À Paris, les Libanais votent avec enthousiasme, mais sans illusions

Leur vote, ils le savent bien, n’aboutira pas à une percée au niveau du nouveau Parlement qui restera acquis aux mêmes poids lourds de la vie politique libanaise (Photo, AFP).
Leur vote, ils le savent bien, n’aboutira pas à une percée au niveau du nouveau Parlement qui restera acquis aux mêmes poids lourds de la vie politique libanaise (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Dimanche 08 mai 2022

À Paris, les Libanais votent avec enthousiasme, mais sans illusions

  • Pour la diaspora libanaise, ces législatives sont une chance pour chacun d’apporter sa petite pierre à l’édifice
  • Des témoignages nombreux, faciles à obtenir, mais plutôt anonymes et non filmés

PARIS : L’idée de départ était de recueillir et de filmer des témoignages de membres de la diaspora libanaise, qui vote le dimanche 15 mai pour les législatives dans sa patrie d’origine, le Liban.

Mais finalement, les témoignages nombreux et faciles à obtenir sont tous plutôt anonymes et non filmés. «Désolé, je ne peux vous laisser me filmer, regrette Michel, horloger, j’ai des parents et de la famille au Liban, et il est hors de question de leur causer des ennuis par mon témoignage.»

Quant à Nadim, chauffeur de taxi: «Me filmer? Impossible! Je n’ai pas l’habitude d’afficher mon opinion de cette façon, peut-être parce que je suis un ancien militaire…»

Est-ce la réserve qui caractérise parfois les personnes d’un âge avancé? Les jeunes Libanais résidant en France, eux, seront-ils plus malléables, plus aptes à se livrer?

Rien de moins sûr…

 «Pas question de dévoiler mon identité, encore moins de me laisser filmer», insiste Nabil, jeune cadre et primo-votant. Il préfère ne pas prendre de risque: «Le Liban, j’y vais régulièrement, je ne veux pas d’ennuis ni pour moi ni pour personne.»

Même son de cloche pour Nour, jeune avocate qui vote également pour la première fois. Elle estime que partager ses opinions et son image «dans un média peut s’avérer nuisible».

Pourtant, la même Nour est très active sur les réseaux sociaux; elle a participé avec beaucoup de véhémence à la campagne incitant les Libanais de l’étranger à s’inscrire sur les listes électorales et n’a jamais caché son désir d’en finir avec la classe dirigeante au Liban.

«Oui, temporise-t-elle, mais les réseaux sociaux c’est différent. Je relaye des positions déjà partagées par beaucoup d’autres, mais me dévoiler dans un média revient à me mettre en face-à-face», une position qui, pour Nour, semble difficile à assumer.

De la peur?

À la suite de ces refus successifs, difficile de ne pas s’interroger s’il s’agit là d’une des clefs de la pérennité de la classe politique libanaise, à savoir la peur…

Il ne s’agit pas d’une peur identifiée, mais plutôt d’une peur diffuse, aux multiples visages et expressions. Il ne s’agit pas non plus d’une peur de représailles spécifiques comme celles qui  visent les activistes sur le terrain, c’est bien plus latent, plus sournois.

Les réserves des uns et des autres sont dues à la crainte de voir leurs parents, proches et amis dans le pays visés par «des contraintes, des intimidations et des blocages, qui ne feraient qu’aggraver les difficultés qu’il subissent au quotidien», souligne Roula, jeune cadre dans un établissement financier.

Nahla, chercheuse retraitée vivant entre Paris et Beyrouth, n’est pas surprise par cette réserve qui n’épargne pas des personnes qui vivent où même qui sont nées en France, car «elle est le fruit d’un maillage étroit tissé depuis des décennies par les politiques libanais autour des citoyens».

Le Libanais est tributaire de son dirigeant dit «zaïm» dans tous les aspects de sa vie   professionnelle ou sociale. Un «zaïm» fâché peut en tirant une ficelle briser une carrière, il peut, s’il le veut, interrompre un cycle d’études et même bloquer un accès  aux soins médicaux.

Tous ces aspects de la vie sont assujettis à la volonté du «zaïm» qu’il ne faut surtout pas provoquer en période électorale. 

Le bouclier invisible de la classe politique

Nahla comprend la crainte de se dévoiler manifestée par les jeunes et les moins jeunes. «Il s’agit là du bouclier invisible qui protège la classe politique libanaise et lui permet de continuer à couler des jours tranquilles malgré l’accumulation de toutes sortes de crises.»

