Incidents en Jordanie, aux EAU et en Égypte: la violence à l'égard des femmes est-elle en hausse?

Nayera Ashraf (G), une étudiante en beaux-arts de 21 ans, a été poignardée à mort en Égypte; Iman Ersheid, 18 ans, étudiante en soins infirmiers, a été tuée par balle en Jordanie (Photo, Reuters).
Nayera Ashraf (G), une étudiante en beaux-arts de 21 ans, a été poignardée à mort en Égypte; Iman Ersheid, 18 ans, étudiante en soins infirmiers, a été tuée par balle en Jordanie (Photo, Reuters).
Short Url
Publié le Mardi 28 juin 2022

Incidents en Jordanie, aux EAU et en Égypte: la violence à l'égard des femmes est-elle en hausse?

  • Des incidents survenus dans trois pays arabes différents en une semaine montrent qu'il est impératif de considérer le «féminicide» comme un problème mondial
  • Les victimes de violences sexistes ne signalent pas toujours les crimes dont elles sont victimes et ne demandent pas d'aide non plus; leurs agresseurs sont rarement punis

DJEDDAH: La semaine dernière, Nayera Ashraf, étudiante à l'université de Mansoura en Égypte, a été battue et poignardée en plein jour sous le regard horrifié des passants. Elle est décédée plus tard dans la journée. Son agresseur a été arrêté. Le mobile d'un crime aussi épouvantable n'était autre que le refus d'une demande en mariage.

Alexis Gabe, 24 ans, a disparu en janvier dernier. Elle aurait été assassinée par un ex-petit ami à Antioch, en Californie. En juin, Vanessa Virgioni, 29 ans, a été assassinée chez elle, à Brampton, au Canada. En octobre 2018, Gayle Potter, 46 ans, est morte après avoir été renversée par une voiture dans l'allée de sa maison à Traralgon, Victoria, en Australie. Iman Ersheid, 18 ans, a été tuée par balle ce mois-ci sur un campus universitaire à Amman, en Jordanie.

Ces histoires d'agressions commises contre des femmes par d'anciens partenaires ou par des hommes qu'elles ont rejetés deviennent trop fréquentes. Une disparition à Breitungen, en Allemagne; un coup de couteau à Delhi, en Inde; un autre à Charjah, dans les Émirats arabes unis; une fusillade dans l'État américain de l'Oklahoma; une mort par noyade à Townsville, en Australie... Dans certains cas, les victimes sont retrouvées immédiatement; dans d'autres, cela peut prendre des années. Parfois, on ne retrouve pas les dépouilles des victimes.

Il est difficile de connaître le nombre exact de femmes qui ont été attaquées parce qu'elles ont repoussé les avances d'un homme. L'entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes, également connue sous le nom d'ONU Femmes, classe ces meurtres dans la catégorie des «féminicides», un terme utilisé pour désigner le meurtre de femmes, généralement par des hommes. Dans de nombreux cas, on retrouve un dénominateur commun: la femme ne partage pas les sentiments d'un partenaire, d'un ancien partenaire ou d'un homme quelconque et refuse de céder à ses avances.

Le monde arabe a été secoué par les informations faisant état de trois meurtres de femmes au cours de la semaine dernière seulement. Le tueur d'Ashraf a affirmé que sa victime «s’était servie de [lui] pour réaliser des projets et qu'elle [l']avait ensuite largué.»

Lors du procès, il a avoué aux procureurs qu'il voulait la tuer parce qu'elle avait refusé ses avances romantiques et rejeté sa proposition de mariage.

Le meurtrier d'Ersheid s'est suicidé alors que la police l'obligeait à se rendre (Photo, Screengrab).

