoudi.

Le gouverneur de Taïz, Nabil Shamsan, a affirmé qu'une opération militaire briserait le siège de la ville si les pourparlers d'Amman n'aboutissaient pas à la réouverture des routes.

« Si Taïz tient aujourd'hui un rameau d'olivier, elle possède également un bouclier et une épée. Taïz est actuellement fortifiée par un alignement national sans précédent qui s’amplifie à chaque instant », a tweeté le gouverneur.

D'autres responsables militaires et militants ont également demandé le recours à la force militaire pour mettre fin au siège.

« La solution la moins coûteuse pour lever le siège de Taïz est de revenir à l'option militaire en soutenant les forces pour dégager les Houthis. Et c'est la solution la plus sûre non seulement pour Taïz, mais pour tout le Yémen », a tweeté Ibrahim Abdul Gader, un activiste.

Des dizaines de groupes de défense des droits de l'homme, de militants, de responsables gouvernementaux et d'habitants de Taïz ont lancé une nouvelle campagne sur les médias sociaux, en utilisant le hashtag #Siege_of_Taiz_crime, pour faire pression sur le monde afin qu'il ordonne aux Houthis d'ouvrir les routes de la ville.

Les Yéménites ont largement diffusé des images de voitures chargées de marchandises et de carburant se déversant sur les pentes raides et non pavées sur lesquelles les conducteurs ont été contraints de tourner après que les Houthis ont bloqué les principales entrées de la ville.

Marwan Ali Noman, représentant permanent adjoint du Yémen auprès de l'ONU, a qualifié le siège de la ville de « crime de guerre » auquel il faut mettre fin.

« Le siège par les #Houthis de #Taiz au #Yémen depuis plus de 7 ans maintenant est un affront à l'humanité. Ce crime de guerre doit cesser maintenant », a tweeté Noman.

Les Yéménites affirment que de nombreux habitants de Taïz ont évacué leurs maisons près des postes de contrôle des Houthis qui bloquent la ville, fuyant les tireurs embusqués et les mines terrestres.

La campagne en ligne a également critiqué la communauté internationale qui n’a pas fait pression de manière conséquente pour mettre fin au siège comme elle l'a fait pour l'ouverture de l'aéroport de Sanaa et du port de Hodeidah.

« #Taiz est assiégé par les #Houthis depuis 2015 face à un silence international qui fait de cette tragédie un problème annexe qui reçoit peu d'attention. Malheureusement, ce dossier n'est discuté que de manière marginale lorsqu'il y a des efforts internationaux pour mettre fin à cette guerre », a tweeté Mohammed Al-Dhabyani, un présentateur de télévision yéménite.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Al Arabiya revient sur le trafic de drogue du Hezbollah

Al Arabiya revient sur le trafic de drogue du Hezbollah après que le groupe terroriste libanais a menacé son réseau. (Photo fournie)
Al Arabiya revient sur le trafic de drogue du Hezbollah après que le groupe terroriste libanais a menacé son réseau. (Photo fournie)
Short Url
  • Al Arabiya a souligné que toutes les accusations citées dans le communiqué du Hezbollah sont fausses
  • Elle a également confirmé que tous les rapports et enquêtes publiés par ses différentes plateformes sont documentés et soutenus par des sources fiables, et confirmés par des fichiers audio et vidéo

LONDRES : La chaîne Al Arabiya a démenti les accusations et les menaces formulées par le groupe terroriste libanais Hezbollah dans un communiqué publié jeudi, selon lequel elle relaie de fausses informations sur les opérations de trafic de drogue et captagon de la milice.

Al Arabiya a souligné que toutes les accusations citées dans la déclaration du Hezbollah sont fausses.

Elle a également confirmé que tous les rapports et enquêtes publiés par ses différentes plateformes sont documentés et soutenus par des sources fiables, et confirmés par des fichiers audio et vidéo.

Ils ont également été confirmés, selon Al Arabiya, par des mandats d'arrêt émis contre des membres et des financiers du Hezbollah par plusieurs gouvernements en Amérique latine, aux États-Unis et en Europe.

Al Arabiya a déclaré qu'elle poursuivrait sa mission en adhérant aux normes professionnelles les plus élevées, en s'appuyant sur des informations documentées dans ses enquêtes et son matériel d'information.

La chaîne a indiqué que le Hezbollah et ses membres figurent déjà sur une liste noire pour trafic de drogue, blanchiment d'argent, contrebande et commerce illégal dans de nombreux pays du monde.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com