Hariri reçoit l’appui de blocs parlementaires pour former un nouveau gouvernement

Saad Hariri (C) arrive pour une réunion avec le président Aoun, après que ce dernier l'ait nommé pour former un nouveau cabinet, au palais présidentiel de Baabda, à l'est de la capitale Beyrouth, le 22 octobre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 24 octobre 2020

Hariri reçoit l’appui de blocs parlementaires pour former un nouveau gouvernement

  • Les députés soulignent la nécessité d'accélérer le processus de réforme
  • Les blocs parlementaires qui ont rencontré Hariri ont exprimé un sentiment d’optimisme et de coopération

BEYROUTH: Le Premier ministre libanais désigné Saad Hariri a tenu vendredi des consultations avec les députés concernant le nouveau gouvernement dont il a la tâche de  former.

Il a tenu ces réunions non-contraignantes au siège du parlement, malgré les dommages subis après l'explosion du port de Beyrouth le 4 août.

Des mesures de sécurité sévères étaient en vigueur aux entrées menant au parlement et aucune manifestation n’a eu lieu à proximité, malgré la colère des militants à l’égard de la nomination de Hariri un an après sa démission de son poste de Premier ministre suite au vaste mouvement de contestation populaire à l’encontre de l’élite politique libanaise.

« Hariri s'en tient à la formation d'un gouvernement de technocrates non affiliés aux partis politiques dont la mission est de mettre en œuvre des réformes économiques, financières et administratives, comme évoqué dans l'initiative française, que la majorité des blocs parlementaires se sont engagés à soutenir », ont déclaré des sources proches de Hariri.

« Hariri a écouté les points de vue des députés, notant que depuis sa nomination, il n'a parlé à personne des détails liés au gouvernement qu'il entend former ».

Les blocs parlementaires qui ont rencontré Hariri ont tous exprimé un sentiment d'optimisme et de coopération, en particulier ceux qui ne l'ont pas proposé jeudi pour former le gouvernement. Les représentants de ces blocs ont été unanimes à souligner l'importance d'accélérer le processus de réforme pour sauver le pays de sa crise économique.

« Les discussions ont été simples et ouvertes », a déclaré le député Gebran Bassil après sa réunion. « Il n'y a pas de problème personnel avec Hariri et nous sommes extrêmement positifs. Notre ultime objectif est la mise en œuvre des réformes suggérées par la proposition                                           française ».

Il a demandé que les réformes commencent par une enquête médico-légale et l'imposition d'un contrôle des capitaux, et de convenir d'un programme conjoint avec le Fonds monétaire international (FMI).

« La priorité est aux personnes qualifiées et nous attendons ce sur quoi le président Michel Aoun et Hariri seront d’accord, afin de déterminer notre position pour former le gouvernement, en notant que nous sommes prêts à faciliter le processus » a-t-il déclaré.

Mohammed Raad, chef du bloc parlementaire du Hezbollah, a déclaré après sa réunion de Hariri: « Nous avons présenté notre point de vue sur le rôle du gouvernement, et c'est un sujet auquel nous avons consenti dans une grande partie. Nous avons discuté des questions de réforme liées à l'administration, à la justice et aux agences de contrôle, appelant à redresser la situation financière et bancaire, en plus d'autres problèmes cités dans l'initiative française que nous avons promis de la soutenir à 90%. Nous avons suggéré d'adopter une méthode pour que chaque ministre détienne un seul portefeuille afin qu'il soit capable de régler ses problèmes. Nous avons proposé de ne pas avoir de petit gouvernement et d'avoir un gouvernement composé entre 22 et 24 ministres tout en exprimant notre volonté de coopérer ».

L'ancien Premier ministre Tammam Salam a pour sa part indiqué qu'il espérait que le gouvernement serait formé par une équipe harmonieuse pour mettre en œuvre les réformes requises pendant une période de trois à six mois. « Le Parlement est là pour poser des questions et demander des comptes, en plus de suivre toutes les actions du gouvernement. Cela ne peut pas être réalisé pendant cette période de manière traditionnelle car notre pays passe par une période exceptionnelle » a-t-il conclu.

Le Dr Nasser Yassin a de son côté affirme que l'esprit d'ouverture et de coopération après une période de grogne et d'incrimination, visait à maintenir un niveau minimum de stabilité au Liban dans le cadre de l'initiative française.

