La Jordanie manie l'arme diplomatique pour mettre fin aux tensions à Al-Aqsa

Un Palestinien priant devant la mosquée du Dôme du Rocher, dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem (Photo, AFP).
Un Palestinien priant devant la mosquée du Dôme du Rocher, dans l'enceinte de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Mardi 19 avril 2022

La Jordanie manie l'arme diplomatique pour mettre fin aux tensions à Al-Aqsa

  • De nombreuses voix s'élèvent en Jordanie pour témoigner leur solidarité avec les fidèles d'Al-Aqsa
  • Les Palestiniens craignent que les autorités israéliennes ne divisent la mosquée Al-Aqsa entre confessions

RAMALLAH: Le roi Abdallah II de Jordanie a intensifié ses efforts pour mettre fin à l'hostilité israélienne envers les fidèles palestiniens de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem.
Lundi, le souverain s'est entretenu avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi, le prince héritier d'Abu Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyane, le président du Conseil européen, Charles Michel, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.
Le roi Abdallah II a souligné la nécessité pour Israël de mettre fin à toutes ses actions dans la mosquée.
Les observateurs craignent en effet que le comportement provocateur d’Israël autour de la mosquée Al-Aqsa ne sape les efforts de paix israélo-palestiniens.
Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, a annoncé cette semaine la convocation de l'ambassadeur d'Israël.
«Nous avons convoqué l'ambassadeur israélien, et nous convoquerons aussi le chargé d'affaires pour lui faire part de notre message ferme et clair qui condamne les actions israéliennes», a déclaré le ministre.
Il a ajouté que la Jordanie accueillerait jeudi prochain une réunion du comité de la Ligue arabe visant à faire face aux «mesures israéliennes illégales» dans les lieux saints de Jérusalem.
Al-Safadi a averti que si Israël ne mettait pas fin à «ces mesures illégales et leurs violations», il lui ferait porter la responsabilité de l'accroissement des tensions.
La décision de convoquer l'ambassadeur d'Israël intervient à un moment où les groupes nationaux en Jordanie continuent à témoigner leur solidarité avec les fidèles d'Al-Aqsa et leurs importantes manifestations, jusqu'à la fin du ramadan.
Israël s’est montré préoccupé par la convocation de son ambassadeur à Amman lundi.
Les Palestiniens constituent un pourcentage important de la population jordanienne. Des dizaines de milliers de personnes vivent dans des camps de réfugiés à la périphérie d'Amman et leurs manifestations de solidarité avec Al-Aqsa pourraient poser un problème pour la sécurité et la stabilité dans le pays.
Bien que l'Égypte et le Qatar aient servi de médiateurs entre le Hamas, le Jihad islamique et Israël pour empêcher de nouvelles escalades sécuritaires, les Palestiniens pensent toujours que seule la pression jordanienne est susceptible d’empêcher de nouvelles restrictions israéliennes à Al-Aqsa pendant le ramadan.
Israël avait demandé au roi Abdallah de servir de médiateur auprès du président palestinien Mahmoud Abbas avant le ramadan afin qu'il n'y ait pas de tension à Jérusalem pendant le mois sacré.
Le roi Abdallah s'est rendu à Ramallah le 28 mars pour y rencontrer Abbas. Ils se sont mis d’accord pour agir en vue de calmer la situation à la veille du ramadan.
Avant la réunion, il a reçu à Amman le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, et au cours de la même semaine le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, ainsi que le président israélien Isaac Herzog, pour tenter d'empêcher la détérioration de la situation sécuritaire pendant le mois sacré.
Cheikh Azzam al-Khatib, directeur des Awqaf islamiques à Jérusalem, un département lié au ministère jordanien des Awqaf et des Affaires islamiques à Amman, qui emploie 800 personnes veillant sur Al-Aqsa, a déclaré dans une interview à Arab News que la politique israélienne envers Al-Aqsa était «très dangereuse».
 «Toute violation israélienne sera accueillie par une protestation et une position jordanienne ferme de la part du roi Abdallah II, car la position religieuse et juridique repose sur le fait que la mosquée Al-Aqsa n'accepte pas la division ou le partenariat et qu’elle est la propriété des musulmans, et que tout préjudice en ce sens signifierait une violation des principes dans lesquels le roi Abdallah II a été élevé, de même que sur l'importance de préserver les lieux saints islamiques et chrétiens à Jérusalem», a-t-il précisé à Arab News.
Les Palestiniens craignent que les autorités israéliennes ne divisent la mosquée Al-Aqsa entre musulmans et juifs, comme elles l'ont fait il y a plusieurs années pour la mosquée Ibrahimi à Hébron.
Israël a entre temps fermé la mosquée Ibrahimi lundi et mardi aux fidèles musulmans, afin de permettre aux fidèles juifs d'accomplir les prières de la Pâque.
Vendredi dernier, les Palestiniens en colère contre les actions de la police israélienne ont appelé la Jordanie à intervenir et ont remis en question la position du roi Abdallah sur la protection d'Al-Aqsa.
Nombre d'entre eux ont écrit des messages sur les réseaux sociaux. L'un d'eux disait: «La mosquée Al-Aqsa n'a pas besoin d'être recouverte de tapis, mais a plutôt besoin de la protection de ceux qui la dirigent afin d’y prier pendant le ramadan.»
Les Hachémites sont les gardiens des lieux saints islamiques de Jérusalem depuis cent ans. Même après la guerre de 1967, au cours de laquelle Israël a occupé Jérusalem-Est, la protection d'Al-Aqsa par la Jordanie a été maintenue. Cette situation a été confortée lors du traité de paix israélo-jordanien en 1994 – mieux connu sous le nom de Wadi Araba – qui avait été signé entre le défunt roi Hussein ben Talal et le Premier ministre israélien alors en fonction, Yitzhak Rabin.
«Il est naturel de convoquer l'ambassadeur d'Israël à Amman et de lui exprimer les protestations, et il est important que le peuple israélien sache qu'il existe des partis juifs d'extrême droite qui s'efforcent de lui causer du tort en menant une guerre de religion contre les musulmans dans ce pays», a affirmé Al-Khattib.
Il a ajouté que «toute violation du caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa concerne le monde entier, en particulier le roi Abdallah.»
 «Nous voulons que la paix règne dans cette région, qu’il ne soit porté atteinte à aucun lieu saint, de n’importe quelle partie, et que le spectre de la guerre de religion en soit éloigné», a-t-il ajouté.
Le ministère palestinien des Affaires étrangères a vivement critiqué sa contrepartie israélienne, et a réfuté les allégations d'Israël affirmant soutenir la liberté de culte.
Il a déclaré dans un communiqué que le ministère israélien des Affaires étrangères «continuait de fabriquer des mensonges et de la désinformation sur le désir de l'État d'occupation de préserver la liberté de culte dans Jérusalem occupée».
Il a également indiqué que «des centaines de vidéos» avaient documenté des cas de fidèles contraints de quitter la mosquée Al-Aqsa, ainsi que des cas de «répression et d'abus».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre souligne l'importance de continuer à développer le partenariat entre Bahreïn et le Royaume-Uni

Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Le ministre bahreïni des Finances, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, rencontre la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling. (BNA)
Short Url
  • La ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling, est en visite à Manama
  • Le ministre des finances et de l'économie nationale de Bahreïn a souligné la profondeur des relations entre le Royaume-Uni et Bahreïn

RIYADH : Le ministre des finances de Bahreïn a souligné l'importance de continuer à développer le partenariat entre son pays et le Royaume-Uni afin de créer des opportunités d'investissement plus ambitieuses, a rapporté dimanche l'agence de presse de Bahreïn.

Le ministre des finances et de l'économie nationale, Sheikh Salmane ben Khalifa Al-Khalifa, a également mis en avant le lien qui unit le Royaume-Uni et le Bahreïn et qui a renforcé la coopération économique et le partenariat entre les deux pays.

Le ministre a également souligné l'importance de s'appuyer sur la coopération fructueuse entre les deux pays et d’élargir les horizons afin d’atteindre des ambitions et des objectifs communs.

C’est dans le cadre de la visite à Manama de la ministre d'État britannique pour l'Asie et le Moyen-Orient, Amanda Milling que ces propos sont intervenus.

Milling a déclaré qu'elle était ravie de visiter Bahreïn et de rencontrer les fonctionnaires de l'ambassade britannique pour en savoir plus sur le « travail en cours avec le gouvernement de Bahreïn. »

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Jordanie: plusieurs responsables limogés après une fuite mortelle de gaz dans un port

Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Le prince héritier Hussein assiste à une réunion du Conseil national pour la sécurité et la gestion des crises le 28 juin 2022 concernant la fuite de gaz chloré à Aqaba. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le Premier ministre a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des «grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba»
  • La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune

AMMAN: Plusieurs hauts responsables jordaniens ont été limogés après une fuite de chlore lundi dernier dans le port d'Aqaba ayant causé la mort de treize personnes et blessé plus de 260, a annoncé dimanche le Premier ministre, Bicher al-Khasawneh. 

