Explosion au port de Beyrouth : l’activiste Paul Naggear fait le point sur le cours de la justice

De gauche à droite, les activistes Paul et Tracy Naggear, parents d'Alexandra, l'une des plus jeunes victimes de la doubles explosion au port de Beyrouth, le 4 aout 2020. (Photo fournie)
De gauche à droite, les activistes Paul et Tracy Naggear, parents d'Alexandra, l'une des plus jeunes victimes de la doubles explosion au port de Beyrouth, le 4 aout 2020. (Photo fournie)
Short Url
Publié le Vendredi 04 août 2023

Explosion au port de Beyrouth : l’activiste Paul Naggear fait le point sur le cours de la justice

  • Avec son épouse Tracy et un collectif de proches des victimes, cet ingénieur est aujourd’hui l’un des principaux activistes engagés à faire aboutir la justice, dénoncer coupables et responsables et dévoiler la vérité
  • « Ce qu’on a vécu cette année était ignoble en termes d’entraves à la justice et de blocages », souligne Paul Naggear

BEYROUTH : Trois ans déjà, depuis la double explosion au port de Beyrouth qui a emporté 220 vies, laissé plus de 7000 blessés et handicapés, détruit 77000 bâtiments et déplacé plus de 300 000 habitants des secteurs environnants. L’enquête pour déterminer les responsabilités dans ce qui est à ce jour considéré comme la plus grande explosion non nucléaire de l’histoire semble piétiner. En cette journée de commémoration, Arab News en français a fait le point avec Paul Naggear. Avec son épouse Tracy et un collectif de proches des victimes, cet ingénieur est aujourd’hui l’un des principaux activistes engagés à faire aboutir la justice, dénoncer coupables et responsables et dévoiler la vérité.

-Une promesse-

Le 4 aout 2020, à 18 :07, le confinement dû à la Covid avait décidé Paul et Tracy Naggear à travailler à partir de leur domicile dont la grande baie vitrée bénéficie d’une vue imprenable sur le port de Beyrouth. Au moment où l’explosion a lieu, leur fille de trois ans, Alexandra dite Lexou, joue sagement dans un coin du salon. Sa mère l’attire vers elle et la couvre de son corps sur lequel s’abattent des portes, des plafonds, des climatiseurs. Tracy est grièvement blessée, Paul a la joue ouverte. Lexou semble indemne, mais son crâne encore malléable n’a pas supporté le choc. Elle souffre d’une hémorrhagie interne qui va l’emporter au bout de trois jours de lutte pour tenter de la sauver. A son chevet, la voyant partir, ses parents lui promettent de déployer tous les moyens pour faire aboutir la justice, seule condition pour que le Liban redevienne un pays viable. Dès lors, sans même prendre le temps de faire son deuil, le jeune couple qui a aujourd’hui un petit garçon prénommé Axel, va être propulsé à l’avant-scène de ce combat dans lequel il est engagé à ne jamais baisser les bras.

-Des mécanismes de blocage insidieux et agressifs-

« L’enquête est bloquée », souligne, Paul Naggear, lapidaire, quand on lui demande où en sont les investigations. « Cela fait deux ans que le juge Bitar est arrêté dans ses fonctions par des mécanismes insidieux, agressifs, de la part d’un régime qui se sent peut-être coupable, quelque part et a peur de voir éclater la vérité », précise-t-il, détaillant : « On est malheureusement bloqués par beaucoup de moyens déployés sur la scène locale. On n’a toujours rien en matière de vérité et de justice. Au contraire, les choses se détériorent ». Au cours des trois dernières années, pourtant, une vingtaine de personnes, dont des ministres et des fonctionnaires de haut niveau, ont été arrêtées, de qui a donné aux Libanais un espoir de voir la justice aboutir. Mais les entraves se sont multipliées. « Ce qu’on a vécu cette année était ignoble en termes d’entraves à la justice et de blocages. Je pense notamment au pseudo-juge -shérif de western- Ghassan Oueidate, l’homme du régime qui a libéré les personnes arrêtées. Ces arrestations avaient été pour nous un dernier espoir de voir la justice avancer. Cela a été un très grand coup porté au système judiciaire que nous avons très mal vécu. Aujourd’hui nous ne sommes vraiment pas bien », réagit Naggear.

