Macron en Corse pour un discours très attendu devant les élus de l'île

Le président français Emmanuel Macron rencontre des habitants locaux à Ajaccio, sur l'île méditerranéenne française de Corse, le 27 septembre 2023 (Photo, AFP).
Le président français Emmanuel Macron rencontre des habitants locaux à Ajaccio, sur l'île méditerranéenne française de Corse, le 27 septembre 2023 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 28 septembre 2023

Macron en Corse pour un discours très attendu devant les élus de l'île

  • Emmanuel Macron a immédiatement rejoint les élus locaux pour tenter de s'entendre sur une position commune avant son discours très attendu jeudi
  • Quasi unis, les nationalistes ont adopté le 5 juillet un projet d'autonomie plaidant pour un pouvoir législatif dans tous les domaines sauf le régalien

PARIS: Emmanuel Macron est arrivé mercredi soir en Corse où il a immédiatement rejoint les élus locaux pour tenter de s'entendre sur une position commune avant son discours très attendu jeudi sur une possible autonomie de l'île.

"Je vais d'abord écouter l'ensemble des responsables politiques, des élus. On va travailler et on va avancer", a-t-il déclaré, accompagné du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, lors d'un bain de foule devant la préfecture d'Ajaccio juste avant un dîner avec les principaux acteurs de l'île.

A l'issue de ces ultimes discussions, un optimisme prudent régnait dans les rangs des convives nationalistes, selon qui le président Macron a parlé "d'un modèle" d'autonomie "à inventer", sans évoquer ses lignes rouges et en appelant à "cheminer entre totems et tabous".

Si le chef de file des autonomistes Gilles Simeoni, prudent, a appelé à attendre le discours de jeudi, un député de son parti, Jean-Félix Acquaviva, a vu une "volonté de converger pour trouver des points d'équilibre suffisamment forts qui permettent de dire que demain nous serons dans un moment important voire historique". Dans cet "échange cordial, sincère et franc", "l'ombre de la peur, des craintes et des stratégies défensives n'était pas au menu", a-t-il dit à l'AFP.

«Des raison d'y croire»
"Je reste raisonnablement optimiste et ce soir j'ai détecté une volonté et un état d'esprit", a également confié à l'AFP le leader des autonomistes d'opposition, Jean-Christophe Angelini, assurant avoir "quelques raisons de croire que ça peut le faire".

Du côté de la droite locale, Jean-Martin Mondoloni a dit attendre du président Macron "qu'il fixe le cap institutionnel autour d'un point d'équilibre entre la reconnaissance d'une singularité à laquelle nous sommes très attachés et l'appartenance à la République à laquelle nous ne sommes pas moins attachés".

Le chef de l'Etat doit prendre la parole jeudi à 10h00 devant l'Assemblée de Corse.

Après la mort en mars 2022 du militant indépendantiste Yvan Colonna, agressé à la prison d'Arles, où il purgeait une peine de perpétuité pour l'assassinat du préfet Erignac, et les manifestations violentes qui avaient suivi dans l'île, le gouvernement avait ouvert des discussions, assurant qu'elles pourraient "aller jusqu'à l'autonomie".

Le discours présidentiel va donc ponctuer plusieurs mois d'échanges entre élus corses et représentants de l'Etat.

Quasi unis, les nationalistes ont adopté le 5 juillet un projet d'autonomie plaidant pour un pouvoir législatif dans tous les domaines sauf le régalien, pouvoir qui serait confié à l'assemblée de Corse, où ils occupent les trois-quarts des sièges. Ils veulent également un statut de résident, la co-officialité de la langue corse et l'inscription de la notion de peuple corse dans la Constitution.

Un second texte de l'opposition minoritaire de droite, qui réclame un simple "pouvoir d'adaptation" des lois françaises aux spécificités corses, a également été transmis au président.

Hommage à la résistance
Dans une interview lundi à Corse-Matin, Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, avait averti que les demandes des nationalistes franchissaient des "lignes rouges".

