Gambie: L’apiculture, moyen de subsistance dans les forêts des zones arides

En Gambie, la population rurale grandissante a du mal à gérer de manière durable les forêts des zones arides, dont elle dépend pour sa subsistance et sa sécurité alimentaire. Un projet de la FAO encourage la pratique de l’apiculture afin d’augmenter les revenus tout en protégeant les ressources naturelles. ©FAO/Sambou Nget
En Gambie, la population rurale grandissante a du mal à gérer de manière durable les forêts des zones arides, dont elle dépend pour sa subsistance et sa sécurité alimentaire. Un projet de la FAO encourage la pratique de l’apiculture afin d’augmenter les revenus tout en protégeant les ressources naturelles. ©FAO/Sambou Nget
Short Url
Publié le Mercredi 13 avril 2022

Gambie: L’apiculture, moyen de subsistance dans les forêts des zones arides

  • Orné d’imposants baobabs, d’étonnants kapokiers et de forêts de mangrove aux couleurs de jade, que l’on trouve à l’intérieur des terres ou le long des rives humides du fleuve Gambie, le pays compte 480 000 hectares de forêts
  • Avec le soutien de la FAO dans le cadre de ce projet financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), les groupes d’apiculteurs construisent des ruches dans la forêt afin de récolter du miel pour leur subsistance

PARIS: Ils sont parsemés de végétation bordant les fleuves, de palmiers et de feuillus. Ils sont constellés de salines, de savanes et de mangroves. À première vue, les forêts et les bois de la Gambie, teintés de différentes nuances de vert, sont à la fois menaçants et époustouflants.

Orné d’imposants baobabs, d’étonnants kapokiers et de forêts de mangrove aux couleurs de jade, que l’on trouve à l’intérieur des terres ou le long des rives humides du fleuve Gambie, le pays compte 480 000 hectares de forêts aux promesses insoupçonnées.

gambie
Les apiculteurs faisant partie des groupes d’entreprises apicoles produisent du miel et des produits à base de miel afin de répondre à la demande croissante et de compléter leurs revenus provenant d’autres activités agricoles. ©FAO/Sambou Nget

Ces forêts et zones boisées se sont toutefois rapidement appauvries en raison de l’augmentation rapide de la population, de l’extraction non durable des ressources et des feux de forêt non maîtrisés. La population rurale grandissante de ce pays d’Afrique de l’Ouest a du mal à lutter contre la pauvreté et à gérer durablement les forêts des zones arides, dont elle dépend pour sa subsistance et sa sécurité alimentaire.

Grâce à un programme phare mené par la FAO et le Ministère des forêts de Gambie, le projet «Gestion communautaire durable des forêts des zones arides» a fourni à des groupes d’apiculteurs communautaires, connus localement sous le nom de «Honey Enterprise Groups» (groupes d’entreprises apicoles), des équipements apicoles tels que des ruches, des uniformes, des bottes, des gants et des outils pour les ruches. Avec le soutien de la FAO dans le cadre de ce projet financé par le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), les groupes d’apiculteurs construisent des ruches dans la forêt afin de récolter du miel pour leur subsistance.

FAO
Les abeilles et les ruches étant dépendantes des milieux forestiers, les communautés ont davantage conscience du fait que la protection de ces ressources est également bénéfique pour leurs moyens de subsistance. ©FAO/Sambou Nget

«Je n’aurais jamais pensé que notre rêve se concrétiserait et que nous pourrions mener à bien notre plan de développement d’entreprises apicoles», a déclaré l’apicultrice communautaire Kombeh Njie, qui procède avec son équipe à l’installation de 40 ruches dans un rucher du village de Jiffarong, situé dans la région inférieure du fleuve, au sud du pays.

«Le développement d’entreprises forestières a fait l’objet de nombreux débats par le passé, mais ce n’est qu’avec le soutien actuel du projet financé par le FEM que notre communauté a pu améliorer ses revenus et ses moyens de subsistance de manière concrète, grâce à la production de miel. Et cela a effectivement changé nos vies.»

