Le nouveau directeur de la Banque centrale peut-il sortir le Liban de la crise ?

Parmi les nombreuses personnes qui ont manifesté devant le siège de la Banque centrale du Liban à Beyrouth cette année, on trouve des soldats à la retraite, qui ont exigé des ajustements de leurs pensions en fonction de l'inflation le 30 mars 2023. (AFP)
Parmi les nombreuses personnes qui ont manifesté devant le siège de la Banque centrale du Liban à Beyrouth cette année, on trouve des soldats à la retraite, qui ont exigé des ajustements de leurs pensions en fonction de l'inflation le 30 mars 2023. (AFP)
Le siège de la Banque centrale du Liban à Beyrouth. (AFP/photo d'archive)
Le siège de la Banque centrale du Liban à Beyrouth. (AFP/photo d'archive)
Short Url
Publié le Jeudi 03 août 2023

Le nouveau directeur de la Banque centrale peut-il sortir le Liban de la crise ?

  • Wassim Mansouri a la lourde tâche d'établir de nouvelles règles pour les transactions monétaires entre le gouvernement et la Banque centrale
  • Dans l'impasse politique du Liban, il n'est pas certain qu'il réussisse là où le gouverneur sortant Riad Salamé a échoué

BEYROUTH: Wassim Mansouri, premier vice-gouverneur de la Banque du Liban, la Banque centrale libanaise, a assumé lundi les responsabilités de l'ancien gouverneur Riad Salamé, ce qui présage une période d'optimisme prudent et suscite l'espoir d'un retour tardif à la responsabilité fiscale.

Au milieu de la pire crise financière de l'histoire du pays, aggravée par des années de désintégration des actifs par son élite politique, M. Mansouri est confronté à une tâche ardue: restaurer la crédibilité, longtemps malmenée, de la Banque centrale.

«Il est nécessaire de mettre fin à la politique d'emprunt du gouvernement auprès de la Banque centrale et de limiter ce processus aux seules questions d'urgence, pour une période limitée, à condition qu'il soit légalisé», a déclaré M. Mansouri le jour de son entrée en fonction.

img 1
Wassim Mansouri, gouverneur intérimaire de la Banque centrale du Liban, lors d'une conférence de presse au siège de la banque, à Beyrouth, le 31 juillet 2023. (AFP)

Il tente ainsi d'établir de nouvelles règles pour les transactions monétaires entre le gouvernement et la Banque centrale afin de remettre la politique fiscale en conformité avec le code libanais de la monnaie et du crédit, établi en 1963.

M. Mansouri cherche à obtenir une couverture juridique et législative de ses conditions, tant de la part des autorités exécutives que législatives, afin de continuer à financer le gouvernement tout en s'exonérant de toute responsabilité ultérieure.

Il a appelé à la mise en œuvre de réformes fiscales dans les six mois. Ces dernières devraient inclure l'approbation du budget pour 2023-2024, l'adoption de contrôles des capitaux, une restructuration des banques et l'application d'une discipline financière.

Les marchés financiers ont réagi positivement à la nouvelle du départ de M. Salamé, après trente ans d'un parcours semé d'embûches. La valeur du dollar (1 dollar = 0,91 euro) a chuté par rapport à la livre libanaise, passant de 99 000 à 88 500 au cours de la semaine qui précédait son départ.

img 1
L'ancien gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salamé. (Photo d'archives de l'AFP)

«C'est comme si une bouffée d'air frais venait de s'échapper d'un trou qui s'est soudainement ouvert dans un mur épais et impénétrable construit entre la Banque centrale et le monde entier – à proprement parler», a affirmé George Kanaan, PDG de l'Association des banquiers arabes, à Arab News.

«Soudain, on nous dit qu'il est prêt à fournir des statistiques, à travailler avec le gouvernement, à informer le Parlement, à discuter, on nous explique qu'il veut que les choses soient légalisées dans le cadre d'une législation appropriée pour lui permettre de travailler.»

«Cela n'a rien à voir avec le passé. C'est un nouveau départ. Mais la question est de savoir ce qui se passera juste après. La réponse est une série de réformes, à commencer par des réformes législatives. Alors nous pourrons commencer à voir comment la crise pourrait enfin se résorber.»

