Tunisie: Kais Saied, l'énigmatique président seul aux commandes

Personnage insondable et complexe, promoteur du référendum lundi sur une nouvelle Constitution qui va renforcer nettement son rôle à la tête de la Tunisie, le président Kais Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis son coup de force il y a un an. (AFP)
Personnage insondable et complexe, promoteur du référendum lundi sur une nouvelle Constitution qui va renforcer nettement son rôle à la tête de la Tunisie, le président Kais Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis son coup de force il y a un an. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 22 juillet 2022

Tunisie: Kais Saied, l'énigmatique président seul aux commandes

  • Cet ancien professeur assistant de droit constitutionnel élu en 2019 sous le slogan «Le peuple veut» compte sur sa popularité encore solide pour faire passer le texte
  • La nouvelle Loi fondamentale accorde au président de larges pouvoirs, rétablissant un système ultra-présidentiel similaire aux règnes de Bourguiba (1957-1987) et Ben Ali (1987-2011), en affaiblissant le rôle du Parlement

TUNIS: Personnage insondable et complexe, promoteur du référendum lundi sur une nouvelle Constitution qui va renforcer nettement son rôle à la tête de la Tunisie, le président Kais Saied exerce le pouvoir de manière de plus en plus solitaire depuis son coup de force il y a un an.

Crâne dégarni, silhouette longiligne, cet ancien professeur assistant de droit constitutionnel élu en 2019 sous le slogan "Le peuple veut" compte sur sa popularité encore solide pour faire passer le texte.

Agé de 64 ans, M. Saied considère sa refonte de la Constitution comme le prolongement de la "correction de cap" engagée le 25 juillet 2021 quand, arguant de blocages politico-économiques, il a limogé son Premier ministre et gelé le Parlement (dissous en mars dernier).

La nouvelle Loi fondamentale accorde au président de larges pouvoirs, rétablissant un système ultra-présidentiel similaire aux règnes de Bourguiba (1957-1987) et Ben Ali (1987-2011), en affaiblissant le rôle du Parlement.

S'inspirant du général De Gaulle, du panarabisme des années 1960 d'un Nasser ou Kadhafi, du régime iranien ou encore de Sissi, Erdogan ou Poutine, son projet reste flou, selon des experts.

Président au rôle limité à la diplomatie et la défense, il a changé d'envergure il y a un an, devenant le seul détenteur des rênes du pays. Au fil des mois, son isolement s'est accru avec le départ de nombreux conseillers parmi lesquels sa cheffe de cabinet Nadia Akacha.

Décrit pendant la campagne de 2019 comme un homme affable, prenant des nouvelles de la famille du serveur de son café préféré, il a paru s'enfermer dans la tour d'ivoire du Palais présidentiel de Carthage.

L'anthropologue Youssef Seddik, qui l'a rencontré avant son élection, dit avoir été à l'époque "frappé par sa gentillesse et son sens de l'écoute" qui "contrastent aujourd'hui avec sa raideur, la rigidité de son discours en arabe classique" que beaucoup de Tunisiens ne maîtrisent pas.

Tunisie: une Constitution radicalement différente de celle de 2014

Les Tunisiens sont appelés à voter par référendum lundi sur une Constitution proposée par Kais Saïed, où le président jouira de vastes prérogatives sans devoir rendre de comptes, marquant une rupture avec le système parlementaire hybride instauré en 2014.

Voici les principaux points de la nouvelle loi fondamentale tunisienne (sous réserve d'une traduction officielle) qui a de grandes chances d'être adoptée:

1/Le texte instaure un régime ultra-présidentialiste alors que la Constitution de 2014 limitait volontairement le rôle du chef de l'Etat, pour éviter des régimes comme la dictature de Zine El Abidine Ben Ali et la dérive autocratique du héros de l'indépendance Habib Bourguiba.

  •  Le président nomme le chef de gouvernement et les ministres, et peut les révoquer unilatéralement. L'exécutif n'a pas à obtenir la confiance du Parlement qui, dans le texte de 2014, avait la responsabilité de la formation du gouvernement.
  • Le président peut proposer des textes législatifs au Parlement qui doit les examiner "en priorité".
  • Le Parlement est composé de deux chambres de même poids: l'Assemblée des représentants du peuple (ARP, déjà existante) aux membres élus au suffrage universel direct et un nouveau "Conseil des régions et districts" dont les membres sont élus par des conseillers locaux, donc au suffrage indirect.
  • Pour faire tomber le gouvernement, le Parlement peut voter une motion de censure mais à la majorité des deux tiers, ce qui est considéré comme très difficile. Si le Parlement vote une deuxième motion de censure pendant le mandat présidentiel de cinq ans, le président a le choix entre remanier le gouvernement ou dissoudre le Parlement.
  • La Constitution ne prévoit pas de procédure de destitution du président.
  • Le chef de l'Etat nomme les magistrats sur proposition du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), dont c'était auparavant la prérogative.