Depuis près de trois ans, les Libanais croulent sous les crises multiples: le pouvoir d’achat est en chute quotidienne libre, la livre libanaise également en dévaluation permanente, les avoirs bancaires sont gelés, l’État en faillite et l’alimentation en courant électrique et eau potable quasi inexistants.

Malgré tout, les Libanais de la diaspora en France, qui compte un peu plus de 100 000 personnes, veulent voter avec enthousiasme, mais sans illusions. Il y a, selon les sources de l’ambassade du Liban à Paris, 28 136 inscrits sur les listes électorales et ils donneront leur voix dans 40 centres de votes et 77 bureaux. Le nombre des votants a plus que doublé par rapport aux législatives de 2018 où il n’y avait que 9800 inscrits.

Chacun cherche à apporter sa petite pierre à l’édifice, «parce que c’est un droit», selon Nour, «un devoir et une chance», selon  Nabil, qui assure que le changement tant convoité ne viendra pas de lui-même. Nour, Nabil et Roula affirment que leur voix ira aux candidats de la «thawra» (révolution) dont ils déplorent les divisions. Roula confie avec grande tristesse avoir appelé son père qui est sur place, afin de savoir pour qui voter.

Ils auraient tellement aimé voir cette «thawra»  présenter  des listes unifiées et non éparpillées comme elles le sont aujourd’hui.

Marquer le coup

Leur vote, ils le savent bien, n’aboutira pas à une percée au niveau du nouveau Parlement qui restera acquis aux mêmes poids lourds de la vie politique libanaise, surtout que la loi électorale est conçue de façon à favoriser l’élection de leurs candidats et acolytes.

Cependant, leur vote de protestation permet à ces mêmes poids lourds de comptabiliser la non-adhésion croissante ou plutôt le rejet dont ils font l’objet dans les milieux de la jeunesse.

Il est important pour ces jeunes de la diaspora de marquer le coup. Ces élections sont les premières depuis  le soulèvement d’octobre 2019 et depuis l’explosion tragique du port de Beyrouth en août 2020 qui s anéanti le cœur de la capitale et fait 215 morts et 6 500 blessés.

Les moins jeunes comme Michel et Nadim ne boudent pas le changement, bien au contraire, mais ils réservent leur vote à des candidats confirmés, qu’ils jugent intègres et dignes de confiance.

Difficile après tout cela de ne pas estimer que beaucoup de verrous doivent encore sauter avant de parvenir à endiguer la descente du Liban et de sa population en enfer.


Un fragile cessez-le-feu israélo-palestinien qui empêche une guerre ouverte, affirme le Conseil de sécurité de l’ONU

Des personnes en deuil transportent les corps de six Palestiniens, dont des enfants, tués lors d’une explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (AP).
Des personnes en deuil transportent les corps de six Palestiniens, dont des enfants, tués lors d’une explosion dans le camp de réfugiés de Jabaliya, au nord de la bande de Gaza, le 6 août 2022. (AP).
Short Url
  • Riyad Mansour, l’observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, accuse Israël de «tuer et d’opprimer une nation entière»
  • Oussama Abdel Khalek Mahmoud, représentant permanent de l’Égypte auprès de l’ONU, appelle les autorités israéliennes à mettre fin à toutes leurs pratiques illégales et à stopper l’expansion des colonies en Cisjordanie

NEW YORK: Bien qu’un cessez-le-feu entre Israël et des militants palestiniens, négocié par l’Égypte dimanche soir, ait mis fin à de violents combats et semble tenir, il reste cependant fragile, tout comme les causes sous-jacentes de la dernière éruption de violence, a déclaré l’ONU lundi.

L’organisation ajoute que le cycle de la violence ne s’arrêtera qu’au moyen d’une résolution politique de ce conflit vieux de plusieurs décennies qui mettrait fin à l’occupation israélienne et comprendrait une solution à deux États, conformément aux frontières de juin 1967, aux résolutions de l’ONU et au droit international.

Tor Wennesland, coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient, indique lors d’une réunion d’urgence du Conseil de sécurité que 46 Palestiniens ont été tués et 360 blessés lors de la récente escalade, au cours de laquelle Israël aurait mené 147 frappes contre Gaza, alors que le Djihad islamique palestinien aurait tiré 1 100 roquettes et mortiers sur Israël. Des centaines de maisons et autres infrastructures civiles ont été détruites. Les chiffres sont provisoires et «la vérification est en cours», ajoute-t-il.

