Au procès à Paris d'un ex-préfet rwandais pour génocide, un témoignage à charge

Croquis de Laurent Bucyibaruta, ancien préfet, qui comparaît libre à 78 ans (Photo, AFP).
Croquis de Laurent Bucyibaruta, ancien préfet, qui comparaît libre à 78 ans (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 21 mai 2022

Au procès à Paris d'un ex-préfet rwandais pour génocide, un témoignage à charge

  • Il nie les accusations de génocide, complicité de génocide et complicité de crimes contre l'humanité
  • Le procès est prévu jusqu'au 12 juillet

PARIS: En voyant les nombreux cadavres, il avait un "hochement de tête approbateur". Au procès à Paris d'un ex-préfet rwandais pour génocide, le rescapé d'un massacre de Tutsi a livré vendredi un témoignage à charge, la défense pointant ses "déclarations contradictoires". 

Des milliers de kilomètres les séparent. Depuis Kigali, les premiers mots du témoin Simon Mutangana sont pour l'accusé: "Laurent Bucyibaruta a joué un rôle dans le génocide des Tutsi". 

L'ancien préfet, qui comparaît libre à 78 ans devant la cour d'assises de Paris, reste bien enfoncé dans sa chaise. Il nie les accusations de génocide, complicité de génocide et complicité de crimes contre l'humanité.

Simon Mutangana a fui sa maison et les tueries dès les premiers jours du génocide, qui a fait au moins 800.000 morts entre avril et juillet 1994 au Rwanda, essentiellement parmi la minorité tutsi. 

Il affirme avoir vu une première fois l'ancien préfet de Gikongoro, région du sud du pays, à son arrivée dans le diocèse où il s'est réfugié avec d'autres Tutsi.  

Il leur annonce qu'ils vont être déplacés au camp de Murambi, sur le site d'une école en construction à environ 1,8 km de la préfecture, "dans le but d'assurer notre sécurité", déclare Simon Mutangana.

"Ca ne s'est pas passé ainsi", poursuit cet agriculteur de 65 ans, costume gris sur une chemise blanche, qui a perdu de nombreux proches dans ce massacre. 

A Murambi, les réfugiés affluent en très grand nombre les jours qui suivent. "Nous étions au moins 50.000", estime Simon Mutangana. "Nous souffrions de la faim et de la soif". 

Le 21 avril 1994 à 3H00 du matin, le site est attaqué par des gendarmes et des miliciens extrémistes Interahamwe. "Nous nous battions avec des pierres et des morceaux de bois quand eux utilisaient grenades, fusils, machettes et gourdins", souligne le témoin. 

"Nous nous sommes battus jusqu'à l'épuisement, certains avaient été tués, d'autres avaient fui", retrace-t-il.

Au lever du jour, Simon Mutangana dit avoir vu "des autorités" locales sur place. "Le préfet est arrivé après", assure le témoin. 

Il ne se rappelle plus l'heure précise. Entendu à de nombreuses reprises, il a pu donner différents horaires mais a toujours maintenu avoir vu le préfet ce matin là, entre 6H00 et 8H00. "Je n'avais pas de montre et la situation était catastrophique", justifie le rescapé. 

« De mes oreilles »

"Je comprends que vous étiez au milieu de cadavres. C'est dans cette position là que vous auriez vu le préfet à 30 à 50 mètres de distance", s'étonne l'un des avocats de Laurent Bucyibaruta, Me Jean-Marie Biju-Duval. 

Le témoin acquiesce. 

Dans une audition, il avait dit s'être caché "en dehors du camp de déplacés, dans un champ de sorgho", il évoque maintenant la "cour" du camp, souligne encore Me Biju-Duval. 

"Ce champ était en contrebas de la cour, je m'y suis rendu après m'être extirpé des cadavres", rétorque Simon Mutangana. 

"Je comprends que vous tentez de rendre compatible des déclarations contradictoires", persifle l'avocat de la défense. 

Il pointe un autre élément : Simon Mutangana a-t-il vraiment entendu le préfet demander aux miliciens de se rendre à la paroisse de Cyanika, à environ 6 km au nord-est, où un autre massacre de Tutsi a eu lieu le même jour ? Ou a-t-il juste supposé que c'était lui et pas une autre personne ? 

"Je maintiens ce que j'ai dit", répond le témoin, d'un ton toujours égal. 

