Tunisie: Kais Saied, l'énigmatique président seul aux commandes

Personnage insondable et complexe, promoteur du référendum lundi sur une nouvelle Constitution qui va renforcer nettement son rôle à la tête de la Tunisie, le président Kais Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis son coup de force il y a un an. (AFP)
Personnage insondable et complexe, promoteur du référendum lundi sur une nouvelle Constitution qui va renforcer nettement son rôle à la tête de la Tunisie, le président Kais Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis son coup de force il y a un an. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 juillet 2022

Tunisie: Kais Saied, l'énigmatique président seul aux commandes

  • Cet ancien professeur assistant de droit constitutionnel élu en 2019 sous le slogan «Le peuple veut» compte sur sa popularité encore solide pour faire passer le texte
  • La nouvelle Loi fondamentale accorde au président de larges pouvoirs, rétablissant un système ultra-présidentiel similaire aux règnes de Bourguiba (1957-1987) et Ben Ali (1987-2011), en affaiblissant le rôle du Parlement

TUNIS: Personnage insondable et complexe, promoteur du référendum lundi sur une nouvelle Constitution qui va renforcer nettement son rôle à la tête de la Tunisie, le président Kais Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis son coup de force il y a un an.

Crâne dégarni, silhouette longiligne, cet ancien professeur assistant de droit constitutionnel élu en 2019 sous le slogan "Le peuple veut" compte sur sa popularité encore solide pour faire passer le texte.

Agé de 64 ans, M. Saied considère sa refonte de la Constitution comme le prolongement de la "correction de cap" engagée le 25 juillet 2021 quand, arguant de blocages politico-économiques, il a limogé son Premier ministre et gelé le Parlement (dissous en mars dernier).

La nouvelle Loi fondamentale accorde au président de larges pouvoirs, rétablissant un système ultra-présidentiel similaire aux règnes de Bourguiba (1957-1987) et Ben Ali (1987-2011), en affaiblissant le rôle du Parlement.

S'inspirant du général De Gaulle, du panarabisme des années 1960 d'un Nasser ou Kadhafi, du régime iranien ou encore de Sissi, Erdogan ou Poutine, son projet reste flou, selon des experts.

Président au rôle limité à la diplomatie et la défense, il a changé d'envergure il y a un an, devenant le seul détenteur des rênes du pays. Au fil des mois, son isolement s'est accru avec le départ de nombreux conseillers parmi lesquels sa cheffe de cabinet Nadia Akacha.

Décrit pendant la campagne de 2019 comme un homme affable, prenant des nouvelles de la famille du serveur de son café préféré, il a paru s'enfermer dans la tour d'ivoire du Palais présidentiel de Carthage.

L'anthropologue Youssef Seddik, qui l'a rencontré avant son élection, dit avoir été à l'époque "frappé par sa gentillesse et son sens de l'écoute" qui "contrastent aujourd'hui avec sa raideur, la rigidité de son discours en arabe classique" que beaucoup de Tunisiens ne maîtrisent pas.

Tunisie: une Constitution radicalement différente de celle de 2014

Les Tunisiens sont appelés à voter par référendum lundi sur une Constitution proposée par Kais Saïed, où le président jouira de vastes prérogatives sans devoir rendre de comptes, marquant une rupture avec le système parlementaire hybride instauré en 2014.

Voici les principaux points de la nouvelle loi fondamentale tunisienne (sous réserve d'une traduction officielle) qui a de grandes chances d'être adoptée:

1/Le texte instaure un régime ultra-présidentialiste alors que la Constitution de 2014 limitait volontairement le rôle du chef de l'Etat, pour éviter des régimes comme la dictature de Zine El Abidine Ben Ali et la dérive autocratique du héros de l'indépendance Habib Bourguiba.