La fuite de chlore s'est produite après la chute d'un conteneur avec du gaz liquide qui était transporté par une grue, avant qu'il ne tombe sur un bateau, libérant un épais nuage jaune. 

Aqaba, l'un des principaux ports de la mer Rouge, est également le seul du royaume hachémite, par lequel transitent la plupart des importations et exportations jordaniennes. La ville est en outre une importante station balnéaire. 

M. Khasawneh a déclaré lors d'un conseil des ministres que l'enquête avait conclu à des « grandes négligences sur les procédures de sécurité et le traitement des matières dangereuses dans le port d'Aqaba ». 

De son côté, le ministre jordanien de l'Intérieur, Mazen al-Faraya, qui a présidé la commission d'enquête, a confirmé lors d'une conférence de presse que des « négligences à plusieurs niveaux » étaient à l'origine de l'accident. 

Il a pointé du doigt notamment la responsabilité du « directeur général de l'Autorité maritime jordanienne, du directeur général de l'entreprise de gestion et d'exploitation des ports d'Aqaba », ainsi que deux autres chefs de département de cette entreprise. 

Les responsables n'ont selon l'enquête « pas pris les précautions nécessaires pour la sécurité publique lors du chargement de ces matières dangereuses ». 

« Le poids du conteneur était de 28 900 tonnes, soit trois fois plus que la capacité du câble de 8,6 tonnes, ce qui a entraîné sa rupture », a expliqué le ministre. 

Selon lui, l'enquête a prouvé que « certaines tâches dans le port ont été attribuées à des employés non spécialisés ». 

Par ailleurs, 95% des quelque 2 300 employés du port d'Aqaba ont entamé dimanche une grève, selon un dirigeant syndical. 

Ils « protestent contre les manquements aux mesures de sécurité dans le port, qui a entraîné des morts et des blessés parmi leurs collègues », a déclaré Ahmed Amayreh, chef du syndicat des travailleurs du port. 


Shihana Alazzaz nommée Secrétaire générale adjointe du Conseil des ministres saoudien par décret royal

Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Le roi Salmane. (Dossier/SPA)
Short Url
  • Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie
  • La princesse Haïfa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du Tourisme par décret royal

RIYAD : Le roi Salmane d'Arabie saoudite a nommé dimanche Shihana Alazzaz au poste de secrétaire général adjoint du Conseil des ministres.

Alazzaz a été l'une des premières femmes autorisées à pratiquer le droit en Arabie saoudite et a occupé le poste de conseiller juridique au Fonds d'investissement public. 

La princesse Haifa bent Mohammed a été nommée vice-ministre du tourisme par décret royal. 

Le prince Abdelrahman ben Mohammed a été relevé de son poste de secrétaire général du Conseil des ministres et a été nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr Bandar ben Obaid ben Hamoud Al-Rasheed est nommé secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane en plus de ses autres fonctions.

Mansour ben Abdallah ben Ali ben Salama est nommé adjoint au secrétaire du prince héritier Mohammed ben Salmane. 

Ayman ben Mohammed Al-Sayari est nommé gouverneur adjoint pour les investissements et la recherche à la Banque centrale saoudienne.

Le Dr Khaled ben Walid ben Fadl Al-Dhaher est nommé gouverneur adjoint pour le contrôle et la technologie à la Banque centrale saoudienne. 

Abdelaziz ben Ismail ben Rashad Trabzoni est nommé conseiller à la Cour royale.

Le Dr. Rumaih ben Mohammed Al-Rumaih est nommé vice-ministre des transports et des services logistiques et est chargé d'effectuer le travail du président de l'autorité des transports publics.

Ihab ben Ghazi ben Fahmy Al-Hashani est nommé vice-ministre des Affaires municipales, rurales et du Logement.

Abdelaziz ben Hamad ben Saleh Al-Rumaih est nommé vice-ministre de la Planification et du Développement au ministère de la santé. 

Ahmed ben Sufyan ben Abdel Razzaq Al-Hassan est nommé ministre adjoint des Transports et des Services logistiques.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com