En regardant "les corps jonchant le sol", Laurent Bucyibaruta "faisait un hochement de la tête approbateur", dit Simon Mutangana. "Il a dit aux Interahamwe qui avaient des grenades et des fusils d'aller à Cyanika". 

"+Allez à Cyanika+, c'est quelque chose que j'ai entendu de mes oreilles", insiste le rescapé. 

L'ancien préfet conteste avoir été présent sur le site le jour de l'attaque, affirmant être resté chez lui. Il sera entendu ultérieurement sur ces accusations. 

L'instruction avait conclu à sa présence sur le site, se basant sur ce point sur les déclarations constantes de Simon Mutangana.

Le procès est prévu jusqu'au 12 juillet. 


Le «merci» musical d'un violoniste syrien à son village d'accueil provençal

Le violoniste syrien Bilal Al Nemr pratique à Vauvenargues, dans le sud de la France, le 29 juin 2022. Il a tenu à remercier les habitants pour leur accueil en organisant un festival de musique dans ce village d'à peine 1 000 habitants du 1er au 3 juillet. (Photo, AFP)
Le violoniste syrien Bilal Al Nemr pratique à Vauvenargues, dans le sud de la France, le 29 juin 2022. Il a tenu à remercier les habitants pour leur accueil en organisant un festival de musique dans ce village d'à peine 1 000 habitants du 1er au 3 juillet. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au pied de la montagne Sainte-Victoire résonneront les notes classiques des compositeurs allemands Beethoven et Mendelssohn, mais aussi des mélodies arabes, comme la sonate syrienne numéro 2 en la mineur du musicien d'origine irakienne Solhi Alwadi
  • Repéré par un professeur, Bilal Al Nemr entre au conservatoire Solhi Alwadi puis gagne un concours international qui lui permet, à l'âge de 13 ans, de venir à Aix-en-Provence continuer ses études

VAUVENARGUES, France : Il voulait «remercier» Vauvenargues, pittoresque village des Bouches-du-Rhône, tout près d'Aix-en-Provence, d'avoir accueilli ses parents fuyant la guerre en Syrie: Bilal Alnemr, 25 ans, violoniste virtuose formé à l'académie de Daniel Barenboïm y organise ce week-end un festival.

Au pied de la montagne Sainte-Victoire peinte par Cézanne, près du château où est enterré Pablo Picasso, résonneront les notes classiques des compositeurs allemands Ludwig van Beethoven (1770-1827) et Félix Mendelssohn (1809-1847) mais aussi des mélodies arabes, comme la sonate syrienne numéro 2 en la mineur du musicien d'origine irakienne Solhi Alwadi(1934-2007), interprétées par des solistes de renom et le Nouvel orchestre symphonique du pays d'Aix-en-Provence.

La musicienne Wahed Bouhassoun, qui a souvent accompagné Jordi Savall, y interprétera aussi à l'oud des chansons poétiques de la région des parents de Bilal, dans le sud de la Syrie.

«Mes parents sont arrivés en France avec deux valises en 2016, cinq ans après le début de la guerre, Vauvenargues s'est transformé en lieu d'accueil merveilleux. J'avais envie d'utiliser mon langage qui est la musique classique pour rendre à ce village de 1.000 habitants ce qu'il a donné à ma famille, en y organisant un festival avec de grands artistes», raconte à l'AFP Bilal Alnemr qui a terminé l'Académie Barenboïm-Saïd à Berlin.

Lui est arrivé en France en premier grâce à son talent pour le violon. Ses parents n'étaient pas musiciens: mère comptable et père maçon ayant aussi travaillé au Liban comme maître-nageur.

«Quand mon père était petit, une fille jouait de l’accordéon et le professeur l’a présentée comme quelqu'un d’extraordinaire», raconte-t-il. Un jour, le père de Bilal a voulu essayer un violon posé sur une table chez un cousin mais ne put en faire sortir aucun son. «Plus tard, au Liban, il a écouté un morceau de violon à la radio et il a dit: +Je n’ai pas réussi à faire du violon, mais mon fils en jouera+».

Bébé, Bilal reçoit à Damas un jouet en forme de violon. Puis, son père lui offre ce bel instrument à cordes. Il trouve alors un cours dans une école de musique, dans une cave. «J'ai gagné un petit concours, le prix c'était un walkman bleu que j'ai toujours». Repéré par un professeur, il entre au conservatoire Solhi Alwadi puis gagne un concours international.