-Une mission onusienne d’établissement des faits-

Ces petits pas suivis de reculades devraient pourtant représenter un progrès, même lent, vers ce but ultime de voir triompher la justice dans un pays où le système judiciaire, fortement politisé et sous influence, devient de moins en moins crédible. Pour Paul Naggear, cependant, les moyens dont on dispose pour faire aboutir la justice existent.

« Il faudrait que l’intégralité de la classe politique coupable ou responsable de cette catastrophe soit remplacée. Il faudra qu’on arrive à faire pression d’une certaine manière pour que les mécanismes de blocage soient débloqués, je pense notamment à la nomination des juges pour l’assemblée générale de la cour de cassation qui doit acter pour défaire ces mécanismes ». A la question de savoir si ces mesures, si elles sont trouvées seront suffisantes, Naggear répond, lucide : « Nous savons qu’il en surgira des dizaines d’autres, mais cela pourrait servir de point de départ. La mission d’établissement des faits, près le Conseil des droits de l’homme qui doit pourvoir faire pression également si jamais elle est actée la résolution passe sur le gouvernement et les instances judiciaires pour que les choses se débloquent. Nous emploierons tous les moyens pour y arriver, et nous y arriverons ».

-Les pressions, preuves que le juge fait bien son travail-

La justice libanaise étant ce qu’elle est, prise en otage par les chefs communautaires et une partie de la classe politique, les espoirs de voir aboutir l’instruction semblent bien minces, mais Naggear se veut confiant : « Je pense que la justice libanaise, en la personne du juge Bitar et de quelques autres bon juges, œuvre de bonne foi. Nous pensons tous que l’énorme pression et tous les blocages que le juge Bitar est en train de subir prouvent qu’il est en train de faire les bonnes choses à faire », affirme-t-il. Mais le véritable espoir est ailleurs. Il se situe surtout dans les actions menées à l’étranger, malgré deux années perdues où la communauté internationale semble s’être abstenue de contribuer aux preuves. « On sait, à travers le rapport de Human Rights Watch, par exemple, ou certains médias d’investigation, que certains politiques ont eu un rôle à jouer, qu’ils ont une certaine responsabilité » souligne Paul Naggear. «S’ils bloquent le juge, c’est que le juge est en train de faire correctement son travail. Nous croyons en son intégrité, et nous estimons que c’est un bon juge. Mais la justice libanaise est-elle bonne ? Si c’était le cas, elle ne serait pas aujourd’hui bloquée à ce point. Je pense que les différentes instances judiciaires auraient pu trancher ou ne plus accepter les demandes de récusation ou agir plus vite parce que ce sont des choses qui se gèrent très rapidement » détaille-t-il.

A la question de savoir où en est l’instruction, alors que celle-ci semble paralysée, Naggear se montre optimiste : « D’après ce que nous avons entendu dire, c’est que le dossier d’instruction du juge Bitar est très avancé et qu’il ne lui manque plus que quelques éléments pour le clore. Nous attendons donc que ce dossier soit complet. Nous n’accepterons pas que des éléments soient communiqués de manière bâclée. Nous croyons en la capacité du juge Bitar d’y parvenir. Il faut juste qu’on le laisse faire son boulot » insiste-t-il.

