Le Liban, bientôt le seul pays au monde où le pain n'est pas subventionné ?

Les queues pour le pain à Tripoli, capitale du nord libanais. (Photo, twitter @HitafBou)
Les queues pour le pain à Tripoli, capitale du nord libanais. (Photo, twitter @HitafBou)
Short Url
Publié le Samedi 25 juin 2022

Le Liban, bientôt le seul pays au monde où le pain n'est pas subventionné ?

  • En avril 2022, le gouvernement libanais avait accepté de débourser 15 millions de dollars pour résoudre temporairement la pénurie croissante de pain dans le pays
  • Depuis une semaine, de longues files d'attente se sont formées dans les boulangeries de toutes les régions, et les gens attendent des heures pour acheter du pain

BEYROUTH : Le 22 juin, le syndicat des boulangers libanais a mis en garde contre une crise du pain dans le pays, alors que plusieurs minoteries ont cessé leurs activités en raison d'un manque de financement. Le pays pourrait à tout moment se retrouver confronté à une crise du pain en raison de la pénurie de farine.

 Dans une déclaration, le Syndicat a indiqué que les boulangeries sont confrontées à une pénurie de farine de blé dans plusieurs régions libanaises.

 « Un certain nombre de boulangeries ont cessé de fabriquer du pain, tandis que d'autres disposent de quantités limitées de farine de blé qui ne suffisent que pour une journée », ajoute-t-il.

 En avril 2022, le gouvernement libanais avait accepté de débourser 15 millions de dollars pour résoudre temporairement la pénurie croissante de pain dans le pays, a déclaré à Reuters le ministre de l'Économie du gouvernement transitoire, Amine Salam, tout en précisant que les fonds ne dureraient que quelques semaines.

 Pour aborder à nouveau cette question, Amine Salam a rencontré vendredi dans son bureau une délégation de propriétaires de boulangeries pour discuter des derniers développements de la crise du blé et du pain.

 « L'État a cherché à obtenir des fonds pour les subventions et à ouvrir des lignes de crédit, malgré le fait que nous sommes dans un pays qui n'est pas en mesure de fournir des subventions, mais nous avons décidé de continuer à subventionner le pain », a expliqué Salam.

 « Aujourd'hui, je ne peux pas mettre en péril le Liban en pleine crise mondiale du blé », a-t-il poursuivi.

 Dans sa précédente déclaration, le syndicat a imputé la responsabilité de la crise à la Banque centrale du Liban, affirmant que « la Banque du Liban retarde le paiement des cargaisons de blé pour des raisons inconnues ».

« Nous allons assurer le suivi avec la Banque du Liban pour ouvrir les lignes de crédit », a rassuré de ce fait Salam.

Le chef de la municipalité de Ghobeiry (banlieue sud de Beyrouth) a mentionné sur twitter que « Quatre boulangeries sur un total de cinq boulangeries opérant à Ghobeiry vendent du pain avec un poids inférieur au poids officiel émis par le ministère de l'économie, elles ont été fermées et certaines d'entre elles ont rouvert après s'être engagées à respecter le prix officiel. »

Depuis une semaine, de longues files d'attente se sont formées dans les boulangeries de toutes les régions, les gens attendant des heures pour acheter du pain. Dans certaines villes libanaises, des paquets de pain ont été vendus au marché noir à des prix supérieurs à ceux fixés par le ministère de l'économie, car les entreprises ont cessé de livrer du pain aux magasins en raison du manque de farine et du prix élevé du carburant.

Depuis fin 2019, le Liban est aux prises avec une grave crise économique, érodant la capacité des gens à accéder aux produits de base, notamment la nourriture, l'eau, les soins de santé et l'éducation, tandis que les coupures de courant sont généralisées en raison des pénuries de carburant.

Alors que la corruption continue de régner sur le pays et que la guerre se poursuit entre la Russie et l'Ukraine, affectant la sécurité alimentaire mondiale, comment le Liban, dont la monnaie a perdu 90 % de sa valeur, pourra-t-il continuer à subventionner les besoins fondamentaux de ses citoyens ? Et jusqu'à quand ?


Un incendie se déclare dans une église de Minya quelques jours après l'incendie d'une église au Caire

 Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans l'église Anba Bishoy, dans le gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé. (@_Elshiekh_Mina)
Short Url
  • Une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas eu besoin d'être hospitalisée
  • Abdel Ghaffar a affirmé que les ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre

LE CAIRE: Quatre ambulances ont été envoyées sur les lieux d'un incendie qui s'est déclaré mardi dans une église du gouvernorat égyptien de Minya, a indiqué le ministère de la Santé.

L'incendie de l'église Anba Bishoy survient deux jours après qu'un incendie a ravagé dimanche l'église copte Abou Sefein, dans le quartier d'Imbabah au Caire, tuant 41 personnes.

Le porte-parole du ministère de la Santé et de la Population, Hossam Abdel Ghaffar, a déclaré que bien que l'incendie n'ait fait aucun mort, une personne a été soignée sur place pour asphyxie, mais n'a pas nécessité d'hospitalisation.

Abdel Ghaffar a précisé que des ambulances continueraient d'être stationnées sur les lieux jusqu'à ce que la zone soit jugée sûre, en cas de développements ultérieurs. Il a ajouté que les ambulances étaient arrivées sur les lieux de l'incendie à 14h30, soit six minutes après que l’alerte a été donnée.