«Tout en reconnaissant pleinement les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité, je réitère que, en vertu du droit international, tout recours à la force doit être proportionné et qu’il faut prendre toutes les mesures possibles pour éviter les pertes civiles», déclare M. Wennesland. «Les enfants, en particulier, ne doivent jamais être la cible de violences ou mis en danger.»

Les Émirats arabes unis, ainsi que la Chine, la France, l’Irlande et la Norvège, ont exigé la tenue d’une réunion d’urgence pour évoquer les derniers événements survenus dans la bande de Gaza.

M. Wennesland affirme que l’escalade avait exacerbé les pénuries déjà chroniques de médicaments essentiels à Gaza et que la fermeture par Israël du point de passage d’Erez dans la bande pendant six jours avait de graves conséquences humanitaires sur les habitants de Gaza, notamment parce qu’il empêche les patients de voyager pour se faire soigner en Israël.

«Les fermetures ont également aggravé la situation déjà précaire de la sécurité alimentaire dans la bande de Gaza, réduisant les stocks d’aliments de base, en particulier la farine de blé», souligne-t-il.

M. Wennesland a remercié l’Égypte pour le rôle qu’elle a joué dans la mise en place du cessez-le-feu aux côtés de l’ONU, ainsi que le Qatar, la Jordanie, les États-Unis et l’Autorité palestinienne pour leurs efforts de désescalade.

«Ces efforts combinés ont empêché le déclenchement d’une guerre à grande échelle et ont permis d’acheminer plus tôt aujourd’hui une aide humanitaire indispensable à la population de Gaza», soutient-il devant les membres du conseil.

Il a salué la «réouverture en temps voulu» des points de passage d’Erez et de Kerem Shalom par Israël après le cessez-le-feu, appelant les dirigeants d’Israël et de la Palestine, ainsi que la communauté internationale, à intensifier les efforts diplomatiques pour reprendre les négociations qui visent à garantir un accord viable et une solution à deux États.

Riyad Mansour, l’observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, accuse Israël de «tuer et d’opprimer une nation entière». Il ajoute que «le droit à la sécurité d’Israël est devenu un permis de tuer et doit être révoqué», exhortant le Conseil de sécurité à «agir immédiatement».

«Si vous êtes contre la violence, n’excluez pas la violence israélienne», poursuit-il. «Ne la justifiez pas. Seriez-vous prêt à dire “ça suffit”, en tant que plus haute autorité responsable du maintien de la paix et de la sécurité?»

«L’État hébreu tue notre peuple parce qu’il en est capable. Quand le monde lui montrera-t-il qu’il ne peut pas faire cela?»

M. Mansour prévient les membres du conseil que «les familles palestiniennes sans défense ont besoin de votre soutien, pas d’une puissance nucléaire ni d’une puissance occupante», tout en leur demandant «d’entraîner les deux parties tout de suite dans un processus de paix».

Guilad Erdan, le représentant permanent d’Israël auprès de l'ONU, accuse les membres du Djihad islamique palestinien de recevoir leurs ordres de marionnettistes iraniens, ajoutant: «Leur haine ne connaît pas de limites.»

Il établit un parallèle entre le Djihad islamique palestinien et le Djihad islamique égyptien, l’organisation à laquelle appartenait autrefois le chef d’Al-Qaïda récemment tué, Ayman al-Zawahiri.

«Les deux entités n’ont pas seulement le même nom, elles partagent la même valeur: anéantir le monde libre et moderne dans lequel nous vivons», précise M. Erdan.

Alors que le monde a salué le meurtre d’Al-Zawahiri lors d’une frappe américaine, le 31 juillet, M. Erdan affirme que «les responsables de l’ONU expriment soudain une profonde inquiétude lorsqu’Israël fait de même. Cette politique de deux poids, deux mesures est difficile à comprendre».

Il ajoute: «La seule solution pour les habitants de Gaza est que leurs dirigeants cessent d’essayer d’anéantir Israël et d’investir dans les infrastructures terroristes.»

M. Erdan exhorte le Conseil de sécurité à s’unir autour de la condamnation du Djihad islamique palestinien: «Tenir un débat et ne pas en profiter pour condamner pleinement ses crimes de guerre le motivera à continuer [de commettre d’autres crimes de ce genre].»

Il remercie également le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, pour ses efforts dans la négociation du cessez-le-feu et «le rétablissement de la stabilité dans notre région».