-Une cérémonie devenue rituelle-

Récapitulant le programme de la commémoration prévue ce 4 aout à Beyrouth, Paul Naggear précise: «Cet après-midi, à 15h (UTC+3), une tente de la Justice et des Droits de l’homme, dressée près du port, accueillera des débats autour de plusieurs sujets, dont l’enquête locale et les enquêtes internationales, la mission d’établissement des faits que nous demandons auprès du Conseil des Droits de l’homme des Nations-Unies, et d’autres sujets qui seront exposés par de grandes personnalités et experts pour chaque thème, comme Nizar Saghié, Choucri Haddad, Lama Fakih, Aya Majzoub, Michel Meouchi, Diane Assaf…Nous invitons autant de monde que possible à venir écouter pour savoir ce qui se passe autour du dossier et autour des différentes pistes judiciaires. A 16h, il y aura un rassemblement à la caserne des pompiers de Beyrouth à la Quarantaine, en mémoire du petit groupe appelé pour éteindre l’incendie et dont aucun n’est revenu. Vers 17h nous nous dirigerons vers le port. A partir de 17 :30, nous observerons une minute de silence, puis il y aura des discours».

Trois ans plus tard, le 4 aout demeure une date extrêmement douloureuse pour de très nombreux habitants de Beyrouth. Malgré leur lassitude face à l’acharnement d’une partie du pouvoir à entraver la justice, esquiver les comparutions et se prévaloir de son immunité, ils savent que seule la vérité pourra mettre un baume sur les blessures et ne sont pas près de lâcher prise.


Le député du Hezbollah s'engage à ne pas battre en retraite, alors que les affrontements frontaliers reprennent.

Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Cette photo prise depuis le village d'Alma Al-Shaab, dans le sud du Liban, montre le poste militaire israélien de Hanita près de la frontière, le 17 avril 2024, dans un contexte de tensions transfrontalières, alors que les combats se poursuivent entre Israël et les militants palestiniens du Hamas dans la bande de Gaza. (AFP)
Short Url
  • Naim Qassem promet une "réponse proportionnée" à toute escalade de la part d'Israël
  • L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée.

BEYROUTH : Le Hezbollah a lancé samedi une série de frappes contre l'armée israélienne, visant des sites militaires près de la frontière sud du Liban, du Hermon à la ville côtière de Naqoura.

Le groupe a déclaré avoir tiré des missiles sur des soldats israéliens déployés près de la montagne Har Addir, en face de Rmaych, un village majoritairement chrétien situé à la frontière.

Il a également pris pour cible du "matériel d'espionnage" dans l'avant-poste israélien d'Al-Raheb, en face du village libanais d'Aita Al-Shaab.

Le Hezbollah a déclaré qu'une opération visant l'avant-poste de Hadb Yarin "avec des armes appropriées" avait abouti à des frappes directes, tandis que Ruwaizat Al-Alam, dans les collines de Kfar Shouba, a été frappée par quatre missiles.

Des sirènes ont retenti à Even Menachem, dans l'ouest de la Galilée, et dans les colonies de Shomera et de Kiryat Shmona, par crainte d'une attaque de drone du Hezbollah.

Les médias israéliens ont par la suite confirmé les dommages causés par les roquettes du Hezbollah à des propriétés agricoles à Even Menachem.

La plupart des habitants ont fui les régions du sud du Liban après 196 jours d'affrontements entre le Hezbollah et Israël dans le sillage du conflit de Gaza.

Les frappes aériennes israéliennes ont visé une maison à Kfarkela et dans la ville d'Aita Al-Shaab, tandis que l'artillerie israélienne a bombardé la ville de Dhayra.

Une personne blessée lors de la frappe de Kfarkela a été transportée à l'hôpital.

L'armée israélienne a tiré des fusées éclairantes au-dessus des villages de l'ouest et du centre de la région frontalière vendredi en fin de journée. Des avions de reconnaissance ont survolé toute la nuit les villages frontaliers adjacents à la Ligne bleue, atteignant la périphérie de Tyr.

Les responsables du Hezbollah ont déclaré que "nous répondrons de manière proportionnée à toute violation par Israël du plafond établi dans la confrontation".

Le député du groupe, Naim Qassem, a déclaré : "Si une escalade atteint un certain niveau, nous l'affronterons comme il se doit : "Si l'escalade atteint un certain niveau, nous y ferons face comme il se doit.

Il a ajouté : "Il n'y a pas de retrait de la confrontation, ni de retrait du soutien et de la protection de Gaza".