Or, le chef de l'Etat aura besoin d'une majorité des trois-cinquièmes, et donc des Républicains, au Congrès (Assemblée nationale et Sénat réunis) pour graver dans le marbre de la Constitution toute évolution institutionnelle de l'île. D'où sa demande, au préalable, d'un accord politique dans l'île entre nationalistes et opposition de droite.

Si un tel accord est trouvé, "le président de la République dira certainement qu'il est prêt à envisager une évolution institutionnelle conforme au cadre républicain", avait relevé mardi un conseiller d'Emmanuel Macron.

Cette mention d'un possible accord par la présidence avait conduit Paul-Félix Benedetti, leader des indépendantistes de Core in Fronte, à boycotter le dîner de mercredi soir avec le président Macron dont les lignes rouges --maintien de la Corse dans la République et refus de créer deux catégories de citoyens-- correspondent aux fondamentaux des nationalistes.

Outre ce volet politique, le président rendra aussi hommage durant cette visite, sa cinquième sur l'île depuis 2017, aux Corses résistants à l'occasion du 80e anniversaire de la libération de l'île en 1943.

Jeudi midi à Ajaccio, Emmanuel Macron saluera la mémoire du résistant corse Fred Scamaroni puis celle de Danielle Casanova, résistante communiste corse morte en déportation à Auschwitz.

Il se rendra ensuite à Bastia pour une prise d'armes en présence d'unités militaires dont l'histoire est liée à la libération de la Corse.

La Corse avait été le premier territoire français libéré, le 4 octobre 1943, grâce à une insurrection populaire, et l'aide des troupes françaises d'Afrique.


Les Français doivent «  s'abstenir » de se rendre en Iran, Liban, Israël et territoires palestiniens 

Short Url
  • Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné "recommande aux Français de s'abstenir impérativement de se rendre dans les jours qui viennent en Iran, au Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens"
  • La décision intervient alors que l'Iran menace de frapper Israël, accusée d'une attaque le 1er avril sur le consulat iranien à Damas, et a été "actée en réunion de crise"

PARIS: Le chef de la diplomatie française Stéphane Séjourné "recommande aux Français de s'abstenir impérativement de se rendre dans les jours qui viennent en Iran, au Liban, en Israël et dans les territoires palestiniens", a indiqué vendredi son entourage à l'AFP.

La décision intervient alors que l'Iran menace de frapper Israël, accusée d'une attaque le 1er avril sur le consulat iranien à Damas, et a été "actée en réunion de crise", précise le ministre. Il a aussi demandé le "retour des familles des agents diplomatiques de Téhéran" ainsi que l'interdiction des missions de fonctionnaires français dans ces pays.


Notre-Dame: 5 ans après l'incendie, les principaux défis de la reconstruction relevés

Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année. (AFP).
Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année. (AFP).
Short Url
  • Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année
  • Des millions de personnes sont restées médusées devant les images diffusées en direct

PARIS: Cinq ans après l'incendie qui a dévasté Notre-Dame de Paris, les principaux défis posés par sa restauration ont été relevés, à l'image de sa flèche dont l'aiguille vêtue de sa couverture en plomb pointe à nouveau dans le ciel, selon Philippe Jost, à la tête du chantier.

Quelque 250 entreprises et des centaines d'artisans d'art, d'architectes et de professionnels ont travaillé dans ce chantier hors norme pour permettre la réouverture du chef-d'oeuvre de l'art gothique, toujours prévue le 8 décembre, affirme à l'AFP M. Jost, qui dirige l'établissement public chargé de cette restauration depuis le décès du général Jean-Louis Georgelin l'été dernier.

Le 15 avril 2019, un gigantesque incendie a ravagé la cathédrale, symbole de la chrétienté inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco qui accueillait 12 millions de visiteurs chaque année. Il a provoqué l'effondrement de sa flèche et celui, partiel, de sa toiture, ravagées par les flammes.

Des millions de personnes sont restées médusées devant les images diffusées en direct.