Oussama Abdel Khalek Mahmoud, représentant permanent de l’Égypte auprès de l’ONU, appelle les autorités israéliennes à mettre fin à toutes leurs pratiques illégales et à stopper l’expansion des colonies en Cisjordanie, qu’il décrit comme «la violation la plus flagrante des droits fondamentaux des Palestiniens». Il exige par ailleurs de lever le blocus imposé à Gaza pour permettre d’acheminer à nouveau nourriture et carburant vers la bande.

De plus, il incite Israël à respecter le statut juridique et historique des Lieux saints de Jérusalem-Est et appelle toutes les parties à s’abstenir de prendre pour cible des civils, demandant à la communauté internationale de relancer le processus de paix.

Mohammed Abushahab, vice-représentant permanent des Émirats arabes unis auprès de l’ONU, exprime sa profonde préoccupation face aux récentes violences à Gaza et insiste sur la nécessité pour toutes les parties de respecter leurs responsabilités en vertu du droit international et du droit international humanitaire. Il condamne par ailleurs l’incursion israélienne dans la mosquée al-Aqsa, qu’il qualifie d’action provocatrice.

«La détérioration de la situation humanitaire à Gaza ne peut tolérer plus de chocs», insiste M. Abushahab, qui salue la trêve et transmet au président Al-Sissi la «sincère reconnaissance» de son pays pour son rôle dans le rétablissement du calme.

M. Abushahab réitère le soutien de son pays à tous les efforts régionaux et internationaux qui visent à restaurer la paix au Moyen-Orient et renouvelle son soutien à une solution à deux États.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Liban: Les opérations de recherche se poursuivent après l'évasion de détenus

Les FSI se déploient dans une rue qui mène à un centre de détention sous le pont de l'Adlieh (palais de justice), à Beyrouth, après l'évasion de prisonniers survenue tôt dans la journée de dimanche. (AFP).
Les FSI se déploient dans une rue qui mène à un centre de détention sous le pont de l'Adlieh (palais de justice), à Beyrouth, après l'évasion de prisonniers survenue tôt dans la journée de dimanche. (AFP).
Short Url
  • M. Moussa a souligné que l'évasion survenue dimanche dernier attestait de la gravité des problèmes économiques, sécuritaires et judiciaires dont souffre le Liban
  • Un responsable des FSI a averti que les prisons du Liban étaient conçues pour accueillir le tiers des détenus qui y sont actuellement incarcérés

BEYROUTH: Trente et un détenus se sont évadés dimanche d'une prison de Beyrouth. Le lendemain, quatre d’entre eux ont été arrêtés par l'unité d'enquête des Forces de sécurité intérieure (FSI).

«Les recherches se poursuivent pour arrêter les autres détenus qui se sont évadés de la prison de Beyrouth», a signalé la direction générale des FSI.

Certains détenus sont libanais et d'autres étrangers. On compte notamment des Syriens et des Palestiniens, a-t-elle ajouté.

Une source au sein des services de sécurité a confié à Arab News que les détenus «ont scié à l'aide d'une vis les barreaux d'une fenêtre de la cellule qui donne sur la rue».

La prison est située sous un pont qui se trouve à proximité du palais de justice de Beyrouth. Si, aujourd'hui, la prison dépend de l'autorité pénitentiaire du Liban, elle était autrefois tenue par la sûreté générale.

Le 21 novembre 2021, une prison de Baabda a été le théâtre d'une vaste évasion organisée; cinq détenus qui essayaient de s'évader ont trouvé la mort dans un accident de voiture; d'autres ont été arrêtés.

Au Liban, les prisons connaissent fréquemment des émeutes durant lesquelles les prisonniers revendiquent de meilleures conditions de vie.

Le député Michel Moussa, qui dirige la commission parlementaire des droits de l’homme, a posé la question suivante: «Comment trente et un détenus ont-ils pu s'échapper d'un établissement qui devrait être hautement surveillé et sécurisé?»

Dans un entretien accordé à Arab News, il a affirmé: «Cette question reste sans réponse pour le moment, car les enquêtes se poursuivent.»

Le député a ajouté: «Nous avons déjà appelé à fermer la prison d'Adlieh, construite il y a quelques années. Nous sommes convaincus qu'elle ne remplit pas les critères de base à tous les niveaux. On nous a promis à maintes reprises de la supprimer sans donner suite à cette promesse.»

«Une chose est sûre: la prison ne respecte aucun critère relatif aux droits de l'homme.»