Les membres des groupes d’entreprises apicoles ont récemment construit 205 ruches à travers le pays grâce à une initiative de type «travail contre rémunération» soutenue par le projet. La Natural Resource Consulting, une organisation non gouvernementale locale et l’un des partenaires d’exécution du projet, en collaboration avec l’Association nationale des apiculteurs de Gambie, a formé les groupes à la construction de ruches. La FAO et le Ministère des Forêts de Gambie prévoient de développer le commerce du miel sur l’ensemble du territoire afin de créer des emplois.

«Les niveaux élevés de déforestation et de dégradation des sols dans la région, causés principalement par les activités humaines, contribuent aux sécheresses, à l’irrégularité des précipitations, aux catastrophes, à la pauvreté et à l’insécurité alimentaire», a déclaré Alpha Mariam Khan, chef de district de Kuntaya, l’une des communautés de la région du North Bank où le projet est mis en œuvre.

«L’initiative des entreprises apicoles est l’occasion de contribuer à la gestion durable des forêts des zones arides car la conservation des forêts est de la responsabilité de tous. J’appelle les habitants de notre district à mettre à profit cette opportunité pour le bien des générations actuelles et futures», a-t-il ajouté.

FAO Gambie
Les apiculteurs faisant partie des groupes d’entreprises apicoles produisent du miel et des produits à base de miel afin de répondre à la demande croissante et de compléter leurs revenus provenant d’autres activités agricoles. ©FAO/Sambou Nget

«Quand toutes ces ruches seront colonisées, les revenus des apiculteurs augmenteront grâce à la vente du miel et de ses sous-produits. Le projet permettra de renforcer leur résilience face aux éventuels chocs climatiques tout en contribuant à la conservation des forêts et de la biodiversité», a déclaré Sambou Nget, coordonnateur du projet FEM de la FAO. 

«Il existe déjà une très forte demande de miel et de sous-produits du miel aux niveaux national et mondial, tant pour la consommation humaine que pour l’utilisation industrielle. Le marché est donc intéressant», ajoute-t-il. Au total, 10 567 personnes bénéficieront de cette initiative, soit 50 pour cent de femmes et 50 pour cent d’hommes environ, issus de 18 communautés de Gambie.

«Avant, j’étais entièrement dépendante de la production agricole saisonnière pour obtenir des revenus, mais avec l’introduction de l’apiculture dans ma communauté et grâce à la formation dispensée par le projet sur la valorisation des produits du miel, je fabrique maintenant de la crème pour le corps à partir de cire d’abeille, que je vends pour compléter mes revenus.», déclare Jarra Njie, une femme de la communauté.

La désertification et la dégradation des sols sont des problèmes environnementaux majeurs en Gambie. Ce phénomène est très prononcé dans les régions situées au nord du fleuve Gambie. Les forêts des zones arides du pays jouent un rôle essentiel dans la lutte contre la désertification. Si le secteur forestier en Gambie ne contribue qu’à 1,2 pour cent du produit intérieur brut national, il revêt une importance socioéconomique considérable en termes de moyens de subsistance des populations rurales.

L’objectif général du projet est de mettre un terme à la dégradation de l’environnement et à la menace croissante que représente la désertification en Gambie, en raison de la déforestation continue. Le projet facilite les procédures juridiques en matière de propriété collective des forêts et permet aux membres de la communauté d’acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour gérer durablement leurs ressources naturelles et conserver la biodiversité.

«Le projet forestier mené par la FAO et le FEM est en effet une bénédiction pour les agriculteurs, pour le bétail et pour les forêts», a déclaré Tara Bah, qui préside le Comité mixte de gestion du parc forestier de Sakuru Daala et est membre du groupe d’entreprises apicoles. «Notre forêt a été sauvée des feux de brousse en 2020 grâce à la formation que les gardes forestiers du parc ont reçue dans le cadre du projet. L’initiative des entreprises apicoles, en particulier, permettra de renforcer la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et d’augmenter les revenus des ménages.»

