«L'Arabie Saoudite a toujours agi comme un État responsable» indique Olivier Cadic

Le sénateur Olivier Cadic, président du groupe d'amitié France-Pays du Golfe (©Saad al-Dossari))
Le sénateur Olivier Cadic, président du groupe d'amitié France-Pays du Golfe (©Saad al-Dossari))
Short Url
Publié le Mardi 01 mars 2022

«L'Arabie Saoudite a toujours agi comme un État responsable» indique Olivier Cadic

  • Dans une interview accordée à Arab News en français, le sénateur Olivier Cadic affirme: «Le Royaume d'Arabie Saoudite propose une vraie vision et candidate pour accueillir l'exposition universelle de 2030 et je forme le vœu qu’il l’obtienne»
  • Le vice-ministre des Affaires étrangères saoudien Walid ben Abdulkarim Al-Khuraiji a indiqué aux sénateurs français que l’Arabie saoudite prendrait ses responsabilités en cas de crise énergétique

RIYAD : Survenant dans le vif de la crise ukrainienne qui secoue l’Occident et rebat, entre autres, les cartes de l’approvisionnement énergétique, la visite officielle d’un groupe de sénateurs français en Arabie saoudite soulève des problématiques dont Arab News a pu s’entretenir avec le président du groupe d’amitié sénatorial France-Pays du Golfe, Olivier Cadic.

A la tête du groupe d’amitié France-Pays du Golfe qui comprend 46 membres, le sénateur Union Centriste Olivier Cadic est aussi le représentant des Français établis hors de France et le vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des forces armées. Par ailleurs membre des groupes d’études Francophonie, Monde combattant et mémoire, Numérique, Statut, rôle et place des Français établis hors de France, Olivier Cadic s’est notamment exprimé sur le rôle de l’Arabie saoudite dans la crise énergétique liée à la crise ukrainienne, ainsi que sur l’actualité et l’avenir du partenariat franco-saoudien.

L’Arabie saoudite, un État « responsable »

A la question de savoir quel pourrait être le rôle de l’Arabie saoudite et des pays du Golfe, en tant que partenaires majeurs, dans l’assouplissement du stress énergétique au cas où la guerre d’Ukraine s’installe dans la durée, M. Cadic évoque la rencontre de la délégation sénatoriale avec le vice-ministre des Affaires étrangères saoudien Walid ben Abdulkarim Al-Khuraiji qui a affirmé que « l’Arabie saoudite ne voudrait pas que s'ajoute une crise à la crise, après la crise du Covid». M. Al-Khuraiji, rapporte Cadic, a souligné auprès de la délégation de sénateurs français que l’Arabie saoudite «prendrait ses responsabilités ». «Je ne suis pas surpris par cette réponse car, depuis que j'ai 20 ans et que je suis l'actualité, chaque fois qu'il y a eu une crise au niveau de l'énergie dans le monde, l’Arabie Saoudite a toujours agi comme un État responsable et a toujours fait en sorte d'amortir les aléas du marché. Donc, je suis tout à fait confiant sur le fait que le Royaume d'Arabie Saoudite prendra les bonnes décisions s'il apparaît une crise dans ce domaine » commente Olivier Cadic.

« Une vision qui motive, et qui motive jusqu'à la France »

En réponse à une question sur l’impact, dans la région du Golfe et du Moyen-Orient, du resserrement des liens entre l’Arabie saoudite et la France dont le royaume est le partenaire politique et stratégique majeur, Olivier Cadic veut pour preuve du désir de la France de développer cette relation la visite officielle «historiquement élevée» en Arabie saoudite de cette délégation de 9 sénateurs. « J'ai envie de dire que ce n’est pas un pays qui voit les choses en grand, le royaume d'Arabie Saoudite. C'est un pays qui les voit de façon énorme » indique le sénateur qui insiste sur « les projets gigantesques qui sont destinés à donner un horizon, une vision, à tout un pays, à tout un peuple, le peuple Saoudien, mais aussi à sa jeunesse, à lui donner confiance dans l'avenir ».  Au sujet du partenariat franco-saoudien dans le projet AlUla, Olivier Cadic évoque en premier le plan Vision2030, « Une vision qui motive, et qui motive jusqu'à la France ». Il ajoute : « Ce que j'ai voulu montrer, c'est que nous créons une relation de proximité en profondeur parce que, pour accompagner ce développement de l'Arabie Saoudite, cela nécessite que nous aussi nous y mettions toute notre énergie ».

« J'ai envie de dire que ce n’est pas un pays qui voit les choses en grand, le Royaume d'Arabie Saoudite. C'est un pays qui les voit de façon énorme ».