«Il semblerait que les services de sécurité s'en servent à nouveau pour incarcérer les détenus du palais de justice de Beyrouth en raison du nombre trop important de prisonniers.»

M. Moussa a souligné que l'évasion survenue dimanche dernier attestait de la gravité des problèmes économiques, sécuritaires et judiciaires dont souffre le Liban.

Pour résoudre la difficulté que pose le nombre de plus en plus important de personnes incarcérées sans être jugées, le député a appelé à supprimer cette pratique. Il a insisté sur la nécessité de réactiver les tribunaux, étant donné que la situation que connaît actuellement le Liban ne saurait tolérer de délai.

Plus de 80% des Libanais vivent sous le seuil de pauvreté en raison de la crise économique profonde qui frappe le pays. Cette dernière, dans la mesure où les salaires ont perdu de leur valeur, conduit un grand nombre de soldats et de membres des forces de sécurité à fuir le service ou à démissionner pour trouver un autre emploi ou pour émigrer.

Les hauts responsables de l'armée et de la sécurité acceptent dorénavant que de nombreux soldats et officiers de sécurité exercent un second emploi.

Le chef de la division des relations publiques au sein des Forces de sécurité intérieure, le colonel Joseph Moussallem, a assuré à Arab News que les circonstances économiques des policiers «n’affectaient pas la qualité de leur travail».

Selon lui, le fait que les arrestations soient en hausse montre que la criminalité reste bien contrôlée au Liban. Il a cependant admis que la réforme des prisons s’enlisait.

Selon les données des FSI, de nombreux prisonniers possèdent un passé criminel chargé et ont purgé des peines de prison à plusieurs reprises.

Les FSI estiment que la surpopulation des prisons pose problème en dépit des «efforts que nous consentons pour réaliser des réformes» et du «soutien des organisations civiles».

Selon le colonel Moussallem, les délits les plus répandus dans le pays concernent les vols de biens publics et privés.

En effet, la communauté de Hermel (Bekaa) a manifesté dimanche dernier devant un magasin pour protester contre un vol à main armée et une fusillade qui se sont produits dans la ville.

Les résidents ont bloqué une route. Ils brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: «Renforcez la sécurité. Ne protégez pas les coupables. Poursuivez-les, traduisez-les en justice et qu'ils reçoivent la sanction qu'ils méritent.»

Cheikh Ali Taha, le mufti de Hermel, s'est exprimé en ces termes: «La région fait face à un phénomène inquiétant.»

Il a exhorté les responsables à agir de toute urgence et à combattre la criminalité. Dans le cas contraire, les citoyens seront contraints de se défendre eux-mêmes.

Dans le nord du Liban, plus précisément dans la région de Koura, l'association des oléiculteurs a pour sa part dénoncé «le vol des cultures saisonnières dans la région».

«Un groupe de voleurs professionnels s'empare chaque matin de nos récoltes qui ne sont pas encore mûres et vole des tonneaux de fer, des fils électriques, des clôtures de fer ainsi que des ruches. La situation est intenable», a expliqué l'association dans un communiqué.

Selon le colonel Moussallem, le nombre total de prisonniers et de détenus dans le pays s'élève à quelque «9 000 individus». Il a noté que les prisons libanaises étaient conçues pour accueillir près de 3 000 personnes à pleine capacité.

Il a ajouté que les vols et autres délits avaient baissé cette année de 6,5% par rapport à l'année dernière.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Spécial
Liban: Le plus grand système de Ponzi au monde ?
Par Rebecca Ann Proctor -
Une trentaine de détenus s'évadent au Liban
Par AFP -

Raid israélien en Cisjordanie: 3 Palestiniens tués dont un chef militaire

Les responsables palestiniens de la santé ont déclaré qu'une personne avait été tuée et au moins 40 personnes blessées dans cette fusillade, un jour après qu'un cessez-le-feu ait mis fin à trois jours de combats. (Dossier/AFP)
Les responsables palestiniens de la santé ont déclaré qu'une personne avait été tuée et au moins 40 personnes blessées dans cette fusillade, un jour après qu'un cessez-le-feu ait mis fin à trois jours de combats. (Dossier/AFP)
Short Url
  • Trois Palestiniens ont été tués lors de l'opération dans la vieille ville de Naplouse, au cours de laquelle des tirs ont été échangés entre activistes palestiniens et forces israéliennes
  • Selon le Croissant-Rouge palestinien, 69 Palestiniens ont été blessés par balle, dont au moins quatre sont dans un état critique, lors de heurts liés à l'opération israélienne

NAPLOUSE : Trois Palestiniens, dont un haut commandant du mouvement Fatah, ont été tués et des dizaines blessés lors d'un raid mardi de l'armée israélienne à Naplouse en Cisjordanie occupée, deux jours après la fin d'une opération israélienne meurtrière dans la bande de Gaza.