«Cependant, il existe une raison pour laquelle les réformes ont été bloquées: la classe politique libanaise ne les considère pas comme nécessaires, ou bien elle pense que si elles sont mises en œuvre, elles lui porteront préjudice. Dans ce cas, le printemps sera de courte durée.»

En effet, il n'y a aucune garantie que M. Mansouri réussisse. Il n'y a pas de proposition de loi qui permettrait à la Banque centrale de prêter de l'argent à l'État avec une couverture législative. Et rien n'indique la possibilité d'une session parlementaire pour adopter un tel projet de loi.

Le Premier ministre intérimaire, Najib Mikati, n'a pas présenté de projet de loi qui permettrait au gouvernement d'emprunter des devises étrangères à la banque. Selon les médias locaux, il a hésité à le faire «en raison de son caractère illégal», ce qui place la balle dans le camp du Parlement.

La politique de prêt de la Banque centrale à l'État a été une cause fondamentale de l'épuisement des réserves monétaires et de l'effondrement des secteurs bancaire et financier libanais, autrefois florissants, aggravés par l'incapacité du gouvernement à mettre en œuvre des réformes et à lutter contre le gaspillage et la corruption.

Le gouvernement cherche actuellement un prêt d’1,2 milliard de dollars sur six mois pour couvrir les salaires du secteur public, de l'armée et de la sécurité, le coût des importations essentielles et les interventions sur le marché en cas de besoin.

M. Mansouri peut-il réussir là où M. Salamé a échoué? Le gouvernement est en mode intérimaire prolongé et le Parlement reste profondément divisé, ce qui rend difficile l'adoption de toute législation qui pourrait s'avérer controversée. Par ailleurs, les réserves de la Banque centrale, selon les données financières, ne s'élèvent plus qu'à 9 ou 10 milliards de dollars.

Le Parlement est divisé en plusieurs factions, dont les Forces libanaises, les Phalanges libanaises, les députés réformistes et certains députés indépendants, qui refusent de voter des lois en l'absence d'un président. Le poste est vacant depuis la fin du mandat de Michel Aoun, au mois d’octobre de l'année dernière, le Parlement ne parvenant pas à se mettre d'accord sur un successeur. Ils boycotteront donc probablement la session législative si elle est programmée.

img 1
La livre libanaise a atteint de nouveaux sommets face au dollar. (Photo AFP)

Certaines parties, comme le Courant patriotique libre, ont posé des conditions à leur participation aux sessions, tandis que d'autres, notamment le mouvement Amal et le Hezbollah, ont fait preuve de peu d'enthousiasme.

Interrogé sur la capacité de M. Mansouri à apporter des changements, compte tenu de la paralysie politique; M. Kanaan fait remarquer que le nouveau gouverneur possède des alliés qui veulent sa réussite.

«Il n'est pas seul», a déclaré M. Kanaan. «Beaucoup de gens le soutiennent. Tout seul, il n'y arrivera pas ; les autres vice-gouverneurs et lui seraient probablement contraints de partir s'ils insistent sur les réformes.»

«Je pense qu'il y a d'autres parties au Liban, mais pas nécessairement des organes politiques, qui veulent que les réformes soient conduites. Il est certain que le monde entier, en dehors du Liban, les réclame. Tout le monde les exige.»

«Le Liban est actuellement témoin d'un flux de liquidités et d'une atmosphère économique positive qui va dans le sens de la hausse, ce qui relâche la pression en faveur des réformes. Tout le monde aurait tendance à dire, si les choses vont bien: “Pourquoi aurions-nous besoin de réformes puisque les choses finiront par aller dans la bonne direction sans elles?” Et ce serait regrettable.»

img 1
Des militaires à la retraite se heurtent à des soldats devant la Banque centrale du Liban lors d'une manifestation pour réclamer des ajustements à l'inflation pour leurs pensions, à Beyrouth, le 30 mars 2023. (AFP)

M. Mansouri s'est montré prudent au cours des premiers jours de son mandat et s'est abstenu de toute nouvelle déclaration aux médias, laissant le temps à «l'action», comme le disent les membres de son entourage. Mais cela signifie qu'il est difficile de prédire le résultat final.