Olivier Cadic

«La dynamique qui a été créée donne envie à la France de l'accompagner »

Sur la dynamique du partenariat culturel et économique entre la France et l’Arabie saoudite développée au cours des dernières années, et la question de savoir si l’on peut parler d’une nouvelle ère dans les relations entre les deux pays, Olivier Cadic indique que «l’expertise qui existe en France, la grande expérience aussi, sur de nombreuses technologies, font que la France a beaucoup à apporter au royaume pour aider à la concrétisation de la Vision2030 ». Il ajoute que « la dynamique qui a été créée donne envie à la France de l'accompagner ».

«Quand on est francophone, on est francophile»

En ce mois de mars dédié à la francophonie, une question qui se pose est celle de l’avenir de la francophonie en Arabie saoudite, à la lumière de l’apport culturel français au royaume. Ce à quoi Olivier Cadic répond que souvent « quand on est francophone, on est francophile, on aime la France, sa culture, sa cuisine et on devient en quelque sorte un ambassadeur de la façon française d’être et de vivre ».

«Riyad, une des plus grandes métropoles mondiales à la fin de ce siècle »

Avec d’énormes investissements dans le secteur du tourisme, l’Arabie saoudite représente pour la France un enjeu important. A cet égard, la délégation sénatoriale s’est rendue à Diriyah Gate, assistant par ailleurs à une grande présentation du projet de Qiddiya qui va drainer de nombreux touristes vers le royaume. Les sénateurs ont aussi visité le site d’AlUla qu’Olivier Cadic qualifie de « phare » et dont il indique qu’il est « le centre du monde archéologique aujourd'hui ». La tournée des sénateurs a également inclus le projet de rénovation de la vieille ville de Djeddah. « Sachez que nous finissons par le la visite de l'exposition universelle à Dubaï et que nous irons sur le pavillon Saoudien qui permet de découvrir la vision 2030 du Royaume d'Arabie Saoudite » confie Olivier Cadic qui ajoute : « Le royaume d'Arabie Saoudite propose une vraie vision et candidate pour accueillir l'exposition universelle de 2030 et je forme le vœu qu’il l’obtienne ». Les projets de la Vision 2030, lorsqu'ils seront accomplis, feront assurément de Riyad une des plus grandes métropoles mondiales à la fin du siècle », conclut Olivier Cadic.


La Jordanie et l'Algérie ouvrent une nouvelle phase de coopération

Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, se sont entretenus dimanche à Alger. (Petra)
Short Url
  • Le roi Abdallah de Jordanie et le président algérien ont assisté à la signature de deux accords et de trois protocoles d'accord
  • Les deux gouvernements ont pour instruction de prendre des mesures visant à stimuler les investissements et les opportunités commerciales dans les deux pays

ALGER: Le roi Abdallah II de Jordanie et le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, ont ouvert une nouvelle phase dans leurs relations bilatérales.

Les deux dirigeants se sont entretenus dimanche à Alger pour discuter du renforcement de la coopération jordano-algérienne dans les domaines de la politique, de l'économie, du commerce, des investissements et de la défense, a rapporté la Jordan News Agency. 

Au cours de cette réunion, à laquelle étaient présents de hauts responsables des deux parties, a également été confirmé l'intérêt de maintenir la coordination et les consultations sur les causes arabes ainsi que sur d'autres questions d'intérêt commun.

Le roi Abdallah a réitéré l’importance de la cause palestinienne et la nécessité de protéger les droits légitimes des Palestiniens.

Il a appelé à un plan de paix juste et global basé sur une solution à deux États conduisant à la création d’un État palestinien indépendant et souverain selon les frontières de juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale.

Il a également réaffirmé l'importance du maintien du statu quo historique et juridique de la mosquée Al-Aqsa.

À la suite de la réunion, les deux dirigeants ont assisté à la signature d'un accord sur les exemptions de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques, ainsi que sur un programme de coopération entre la Jordan News Agency et le Service de presse algérien.

Trois protocoles d'accord ont également été signés, portant sur les consultations politiques, la coopération entre l'Institut jordanien de la diplomatie et l'Institut algérien de la diplomatie et des relations internationales, ainsi que la reconnaissance mutuelle entre les deux pays des certificats de qualification maritime pour les marins, les programmes d'éducation et la formation maritime.

Le roi Abdallah et le président Tebboune ont en outre demandé à leurs gouvernements respectifs de prendre les mesures nécessaires pour encourager les investisseurs et les entreprises à étudier les opportunités d'investissement et commerciales dans les deux pays.

