Le Liban, bientôt le seul pays au monde où le pain n'est pas subventionné ?

Les queues pour le pain à Tripoli, capitale du nord libanais. (Photo, twitter @HitafBou)
Les queues pour le pain à Tripoli, capitale du nord libanais. (Photo, twitter @HitafBou)
Short Url
Publié le Samedi 25 juin 2022

Le Liban, bientôt le seul pays au monde où le pain n'est pas subventionné ?

  • En avril 2022, le gouvernement libanais avait accepté de débourser 15 millions de dollars pour résoudre temporairement la pénurie croissante de pain dans le pays
  • Depuis une semaine, de longues files d'attente se sont formées dans les boulangeries de toutes les régions, et les gens attendent des heures pour acheter du pain

BEYROUTH : Le 22 juin, le syndicat des boulangers libanais a mis en garde contre une crise du pain dans le pays, alors que plusieurs minoteries ont cessé leurs activités en raison d'un manque de financement. Le pays pourrait à tout moment se retrouver confronté à une crise du pain en raison de la pénurie de farine.

 Dans une déclaration, le Syndicat a indiqué que les boulangeries sont confrontées à une pénurie de farine de blé dans plusieurs régions libanaises.

 « Un certain nombre de boulangeries ont cessé de fabriquer du pain, tandis que d'autres disposent de quantités limitées de farine de blé qui ne suffisent que pour une journée », ajoute-t-il.

 En avril 2022, le gouvernement libanais avait accepté de débourser 15 millions de dollars pour résoudre temporairement la pénurie croissante de pain dans le pays, a déclaré à Reuters le ministre de l'Économie du gouvernement transitoire, Amine Salam, tout en précisant que les fonds ne dureraient que quelques semaines.

 Pour aborder à nouveau cette question, Amine Salam a rencontré vendredi dans son bureau une délégation de propriétaires de boulangeries pour discuter des derniers développements de la crise du blé et du pain.

 « L'État a cherché à obtenir des fonds pour les subventions et à ouvrir des lignes de crédit, malgré le fait que nous sommes dans un pays qui n'est pas en mesure de fournir des subventions, mais nous avons décidé de continuer à subventionner le pain », a expliqué Salam.

 « Aujourd'hui, je ne peux pas mettre en péril le Liban en pleine crise mondiale du blé », a-t-il poursuivi.

 Dans sa précédente déclaration, le syndicat a imputé la responsabilité de la crise à la Banque centrale du Liban, affirmant que « la Banque du Liban retarde le paiement des cargaisons de blé pour des raisons inconnues ».

« Nous allons assurer le suivi avec la Banque du Liban pour ouvrir les lignes de crédit », a rassuré de ce fait Salam.

Le chef de la municipalité de Ghobeiry (banlieue sud de Beyrouth) a mentionné sur twitter que « Quatre boulangeries sur un total de cinq boulangeries opérant à Ghobeiry vendent du pain avec un poids inférieur au poids officiel émis par le ministère de l'économie, elles ont été fermées et certaines d'entre elles ont rouvert après s'être engagées à respecter le prix officiel. »

Depuis une semaine, de longues files d'attente se sont formées dans les boulangeries de toutes les régions, les gens attendant des heures pour acheter du pain. Dans certaines villes libanaises, des paquets de pain ont été vendus au marché noir à des prix supérieurs à ceux fixés par le ministère de l'économie, car les entreprises ont cessé de livrer du pain aux magasins en raison du manque de farine et du prix élevé du carburant.

Depuis fin 2019, le Liban est aux prises avec une grave crise économique, érodant la capacité des gens à accéder aux produits de base, notamment la nourriture, l'eau, les soins de santé et l'éducation, tandis que les coupures de courant sont généralisées en raison des pénuries de carburant.