La FAO aide la Gambie à diversifier l’agriculture, à accroître la production de la pêche et à améliorer la nutrition, tout en encourageant la gestion durable des ressources naturelles. Les projets menés dans le pays visent à consolider le secteur de l’alimentation et de l’agriculture afin que celui-ci puisse fournir des moyens de subsistance, tout en aidant les communautés à atténuer les effets du changement climatique et à s’y adapter.

Hausse record des prix alimentaires en mars, selon la FAO
Par Arab News en français -
Photos
Oman et la FAO, un seul défi: «Penser local»
Par Arab News en français -

Warner Bros Discovery et SRMG devraient lancer ensemble la chaîne Asharq Discovery

Les deux entreprises ont des objectifs communs: diversifier le contenu en améliorant son accessibilité et aider à promouvoir l’industrie du divertissement de la région Mena. Photo fournie.
Les deux entreprises ont des objectifs communs: diversifier le contenu en améliorant son accessibilité et aider à promouvoir l’industrie du divertissement de la région Mena. Photo fournie.
Short Url
  • La nouvelle chaîne propose des programmes passionnants, des expériences enrichissantes et des histoires mémorables
  • Les deux entreprises ont des objectifs communs: diversifier le contenu en améliorant son accessibilité et aider à promouvoir l’industrie du divertissement de la région Mena

DUBAÏ: Warner Bros Discovery, le leader mondial des médias et du divertissement et SRMG, le plus grand groupe de médias de la région Mena, ont annoncé aujourd’hui leur partenariat à long terme pour lancer Asharq Discovery, une nouvelle chaîne gratuite en langue arabe, exclusivement à destination du public de la région Mena. Asharq Discovery est la plus récente des offres médiatiques et internationales à croissance rapide de SRMG.

Cette nouvelle chaîne gratuite sera une véritable passerelle pour relier le public de la région Mena au monde et aux téléspectateurs à l’échelle internationale. Elle propose des programmes passionnants, des expériences enrichissantes et des histoires mémorables qui permettent au public de sortir du cadre de ses habitudes de consommation médiatique.

Le partenariat soutient la stratégie d’expansion de Warner Bros Discovery dans la région et la stratégie de croissance de SRMG. Les deux entreprises ont des objectifs communs: diversifier les contenus en améliorant leur accessibilité et aider à promouvoir l’industrie du divertissement en pleine évolution de la région Mena pour en faire l’une des plus importantes au monde.

«L’industrie du divertissement de la région Mena connaît une transformation incroyable et une croissance exponentielle, ce qui représente un grand potentiel et des possibilités considérables pour les responsables des programmes et les consommateurs. Après avoir établi notre marque Discovery pour les chaînes linéaires et lancé avec succès notre service de streaming non fictif Discovery+ l’année dernière, nous sommes fermement convaincus que le lancement d’une nouvelle chaîne gratuite dans la région Mena avec la puissance locale, SRMG, représente une étape importante qui nous permet de mettre en place un écosystème de divertissement complet. Ce partenariat soutiendra également notre stratégie de développement commercial dans la région Mena en vue de renforcer notre présence en Arabie saoudite», déclare Jamie Cooke, directeur général pour l’Europe centrale et orientale, le Moyen-Orient et la Turquie.