2/Deux articles en particulier ont provoqué une controverse: l'un sur la place de l'islam et l'autre sur les possibles restrictions aux libertés.

  • Article 5: "la Tunisie appartient à la communauté (oumma) islamique" et il "incombe à l'Etat seul d'oeuvrer à la réalisation des finalités de l'islam en matière de respect de la vie humaine, de la dignité, des biens, de la religion et de la liberté".Une nouvelle mouture corrigée par M. Saïed (datée du 8 juillet) ajoute la mention "dans un système démocratique" mais les défenseurs de la laïcité ont dénoncé une formule ambiguë. Certains ont demandé un retour à la formule vague mais consensuelle des Constitutions de 1959 et 2014 selon laquelle "la religion de la Tunisie est l'islam", complétée par un article garantissant la liberté de conscience et de culte, maintenu par M. Saïed.
  • L'article 55 stipule que "l'exercice des droits et des libertés peut être limité par une loi ou au nom de la défense nationale, de la sécurité publique, de la santé publique, de la protection des droits d'autrui ou de moeurs publiques". La version du 8 juillet ajoute, là encore, la nécessité d'inscrire de telles restrictions aux libertés et droits dans un "cadre démocratique" mais inquiète la société civile, qui juge insuffisantes les garanties données sur l'indépendance de la justice.

«Indécis»

Selon M. Seddik, le président a tendance à choisir des collaborateurs "dans l'empressement ou l'improvisation". Et quand ils le déçoivent ou trahissent, il laisse leur poste vacant ou nomme "une personnalité effacée et sans consistance".

"Comme tous les indécis, il tourne autour du pot avant de décider brutalement, sans jamais se raviser", même en cas d'erreur, analyse M. Seddik.

Il prend des accents patriotiques pour fustiger toute "ingérence étrangère" et n'hésite pas à tancer les institutions internationales ou les ONG quand elles déplorent l'élimination des contre-pouvoirs.

Dans ses discours au ton monocorde avec des pointes colériques, il se revendique du "peuple", surfant sur la rage des Tunisiens envers les partis politiques, en premier lieu la formation d'inspiration islamiste, Ennahdha, sa cible favorite qu'il ne nomme toutefois jamais.

Pour le politologue Hamadi Redissi, c'est "un populiste: beaucoup de jeunes, de marginaux, d'exclus sont de son côté".

Sa réputation d'"homme intègre" en a fait une "bouée de sauvetage" face à la corruption généralisée depuis la Révolution de 2011, à la détérioration du pouvoir d'achat et à la montée du chômage.

Conservateur sur les moeurs (notamment l'homosexualité), il se veut révolutionnaire en politique et défend une "démocratie de la base", censée aider au développement des zones reculées du pays.

Kais Saied s'est fait connaître à partir de 2011 quand il est apparu dans des émissions TV et s'est adressé à la foule devant la Casbah, siège du gouvernement, pour décrypter les fondamentaux du droit constitutionnel.

Il a d'ailleurs enseigné cette matière jusqu'à sa retraite en 2018. Mais son élection triomphale l'année suivante a surpris alors qu'il faisait figure d'outsider.

Aujourd'hui, son étoile a pâli en raison de la crise économique. Même si en face, ses opposants mobilisent au maximum quelques dizaines de milliers de personnes.

Il gouverne avec une équipe restreinte de conseillers méconnus.

Le chef de l'Etat n'a pas de compte sur les réseaux sociaux mais est soutenu par une vingtaine de sites ou pages internet où ses partisans "aiment" tous ses faits et gestes comme un gourou.

Il n'a donné aucune véritable interview depuis un an. La communication de la présidence se limite à diffuser des vidéos où, en strict costume-cravate, il est le seul à s'exprimer.

Issu de la classe moyenne, M. Saied est marié à la magistrate Ichraf Chbil et père de deux filles et d'un garçon.

Il aime la musique arabe classique et la calligraphie et rédige les décrets et messages importants à l'encre et la plume.


Deux Palestiniens tués par les forces israéliennes en Cisjordanie occupée

Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats israéliens se déploient au milieu d'affrontements avec des manifestants palestiniens à la suite d'une manifestation contre l'expropriation de terres palestiniennes par Israël dans le village de Kfar Qaddum en Cisjordanie occupée, le 7 octobre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, a indiqué le ministère
  • Le ministère a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre «citoyen» dans un village près de Ramallah, sans l'identifier

RAMALLAH: Deux Palestiniens dont un adolescent ont été tués vendredi par des tirs des forces israéliennes dans des incidents différents en Cisjordanie occupée, a rapporté le ministère palestinien de la Santé.