« L'effondrement du Liban affecte inévitablement les pays voisins; nous avons déjà vu des bateaux de réfugiés naviguer en direction de Chypre », a-t-il déclaré à Arab News en ajoutant que « personne ne veut aggraver les crises de la région, les crises de la Syrie, de l'Irak, du Yémen et de la Libye suffisent. Il faut maintenir une stabilité minimale au Liban».

Il a conclu en affirmant que ce qui se passait au Liban était le résultat de l'échec de certains politiciens à diriger le pays, les tentatives de certains partis de saper le rôle d'autres partis et la stratégie pour sauver l'ordre politique tout en maintenant le même comportement politique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L'Arabie saoudite au sixième rang pour les voyages les plus sûrs

Les cliniques créées par le gouvernement entre centres de tests et centres de soins ont effectivement aidé des centaines de milliers de personnes depuis l'épidémie. (Photo, SPA)
Short Url
  • Environs 5000 cas actifs sont déclarés en Arabie saoudite et le nombre de guérisons a atteint 346023, dont 401 enregistrées samedi
  • Le taux de mortalité attribuable à la Covid-19 en Arabie saoudite continue de baisser, avec 13 décès enregistrés ce samedi

DJEDDA: Le royaume s'est classé sixième parmi les destinations de voyage les plus sûres pendant la pandémie de Covid-19.

Selon un article publié par Wego Travel Blog, intitulé « Des endroits sûrs pour voyager pendant la pandémie de la Covid-19 », l’Arabie Saoudite était le seul pays du Moyen-Orient de ce groupe. Les pays ont été choisis selon une méthodologie de l'UE pour son évaluation des risques liés aux voyages.

La méthodologie de classification comprend des critères épidémiologiques, la capacité des pays à réduire et stabiliser de façon significative la propagation du virus pendant une période prolongée, la capacité du système de santé et des centres dotés d'une capacité de dépistage à grande échelle dans le but de détecter et surveiller les infections.

Le taux de mortalité attribuable à la Covid-19 en Arabie saoudite continue de baisser, avec 13 décès enregistrés ce samedi.

Le nombre quotidien de décès a diminué récemment, avec moins de 20 décès par jour depuis le 12 novembre. Le nombre total de décès répertoriés dans le Royaume depuis le début de la pandémie a atteint 5 870.

Il y a eu 220 nouveaux cas, ce qui a augmenté le nombre total de cas confirmés à 356 911.

Il y a environ 5 000 cas actifs et le nombre de guérisons a atteint 346 023, avec 401 rétablissements enregistrées ce samedi. Le taux de guérison du Royaume est de 96,9%.

Riyad a enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas avec 55 cas, Djeddah a terminé deuxième avec 28 cas, Al-Madina avec 15 cas et La Mecque avec  12 cas. Il y a 675 patients dans les unités de soins intensifs, une diminution par rapport aux 698 malades de vendredi.

Il y a eu 36 709 tests  PCR effectués au cours des dernières 24 heures.

Les cliniques de santé créées par le ministère en tant que centres de test ou centres de soins ont effectivement aidé des centaines de milliers de personnes à travers le Royaume depuis l'épidémie.

Parmi ces centres de test, on trouve les centres Takkad (assurez-vous) et les cliniques Tetamman (rassurez-vous).

Les centres Takkad proposent des tests de  Covid-19 pour ceux qui ne présentent aucun symptôme, des symptômes légers ou qui croient être entrés en contact avec une personne infectée, tandis que les cliniques Tetamman offrent un traitement et des conseils à ceux qui présentent des symptômes liés au virus, tels que la fièvre, la perte du goût et de l'odorat ainsi que des difficultés respiratoires.

Les rendez-vous pour l'un ou l'autre service peuvent être pris via l'application Sehaty du ministère de la santé.