«Notre nouvelle collaboration stratégique avec Warner Bros Discovery renforcera notre capacité à fournir un contenu arabe dynamique, innovant et passionnant au moyen de nouveaux formats et de plates-formes multiples. Ce partenariat est une nouvelle preuve de l’engagement continu de SRMG envers une approche centrée sur le consommateur en vue d’apporter à nos publics un contenu attractif et premium: quand, où et comme ils le veulent. Discovery dispose d’une expérience inégalée dans la production de documentaires avant-gardistes de qualité. Nous sommes impatients de travailler ensemble afin de fournir un contenu de qualité qui réponde à une demande collective et d’offrir de nouvelles possibilités d’emploi et une formation de premier plan, en plus de tirer parti d’un nouveau réseau mondial pour notre public en plein essor», affirme pour sa part Jomana al-Rachid, PDG de SRMG.

Asharq Discovery proposera au public un divertissement inégalé grâce à des milliers d’heures de contenu premium avec des inédits, des premières et des exclusivités, ainsi qu’une vaste sélection de genres: science et l’ingénierie, sport automobile, faune et nature, aventure et voyages, réalité et style de vie, documentaires policiers... De plus, Warner Bros Discovery et SRMG ont établi des coproductions de programmes locaux de qualité qui seront distribués dans le monde entier au réseau Discovery Global, ajoutant ainsi davantage de pertinence culturelle et commerciale à une offre déjà riche.

La planification prévisionnelle liée au lancement d’Asharq Discovery et les étapes nécessaires sont en cours dans le but de mettre la chaîne à la disposition des utilisateurs finaux de la région Mena au cours de l’année 2023 par l’intermédiaire de la diffusion, du streaming et des applications tierces locales, avec un service de rattrapage disponible sur les plates-formes par contournement.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Elon Musk et Twitter se renvoient la balle à trois semaines du procès

Le PDG de Tesla, Elon Musk (Photo, AP).
Le PDG de Tesla, Elon Musk (Photo, AP).
Short Url
  • Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre dans un tribunal spécialisé de l'État du Delaware et durer cinq jours
  • Les avocats de Twitter ont nié mardi abuser du secret professionnel pour ne pas divulguer certains documents

SAN FRANCISCO: Les avocats de Twitter et d'Elon Musk ont débattu mardi des éléments à fournir par chacune des parties, à trois semaines d'un procès sans précédent sur le projet de rachat du réseau à 44 milliards de dollars.

"Passons la rhétorique et entrons dans le vif du sujet", s'est exclamée la juge américaine Kathaleen McCormick, après plus de trois heures d'argumentation lors de l'audience préliminaire organisée via Zoom.

Les avocats de l'homme le plus riche au monde ont de nouveau réclamé l'accès à plus de données sur les comptes inauthentiques ou automatisés, au cœur des arguments avancés par leur client pour renoncer à acquérir la plateforme.

Ils estiment en revanche que Twitter leur demande trop d'informations sur leurs échanges avec Peiter Zatko, ancien chef de la sécurité du réseau social devenu lanceur d'alerte, qui a accusé cet été son ancienne entreprise d'avoir dissimulé des vulnérabilités informatiques et menti sur sa lutte contre les faux comptes.

Début juillet, le groupe basé à San Francisco a lancé des poursuites contre Elon Musk, pour le forcer à honorer le contrat d'acquisition signé fin avril.

Selon le conseil d'administration, la proportion de spams sur la plateforme est un prétexte mis en avant par l'homme d'affaires, qui aurait changé d'avis en voyant la valeur des sociétés chuter en Bourse ces derniers mois.

Les avocats de Twitter ont nié mardi abuser du secret professionnel pour ne pas divulguer certains documents.

Ils doivent interroger Elon Musk lors d'une déposition à huis clos qui a été reportée aux 6 et 7 octobre, selon plusieurs articles de presse.

Le procès doit s'ouvrir le 17 octobre dans un tribunal spécialisé de l'État du Delaware (côte est des États-Unis), et durer cinq jours.

Le marché a longtemps donné l'avantage à Twitter, la loi du Delaware étant a priori favorable au respect des contrats. Et la présidente de la cour, Kathaleen McCormick, a accordé à l'entreprise un procès rapide, alors que le multimilliardaire voulait attendre l'année prochaine et demandait des quantités astronomiques de données.