En Jordanie, les autorités ont retrouvé l'assassin d'Ersheid dans une ville au nord de Zarqa. Alors qu'elles l'exhortaient à se rendre, il s'est tué par balle. À Charjah, un mari a poignardé sa femme 16 fois à la suite d'un différend. Les images de vidéosurveillance enregistrées dans un parking de la résidence de la femme ont montré le tueur en train d'attaquer la femme dans sa voiture. Il a ensuite été retrouvé sur une plage et arrêté.

Ces histoires ne se limitent pas à des pays comme l'Égypte, la Jordanie ou les EAU, ni au Moyen-Orient en général. Pourtant, certains médias, comme Monte Carlo Doualiya, anciennement connu sous le nom de RMC Moyen-Orient, un service de radio publique français, décrivent ces crimes – à tort – comme un «problème arabe».

Ibrahim al-Zibin, professeur de sociologie à l'Université islamique de l'imam Mohammed ben Saud de Riyad, a déclaré à Arab News qu'il s'agissait d'un problème mondial non spécifique à une seule région ou société. Des études ont montré que les crimes sexistes, notamment ceux commis contre les femmes, sont plus fréquents dans les communautés conservatrices et à faible revenu, a-t-il ajouté.

«La violence à l'égard des femmes touche disproportionnellement les pays et régions à revenu faible ou moyen», a-t-il indiqué. «Cela ne veut pas dire que la violence ne se produit pas au sein d'autres classes sociales, mais les personnes financièrement défavorisées sont les plus enclines à tout genre de violence. Par ailleurs, commettre un crime suggère la présence d'un problème de santé mentale.»

Dans ce qu'ONU Femmes décrit comme la «pandémie de l'ombre», des études ont montré que le taux de violence à l'égard des femmes a augmenté au cours des dernières décennies, et qu'il y a eu une hausse significative des cas de violence domestique après le début de la pandémie de Covid-19 en mars 2020.

Selon ONU Femmes, environ 736 millions de femmes dans le monde, soit 30% de l'ensemble des femmes âgées de 15 ans ou plus, auraient subi des violences physiques et/ou sexuelles aux mains d'un partenaire intime, des violences sexuelles exercées par un non-partenaire, ou les deux, au moins une fois dans leur vie.

De nombreux cas de violence sexiste ne sont pas signalés. En effet, moins de 40% des femmes déclarent ces crimes ou cherchent à obtenir une aide quelconque, a affirmé ONU Femmes en 2021. Les agressions et les meurtres considérés comme des «crimes passionnels», ou résultant d'un rejet, font souvent la une des journaux après que les rapports sont publiés sur les réseaux sociaux, attirant ainsi l'attention des autorités.

Les réseaux sociaux offrent d'ailleurs de grandes possibilités de sensibilisation à la violence à l'égard des femmes et des filles, qui, bien souvent, est restée impunie. Les progrès technologiques ont donc rendu la dénonciation en ligne plus accessible à tous.

Nayera Ashraf, étudiante à l'université de Mansoura en Égypte, a été battue et poignardée en plein jour (Photo fournie).

Calculer le nombre exact de féminicides semble complexe, ce qui explique la difficulté d'obtenir des chiffres précis ou des estimations fiables de la prévalence mondiale des différentes formes de ce crime. L'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estime que 47 000 femmes et filles dans le monde ont été tuées par un partenaire intime ou un membre de la famille en 2020.

Les efforts déployés pour comprendre l'état psychique et les mobiles des hommes qui commettent de tels crimes suscitent un certain nombre de questions. Ceux qui tuent des femmes sont-ils des «gens ordinaires» qui entrent subitement et inopinément dans une rage meurtrière, ou bien leurs meurtres sont-ils prémédités et planifiés ?

«Il faut qu'il y ait une cause sous-jacente qui pousse quelqu'un à commettre un crime prémédité; ce n'est pas spontané», pense Al-Zibin. «Chaque meurtre a ses particularités», poursuit-il. «Dans de nombreux cas, les tueurs pensent avoir trouvé les bonnes circonstances pour agir, mais en réalité, c'est une maladie mentale qui les pousse à l'acte.»