- «Belle histoire» -

Des professeurs français lui proposent en 2010, à l'âge de 13 ans, de venir à Aix-en-Provence continuer ses études. Un an plus tard, avec la guerre en Syrie, c'est «la séparation»; pendant des années il ne voit plus sa famille. Seul, l'inquiétude au ventre pour ses proches à Damas,

Bilal travaille d'arrache-pied: il est à 07H00 au lycée pour faire une heure de violon, enchaîne les cours puis répète des heures le soir.

Il décroche un bac scientifique avec mention, entre au Conservatoire à Paris et réussit à faire venir sa sœur, puis ses parents.

«Ils venaient d'arriver en France, encore un peu déboussolés; nous avions un logement qui se libérait à Vauvenargues, nous l'avons mis à disposition, des habitants l'ont meublé», se souvient le maire Philippe Charrin.

Six ans plus tard, sa mère travaille à l'école du village et son père est agent responsable de la déchetterie. «Ils sont complètement intégrés, c'est extraordinaire», s'émerveille M. Charrin.

Bilal lui, a joué aux côtés de musiciens prestigieux comme Daniel Barenboïm, Renaud Capuçon ou Hélène Grimaud. Il a obtenu la nationalité française en 2021 en tant que personnalité contribuant au rayonnement culturel. «Et il nous fait ce cadeau, ces Rencontres musicales de Vauvenargues: on avait donné un peu et on reçoit beaucoup, c'est une belle histoire», dit le maire.

D'ex-professeurs de collège de Bilal assisteront aux concerts. Des élèves gardés par sa mère viendront à l'atelier d'éveil musical. Bilal, qui commence à réaliser son rêve de devenir un soliste international, reste fidèle à sa base, de l'amour de son pays natal syrien à celui pour son village d'accueil français et pour tous ceux qui l'ont aidé sur son chemin: «Je suis comme un arbre, plus je monte vers le haut, plus mes racines s'enfoncent».


Aéroports en grève: des dizaines de vols annulés à Roissy, crainte pour les vacances

Le terminal de l’aéroport Orly 3. (AFP)
Le terminal de l’aéroport Orly 3. (AFP)
Short Url
  • Ces annulations vont toucher un vol sur cinq entre 7h00 et 14h00 samedi au départ ou à l'arrivée de CDG
  • Dans les aéroports franciliens, ADP invite les passagers à arriver «trois heures (avant le vol) pour un vol international» et «deux heures pour un vol domestique ou européen»

PARIS : Des dizaines de vols vont être annulés samedi à Roissy-Charles-de-Gaulle, l'aéroport français le plus touché par un conflit social portant sur les salaires et les conditions de travail, qui risque aussi d'affecter le début des grandes vacances dans une semaine.

Les pompiers de Roissy-Charles-de-Gaulle (CDG), premier aéroport français, se sont mis en grève depuis jeudi, contraignant la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) à demander des suppressions préventives de vols: une partie des pistes doivent être fermées pour des raisons de sécurité.

Ces annulations vont toucher un vol sur cinq entre 7h00 et 14h00 samedi au départ ou à l'arrivée de CDG, une détérioration après un vol sur six la veille et l'avant-veille, a prévenu l'administration.

Vendredi, ce sont une centaine de mouvements d'aéronefs sur 1.300 qui avaient ainsi été supprimés à Roissy. L'autre grand aéroport de la région parisienne, Orly, n'a pas été affecté.

«Le mouvement se poursuit chez les pompiers», qui sont «insatisfaits des propositions de la direction» sur leur grille de salaires, a déclaré vendredi soir à l'AFP Daniel Bertone, le secrétaire général de la CGT du Groupe ADP, le gestionnaire des aéroports de Paris.

Le même jour, les soldats du feu ont été rejoints par d'autres salariés d'ADP et de sous-traitants dans le cadre d'un mouvement intersyndical et interprofessionnel pour les salaires et les conditions de travail, dont le préavis court tout le week-end.

Selon M. Bertone, de nouveaux préavis ont également été déposés pour le week-end prochain, qui marquera le début des vacances scolaires d'été et voit traditionnellement un pic de fréquentation.

Les négociations de vendredi, qui n'ont pas abouti, portaient sur les salaires au sein du Groupe ADP, contrôlé en majorité par l'Etat.