  •  Le président nomme le chef de gouvernement et les ministres, et peut les révoquer unilatéralement. L'exécutif n'a pas à obtenir la confiance du Parlement qui, dans le texte de 2014, avait la responsabilité de la formation du gouvernement.
  • Le président peut proposer des textes législatifs au Parlement qui doit les examiner "en priorité".
  • Le Parlement est composé de deux chambres de même poids: l'Assemblée des représentants du peuple (ARP, déjà existante) aux membres élus au suffrage universel direct et un nouveau "Conseil des régions et districts" dont les membres sont élus par des conseillers locaux, donc au suffrage indirect.
  • Pour faire tomber le gouvernement, le Parlement peut voter une motion de censure mais à la majorité des deux tiers, ce qui est considéré comme très difficile. Si le Parlement vote une deuxième motion de censure pendant le mandat présidentiel de cinq ans, le président a le choix entre remanier le gouvernement ou dissoudre le Parlement.
  • La Constitution ne prévoit pas de procédure de destitution du président.
  • Le chef de l'Etat nomme les magistrats sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), dont c'était auparavant la prérogative.

2/Deux articles en particulier ont provoqué une controverse: l'un sur la place de l'islam et l'autre sur les possibles restrictions aux libertés.

  • Article 5: "la Tunisie appartient à la communauté (oumma) islamique" et il "incombe à l'Etat seul d'oeuvrer à la réalisation des finalités de l'islam en matière de respect de la vie humaine, de la dignité, des biens, de la religion et de la liberté".Une nouvelle mouture corrigée par M. Saïed (datée du 8 juillet) ajoute la mention "dans un système démocratique" mais les défenseurs de la laïcité ont dénoncé une formule ambiguë. Certains ont demandé un retour à la formule vague mais consensuelle des Constitutions de 1959 et 2014 selon laquelle "la religion de la Tunisie est l'islam", complétée par un article garantissant la liberté de conscience et de culte, maintenu par M. Saïed.
  • L'article 55 stipule que "l'exercice des droits et des libertés peut être limité par une loi ou au nom de la défense nationale, de la sécurité publique, de la santé publique, de la protection des droits d'autrui ou de moeurs publiques". La version du 8 juillet ajoute, là encore, la nécessité d'inscrire de telles restrictions aux libertés et droits dans un "cadre démocratique" mais inquiète la société civile, qui juge insuffisantes les garanties données sur l'indépendance de la justice.

«Indécis»

Selon M. Seddik, le président a tendance à choisir des collaborateurs "dans l'empressement ou l'improvisation". Et quand ils le déçoivent ou trahissent, il laisse leur poste vacant ou nomme "une personnalité effacée et sans consistance".

"Comme tous les indécis, il tourne autour du pot avant de décider brutalement, sans jamais se raviser", même en cas d'erreur, analyse M. Seddik.

Il prend des accents patriotiques pour fustiger toute "ingérence étrangère" et n'hésite pas à tancer les institutions internationales ou les ONG quand elles déplorent l'élimination des contre-pouvoirs.

Dans ses discours au ton monocorde avec des pointes colériques, il se revendique du "peuple", surfant sur la rage des Tunisiens envers les partis politiques, en premier lieu la formation d'inspiration islamiste, Ennahdha, sa cible favorite qu'il ne nomme toutefois jamais.

Pour le politologue Hamadi Redissi, c'est "un populiste: beaucoup de jeunes, de marginaux, d'exclus sont de son côté".

Sa réputation d'"homme intègre" en a fait une "bouée de sauvetage" face à la corruption généralisée depuis la Révolution de 2011, à la détérioration du pouvoir d'achat et à la montée du chômage.

Conservateur sur les moeurs (notamment l'homosexualité), il se veut révolutionnaire en politique et défend une "démocratie de la base", censée aider au développement des zones reculées du pays.

Kais Saied s'est fait connaître à partir de 2011 quand il est apparu dans des émissions TV et s'est adressé à la foule devant la Casbah, siège du gouvernement, pour décrypter les fondamentaux du droit constitutionnel.

Il a d'ailleurs enseigné cette matière jusqu'à sa retraite en 2018. Mais son élection triomphale l'année suivante a surpris alors qu'il faisait figure d'outsider.

Aujourd'hui, son étoile a pâli en raison de la crise économique. Même si en face, ses opposants mobilisent au maximum quelques dizaines de milliers de personnes.

Il gouverne avec une équipe restreinte de conseillers méconnus.

Le chef de l'Etat n'a pas de compte sur les réseaux sociaux mais est soutenu par une vingtaine de sites ou pages internet où ses partisans "aiment" tous ses faits et gestes comme un gourou.

Il n'a donné aucune véritable interview depuis un an. La communication de la présidence se limite à diffuser des vidéos où, en strict costume-cravate, il est le seul à s'exprimer.