Mais l'intervention surprise du lanceur d'alerte a ajouté une dimension à l'affaire, depuis que la juge a autorisé Elon Musk à inclure dans ses arguments les nouvelles accusations.

La bataille au tribunal pourrait déboucher sur "un accord, le paiement de frais pour rupture du contrat, l'obligation de racheter Twitter comme prévu et une myriade d'autres résultats", considère Dan Ives, de Wedbush Securities, dans une note mardi.

L'analyste continue aussi de croire "possible que les parties négocient en coulisse".


L'euro de nouveau proche de son plus bas depuis 20 ans face au dollar

Billets en dollars américains et en euros (Photo, AFP).
Billets en dollars américains et en euros (Photo, AFP).
Short Url
  • La monnaie unique cédait 0,13% face au «greenback», un des surnoms du dollar
  • «L'euro rencontre des difficultés supplémentaires avec cette situation sur le gaz naturel»

NEW YORK: L'euro reculait de nouveau mardi face au dollar, à un souffle de son record depuis 20 ans, déséquilibré par les inquiétudes liées au gazoduc Nord Stream, tandis que plusieurs autres devises atteignaient aussi des niveaux plus vus depuis des années face au billet vert.

La monnaie unique cédait 0,13% face au "greenback", un des surnoms du dollar, à 0,9596 dollar pour un euro, proche du plancher de 20 ans enregistré dans la nuit de dimanche à lundi, à 0,9554 dollar.

La devise commune à 19 pays européens n'aura profité que brièvement d'une timide tentative de rebond des marchés actions et obligataires, assez vite coupée dans son élan.

"L'euro rencontre des difficultés supplémentaires avec cette situation sur le gaz naturel", a expliqué Brad Bechtel, de Jefferies. "Personne ne sait ce qui se passe avec ces gazoducs."

Les deux gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2, actuellement hors service, qui assurent l'essentiel des approvisionnements de l'Europe en gaz russe ont été victimes de trois fuites importantes, précédées d'explosions.

La Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a affirmé mardi que ces incidents étaient liés à "des actes délibérés".

Ce dernier développement s'ajoute à la crise énergétique qui frappe déjà le continent et menace de freiner l'économie de la zone euro.

Face à cette situation, plusieurs pays européens, dont la France et l'Allemagne, ont annoncé ou préparent des mesures pour limiter les effets de la flambée des prix de l'énergie sur les consommateurs et les entreprises, moyennant l'alourdissement des dépenses publiques.

Pour Brad Bechtel, l'euro devrait "très probablement" poursuivre son repli face au dollar, et la zone euro risque "de tomber dans le même piège que le Royaume-Uni, à savoir faire des promesses budgétaires sans avoir les moyens de les financer".

Parmi les membres de la zone euro, l'Italie concentre les regards depuis le succès électoral, dimanche, de l'alliance formée autour de la cheffe du parti post-fasciste Fratelli d'Italia, Girogia Meloni.

Cette dernière, pour peu qu'elle parvienne à former un gouvernement, entend renégocier le plan de soutien européen dont l'Italie a déjà reçu plusieurs tranches, mais qui prévoit encore une enveloppe de près de 200 milliards d'euros.

Mardi, le rendement des emprunts d'État italiens à 10 ans a poursuivi son escalade, à 4,77%, une première depuis neuf ans. L'écart entre ce taux et son équivalent pour l'Allemagne est au plus haut depuis près de deux mois.

Le tableau pourrait encore se noircir avec la publication, vendredi, de l'indice des prix en zone euro pour septembre, attendu proche de 10% sur un an, contre 9,1% en août.

L'euro n'est pas la seule devise en difficulté face au dollar. Si la livre est parvenue à rebondir après son record historique au plus bas de la nuit de dimanche à lundi, le zloty polonais et le forint hongrois sont descendus mardi à un niveau inédit face au dollar.