Fadi Khalaf, secrétaire général de l'Association des banques du Liban, a déclaré à Arab News: «Il est trop tôt pour commenter la politique que le gouverneur adjoint de la Banque centrale a l'intention de mener. Nous sommes actuellement dans une phase de surveillance et d'attente.»

En ce qui concerne l'héritage de M. Salamé, dont le mandat de gouverneur a été renouvelé quatre fois entre l'ère de feu le président Elias Hraoui et celle d'Aoun, il est indéniable qu'il bénéficiait du soutien de la plupart des factions politiques.

Malgré ses objections constantes face aux politiques adoptées par l'élite politique au pouvoir, il a continué à couvrir les déficits et les dépenses de fonctionnement de l'État libanais.

L'une des dépenses les plus importantes de la Banque centrale était le coût de la production d'électricité, qui s'élevait à 2 milliards de dollars par an. L'argent était remis sous forme d'avances du Trésor au ministère de l'Énergie, sans jamais être remboursé à la banque.

img 1
Une femme brandit une pancarte lors d'une manifestation organisée par le groupe Depositors Solidarity Union afin de protester contre les politiques monétaires de la Banque centrale libanaise devant le siège de la banque, à Beyrouth, le 23 juin 2023. (AFP)

Cette situation a incité M. Salamé à interrompre le processus en 2020. Le secteur de l'électricité continue d'être le plus gros fardeau pour la réserve obligatoire de la banque, ainsi que pour le Trésor public, déjà épuisé.

Bien que le conflit et la crise dans la Syrie voisine aient engendré des défis économiques difficiles pour le Liban, les tours de passe-passe financiers de M. Salamé ont protégé le pays d'une grande partie des répercussions jusqu'à la crise financière de 2019.

Cette dernière a provoqué l'effondrement du secteur bancaire et la détérioration du taux de change du dollar. Cette crise s'est aggravée lorsque le gouvernement de l'ancien Premier ministre Hassan Diab a fait défaut sur la dette extérieure du Liban, en 2020.

Un expert bancaire, qui s’est exprimé auprès d’Arab News sous couvert d'anonymat, estime que les emprunts «continueront, que ce soit directement ou conformément à la loi», perpétuant largement l'héritage de M. Salamé.

«Les dollars [de la Banque centrale] iront aux postes de dépenses de l'État, mais ce qui est nécessaire, c'est l'amélioration des finances de l'État et la rationalisation des dépenses en dollars», a précisé l'expert.

Pour M. Mansouri, la possibilité de mettre en œuvre un changement tangible est étroite.

«Je dirais que c'est une question de semaines», a déclaré M. Kanaan.

«Dans quelques semaines, soit il fait un pas dans la bonne direction, avec toutes sortes d'autres réformes, et alors nous serons en train de vraiment progresser dans la bonne direction, soit il s'en va, c'est la seconde solution. Ou alors il se plie à l'exercice de ses fonctions, comme Riad l'a fait avant lui.»

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Dubaï peine à se remettre des pluies record aux Emirats arabes unis

Dans cette capture vidéo de l'AFPTV, un homme patauge dans une rue inondée à Dubaï le 16 avril 2024. Dubaï, le centre financier du Moyen-Orient, a été paralysé par les pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations dans les Émirats arabes unis et à Bahreïn et qui ont fait 18 morts à Oman les 14 et 15 avril (Photo Atif Bhatti / ESN / AFP).
Dans cette capture vidéo de l'AFPTV, un homme patauge dans une rue inondée à Dubaï le 16 avril 2024. Dubaï, le centre financier du Moyen-Orient, a été paralysé par les pluies torrentielles qui ont provoqué des inondations dans les Émirats arabes unis et à Bahreïn et qui ont fait 18 morts à Oman les 14 et 15 avril (Photo Atif Bhatti / ESN / AFP).
Short Url
  • «Les terrains désertiques ont besoin de plus de temps que les autres pour que l'eau s'y infiltre. La quantité de pluie tombée était trop importante pour être absorbée», a affirmé Maryam Al Shehhi, du Centre national de météorologie
  • La technologie d’ensemencement des nuages, souvent utilisée dans le pays pour générer de la pluie artificielle, n'a pas été déployée car la tempête» était déjà forte», a-t-elle affirmé.