Les gouvernements ont également été invités à aller de l'avant dans des accords qui élargiraient la collaboration dans les domaines de la santé, de l'énergie, du tourisme médical, de l'hôtellerie, des transports, de la formation aéronautique, de l'enseignement supérieur et des échanges culturels entre les universités.

Les économistes ont salué les résultats de la visite officielle du roi Abdallah en Algérie.

Le sénateur jordanien Mazen Darwazah a indiqué que les investissements jordaniens en Algérie avaient progressivement augmenté au cours des deux dernières décennies, l'industrie pharmaceutique dépensant près d'un milliard de dollars.

Le coordinateur du Conseil commercial jordano-algérien, Khaled al-Soub, a précisé que la loi algérienne permettait aux investisseurs jordaniens d'élargir leurs projets et d'acquérir des actions auprès de partenaires étrangers.

L'expert en énergie Hachem Akel a affirmé que l'Algérie était riche en pétrole et en ressources naturelles et qu’il espérait que les importations d'énergie de la Jordanie augmenteraient une fois qu’elle aura reçu des prix préférentiels.

 Ce texte est la traduction d ;un article paru sur Arabnews.com


Le président israélien arrive aux Émirats arabes unis pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi

Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Le ministre des Affaires étrangères des EAU, Abdallah ben Zayed al-Nahyane, accueille le président israélien Isaac Herzog à Abu Dhabi. (AFP)
Short Url
  • Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à l’événement
  • Le débat sur l’espace d’Abu Dhabi durera deux jours et portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale

DUBAÏ: Le président israélien, Isaac Herzog, est arrivé lundi aux Émirats arabes unis (EAU) pour assister au débat sur l’espace d’Abu Dhabi, selon l’agence de presse nationale (WAM).

M. Herzog a été accueilli par le ministre des Affaires étrangères des EAU, cheikh Abdallah ben Zayed al-Nahyane, à l’aéroport présidentiel d’Abu Dhabi.

Le président israélien fera partie des 300 personnalités et décideurs de haut rang qui participeront à la première édition du débat sur l’espace d’Abu Dhabi, qui a démarré lundi.

Cet événement de deux jours portera sur les défis les plus pressants de l’industrie spatiale et sur les facteurs permettant de stimuler la nouvelle économie spatiale.

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Egypte: rare manifestation d'avocats au Caire

La place Tahrir au centre de la capitale égyptienne, Le Caire. (AFP).
La place Tahrir au centre de la capitale égyptienne, Le Caire. (AFP).
Short Url
  • Après un rassemblement plus modeste jeudi, les avocats ont de nouveau manifesté en masse lundi pour protester contre un nouveau système de facturation électronique introduit par le ministère des Finances
  • Le nouveau système, qui cherche à profiter des revenus de l'économie informelle massive du pays, obligerait les entreprises de toutes tailles à commencer à émettre des factures électroniques

LE CAIRE : "Des milliers d'avocats" ont manifesté lundi au siège de leur syndicat dans le centre du Caire, a déclaré l'avocat Tarek el-Awadi, dans un pays où les manifestations publiques sont interdites.

Après un rassemblement plus modeste jeudi, les avocats ont de nouveau manifesté en masse lundi pour protester contre un nouveau système de facturation électronique introduit par le ministère des Finances.

Me Awadi a déclaré à l'AFP "qu'en exprimant leur opposition au système de facturation électronique, les avocats exerçaient un droit légitime". Ils dénoncent un système de facturation qui les accablerait de frais exorbitants.

Le nouveau système, qui cherche à profiter des revenus de l'économie informelle massive du pays, obligerait les entreprises de toutes tailles à commencer à émettre des factures électroniques.

Les pharmaciens et les médecins ont également exprimé leur mécontentement à l'approche de l'échéance du 15 décembre pour s'inscrire au nouveau système, dénonçant des frais d'inscription annuels importants.

Les avocats devraient être exemptés car ils "ne sont pas des prestataires de services", mais sont "chargés d'aider le pouvoir judiciaire pour que justice soit faite", a déclaré dimanche le chef adjoint du syndicat, Magdy al-Sakhy, à la télévision d'Etat.

Les frais de mise en place du système, a déclaré Me Awadi, pourraient dépasser "ce qu'un cabinet (d'avocats) moyen gagne en quatre mois".

En 2013, des manifestations de masse contre l'ancien président islamiste Mohamed Morsi ont conduit à son éviction par le chef de l'armée de l'époque, Abdel Fattah al-Sissi.

La même année, une loi a été adoptée interdisant toutes les manifestations sauf celles autorisées par la police.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi et l'arrivée au pouvoir l'année suivante d'Abdel Fattah al-Sissi, une répression croissante s'est abattue sur toute forme de dissidence dans le pays.