Issu de la classe moyenne, M. Saied est marié à la magistrate Ichraf Chbil et père de deux filles et d'un garçon.

Il aime la musique arabe classique et la calligraphie et rédige les décrets et messages importants à l'encre et la plume.


L'envoyé américain pour le climat salue la tenue de la COP28 aux EAU

L'envoyé américain pour le climat, John Kerry. (Getty)
L'envoyé américain pour le climat, John Kerry. (Getty)
Short Url
  • Les économies de combustibles fossiles devraient être encouragées à mener la transition vers les énergies propres, déclare John Kerry
  • Il a salué l'annonce de trente plans climatiques nationaux améliorés ainsi que l'accord phare du sommet sur les «pertes et dommages»

WASHINGTON: Les États-Unis ont salué la décision de tenir la 28e conférence des Nations unies sur le changement climatique l'année prochaine aux Émirats arabes unis (EAU).

L'envoyé spécial du président pour le climat, John Kerry, a déclaré que les économies de combustibles fossiles devraient être encouragées à mener la transition vers les énergies propres, a rapporté jeudi l’agence de presse officielle émiratie.                

«Le fait que les Émirats arabes unis, membres de l'Opep, accueillent la COP28, est très stimulant. Il est vraiment important qu'un pays producteur de pétrole et de gaz se mobilise et dise que nous comprenons le défi de la crise climatique», a-t-il déclaré à Reuters.

«Les dirigeants des EAU ont pris des mesures très judicieuses parce qu'ils savent que ce qui sort du sol n'est pas éternel, que ce soit physiquement ou politiquement, et ils regardent à quoi ressemblera le nouveau monde.»

«S'il doit y avoir de nouvelles formes d'énergie, ils veulent être parmi leurs fournisseurs, tout comme ils le sont aujourd'hui.»

Kerry a indiqué que la conférence COP27 de cette année, qui s'est tenue le mois dernier en Égypte, a rapproché le monde de l'objectif de l'accord de Paris de 2015 de limiter la hausse des températures mondiales à 1,5oC au-dessus de l'époque préindustrielle.

Il a salué l'annonce de trente plans climatiques nationaux améliorés ainsi que l'accord phare du sommet sur les «pertes et dommages» pour aider les pays vulnérables sous le choc des conditions météorologiques extrêmes et de la montée des mers.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Afghanistan: 27 personnes fouettées en public, au lendemain d'une première exécution Charikar

Un taliban monte la garde alors que les gens assistent à la flagellation publique de femmes et d'hommes dans un stade de football de la ville de Charikar (Photo, AFP).
Un taliban monte la garde alors que les gens assistent à la flagellation publique de femmes et d'hommes dans un stade de football de la ville de Charikar (Photo, AFP).
Short Url
  • Les raisons évoquées de ce châtiment sont entre autres: la sodomie, l'adultère, le faux témoignage, la débauche, la fuite du domicile conjugal
  • Le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid, a qualifié ces réactions d'ingérences

CHARIKAR: Vingt-sept personnes ont été fouettées devant la foule jeudi en Afghanistan, au lendemain de la première exécution publique ordonnée depuis le retour au pouvoir du régime taliban qui a qualifié "d'ingérence" les critiques internationales.

Jeudi, à Charikar, capitale de la province de Parwan (Ouest de l'Afghanistan), "27 criminels, dont 18 hommes et 9 femmes, ont été fouettés sur ordre des tribunaux de la charia (loi islamique) de ladite province", explique la Cour suprême dans un communiqué.

Les raisons évoquées de ce châtiment sont entre autres: la sodomie, l'adultère, le faux témoignage, la débauche, la fuite du domicile conjugal ou encore le vol ainsi que la vente et détention de drogue.

"Chacun de ces criminels a avoué ses crimes devant le tribunal sans avoir eu recours à la force et a été satisfait de la punition donnée par le tribunal", assure la même source.

Un témoin a déclaré à l'AFP que plus d'un millier de personnes avaient assisté à la flagellation organisée dans un stade de la ville. "Le public scandait +Allah Akbar+ et +nous voulons que la loi de Dieu soit appliquée sur notre sol+", a-t-il rapporté.