DUBAÏ, Emirats Arabes Unis : Autoroutes inondées, écoles fermées et trafic aérien perturbé et au moins un mort: Dubaï peinait mercredi à se remettre des pluies record qui se sont abattues la veille sur la plus célèbre des sept cités Etats de la fédération des Emirats arabes unis.

Malgré le retour du soleil, de longues files se sont formées sur des autoroutes à six voies dont certains tronçons étaient encore submergés, les Emirats ayant enregistré mardi 254 mm de pluie en une journée, l'équivalent de près de deux ans de précipitations dans ce pays désertique.

Au moins une personne est décédée, un homme de 70 ans dont la voiture a glissé dans l'émirat de Ras el-Khaïmah, a annoncé la police.

Pris de court par les pluies torrentielles, un automobiliste dont le trajet de 15 minutes s'est transformé mardi en une épopée de 12 heures raconte avoir eu «très peur».

«C'était l'une des situations les plus horribles que j'aie jamais vécue, car je savais que si ma voiture tombait en panne, elle coulerait et je me noierais avec», dit-il à l'AFP, sans vouloir donner son nom.

Mercredi, certaines habitations étaient toujours privées de courant, tandis que des voitures abandonnées continuaient de flotter dans certains quartiers toujours envahis d'eau.

Les autorités ont annoncé la fermeture des écoles toute la semaine, soulignant les difficultés d'un retour à la normale.

Coincé pendant six heures dans sa voiture mardi, un père de famille expatrié à Dubaï, qui n'a pas souhaité être identifié, dit comprendre «que le pays ne soit pas équipé pour recevoir de telles pluies.

Mais je suis déçu par le manque de transparence et d’informations sur la situation en temps réel».

- «Conditions très difficiles» -

Après l'annulation et le détournement de dizaines de vols la veille, les voyageurs ont été invités mercredi à ne pas se rendre à l'aéroport de Dubaï, le plus fréquenté au monde en termes de trafic international, «sauf en cas d'absolue nécessité».

«Les vols continuent d'être retardés et détournés (...) Nous travaillons d'arrache-pied pour rétablir les opérations le plus rapidement possible dans des conditions très difficiles», a déclaré un porte-parole de Dubaï Airports.

La compagnie aérienne Emirates, fleuron de l'émirat, a suspendu les enregistrements, en raison des difficultés d'accès à l'aéroport pour le personnel et les passagers, des routes étant toujours bloquées et certains services de métro suspendus.

De longues files d'attente se sont formées devant les stations de taxis de l'aéroport, tandis que de nombreux passagers à l'intérieur attendaient des nouvelles de leur vol dans une confusion totale.

«C'est le chaos complet, aucune information, rien», fulmine un passager, tandis qu'une foule amassée devant un guichet d'information applaudissait et sifflait en signe de protestation.

La tempête a touché les Emirats arabes unis et Bahreïn, dans la nuit de lundi à mardi, après avoir frappé Oman, un autre pays du Golfe, où 18 personnes, dont plusieurs enfants, ont été tuées.

Les précipitations aux Emirats arabes unis sont les plus importantes jamais enregistrées dans le pays, depuis le début des relevés en 1949, selon les autorités.

Pour Friederike Otto, maître de conférences en sciences du climat au Grantham Institute de l'Imperial College de Londres, «les pluies meurtrières et destructrices à Oman et Dubaï» ont probablement été accentuées par le «changement climatique provoqué par l'homme».

«Les terrains désertiques ont besoin de plus de temps que les autres  pour que l'eau s'y infiltre. La quantité de pluie tombée était trop importante pour être absorbée», a affirmé Maryam Al Shehhi, du Centre national de météorologie, en assurant que le pays n'avait pas eu recours à l'ensemencement des nuages.

Cette technologie, souvent utilisée dans le pays pour générer de la pluie artificielle, n'a pas été déployée car la tempête» était déjà forte», a-t-elle affirmé.

Les écoles resteront également fermées jusqu'à la semaine prochaine à Bahreïn, qui a enregistré mardi des précipitations record de 96,88 mm en une journée, battant ainsi les 67,9 mm enregistrés en 1995.