Adel Dawoud, 14 ans, a succombé à des blessures par balles à la tête, infligées dans l'après-midi à Qalqilyah, dans le nord de la Cisjordanie occupée, a indiqué le ministère.

Dans un autre communiqué, cette source a rapporté la mort par des balles israéliennes d'un autre "citoyen" dans un village près de Ramallah, sans l'identifier dans l'immédiat.

Près de Qalqilyah, "des soldats israéliens ont repéré un suspect qui lançait des cocktails Molotov en leur direction", a indiqué de son côté l'armée israélienne.

"Les soldats ont riposté en ouvrant le feu", a-t-elle ajouté, précisant avoir "identifié" une personne touchée, sans plus de précision.

Sollicitée par l'AFP, elle n'a pas commenté dans l'immédiat les informations concernant le second incident près de Ramallah.

Les vendredis, jour de repos hebdomadaire, de nombreux rassemblements ont lieu en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par l'Etat hébreu, pour protester contre l'expansion des colonies israéliennes, jugées illégales par le droit international. Ces manifestations s'accompagnent fréquemment de heurts avec l'armée israélienne.

Celle-ci a en outre multiplié les opérations à travers la Cisjordanie dans la foulée d'une vague d'attaques anti-israéliennes ayant fait 20 morts depuis la mi-mars.

Mercredi, un Palestinien avait été tué lors d'une opération militaire dans le nord de la Cisjordanie occupée, région en proie à de vives tensions et où se concentrent les raids israéliens.

Ces opérations israéliennes, émaillées d'affrontements avec la population, ont aussi fait des dizaines de morts côté palestinien, parmi lesquels des membres de groupes armés mais aussi des civils dont la journaliste américano-palestinienne d'Al-Jazeera Shireen Abu Akleh, qui couvrait en mai un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine.


Mort de Mahsa Amini: un rapport médical iranien dédouane la police des mœurs

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête. (AFP)
Short Url
  • Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran, Mahsa Amini est décédée trois jours plus tard à l'hôpital
  • Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde

PARIS: Les autorités iraniennes ont affirmé vendredi que la mort de Mahsa Amini n'avait pas été causée par des "coups" mais par les séquelles d'une maladie, trois semaines après le début des manifestations déclenchées par le décès de la jeune femme pendant sa détention.

Arrêtée le 13 septembre par la police des moeurs à Téhéran pour non respect du code vestimentaire strict pour les femmes en Iran, Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans, est décédée trois jours plus tard à l'hôpital.

Des militants ont affirmé qu'elle avait souffert d'une blessure à la tête durant sa détention. Les autorités iraniennes ont elles démenti tout contact physique entre la police et la jeune femme et dit attendre les résultats de l'enquête.

Son décès a déclenché des protestations dans le pays, avec en première ligne les Iraniennes, ainsi que des rassemblements de solidarité à travers le monde.

Les manifestations, les plus importantes en Iran depuis celles de 2019 contre la hausse du prix de l'essence, ont été réprimées dans le sang. Au moins 92 personnes ont été tuées depuis le 16 septembre, selon un dernier bilan de l'ONG Iran Human Rights basée à Oslo, alors qu'un bilan officiel fait état d'environ 60 morts parmi lesquels 12 membres des forces de sécurité.

"La mort de Mahsa Amini n'a pas été causée par des coups portés à la tête et aux organes vitaux" mais est liée à "une intervention chirurgicale pour une tumeur cérébrale à l'âge de huit ans", selon un rapport de l'Organisation médico-légale iranienne, alors que son père Amjad Amini avait indiqué que sa fille était "en parfaite santé".

"Le 13 septembre, (Mahsa Amini) a soudainement perdu connaissance et s'est effondrée (...). Elle a souffert d'un trouble du rythme cardiaque et d'une chute de tension", a ajouté le rapport publié par la télévision d'Etat.

"Malgré son transfert à l'hôpital et les efforts du personnel médical, elle est décédée le 16 septembre des suites d'une défaillance d'organes multiples causée par une hypoxie cérébrale", selon la même source.


Irak: un mort et des blessés dans l'explosion d'une bombe à Erbil

Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Un combattant kurde affilié au Parti démocratique du Kurdistan iranien (PDK-Iran) monte la garde sur un bâtiment à la suite d'une attaque transfrontalière iranienne dans la ville de Koy Sanjaq. (AFP)
Short Url
  • Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur et blessant deux femmes et deux enfants, selon le communiqué

ERBIL: Une bombe dissimulée dans une voiture à Erbil, capitale du Kurdistan d'Irak, a tué vendredi le conducteur et blessé quatre passagers, deux femmes et deux enfants, selon un communiqué des services antiterroristes de la région autonome dans le nord du pays.

"Une bombe déposée dans une voiture a explosé, tuant le conducteur (...) et blessant deux femmes et deux enfants", selon le communiqué, sans identifier les victimes ni préciser les motivations de cette attaque.