Déblaiement et sécurisation

"Nous avons tous vécu le choc de la cathédrale après l'incendie, avec ces visions de désolation: les brèches béantes dans les voûtes, les décombres qui jonchaient le sol. On a utilisé des robots car on ne pouvait pas pénétrer sous les voûtes. La phase de sécurisation a duré plus de deux ans", se souvient M. Jost, qui fut d'abord le bras droit du général Georgelin.

Des tonnes de gravats (bois calciné, pierres écroulées...) ont dû être dégagées. Un chantier interrompu plusieurs semaines en raison du Covid.

La sécurisation s'est poursuivie avec le cintrage des arcs-boutants qui soutiennent les voutes, qui menaçaient de s'effondrer à leur tour, ainsi que par la dépollution de 450 tonnes de plomb partiellement vaporisées dans l'atmosphère.

Un échafaudage extérieur de 40.000 tubes tordus et calcinés, qui entourait avant l'incendie la flèche (dont 16 statues avaient été démontées pour restauration), a été démantelé.

Cette "étape majeure" sous haute sécurité s'est achevée à l'été 2021, pour un coût de 150 millions d'euros.

Reconstruction

La reconstruction a démarré à l'automne 2021 sur le chantier de la cathédrale (où des échafaudages intérieurs et extérieurs ont été installés) et dans de nombreux ateliers d'art (charpentiers, maîtres-verriers, tailleurs de pierre...).

Parmi les défis techniques, M. Jost cite les charpentes de la nef, du choeur et de la flèche, qui ont pu être reconstruites à l'identique en chêne massif, avec plus d'un millier d'arbres bicentenaires spécialement sélectionnés dans les forêts françaises.

Elles étaient toutes achevées en mars, la flèche, identique à celle de l'architecte du XIXe siècle Viollet-le-Duc, ayant recouvré aussi une partie de sa couverture et de ses ornements en plomb, ainsi que sa croix et son coq.

Parmi les "très grands moments", M. Jost cite "avril 2023, lorsque les maçons-tailleurs de pierre ont refermé la grande brèche de la voûte de la nef" et lorsque "la flèche est réapparue aux yeux de tous" en février 2024.

Le budget global de cette phase de reconstruction devrait rester "en-deçà" des 550 millions d'euros estimés au départ, anticipe M. Jost.

846 millions d'euros de dons ont été recueillis à travers le monde, dont environ 150 doivent servir à la restauration de parties extérieures de la cathédrale très érodées et touchées par différentes pathologies de la pierre avant l'incendie.

Intérieur

A l'intérieur, Notre-Dame a retrouvé une luminosité inconnue de mémoire de vivant: le nettoyage des murs, voûtes et décors est quasiment achevé.

Il révèle la blondeur de la pierre d'Ile-de-France et des décors peints qui étaient enfouis sous des couches de saleté. La repose des sols en damier noir et blanc se poursuit, ainsi que l'installation, totalement repensée, des dispositifs techniques et électriques et d'un système anti-incendie inédit, selon M. Jost.

Le diocèse a choisi d'épurer l'axe central de la cathédrale et de la doter d'un nouveau mobilier liturgique massif et sobre en bronze brun, ainsi que de 1.500 chaises au design ajouré en chêne massif, qui seront installés à l'automne.

Les vitraux (parmi lesquels seulement trois grandes roses sont médiévales) n'ont pas été endommagés par l'incendie mais ils ont tous été nettoyés. Six vitraux contemporains devraient intégrer certaines chapelles côté Seine, mais pas avant 2026, selon le souhait du président de la République.

Le grand orgue (le plus grand de France) a été épargné par le feu mais recouvert de poussière de plomb. Après nettoyage, ses 8.000 tuyaux ont été remontés un par un. Son harmonisation devrait durer six mois pour redonner sa "voix" à Notre-Dame.

Prochaines étapes

D'ici l'été, les toitures de la nef, du choeur et de la flèche, la restauration des sols, ainsi que des travaux sur du mobilier d'art intérieur, doivent être achevés.