«La violence ne mène pas toujours, ou immédiatement, une femme à la mort, mais les conséquences de tels actes sont tout aussi débilitantes: les effets physiques, psychologiques et sociaux de la violence varient et la plupart des meurtriers trouveront un moyen d'utiliser cela à leur avantage», explique-t-il.

«Les déclencheurs n'ont pas tous la même nature. Dans certains cas, ils sont inexistants, mais pour un criminel, ils sont bien réels. La menace de violence se manifeste de différentes manières dans la vie des femmes. La vengeance en cas de rejet est une menace assez courante.»

Les tabous sociaux et la pudeur peuvent conduire les femmes à tolérer, voire accepter comme inévitable l'agression d'un homme – une situation qui, selon Al-Zibin, peut provoquer un désastre. Il est donc nécessaire de sensibiliser davantage la société à cette question pour faire évoluer les mentalités.

De nombreux cas de violence sexiste ne sont pas signalés à la police (Photo fournie).

«Les femmes s'habituent à l'idée qu'elles doivent se préparer, qu'elles doivent répondre de manière 'appropriée' aux avances des hommes», dit-il. «Mais en réalité, une femme doit être plus consciente du comportement agressif d'un homme – quelle que soit la relation qu'elle entretient avec lui – et elle doit se protéger en signalant le problème à un membre de sa famille ou aux forces de l'ordre, ce qui reste la meilleure solution. C'est une façon de régler le problème.»

«Il n'y a aucune honte à ce qu'une femme soit victime de la violence d'un partenaire, d'un toxicomane, d'un harceleur ou d'une personne qui lui en veut. Il n'y a pas de quoi avoir honte; le tabou doit être ignoré. Il existe des lois pour protéger les femmes, mais il faut en faire plus pour résoudre ce problème mondial, à commencer par les gouvernements et les autorités locales.»

Al-Zibin pense que si une femme tente de faire face, seule, au comportement agressif d'un homme en se défendant, cela peut aggraver le harcèlement qui risque de résulter en un meurtre. En outre, des mesures de protection doivent être mises en place pour protéger les femmes contre les individus qui souffrent de problèmes de santé mentale, poursuit-il.

Même si une femme est forte ou sûre d'elle-même, ce qu'elle fera pour se protéger pourrait être mal interprété par l'individu qui la poursuit et ainsi alimenter sa méchanceté ou sa haine, explique Al-Zibin.

«L'homicide involontaire est rare dans les crimes impliquant le rejet. Les crimes sont souvent très détaillés et, le plus souvent, le criminel en sort vainqueur.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


La famille royale suédoise va visiter la Jordanie

Le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia de Suède. (Photo, Reuters)
Le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia de Suède. (Photo, Reuters)
Short Url
  • L’Institut suédois de dialogue pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sera créé au cours de ce déplacement
  • Cette visite visera à renforcer la coopération entre les deux pays sur les questions régionales et multilatérales

AMMAN: Le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia de Suède se rendront en Jordanie du 15 au 17 novembre à l’invitation du roi Abdallah II, a rapporté l’Agence de presse jordanienne.

Le couple royal sera accompagné d’une délégation du gouvernement suédois ainsi que de représentants du secteur privé.

Cette visite visera à renforcer la coopération entre les deux pays sur les questions régionales et multilatérales, notamment l’environnement, le changement climatique, le développement durable global, la participation des femmes et des jeunes, ainsi que la promotion du commerce et des investissements bilatéraux.

Au cours de ce déplacement, l’Institut suédois de dialogue pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sera créé, et l’ambassade sera transférée dans un nouveau bâtiment.