- Les voyagistes craignent «le pire» -

Selon le syndicaliste CGT, les salariés réclament 6% de revalorisation avec effet rétroactif au 1er janvier, pour compenser l'inflation; la direction a proposé 4% au 1er juillet, a-t-il dit.

Il a remarqué que cette hausse ne rattrapait pas les quelque 5% de baisse acceptées par les salariés dans le cadre du plan de réduction des coûts décidé par ADP face à la crise du Covid-19 en 2020-2021.

La direction n'a pas confirmé les chiffres évoqués par la CGT, se bornant à concéder que «les négociations n'ont pas abouti, mais le dialogue social demeure ouvert».

Outre les annulations, la grève, touchant notamment les postes d'inspection filtrage et la manutention, s'est traduite par «quelques retards» vendredi selon ADP.

Comme les deux jours précédents, Air France a annoncé l'annulation d'environ 10% de ses vols court et moyen-courriers samedi. Les long-courriers ne seront pas affectés.

À l'appel d'une intersyndicale FO-CGT-CFE-CGC, un préavis de grève a également été déposé de vendredi à lundi à Marseille-Provence, mais sa direction ne prévoyait ni annulation ni retard, des personnels ayant été réquisitionnés par arrêté préfectoral.

Dans les aéroports franciliens, ADP invite les passagers à arriver «trois heures (avant le vol) pour un vol international» et «deux heures pour un vol domestique ou européen».

Le gouvernement va «continuer à échanger avec les syndicats pour trouver une sortie de crise», a assuré vendredi Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement. «L'idée que nos compatriotes ne puissent pas partir en vacances n'est pas viable», a-t-elle ajouté.

La veille, des associations de voyagistes avaient estimé que les perturbations dans les aéroports ces dernières semaines «font craindre le pire pour les vacances et les voyages des Français et des Françaises».

Eurocontrol, l'organisme de surveillance du trafic aérien du Vieux continent, estime que celui-ci pourrait retrouver en août jusqu'à 95% de son niveau de 2019, avant la crise sanitaire qui a divisé la fréquentation par trois en 2020.

Pourtant, l'été s'annonce très difficile pour le secteur, qui peine à retrouver son efficacité opérationnelle après la pandémie et connaît de nombreux mouvements sociaux, au sein de compagnies comme d'installations aéroportuaires.


Covid: La Guadeloupe enregistre un net rebond

Du personnel médical au service de réanimation de l'hôpital de Pointe-à-Pitre (Photo, AFP).
Du personnel médical au service de réanimation de l'hôpital de Pointe-à-Pitre (Photo, AFP).
Short Url
  • L'hôpital a mis en place des mesures pour juguler la tension induite par ce rebond
  • En Guadeloupe, selon le dernier bulletin sanitaire, seule 25% de la population est triple vaccinée

POINTE-À-PITRE, France: L'épidémie de Covid-19 connaît un rebond en Guadeloupe avec 2.299 nouveaux cas lors des quatre premiers jours de la semaine, a annoncé vendredi la préfecture à l'approche des vacances d'été.

"Le nombre de personnes testées positives a significativement augmenté par rapport aux quatre premiers jours de la semaine (dernière): 2.299 contre 1.552 soit une augmentation de 48%", a indiqué dans un communiqué la préfecture de Guadeloupe.

Ce rebond avait poussé jeudi les autorités à prolonger les mesures sanitaires en vigueur à l'entrée sur le territoire guadeloupéen.

Ainsi, les voyageurs à destination de la Guadeloupe devront présenter un test PCR ou antigénique négatif, ou un certificat de rétablissement pour ceux qui ont contracté le virus, ou afficher un schéma vaccinal complet.

L'hôpital a aussi mis en place des mesures pour juguler la tension induite par ce rebond.

Depuis le 15 juin, les urgences n'accueillent plus les patients qui ne seront pas passés par le Samu, le Centre 15 au préalable, entre 20 heures et 8 heures du matin, a prévenu dans un communiqué la direction du CHU de Guadeloupe.

Selon le communiqué de la préfecture, le taux d'incidence a bondi, d'une semaine à l'autre, de 649,5 à 770,3. Le taux de positivité des tests est passé de 18,3% à 20,2%.

Parallèlement, le nombre de clusters s'accroît également toujours, selon la même source.

En Guadeloupe, selon le dernier bulletin sanitaire, seule 25% de la population est triple vaccinée.