Selon le ministère palestinien de la Santé, trois Palestiniens ont été tués lors de l'opération dans la vieille ville de Naplouse, au cours de laquelle des tirs ont été échangés entre activistes palestiniens et forces israéliennes.

L'armée israélienne a elle fait état de deux morts palestiniens: Ibrahim al-Nabulsi, un haut responsable des Brigades des martyrs d'Al-Aqsa, branche armée du mouvement Fatah du président Mahmoud Abbas, et un autre combattant.

Le corps d'Ibrahim al-Nabulsi a été transporté par une dizaine d'hommes armés à l'hôpital Rafidia de Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël, où des centaines de Palestiniens se sont rassemblés.

"Notre réponse sera à la hauteur du crime", a affirmé dans un communiqué la branche armée du Fatah, en confirmant le décès de Nabulsi.

Le ministère palestinien de la Santé a identifié les deux autres morts comme étant Islam Sabbouh, 25 ans, et Hussein Taha, 16 ans.

"L'armée était dans la vieille ville, mon fils s'est rendu au marché juste avant moi et mes proches (...) il y a une fusillade et quatre d'entre nous ont en outre été blessés", a déclaré à l'AFP Jamal Taha, le père de l'adolescent tué.

Selon le Croissant-Rouge palestinien, 69 Palestiniens ont été blessés par balle, dont au moins quatre sont dans un état critique, lors de heurts liés à l'opération israélienne.

Tir de roquette

Les services de sécurité israéliens (police, armée et renseignement intérieur) ont indiqué avoir mené un raid, en utilisant une roquette, contre une résidence où logeait Ibrahim al-Nabulsi, soupçonné par Israël d'être impliqué dans une série d'attaques anti-israéliennes.

"Puis, des heurts violents ont éclaté avec des émeutiers qui ont lancé des pierres et des explosifs en direction des forces (israéliennes) qui ont répliqué en ouvrant le feu (...) Nos forces ont quitté la ville et il n'y a aucun blessé dans nos rangs", a précisé l'armée indiquant avoir mené quatre arrestations en Cisjordanie.

Un photographe de l'AFP sur place a fait état d'intenses combats dans la vieille ville de Naplouse.

Le raid à Naplouse est survenu deux jours après la fin d'une opération militaire meurtrière israélienne lancée contre le mouvement palestinien armé Jihad islamique, implanté dans la bande de Gaza.

Selon un bilan du Hamas au pouvoir à Gaza, 46 Palestiniens ont été tués dont de nombreux enfants et plusieurs centaines ont été blessés en trois jours de bombardements israéliens. Les raids ont provoqué en outre d'importantes destructions.

«Considérations politiques»

Deux principaux chefs militaires du Jihad islamique à Gaza, Khaled Mansour et Tayssir Al-Jabari, ont été tués dans les frappes israéliennes. La branche militaire du Jihad islamique a confirmé la mort de 12 de ses combattants dans l'opération.

En riposte aux bombardements lors de l'opération israélienne présentée comme préventive contre le Jihad islamique, celui-ci a tiré un millier de roquettes en direction d'Israël, la grande majorité ayant été interceptées selon l'armée.

Les tirs de roquettes depuis Gaza ont fait trois blessés en Israël, selon les secours locaux.

Une trêve entre le Jihad Islamique et Israël, favorisée par l'Egypte, est entrée en vigueur dimanche soir, ce qui a permis lundi la réouverture des passages entre l'Etat hébreu et la bande de Gaza, une enclave sous blocus israélien depuis plus de 15 ans.

Lundi, le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a affirmé que l'opération à Gaza avait "porté un coup dévastateur à l'ennemi" et fait part par téléphone au président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de son "appréciation" pour la médiation de son pays.

Israël considère le Hamas et le Jihad islamique comme des "groupes terroristes".

"Le gouvernement israélien n'est pas intéressé par le calme et la stabilité, il exploite et tue des Palestiniens pour des considérations de politique interne", à l'approche des élections législatives anticipées du 1er novembre en Israël, a accusé mardi Nabil Abou Roudeina, le porte-parole de M. Abbas.