A partir de l'automne, le parvis et les accès seront dégagés et réaménagés en lien avec la Ville de Paris, chargée de restructurer les abords, qui doivent être verdis, à l'horizon 2028.


Des ONG, dont Amnesty, saisissent la justice contre les livraisons d'armes à Israël

Cette photo prise le 10 avril 2024 depuis la frontière sud d'Israël avec la bande de Gaza montre des bâtiments de l'autre côté de la barrière frontalière qui ont été détruits au cours de six mois de combats et de bombardements incessants sur le territoire palestinien, au milieu des combats incessants entre Israël et le Hamas. (Photo de JACK GUEZ / AFP)
Cette photo prise le 10 avril 2024 depuis la frontière sud d'Israël avec la bande de Gaza montre des bâtiments de l'autre côté de la barrière frontalière qui ont été détruits au cours de six mois de combats et de bombardements incessants sur le territoire palestinien, au milieu des combats incessants entre Israël et le Hamas. (Photo de JACK GUEZ / AFP)
Short Url
  • Selon des sites d'investigation, «la France a autorisé, la livraison à Israël d'au moins 100 000 pièces de cartouches pour des fusils mitrailleurs susceptibles d'être utilisés contre des civils à Gaza»
  • «Il y a une opacité extrême autour des conditions dans lesquelles la France aujourd'hui intervient et fournit des armes», a dénoncé l'avocat de six organisations

PARIS: Huit organisations, dont Amnesty International France, ont annoncé jeudi avoir saisi - ou s'apprêter à le faire - le tribunal administratif de Paris pour exiger "la suspension des livraisons d'armes" de la France à Israël, une action décrite comme "parfaitement exceptionnelle".

"Il existe clairement un risque que les armes et les équipements militaires que la France exporte vers Israël soient utilisés pour commettre de graves crimes contre des populations civiles dans la bande de Gaza occupée", s'alarment ces ONG, associations et syndicats - dont Attac et Solidaires - dans un communiqué.

"Ce faisant, la France viole les règles internationales relatives notamment au traité sur le commerce des armes et risque de devenir complice de violations du droit international – y compris de crimes de guerre – et d'un possible génocide", alertent ces organisations, qui ont ou vont déposer trois procédures juridiques d'urgence distinctes.

Fin mars, le ministre français des Armées, Sébastien Lecornu, avait démenti la vente à Israël, en guerre contre le Hamas à Gaza depuis l'attaque sans précédent du mouvement islamiste palestinien le 7 octobre, de composants pour des pièces de cartouches.

Selon les sites d'investigation Disclose et Marsactu, "la France a autorisé, fin octobre 2023, la livraison à Israël d'au moins 100.000 pièces de cartouches pour des fusils mitrailleurs susceptibles d'être utilisés contre des civils à Gaza".

"Il y a une opacité extrême autour des conditions dans lesquelles la France aujourd'hui intervient et fournit des armes", a dénoncé lors d'une conférence de presse Me Vincent Brengarth, avocat de six organisations - dont l'Association France Palestine Solidarité - qui devaient saisir dans les prochaines heures le tribunal administratif pour exiger la suspension de toutes les licences d'exportation de matériels de guerre vers Israël.

"Les actes de complicité que constitue la fourniture d'armes sont à l'envers de l'obligation de prévenir le génocide", a estimé pour sa part Me William Bourdon, alors que plus de 33.000 personnes ont été tuées dans la bande de Gaza, selon le Hamas.

L'ONG Action Sécurité Éthique Républicaines (ASER) a déjà saisi le tribunal administratif de Paris pour demander la suspension d’une licence d'exportation vers Israël de matériels de guerre de la catégorie ML3 (munitions et éléments de munitions).

De son côté, Amnesty International France va exiger la suspension des licences d'exportation de matériels de guerre pour les catégories ML5 (matériels de conduite de tir) et ML15 (matériels d’imagerie).