"Les personnes fouettées ont reçu de 20 à 39 coups de canne donnés par une équipe de talibans qui changeaient de place à mesure qu'ils se fatiguaient". "La plupart des hommes se tordaient, tandis que les femmes poussaient des cris de douleur", selon ce témoin.

Mercredi, pour la première fois depuis leur retour au pouvoir en août 2021, les talibans ont procédé à l'exécution d'une homme accusé de meurtre devant plusieurs centaines de personnes à Farah (Ouest).

Le condamné à mort a été tué de trois balles tirées par le père de sa victime, en vertu de la loi du talion.

Cette sentence a été vivement critiquée notamment par les Etats-Unis et la France.

Washington l'a qualifiée d'"odieuse" et a déploré que les talibans ne tiennent pas leurs promesses envers le reste du monde.

"Cela montre, selon nous, que les talibans cherchent à revenir à leurs pratiques rétrogrades et violentes des années 1990", a déclaré le porte-parole du département d'Etat américain, Ned Price.

Sous le premier régime des talibans (1996-2001), ces derniers punissaient en public les auteurs de vols, d'enlèvements ou d'adultères, avec des peines telles que l'amputation d'un membre et la lapidation.

"La France condamne avec la plus grande fermeté l'exécution publique effectuée ce jour par les talibans en Afghanistan", avait de son côté réagi le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid, a qualifié ces réactions "d'ingérences".

Le fait que l'Afghanistan soit critiqué "montre que certains pays et organisations" ont "un problème avec l'islam et ne respectent pas les croyances et les lois des musulmans", a-t-il dénoncé dans un communiqué.

A leur retour au pouvoir, les talibans avaient promis de se montrer plus souples dans l'application de la charia, mais ils sont largement revenus à l'interprétation ultra-rigoriste de l'islam qui avait marqué leur premier passage au pouvoir.

Mi-novembre, le chef suprême des talibans, Hibatullah Akhundzada a ordonné aux juges d'appliquer tous les aspects de la loi islamique, notamment les exécutions publiques, les lapidations et les flagellations, ainsi que l'amputation de membres pour les voleurs.


Iran: les cinq principaux auteurs de l'attentat de Chiraz risquent la mort

Les funérailles des victimes d'une fusillade de masse dans un sanctuaire après la mort d'une douzaine de fidèles, dans la ville de Chiraz, dans le sud de l'Iran (Photo, AFP).
Les funérailles des victimes d'une fusillade de masse dans un sanctuaire après la mort d'une douzaine de fidèles, dans la ville de Chiraz, dans le sud de l'Iran (Photo, AFP).
Short Url
  • Le chef de l'Autorité judiciaire de cette province Kazem Moussavi, cité par l'agence Mizan online, a annoncé jeudi leur inculpation
  • Le terme takfiri désigne en Iran et dans plusieurs pays les groupes sunnites opposés au régime

TEHERAN: Les cinq principaux accusés de l'attentat sanglant, qui a visé le 26 octobre un sanctuaire chiite à Chiraz, dans le sud de l'Iran, faisant au moins 13 morts ont été inculpés de "corruption sur terre" ce qui équivaut à la peine de mort.

Le chef de l'Autorité judiciaire de cette province Kazem Moussavi, cité par l'agence Mizan online, a annoncé jeudi leur inculpation pour l'attentat contre le mausolée Shahcheragh, principal sanctuaire musulman chiite du sud de l'Iran.

Outre la "corruption sur Terre", ils sont accusés "d'appartenance au groupe terroriste Etat islamique" et de "complot contre la sécurité du pays".

"Après une supervision judiciaire spéciale, le dossier a été transmis au tribunal révolutionnaire de Chiraz", a-t-il dit. Une fois le verdict prononcé, les accusés pourront faire appel devant la Cour suprême.

L'auteur de l'attaque, que les médias locaux ont identifié comme étant Hamed Badakhshan, a succombé à des blessures reçues lors de son arrestation, avait annoncé un responsable local.

Le ministère des Renseignements avait annoncé le mois dernier que "26 terroristes takfiris (originaires) d'Azerbaïdjan, du Tadjikistan et de l'Afghanistan" avaient été arrêtés. Le terme takfiri désigne en Iran et dans plusieurs pays les groupes sunnites.