Le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en Turquie ce week-end

Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera «ce week-end» le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier. (AFP)
Short Url
  • «Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end», a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement
  • Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens «ont surpassé Hitler»

ISTANBUL: Le chef du mouvement palestinien islamiste Hamas Ismaïl Haniyeh rencontrera "ce week-end" le président turc Recep Tayyip Erdogan en Turquie, a annoncé mercredi ce dernier.

"Le leader de la cause palestinienne sera mon invité ce week-end", a déclaré M. Erdogan devant les députés de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur) à l'Assemblée.

Le chef de l'Etat n'a pas précisé le lieu de la rencontre, mais selon la chaîne de télévision privée NTV, elle aura lieu samedi au palais de Dolmabahçe, à Istanbul.

Elle intervient après que le Qatar, un des médiateurs du conflit entre Israël et le Hamas, a reconnu mercredi que les négociations visant à faire cesser les hostilités à Gaza et à libérer les otages israéliens "piétinent".

"Même s'il ne reste que moi, Tayyip Erdogan, je continuerai aussi longtemps que Dieu me donnera la vie à défendre la lutte palestinienne et à me faire la voix du peuple palestinien opprimé", a lancé le président turc, qualifiant de nouveau le Hamas de "groupe de résistance".

Le chef de l'Etat, qui a multiplié depuis octobre les invectives à l'égard d'Israël, a estimé que les Israéliens "ont surpassé Hitler" en se rendant coupables de la mort de "14.000 enfants innocents" dans la bande de Gaza.

Son dernier tête-à-tête en Turquie avec M. Haniyeh, qui est basé au Qatar, remonte à l'été 2023: le chef du Hamas avait été reçu au palais présidentiel à Ankara le 26 juillet en même temps que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas.

Ismaïl Haniyeh avait, depuis, rencontré en toute discrétion le ministre turc des Affaires étrangères Hakan Fidan le 2 janvier "en Turquie", selon un communiqué officiel qui ne précisait pas le lieu de ce tête-à-tête.

M. Erdogan a présenté le 10 avril ses condoléances au chef du Hamas, dont trois fils et quatre petits-enfants ont été tués dans la bande de Gaza dans une attaque revendiquée par les Israéliens.


Netanyahu dément une famine à Gaza, réitère «le droit» d'Israël «à se protéger»

 Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Des enfants palestiniens souffrant de malnutrition sont soignés dans un centre de santé à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 5 mars 2024, alors que la faim est généralisée dans le territoire palestinien assiégé en raison du conflit entre Israël et le groupe militant palestinien Hamas. (Photo Mohammed Abed AFP)
Short Url
  • M. Netanyahu a «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire»
  • M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne

JÉRUSALEM : Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a récusé mercredi toute «allégation» de famine dans la bande de Gaza et a réitéré «le droit» d'Israël «à se protéger», lors de rencontres avec les chefs de la diplomatie britannique et allemande à Jérusalem.

«Durant ces rencontres, le Premier ministre a insisté sur le fait qu'Israël se réservait le droit de se protéger», a déclaré le gouvernement israélien dans un communiqué.

M. Netanyahu a aussi «récusé les allégations des organisations internationales sur une famine à Gaza et a affirmé qu'Israël fait tout son possible sur la question humanitaire».

Les ministres des Affaires étrangères britannique, David Cameron, et allemande, Annalena Baerbock, sont les premiers chefs de diplomatie étrangers à avoir fait le déplacement en Israël depuis l'attaque inédite de l'Iran contre Israël dans la nuit de samedi à dimanche.

Après avoir rencontré les deux diplomates, M. Netanyahu s'est adressé à son cabinet, expliquant qu'il avait reçu «toutes sortes de suggestions et de conseils» de la part des alliés du pays depuis l'attaque iranienne.

«Toutefois, je tiens également à préciser que nous prendrons nos décisions nous-mêmes», a-t-il déclaré, selon un communiqué publié par son bureau, alors qu'Israël a dit sa détermination à faire payer l'Iran pour le tir de quelque 350 drones et missiles, dont la quasi-totalité a été interceptée.