Les combats dans le sud du Liban se poursuivront tant qu'Israël n'aura pas mis fin à ses attaques contre Gaza, a déclaré M. Qassem.

"Ce soutien concerne aussi bien Gaza que le Liban, car ceux qui voient ce qui se passe à Gaza savent que s'ils restent silencieux, ils seront les prochains, et ils savent que s'ils permettent aux Israéliens d'être arrogants, ces derniers croiront qu'ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent", a-t-il ajouté.

Hassan Al-Baghdadi, membre du conseil central du Hezbollah, a déclaré qu'Israël "n'a jamais connu de pire moment qu'aujourd'hui", ajoutant : "On peut le constater en observant la réaction de ses agents.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Abbas : l'Autorité palestinienne va "réexaminer sa relation" avec les Etats-Unis après leur veto à l'ONU

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne, au siège de l'ONU à New York, le 18 avril 2024 (AFP)
Short Url
  • "La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits",
  • "Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme",

RAMALLAH : Mahmoud Abbas a annoncé samedi que l'Autorité palestinienne allait "réexaminer sa relation" avec Washington après le veto américain jeudi à l'adhésion des Palestiniens aux Nations unies.

"La direction palestinienne va réexaminer les relations bilatérales avec les Etats-Unis pour garantir la préservation des intérêts de notre peuple, de notre cause et de nos droits", a déclaré le président Abbas dans un entretien à l'agence de presse palestinienne Wafa.

Les Palestiniens, qui ont depuis 2012 le statut inférieur "d'Etat non membre observateur" à l'ONU, demandaient au Conseil de sécurité d'accepter qu'un "Etat palestinien" déjà reconnu par la majorité des capitales prenne sa place "légitime" au sein des Nations unies.

Mais les Etats-Unis, qui ont tout fait pour retarder le vote, n'ont pas hésité à recourir à leur droit de veto qu'ils utilisent régulièrement pour protéger leur allié israélien.

Le veto américain a "suscité une colère sans précédent parmi les Palestiniens et les populations de la région, poussant potentiellement la région vers plus d'instabilité, de chaos et de terrorisme", a averti le président Abbas.

Aussi l'Autorité palestinienne va-t-elle "élaborer une nouvelle stratégie" pour affirmer ses choix "de façon indépendante et suivre un projet palestinien plutôt qu'une vision américaine", a-t-il poursuivi.


Erdogan appelle les Palestiniens "à l'unité" après sa rencontre avec Haniyeh

Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Le président turc Tayyip Erdogan rencontre Ismail Haniyeh, chef du groupe islamiste palestinien Hamas, à Istanbul le 20 avril 2024. (Reuters)
Short Url
  • la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat turque
  • la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

ISTAMBUL : Le président turc Recep Tayyip Erdogan a appelé samedi les Palestiniens "à l'unité" face à Israël, au terme de sa rencontre avec le chef du Hamas Ismaïl Haniyeh à Istanbul.

"Il est vital que les Palestiniens agissent dans l'unité dans ce processus; la réponse la plus forte à Israël et le chemin vers la victoire passent par l'unité et l'intégrité", a déclaré le chef de l'Etat selon un communiqué de la présidence turque.

Après les tensions récentes entre Israël et l'Iran, M. Erdoğan a souligné que "ce qui s'est passé ne devait pas faire gagner du terrain à Israël et qu'il est important d'agir de façon à conserver l'attention sur Gaza", poursuit le texte.

Enfin, toujours selon le communiqué, le chef de l'Etat a également assuré que la Turquie "poursuivrait son aide humanitaire à la Palestine afin de soulager autant que possible les souffrances" de la population de Gaza.

La Turquie qui est l'un des principaux pays à envoyer de l'aide à la population du territoire palestinien a déjà fait parvenir 45.00 tonnes de vivres et de médicaments dans la région.

M. Erdogan a également rappelé que son pays avait pris "un certain nombre de sanctions contre Israël, y compris des restrictions commerciales", ces dernières depuis le 9 avril.