Le porte-parole a déclaré que le ministre de la Santé et de la Population, Khaled Abdel Ghaffar, suivait l'incident de près, et avait demandé aux hôpitaux de la région d'augmenter leur niveau de préparation.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Irak: après un nouvel appel à manifester, Moqtada Sadr se rétracte

Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Des membres des forces de sécurité prennent des photos alors que des partisans du Cadre de coordination pro-iranien installent des tentes sur un pont menant à la Zone verte de la capitale Bagdad, le 13 août 2022. (AFP)
Short Url
  • D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées
  • De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition

BAGDAD: L'influent leader chiite irakien Moqtada Sadr qui a appelé ses partisans à rallier Bagdad pour une manifestation massive, a fait marche arrière mardi en reportant sine die le rassemblement par crainte de violences.

L'annonce intervient alors que les discussions se poursuivent en coulisse pour sortir le pays de la crise: depuis fin juillet les deux grands pôles du chiisme politique enchaînent joutes verbales et surenchères, sans toutefois laisser la situation basculer dans la violence.

D'un côté, Moqtada Sadr veut dissoudre le Parlement et organiser des législatives anticipées. De l'autre, les factions chiites proIran du Cadre de coordination veulent poser leurs conditions à cet hypothétique scrutin et exigent au préalable un gouvernement de transition.

M. Sadr, dont les partisans occupent depuis plus de deux semaines les abords du Parlement, avait appelé à une "manifestation d'un million" de personnes samedi dans la capitale irakienne.

"Si vous pariez sur une guerre civile, je mise sur la préservation de la paix sociale. Le sang des Irakiens est plus précieux que toute autre chose", a lancé sur Twitter M. Sadr, annonçant "le report sine die de la manifestation de samedi".

Lundi soir, un comité organisant les manifestations de soutien au Cadre de coordination avait lui aussi annoncé de nouveaux rassemblements, sans en préciser la date.

Depuis le 12 août, les partisans de cette coalition, qui englobe les anciens paramilitaires du Hachd al-Chaabi et l'ex-Premier ministre Nouri al-Maliki, ennemi historique de M. Sadr, campent sur une avenue de Bagdad.

A ce jour la situation n'a pas dégénéré, mais les tentatives de médiation entre les deux bords n'ont pas abouti.

Dirigeant d'une faction du Hachd, Hadi al-Ameri a multiplié les appels au calme et au dialogue. Ces derniers jours il a enchaîné les rencontres avec les principaux responsables politiques du pays, notamment avec des alliés de M. Sadr. Il s'est entretenu avec le chef du Parlement, Mohamed al-Halboussi, et les dirigeants des deux grands partis kurdes historiques.

L'impasse actuelle a débuté quand le Courant sadriste a refusé fin juillet une candidature au poste de Premier ministre présentée par le Cadre de coordination.

Depuis les dernières législatives d'octobre 2021, le pays attend toujours la désignation d'un nouveau chef du gouvernement et la nomination d'un nouveau président.

Mardi, le ministre des Finances Ali Allawi, membre du gouvernement en charge d'expédier les affaires courantes, a présenté sa démission en Conseil des ministres, selon l'agence de presse étatique INA.


Maroc: trois pompiers meurent dans un feu de forêt présumé criminel

L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations. (Photo, AFP)
L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les cinq pompiers se trouvaient à bord de leur véhicule qui a chuté dans un ravin alors qu'ils luttaient contre les flammes
  • Quatre hommes soupçonnés d'avoir déclenché cet incendie ont été interpellés et remis à la police judiciaire avant d'être déférés devant la justice

RABAT: Trois pompiers ont trouvé la mort et deux autres ont été grièvement blessés lundi soir lors d'un incendie dans une forêt du nord du Maroc qui, selon une enquête préliminaire, est d'origine humaine, ont indiqué mardi à l'AFP les autorités locales.

Les cinq pompiers se trouvaient à bord de leur véhicule qui a chuté dans un ravin alors qu'ils luttaient contre les flammes, ont-elles ajouté.

Quatre hommes soupçonnés d'avoir déclenché cet incendie ont été interpellés et remis à la police judiciaire avant d'être déférés devant la justice, ont précisé les autorités de la province de M'diq-Fnideq, près du port de Tanger.

L'incendie a provoqué jusqu'à présent la destruction d'environ 90 hectares de couvert forestier, selon les premières estimations.

Les services anti-incendie, y compris des bombardiers d'eau Canadair, étaient toujours mobilisés mardi pour tenter de maîtriser le sinistre et empêcher qu'il ne se propage à des zones habitées.

Le mois dernier, des feux de forêt dans le nord du royaume avaient fait quatre morts.

Fin juillet, un villageois a été mis en examen pour incendie involontaire dans la province de Larache, la région la plus touchée par les incendies.

Selon le ministère de l'Agriculture, plus de 10.000 hectares ont été touchés par les feux de forêts dans plusieurs régions septentrionales du Maroc depuis le début de l'été.

Comme le sud de l'Europe occidentale, le Maroc a été frappé par des températures caniculaires, dans un contexte de sécheresse hors norme et de stress hydrique.