Alors que la corruption continue de régner sur le pays et que la guerre se poursuit entre la Russie et l'Ukraine, affectant la sécurité alimentaire mondiale, comment le Liban, dont la monnaie a perdu 90 % de sa valeur, pourra-t-il continuer à subventionner les besoins fondamentaux de ses citoyens ? Et jusqu'à quand ?


Le ministre saoudien des Affaires étrangères s’entretient au téléphone avec son homologue chinois

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, et son homologue chinois, Qin Gang. (Photo, AFP)
Short Url
  • Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères
  • Les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine

RIYAD: Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, s’est entretenu au téléphone lundi avec son homologue chinois.

Au cours de cet appel téléphonique, le prince Faisal a félicité Qin Gang pour son nouveau poste de ministre des Affaires étrangères, et les deux responsables ont passé en revue les relations entre l’Arabie saoudite et la Chine.

Ils ont également discuté de la coopération bilatérale, de l’évolution des événements régionaux et internationaux, des efforts déployés à l’égard de ces événements afin de renforcer la sécurité et la stabilité, ainsi que des principales questions d’intérêt commun.

La Chine a nommé Qin comme nouveau ministre des Affaires étrangères à la fin du mois de décembre 2022.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


L’Arabie saoudite lance un service de visa de transit pour les passagers faisant escale dans le Royaume

Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Des pèlerins du Hajj passent par le contrôle des passeports à leur arrivée à l’aéroport international du roi Abdelaziz de Djeddah, ville saoudienne située sur la côte de la mer Rouge. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois
  • Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite à des fins de tourisme et de pèlerinage

RIYAD: Lundi, le ministère saoudien des Affaires étrangères a lancé un service électronique qui permettra aux passagers faisant escale dans le Royaume d’obtenir un visa d’entrée.

Le visa de transit pour les escales autorise l’entrée en Arabie saoudite aux passagers en transit qui souhaitent accomplir l’Omra, visiter la mosquée du prophète à Médine et découvrir le Royaume.

Ce nouveau service entrera en vigueur à partir de lundi, et les passagers pourront demander un visa de transit via les plates-formes électroniques de Saudia Airlines et Flynas.

La demande sera automatiquement envoyée à la plate-forme nationale unifiée des visas du ministère des Affaires étrangères pour y être traitée. Un visa numérique sera délivré instantanément et renvoyé au bénéficiaire par courrier électronique.

Le ministère a affirmé que le visa e-Transit pour les escales contribuera à réaliser les objectifs de la Vision 2030 du Royaume en consolidant sa position et en tirant parti de son emplacement stratégique distingué en tant que lien entre les continents.

Le visa est gratuit. Il est délivré immédiatement avec le billet du voyageur, donne droit à un séjour de quatre jours dans le Royaume et est valide pour trois mois.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Syrie: Quinze policiers blessés par une explosion visant leur bus

Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Des voitures, dont un véhicule du Croissant-Rouge syrien, sont vues sur une route du district de Daraa al-Balad, dans la ville de Daraa, dans le sud de la Syrie, le 12 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa
  • La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable

DAMAS: Quinze membres des forces de sécurité intérieures syriennes ont été blessés dans l'explosion d'une bombe qui a visé le bus qui les transportait dans le sud du pays, selon le ministère de l'Intérieur.

Le ministère a indiqué dans un communiqué que les forces de sécurité étaient en route pour Damas, revenant d'une mission dans la province de Deraa, lorsque "des terroristes non identifiés ont visé avec un engin explosif le bus les transportant sur l'autoroute Damas-Deraa".

L'attaque a blessé 15 passagers, dont sept gravement.

La situation dans la province de Deraa, berceau de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad en 2011, reste instable malgré le retour des forces du régime en juillet 2018.

Le groupe Etat islamique (EI), dont le troisième chef a été tué à Deraa en octobre dernier revendique parfois des attaques dans la région.

Plusieurs attentats, le plus souvent revendiqués par des jihadistes, ont visé par le passé des véhicules de l'armée syrienne.

La guerre complexe en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocraties, a fait environ 500.000 morts depuis 2011.