En chiffres: 

356911 cas de Covid-19

346023 rétablissements

5000 cas actifs

5870 total des décès

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le coronavirus menace la saison des fêtes au Liban

Un homme et une femme assis dos à dos sur un banc pour profiter d'une journée ensoleillée près de la promenade du bord de mer de Beyrouth le 24 novembre 2020 (Photo, AFP)
Short Url
  • Rester à la maison assure certainement la sécurité de tous, mais dans un pays comme le Liban, qui souffre économiquement, cela s'avère impossible
  • Samedi, les propriétaires de boutiques, de magasins, de restaurants et de cafés ont protesté contre les mesures qui maintiendraient leurs entreprises fermées

BEYROUTH: Le confinement de deux semaines au Liban en vue de limiter la propagation du coronavirus se termine lundi, mais le nombre toujours élevé d'infections et de décès pourrait inévitablement restreindre les options du comité gouvernemental chargé de rétablir une vie normale dans le pays.

Samedi, les propriétaires de boutiques, de magasins, de restaurants et de cafés ont protesté contre les mesures qui maintiendraient leurs entreprises fermées, surtout à l'approche de la saison des fêtes,  principalement lucrative.

« Si l'État décide encore de continuer à fermer nos établissements pendant la période des fêtes, ces établissements touristiques déclareront à coup sûr leur faillite », a déclaré à Arab News Jean Beyrouti, secrétaire général de la Fédération des syndicats du tourisme.

La paralysie règne sur les marchés de Beyrouth,  généralement très animés à cette période de l'année. « Le vendredi noir n’a déclenché aucun mouvement commercial », a affirmé à Arab News Yehya Kasaa, président de l’Association libanaise de la franchise.

« Nous ne savons pas combien de temps il sera possible de tenir si un gouvernement compètent n’est pas formé. La politique au Liban combat de coutume l'économie », a-t-il souligné.

Rester à la maison assure certainement la sécurité de tous, mais dans un pays comme le Liban, qui souffre économiquement, cela s'avère impossible. Les gens ont besoin de travailler et de gagner leur vie au quotidien », a-t-il ajouté.

« Le secteur de la franchise fournissait du travail à 100 000 travailleurs. Aujourd'hui, la moitié d'entre eux ont perdu leur emploi à cause de cette crise économique. De plus, l'explosion du port de Beyrouth a détruit 70% du secteur, en particulier dans le centre de Beyrouth, où les magasins n'ont pas encore rouvert ».

Samedi matin, il y avait plus de 35 000 violations des règles liées au confinement enregistrées par les forces de sécurité.

« Les gens soufrent le martyre à cause de la situation économique tragique dans laquelle nous nous trouvons », a révélé le colonel Joseph Mousallem, chef de Service de l’information au sein des Forces de la sécurité intérieure.

« La baisse du nombre d’infections à laquelle aspirait le ministère de la Santé ne s’est pas produite pendant la période du confinement ».

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


A l’occasion de la fête nationale, Abou Dhabi accorde à ses citoyens 2 milliards de dollars en prêts logements

Le gouvernement d'Abou Dhabi accordera des milliards de dirhams de prêts logements à plus de 6 000 citoyens émiratis. (Photo, Shutterstock /Archives)
Short Url
  • L'ensemble de cette aide comprend 3099 parcelles de terrain, 2000 prêts au logement et 601 logements
  • Le gouvernement annulera également les remboursements d'hypothèques pour certains retraités et familles de citoyens décédés

LONDRES: Le gouvernement d'Abou Dhabi accordera des milliards de dirhams en prêts logements à plus de 6 000 citoyens des Émirats arabes unis (EAU), a rapporté samedi le bureau des médias de l'émirat.

Des prêts pour acquisition de logements et de terrains, ainsi que des prêts hypothécaires totalisant 7,2 milliards de dirhams (2 milliards de dollars) seront accordés à 6100 citoyens avant la fête nationale des EAU le 2 décembre, a annoncé le bureau des médias d'Abu Dhabi.

Il s’agit de la troisième tranche d’avances sur logement distribué cette année, reflet de l'engagement continu des leaders des EAU à assurer la stabilité sociale de la population des Émirats.

L'ensemble de cette aide comprend 3099 parcelles de terrain, 2000 prêts au logement et 601 logements, qui ont été accordés à des citoyens d'Abou Dhabi, d’Al Ain et d’Al Dhafra, ainsi que des exemptions de remboursement de prêt immobilier pour 381 citoyens, d'une valeur de 340 millions d'AED.

Le gouvernement annulera également les remboursements d'hypothèques pour certains retraités et familles de citoyens décédés, a annoncé le bureau des médias.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com