Dans un communiqué publié dimanche, l’ambassade de Suède à Amman indique que la visite du roi et de la reine a pour but de renforcer les liens historiques et étroits entre les deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le prince héritier annonce le lancement de la Saudi Downtown Company for development

Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane. (SPA)
Le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane. (SPA)
Short Url
  • L'entreprise visera à améliorer les infrastructures et à établir des partenariats stratégiques avec le secteur privé et les investisseurs en créant de nouvelles opportunités
  • Elle a pour but de développer les zones des centres-villes et des destinations à usage mixte dans douze villes saoudiennes

RIYAD: Lundi, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, a annoncé le lancement de la Saudi Downtown Company (SDC), qui vise à construire et à développer les zones des centres-villes ainsi que des destinations à usage mixte dans douze villes saoudiennes.

La compagnie visera à améliorer les infrastructures et à établir des partenariats stratégiques avec le secteur privé et les investisseurs en créant de nouvelles opportunités d’affaires et d'investissements dans des secteurs économiques clés, notamment le commerce de détail, le tourisme, le divertissement et le logement.

Ces douze villes comprennent notamment Médine, Al-Khobar, Al-Ahsa, Bouraidah, Najran, Jazan, Haïl, Al-Baha, Arar, Taïf, Doumat al-Jandal et Tabouk. La compagnie développera plus de 10 millions de mètres carrés de terrain pour l’ensemble des projets, créant des destinations modernes tirées de la diversité de la culture locale et des motifs architecturaux traditionnels de l'Arabie saoudite, tout en utilisant une technologie de pointe dans chaque projet.

En lançant la SDC, le Fonds d'investissement public d'Arabie saoudite (PIF) vise à accroître les opportunités de commerce et d'investissement dans diverses villes saoudiennes afin d'accroître leur attrait et de créer un impact positif sur leurs économies locales.

Ces projets contribueront également à créer de nouvelles opportunités pour le secteur privé  et davantage d'emplois pour les habitants. Ils tendront à fixer sur place le savoir et l’expérience pour aider les entrepreneurs et les entreprises à faire démarrer leurs activités et à les développer.

La stratégie de la compagnie s'aligne sur les efforts du PIF pour mettre l’accent sur les compétences des secteurs locaux prometteurs qui peuvent aider à stimuler la diversification de l'économie et contribuer à la croissance du PIB non pétrolier, conformément aux objectifs de la Vision 2030.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le ministre du Commerce préside une délégation saoudienne au Maroc

Mardi, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays. (SPA)
Mardi, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays. (SPA)
Short Url
  • La délégation comprend des fonctionnaires et des représentants de 14 agences gouvernementales et de 62 entreprises
  • Mardi, au cours de sa visite, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays

RIYAD: Le ministre du Commerce, Majid ben Abdallah al-Qasabi, préside une délégation saoudienne au Maroc dans le cadre d’une visite officielle de quatre jours, a rapporté l’Agence de presse saoudienne (SPA).

La délégation comprend des fonctionnaires de 14 agences gouvernementales ainsi que des représentants du secteur privé de 62 entreprises en Arabie saoudite. M. Al-Qasabi s’entretiendra lundi avec le ministre marocain de l’Industrie et du Commerce, Riad Mazur, pour discuter des moyens d’améliorer les relations en matière de commerce et d’investissement et de permettre aux secteurs privés des deux pays d’accroître le volume des échanges commerciaux.

Mardi, au cours de sa visite, M. Al-Qasabi participera au Forum économique Maroc-Arabie saoudite, en présence de chefs d’entreprise des deux pays. Les deux pays signeront également deux mémorandums de coopération dans le domaine de la reconnaissance mutuelle des certificats halal pour les produits locaux, ainsi qu’un projet de programme de coopération technique entre la Saudi Standards, Metrology and Quality Organization et l’Institut marocain de normalisation.

M. Al-Qasabi inaugurera également le nouveau siège de l’attaché commercial à Casablanca afin de faciliter les exportations saoudiennes vers les marchés et d’attirer des investissements de qualité qui contribuent au renforcement des relations commerciales entre les deux pays.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com